Navigation – Plan du site

Les deux premières années dans l’opposition de la branche écossaise du Parti travailliste : un apprentissage laborieux

Edwige Camp-Pietrain
p. 135-163

Résumé

Depuis 2007, les Travaillistes écossais éprouvent des difficultés à s’adapter à un statut inédit, celui d’opposant. Ils doivent composer avec un gouvernement britannique impopulaire. Divisés sur des questions de personnes et de stratégies, ils se trouvent plus souvent sur le terrain du dénigrement que des propositions, aux plans constitutionnel et socio-économique. Face à eux, le gouvernement nationaliste paraît uni et déterminé, malgré ses contradictions.

Haut de page

Texte intégral

1 L’après-Blair en Écosse coïncide avec l’apprentissage de l’opposition par la branche écossaise du Parti travailliste (Scottish Labour Party, SLP). Celle-ci dirigeait l’exécutif écossais depuis 1999, au sein d’une coalition avec les Libéraux-Démocrates. En mai 2007, à l’issue des troisièmes élections au Parlement écossais (Holyrood), elle dut céder le pouvoir au SNP (Scottish National Party), même si l’écart entre les deux partis était faible (moins de 1 % des suffrages et 1 siège, tableau 5). Le gouvernement minoritaire du SNP se maintient au pouvoir depuis 2 ans.

2 Or les Travaillistes constituaient le parti dominant en sièges, aux élections à la Chambre des Communes depuis 1959, aux élections locales depuis la réforme des collectivités locales de 1974, aux élections au Parlement européen depuis 1984. Cette position ne reposait jamais sur une majorité absolue de suffrages, difficile dans un système à quatre partis, mais sur une nette avance par rapport à leurs adversaires, amplifiée par le scrutin majoritaire à un tour. Elle fut maintenue lors des élections au Parlement écossais de 1999 et 2003, organisées selon un mode de scrutin mêlant systèmes majoritaire et proportionnel. Elle prit fin aux élections de mai 2007 à Holyrood, et dans les conseils locaux (tableau 4). Les Travaillistes, légèrement devancés en sièges par le SNP, ne détenaient la majorité que dans deux conseils (Glasgow et Lanarkshire) sur 32. Aux élections européennes de juin 2009, ils conservèrent le même nombre de députés que le SNP, malgré un score inférieur de 8 % ; leur liste n’arrivait en tête que dans 3 conseils. Dans les deux cas, le scrutin proportionnel était en partie responsable. Mais on constate un effondrement du SLP, qui recueillait les suffrages de plus de 900 000 électeurs aux élections à Holyrood de 1999 (et aux élections à la Chambre des Communes de 2005, tableau 1), contre 650 000 en 2007.

3 Le SLP peine à se différencier du Parti travailliste britannique, écueil problématique dans le contexte de la dévolution. Qui plus est, il subit les conséquences de l’impopularité de ce parti, face à un SNP qui ignore ce type de contraintes. Ces tensions apparaissent tant dans la structure et la direction du parti qu’à travers dans son programme socio-économique et constitutionnel.

Une structure fragilisée

  • 1  Jusqu’en 1994, il s’appelait Scottish Council of the Labour Party, avant d’adopter le nom du parti (...)
  • 2  Néanmoins, un de ses membres, Jack McConnell, secrétaire général du SLP de 1992 à 1998, étoffa les (...)

4 Le SLP n’est qu’une branche du Parti travailliste britannique1. Les finances, comme les adhésions, demeurent centralisées à Londres. À la fin des années quatre-vingt, un groupe de pression interne, Scottish Labour Action (SLA), proposa son autonomie, sans grand succès2. Ces contraintes pèsent sur les élections, et sur la représentation à Holyrood.

  • 3  En 2002, la moitié ne participèrent à aucune réunion, tandis que seuls 37 % prirent part à la dési (...)
  • 4  Ses dépenses étaient inférieures à 50 % des plafonds autorisés (nos calculs, Camp, 2005, 302).
  • 5  Il prévoit l’égalité de salaire, quel que soit le statut, d’employés effectuant un même travail.
  • 6  Fire Brigades Union, RMT, Public and Commercial Services Union, GPMU Print and Media (Dinwoodie, 2 (...)
  • 7  TGWU et Amicus approuvèrent, contrairement à FBU, RMT, PCS, UNISON, UCU (McMahon, 2007).
  • 8  En 2004, en dernière lecture, 4 députés travaillistes s’opposèrent au projet, dont deux anciens él (...)

5 D’une part, au plan électoral, le SLP a connu une chute de ses adhérents, de 31000 en 1998 à 22000 en 2002 et 15000 aujourd’hui (Lynch, Birrell, 2004, 181 ; Herald, 2009). Cependant, le New Labour, peu en phase avec les traditions du parti en Écosse, n’incite pas au militantisme3. Cet effondrement a même atteint des sièges urbains défavorisés, jugés sûrs, Glasgow Baillieston, Shettleston, Springburn, dans lesquels le SLP comptait moins de 200 membres en 2003. Or il sembla s’en désintéresser, d’après ses dépenses aux élections de 2003 à Holyrood4. Les sections locales se plaignaient de cette désaffection. De plus, le SLP a perdu des financements syndicaux, sur des questions se décidant à Londres, comme la guerre en Irak, la PPP malgré l’accord négocié en novembre 2002 entre la confédération syndicale écossaise STUC et l’exécutif écossais5. Ainsi, dès 2003, des leaders syndicaux prirent leurs distances6. En 2007, la décision du Congrès annuel du STUC visant à soutenir les Travaillistes ne fut acquise qu’à une voix de majorité7. Le SLP subit également le contexte écossais, notamment l’introduction de la représentation proportionnelle dans l’élection des conseils des collectivités locales. Jack McConnell affirma vouloir renforcer la démocratie locale, et le statut des conseillers locaux. En fait, il était contraint de satisfaire ses alliés libéraux-démocrates8. En privé, il espérait dynamiser un parti menacé de perdre ses fiefs.

  • 9  En 2003, les dépenses électorales du SNP dans les grandes villes progressaient, celles de ses adve (...)
  • 10  Dundee West, Edinburgh East, Fife Central, Kilmarnock & Loudoun, Livingston depuis sa création en (...)
  • 11  Coefficients de corrélation entre résultats et structure socio-économique des sièges (nos calculs, (...)

6 Nombre de ces défections ont bénéficié au Scottish Socialist Party (SSP) de Tommy Sheridan, et, surtout, au SNP. En effet, les deux partis se positionnaient à gauche du New Labour, et avaient une stratégie rationnelle d’implantation dans les bastions du SLP9. Cette politique porta ses fruits en 2007, le SNP profitant de l’implosion du SSP, et de forces comparables à celles du SLP s’agissant des adhérents comme du budget de campagne (MacDonell, 218). Par contraste, l’ingérence du Parti travailliste britannique, peu apprécié, s’avéra contre-productive (Fraser, 2007a). Le SNP emporta 21 circonscriptions, mais il convient de relativiser cette victoire. Il ne prit que 9 sièges aux Travaillistes (dont 5 fiefs)10 qui conservèrent un vote plus cohérent11, et ne perdirent que 4 élus, des députés de listes remplaçant les élus directs.

7 Après cette défaite, le nouveau leader, Wendy Alexander, confia à un homme d’affaires (peu apprécié par la gauche traditionnelle) la tâche de concevoir un parti autonome, et au secrétaire de la branche écossaise de UNITE, la recherche d’adhérents (Fraser, 2007c). Elle insista sur la formation des candidats aux techniques de campagne, et évoqua l’idée de les obliger à rendre des comptes (Fraser, 2008e). Mais la discussion de ces réformes, prévue au Congrès écossais du printemps 2008, dut être reportée en raison de l’actualité (voir infra) (Fraser, 2008a).

