Navigation – Plan du site

Flexibilité versus rigidité : les faux-semblants de la comparaison France / Royaume-Uni

Florence Lefresne
p. 9-17

Texte intégral

  • 1  Une procédure administrative de licenciement a néanmoins été mise en place en 2004.

1 La récente bataille sociale autour du CPE (Contrat première embauche) aurait-elle conforté les nombreux commentateurs de la vie politique française toujours prêts à dénoncer l’inertie de l’hexagone en matière de réforme? A cette inertie décriée, les thuriféraires de la flexibilité opposent les vertus du « modèle britannique » ayant enfin vaincu le chômage. Dans cette représentation où la comparaison internationale tient de l’image d’Epinal, les choses sont ainsi posées : d’un côté, un univers figé dans le conservatisme aveugle des acquis sociaux  et donc englué dans le chômage de masse ; de l’autre, le pays des « réformes structurelles » ouvrant la voie aux conditions optimales d’adaptation à l’incertitude croissante des marchés. Si ces représentations « fonctionnent » - jusqu’à un certain point - dans l’opinion publique, c’est qu’elles présentent la commodité des archétypes et qu’elles comportent une part de vérité : oui, la relation de travail est définitivement plus souple au Royaume-Uni où la rupture du permanent contract n’est ni coûteuse, ni contraignante pour l’employeur1 ! Oui, les mobilités sur le marché du travail y sont plus nombreuses ! Mais le raisonnement devient manipulation lorsqu’il s’agit de faire découler les bons résultats britanniques en matière de croissance et de chômage d’une simple application du credo libéral d’un marché du travail sans entraves. Il l’est tout autant lorsqu’il s’agit d’imputer aux rigidités du marché du travail français, la faiblesse des créations d’emploi. Non seulement la flexibilité n’explique pas les performances d’emplois et de chômage outre-Manche - pas plus que les rigidités n’éclairent les tristes performances françaises - mais elle rend bien mal compte des évolutions du marché du travail britannique – tout comme le qualificatif de rigide oblitère le formidable mouvement de déréglementation des relations de travail à l’œuvre depuis trente ans en France. Disons-le clairement : le débat gagnerait à la fois en rigueur et en perspectives à considérer avec circonspection ce couple stérile du chêne et du roseau appliqué aux relations d’emploi.

Les atouts du « modèle britannique » ne sont pas où l’on croit

  • 2  Taillepied P., « Evolution de l'emploi public en France et au Royaume-Uni depuis 1980 : éléments d (...)

2 En dépit de nombreuses tentatives, la science économique n’a jamais réussi à établir – preuve empirique à l’appui - de corrélation entre le degré d’encadrement de la relation salariale et le niveau de créations d’emploi. Outre les incertitudes techniques qu’ils soulèvent, les efforts soutenus de l’OCDE pour classer les pays sur une échelle des rigidités débouchent sur une indétermination. Tous les économistes sérieux le savent bien. L’emploi, c’est avant tout une affaire de croissance. C’est donc du côté de la politique macro-économique qu’il faut se pencher pour expliquer les créations d’emploi, plus nombreuses au Royaume-Uni sur la dernière période. La croissance du PIB y est soutenue par une politique budgétaire que l’on est en droit de qualifier de keynésienne. Depuis cinq ans, les dépenses publiques – désormais plus fortes qu’en Allemagne - ont pratiquement doublé en matière d'éducation ou de transport ; elles ont augmenté des deux tiers dans la santé. Il est vrai que le retard creusé par la politique de Margaret Thatcher était considérable dans ces secteurs. Mais le rattrapage est spectaculaire : deux tiers des emplois créés depuis 1998 l’ont été dans le secteur public : 250.000 dans l'éducation, 220.000 dans la santé... Il y a désormais davantage d’emplois dans ce dernier secteur au Royaume-Uni qu’en France, avec, indéniablement, beaucoup plus de temps partiel outre-Manche2. Ces dépenses ont été en grande partie financées par un accroissement de l’impôt sur le revenu que Gordon Brown parvient sans difficulté à faire accepter à ses concitoyens. Si Tony Blair prône les vertus du libéralisme, on voit qu’il les applique avec discernement chez lui, offrant à son pays les marges de manœuvres monétaire et budgétaire qui font défaut aux pays signataires du pacte de stabilité. Deux principes régentent les finances publiques britanniques. Selon la règle d’or, l’État n’emprunte sur la durée du cycle économique que pour financer l’investissement public. Ce qui revient à dire que ce dernier n’est pas sacrifié par la rigueur budgétaire. En second lieu, la règle d’investissement soutenable permet de réguler la dette publique (actuellement de 40 % du PIB contre 65 % en France) qui doit rester à un niveau stable et mesuré. Ce couplage efficace des instruments monétaire et budgétaire a permis de maintenir la croissance et l’inflation à des niveaux satisfaisants. Il contraste singulièrement avec la politique des mains liées fixée par les normes de Maastricht au sein de la zone euro et le statut inadapté de la Banque Centrale Européenne.

