Navigation – Plan du site

Mobilisations urbaines et espaces de résistance aux Jeux Olympiques de Londres et de Vancouver

Corinne Nativel
p. 191-221

Résumé

En juillet 2012, Londres accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été. Partant du constat que l’organisation et la tenue de grands évènements sportifs suscitent d’importantes controverses et que les mouvements d’opposition aux JO restent encore méconnus, cet article propose d’identifier et d’analyser les mobilisations et espaces de résistance dans la capitale britannique. Il présente quelques éléments théoriques ainsi que la genèse et les principaux marqueurs contextuels des JO londoniens. Il étudie ensuite la composition, les dynamiques et les répertoires d’actions de deux groupes de militants : le Games Monitor et le Counter Olympics Network. Le cas de Vancouver est utilisé en contrepoint pour faire ressortir les spécificités de l’exemple londonien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Shaw, C., Five Ring Circus. Myths and Realities of the Olympic Games, New Society Publishers, 2008 (...)

“The time has come to bring down the curtain on the Olympic Games by whatever means necessary. (…) There is no place for them in a truly egalitarian, democratic and socially just society. How the Oympics can be stopped thus becomes a subject for debate on strategies and tactics”1 .

Introduction

  • 2  Burbank, M.J. et al., Olympic Dreams: The Impact of Mega-events on Local Politics, Lynne Rienner P (...)

1L’organisation et la tenue des Jeux Olympiques (JO) sont l’objet d’enjeux et de tensions sociales considérables au sein des métropoles qui les accueillent, au point que les sciences sociales leur accordent une attention croissante. On constate en effet que les intérêts politiques, économiques et financiers portés par les pouvoirs publics et les investisseurs privés s’opposent fortement à ceux des communautés locales. Les retombées positives qu’engendreraient ces grand-messes planétaires (ces « méga-évènements » ou ‘mega-events’ selon le terme consacré2) que sont les JO sont exaltées par les autorités dans le but de promouvoir des projets de rénovation urbaine. Ces projets suscitent une pression considérable sur les ressources (main d’œuvre, foncier, etc.), souvent sans exercice de consultation préalable auprès des résidents.

  • 3   Harvey, D., Spaces of Capital, Edinburgh University Press, 2001; D. Harvey, “The Right to the Cit (...)
  • 4  Lenskyj, H., Inside the Olympic Industry: Power, Politics and Activism, State University of New Yo (...)

2D’un point de vue empirique, les Jeux Olympiques illustrent de manière exemplaire les théories développées par des auteurs tels que David Harvey, Henri Lefebvre ou Manuel Castells dans le champ de la géographie marxiste et du « Droit à la ville » (Right to the City). Selon ces auteurs, les anciens quartiers industriels des grandes métropoles ont connu d’importantes transformations post-fordistes et post-modernes reposant sur des projets et évènements hautement médiatisés, au caractère spectaculaire et éphémère. Ceux-ci permettent aux surplus du capital de se fixer géographiquement en opérant d’importants mouvements d’expropriation et de déplacement des populations locales3. Aussi, de Sydney à Londres, en passant par Toronto et Vancouver voit-on émerger des mouvements d’opposition aux JO visant à la défense ou à la réappropriation de l’espace confisqué4.  

3Si les arguments officiels en faveur des Olympiades bénéficient d’une importante couverture médiatique, et très souvent d’une adhésion du grand public, les mobilisations anti-olympiques restent quant à elles encore méconnues, ce qui pose un certain nombre de questions : où et comment ces mobilisations prennent-elles forme ? Quel est le degré de contestation ? Quels acteurs sont impliqués avec quels répertoires d’action ? De plus, existe-t-il des variations au sein des villes accueillant les Jeux Olympiques et comment les expliquer ? Enfin, en quoi ces mobilisations illustrent-elles ou se différencient-elles d’autres formes de contestation de la mondialisation néolibérale ?

4Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons choisi d’examiner le cas de Londres, ville-hôte des JO d’été 2012. Afin de faire ressortir les spécificités de la capitale britannique, l’article propose une comparaison avec la ville de Vancouver, située dans la province de la Colombie-Britannique, au Canada, qui a accueilli les Olympiades d’hiver 2010 (du 12 au 28 février) et a été le site d’une mobilisation considérable. Pour ce faire, il s’appuie sur une analyse secondaire de données issues de publications scientifiques, rapports officiels, presse, littérature « grise » et sites militants ainsi que sur des entretiens exploratoires effectués entre septembre 2010 et février 2011 auprès d’informateurs et de militants locaux basés dans l’est de Londres. Les prénoms ont été modifiés afin de préserver leur anonymat.

5L’article se divise en quatre parties. Dans un premier temps, il passe en revue les principaux enjeux politiques que pose sur le plan théorique l’organisation de « grands évènements » tels que les JO pour et au sein des grandes métropoles. La deuxième partie présente les grands marqueurs contextuels de « l’impératif Olympique » londonien. L’article se poursuit par une analyse des objets et référentiels de la contestation (troisième partie) puis des acteurs, de leurs répertoires d’action et des limites de leur mobilisation au regard de l’exemple de Vancouver (quatrième partie). En guise de conclusion, quelques pistes sont esquissées en vue d’approfondir le sujet.