8 Par conséquent, c’est un parti n’ayant pas tiré les leçons de sa défaite qui aborda l’élection partielle de Glasgow East (Chambre des Communes) en juillet 2008. Dans un fief historique, il manquait de militants, d’organisation et de programme. Il envoya du matériel électoral au candidat SNP (Dinwoodie, 2008c). Margaret Curran (députée à Holyrood), sélectionnée par défaut à deux semaines du scrutin, fut battue (tableau 2). Par contre, le SLP prépara les élections partielles suivantes, Glenrothes en novembre 2008 et Glasgow North East en novembre 2009 (Currie, 2009d). Les candidats, issus des localités, menèrent des campagnes d’opposition au SNP, couronnées de succès (tableau 2). McConnell fut toutefois invité à reporter sa prise de fonction au poste de haut commissaire au Malawi afin d’éviter une élection partielle (Crichton, 2009c).

  • 12  Au Congrès écossais de 2008, le leader de North Lanarkshire évoqua un grave danger pour le parti ( (...)
  • 13  Tous les conseils ont dû signer, même Glasgow, ce que rappela Alex Neil, député SNP (SP, 2008a, co (...)

9 Le secrétaire du SLP, Colin Smyth, est chargé de la réorganisation (Fraser, 2008h). Or les revenus du SLP demeurent insuffisants : en 2008, les dons représentaient 10 % de ceux de 2007, alors que le SNP n’en avait perdu que la moitié (Dinwoodie, 2009d). Ses conseillers locaux n’ont pas entériné la représentation proportionnelle12. Ils sont déstabilisés par l’accord conclu avec le gouvernement SNP qui leur offrit une hausse de leur dotation et une latitude dans la répartition de leurs dépenses pour atteindre ses objectifs, en échange du gel de la taxe d’habitation13.

  • 14  Chaque paire de circonscriptions devait désigner un homme et une femme. Il y a désormais une simpl (...)
  • 15  Fraser, 2004, 131. Une enquête organisée au moment des élections de 1999 montra que seul un candid (...)

10 D’autre part, les Travaillistes écossais doivent s’adapter à la logique du mode de scrutin qu’ils ont retenu. Tout d’abord, s’agissant de la représentation féminine, ils réussirent à atteindre la parité, grâce à un dispositif de sélection contraignant, aujourd’hui abandonné14. Certes, en 2007, les femmes élues en 1999 parvinrent à conserver leurs sièges, mais, parmi les nouveaux députés, les hommes étaient plus nombreux. Ensuite, le SLP a assuré un renouvellement limité des élus. Certes, leur moyenne d’âge était plus faible qu’à Westminster, mais l’écart s’estompe. Il n’a pas favorisé l’élection de minorités ethniques, cédant du terrain au SNP. Il s’éloigne de sa base ouvrière (moins de 5 % des élus, contre 14 % à la Chambre des Communes). L’enseignement et le secteur social demeurent surreprésentés, même si, à la différence de Westminster, cet engagement à gauche est plus ancré dans l’expérience des communautés locales que théorique. L’étiquette New Labour, indispensable pour être sélectionné en 1999, est peu prisée à Holyrood15.

  • 16   Les Travaillistes cherchèrent aussi à réduire les indemnités des députés de liste, et à limiter l (...)
  • 17  Les électeurs s’adressaient plus souvent à l’interlocuteur approprié, mais la coopération semblait (...)
  • 18  Des Browne, Tom Clarke, Michael Connarty, Ian Davidson, Commission on Scottish Devolution, 2009a, (...)

11 Enfin, les députés travaillistes écossais rejettent les élus sur des listes régionales, issus d’autres partis et dépourvus de liens directs avec l’électeur (Watson, 2001, 117). Ces tensions16 furent exacerbées dès 2005 par la réduction du nombre de sièges écossais à Westminster, puis, en 2007, par la hausse du nombre de députés SNP à Holyrood. Elles s’expriment ouvertement. En 2005, face à la Commission Arbuthnott sur les modes de scrutin, nombre de députés à la Chambre des Communes se posèrent en interlocuteurs des électeurs, et le SLP proposa de désigner tous les élus à Holyrood par un seul vote, en faveur du même parti (Commission on Boundary Differences and Voting Systems, 2006, 4.40, 5.16). Au printemps 2009, face à la Commission Calman sur l’avenir de la dévolution, si les élus à Holyrood estimèrent que les relations s’étaient apaisées17, leurs collègues londoniens fustigèrent les députés (SNP) de liste, qui, avec le soutien tacite des médias et des organismes publics, s’emparaient de dossiers réservés à Westminster, tel le droit d’asile18. Ces divisions entre Londres et Édimbourg concernent aussi la direction du parti.

Une direction instable

12 Les Travaillistes écossais ont eu 5 leaders depuis 1999. Auparavant, cette fonction était occupée par le Secrétaire d’État à l’Écosse (ou son homologue au sein du Cabinet fantôme). Depuis la dévolution, le groupe parlementaire à Holyrood choisit son leader. Les candidats, tenus de recueillir l’appui de 5 collègues, sont départagés par un collège électoral tripartite (élus, syndicats, adhérents). Ce dispositif fonctionna pour Donald Dewar en 1998, selon le système du vote bloqué qui confina l’élection à 500 personnes. Henry McLeish, Jack McConnell et Wendy Alexander, seuls candidats, furent désignés par les élus et la direction du SLP, soit 80 personnes. Seul Iain Gray, l’actuel leader, a été élu par tout le collège (300 000 personnes). Ayant obtenu la majorité dans chacune des trois composantes, il paraissait capable de surmonter divers écueils.

  • 19  Leader de la branche écossaise dix ans plus tôt, il l’avait encouragée à former une convention con (...)
  • 20  Il s’agissait de loyers non déclarés de sa permanence de député à Westminster (McLeish, 2004, 132) (...)
  • 21  Il obtint un traitement plus clément des demandeurs d’asile en Écosse. Proche de Blair, il se rapp (...)
  • 22   Elle avait reçu un financement modeste, non déclaré, d’une société domiciliée à Jersey (Fraser, 2 (...)

13 En premier lieu, se pose le problème de l’autorité du leader auprès du SLP. Donald Dewar était le seul à disposer d’une légitimité, mais il décéda à l’automne 200019. Henry McLeish, son successeur, rapidement méprisé par ses anciens collègues à Westminster car il se posait en défenseur de l’Écosse, ne put résister au scandale financier20. Ce fut le dernier leader ayant connu le Parlement et le gouvernement britanniques. De 2001 à 2007, les Travaillistes écossais furent dirigés par Jack McConnell qui, en dépit d’ambitions modestes, consolida les réformes de son prédécesseur, et parvint à s’imposer face au gouvernement britannique21. Il se retira à l’été 2007, au profit de son ancienne collègue du SLA, Wendy Alexander. Économiste, elle avait fait carrière au SLP, en tant que conseillère de Dewar, puis ministre. Proche de Gordon Brown, elle chercha à affirmer l’autonomie de son parti, ce qui suscita un tollé. Elle jeta l’éponge en juin 2008 à la suite d’une affaire de financement22, décision davantage imputable au manque de soutiens internes qu’à la gravité de sa faute qui ne fut pas sanctionnée. Iain Gray la remplaça. Député au Parlement écossais battu en 2003 et réélu en 2007, il fut dans l’intervalle conseiller spécial d’Alistair Darling, Secrétaire d’État à l’Écosse, c’est pourquoi il était considéré comme le candidat de Londres. Dès septembre 2009, au congrès du Parti travailliste, des voix s’élevèrent néanmoins pour fustiger l’insuffisance de son opposition au gouvernement nationaliste (Currie, 2009c).

  • 23  Ainsi, en 1999, Dewar engagea des négociations en vue d’une coalition, après l’élection, sans cons (...)
  • 24  Hassan, 2002, 31. Conscient ce manque, en 2003, avant l’élection, il organisa des forums locaux.
  • 25  Auparavant, il débattait à partir de motions, et pouvait définir des solutions écossaises, Keating (...)

