Skip to navigation – Site map

Le réseau OSB

L’Observatoire de la société britannique est un réseau de chercheurs français qui a vu le jour à la fin des années 80, et regroupant des civilisationnistes des universités du Sud-Est de la France, originellement  Grenoble, Clermont-Ferrand, Lyon, et Chambéry puis Aix et Toulon. Les travaux de ce groupe ont porté pour l’essentiel sur les questions sociales. En  pleine période de transition entre la société industrielle et la version néolibérale du « post fordisme », il était en quelque sorte naturel que les chercheurs anglicistes français se concentrent sur la thématique de la pauvreté au Royaume Uni. L’Observatoire consacra également beaucoup d’efforts à la réflexion méthodologique sur la discipline, incité par une  double sollicitation. D’une part, la civilisation, reconnue comme une des trois composantes des études anglophones depuis son intégration à l’agrégation d’Anglais en 1977, méritait ce regard, et devait notamment penser son rapport avec les Cultural Studies, auxquelles la France est restée relativement imperméable, et avec les sollicitations comparatives. D’autre part les politiques publiques en matière de recherche universitaire suivies pendant les « années Mitterrand », avaient fait accéder le recherche en Sciences de l’Homme et de la Société à l’étape du travail collectif, transition douloureuse car impliquant une rupture avec la tradition littéraire, et le splendide isolement du penseur enfermé dans sa tour d’ivoire. L’isolement du thésard devant son pavé virtuel, l’indifférence de l’intellectuel face aux problématiques issues de la demande sociétale devaient appartenir au passé. Les promesses n’ont pas forcément été tenues, mais si le nouveau monde n’est pas encore vraiment né, l’ancien est bien derrière nous.

L‘évolution de la discipline se poursuit à un rythme qui s’accélère, sous l’effet des changements institutionnels et scientifiques, des modes de « gouvernance » et de la technologie. Au fil des ans, le travail de l’Observatoire a pris une dimension nouvelle. Le réseau, à la fois formel et informel, s’est un peu affranchi de son cadre géographique initial, tout en maintenant son ambition de fédérer une recherche se développant en régions et notamment dans le « Grand Sud ». Il a aussi élargi son champ d’investigation, intégrant ses questionnements initiaux  dans une réflexion plus large sur la dynamique sociale, culturelle et identitaire, et son articulation avec l’évolution de la sphère politique.

Le réseau a enfin repris le flambeau allumé à Chambéry, en organisant tous les deux ans un colloque international faisant le point sur l’actualité britannique,  marquée ces deux dernières décennies par les paradigmes dominants – et particulièrement stimulants pour le chercheur - du thatchérisme puis du New Labour. Ainsi après notamment « Le New Labour : rupture ou continuité ? » (Clermont-Ferrand, 1999), « Les Années Blair » (Aix-en-Provence, 2001), « Les services publics britanniques » (Toulon, 2003), « La Grande-Bretagne, entre modèle américain et social-libéralisme », (Bordeaux, 2005),  « Le New Labour et l’identité britannique », organisé à Clermont-Ferrand en 2007, est le dernier né des colloques de l’Observatoire, en attendant un prochain rendez-vous à Aix-en-Provence à l’automne 2009.

  • Gilles Leydier

    Gilles Leydier est professeur des Universités à l’Université de Toulon

  • Jean-Paul Révauger

    Jean-Paul Révauger est professeur des Universités à l’Université de Bordeaux 3

  • Timothy Whitton

    Timothy Whitton est maître de Conférences à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

  • Jean-Philippe Fons

    Jean-Philippe Fons est Maître de Conférences à l’université des Antilles et de la Guyane, IUFM de Guyane (Cayenne)

  • Valérie Auda-André

    Valérie Auda-André est Maître de Conférences à l’université d’Aix-Marseille 1

  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org