  • 3  Depuis 1996, la Jobseeker’s allowance est versée sans condition de ressources pendant six mois pou (...)

3 Second non-dit du côté britannique : la clé du bas niveau de chômage réside pour une part dans un report significatif sur l’inactivité. Parmi les success stories des pays européens qui ont connu une forte baisse de leur taux de chômage depuis la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, le cas britannique présente une spécificité. Alors que la population en âge de travailler s’est accrue sur la dernière décennie, la population active a stagné. On assiste même, phénomène particulièrement atypique, à une diminution significative du taux d’activité des hommes de 25-54 ans passant de 95 % en 1990 à 91 % en 2003 (Eurostat). La baisse du chômage pour cette catégorie a été plus accentuée que la croissance de l’emploi, une partie du chômage ayant été reportée sur l’inactivité, notamment pour les plus âgés. La traduction institutionnelle de ce phénomène réside dans l’ampleur du nombre de titulaires de du régime d’invalidité (Incapacity benefit)qui atteint 2,7 millions de personnes selon les sources officielles, un chiffre qui a progressé d’un million en dix ans. Leur nombre est désormais deux fois et demie plus élevé que celui des bénéficiaires de l’indemnisation chômage dont le régime a été rendu de plus en plus restrictif au fil des réformes3. Ce glissement des chômeurs vers l’aide sociale engendre à son tour un renforcement des contrôles (tests médicaux au cours desquels les titulaires du régime ont à prouver leur inaptitude au travail). Le programme New deal for disabled vise ainsi la remise au travail à travers des petits boulots dans le secteur marchand ou associatif, accompagnés dans le meilleur des cas d’une formation. Le récent Pathways to work impose, en amont, une période de six mois d’entretiens centrés sur la recherche d’emploi. Les contrôles se traduisent bel et bien par des sanctions pouvant aller jusqu’à la suspension des allocations mais la réincorporation de ces personnes dans l’activité demeure marginale. Selon les statistiques officielles, 1 million des titulaires de l’Incapacity benefit sont en fait des chômeurs de très longue durée (cas des anciens mineurs). Le taux de chômage officiel est ainsi loin de refléter l’ampleur du sous-emploi et le régime d’invalidité constitue l’une des soupapes importantes d’un système d’indemnisation qui est l’un des moins protecteurs de l’Union.

Les succès limités de l’ « activation du marché du travail »   