14 En second lieu, du fait de ces « couronnements », le parti n’a pas connu de débat démocratique jusqu’en 2008. En 2007, aucun prétendant ne reçut les soutiens permettant de contrer Alexander. (Fraser, Dinwoodie, 2007). Afin de pallier cette carence, celle-ci entama un tour d’Écosse, à l’écoute des militants. En 2008, les trois candidats s’affrontèrent lors de 8 réunions régionales. Gray recueillit 58 % des voix, contre 42 % à Cathy Jamieson, candidate de gauche, Andy Kerr ayant été éliminé dès le premier tour. Or seul ce type de confrontation peut remotiver un parti qui, depuis la dévolution, doit respecter le processus voulu par Tony Blair23. Le Congrès écossais annuel est une chambre d’enregistrement des propositions du Scottish Policy Forum, dominé par l’élite, en particulier les ministres24. Il doit désormais se consacrer aux questions dévolues, et à la rédaction du Manifeste pour les élections à Holyrood25.

  • 26  Les deux partis comptent dans leur électorat des proportions équivalentes d’ouvriers (Keating, 200 (...)

15 En troisième lieu, ces leaders travaillistes peinent à s’imposer auprès de l’électorat, face à Alex Salmond, leader du SNP et First minister, figure de la vie politique écossaise depuis 20 ans. Plus encore, en 2008, les Travaillistes ont élu à leur tête le candidat le moins connu des électeurs. Lorsque les leaders travaillistes sont identifiés, ils sont moins populaires que Salmond. Ainsi, au printemps 2008, deux tiers des sondés étaient satisfaits de Salmond en tant que leader, contre seulement un tiers pour Alexander (Curtice, 2008, 29). Gray tenta de se positionner en homme de gauche, connaisseur du terrain (ancien enseignant, ayant travaillé en Afrique pour Oxfam), face à un Salmond plus proche de l’élite (ancien économiste à la Royal Bank of Scotland, au Scottish Office, puis député à Westminster) (Sunday Herald, 2008b). Mais en 2008, comme au début de 2009, 40 % des personnes interrogées estimaient que le meilleur First minister était Salmond, alors que moins de 17 % accordaient ce qualificatif au leader travailliste (Curtice, 2009b, 27). La stratégie d’opposition entre les classes ne fonctionne plus, car depuis la dévolution, les différences entre les deux partis s’estompent aux yeux de l’électorat26. S’agissant des intérêts de l’Écosse, le New Labour est jugé indifférent, contrairement au Scottish Labour. Cependant, celui-ci est concurrencé par le SNP. La crise financière redora le blason de Gordon Brown en octobre 2008, mais dès le début 2009, il faisait jeu égal avec Salmond (Curtice, 2009a, 27).

  • 27  La candidate de Glasgow East s’était placée du côté de la population face au gouvernement britanni (...)

16 En quatrième lieu, les députés écossais à la Chambre des Communes ne reconnaissant pas ce leader comme leur chef, ils n’hésitent pas à le critiquer. À l’automne 2008, Tom McCabe, député à Holyrood, proposa un réel leader écossais, afin de répondre au SNP enjeu par enjeu (McCabe, 2008). Tom Harris, député à Westminster, refusa d’être dirigé par un élu incompétent dans les domaines réservés, désigné à un scrutin délaissé par les Écossais (Harris, 2008). Des Browne, Secrétaire d’État à l’Écosse, invita au respect des structures existantes (Dinwoodie, 2008e). Gray rétorqua qu’il était responsable à l’égard de tous ceux qui l’avaient élu, ajoutant que seule l’unité permettait les succès électoraux27. En outre, depuis octobre 2008, le leader écossais est quelque peu éclipsé par Jim Murphy, Secrétaire d’État à l’Écosse du Cabinet britannique. Celui-ci intervient fréquemment face à Salmond, parce qu’il exerce sa fonction à temps plein, et que l’actualité est dominée par la crise financière (Paterson, 2009). Certes, au printemps 2009, alors que son conseil se tenait en Écosse, Gordon Brown écarta toute réunion conjointe des deux gouvernements (terme qu’il tolère désormais), au profit d’une rencontre avec les leaders des partis écossais (Crichton, 2009a). Il n’en demeure pas moins que Gray a du mal à affirmer une position singulière. En septembre 2009, alors qu’il avait participé avec le SNP au groupe multipartite sur l’avenir des usines écossaises de Diageo, il s’en désolidarisa lorsque la multinationale rejeta les propositions (Currie, 2009b). Il tente aussi d’apporter la contradiction sur le terrain du SNP.

Une stratégie hésitante au plan constitutionnel

17 Si en 1974, la branche écossaise du Parti travailliste se vit imposer la dévolution par son état-major londonien, elle joua ensuite un rôle moteur, avec la Convention constitutionnelle. Après 1999, les First minister travaillistes revendiquèrent leur identité écossaise qui légitimait les politiques locales, en la dissociant des institutions. Or depuis 2007, les Travaillistes doivent se définir face à un gouvernement qui doit organiser, d’ici le terme de la législature, un référendum sur l’ouverture de négociations avec le gouvernement britannique pour la formation d’un État indépendant (Scottish Government, 2007, chapitre 5). Les sondages montrant les réticences des Écossais, dès août 2007, Salmond engagea une « Conversation nationale » pour les surmonter.

18 Wendy Alexander chercha à élaborer une stratégie crédible. D’une part, s’agissant des projets, elle proposa aux partis « unionistes », Libéraux-Démocrates et Conservateurs, une réflexion sur la poursuite de la dévolution, en liaison avec leurs collègues britanniques (Schofield, 2007). Le 13 août, veille de la déclaration de Salmond, ils s’y engagèrent. Or McConnell avait fait campagne en avril sur le maintien du statu quo. Puis Alexander évoqua une commission dirigée par une personnalité indépendante, qui étudierait le transfert de nouvelles compétences au Parlement écossais, afin de corriger l’image d’une assemblée consacrée aux dépenses et indifférente aux recettes. En décembre 2007, à Holyrood, ses partenaires appuyèrent sa motion prévoyant une révision du Scotland Act de 1998, afin de répondre aux aspirations des Écossais, consolider la responsabilité financière du Parlement, et assurer la position de l’Écosse à l’intérieur du Royaume-Uni (SP, 2007b, col. 4134). De ce fait, c’est le SNP qui paraissait isolé, extrémiste, même si Salmond se vantait d’avoir contraint ses adversaires à ces manœuvres.

19 Dans le même temps, Alexander se justifia auprès de son parti. Elle expliqua que les relations avec Westminster n’avaient pas été traitées. Elle cita Dewar, qui évoquait un processus de dévolution, et rappela que des transferts avaient eu lieu depuis 1999 (Alexander, 2008, 13). Mais elle se heurta au parti britannique dès le mois d’août 2007. Des Browne, Secrétaire d’État à l’Écosse, se prononça en faveur du statu quo (Dinwoodie, 2007). David Cairns, ministre au Scotland Office, affirma que les transferts, notamment fiscaux, n’étaient pas justifiés (Settle, 2008). Brian Wilson et Lewis Mooney, anciens députés et ministres, dénigrèrent un projet insensé (Fraser, 2008c). De ce fait, Gordon Brown parla de simple révision. Mais Alexander sut le convaincre, grâce à la pression du SNP qui annonçait une deuxième phase de sa conversation nationale, axée sur la société civile, l’un des fondements de la domination travailliste. En mars 2008, Brown accepta la motion adoptée à Holyrood (Fraser, 2008d). Le nom du président, Calman, fut dévoilé à Londres et à Édimbourg par les trois partis signataires (Fraser, 2008b). Cairns glissa que cette commission pourrait envisager un retour au Parlement britannique de compétences dévolues, concevable pour Alexander mais pas pour les Libéraux-démocrates (Alexander, 2008, 20).

  • 28  La circulation routière (vitesse, alcool), mais aussi l’utilisation effective des pouvoirs relatif (...)
  • 29  Élections au Parlement écossais, armes à feu, SP, 2009f, col. 18843, Mike Russell, ministre de la (...)
  • 30  Concernant le pouvoir d’emprunter, réclamé par les Libéraux-démocrates et le SNP, le STUC se décla (...)

