Navigation – Plan du site

Les traductions en langues minoritaires : entre non-dit(s) d’une politique transitoire et discrédit

Vanessa Leclercq
p. 207-214

Résumé

Les gouvernements New Labour ont favorisé l’émergence d’une politique linguistique pluridimensionnelle concernant notamment l’éducation, la compétitivité des entreprises, mais aussi la représentation du royaume aux yeux des étrangers. Cependant, aucune des langues vernaculaires des minorités ethniques issues de l’immigration n’a bénéficié statutairement de mesures protectrices, au contraire des langues celtiques, sous la double impulsion du processus de dévolution ainsi que de la ratification par le Royaume-Uni de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Il s’agit de mesurer les enjeux non seulement sociétaux et économiques de ce type d’initiatives, la possibilité de leur durabilité, alors qu’elles peuvent notamment sembler contredire les réformes de la loi sur la nationalité de 2004 et 2005, et si elles favorisent ou non la construction de communautés locales et citoyennes fortes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En partie grâce au tumulte provoqué par le meurtre de Stephen Lawrence et la publication du rapport MacPherson en 1998, qui avait conclu, entre autres, à l’existence d’un racisme institutionnel, les minorités ethniques avaient bénéficié d’une loi inattendue : celle de l’obligation d’égalité, votée en 2000. Certes, un geste fort devait être fait en direction de ces minorités, appartenant traditionnellement à l’électorat travailliste, à quelques mois de la campagne pour les élections générales de 2001, mais en pratique cette loi s’applique aussi bien à d’autres groupes, comme les handicapés, dont les désavantages sont également connus. Alors que rien dans le texte de loi ne contraint les institutions à le faire, la manifestation la plus spectaculaire de la mise en œuvre de l’obligation d’égalité a rapidement concerné le domaine des langues, à travers des services de traduction et d’interprétariat en braille, en langue des signes et, plus particulièrement vers les langues vernaculaires des minorités ethniques et des personnes immigrées. Comme pour le cas des langues celtiques reconnues en tant que langues minoritaires par le Royaume-Uni dans le cadre de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, qui se voient octroyer un statut encore plus spécifique, puisque la dévolution leur confère un statut de langues officielles, le processus qui vise à s’acquitter de ces nouvelles mesures est long et fastidieux.

2En effet, au même titre qu’une politique culturelle, une politique linguistique ne se met pas en place en quelques jours. Pour éviter toute plainte en matière d’inégalité de traitement à l’encontre des membres des minorités, les collectivités territoriales ont dû effectuer dans l’urgence des traductions de brochures d’information relatives à, par exemple, la procédure de demande d’une prestation sociale, sans pour autant trahir le caractère institutionnel du document initial. En conséquence, peu de collectivités ont pu mener ce processus grâce à leurs seuls employés eux-mêmes issus des minorités. L’on peut ainsi remarquer la faiblesse du nombre d’employés suffisamment attachés à la langue ou aux langues de leur groupe ethnique, ayant suffisamment franchi les barrières sociales pour être parvenu à accéder à un emploi dans le secteur public, et occupant un poste suffisamment élevé dans la hiérarchie pour maîtriser l’esprit du document source. Néanmoins, comme les collectivités territoriales ont procédé massivement à une interprétation de la loi, peu d’aide était à attendre de Londres, en termes de moyens financiers et techniques. La seule obligation linguistique véritable concerne la traduction et l’interprétariat dans un contexte juridique, en vertu de l’application d’une législation internationale des droits de l’homme.

Les langues au service de la réduction des discriminations

3D’un point de vue historique, la question des langues au Royaume-Uni apparaît pour la première fois dans un programme politique avec celui du parti travailliste en 1970. La question ne se focalise alors que sur la promotion du gallois, associant la reconnaissance de la langue à la reconnaissance plus large d’une culture galloise distincte, au sein du royaume. Il s’agit d’un argument électoraliste témoignant de la volonté des travaillistes de poursuivre les avancées instaurées par la loi sur la langue galloise de 1967, qui donnait au gallois un statut équivalent à celui de l’anglais au sein des tribunaux. La défaite de Harold Wilson au profit d’ Edward Heath empêchera de juger si les travaillistes étaient bien prêts à étendre la reconnaissance de cette langue à d’autres sphères de la vie galloise. Absente du programme de 1974 qui vit pourtant le retour de Wilson à la tête du gouvernement, la question du gallois n’a émergé à nouveau qu’à la veille de la défaite de 1987, avant de figurer explicitement dans l’argumentaire pro-dévolution du programme qui mena Tony Blair à sa victoire fracassante de 1997.