4La politique de l’emploi outre-Manche est loin d’engendrer tous les succès attendus. Sa philosophie repose sur un combat opiniâtre contre les trappes à inactivité ou à chômage, à partir d’un double registre d’action : celui du contrôle et la sanction (le bâton), et celui de l’incitation (la carotte : make work pay). Elle est sans doute l’une des plus sévères de l’Union du point de vue de l’application effective des sanctions. Néanmoins, sa pertinence fait débat. Certes, la rationalisation des services de l’emploi autorise une articulation efficace entre le versement de la Jobseeker’s allowance, l’accompagnement et le contrôle des chômeurs par les Job centers plus. Une part essentielle de l’activité de placement est consacrée à un travail de job matching où il s’agit d’huiler les réorientations professionnelles des chômeurs – le plus souvent sans formation effective – vers les secteurs pourvoyeurs d’emplois. Néanmoins, les effets propres des programmes de retour à emploi (New deal en direction des chômeurs, d’un côté, Working tax credit soutenant fiscalement la reprise d’emploi, de l’autre) sont dans la réalité assez faible : on estime globalement à moins de 1 %, l’accroissement de la population active entre 1997 et 2004, strictement imputable à ces deux programmes. Selon le National Audit Office4, sur 520.000 jeunes passés par le New deal for young people entre 1998 et 2002, seuls 30.000 à 40.000 jeunes auraient trouvé un emploi grâce au programme. Les effets d’aubaine ont donc été massifs. De plus, la plupart de ces jeunes ne conservent pas leur emploi plus de treize semaines. Pour les salariés les moins qualifiés et les plus âgés, les durées de chômage sont sensiblement plus élevées. Les politiques d’activation se heurtent à une limite évidente : dans les anciennes cités minières ou certaines zones sinistrées du Centre et du Nord de l'Angleterre, par exemple, procurer des emplois à des travailleurs inoccupés depuis de nombreuses années relève de la gageure. Du coup, chômage et report sur l’inactivité ont tendance à se concentrer localement et socialement : dix-sept pour cent des ménages d’âge actif ne bénéficient d’aucun emploi. Et lorsque ces politiques mordent sur le marché du travail, c’est en favorisant les emplois bas de gamme à temps partiel : la moitié des titulaires du Working tax credit travaillent entre 16 et 20 heures hebdomadaires. On est donc très loin de la fiction d’un marché du travail concurrentiel où les chômeurs viendraient effectivement peser sur le salaire des actifs en poste.

  • 5  Cf. « Bad jobs : état des lieux et enjeux du syndicalisme » Lefresne F., Chronique Internationale (...)
  • 6  Il s’agit de la part des personnes vivant dans un ménage dont le revenu disponible est inférieur à (...)

5 L’accent est mis sur la mobilité dans l’emploi qui figure parmi les plus élevée de l’Union… mais avec une part importante de mobilité subie. Les  6 000 salariés de MG Rover qui sont partis en 2005 avec un chèque de 3.000 livres sterling après 15 ans d’ancienneté en savent quelque chose, comme les 2.300 salariés du site Peugeot de Ryton à qui l’on vient d’annoncer le même sort. Et dans ces Midlands où les fermetures d’entreprises sont légion, le reclassement externe des salariés est loin d’être assuré. La différence considérable avec le modèle scandinave dit de flex-securité, réside dans la faiblesse structurelle des droits qui permettraient de sécuriser les trajectoires des salariés. Faiblesse de l’indemnisation chômage et des minima sociaux, on l’a déjà souligné. Faiblesse de la formation professionnelle continue également, les entreprises n’étant soumises à aucune obligation légale dans ce domaine. Certes, le Royaume-Uni a peu de contrats temporaires (6 % de l’emploi salarié quand la moyenne de l’Union est à 17 %), mais derrière le statut de contrat permanent se cachent en réalité des qualités d’emploi très contrastées5. Pour les salariés couverts par la négociation collective (36 %), les salaires connaissent une progression réelle et les contrats de travail donnent accès à une protection sociale satisfaisante. Mais pour les autres, c’est loin d’être le cas. La publication de la Commission, L’emploi en Europe 2004, montre que le Royaume-Uni se caractérise par de puissants effets de trappe associés aux bas salaires : si les transitions entre contrat temporaire et contrat permanent y sont relativement élevées, la probabilité de sortir d’un bas salaire est parmi les plus faibles de l’Union. De son côté, le temps partiel, à 77 % féminin, représente le quart de l’emploi. Certes, la transposition de la directive européenne dans ce domaine, a permis de limiter les effets discriminatoires, mais elle reste difficilement applicable dans les entreprises où les syndicats ne sont pas implantés. D’autre part, les inégalités liées au seuil contributif demeurent. En deçà du National insurance contribution (97 livres sterling hebdomadaires), ni les employeurs ni les salariés ne cotisent pour certains droits sociaux élémentaires tels que la retraite, l’indemnisation chômage ou la maternité. Or, compte tenu de l’ampleur du temps partiel, deux millions de femmes et cinq cents mille hommes sont dans ce cas. La création d’un salaire minimum en 1999, qui atteint désormais un niveau quasi-équivalent au SMIC horaire français (5,05 £ pour les salariés de plus de 21 ans ; 4,25 £ de 18 à 21 ans ; 3 £ pour les moins de 18 ans), constitue un rempart institutionnel important - environ 1,5 million de travailleurs en ont bénéficié dont 70 % de femmes - mais son impact se heurte à une limite essentielle : pour ces nombreuses titulaires d’emplois à temps partiel, souvent courts, il ne constitue pas une garantie de revenu pour vivre. Par ailleurs, certains secteurs sont réputés pour bafouer la législation, notamment l’hôtellerie-restauration, le nettoyage ou le secteur textile (travail à domicile), où les syndicats sont inexistants. Bien qu’en légère diminution, la pauvreté demeure un fléau national : 17 % de la population se situe en dessous du seuil de pauvreté6, un taux au-dessus de celui de la moyenne de l’Union à 15 (15 %).