20 Cette commission siégea pendant plus d’un an. Le mouvement travailliste était représenté par Murray Elder, ancien secrétaire général du SLP, membre de la Chambre des Lords et Matt Smith, secrétaire de la branche écossaise de UNISON. Lors des consultations, le SLP se consacra davantage à la critique des dangers de l’indépendance qu’à des propositions, à l’exception d’une meilleure coopération entre Londres et Édimbourg (Commission on Scottish Devolution, 2009a, Colin Smyth, 23 février). En juin 2009, la Commission publia un rapport prônant des transferts de compétences supplémentaires28. Lors du débat qui s’ensuivit, à l’initiative de Iain Gray, le SNP déposa une motion par laquelle il s’invitait à négocier avec le gouvernement britannique l’application immédiate de transferts non controversés29. Mais ses adversaires préférèrent créer un groupe de travail sur les modalités d’exécution du rapport (SP, 2009f, col. 18836). Pauline McNeil souligna que toute réforme devait reposer sur la volonté du peuple exprimée par son Parlement (SP, 2009f, col. 18844). Gray rappela que ce rapport constituait un ensemble cohérent. Cette position attentiste permit au mouvement travailliste de masquer ses divisions30. Gordon Brown s’empressa de publier un Livre Blanc endossant ces recommandations, peu contraignant puisqu’il ne pourrait être mis en œuvre qu’après les élections de 2010 (Scotland Office, 2009).

21 D’autre part, en ce qui concerne le référendum, début mai 2008, Wendy Alexander affirma que son parti était prêt à rédiger un projet de loi en autorisant l’organisation rapide (Fraser, 2008j). Consciente de l’impopularité croissante du gouvernement britannique, elle souhaitait éviter un vote sanction lors du référendum prévu pour 2010-2011 par le SNP. Mais elle prit cet engagement sans consultation préalable. Ses députés, comme ses partenaires au sein de la Commission Calman, se sentirent trahis. Elle passa les jours suivants à tenter d’en préciser les formes, avec maladresses et contradictions. Il apparut d’abord qu’une proposition de loi ne pouvait juridiquement porter sur le thème d’un projet de loi existant (Dinwoodie, Settle, 2008a). Ensuite, elle s’embrouilla dans la formulation de la question (Crichton, 2008). Elle ne reçut pas le soutien escompté de Gordon Brown, ni de son frère Douglas, ministre du gouvernement britannique. Accusée de faire le jeu de Salmond, elle fut invitée à démissionner par des députés travaillistes écossais à Westminster (Settle, Dinwoodie, 2008b). Dix jours après son annonce, elle se rétracta (Dinwoodie, 2008b). Néanmoins, elle avait légitimé l’idée de référendum du SNP. Parmi les candidats à sa succession, seul Kerr se déclara ouvert sur cette question, mais, comme ses adversaires, il se concentra sur les problèmes préoccupant les Écossais (Sunday Herald, 2008a).

22 Or ce type de référendum nécessiterait le vote d’une loi par le Parlement écossais, qui ne compte que 50 députés indépendantistes (47 SNP, 2 Verts et Margo McDonald, non-inscrite). En mars 2009, les trois partis « unionistes » manifestèrent leur refus. La motion des Travaillistes, portée par Johann Lamont (SP, 2009d, col. 15433), dénonçait un gouvernement écossais qui, obnubilé par la « séparation », ne se donnait pas la peine d’utiliser les compétences à sa disposition, et, de fait, n’appliquait pas son Manifeste électoral (SP, 2009d, col. 15485, Margaret Curran). Les Libéraux-Démocrates ajoutèrent un amendement enjoignant au gouvernement de renoncer à son projet de référendum jusqu’au terme de la législature (SP, 2009d, col. 15442, Mike Rumbles). Une fois encore, les partis britanniques ne parvinrent pas à dépasser l’affrontement sur une question tactique. McDonald déplora leur incapacité à débattre des questions de fond, la place de l’Écosse au sein de l’Union (SP, 2009d, col. 15469). Le SNP se défendit, s’en remettant à la volonté du peuple, dans un nouveau Libre Blanc publié le jour de la Saint-André 2009 (Scottish Government, 2009). Il renvoya les Travaillistes et les Libéraux-Démocrates à leurs contradictions, car ils avaient eux aussi envisagé un référendum. Johann Lamont rétorqua que leur consultation s’inscrivait dans un contexte (SP, 2009d, col. 15433). La crise économique avait modifié l’ordre des priorités.

Un programme socio-économique visant à préserver les acquis

23 Depuis plus de 20 ans, les Nationalistes s’affichent comme les vrais défenseurs de la social-démocratie, en particulier face au « New Labour ». Le SLP dans l’opposition tente de reconquérir ce terrain, par des propositions, mais surtout par des critiques.

  • 31  L’électorat approuvait la substitution (58 %, sondage YouGov du 31 mars 2007), malgré les incertit (...)
  • 32  En tant que ministre des communautés, elle louait le partenariat avec le New Labour anglais pour r (...)
  • 33  John Wheatley (logement), Tom Johnston (santé), William Ross (politique régionale), Alexander, 200 (...)
  • 34  Elle avait pourtant réformé les droits universitaires, créant un forfait encadré, présenté comme u (...)
  • 35   Cela aurait engendré des dissensions, Elaine Smith, membre de la Campaign for Socialism, expliqua (...)
  • 36  Elle visita la Suède pour observer la stratégie de reconquête du pouvoir par les Sociaux-démocrate (...)

24 Les Travaillistes écossais savent que leur volonté de continuité fut en partie responsable de leur défaite en 2007. Leur Manifeste suggérait des aménagements d’une taxe locale impopulaire (SLP, 2007, 99), alors que Salmond promettait de la remplacer par un impôt local sur le revenu31. Dès le printemps 2008, Wendy Alexander publia un document intitulé Change is What We Do, dans lequel elle reconnaissait l’aspiration au changement de la population (Alexander, 2008, 1). Les Travaillistes écossais, qui avaient perdu leur capacité d’écoute, ne disposaient pas d’un droit à gouverner. Elle les encourageait à définir des solutions écossaises et revendiquait son autonomie dans les domaines dévolus, position constante depuis 2007 (Fraser, 2007b). Elle rompit avec son image de « modernisatrice »32. Se situant dans un combat entre les valeurs progressistes et le Nationalisme, elle se référa aux grandes réformes mises en place par des ministres travaillistes écossais33, pour rappeler la nécessité de considérer les plus démunis comme prioritaires. Ainsi, il était préférable de consacrer des moyens à l’apprentissage plutôt qu’aux étudiants qui, grâce à leur diplôme, étaient assurés d’un revenu décent34. Mais Alexander n’eut pas le temps de mettre en œuvre ses orientations35. Les trois candidats à sa succession demeurèrent flous sur les questions clés pour le SNP, comme la fiscalité locale. Après sa désignation, Iain Gray instaura 4 forums sur l’économie, l’égalité des chances, la sécurité et la santé, confiés à des personnalités de la société civile, dont le secrétaire adjoint du STUC (Dinwoodie, 2009c). Ces experts devaient formuler des projets applicables, pour les élections à Holyrood de 2011. Margaret Curran, députée, devait en effectuer la synthèse36. Les choix étaient encore reportés.

  • 37  Cela concerne la baisse de la taxe professionnelle (les micro-entreprises sont assujetties à l’imp (...)
  • 38   En mars 2009, à Holyrood, chacun de leur porte-parole décrivit une détérioration des services pub (...)
  • 39  Ils dénoncèrent la contribution demandée pour certains services à domicile par le candidat SNP, le (...)

