Navigation – Plan du site

Le grève de Lindsey : nationalisme populaire ou nouvelle radicalité de classe ?

Frédéric Falzon
p. 185-205

Résumé

La grève des 1700 travailleurs de la raffinerie de pétrole de Lindsey dans le Lincolnshire commencée le 28 janvier 2009, a été l’une des plus observées et controversées de ces vingt dernières années en Grande-Bretagne. Illégale, elle allait durer une semaine et provoquer une vague de solidarité inédite depuis les années 1980. Mais les slogans nationalistes utilisés par les grévistes pour dénoncer l’embauche à leur poste de travailleurs originaires d’autres pays européens ont perturbé les repères traditionnels d’analyse des conflits sociaux.
Cette grève allait immédiatement revêtir une symbolique particulière dont cet article tentera d’analyser les implications sociales et politiques pour la Grande-Bretagne de l’après Blair.
Nous essaierons de déterminer en quoi ce conflit est une conséquence de la crise économique et de ses effets adverses sur le marché de l’emploi britannique. Nous verrons dans quelle mesure il reflète les tensions nationales provoquées par la mondialisation et les directives européennes sur la libre circulation de la main d’œuvre et la législation du travail mises en place depuis les années 1990.

Haut de page

Texte intégral

1Le 28 Janvier 2009 au matin, un spectre sembla hanter la Grande-Bretagne, celui des grèves sauvages des années 1970 qui avaient paralysé le pays et fait plier deux gouvernements.

2A la vitesse d’un clic, tous les sites d’information véhiculèrent les images des ouvriers de la raffinerie de Lindsey, dans le Lincolnshire, au nord-est de l’Angleterre. Regroupés par centaines en un piquet de grève impromptu devant les portes de l’entreprise, ils furent rapidement rejoints dans le mouvement par des milliers de travailleurs de la construction et de l’énergie dans toute la Grande-Bretagne.

3Le site bloqué et les secteurs concernés étaient loin d’être anecdotiques. Il s’agit d’une raffinerie géante, la troisième du pays, gérée par la surpuissante multinationale française Total. Elle est un rouage essentiel de l’indépendance énergétique de la Grande-Bretagne, atout particulièrement précieux en période de crise pétrolière et d’instabilité économique mondiale.

4Les slogans utilisés durant cette grève ont eux aussi une forte valeur symbolique. Pour la première fois depuis les années 1970, des slogans à connotation nationaliste comme « British Jobs for British Workers » étaient utilisés comme marque de ralliement dans un mouvement social de masse.

  • 1  Sur l’utilisation de l’adjectif « britannique », celle-ci semble être davantage la manifestation d (...)

5Le « nationalisme » sera défini ici comme l’affirmation d’une appartenance à une entité politique et sociale définie en termes géographiques et ethnographiques. Il convient de préciser que dans le cas de Lindsey, cette identification populaire à l’Etat-nation inclue l’accès à des droits sociaux garantis et dépasse les questions ethniques.1

6Dans cet article, nous tenterons de déterminer de quelle manière cette grève s’est déroulée et quelles ont été les causes de son déclenchement. Nous chercherons à en analyser les résultats et les implications, tant au niveau britannique qu’européen.

7Nous essaierons alors de montrer que loin d’être un épiphénomène, ce qui s’est passé à Lindsey a pu être annonciateur de bouleversements importants dans le rôle des syndicats et dans les rapports salariaux en Grande-Bretagne et sur le continent. Il sera ensuite question d’examiner dans quelle mesure la grève de Lindsey a mis en exergue des tensions latentes entre une Union économique européenne soucieuse de maintenir son ouverture, et des Etats nations sommés d’assurer la protection sociale et salariale de leurs ressortissants. Autant de contradictions exacerbées par la crise économique mondiale.

Causes, contexte et déclenchement de la grève

8De toutes les économies européennes, la Grande-Bretagne est celle qui a été le plus affectée par la crise financière.

9En janvier 2009, l’Office National des Statistiques et le Bureau International du Travail confirmaient que l’année écoulée avait été la pire que la Grande-Bretagne ait connue depuis dix ans en terme de chômage. Il était passé de 3 à 6,3 % de la population active, le nombre de privés d’emploi frôlant les 2 millions.2 Ces déflagrations économiques et leurs conséquences sociales ont touché de manière particulièrement sévère les secteurs de la construction et de l’énergie britanniques. Celui de la construction a à lui seul perdu près de cent mille emplois en 2008. 3

10Dans le secteur pétrolier, les fusions d’entreprises et le recours à la sous-traitance ont accru la précarité de l’emploi et entraîné la multiplication des contrats de courte durée, fragilisant la position des salariés.

11Dans une conjoncture devenue défavorable pour la main d’œuvre locale, l’utilisation régulière de travailleurs détachés d’autres pays de la communauté européenne aviva le mécontentement des salariés, y compris dans ses couches qualifiées.

12Ainsi, Unite et GMB, les principaux syndicats de la construction et de l’énergie ont durant toute l’année 2008 mené une campagne contre les sociétés ayant recours à des entreprises sous-traitantes étrangères. Ils accusaient ces entreprises de « dumping social et salarial » car, selon eux, elles proposaient à leurs salariés détachés des conditions de travail et de rémunération inférieures à celles des travailleurs britanniques.

  • 4  TGWU, “ Unite condemns Alstom's decision to allow subcontractors to not use UK workers at new powe (...)