  • 1  “This means, among other things, seeking remedies for the problems faced by coloured people, espec (...)
  • 2  “We will encourage the improvement of language training in schools and factories and of training f (...)

4Bien que les travaillistes aient initié les premières lois antidiscriminatoires de 1965 et 1968, ces dernières concernaient la situation sociale des minorités ethniques et n'impliquaient en rien une quelconque reconnaissance de leurs cultures vernaculaires, car leur accueil sur le territoire britannique reposait sur le socle culturel commun que constituait jusque là l’Empire. Le corollaire de cette théorie, comme semble l’attester le caractère indissociable de la culture et de la langue dans l’argumentaire travailliste en ce qui concerne le gallois, était que la langue commune de ces minorités ne pouvait être que l’anglais. Ce mythe est pourtant mis à mal par les conservateurs en  1974, pour qui la garantie de relations raciales apaisées passait par « la recherche de remèdes pour répondre aux difficultés rencontrées par les personnes de couleur, et en particulier les adolescents, dans les domaines de l’emploi ou de l’éducation (par exemple à travers l’apprentissage de l’anglais) »1. Sans rendre la relation trop explicite, le deuxième programme porté par Heath amalgamait pour la première fois les difficultés sociales rencontrées, à une échelle trans-générationnelle, par les minorités ethniques visibles et une maîtrise insuffisante de la langue nationale. L’amalgame est renouvelé, avec la même prudence, dans le programme de 1979. Margaret Thatcher proposait d’ « encourager l’amélioration des enseignements de la langue dans les écoles et les usines et des conditions d’apprentissage des jeunes chômeurs issus des minorités ethniques »2. Ainsi, si l’obligation d’égalité de 2000, qui est un amendement à la loi antidiscriminatoire de 1976, permet au New Labour de s’inscrire dans la plus pure tradition travailliste de défense des minorités via l’instrument législatif, son laissez faire vis-à-vis de l’interprétation par les collectivités locales, qui étendent son application à la dimension linguistique, rejoint le lien établi en premier lieu par les conservateurs entre la nécessité d’une action linguistique et la lutte contre les inégalités sociales qui affectent particulièrement les minorités. Néanmoins, à l’inverse des conservateurs, le New Labour n’interviendra que rarement à travers le prisme d’une langue unique, dispensée dans le cadre d'un système éducatif centralisé, et ce au double profit d’une multitude de langues véhiculées et des collectivités territoriales rendues plus responsables de l’efficacité des actions menées auprès de leurs administrés.

Hétérogénéité des pratiques et production d’inégalités

5 En voulant permettre aux minorités de s’ancrer en premier lieu à l’échelle locale, le gouvernement Blair a transféré aux collectivités locales une mission dont elles ne voulaient ou ne pouvaient raisonnablement pas s’acquitter par elles-mêmes. Aussi, le premier bilan conduit au constat que la plupart ont choisi de confier ces prestations à des entreprises spécialisées en traduction et en interprétariat. Cependant, de nombreux problèmes sont posés par ce choix, l’ancrage à l’échelle locale n’étant pas le moindre. A l’heure actuelle, plus des deux-tiers de ces entreprises sont basées à Londres et dans les Home Counties. Si l’émergence de ces nouveaux marchés semble profiter au développement des entreprises sur ces territoires, car un traducteur individuel ne pourrait seul répondre à des marchés publics, cette stratégie d’externalisation profite également aux collectivités, qui peuvent aussi se dédouaner de leurs responsabilités en cas d’insatisfaction de l’usager en imputant la défaillance au prestataire. Les partenariats entre les collectivités territoriales et les traducteurs/interprètes contribuent dans le sud de l’Angleterre au développement du tissu économique et social local. Le nombre, la proximité géographique des prestataires et la mutualisation des professionnels permettent de mettre en place un suivi efficace et une réactivité forte. Il faut ajouter que les groupements de professionnels contribuent à enrichir considérablement l’offre en terme de nombre de combinaisons linguistiques possibles. A l’inverse, les collectivités des autres régions ont dû préférer la commande de brochures d’information dans les langues vernaculaires des minorités, en raison du plus faible nombre de traducteurs. De même, ces disparités territoriales et de types de support supposent pour les membres des minorités, dans bien des régions, une maîtrise de la lecture dans les langues vernaculaires, ou le recours à un membre de la communauté linguistique pour servir d’interprète de circonstance, sans garantie de la fiabilité de ses compétences pour mener une telle tâche. En réalité, les diplômes professionnels de traduction et d’interprétariat ne représentent guère, eux non plus, de réelles garanties quant à la capacité à traduire un langage institutionnel. Les pouvoirs publics ont donc omis, dans l’urgence d’appliquer la loi de 2000, de considérer la nécessité d’établir un code de bonnes pratiques, part pourtant non négligeable du cahier des charges auquel sont soumis les prestataires.