25 Dans l’attente de cette hypothétique refondation, les Travaillistes préfèrent s’opposer au parti au pouvoir, engagé à abaisser l’impôt, notamment sur les entreprises, pour les inciter à s’installer en Écosse, tout en multipliant les promesses de dépenses. Dès lors, ils s’élèvent contre la réduction de la pression fiscale locale à l’avantage des plus aisés37. Ils dénigrent le décalage entre les propositions du SNP en 2007 et ses réalisations, qu’il s’agisse des recettes (réforme de la taxe d’habitation) ou des dépenses (prise en charge des dettes des étudiants, taille des classes, investissements publics sans PPP)38. Or le gouvernement écossais réplique que ses décisions sont fondées sur les transferts du budget britannique, et sur la dynamique d’un Parlement composé de minorités. Cette tactique peut toutefois le desservir au plan local, comme le montra l’élection partielle de Glasgow North East en 2009, lorsque les Travaillistes dénoncèrent l’abandon du projet de desserte ferroviaire de l’aéroport de Glasgow (Currie, Dinwoodie, 2009). Par ailleurs, les Travaillistes soulignent l’incohérence d’un programme associant, sur le court terme, baisse des recettes et hausse des dépenses. Ils qualifièrent les Nationalistes de tartan tories, comme dans les années soixante-dix (SP, 2008a, col. 5898, Andy Kerr). Ils fustigèrent le modèle irlandais, caractérisé par une faible fiscalité et des infrastructures de piètre qualité (SP, 2008a, col. 5885, Elaine Murray). En conséquence, il fallait choisir entre, d’une part, la réduction des impôts et des services sociaux (aggravée par la liberté de répartition des dépenses locales) et, d’autre part, la lutte contre la pauvreté qu’ils incarnaient. Sur ce thème, ils conservèrent le siège de Glenrothes39.

  • 40  Il évoqua l’impossibilité de cautionner le gouvernement, et les limites du droit d’amendement (Din (...)

26 Cependant, lors des débats sur le projet de loi de finances annuel, décisif pour un gouvernement minoritaire, les Travaillistes se firent piéger. En janvier 2008, le budget fut voté grâce au soutien des Conservateurs, en échange d’un engagement à abaisser la taxe professionnelle et à recruter des policiers. Malgré les critiques acerbes de Gray, les Travaillistes s’abstinrent (SP, 2008a, col. 5868). Ils furent accusés de lâcheté. Leur attitude était d’autant moins compréhensible que le gouvernement venait d’approuver leur amendement en faveur de l’apprentissage. Gray se justifia maladroitement40. L’année suivante, en janvier 2009, les Travaillistes votèrent contre le projet de loi budgétaire en dernière lecture, réprouvant l’absence de concertation (SP, 2009a, col. 14409, Andy Kerr). Mais il s’agissait surtout d’un message interne (Dinwoodie, 2009a) et les Travaillistes furent embarrassés par le rejet du texte. Peu désireux d’affronter une élection, ils négocièrent avec le gouvernement un deuxième projet pouvant justifier une volte-face. Ils se prévalurent d’une hausse du nombre d’apprentis sur deux ans (SP, 2009b, col. 14680, Margaret Curran), mais malgré leurs cris de victoire, ils finirent par voter un texte sensiblement équivalent à celui qu’ils venaient de repousser (Dinwoodie, 2009b).

  • 41  SP, 2008b, col. 11109, Wendy Alexander, col. 11124, David Whitton. John Park, député, issu du STUC (...)
  • 42  En Angleterre, les créanciers ne doivent recourir qu’en dernier ressort à la saisie du logement, a (...)

27 En outre, les Travaillistes écossais, convertis à l’argumentation sécuritaire du New Labour, estiment que les Nationalistes font preuve de laxisme. Ils ne veulent pas admettre l’échec de leur loi de 2004 étendant les ASBO aux mineurs. Se posant du côté des victimes d’incivilités persistantes, ils souhaitèrent étendre cette pratique, mais les Conservateurs soutinrent un gouvernement qui leur avait accordé des concessions (SP, 2009e, col. 16516, 16547). Face à la crise économique et financière, domaine essentiellement réservé aux institutions britanniques, Iain Gray et ses collègues dénigrent un SNP et son leader sous le charme des dirigeants de grandes entreprises écossaises, au point de continuer à vanter leur probité et de réunir certains d’entre eux au sein d’un comité de conseillers41. En outre, ils se félicitent du sauvetage des banques écossaises par le gouvernement britannique, impossible dans une Écosse indépendante. De plus, ils réclament l’extension à l’Écosse de dispositifs anglais de protections dans les domaines dévolus, au mépris des solutions écossaises42. Ce discours, martelé pendant la campagne européenne de 2009, se solda toutefois par un échec (Currie, 2009a).

28 Le positionnement à l’égard des Libéraux-démocrates est complexe, car ce sont eux qui sont à l’origine des réformes emblématiques du Parlement écossais (droits universitaires, soins aux personnes âgées). Alexander (Alexander, 2005, 224), comme Gray (SP, 2009d, col. 18837), se concentrent plutôt sur des lois dont Donald Dewar avait pris l’initiative, telle la réforme foncière.

Conclusion

29 La branche écossaise du Parti travailliste a semblé paralysée par sa défaite en 2007. S’en est suivi un état de léthargie, que le nouveau leader Wendy Alexander, très dynamique, a peut-être cherché à faire évoluer trop rapidement. Son successeur Gray se montre plus prudent. De plus, les Travaillistes écossais parurent submergés par leurs divisions internes, empêchant le consensus sur leur orientation. La nécessité d’exister entre un gouvernement britannique du même parti, impopulaire, et un gouvernement nationaliste écossais populiste constitue une difficulté supplémentaire. À cela s’ajoute l’habileté redoutable d’Alex Salmond, en tant que débatteur et stratège, qui a su transformer sa formation en parti politique de gouvernement. Les Travaillistes semblent trop souvent pris de court sur le fond comme sur la forme. Ils ne sont pas parvenus à redéfinir un ordre du jour, et se contentent fréquemment de réagir aux projets gouvernementaux. S’agissant de l’avenir de l’Écosse, ils manquent de vision d’ensemble concrète, s’accommodant d’une Commission qui propose d’étendre les mécanismes existants, selon des modalités à préciser ultérieurement. Ce schéma constitue d’ailleurs une victoire pour le SNP. Même le référendum n’est pas exclu, le moment venu, selon la position adoptée à l’automne 2009 (Crichton, 2009b). Concernant les questions socio-économiques, ils sont peu enclins à l’autocritique de leur bilan, préférant contraster les intentions et les réalisations du SNP. Ce faisant, ils restent prisonniers du schéma droite-gauche que le SNP prétend dépasser (Hassan, 2009).

30 Certes, le parti se prévaut de victoires ponctuelles lors de deux élections partielles, liées à des facteurs externes, et du maintien de sa représentation au Parlement européen, mais ces résultats masquent une désaffection nette de son électorat traditionnel. Plus encore, les sondages indiquent que l’écart dans les intentions de vote entre Travaillistes et Nationalistes aux élections à la Chambre des Communes de 2010 se resserre, alors que ce type de scrutin avantage traditionnellement le parti britannique (Curtice, 2009b, 23). La reconquête électorale résultera probablement davantage des erreurs du SNP que de l’action du SLP, à moins que celui-ci ne recouvre son autonomie si les Conservateurs forment le prochain gouvernement britannique.

Haut de page

Bibliographie

Alexander, W., 1999, « Tackling Poverty and Social Exclusion », in Hassan, G., Warhurst, C. (eds), A Different Future, The Big Issue, Centre for Scottish Public Policy, Glasgow.

Alexander, W., 2005, « Foundations, Frustations and Hopes », in Alexander, W. (ed), Donald Dewar, Scotland’s First First Minister, Mainstream, Edinburgh.

Alexander, W., 2008, Change is What We Do, Scottish Labour Party, Glasgow, mars.

Camp, E., 2005, « Représentations politiques des villes en Écosse de 1992 à 2003 : vers une remise en cause de la domination travailliste ? », in Findlay, R., Tran, T., Findlay, B. (eds), Vivre la Ville en Écosse, Presses Universitaires de Tours, Tours.

Camp, E., 2009, « Les Facteurs de la victoire du SNP aux élections au Parlement écossais de 2007 », Etudes Écossaises, 12.

Commission on Boundary Differences and Voting Systems, 2006, Putting Citizens First : Boundaries, Voting and Representation, Stationery Office, Edinburgh.

Commission on Scottish Devolution, 2008, Written Evidence, Edinburgh.

Commission on Scottish Devolution, 2009a, Oral Evidence, Edinburgh.

Commission on Scottish Devolution, 2009b, Serving Scotland Better, Calman, K. (ed), Edinburgh.

Crichton, T., 2008, « Plan that Tied Labour into a Countdown », 9 mai, 6.