Le pouvoir des anneaux : quelques éléments théoriques 

  • 5  Entrent aussi dans la catégorie de « grand évènement » des manifestations sportives et culturelles (...)
  • 6  Voir par exemple, Jacquier, F. et al. (eds), Le Pouvoir des anneaux. L’olympisme à la lumière de l (...)
  • 7  Pour Montréal, voir E. Monnin & C. Monnin, « Le boycott politique des Jeux Olympiques de Montréal” (...)
  • 8  Le Comité International Olympique (CIO) est une organisation non gouvernementale siégeant à Lausan (...)
  • 9  H. Lenskyj, 2000, op.cit.; Burbank, M.J. et al., op.cit.
  • 10  BBC, Olympic Architecture: When the Circus Leaves Town, Documentaire, première diffusion sur la BB (...)

6La littérature traitant des enjeux urbains et géostratégiques des Olympiades en tant que « grand évènement » concurrentiel5 laisse apparaître une série d’importantes controverses. En effet, derrière l’apparente noblesse que véhicule la performance sportive à haut niveau, susceptible de pacifier les peuples et d’inspirer les plus jeunes, un nombre considérable d’intérêts se cristallise autour des JO et l’attention se porte souvent sur les dynamiques de collaboration/contestation à diverses échelles. La ville hôte est tantôt perçue comme renforcée dans son image de « ville-monde » et sa capacité de captation de nouveaux flux interplanétaires, et par conséquent dans son attractivité territoriale face à une concurrence mondiale exacerbée. Sa capacité à susciter un consensus international est par conséquent fondamentale. Aussi, une partie de la littérature s’est-elle intéressée au boycott politique des Jeux et à ses incidences sur les relations diplomatiques6. Cette dimension est apparue à plusieurs reprises, par exemple au cours des Olympiades de Montréal ou plus récemment, en 2008 à Pékin7. D’autres ont montré à quel point l’idéal olympique était dénaturé non seulement par des affaires de corruption, à l’instar du fameux scandale de Salt Lake City en 1998 où le Comité International Olympique (CIO)8 avait été soudoyé par les élites locales9, mais aussi par le sponsoring agressif de multinationales instrumentalisant les Jeux pour assoir leurs intérêts commerciaux, ainsi que l’illustre le cas d’Atlanta où les JO de 1996 ont été surnommés les « Coca-Cola Games »10.

  • 11  D. Gursoy & K.W. Kendall, “Hosting Mega events. Modelling Locals’ Support”, Annals of Tourism Rese (...)
  • 12  G. Montbiot, “Someone else’s Legacy”, The Guardian, 12/06/2007.

7Dans d’autres cas, le curseur est dirigé sur l’aspect local, et en particulier sur les relations infra-urbaines. Par exemple, au niveau local, certains auteurs ont souligné à quel point la consultation et l’obtention préalable d’une adhésion (buy-in) des communautés influent sur le succès de la candidature11. Sur cette même dimension locale, quelques regards plus critiques se sont portés sur les problématiques de justice sociale et de « droit à la ville » en montrant que les projets de rénovation urbaine, tels que les JO, sont essentiellement porteurs d’une spéculation immobilière dépossédant les populations locales de leurs droits les plus fondamentaux tels que le logement, ou qu’ils peuvent être une source d’exploitation et d’aliénation de la main d’œuvre locale12.

  • 13  Castells, M., The City and the Grassroots: A Cross-cultural Theory of Urban Social Movements. Univ (...)
  • 14  D. Harvey, 2001, op.cit.
  • 15  P. Routledge, A. Cumbers & C. Nativel, “Grassrooting Network Imaginaries: Relationality, Power and (...)

8Depuis quelques décennies, face aux processus de réhabilitation et de gentrification des anciens quartiers industriels, les grandes métropoles ont vu émerger divers mouvements sociaux urbains portant un ensemble de revendications précises quant à leurs droits13. David Harvey utilise le concept de « militant particularisms » (particularismes militants) pour faire référence à des campagnes et luttes émanant d’un territoire urbain particulier et susceptibles d’être émulées dans d’autres localités, ce qui leur confère en définitive une portée beaucoup plus globale14. Ce fut par exemple le cas de la campagne pour un salaire décent – le Living Wage – née à Baltimore aux Etats-Unis qui a récemment inspirée la London Living Wage campaign portée par l’association London Citizens dans l’est de Londres. En outre, le mouvement altermondialiste a mis en évidence la capacité des militants à échanger des informations ainsi qu’à diffuser et reproduire leurs stratégies au sein de réseaux transnationaux15. Ces processus sont également à l’œuvre dans le mouvement anti-olympique, ainsi que nous le montrerons ultérieurement.

  • 16  London Assembly, A Lasting Legacy for London? Assessing the legacy of the Olympic Games and Paraly (...)