13Dans certains cas, comme à la centrale de l’île de Grain dans le Kent, le but de la campagne des syndicats était d’insérer dans les contrats des clauses obligeant les entreprises, en l’occurrence le français Alstom, à employer de la main d’œuvre locale ou du moins britannique.4

14Dans ses résultats immédiats, la campagne des syndicats fut infructueuse. Mais ceux-ci n’avaient pas dit leur dernier mot, et à la base, la pression continuait de monter. Ainsi, selon le Daily Mail, trois semaines avant le début du conflit à Lindsey, Derek Simpson, le secrétaire général de Unite fit directement part de sa préoccupation au Premier ministre.

  • 5  “Gordon Brown condemns wildcat strikes over foreign workers in Britain”, 01 February 2009, Daily M (...)

15Dans les raffineries et les centrales énergétiques du pays, une forte agitation était en train de grandir parmi les salariés au sujet de l’embauche de travailleurs étrangers, qui pouvait déboucher sur des conflits sociaux.5

16Le gouvernement ne prit pas la mesure de cet avertissement. Loin d’être un coup de tonnerre dans un ciel bleu, c’est dans un climat de forte tension sur le terrain, et de relatif hermétisme entre les protagonistes gouvernementaux, syndicaux et patronaux que la grève de Lindsey va éclater.

17Dans ce contexte, une décision prise par Total et son sous-traitant américain Jacobs Engineering à la fin de l’année 2008 allait mettre le feu aux poudres. Pour cause de retards dans l’exécution des travaux, la compagnie française avait décidé de retirer à son partenaire, la filiale anglaise de ShawUS, une partie du contrat d’extension de la raffinerie qu’elle lui avait confié.

18Pour ce contrat, Total et Jacobs lancèrent un nouvel appel d’offres auxquelles répondirent cinq entreprises britanniques et deux étrangères. L’entreprise italienne IREM l’emporta, qui prévoyait la construction d’une nouvelle unité de désulfuration.

19Or Shaw avait embauché majoritairement des travailleurs locaux. IREM, pour sa part, avait clairement indiqué dans son offre qu’elle n’emploierait pour les travaux qualifiés que des travailleurs italiens et portugais détachés sur place durant les quatre mois que durait le contrat. Les travailleurs engagés par Shaw étaient donc fortement menacés de perdre leur emploi.

20Les syndicats entrèrent en négociations avec IREM à ce sujet. Celles-ci n’aboutirent pas, et en réaction, le 28 janvier 2009, les salariés de la raffinerie votèrent la grève immédiate.

21Devant l’assemblée générale, les représentants syndicaux venaient de confirmer que la société italienne ferait venir sa propre main d’œuvre.

22Qui plus est, les syndicats indiquèrent n’avoir aucune garantie qu’IREM respecterait les conditions de travail et le taux de rémunération prévu par la convention collective du secteur de la construction britannique.

23Au total, huit cent travailleurs de la raffinerie cessèrent le travail, défiant les restrictions légales du droit de grève. Dans les jours qui suivirent, une vague de solidarité telle que le pays n’en avait pas connu depuis des décennies rassembla 6500 grévistes dans des raffineries et des sites de construction de toute l’Angleterre, l’Ecosse et l’Irlande du nord.

« Grève de classe » ou « grève raciste » ? Motivations et implications politiques du mouvement

24Constatant la rapidité de propagation de ce mouvement illégal, certains journaux comme le Sun s’effrayèrent immédiatement d’un possible retour aux grèves dures et aux piquets volants des années 1970. Mais étrangement, la plupart des autres tabloïds, généralement plutôt hostiles aux mouvements sociaux, soutinrent les revendications des grévistes, et pour cause.

25Les formes de lutte employées pouvaient rebuter les quotidiens populaires car ils rappelaient la radicalité d’un syndicalisme de lutte de classes qu’ils pensaient révolus. Mais les slogans et les symboles utilisés dans les premiers jours du conflit allaient eux à l’inverse strict des mots d’ordre de la gauche syndicale. Loin des drapeaux rouges, les grévistes brandissaient des Union Jacks. Loin des appels à l’unité internationale des travailleurs, les slogans réclamaient « British Jobs For British Workers », un mot d’ordre inventé par le parti d’extrême droite National Front et repris par son successeur le British National Party. Bien que d’extraction nationaliste, ce mot d’ordre que l’on allait bientôt désigner par son acronyme BJ4BW, avait été recyclé par Gordon Brown lors d’un discours à la conférence annuelle du parti travailliste en septembre 2007. Il ponctuait une tirade du futur premier ministre censée démontrer sa détermination à ce que la compétitivité internationale de la Grande-Bretagne aille de pair avec la sauvegarde de l’emploi national, y compris dans le domaine manufacturier. Nonobstant cet emprunt rhétorique jugé douteux à l’intérieur comme à l’extérieur du Labour, et au sortir d’une année déjà fort éprouvante politiquement, la grève de Lindsey allait placer le gouvernement travailliste dans une position inconfortable car elle s’attaquait à ses fondements existentiels.

26En effet, depuis sa création au milieu des années 1990, l’édifice New Labour reposait sur un certains nombre de points d’équilibres.

  • 6  C’est ce qu’Anthony Giddens nomme la fin de la « politique de la rédemption ». Giddens, A., The Th (...)

27Le New Labour se vivait comme la preuve vivante du dépassement des grandes oppositions historiques.6 Ses dirigeants se percevaient comme les grands architectes de la réconciliation entre la droite et la gauche, entre le marché capitaliste et la justice sociale. Le nouveau travaillisme était censé rendre à la Grande-Bretagne sa cohésion en tant que nation, mise à mal par le thatchérisme, tout en accélérant sa fusion dans la mondialisation et son intégration dans la communauté européenne.

28Organiquement, le Parti travailliste dans sa version « modernisée » souhaitait demeurer le partenaire privilégié des syndicats tout en se présentant comme le meilleur allié des milieux d’affaires.

29Chacune des problématiques portées par les grévistes de Lindsey a révélé la fragilité de cette construction, particulièrement en période de tempête économique.