Crichton, T., 2009a, « Brown Puts Salmond on the Menu », 15 avril, 1.

Crichton, T., 2009b, « Gray Set to Allow Vote on SNP Key Mandate », 29 septembre, 6.

Crichton, T., 2009c, « McConnell Criticized Over His 40,000 Travel Bill », 29 octobre, 1.

Currie, B., 2009a, « SNP Hits Out at ‘Outrageous’ Cold Calling from Labour », 27 mai, 6.

Currie, B., 2009b, « Salmond Defends His ‘Megaphone Diplomacy’ over Diaego Closures », The Herald, 11 septembre, 6.

Currie, B., 2009c, « Can Salmond Chart a Route to Safety after the Storms ? », 29 septembre, 13.

Currie, B., 2009d, « Labour Has Learned From Last Year », 12 novembre, 6.

Currie, B., Dinwoodie, R., 2009, « Garl Decision Helped Election Win », 14 novembre, 6.

Curtice, J., 2008, « Public Attitudes and Elections », in McEwen, N. (ed), Scottish Devolution Monitoring Report, Constitution Unit, London, mai.

Curtice, J., 2009a, « Public Attitudes and Elections », in Cairney, P. (ed), Scottish Devolution Monitoring Report, Constitution Unit, London, janvier.

Curtice, J., 2009b, « Public Attitudes and Elections », in Cairney, P. (ed), Scottish Devolution Monitoring Report, Constitution Unit, London, mai.

Davidson, L., 2005, Lucky Jack, Black&White, Edinburgh.

Dinwoodie, R., 2003a, « Labour Cancels Speech by STUC Leader », The Herald, 21 mars, 6.

Dinwoodie, R., 2003b, « Alarm for Labour as Just 1 % of Firefighters Say They Will Back Party », The Herald, 15 avril, 7.

Dinwoodie, R., 2007, « Alexander Takes the Wheel and Sets Out on Collision Course with Westminster », The Herald, 22 août, 6.

Dinwoodie, R., 2008a, « Opposition Humiliated as £30 bn Budget is Passed », The Herald, 7 février, 1.

Dinwoodie, R., 2008b, « Scottish Labour Back to Square One on Referendum Bill », The Herald, 14 mai, 6.

Dinwoodie, R., 2008c, « A Close Race Ahead, Far From Comfort of Westminster », The Herald, 16 juillet, 6.

Dinwoodie, R., 2008d, « The Front Runner Behaving Like an Underdog », The Herald, 19 juillet, 7.

Dinwoodie, R., 2008e, « Gray Makes First Changes with Curran to Oversee New Policies », The Herald, 15 septembre, 1.

Dinwoodie, R., 2008f, « Interpretation of Home Care Costs Split Parties in Battle for Votes », The Herald, 17 octobre, 6.

Dinwoodie, R., 2009a, « How Gray’s Victory Could End up Strenghtening Salmond’s Position », The Herald, 29 janvier, 6.

Dinwoodie, R., 2009b, « Errors of Judgment Scupper Opposition », The Herald, 5 février, 6.

Dinwoodie, R., 2009c, « Gray Announces Experts to Shape Labour Policy », The Herald, 9 mars, 6.

Dinwoodie, R., 2009d, « Donations to Scottish Labour Fell by 90 % in Just One Year », The Herald, 31 juillet, 8.

Donnachie, I., Harvie, C., Wood, I. (eds), 1989, Forward ! Labour Politics in Scotland 1888-1988, Polygon, Edinburgh.

Fraser, D., 2004, « New Labour, New Parliament », in Hassan, G. (ed), The Scottish Labour Party, Edinburgh University Press, Edinburgh.

Fraser, D., 2007a, « Brown Unveils 150 Names to Back the Union », The Herald, 25 avril, 1.

Fraser, D., 2007b, « Alexander Maps Out the Future for Labour », The Herald, 14 septembre, 1.

Fraser, D., 2007c, « New Leader in Row over Party Advisers », The Herald, 15 septembre, 6.

Fraser, D., 2008a, « Alexander Aims to Heal Party Rifts over Constitutional Reform Plans », The Herald, 7 février, 6.

Fraser, D., 2008b, « Brown Promises Extensive Review of Devolution », The Herald, 25 mars, 1.

Fraser, D., 2008c, « Labour Pulls up Its Thermal Socks and Starts from Scratch », The Herald, 25 mars, 13.

Fraser, D., 2008d, « Holyrood. A Question of Power », The Herald, 26 mars, 7.

Fraser, D., 2008e, « Labour Plans to Make its Team Sign Contracts », The Herald, 28 mars, 6.

Fraser, D., 2008f, « SNP Plans for Union ‘Backward-Looking’, Says Brown », The Herald, 29 mars, 1.

Fraser, D., 2008g, « McCabe Attacks Leadership for Ignoring Perils of Voting System », The Herald, 29 mars, 1.

Fraser, D., 2008h, « Alexander Should Control Whole Party in Scotland, Says Purcell », The Herald, 29 mars, 1.

Fraser, D., 2008i, « Front-Bench Shake-Up as Labour at Turning Point », The Herald, 29 mars, 6.

Fraser, D., 2008j, « Alexander Backs Independence Referendum in Shock U-Turn », The Herald, 5 mai, 1.

Fraser, D., 2008k, « The Last Straw for Alexander », The Herald, 30 juin, 6.

Fraser, D., Dinwoodie, R., 2007, « Alexander to Be Next Leader as Opposition Bid Fails », The Herald, 20 août, 1.

Gallagher, T., 2009, The Illusion of Freedom, Hurst & Company, London.

Gray, I., 2008, discours au Scottish Policy Forum, Stirling, décembre 2008, www. scottishlabour.org.uk.

Harris, T., 2008, « Problem with Creating a Leader of Scottish Labour », The Herald, 8 août, 15.

Hassan, G., 2002, « The Paradoxes of Scottish Labour : Devolution, Change and Conservatism », in Hassan, G., Warhurst, C. (eds), Tomorrow’s Scotland, Lawrence and Wishart, London.

Hassan, G., 2004, « The People’s Party, Still ? The Sociology of Scotland’s Leading Party », in Hassan, G. (ed), The Scottish Labour Party, Edinburgh University Press, Edinburgh.

Hassan, G., 2009, « The Auld Enemies : Scottish Nationalism and Scottish Labour », in Hassan, G. (ed), The Modern SNP, Edinburgh University Press, Edinburgh.

Keating, M., 2005, The Government of Scotland, Edinburgh University Press, Edinburgh.

Keating, M., 2009, The Independence of Scotland, Oxford University Press, Oxford.

Lynch, P., Birrell, S., 2004, « The Autonomy and Organisation of Scottish Labour », in Hassan, G. (ed), The Scottish Labour Party, Edinburgh University Press, Edinburgh.

McCabe T., 2008, « What do We in Scottish Labour Need in Our Nation’s New Political Landscape ? A Leader to Stand up to Westminster », Sunday Herald, 4 août.

Macdonell, H, 2009, Uncharted Territory, Politico’s, London.

Mac Kay, F., Kenny, M., 2007, « Women’s Representation in the 2007 Scottish Parliament : Temporary Setback or Return to the Norm ? », Scottish Affairs, n° 60, été.

McLeish, H., 2004, Scotland First, Mainstream, Edinburgh.

McMahon, P., 2007, « Unions Endorse Labour by Only One Vote », The Scotsman, 17 avril.

Paterson, S., 2009, « Bank buy-Back Launched », The Herald, 12 mars, 1.

Schofield, K., 2007, « Why the Unionists Finally Got Together », The Herald, 14 août, 7.

Scotland Office, 2009, Scotland’s Future in the United Kingdom, The Stationery Office, London.

Scottish Government, 2007, Choosing Scotland’s Future. A National Conversation, Edinburgh, août.

Scottish Government, 2009, Your Scotland, Your Voice, Edinburgh.

Scottish Labour Party (SLP), 2007, Building Scotland, Glasgow.

Scottish Labour Party (SLP), 2009, Working Together for a Better Future, Glasgow.