9Du point de vue de la gouvernance, le principal enjeu pour les pouvoirs publics consiste à désamorcer la critique et les résistances face au bien-fondé de cet évènement sportif mondial. Ainsi, la notion d’héritage (legacy) vient occuper une place prépondérante dans la construction du discours se rapportant à l’impératif olympique. Il s’agit non seulement de rénover des quartiers socio-économiquement défavorisés, mais de le faire de manière durable en pérennisant les installations et en générant des retombées économiques à moyen ou long terme. Il est question de « sustainable regeneration » et le projet se place dès lors dans une perspective de légitimation relativement classique puisqu’axée sur le développement économique local. Si notre objectif ici n’est pas de mesurer l’impact et l’héritage potentiel du projet olympique sur la rénovation des quartiers de l’est londonien, il convient néanmoins de souligner l’omniprésence du concept de « legacy » dans les débats car celui-ci est loin de susciter un consensus. Par exemple, un rapport de la London Assembly sur l’héritage olympique à Barcelone, Atlanta, Sydney et Athènes souligne que les coûts et les bénéfices réels sont en décalage avec les calculs établis ex ante, et qu’en ce qui concerne l’impact sur l’emploi en particulier, dans aucune des quatre villes étudiées, les chômeurs résidant à proximité du parc olympique n’ont vu leur situation s’améliorer à l’issue des Jeux16.  

Genèse et marqueurs contextuels de l’impératif olympique londonien

  • 17  Site Internet officiel de « Londres 2012 » : http://www.london2012.com/
  • 18  Fussey, P. et al., Securing and Sustaining the Olympic City: Reconfiguring London for 2012 and Bey (...)

10Pour la troisième fois dans son histoire (après 1908 et 1948), la capitale britannique se voit attribuer le statut de ville hôte des JO. La trentième Olympiade s’y déroulera pendant 17 jours, du 27 juillet au 12 août 201217. Londres a été sélectionnée à l’issue d’un long processus et d’une rude compétition face à New York, Moscou et Madrid, et surtout Paris, le 6 juillet 2005 lors de la 117ème Session du CIO à Singapour. La ville l’a finalement emporté au quatrième tour de scrutin, avec 54 voix sur 104. Vingt-six sports sont inscrits au programme de ces Jeux Olympiques, auxquels participeront quelque 10 500 athlètes. Le lendemain de la désignation, quatre bombes explosent dans les transports londoniens. Le bilan traumatique de  56 morts et 700 blessés mènera inévitablement à un durcissement des mesures anti-terroristes dans la capitale et pour ce qui est de l’organisation des JO, à une augmentation du « réflexe » et de l’arsenal sécuritaires18.

11Dès 1997, la British Olympics Association (BOA) avait entamé le processus en lançant une étude de faisabilité pour la tenue des Jeux à Londres. Les échecs essuyés par Birmingham et Manchester pour les candidatures aux JO de 1992, 1996 et 2000 l’avaient en effet convaincue du fait que seule une candidature de la capitale serait perçue comme recevable par le CIO. Cette étude de 300 pages entrevoyait deux options pour la localisation des Jeux : soit dans les quartiers ouest, soit dans ceux de l’est de la capitale.

  • 19  I. Sinclair, “The Olympic Scam”, London Review of Books, vol. 30, n°12, 2008, pp. 17-23.

12Lorsqu’en 1979, Horace Cutler, le dirigeant conservateur du Greater London Council (GLC) envisageait que les JO de 1988 puissent avoir lieu sur le Royal Victoria Dock de Silvertown, à proximité de Bow Creek, qui constitue le point d’embranchement avec la rivière du Lower Lea, son successeur, Ken Livingstone, s’était ouvertement moqué de lui. Selon lui, un tel projet n’était rien d’autre qu’une « astuce, un phantasme mégalomaniaque de droite »19. Et pourtant, à rebours de ces propos, Ken Livingstone, entretemps devenu maire de Londres, signe un pacte avec l’ancienne Secrétaire d’État à la culture et aux sports du gouvernement néo-travailliste, Tessa Jowell, le 16 janvier 2003. Cet accord entérine l’octroi par le gouvernement de 2,4 milliards de livres sterling (issus du budget de la loterie nationale – la National Lottery) pour la candidature de Londres aux JO de 2012. Andy, l’un des militants que nous avons interviewé dans le cadre de notre enquête, souligne avec cynisme la contradiction politique dans laquelle se trouve « Ken le Rouge » et son ralliement à l’impératif olympique :

My question is: why did a socialist mayor of London agree to a capitalist project like that? How did a socialist like him find himself in a position where he didn’t feel that there was an alternative? The answer is: the neoliberal project. I think it was a classic example of someone made him an offer he couldn’t refuse.

Illustration N°1 : Célébrations à l’annonce de la victoire de la candidature de Londres aux JO de 2012 (juillet 2005)

Illustration N°1 : Célébrations à l’annonce de la victoire de la candidature de Londres aux JO de 2012 (juillet 2005)

Source : Evening Standard

13Cette thèse est en effet corroborée par le discours que tient Ken Livingstone à St Martin-in-the-Fields, la fameuse église située à Trafalgar Square, au moment de sa campagne de ré-investiture aux fonctions de maire de Londres en 2008. Il admet en effet avoir feint son enthousiasme pour les JO de 2012 dans le but de sécuriser l’assentiment du gouvernement au projet qu’il caressait de longue date, à savoir la rénovation de l’est londonien et du Thames Gateway. Pour ce faire, il a habilement sous-estimé le budget des JO, lequel quadruplera dans les 18 mois qui suivront la désignation de Londres pour atteindre 9,3 milliards de livres sterling.