30Ainsi en janvier 2009, au moment même où la grève éclatait, Gordon Brown prononçait au sommet de Davos un discours où il pourfendait ce qu’il appelait la « démondialisation » et les tentations protectionnistes des Etats-Unis notamment.

31Comment le premier ministre allait-il dans le même souffle répondre à l’exigence d’un bouclier social contre les politiques européennes portée par des milliers de grévistes britanniques, mais aussi par certains de ses ministres et députés ?

32Par l’une des techniques privilégiées des gouvernements modernes, la multiplication des voix.

33Alors que son ministre du commerce Peter Mandelson a immédiatement dénoncé les grèves comme des actes xénophobes, Gordon Brown a été plus nuancé, condamnant leur aspect illégal tout en affirmant comprendre l’anxiété des travailleurs face au chômage.

34Mais dans son gouvernement, des soutiens plus affirmés aux grévistes se firent entendre comme celui de Pat McFadden et de la ministre de l’environnement, Hilary Benn.

  • 7  Andy McSmith, Ben Russell, Peter Popham. “Wildcat strikers in fight for British jobs”, 31 January (...)

35Celle-ci affirmait que les manifestants avaient « droit à des réponses » àleurs revendications,7 impliquant que le gouvernement n’en fournissait pas.

36Si elle n’a pas aidé à la cohérence de la réponse gouvernementale, cette polyphonie discordante en a opportunément dilué la responsabilité politique.

37Quoi qu’il en soit, en rendant le slogan du BNP acceptable dans la base sociale du parti travailliste, le Premier ministre en a sans conteste légitimé la récupération par les grévistes, qui ont cherché à la « prendre au mot ».

38En France notamment, cela a contribué à la présenter comme une explosion de colère anti-étrangers.

39Dans la presse nationale et mondiale, ce slogan a collé à la grève. Les photos de presse autant que les clichés amateurs montrent que lors des premiers jours de la grève, ce slogan fut omniprésent et sans revendication alternative.

40Dans les faits, certaines interviews et slogans d’ouvriers grévistes ont effectivement des connotations racistes à l’égard des Italiens.

41Mais il s’agit là de cas isolés qui ne peuvent satisfaire à une définition du caractère politique et social de ce conflit.

42Pourtant ce slogan reflétait en partie, même si c’était de manière caricaturale, la rhétorique et les revendications développées par une bonne partie de la base mais aussi des représentants syndicaux.

43Dans leurs déclarations de nombreux dirigeants syndicaux et des délégués de Lindsey ont affirmé qu’en tant que travailleurs britanniques, ils étaient victimes d’ « inégalité de traitement » par rapport aux travailleurs étrangers détachés.

44Même si elle a peu été relevée, cette thématique de la discrimination antibritannique, de la discrimination inversée, était bien présente dans les discours de dirigeants syndicaux. Elle est pourtant elle aussi l’un des arguments classiques de l’extrême droite.

45Dans leurs déclarations, les dirigeants syndicaux nationaux ne désavoueront d’ailleurs à aucun moment le slogan BJ4BW. Ils en nieront simplement l’intention raciste et discriminatoire.

46C’est aussi l’avis du responsable du portail Internet communautaire BearFacts.8 Ce site, qui est un portail d’échange entre ouvriers de la construction, est pourtant celui où grévistes sont allés télécharger les premiers slogans BJ4BW.

  • 9   “Probe into foreign staff row backs employers”, Monday 16 February 2009, Morning Star. http://www (...)

47Derek Simpson, le dirigeant de Unite, a affirmé que le mouvement à Lindsey était une « grève de classe, et pas une grève de race ».9

48Les grévistes et leurs représentants ont tout fait pour éviter d’être assimilés aux membres du British National Party, y compris physiquement.

49Ces derniers ont été promptement chassés des piquets de grève lorsqu’ils ont tenté d’y mener leur propagande. Le fait que les grévistes n’aient pas été physiquement liés au BNP n’exclut pas cependant l’existence de sentiments nationalistes en leur sein.

50Ces sentiments se sont-ils manifestés de manière plus ostentatoire dans leurs déclarations sur la discrimination à l’embauche dont ils seraient victimes ?

51Celles-ci sont en réalité plus complexes, et si certains grévistes affirment être défavorisés en tant que britanniques, ils estiment l’être autant et conséquemment en tant que syndicalistes. Un lien de réciprocité entre ces deux « identités », sociale et nationale, est ainsi créé, qui brouille les compréhensions politiques et sociologiques traditionnelles.

52De nombreux acteurs de la grève comme Keith Gibson sont des antiracistes militants. Membre de GMB, Gibson a été le membre le plus influent et le plus médiatique du comité de grève.

53Son cas est particulièrement intéressant puisque il est membre du Socialist Party, l’héritier du groupe Militant. De par son obédience trotskyste, le Socialist Party est censé placer l’internationalisme et la solidarité prolétarienne internationale au centre de ses fondements idéologiques et de son action politique.

54Il sera donc intéressant de comprendre comment les membres de ce parti ont agi dans la grève et justifié leur participation à un mouvement taxé de racisme.

55Dans leurs arguments, les membres du Socialist Party cherchent avant tout à minimiser l’importance des slogans nationalistes.

  • 10 Milne, S., “ The target of this campaign of strikes is now obvious”, Thursday 5 February 2009#, The (...)

56A l’instar de beaucoup de partisans de la grève dont Seumas Milne du Guardian10, Gibson considère que le slogan BJ4BW a été amplifié par les médias pour la stigmatiser et masquer sa signification réelle.

57Une autre de leurs thèses est que les slogans nationalistes étaient les seuls qui pouvaient tenir sur une pancarte.