Scottish Parliament (SP), 2004, Official Report, 24 mars.

Scottish Parliament (SP), 2007a, Official Report, 28 juin.

Scottish Parliament (SP), 2007b, Official Report, 6 décembre.

Scottish Parliament (SP), 2008a, Official Report, 6 février.

Scottish Parliament (SP), 2008b, Official Report, 24 septembre.

Scottish Parliament (SP), 2009a, Official Report, 28 janvier.

Scottish Parliament (SP), 2009b, Official Report, 4 février.

Scottish Parliament (SP), 2009c, Official Report, 5 février.

Scottish Parliament (SP), 2009d, Official Report, 5 mars.

Scottish Parliament (SP), 2009e, Official Report, 2 avril.

Scottish Parliament (SP), 2009f, Official Report, 25 juin.

Settle, M., 2008, « Minister Dismisses More Tax Power for Holyrood », The Herald, 12 février, 1.

Settle, M., Dinwoodie, R., 2008a, « Brown Cuts Alexander Adrift over Referendum », The Herald, 8 mai 2008, 1.

Settle, M., Dinwoodie, R., 2008b, « ‘She Has to Go’. Labour MPs Call on Alexander to Resign », The Herald, 10 mai, 1.

Settle, M., Dinwoodie, R., 2009, « Brown Set to Attack Salmond », The Herald, 6 mars, 2.

Sunday Herald, 2008a, « After Poll Disaster Labour Dumps Referendum Support », 27 juillet.

Sunday Herald, 2008b, « Gray is the New Red », 14 septembre.

Surridge, P., 2004, « The Scottish Electorate and Labour », in Hassan, G. (ed), The Scottish Labour Party, Edinburgh University Press, Edinburgh.

The Herald, 2008, « Prime Minister to Rejoin ‘Fight for Fife’ as Salmond Plans Eighth Visit », 27 octobre, 6.

The Herald, 2009, « The Test for Brown », 7 mars, 16.

Watson, M., Year Zero, Polygon, Edinburgh, 2001.

Haut de page

Notes

Tableau 1 : Résultats des élections à la Chambre des Communes de 1999 à 2005

  

Royaume-Uni

Écosse

Part de voix

Élus

Part de voix

Élus

1er mai 1997

Conservateurs

30,7

165

17,5

0

Travaillistes

43,3

419

45,6

56

Libéraux-Démocrates

16,8

46

13

10

SNP/Plaid Cymru

2,5

10

22,1

6

Autres

6,8

19

1,9

0

Total

100

659

100

72

Participation

71,2

71,3

7 juin 2001

Conservateurs

31,7

166

15,6

1

Travaillistes

40,7

413

43,9

56

Libéraux-Démocrates

18,3

52

16,4

10

SNP/Plaid Cymru

2,5

9

20,1

5

Autres

6,8

19

4

0

Total

100

659

100

72

Participation

59,4

58,2

5 mai 2005

Conservateurs

32,4

198

15,8

1

Travaillistes

35,2

356

39,5

41

Libéraux-Démocrates

22

62

22,6

11

SNP/Plaid Cymru

2,2

10

17,7

6

Autres

8,2

20

4,4

0

Total

100

646

59

Participation

61,2

60,6

Tableau 2 : Résultats des élections législatives partielles depuis2005

Glasgow East

Participation

Conservateurs

Travaillistes

Libdems

SNP

Autres 

Élection 2005

48,2

6,9

60,7

11,8

17

3,6

24/07/08

41,2

6,3

41,7

3,5

43

5,5

Glenrothes

Élection 2005

56,1

7,1

51,9

12,7

23,4

4,9

6/11/08

52,1

3,8

55,1

2,6

36,5

2

Glasgow North East

Élection 2005

45,8

0

53,3

0

17,7

29

12/11/09

33

5,2

59,4

2,3

20

13,1

Tableau 3 : Résultats des élections au Parlement européen de 1999 à 2009

Royaume-Uni

Écosse

10/06/99

Conservateurs

34,8

36

19,8

2

Travaillistes

27

29

28,7

3

Libéraux-Démocrates

12,1

10

9,8

1

SNP/Plaid Cymru

4,3

4

27,2

2

Autres

21,8

5

14,5

0

Participation

24,1

24,8

10/06/04

Conservateurs

25,9

27

17,8

2

Travaillistes

21,9

19

26,4

2

Libéraux-Démocrates

14,4

12

13,1

1

SNP/Plaid Cymru

2,3

3

19,7

2

Autres

19,9

14

16,3

0

Participation

38,5

30,9

4/06/09

Conservateurs

27,7

25

16,8

1

Travaillistes

15,7

13

20,8

2

Libéraux-Démocrates

13,7

11

11,5

1

SNP/Plaid Cymru

2,9

3

29,1

2

Autres

40

17

21,9

0

Participation

35

28,6

Tableau 4 : Résultats des élections locales de 1995 à 2007

Ptc

Con

Trav

Lib

SNP

Non-inscrit

Voix

Sièges

Voix

Sièges

Voix

Sièges

Voix

Sièges

Voix

Sièges

6/04/95

44,9

11,5

82

43,6

613

9,8

121

26,1

181

7,6

154

6/05/99

58,5

13,7

108

36,6

545

13,6

148

28,9

201

6,5

135

1/05/03

49,1

15,1

122

32,6

509

14,5

174

24,1

176

10,1

240

3/05/07

53,8

15,6

143

28,1

348

12,7

166

27,9

363

10,9

187

Tableau 5 : Résultats des élections au Parlement écossais

Scrutin majoritaire

Scrutin de liste

Total 

Part de voix

Élus

Part de voix

Élus

Élus

6 mai 1999

Conservateurs

15,6

0

15,4

18

18

Travaillistes

38,8

53

33,6

3

56

Libéraux-démocrates

14,2

12

12,4

5

17

SNP

28,7

7

27,3

28

35

SSP

1

0

2

1

1

Verts

0

0

3,6

1

1

Autres

1,7

1

5,7

0

1

Total

100

73

100

56

129

Participation

58,2

58,1

1er mai 2003

Conservateurs

16,6

3

15,5

15

18

Travaillistes

34,6

46

29,3

4

50

Libéraux-démocrates

15,4

13

11,8

4

17

SNP

23,8

9

20,9

18

27

SSP

6,2

0

6,7

6

6

Verts

0

0

6,9

7

7

Autres

3,4

2

8,5

2

4

Total

100

73

100

56

129

Participation

49,4

49,4

3 mai 2007

Conservateurs

16,6

4

13,9

13

17

Travaillistes

32,2

37

29,2

9

46

Libéraux-démocrates

16,2

11

11,3

5

16

SNP

32,9

21

31

26

47

Verts

0,1

0

4

2

2

Autres

2

0

10,6

1

1

Total

100

73

100

56

129

Participation

51,7

52,4

  

1  Jusqu’en 1994, il s’appelait Scottish Council of the Labour Party, avant d’adopter le nom du parti de Keir Hardie à la fin du XIXe siècle, et du parti de Jim Sillars dans les années soixante-dix, favorables à l’autonomie de l’Écosse.

2  Néanmoins, un de ses membres, Jack McConnell, secrétaire général du SLP de 1992 à 1998, étoffa les effectifs, créa un département communication, et développa les adhésions (Davidson, 2005, chapitre 6).

3  En 2002, la moitié ne participèrent à aucune réunion, tandis que seuls 37 % prirent part à la désignation des candidats sur les listes pour les élections de 2003 à Holyrood (Hassan, 2004, 5).

4  Ses dépenses étaient inférieures à 50 % des plafonds autorisés (nos calculs, Camp, 2005, 302).

5  Il prévoit l’égalité de salaire, quel que soit le statut, d’employés effectuant un même travail.

6  Fire Brigades Union, RMT, Public and Commercial Services Union, GPMU Print and Media (Dinwoodie, 2003b). Le secrétaire général du STUC dut annuler son discours au Congrès annuel (Dinwoodie, 2003a).