  • 20  Poynter, G., “The 2012 Olympic Games and the reshaping of East London” in B. Imrie, L. Lees & M. R (...)

14Si cette escalade budgétaire a fait grincer plus d’une dent, l’opinion publique n’en reste pas moins très favorable. Un sondage réalisé par l’institut ICM en 2001 montre que la candidature était soutenue par 81% des britanniques tandis qu’un autre sondage effectué auprès des contribuables en 2006 indique que ceux-ci étaient prêts à payer davantage d’impôts, à hauteur de 2 milliards de livres sterling20. Depuis sa mise en chantier, la construction du Parc Olympique qui s’étend sur une surface de 2,5 km2 (l’équivalent de Hyde Park) génère une couverture médiatique et une effervescence sans précédent dans toute la capitale. Si les JO suscitent, en apparence, un tel consensus, c’est sans doute parce qu’ils concilient les objectifs gouvernementaux de lutte contre l’exclusion sociale (en inspirant la jeunesse et en promouvant une santé active) et qu’au niveau local, ils sont perçus comme un moyen infaillible d’accroître l’attractivité du territoire de la Lower Lea Valley et des cinq communes (boroughs) qui le composent : Hackney concerné au premier chef, mais aussi Waltham Forest au nord, ainsi que Greenwich, Newham et Tower Hamlets au sud du Parc.

15Le processus de planification opère selon le principe de démolition/reconstruction. A cet égard, la Olympic Delivery Authority (ODA), l’organe public chargé de la programmation des Jeux et de la construction du Parc et de ses infrastructures emploie une formule très éloquente : « Demolish, Dig, Design » (ODA, 2007). Les quatre principaux sites qui seront conservés et réutilisés à l’issue des Jeux (les « Big 4 ») sont le centre nautique, le véloparc, le centre de presse (qui sera transformé en une pépinière d’entreprises censée créer de l’emploi à Hackney), et bien entendu, le stade d’une capacité de 80 000 places qui sera repris par le Club de football de West Ham (voir illustration n°5 en annexe). A ces installations permanentes s’ajoute le village Olympique situé à Stratford, un quartier de la commune de Newham où se met parallèlement en place un programme de rénovation urbaine, « Stratford City », issu d’un partenariat public-privé, le Stratford Renaissance Partnership, entre la London Thames Gateway Development Corporation, le groupe Westfield et une poignée d’autres acteurs locaux. Celui-ci comprend un immense centre commercial de plus de 150 000 m2, environ 4000 logements sociaux, 465 000 m2 de surface de bureaux, une capacité hôtelière de 2000 lits et une gare internationale qui desservira Paris, Bruxelles ainsi que l’aéroport d’Heathrow.

16La ODA met en exergue l’attention particulière qu’elle a accordée dès le début à la question de l’héritage par l’élaboration, en collaboration avec d’autres acteurs du territoire tels que la Greater London Authority (GLA) et la London Development Authority (LDA) d’un plan-cadre, le Legacy Masterplan Framework (LMF). Celui-ci souligne que :

  • 21  Olympic Delivery Authority, Demolish, Dig, Design: The Olympic Delivery Authority’s Milestones to (...)

We are incorporating legacy requirements into design briefs, specifications and business plans from the outset. We are ‘locking in’ legacy more than five years before the Games themselves. (…) By planning the London 2012 Games and their legacy together now, we can ensure that they are remembered, not only as a Summer of fantastic sport, but also as the catalyst for the regeneration of one of the most deprived areas of the UK21.

17Loin de ce message très consensuel, l’écrivain Ian Sinclair, connu pour son attachement à la ville de Londres et la finesse de ses descriptions, propose un autre regard sur les transformations que subit le paysage de la Lower Lea Valley:

  • 22  I. Sinclair, “The Olympic Scam”, London Review of Books, vol. 30, n°12, 2008, p.18.

The urban landscape of boroughs anywhere within the acoustic footprints of the Olympic Park in the Lower Lea Valley has been devastated, with a feverish beat-the-clock impatience unseen in London since the beginnings of the railway age. Every civic decency, every sentimental attachment, is swept aside for that primary strategic objective, the big bang of the starter’s pistol22.

18Bien que peu peuplée, la Lower Lea Valley, était considérée par les résidents des quartiers de l’est londonien comme un havre de paix. A la fin de la seconde guerre mondiale, Arthur Villiers, ancien directeur de la Barings Bank et riche philanthrope (qui était resté célibataire et sans enfant) avait fait l’acquisition du terrain d’Hackney Wick avec pour objectif d’en faire don aux résidents. Il y avait fait installer les anciens équipements des JO de Londres de 1948 dont il avait fait l’acquisition, telle que la piste cyclable (Eastway Cycle Circle) et avait créé le Eton Manor Sports Club pour les jeunes garçons issus de classes populaires. Il avait également fait don de 18 000 m2 de jardins potagers (les Manor Garden allotments) aux résidents de l’East End.

  • 23  Ostrom, E., Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge (...)