58Cet argument que l’on qualifiera de « technique » résiste-t-il à l’analyse ?

59Certains slogans syndicaux souvent utilisés tels que tels que « Right To Work For All » semblaient pourtant correspondre aux revendications des grévistes de Lindsey tout en tenant aisément dans une pancarte ou sur un drapeau.

  • 11  Les membres du Socialist Party se vantent d’ailleurs d’avoir proposé ces slogans alternatifs, comm (...)

60De plus dans les jours qui ont suivi, des slogans plus longs et complexes et non nationalistes ont été utilisés sur les piquets de grève.11

61Un autre argument avancé par le Socialist Party a été repris par le professeur Gregor Gall et l’influent réseau national des délégués syndicaux12.

62Selon eux, la propagation de slogans nationalistes était due à une « vacance de direction » et au manque de maturité politique du mouvement au tout début de la grève. Aucun mouvement social indique Gibson en guise de justification, n’est « chimiquement pur » au départ.

63Une telle hypothèse laisserait entendre, et non sans quelque condescendance, que seule la base des mouvements sociaux a des attitudes réactionnaires et qu’elle a besoin d’être « redressée » par en haut pour devenir « politiquement acceptable ». Or à la sortie des négociations, Derek Simpson, qui n’est pourtant pas ce qu’on appelle un militant « de base », a posé triomphalement à côté d’un exemplaire du Daily Star dont la couverture exhibait en grand titre le slogan en question.

Le comité de grève, barre à gauche

64Voyons alors si la « direction » dont se sont dotés les grévistes, qui est censé être leur émanation directe a relayé les revendications nationalistes.

65L’assemblée générale des salariés a élu un comité de grève afin de remplacer le comité officiel des délégués syndicaux du site qui avait démissionné en bloc le jour même du déclenchement du mouvement.

66En démissionnant, les délégués cherchaient à éviter à leurs organisations syndicales de supporter les conséquences pénales très lourdes d’un soutien officiel à une grève illégale.

67Même s’il a parfois été ignoré des médias au profit des représentants nationaux, le comité de grève va agir comme le porte-parole du mouvement, et comme une véritable direction responsable devant les assemblées de grévistes

68A partir de sa création, la parole des grévistes va se canaliser et s’affiner.

69Les slogans BJ4BW vont disparaître pour laisser place à des inscriptions relayant les demandes du comité de grève.

  • 13  “Deal could end wildcat strikes over foreign workers at Lindsey oil refinery”, February 4, 2009, T (...)

70Des slogans clairement internationalistes vont même faire leur apparition comme cette pancarte reprenant le classique « Workers of the World Unite »13, ainsi que des traductions des revendications en italien. Les objectifs des grévistes se précisent lorsque le comité de grève élabore une plateforme de revendications, approuvée à l’unanimité par l’assemblée des salariés.

71Celle-ci demande qu’aucune sanction ne soit prise contre les travailleurs ayant fait grève par solidarité et que tous les travailleurs de Grande-Bretagne soient couverts par la convention collective NAECI, appelée aussi « Blue book ». Elle exige que les syndicats puissent recenser tous les travailleurs syndiqués et qualifiés qui sont sans emploi dans une région donnée, leur attribuant un droit préférentiel de candidature en cas d’offre d’emploi.

72La plateforme exige que le gouvernement et les employeurs investissent dans des formations et des stages pour les jeunes travailleurs, et que tous les travailleurs migrants soient syndiqués.

73Elle souhaite qu’un soutien syndical et des traducteurs soient proposés aux travailleurs étrangers, et que l’accès à des conseillers syndicaux soit garanti, dans le but de faciliter l’intégration des travailleurs immigrés à l’activité syndicale. Le comité proposait enfin que des liens soit établis avec les syndicats de la construction du continent européen.14

74On voit que non seulement la plateforme de revendications du comité de grève est dénuée de toute connotation nationaliste, mais qu’elle se rapproche de manière assez spectaculaire des positions internationalistes généralement développées par la fraction la plus à gauche du mouvement syndical.

75On remarquera par ailleurs que la troisième revendication exige un retour indirect au système de « closed shop », ici en « pre-entry » où l’appartenance à un syndicat conditionne l’embauche.

76Symbolisant l’âge d’or des syndicats britanniques ce système est, rappelons-le, devenu définitivement illégal en 1990. Son abolition était, on le sait, l’un des chevaux de bataille de Margaret Thatcher.

77Ces éléments confirment que la grève de Lindsey échappe aux critères de classification habituels.

78Si l’accusation de racisme ne semble pas fondée, des zones d’ombre demeurent, au sujet desquelles il n’est pas évident d’obtenir de réels éclaircissements.

  • 15  Les questions que j’ai posées directement à certains dirigeants grévistes à ce sujet sont pour l’i (...)

79On peut par exemple se demander pourquoi malgré leur influente apparente sur le mouvement, les militants internationalistes présents dès le début de la grève n’ont pas pu prévenir l’apparition des slogans nationalistes. 15

80Certains représentants des salariés ont-ils intégrés ces slogans comme faisant à présent partie des demandes légitimes du mouvement ouvrier et syndical face à la dérégulation européenne du marché du travail ?

81Le sentiment d’injustice et le réflexe nationaliste étaient-il alors trop forts pour être contrés, ou, autre hypothèse, la charge émotionnelle des slogans a-t-elle été utilisée pour impulser le mouvement ?

82Les rédacteurs de certains magazines à grand tirage français ont pu affirmer que les syndicats de Lindsey avaient cherché à imposer une forme de « préférence nationale » à l’embauche.

83Tout au long de la grève, la question de l’embauche prioritaire ou des quotas d’emplois réservés à certains travailleurs de par leur nationalité britannique ou leur appartenance locale est effectivement devenue une des revendications phares des syndicats.