6Au manque d’uniformité des compétences réelles des professionnels, aux inégalités territoriales en matière de pratiques, répondent également des disparités tarifaires qui peuvent s’échelonner dans un rapport de un à huit. L’entreprise Sussex Interpreting, basée dans le comté éponyme, a certes développé un pôle dédié aux community languages, mais pratique en contrepartie des tarifs qui débutent à 80 livres pour ces prestations spécifiques. La qualité de la traduction a ainsi un coût, qui n’est que difficilement supportable pour des collectivités territoriales dont la population concentre déjà minorités ethniques et difficultés sociales, compromettant en conséquence la viabilité de cette politique linguistique et la réussite des dispositifs de lutte contre les discriminations.

L’émergence de normes : une garantie de durabilité ?

  • 3  James, R., Roberts, C., 2007, p. 3.
  • 4  “Budget and time constraints mean that the evaluation of the impact and role of translated informa (...)
  • 5  “there is an absence of regional or national guidance”, in James, R., Roberts, C., 2007 , p. 6.

7Dans le cadre de la Commission sur l’intégration et la cohésion créée en septembre 2006, Christine Roberts et Ross James, tous deux membres du Central Office of Information, le bureau chargé d’optimiser la communication des pouvoirs publics, se sont particulièrement focalisés sur ces traductions. Selon eux, la question de l’hétérogénéité des pratiques est liée aux disparités historiques des territoires où se sont établies les populations immigrées. Ainsi, l’accueil de celles-ci par les services publics dans des aires géographiques confrontées à l'immigration depuis les années 1950 serait moins problématique que dans des aires où les administrations n’en découvrent les enjeux que depuis l’ouverture de l’Union européenne aux nouveaux pays membres de l’Europe de l’est3. Cette conclusion souligne implicitement le flou engendré par la nouvelle terminologie de community languages, puisqu’elle ne permet pas de différencier les langues, et à travers elles les groupes correspondants aux minorités ethniques britanniques telles que définies par la Commission pour l’égalité raciale et par les statistiques des recensements d’une part, des groupes qui ne constituent actuellement que des populations migrantes. Tout en constatant l’égalité de traitement entre minorités et immigrés, ils stigmatisent les différences de pratiques en raison des « contraintes de budget et de temps qui se traduisent par une évaluation à minima de l’impact et du rôle des documents traités »4 mais également à cause de « l'absence de consignes régionales ou nationales »5.

  • 6  “Local Authorities and their partnrs should consider moving from a position of automatic translati (...)
  • 7  “Some […] including providing language training for spouses and their children” p. 74

8 Ainsi, leur étude se conclut par une vive critique du gouvernement central, qui n’a pas permis de débloquer des crédits ou des moyens humains, pour développer une stratégie à l’échelle nationale, dans le cadre d’une coordination témoignant d’une volonté politique claire, ou à l’échelle locale, afin de favoriser l’émergence d’initiatives pertinentes aux contextes spécifiques. Il s’agit pour le moins d’un désaveu vis-à-vis d’une politique linguistique souhaitée à titre expérimental par le gouvernement mais aux implications sociétales trop incertaines et dont les coûts n’auraient que difficilement été acceptés par une majorité de l’opinion publique, pour assumer son inscription dans la loi de 2000. Ce document n’a constitué pourtant qu’un des documents préparatoires au rapport final de la Commission. A sa sortie en juin 2007, à l’aube de la passation de pouvoir entre Tony Blair et Gordon Brown, Our Shared Future ne contient pas de telle attaque ; il réplique plutôt, au contraire, à des excès de la part des autorités locales, arguant du fait que celles-ci « devraient adopter une démarche plus sélective » et décrit le recours aux traductions comme la solution unique à privilégier6. Toutefois, le rapport, malgré la pirouette qui déplace l’objet des critiques émises lors des documents initiaux, reconnaît en de nombreux points l’engagement des collectivités territoriales afin d'améliorer l’accès aux institutions et au processus démocratique des minorités ethniques et des personnes immigrées. Le rapport est illustré par des exemples d’initiatives positives menées par les pouvoirs publics en matière de traduction, ce qui n’est en réalité qu’un préalable à la sortie en décembre 2007 de Guidance for Local Authorities on Translation of Publications, préfacé par Hazel Blears. A défaut d’une définition des critères professionnels que les pouvoirs publics seraient en droit d’attendre des traducteurs et des interprètes, et l’émergence d’une certification adéquate, il faut pour les collectivités locales se contenter de directives qui sont cependant nécessaires à une normalisation de leurs politiques, garantes d’une égalité territoriale et compatibles avec les objectifs du gouvernement en matière d’intégration des communautés. Our Shared Future révèle également quelques initiatives prises par le secteur privé dans le processus d’inclusion sociale des travailleurs migrants, « certains […] procurant des cours de langue à leurs épouses et à leurs enfants », ce qui, au-delà de l’anecdote, témoigne de la prévalence de la question des langues dans les nouvelles problématiques de la société britannique, et ce malgré l’insistance du rapport sur la nécessité de partager une langue nationale, ce qui répond, en écho, aux réformes de l’accès à la nationalité britannique, qui depuis 2005 exigent comme préalable à la naturalisation la maîtrise de l’anglais7.