19Non loin de là, le terrain communal de Hackney Marshes était devenu un lieu de villégiature apprécié de nombreux résidents de la Lower Lea Valley. Son statut était défini par un document officiel daté de 1965, le « Commons Registration Land ». Vingt ans plus tard, en 1984, la commune d’Hackney en fit l’acquisition. Par leurs pratiques, ceux qui connaissaient et chérissaient cet écrin de verdure y avaient imprimé une identité collective. Ce territoire fournissait de ce fait une excellente illustration de la notion des « Communs » (the Commons), récemment réhabilitée dans le champ des sciences sociales grâce aux travaux d’Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 200923. Sa réquisition en 2007, par le biais du « compulsory purchasing » (droit de préemption de la mairie), a aboutit selon Joel Cody à l’émergence d’une esthétique urbaine « décontextualisée » et artificiellement plaquée sur papier glacé :  

  • 24  Cody, J., “The Impossible Dream: The London 2012 Olympics as a site for the projection of decontex (...)

The ODA’s methodology of decontextualisation is attempting to discipline an area of London previously loved as quirky and uncontrolled – a terrain vague. Its focus on the short-term ‘great event’ in the summer of 2012 neglects the existing communities and landscapes of the Lower Lea Valley and how these will develop in the long term. It seeks to show that what is new is better and implies that what is old is fit for nothing. In doing this it ignores the special and valuable nature, history and genius loci of London’s fringes24.

  • 25  Il s’agit de Salford, Belfast, Glasgow, Gateshead, Cardiff, Coventry, Plymouth.

20Un autre important marqueur de l’organisation des Jeux concerne la mobilisation de ressources humaines. Les JO font appel à 70 000 bénévoles à travers le pays : les « Games Makers ». Une diversité de tâches seront en effet à accomplir allant de l’accueil des touristes à l’accompagnement des athlètes en passant par les premiers secours. Le recrutement et la formation des bénévoles est assuré par le LOCOG (London Organising Committee of the Olympic Games and Paralympic Games), le comité organisateur des JO dont le président est Lord Sebastian Coe. Dans un contexte d’augmentation du chômage, les Jeux fournissent l’occasion aux pouvoirs publics de mettre en place un important programme de formation axé sur le pré-recrutement de bénévoles, désigné sous l’appellation Personal Best. Destiné aux chômeurs de longue durée ou sans qualification, il est le fruit d’un partenariat entre l’organe en charge de la formation des adultes, la Skills Funding Agency, la GLA, la LDA, le service public de l’emploi (Jobcentre Plus) et Greater London Volunteering qui regroupe diverses associations dans le domaine du bénévolat. Personal Best bénéficie également d’un cofinancement du Fonds Social Européen. Une longue campagne de recrutement a été lancée à travers le pays. Selon les données du LOCOG, fin octobre 2010, 240 000 personnes s’étaient portées candidates au bénévolat, les entretiens de sélection s’étalant sur un an, de mars à août 2011 dans sept villes britanniques25 et à Londres jusqu’en mars 2012. Enfin, en vue d’assurer des retombées à travers la Grande-Bretagne, le LOCOG a lancé un dispositif d’appels à projets visant au développement local et à la participation citoyenne dans divers domaines (sport, culture, éducation, entreprenariat, etc.) : le « Inspire Programme ». Les projets retenus se verront attribuer le label « London 2012 ».

21Ce déploiement d’initiatives signifie que les JO sont largement plébiscités par le public. Identifier les objets et les sources de la contestation peut dès lors sembler un exercice quelque peu incongru, pour ne pas dire dérisoire. Néanmoins, ainsi que nous allons le montrer dans les sections qui suivent, certains résidents de Hackney considèrent que le fameux héritage évoqué précédemment n’est rien d’autre qu’un mythe.   

Les objets de la contestation ou le mythe de l’héritage

22Avant d’étudier plus en détail l’identité et les modalités d’action des opposants aux JO, il conviendrait de dresser un portrait des objets sur lesquels porte la contestation. Il ne s’agit pas ici d’effectuer un exercice de catalogage mais plutôt de faire apparaître les référentiels sur lesquels se fonde la mobilisation.

23Au moment de la soumission de la candidature, un nombre considérable de réunions, de consultations et de protestations ont lieu en amont en vue d’exercer une pression sur les pouvoirs publics. Plusieurs pétitions sont mises en ligne mais les signataires se font peu nombreux. Par exemple, la « No London 2012 Bid Petition » ne recueille que 1759 signataires, un chiffre qui rapporté à la population londonienne est bien entendu extrêmement faible26. Toutefois, si l’on fait abstraction de la dimension quantitative, sur le plan qualitatif, le contenu de cette pétition est très instructif. Les nombreux commentaires laissent apparaître deux préoccupations récurrentes parmi les signataires : l’impérialisme économique et le déficit démocratique. Londres n’a pas adopté de référendum, contrairement à Vancouver où la campagne mise en œuvre par le collectif « No Games 2010 » a eu une incidence considérable sur le résultat du vote organisé par la mairie. En effet, le référendum a révélé que plus d’un tiers (36,6%) des résidents de Vancouver étaient opposés à la tenue des Jeux dans leur ville27.