Négociations et sortie de grève

84Les termes de l’accord conclu entre les différentes parties peuvent nous permettre de mesurer l’importance accordée à cette revendication.

85Cet accord a été validé à l’unanimité le 5 février par l’assemblée de 300 grévistes réunis à huis clos, et a justifié la reprise générale du travail.

  • 16  “Strike over as refinery staff and firm agree deal to secure British jobs”, 05 February 2009, Tele (...)

86Sa conclusion a pleinement satisfait les dirigeants syndicaux, régionaux et nationaux ainsi que les employeurs Total et Jacobs.16

  • 17  Pour Derek Simpson, la signature de ce qu’il a appelé un « accord de paix » allait dans le sens d’ (...)

87Dans le comité de grève, on parla même de magnifique victoire et d’accord historique.17

88Mais une analyse des termes de cet accord révèle un certain nombre de contradictions.

  • 18  Haste, P.,Strikers win pledge of new refinery jobs”, Wednesday 04 February 2009, Morning Star. h (...)

89Selon Tony Rian, l'un des représentants du comité de grève, à l’issue des négociations, les employeurs se seraient engagés à rééquilibrer à « 50-50 » l’embauche sur le chantier d’extension entre travailleurs locaux et travailleurs détachés.18

90Les représentants des grévistes se sont par ailleurs félicités que l’embauche des britanniques n’ait entraîné aucun licenciement du côté italien.

91Or si 200 travailleurs étaient prévus au départ et si 100 ouvriers britanniques ont été embauchés, on peut s’inquiéter de ce que sont devenus les 100 ouvriers italiens restant ? Ils sont a priori restés en Italie. Sémantiquement, les cent travailleurs italiens n’ont en effet pas été « licenciés », ils n’ont simplement plus été embauchés.

  • 19  Ibid.

92La nuance peut sembler dérisoire, mais selon les représentants des salariés, IREM aurait promis « que les salariés restés en Italie demeureraient des employés de l’entreprise ».19

93On pourrait de nouveau s’étonner que les engagements de cette entreprise qui ont été jusque là si violemment contestés, gagne soudainement une telle crédibilité.

94Dans les analyses enthousiastes de l’accord faites par la plupart des protagonistes, trois éléments ont été largement et étrangement ignorés.

95Seuls 102 travailleurs britanniques ont été embauchés pour quatre mois alors que des dizaines de milliers d’emplois disparaissaient au même moment dans le secteur.

96De plus, aucune des revendications du comité de grève n’a été satisfaite, et enfin, malgré les grèves de solidarité aucune extension des acquis de Lindsey n’a été obtenue en direction des autres sites du secteur.

97Par ailleurs, si l’accord conclu à Lindsey a été validé dans le cadre national, au regard de la législation européenne, il pourrait être contesté devant le Cour Européenne de Justice. En effet, la convention NAECI n’est pas reconnue par la directive relative aux travailleurs détachés ou « Posted Workers Directive ».

98Or la dimension européenne a constitué l’un des axes essentiels de l’argumentaire des syndicats. Dès le départ de la grève, ils ont accusé cette directive et les arrêts de la Cour de Justice Européenne d’être responsables de la situation à Lindsey.

  • 20  Elle entendait préciser et rectifier la jurisprudence créée par un arrêt de la cour de justice de (...)

99La directive, référencée96/71/CE, est entrée en vigueur en décembre 1999.20

100Elle donne droit à une entreprise étrangère, dans le cadre d’un contrat avec une entreprise du pays d’accueil, d’y importer ses propres salariés.

101Ceci à condition de garantir aux travailleurs détachés un « noyau dur de règles impératives de protection et de respect des conditions de travail et d’emploi fixées dans l'État membre sur le territoire duquel le travail est exécuté. »21

  • 22  Bilous, A., « Travailleurs détachés et mise en oeuvre de la directive », IRES , 28 septembre 1999 (...)

102En théorie, elle a été créée pour « éviter que la libre circulation des travailleurs au sein de l'UE ne cause des distorsions de concurrence et n'entraîne des formes de « dumping social » » 22.

103Dès son apparition, les syndicats au niveau européen ont dénoncé des failles dans la directive.

104Ils critiquaient l’aspect minimaliste des droits garantis et l’impossibilité d’en assurer la bonne application. Ils se sont insurgés contre les modifications que lui ont fait subir les arrêts pris ultérieurement par la Cour de justice européenne, les arrêts Viking, Laval et Ruffert en 2007 et la plainte de la commission européenne contre le Luxembourg en 2008.

105Ces décisions allaient débouter les syndicats et les autorités nationales des capacités légales et collectives de faire pression sur les entreprises détachées afin qu’elles respectent leurs conventions collectives spécifiques.

106Il devenait donc illégal d’exiger des conditions supérieures aux stricts minima fixés par la directive.

107Or l’une des critiques essentielles des syndicats quant aux termes du contrat passé avec IREM était que l’entreprise ne respectait pas, ou pas complètement, les termes de la convention collective du secteur de la construction britannique NAECI.

108La firme italienne s’était pourtant engagée dès le départ à respecter la convention et avait même posé sa candidature à l’union patronale de la construction afin de remplir les conditions permettant d’en être signataire.

109A ce jour, il demeure impossible de déterminer de manière certaine quels étaient les engagements précis pris par IREM.

110Pour éclaircir ce point, le ministre de l’emploi Pat McFadden a dû commanditer un rapport à l’organisme semi gouvernemental ACAS, spécialisé dans la conciliation et l’arbitrage des conflits sociaux.

  • 23  ACAS,Report of an inquiry into the circumstances surrounding the Lindsey Oil Refinery dispute”, (...)