Une forte  segmentation de part et d’autre de la Manche

  • 7  Cf. « Précarité pour tous : la norme du futur ? », Lefresne F., Le Monde diplomatique, mars 2006.
  • 8  « Les mouvements de main-d’œuvre au quatrième trimestre 2004 », Premières Synthèses-Premières Info (...)
  • 9  « Les jeunes au cœur des dynamiques du marché du travail », Fondeur Y., Minni C., Économie et Stat (...)

6 Du côté français où l’accent est mis sur la rigidité du contrat de travail, n’a-t-on pas assisté à un processus très similaire de profonde segmentation du marché du travail ? Certes, le CDI demeure largement majoritaire dans l’emploi (86 % de l’emploi salarié en 2004). Mais d’une part, la pérennité de l’emploi associé au CDI se trouve mise à mal par la montée des licenciements économiques et individuels – minoritaires dans les entrées du chômage – mais dont les salariés gardent les stigmates dans leur trajectoire ultérieure. D’autre part, si l’on raisonne en flux d’entrées sur le marché du travail, les formes particulières d’emploi progressent de façon rapide7. Ainsi le CDD qui concerne 13 % de l’emploi total en France est devenu la norme du recrutement : en 2004, dans les établissements de plus de 10 salariés du secteur privé, 73 embauches sur 100 se font sous contrats courts8. Le temps partiel, sous différents statuts, bien que moins développé qu’outre-Manche (26 %) a progressé d’un point par an sur la dernière décennie, atteignant désormais 17 % de l’emploi total. Par leur position d’entrants sur le marché du travail, les jeunes ont constitué la principale cible de l’emploi temporaire : un tiers des moins de 29 ans est en CDD. Certes avec l’âge, la proportion de ce type de contrat diminue. Mais des travaux statistiques montrent que chaque génération occupe finalement moins d’emplois stables que la précédente9. Autrement dit, depuis vingt ans, les jeunes constituent la tête de pont des transformations de la norme d’emploi. On mesure à quel point,  fragilisés par le chômage et l’effritement de la norme et des protections statutaires (à peine un jeune chômeur sur trois bénéficie de l’assurance chômage), ces derniers pouvaient douter du bien fondé du CPE menaçant de déstabiliser une nouvelle fois cette norme, y compris pour les plus diplômés d’entre eux. De leur côté, les femmes dont le taux d’activité a connu une croissance continue depuis vingt ans et dont le niveau moyen de diplôme a désormais dépassé celui des hommes, sont les principales cibles du temps partiel : 30 % des femmes de 15-59 ans ayant un emploi contre 5 % des hommes du même âge, en 2004. Certes, cette forme d’emploi voit son importance et son impact varier selon les âges, selon le niveau de qualification et la nature du contrat de travail, mais elle correspond en majorité à des emplois peu qualifiés, souvent associés à des horaires et des rythmes de travail morcelés. La pénalisation s’avère cumulative portant sur le revenu, la pension de retraite à venir et le déroulement de la carrière. Comme au Royaume-Uni, le SMIC ne permet plus d’éviter une pauvreté laborieuse croissante : 3,5 millions de personnes touchent, en 2004, un salaire inférieur au SMIC mensuel, dont 80 % de femmes majoritairement à temps partiel. Enfin, les seniors, longtemps écartés de la population active par les politiques de préretraites, voient désormais, sous la pression des réformes des systèmes de retraites, leur