24La mainmise sur les JO par de grandes multinationales est fortement critiquée. Les sept principaux sponsors sont Lloyds TSB, EDF Energy, BT, BP, Adidas, British Airways et BMW. Chacun des ces sponsors a attribué un financement de 40 à 80 millions de livres sterling. Une vingtaine d’autres entreprises contribuent aux Jeux par une mise à disposition de fonds, de produits et de services. Cinq multinationales ont monnayé des privilèges commerciaux (accès exclusif aux infrastructures, utilisation du logo, restriction de la concurrence, etc.) en échange d’une avance de fonds. McDonald est tout particulièrement épinglé par les opposants pour avoir négocié un contrat d’exclusivité sur la vente des repas en échange de sa participation à la formation des bénévoles, qui porteront bien entendu des tee-shirts avec le fameux emblème de la société de fast-food.

  • 28  M. Wells, “London 2012: One big party or one big prison?”, Games Monitor, 12/04/2010, http://www.g (...)

25En outre, les atteintes portées à la liberté individuelle constituent un important facteur d’opposition. Interrogé dans le cadre de notre enquête sur ce qui a motivé sa participation au mouvement, James, un jeune militant résidant à Tower Hamlets répond que le renforcement des mesures sécuritaires et de la répression policière ont été des éléments déclencheurs. En effet, les Olympiades serviront de laboratoire pour de nombreuses expérimentations biométriques et technologiques, pour ne pas dire militaires. Celles-ci incluent, entre autres, les techniques de « geo fencing » qui permettent la localisation des téléphones portables, et bien entendu l’accroissement et l’amélioration du système de surveillance. La ville de Londres est déjà équipée d’un réseau de 500 000 caméras de surveillance. Leur nombre sera non seulement accu en 2012 mais une innovation logicielle permettra aux forces de police de les intégrer pour ainsi suivre les déplacements des individus à travers la ville28. Le Parc est clôturé par une barrière électrifiée à haut voltage (5000 volts) de 17,5 km de long équipée d’un total de 900 caméras placées à 50 mètres les unes des autres. Le protocole concernant l’utilisation de cet équipement de surveillance stipule que la « menace causée par des individus hostiles cherchant à accéder au périmètre justifie son utilisation » et que « les caméras font partie du système de commande du périmètre à sécuriser ». Comme le souligne Mike Wells, la terminologie s’apparente davantage à des opérations militaires (à l’appui d’un marché juteux) qu’à l’organisation d’un évènement sportif et festif.  

  • 29  Voir le site Games Monitor : «What happened to the relocated businesses ?”, http://www.gamesmonito (...)
  • 30  Ces résultats concernent 108 entreprises sur les 208. Une dizaine d’entreprises ne sont pas compta (...)
  • 31  J. Cheyne, “50,000 Jobs? Treat our projections with caution”, Games Monitor, 10/09/2009, http://ww (...)

26En matière d’emploi, la contestation s’articule autour de deux grandes problématiques : la perte et la création d’emplois occasionnées par l’arrivée des Jeux d’une part, et les conditions de travail des ouvriers du bâtiment employés sur le chantier olympique, d’autre part.  Selon la LDA, en 2008, un total de 208 entreprises employant 4964 salariés se trouvaient dans le périmètre de la zone olympique29. Cent-cinq entreprises (3565 salariés) ont été déplacées vers de nouveaux locaux dans les communes de Hackney, Newham, Tower Hamlets et Waltham Forest. D’autres (52 entreprises employant 996 salariés) ont été relocalisées dans d’autres quartiers de Londres, notamment à Barking et Dagenham. Seize entreprises (284 salariés) ont quitté Londres tandis que 25 (employant 65 salariés) aurait cessé leur activité30. Sur la question de la création nette d’emplois au-delà de l’été 2012, le chiffre de 10,000 emplois avancé par la LDA reste très spéculatif. Celle-ci est d’ailleurs totalement incapable de justifier son calcul de manière cohérente31.

  • 32   Site Internet : http://iww.org.uk/
  • 33  IWW, Olympic Dream or Workers’ Nightmare? An inside report on health and safety conditions at the (...)
  • 34  IWW, One Death Too Many. How Many More?, Industrial Workers of the World, 2010.

27La question du non-respect des conditions salariales (notamment du living wage londonien établi à £7,85) et d’hygiène et de sécurité est primordiale. Dans un rapport publié en 2009, et sur la base d’informations obtenues auprès de ses membres, le syndicat International Workers of the World (IWW)32 lançait l’alerte quant aux risques d’accident et de décès liés au non-respect systématique des standards d’hygiène et de sécurité les plus élémentaires. Le syndicat attire l’attention sur l’intimidation des travailleurs par la police et le harcèlement des militants syndicaux. Il dénonce l’attitude complaisante des principaux syndicats du bâtiment tels que le UCATT (Union of Construction, Allied Trades and Technicians). Celui-ci aurait signé un accord exclusif avec les entreprises (‘exclusive sweetheart deal’) menant à une prolifération de sous-traitance sur divers sites33. Les craintes du IWW semblent justifiées puisqu’en décembre 2009, Shaun Scurry, âgé de 39 ans et employé par l’entreprise Firesafe, un sous-traitant de la compagnie Westfield (l’exploitant du centre commercial en construction à Stratford), est victime d’un accident mortel alors qu’il installe des équipements de sécurité. La ODA n’a réagi que trois semaines plus tard avec un communiqué très discret annonçant que les conditions de sécurité étaient, selon elle, aux normes34.  