111Celui-ci a mené une enquête sur les conditions d’obtention du contrat par IREM et n’a pas trouvé de preuve formelle de violation par IREM des termes de la convention NAECI.23

  • 24  GMB, “Analysis of ACAS report of the inquiry into the circumstances surrounding the Lindsey Oil Re (...)

112Cette conclusion a été contestée par les syndicats Unite et GMB tant sur le fond que sur la forme.24

113Le rapport d’ACAS confirme par ailleurs qu’IREM avait prévu d’embaucher des travailleurs britanniques mais seulement pour les travaux les moins qualifiés.

114La méfiance des syndicats envers IREM provenait-elle alors davantage des abus perpétrés par d’autres entreprises étrangères dans le secteur depuis plusieurs années que des manquements avérés de l’entreprise italienne ?

115Quoi qu’il en soit, le rapport rendu public a mis à mal les arguments utilisés pour déclencher la grève. Il aurait pu jeter le doute dans l’esprit des grévistes sur la valeur réelle de l’accord obtenu. Le seul enjeu avéré de la grève se révélait être non pas le respect de la convention collective qui semblait a posteriori peu menacée, mais se réduisait à l’embauche d’un quota plus important de salariés britanniques.

116Subséquemment, on peut se demander si la motivation des dirigeants de la grève n’était pas d’obtenir une victoire symbolique sur les employeurs du secteur. Celle-ci permettait un rééquilibrage relatif du rapport de force, et une réaffirmation de l’importance des syndicats dans un contexte d’interventionnisme gouvernemental en faveur des secteurs touchés par la crise.

Une victoire à longue portée

117En termes de symboles, la signature de l’accord final constitue en effet un précédent à plusieurs niveaux.

118Pour la première fois, un mouvement de salariés britanniques obtient que dans le cadre d’un contrat confié à une entreprise de la communauté européenne, une partie de l’embauche soit réservée à des salariés nationaux.

119En exigeant que l’appartenance nationale soit affirmée comme un critère d’embauche et confirmée comme une garantie de couverture sociale et de droit salarial, les syndicats britanniques semblent ouvrir une nouvelle ère dans leur histoire.

120Or, pas plus que le droit au travail, cette exigence n’est reconnue par la législation européenne.

121Le syndicat GMB a confirmé que son objectif stratégique était d’obtenir une réorientation de l’esprit des lois communautaires européennes afin que le respect des droits des salariés y soit égal à celui de la liberté d’établissement des entreprises.

122Selon les règles de la directive, seul le gouvernement britannique pourrait faire du « Blue book » une convention d’application générale sur le territoire britannique.

123Et ici s’éclaire l’un des enjeux politiques souterrains du conflit, faire pression sur le gouvernement pour qu’il établisse une sorte de « jurisprudence Lindsey » non seulement sur le territoire national, mais aussi au niveau européen.

124Mais les syndicats seraient alors soumis à un cruel dilemme.

125S’ils obtiennent que les conditions de travail du pays d’accueil prévalent, cela pourrait créer un appel d’air pour la main d’œuvre étrangère. L’effet sera bénéfique pour les droits globaux des travailleurs mais aura un effet inverse sur l’embauche locale.

126Une revendication annulerait donc l’autre, à moins qu’elle ne soit agrémentée d’une mesure garantissant l’embauche des travailleurs britanniques au détriment des étrangers.

127Même si elle n’a jamais été formulée en ces termes, l’insistance des syndicats sur l’embauche prioritaire des travailleurs nationaux prend alors tout son sens. Elle permettrait de mieux comprendre pourquoi le slogan BJ4BW n’a pas suscité d’aversion particulière dans les hautes sphères syndicales.

  • 25  Pour une définition de ce concept, voir Anderson, B., Imagined Communities : Reflections on the Or (...)

128A l’occasion de la grève de Lindsey, les syndicats ont mis en place une nouvelle approche stratégique qui a pour conséquence de redéfinir la « communauté imaginaire » nationale dans la salariat britannique.25 Celle-ci se base sur l’opposition de deux sujets sociaux, le « travailleur national syndiqué » face au « travailleur européen dérégulé ». Le premier a une forte identité mais se sent menacé de disparition, le deuxième est le produit quasi anonyme de la dérégulation du marché du travail européen durant les vingt dernières années.

129Dans la défense du premier, qui constitue la large masse de leurs adhérents, les syndicats ont eu recours à une forme de nationalisme à visage social, que l’on pourrait appeler « social-protectionnisme » ou nouveau « social-chauvinisme ».

130Cette légitimation a suscité de très vives controverses dans la gauche britannique.

131Il reste alors à se demander si cette nouvelle stratégie va faire tâche d’huile, et si dans les pays les mieux protégés de l’Union européenne, les organisations de salariés et la gauche vont imiter cet exemple.

132Si c’est le cas, elles auront peut être à faire un choix. Soit elles décideront que ce nouveau « social-protectionnisme » peut et doit être intégré à l’arsenal défensif des salariés face à la dérégulation néolibérale. Soit, dans un esprit internationaliste plus orthodoxe, elles estimeront que cette stratégie doit être rejetée comme une concession pernicieuse au nationalisme et comme une forme de collaboration avec le patronat national.

133La grève de Lindsey, malgré le soutien formel de la Confédération Européenne des Syndicats, a en effet révélé la faiblesse de la coordination syndicale au niveau européen et les difficultés des centrales britanniques, italiennes et portugaises à s’entendre sur un positionnement commun.

134La grève a-t-elle contribué à fortifier ces liens au niveau européen ? Rien n’est moins sûr. Si la revendication d’un mieux-disant social dans le cadre du détachement des travailleurs peut constituer une référence commune à tous les syndicats européens, celle qui promeut des formes plus ou moins larvées de préférence nationale à l’embauche risque par contre de les diviser.