7  TGWU et Amicus approuvèrent, contrairement à FBU, RMT, PCS, UNISON, UCU (McMahon, 2007).

8  En 2004, en dernière lecture, 4 députés travaillistes s’opposèrent au projet, dont deux anciens élus locaux de Glasgow et deux députés se positionnant à gauche (SP, 2004, col. 6979, Paul Martin, 6979, Elaine Smith).

9  En 2003, les dépenses électorales du SNP dans les grandes villes progressaient, celles de ses adversaires chutaient.

10  Dundee West, Edinburgh East, Fife Central, Kilmarnock & Loudoun, Livingston depuis sa création en 1983. Les autres étaient auparavant détenus par les Conservateurs (Cunninghame North, Stirling), ou brièvement par les Nationalistes (Glasgow Govan, Western Isles, dont le siège équivalent à Westminster avait basculé en 2005).

11  Coefficients de corrélation entre résultats et structure socio-économique des sièges (nos calculs, Camp, 2009, 185).

12  Au Congrès écossais de 2008, le leader de North Lanarkshire évoqua un grave danger pour le parti (Fraser, 2008g).

13  Tous les conseils ont dû signer, même Glasgow, ce que rappela Alex Neil, député SNP (SP, 2008a, col. 5874). Le SLP détient 2 majorités absolues, 5 majorités relatives, et participe à la coalition au pouvoir dans 5 conseils.

14  Chaque paire de circonscriptions devait désigner un homme et une femme. Il y a désormais une simple obligation de parité sur la liste de pré-sélection permettant la désignation des candidats (MacKay, Kenny, 2007, 90).

15  Fraser, 2004, 131. Une enquête organisée au moment des élections de 1999 montra que seul un candidat travailliste sur trois utilisait l’expression New Labour dans son matériel électoral, alors que la direction britannique avait créé une commission pour écarter les postulants trop ancrés à gauche, à l’exception de John McAllion. Ainsi, Dennis Canavan, député à Londres, se fit élire comme non-inscrit, tandis que Susan Deacon, issue du SLA, dut faire appel.

16   Les Travaillistes cherchèrent aussi à réduire les indemnités des députés de liste, et à limiter leurs fonctions, en vain.

17  Les électeurs s’adressaient plus souvent à l’interlocuteur approprié, mais la coopération semblait plus facile entre collègues, Commission on Scottish Devolution, 2009a, 31 mars, Wendy Alexander, Richard Baker, Helen Eadie.

18  Des Browne, Tom Clarke, Michael Connarty, Ian Davidson, Commission on Scottish Devolution, 2009a, 22 avril. Lindsay Roy, élu en 2008, issu de la société civile, reconnut que ces contacts nécessitaient de la bonne volonté.

19  Leader de la branche écossaise dix ans plus tôt, il l’avait encouragée à former une convention constitutionnelle. Mais davantage intéressé par la création du Parlement que par ses politiques, il laissa ses ministres se déchirer.

20  Il s’agissait de loyers non déclarés de sa permanence de député à Westminster (McLeish, 2004, 132). Juridiquement, il ne fut pas inquiété. Proche de Brown, il n’était pas issu des bastions de Glasgow. Il qualifia son exécutif de gouvernement, et initia la prise en charge des frais de soins personnels aux personnes âgées dépendantes.

21  Il obtint un traitement plus clément des demandeurs d’asile en Écosse. Proche de Blair, il se rapprocha de Brown.

22   Elle avait reçu un financement modeste, non déclaré, d’une société domiciliée à Jersey (Fraser, 2008k).

23  Ainsi, en 1999, Dewar engagea des négociations en vue d’une coalition, après l’élection, sans consulter le SLP.

24  Hassan, 2002, 31. Conscient ce manque, en 2003, avant l’élection, il organisa des forums locaux.

25  Auparavant, il débattait à partir de motions, et pouvait définir des solutions écossaises, Keating, 2005, 44.

26  Les deux partis comptent dans leur électorat des proportions équivalentes d’ouvriers (Keating, 2005, 42). Le Parti travailliste n’est plus considéré comme le défenseur prioritaire de la classe ouvrière (Surridge, 2004, 72).

27  La candidate de Glasgow East s’était placée du côté de la population face au gouvernement britannique impopulaire (Settle, Dinwoodie, 2009). Gordon Brown, qui avait retrouvé une stature grâce à sa gestion de la crise financière, s’impliqua dans la campagne de Glenrothes, à proximité de son siège (Dinwoodie, 2008d ; Herald, 2008).

28  La circulation routière (vitesse, alcool), mais aussi l’utilisation effective des pouvoirs relatifs à l’impôt sur le revenu, ainsi qu’une redéfinition de certaines compétences réservées pour tenir compte des besoins écossais (immigration) et britannique (cohésion en matière de sécurité alimentaire), Commission on Scottish Devolution, 2009b, chapitres 3 et 5.

29  Élections au Parlement écossais, armes à feu, SP, 2009f, col. 18843, Mike Russell, ministre de la Constitution.

30  Concernant le pouvoir d’emprunter, réclamé par les Libéraux-démocrates et le SNP, le STUC se déclara favorable à ce mode de financement des infrastructures publiques (Commission on Scottish Devolution, 2008, septembre), tandis que les élus travaillistes à Holyrood estimèrent prématuré de se prononcer (SP, 2009c, col. 14728, David Whitton).

31  L’électorat approuvait la substitution (58 %, sondage YouGov du 31 mars 2007), malgré les incertitudes du projet.

32  En tant que ministre des communautés, elle louait le partenariat avec le New Labour anglais pour réformer les services publics selon les besoins du consommateur (Alexander, 1999, 157, 166). La seule réminiscence en 2008 était la quête de réponses individualisées, qualitatives plus que quantitatives : construction d’écoles et réflexion sur le contenu de l’enseignement, réduction des listes d’attentes et efficacité des soins (Alexander, 2008, 8).

33  John Wheatley (logement), Tom Johnston (santé), William Ross (politique régionale), Alexander, 2008, 4.

34  Elle avait pourtant réformé les droits universitaires, créant un forfait encadré, présenté comme une réelle avancée.

35   Cela aurait engendré des dissensions, Elaine Smith, membre de la Campaign for Socialism, expliquant perfidement qu’il faudrait alors accepter les politiques du SNP visant à étendre la gratuité des services publics (Fraser, 2008i).

36  Elle visita la Suède pour observer la stratégie de reconquête du pouvoir par les Sociaux-démocrates (Gray, 2008).

37  Cela concerne la baisse de la taxe professionnelle (les micro-entreprises sont assujetties à l’impôt sur le revenu) comme le gel de la taxe d’habitation, dont les ménages modestes sont exonérés (SP, 2008a, col. 5885, Elaine Murray).

38   En mars 2009, à Holyrood, chacun de leur porte-parole décrivit une détérioration des services publics et de l’emploi depuis 2007 (SP, 2009d, col. 15448, Cathy Jamieson, col. 15452, Rhona Brankin, col. 15471, Mary Mulligan).

39  Ils dénoncèrent la contribution demandée pour certains services à domicile par le candidat SNP, leader du conseil local. Celui-ci rétorqua vainement que la pratique, courante, était restreinte dans son conseil (Dinwoodie, 2008f).

40  Il évoqua l’impossibilité de cautionner le gouvernement, et les limites du droit d’amendement (Dinwoodie, 2008a).

41  SP, 2008b, col. 11109, Wendy Alexander, col. 11124, David Whitton. John Park, député, issu du STUC, regretta l’absence de voix ouvrières et salariées (SP, 2007a, col. 1338).

42  En Angleterre, les créanciers ne doivent recourir qu’en dernier ressort à la saisie du logement, alors qu’une loi écossaise votée en 2001 invite les propriétaires à saisir la justice en cas de différend (SLP, 2009, 21).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwige Camp-Pietrain, « Les deux premières années dans l’opposition de la branche écossaise du Parti travailliste : un apprentissage laborieux », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 135-163.

Référence électronique

Edwige Camp-Pietrain, « Les deux premières années dans l’opposition de la branche écossaise du Parti travailliste : un apprentissage laborieux », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://osb.revues.org/1013 ; DOI : 10.4000/osb.1013

Haut de page

Auteur

Edwige Camp-Pietrain

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org