  • 8  « help those whose first language is not English » Labour Manifesto, 1979

9Les attitudes successives des gouvernements de Tony Blair vis-à-vis des langues des minorités et des immigrés avant le retour marqué vers la langue anglaise dans la Réponse du gouvernement à la Commission sur l’intégration et la cohésion de février 2008 reflète les tensions au sein de New Labour entre des traditions politiques contradictoires. S’ils ne semblaient pas s’éloigner du programme travailliste de 1979, qui proposait d’ « aider ceux dont la langue maternelle n’est pas l’anglais »8 et faisait apparaître pour la première fois le concept de community, sans apporter alors plus de précision – et qui même s'il est mieux défini aujourd’hui ne semble pas encore avoir donné lieu à une traduction satisfaisante - ils ont aussi repris les idées thatchériennes relatives à l’éducation et la formation des minorités en anglais par l’action conjointe des pouvoirs publics et des entreprises, et ont franchi une nouvelle étape significative dans la réduction de l’immigration que Margaret Thatcher avait alors présenté comme le corollaire indispensable à ces premières mesures. Il ne faut pourtant pas oublier que la Commission pour l’égalité raciale elle-même, bien que favorable en principe à ces traductions, a largement admis l’impossibilité pour des raisons pécuniaires de généraliser celles-ci. L’intégrité de la communauté nationale britannique au 21e siècle ne repose pas que sur la vision politique illusoire d’un œcuménisme linguistique ; elle répond aussi à des arguments plus mercenaires.

Haut de page

Bibliographie

Conservative Party, Conservative Manifesto, Putting Britain First, Londres: Conservative Party, 1974.

Conservative Party General Election Manifesto, Londres : Conservative Party, 1979.

Department for Communities and Local Government, Guidance for Local Authorities on Translation of Publications, Londres : Commission on Integration and Cohesion/ Communities and Local Government Publications, 2007.

The Government’s response to the Commission on Integration and Cohesion, Londres : Commission on Integration and Cohesion/ Communities and Local Government Publications, 2008.

Our Shared Future, Londres : Commission on Integration and Cohesion/ Communities and Local Government Publications, 2007.

James, R., Roberts, C., The Practical Impact of Translation : FindingsandRecommendations, Londres : Commission on Integration and Cohesion/ Communities and Local Government Publications, 2007.

Labour Party, Labour Manifesto : Now Britain’s Strong- Let’s Make it Great to Live in, Londres : Labour Party, 1979.

The Labour Way is the Better Way, Londres : Labour Party, 1970.

Race Relations Amendment Act, Londres : Office of Public Sector Information, 2000.

Haut de page

Notes

1  “This means, among other things, seeking remedies for the problems faced by coloured people, especially adolescents, in employment and in education (for example, in the teaching of the English language)” Conservative Party, 1974.

2  “We will encourage the improvement of language training in schools and factories and of training facilities for the young unemployed in the ethnic communities” Conservative Party, 1979.

3  James, R., Roberts, C., 2007, p. 3.

4  “Budget and time constraints mean that the evaluation of the impact and role of translated information is minimal”, Ibid. , p. 5.

5  “there is an absence of regional or national guidance”, in James, R., Roberts, C., 2007 , p. 6.

6  “Local Authorities and their partnrs should consider moving from a position of automatic translation of all documents into community languages, towards a more selective approach”, p. 165.

7  “Some […] including providing language training for spouses and their children” p. 74

8  « help those whose first language is not English » Labour Manifesto, 1979

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Leclercq, « Les traductions en langues minoritaires : entre non-dit(s) d’une politique transitoire et discrédit », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 207-214.

Référence électronique

Vanessa Leclercq, « Les traductions en langues minoritaires : entre non-dit(s) d’une politique transitoire et discrédit », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/1033 ; DOI : 10.4000/osb.1033

Haut de page

Auteur

Vanessa Leclercq

Maître de Conférences à l'Université de Paris 12

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org