135Le conflit de Lindsey a soulevé des problématiques particulièrement complexes quant aux rapports entre la législation européenne censée promouvoir la libre concurrence et le libre marché, et quant à la nature des relations établies entre patronat et salariés depuis des décennies dans le cadre national.

136La grève de Lindsey a aussi confirmé qu’en Angleterre aujourd’hui, faire appel à la conscience de classe ne suffit pas à faire démarrer un mouvement ouvrier d’ampleur si ne vibre pas en même temps la corde de l’appartenance nationale.

137Mais la grève de Lindsey n’est pas finie. Sa première conséquence fut de provoquer deux autres vagues de grève sauvages en mai et en juin 2009 sur le même site contre la décision de Total de licencier tous les auteurs de fait de grève illégale du mois de janvier. La nouveauté étant que des travailleurs détachés étrangers se sont joints au mouvement des salariés britanniques, comme les travailleurs polonais de la centrale de Langage.

138Dans un marché des services et du travail ouvert à la concurrence internationale, la restriction législative du droit de grève héritée des années 1980 et 1990 ne suffit plus à contenir l’exaspération des salariés frappés par la crise.

139Si les promesses régulatrices prises lors des grandes conférences mondiales de 2009 ne sont pas tenues, les gouvernements pourraient, pour paraphraser un argentin célèbre, avoir à affronter un, deux, trois, de nombreux autres Lindsey.

Haut de page

Bibliographie

ACAS,Report of an inquiry into the circumstances surrounding the Lindsey Oil Refinery dispute”, 16 February 2009.

Anderson, B., Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New York, Verso, 1991.

BearFacts, http://www.bearfacts.co.uk/

Bilous, A., « Travailleurs détachés et mise en oeuvre de la directive » , IRES , 28 septembre 1999 http://www.eurofound.europa.eu/eiro/1999/09/study/tn9909233s.htm

Charles, B., « Grande-Bretagne : la préférence nationale s'invite dans la crise », 03 Février 2009, Marianne. http://www.marianne2.fr/Grande-Bretagne-la-preference-nationale-s-invite-dans-la-crise_a174703.html

Colley, L., Britons: Forging the Nation 1707-1837. New Haven & London, Yale University Press, 1992.

European Union. http://europa.eu/legislation_summaries/employment_and_social_policy/employment_rights_and_work_organisation/c10508_fr.htm

Fredet, J.G., « Grande-Bretagne Préférence nationale », Nº2310, 12 Février 2009, Le Nouvel Observateur.http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2310/articles/a394539-pr %C3 %A9f %C3 %A9rence_nationale.html

Gellner, E., Nations and Nationalism, Oxford, Blackwell , 1983.

Giddens, A., The Third Way and its Critics, Cambridge, Polity, 2000.

GMB, “Analysis of ACAS report of the inquiry into the circumstances surrounding the Lindsey Oil Refinery dispute”, 16 February 2009.

Haste, P.,Strikers win pledge of new refinery jobs”, Wednesday 04 February 2009, Morning Star. http://www.morningstaronline.co.uk/index.php/news/britain/strikers-win-pledge-of-new-refinery-jobs

Hyman, R., “Britain and the European Social Model: Capitalism Against Capitalism”, IES Working Paper 19, Institute for Employment Studies, November 2008.

Kumar, K., The Making of English National Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Milne, S., “ The target of this campaign of strikes is now obvious”, Thursday 5 February 2009, The Guardian. http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/feb/05/strikes-foreign-workers

McSmith A. et al., “Wildcat strikers in fight for British jobs”, 31 January 2009, The Independent. http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/wildcat-strikers-in-fight-for-british-jobs-1521671.html

National Shop Stewards Network, http://www.shopstewards.net/Lindsey.htm

Office for National Statistics, http://www.statistics.gov.uk/instantfigures.asp

Orr D. “The protesters have a point : businesses can't ignore society”, Saturday, 31 January 2009, http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/deborah-orr/deborah-orr-the-protesters-have-a-point-businesses-cant-ignore-society-1521683.html

Sykes et al. (eds), Globalization and European Welfare States, Basingstoke, Palgrave, 2001.

Tice, A., “Construction workers plan more action”, 4 March 2009, The Socialist. http://www.socialistparty.org.uk/articles/7020

TGWU, “ Unite condemns Alstom's decision to allow subcontractors to not use UK workers at new power station in Kent”, 16 December 2008. http://www.tgwu.org.uk/Templates/News.asp ?NodeID =94678&int1stParentNodeID =42438&int2ndParentNodeID =89396&Action =Display

Unite the Union. « Unite's statement on the Lindsey Oil Refinery dispute”, 5 February 2009. http://www.unitetheunion.com/news__events/latest_news/unites_statement_on_the_lin-1.aspx

“Deal could end wildcat strikes over foreign workers at Lindsey oil refinery”, February 4, 2009, Times Online . http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/article5658091.ece#

“Gordon Brown condemns wildcat strikes over foreign workers in Britain”, 01 February 2009, Daily Mail. http://www.dailymail.co.uk/news/article-1133107/Gordon-Brown-condemns-wildcat-strikes-foreign-workers-Britain.html

“Probe into foreign staff row backs employers”, Monday 16 February 2009, Morning Star. http://www.morningstaronline.co.uk/index.php/news/britain/probe-into-foreign-staff-row-backs-employers

“Strike over as refinery staff and firm agree deal to secure British jobs”, 05 February 2009, Telegraph. http://www.telegraph.co.uk/finance/jobs/4524082/Strike-over-as-refinery-staff-and-firm-agree-deal-to-secure-British-jobs.html

Haut de page

Notes

1  Sur l’utilisation de l’adjectif « britannique », celle-ci semble être davantage la manifestation d’un désir inclusif qu’une volonté de gommer les différentiations nationales dans l’entité britannique ex-impériale au sens où l’a entendu Krishan Kumar. Kumar, Krishan, The Making of English National Identity. Cambridge University Press, 2003. Paradoxalement, la « britannicité » permet ici d’opposer de manière rhétorique une entité multinationale à l’entité transnationale européenne.