participation sollicitée… mais sous des modalités particulières : temps partiel, emplois intermittents et temporaires, et en renfort, le nouveau CDD seniors de 18 mois, renouvelable,pour les chômeurs de plus de 57 ans. Au total, loin de former des segments « périphériques » du marché du travail, les jeunes, les femmes, les travailleurs âgés, souvent à l’écart de la représentation syndicale, ont largement permis aux transformations de l’emploi de se frayer la voie. La segmentation n’a pas seulement conduit à exposer ces catégories aux statuts les plus fragiles, elle a, compte du poids majoritaire de celles-ci dans la population active et des évolutions dont elles sont porteuses, contribué à la redéfinition de l’emploi dans son ensemble. De son côté, loin de créer davantage de cohésion sociale, la politique de l’emploi a contribué à sceller les inégalités statutaires, en banalisant et en institutionnalisant les formes d’emploi dérogatoires à la norme. Ces dernières ne portent d’ailleurs pas exclusivement sur la nature juridique du contrat. Le principe d’exonération des charges sociales (24 milliards d’euros en 2004) dédouane l’employeur de sa responsabilité de co-financeur de la protection. Cet allègement est massif pour le recrutement des salariés à bas salaires : 26 % au niveau du SMIC, avec une dégressivité jusqu’à 1,7 fois le SMIC. Il pose plus largement la question de l’encouragement, par la politique publique, d’emplois de faible qualité, offrant des solutions provisoires sans protéger durablement du chômage. De son côté, la prime à l’emploi, accordée à 8,5 millions de personnes en 2004, exempte l’employeur de la responsabilité de délivrer un salaire décent, en reportant sur l’Etat la charge de compenser un revenu insuffisant.

  • 10  Courier International, n° 807, 20 au 26 avril 2006.

7 La politique de l’emploi en France, a peu mordu sur le chômage. On peut en dire autant du Royaume-Uni où, rappelons-le, c’est l’emploi public (certes non statutaire), d’une part, et l’ampleur de l’invalidité, d’autre part, qui expliquent les bons résultats du chômage. La différence significative de performances d’emploi est néanmoins essentielle à prendre en compte car les mobilités même subies n’ont pas le même sens lorsqu’elles débouchent sur la menace du chômage voire de l’exclusion dans un cas, et lorsqu’elles sont suivies d’une reprise d’emploi, même avec changement de métier et déclassement salarial, dans l’autre…Nombre de Britanniques ont mal compris l’angoisse de la précarisation chez les jeunes qu’a révélé le récent conflit social. Dans les colonnes de Courrier International, Martin Wolf, commentateur en chef sur les questions économiques au Financial Times écrit : « En France, la population semble croire que tout le monde peut et devrait être traité comme un fonctionnaire. Elle veut à la fois une sécurité de l’emploi quasi-absolue et l’accroissement de la prospérité. (…), ça tient du trouble cognitif collectif »10. Martin Wolf sait-il que les jeunes Français, lorsqu’ils travaillent dans le secteur public, sont à 40 % sur des statuts de vacataires, de contractuels ou sur des emplois aidés de courte durée ? Ces mêmes jeunes font quotidiennement l’expérience que la flexibilisation de leur emploi ne diminue en rien le risque de chômage, au contraire : la fin d’emploi précaire reste, et de loin, la première cause d’entrée en chômage.