Illustration N°2 : Manifestation d’opposition aux JO de Londres (Hackney, 23 septembre 2007)

Illustration N°2 : Manifestation d’opposition aux JO de Londres (Hackney, 23 septembre 2007)

Source : Sam Strickland (Games Monitor, http://www.gamesmonitor.org.uk/​node/​473)

  • 35  Le principal slogan des militants était : « No Olympics on Stolen Native Land ».

28Le référentiel environnemental a quant à lui été fortement saisi dans la période de 2005 à 2007 par des groupes écologistes constitués en un forum, le Hackney Environment Forum. On y trouve notamment le Hackney Marshes User Group, une association fondée au milieu des années 1990. Ses membres plantaient des arbres sur le terrain de Hackney Marshes et y organisaient des visités guidées. Ce groupe a été lésé par la LDA qui, suite à des promesses mensongères quant à la préservation du site, l’a finalement confisqué pour y construire le Centre de presse ainsi qu’un parking. A partir de 2008, la question de la contamination du site où se situaient les anciennes entreprises et le problème des émissions de gaz à effet de serre occupent davantage de place dans le volet environnemental. Cependant, des groupes de lobbying tels que Greenpeace ou Friends of the Earth n’ont pas participé aux mobilisations locales. En revanche, à Vancouver, la question écologique a incontestablement été l’une des plus médiatisées. L’aménagement de la station de ski de Whistler dans la vallée de Callaghan ainsi que des infrastructures routières pour y accéder ont abouti à des coupes de milliers d’arbres et à la destruction concomitante d’Eagleridge, un espace sauvage abritant nombre d’espèces menacées. Ces atteintes à l’environnement ont donné lieu à une grande vague de protestation, notamment des aborigènes des Premières Nations en défense de leurs terres considérées comme sacrées35. La tentative de blocage des falaises d’Eagleridge s’est soldée par de nombreuses arrestations et par la mort de Harriet Nahanee, une militante Squamish de 71 ans, à la suite de complications largement aggravées par son emprisonnement pendant deux semaines.

29L’expulsion et le déplacement des populations et l’injustice sociale qui en résulte sont généralement au centre de la contestation des JO. Ce volet a toutefois été moins important à Londres qu’à Vancouver où tout un quartier convoité par les spéculateurs immobiliers, le Downtown Eastside, a mené à la réquisition de 1200 logements sociaux où vivaient les familles parmi les plus pauvres de la ville. Au moment des JO, les sans-abri ont établi un campement, Tent City, en plein centre-ville. A Londres, la mobilisation a été moindre car les individus concernés étaient non seulement moins nombreux mais aussi parmi les plus politiquement marginalisés. Afin d’éviter toute escalade, la LDA a rapidement entamé des négociations afin de reloger les personnes concernées. On dénombre trois groupes. Le premier se compose de quelque 130 gens du voyage expulsés du terrain sur lequel ils s’étaient établis à Hackney Wick. Ceux-ci entreprennent une action en justice, à l’issue de laquelle la LDA leur offre un relogement dans des logements sociaux à Clapton, ce qui occasionnera un mécontentement considérable parmi les résidents. On peut néanmoins considérer que ce groupe sort « gagnant » des négociations. Le deuxième groupe est celui des usagers des Manor Garden Allotments qui se constituent en une association  dénommée « Life is land ». Un site internet est créé et la pétition qui y figure recueille quasiment 8 000 signatures, en partie grâce à un reportage tourné et diffusé par la BBC dans l’émission « Inside Out » en 200636. Ces individus sont déplacés mais sur un territoire moins fertile et plus enclavé de la commune d’Hackney. L’association a mené son combat de manière indépendante sans rallier d’autres collectifs de défense ou d’opposition aux JO. Il en est de même pour le troisième groupe, celui des résidents de la Clays Lane Housing Cooperative. Cette résidence collective créée en 1977 logeait 450 personnes (pour moitié des étudiants), de nationalités et d’horizons culturels très différents. Elle était conçue pour accueillir des célibataires qui y trouvaient un moyen de rompre l’isolement lié à la vie dans la capitale. Tous les locataires ont été relogés avec des indemnités très variables.

30Dans l’ensemble, la mobilisation de ces divers collectifs est restée très faible et très cloisonnée ce qui s’explique par le fait qu’il s’agissait en grande partie d’individus peu politisés et pour certains enclins à négocier avec la LDA. C’est avant tout la confiscation des espaces communaux qui selon Peter, l’un des acteurs que nous avons interviewés, prime dans la mobilisation des collectifs:

It’s strange because English people get very upset about open space. It’s interesting that some of the biggest issues that have come up regarding the Olympics have actually been to do with space. In Greenwich: use of parkland. In Wanstead: use of a piece of parkland. And with the allotments, it’s a piece of open ground or a piece of space rather than housing. So strangely, it’s amenities. Hackney Marshes, East Marsh, is another area of argument about open space. Green spaces are points of argument in Britain.