2  En décembre 2009, il est passé à 7,9 % de la population. http://www.statistics.gov.uk/instantfigures.asp, office for national statistics

3  Deborah Orr rappelait l’impact de la crise sur le secteur de la construction britannique : « the first real-economy sector to feel the harsh bite of the recession. » in Orr D. “The protesters have a point : businesses can't ignore society”, Saturday, 31 January 2009, http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/deborah-orr/deborah-orr-the-protesters-have-a-point-businesses-cant-ignore-society-1521683.html

4  TGWU, “ Unite condemns Alstom's decision to allow subcontractors to not use UK workers at new power station in Kent, 16 December 2008, http://www.tgwu.org.uk/Templates/News.asp ?NodeID =94678&int1stParentNodeID =42438&int2ndParentNodeID =89396&Action =Display

5  “Gordon Brown condemns wildcat strikes over foreign workers in Britain”, 01 February 2009, Daily Mail. http://www.dailymail.co.uk/news/article-1133107/Gordon-Brown-condemns-wildcat-strikes-foreign-workers-Britain.html

6  C’est ce qu’Anthony Giddens nomme la fin de la « politique de la rédemption ». Giddens, A., The Third Way and its Critics, Cambridge, Polity, 2000, p. 38.

7  Andy McSmith, Ben Russell, Peter Popham. “Wildcat strikers in fight for British jobs”, 31 January 2009, The Independent. http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/wildcat-strikers-in-fight-for-british-jobs-1521671.html

8  http://www.bearfacts.co.uk/

9   “Probe into foreign staff row backs employers”, Monday 16 February 2009, Morning Star. http://www.morningstaronline.co.uk/index.php/news/britain/probe-into-foreign-staff-row-backs-employers

10 Milne, S., “ The target of this campaign of strikes is now obvious”, Thursday 5 February 2009#, The Guardian. http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/feb/05/strikes-foreign-workers

11  Les membres du Socialist Party se vantent d’ailleurs d’avoir proposé ces slogans alternatifs, comme "Stop the race to the bottom", ou "Don't let the bosses divide us". Tice, A., “Construction workers plan more action”, 4 March 2009, The Socialist. http://www.socialistparty.org.uk/articles/7020

12 http://www.shopstewards.net/Lindsey.htm

13  “Deal could end wildcat strikes over foreign workers at Lindsey oil refinery”, February 4, 2009, Times Online . http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/article5658091.ece#

14  http://www.shopstewards.net/Lindsey.htm

15  Les questions que j’ai posées directement à certains dirigeants grévistes à ce sujet sont pour l’instant restées sans réponse.

16  “Strike over as refinery staff and firm agree deal to secure British jobs”, 05 February 2009, Telegraph. http://www.telegraph.co.uk/finance/jobs/4524082/Strike-over-as-refinery-staff-and-firm-agree-deal-to-secure-British-jobs.html

17  Pour Derek Simpson, la signature de ce qu’il a appelé un « accord de paix » allait dans le sens d’un accès plus équitable aux contrats proposés dans la construction pour les travailleurs britanniques. « Aucun travailleur européen, » indiquait-il, « ne devait être empêché de se porter candidat pour un emploi britannique, mais strictementaucun travailleur britannique ne devait être empêché d’être candidat sur un emploi britannique. « Unite's statement on the Lindsey Oil Refinery dispute”, 5 February 2009.http://www.unitetheunion.com/news__events/latest_news/unites_statement_on_the_lin-1.aspx

18  Haste, P.,Strikers win pledge of new refinery jobs”, Wednesday 04 February 2009, Morning Star. http://www.morningstaronline.co.uk/index.php/news/britain/strikers-win-pledge-of-new-refinery-jobs

19  Ibid.

20  Elle entendait préciser et rectifier la jurisprudence créée par un arrêt de la cour de justice de mars 1990 concernant une entreprise portugaise sur le territoire français, et indiquant qu’une entreprise avait la droit d’embaucher ses propres salariés nationaux, mais que l’Etat d’accueil avait aussi le droit de lui imposer le respect de la législation sociale et de la législation du travail françaises.

21  http://europa.eu/legislation_summaries/employment_and_social_policy/employment_rights_and_work_organisation/c10508_fr.htm

22  Bilous, A., « Travailleurs détachés et mise en oeuvre de la directive », IRES , 28 septembre 1999 http://www.eurofound.europa.eu/eiro/1999/09/study/tn9909233s.htm

23  ACAS,Report of an inquiry into the circumstances surrounding the Lindsey Oil Refinery dispute”, 16 February 2009, p. 9.

24  GMB, “Analysis of ACAS report of the inquiry into the circumstances surrounding the Lindsey Oil Refinery dispute”, 16 February 2009.

25  Pour une définition de ce concept, voir Anderson, B., Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New York, Verso, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Falzon, « Le grève de Lindsey : nationalisme populaire ou nouvelle radicalité de classe ? », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 185-205.

Référence électronique

Frédéric Falzon, « Le grève de Lindsey : nationalisme populaire ou nouvelle radicalité de classe ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/1024 ; DOI : 10.4000/osb.1024

Haut de page

Auteur

Frédéric Falzon

Docteur en civilisation britannique, Lycée Diderot, Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org