8 Ce court panorama débouche sur une perspective que laisse peu entrevoir l’opposition simpliste flexibilité versus rigidité. La dualité n’est finalement pas là où on l’attend. Et si ce n’était pas le libéralisme économique mais au contraire les éléments de re-régulation du marché du travail (salaire minimum, restauration de la négociation collective, investissements publics…), certes encore très insuffisants, qui, couplés à une politique économique dégagée du carcan du pacte de stabilité, constituaient actuellement les véritables atouts de l’économie britannique ? Et si l’absence de politique macro-économique de croissance, la stérilisation de l’instrument budgétaire, le déséquilibre croissant des relations du travail étaient à l’origine du marasme français ? Et si la segmentation du marché du travail  - qui caractérise les deux pays - constituait un obstacle majeur à l’émergence d’une régulation articulant vertueusement croissance durable, qualité de l’emploi et cohésion sociale ? Les représentations de la précarité sont certes largement différentes dans les deux pays, mais la question de la qualité de l’emploi et des trajectoires professionnelles trouve un écho de part et d’autre, à travers les maigres performances de la productivité du travail outre-Manche, à travers la pression d’un chômage de masse dans l’hexagone, à travers les dangereuses fragmentations du tissu social dans les deux ensembles nationaux.

Haut de page

Notes

1  Une procédure administrative de licenciement a néanmoins été mise en place en 2004.

2  Taillepied P., « Evolution de l'emploi public en France et au Royaume-Uni depuis 1980 : éléments de comparaison », Diagnostics, Prévisions et Analyses Économiques, N° 83 – Sept. 2005.

3  Depuis 1996, la Jobseeker’s allowance est versée sans condition de ressources pendant six mois pour les chômeurs qui peuvent se prévaloir d’une durée de cotisation d’au moins un an sans interruption. Son montant s’élève à 57,45 livres sterling hebdomadaires pour les plus de 25 ans. Pour les autres (85 % des cas), elle est versée sous conditions de ressources sous les mêmes conditions que l’assistance (Income support). Dans ce cas, la base de calcul de versement de la prestation tient compte du revenu du conjoint qui ne doit pas travailler plus de 24 heures par semaine et tient compte de la taille de la famille.

4  The New Deal for Young People, National Audit Office, Londres,février 2002.

5  Cf. « Bad jobs : état des lieux et enjeux du syndicalisme » Lefresne F., Chronique Internationale de l’IRES, n° 97, « Précarisation de l’emploi et représentation syndicale », novembre 2005, pp. 109-120.

6  Il s’agit de la part des personnes vivant dans un ménage dont le revenu disponible est inférieur à 60 % du revenu national médian. Les indicateurs sont fondés ici sur les données du Panel Communautaire des Ménages de 2001, cf. « Pauvreté et exclusion sociale dans l’Union européenne », Dennis I, Guio C., Statistiques en bref, Eurostat, 16/2004.

7  Cf. « Précarité pour tous : la norme du futur ? », Lefresne F., Le Monde diplomatique, mars 2006.

8  « Les mouvements de main-d’œuvre au quatrième trimestre 2004 », Premières Synthèses-Premières Informations, DARES, n°32-2, août 2005.

9  « Les jeunes au cœur des dynamiques du marché du travail », Fondeur Y., Minni C., Économie et Statistique, Insee, n°378-379, juillet 2005.

10  Courier International, n° 807, 20 au 26 avril 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Lefresne, « Flexibilité versus rigidité : les faux-semblants de la comparaison France / Royaume-Uni », Observatoire de la société britannique, 2 | 2006, 9-17.

Référence électronique

Florence Lefresne, « Flexibilité versus rigidité : les faux-semblants de la comparaison France / Royaume-Uni », Observatoire de la société britannique [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/101

Haut de page

Auteur

Florence Lefresne

Economiste et chercheuse à l'Institut de Recherches économiques et Sociales (IRES)

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org