Acteurs et répertoires d’action

Deux études de cas : le Games Monitor et le Counter Olympics Network 

31Au cours de notre enquête à Londres nous avons identifié deux collectifs de militants explicitement opposés aux JO et dont l’action s’inscrit dans un souci d’organisation collective et de longévité. Le premier est composé de huit personnes (intellectuels, journalistes, éditeurs, webmasters indépendants) résidant à Hackney et disposant de temps. En 2006, ceux-ci fondent un site Internet, le Games Monitor37. Leur objectif est de s’établir en tant que groupe de veille (watchdog) et lanceurs d’alerte en proposant une base de données pérenne pour les londoniens ainsi que pour tous ceux qui, à l’avenir, seront concernés de près ou de loin par les Jeux Olympiques. Ces acteurs disposent de compétences complémentaires qui leur permettent de constituer un important corpus d’informations et de susciter débats et réflexion. La plupart se sont mobilisés autour du projet Games Monitor en raison de l’impact des JO sur leur propre vie et de leur implication dans l’un des divers groupes de défense évoqués ci-dessus. Par exemple, dans le cadre de ses activités au sein du Hackney Marshes User Group, le fondateur fait la connaissance d’une web éditrice qui lui propose de créer le site gratuitement. Un autre a joué un rôle essentiel en tant que locataire de la Clays Lane Housing Estate en devenant le porte-parole des résidents auprès de la LDA.

32Le deuxième collectif se compose d’individus sensiblement plus jeunes mais possédant paradoxalement davantage de « capital militant », un concept qui selon Matonti et Poupeau renvoie à «un ensemble de savoirs et savoir-faire mobilisables lors des actions collectives mais aussi exportables et convertibles dans d’autres univers»38. Le capital militant des acteurs du Counter Olympics Network (CON)39 a été acquis dans le cadre d’actions altermondialistes, écologistes, féministes et de défense des droits de l’homme. Leur approche s’inscrit dans la tradition anarchiste et libertaire et la plupart ont été impliqués dans les actions contre le sommet du G20 de 2009 à Londres. Comparé au groupe constitué autour du Games Monitor, ceux-ci font une utilisation différente de l’outil internet, lequel leur sert essentiellement de moyen de communication intra-organisationnel, leur objectif étant moins d’informer le public que de lutter contre ce qu’ils perçoivent comme un projet autoritaire et répressif. En 2005, ils commencent tout d’abord par constituer un groupe de discussion électronique « No to 2012 » administré par le serveur « riseup.net », très fréquemment utilisé par les militants altermondialistes britanniques. Quelques réunions ont lieu mais l’annonce de la désignation de Londres a un effet démobilisateur si bien que les échanges électroniques entrent en mode de somnolence avec seulement quelques sursauts en 2007/2008. A l’automne 2010, la liste est réactivée, le but principal étant de mobiliser les acteurs stratégiques dans des points de rencontre londoniens à l’approche de l’été 2012. Le « Counter Olympics Network » voit alors le jour. Le groupe se réunit régulièrement depuis septembre 2010, le deuxième mardi de chaque mois et rassemble en moyenne de 15 à 20 participants. Les réunions se tiennent à chaque fois dans un quartier différent et dans des lieux publics : un café végétarien à Waltham Forest, un pub à Greenwich ou dans des centres de contre-culture autonomes et autogérés (les « social centres ») tels que le London Action Resource Centre (LARC) à Tower Hamlets ou le Off Market à Hackney40. Les coordinateurs se montrent étonnés du nombre important de résidents locaux venus à la réunion de Greenwich lesquels ont été motivés par le projet de construction d’une nouveau poste de police dédié aux opérations de surveillance des Jeux. Par ailleurs, ils constatent que le mouvement prend progressivement forme puisque certains militants sont présents d’une réunion à l’autre ce qui permet de tisser des liens entre les quartiers.

33Ainsi, l’année 2011 est consacrée à l’organisation de diverses manifestations. Par exemple, les opposants aux JO se sont associés à la campagne « Playfair 2012 ». A l’occasion de la visite du CIO le 5 avril, un rassemblement a été organisé devant le Westminster Park Plaza Hotel pour dénoncer les conditions de travail dans l’industrie du sportswear41. Pour l’ouverture des Jeux, les militants du Counter Olympics Network envisagent une procession festive et carnavalesque ainsi qu’elle a été mise en œuvre par le collectif G20 Meltdown en 200942

  • 43  F. Matonti & F. Poupeau, op.cit.
  • 44  Latour, B., Changer de société. Refaire de la sociologie, La Découverte, 2005.
  • 45  P. Routledge et al., op. cit.

34Matonti et Poupeau43 soulignent qu’au-delà de son acquisition et de son utilisation, il est également nécessaire de saisir les logiques de transfert de capital militant d’un espace à un autre. Si un travail d’observation ethnographique nous permettrait d’identifier les mécanismes de transfert intra-organisationnels, par le biais de nos entretiens, nous avons établi qu’un transfert transnational s’était effectué dans le cadre de cette mobilisation. Les théories de l’acteur-réseau de Bruno Latour44 ont récemment influencé l’émergence d’une « géographie relationnelle » mettant en exergue l’importance de la circulation et des flux des savoirs par des passeurs et messagers voyageant à travers les territoires45. Des échanges et passations de savoirs se sont effectués à partir de l’expérience des militants anti-JO canadiens venus s’exprimer dans diverses réunions londoniennes, telles que celles organisées par le Planners Network UK, un réseau d’urbanistes militants.

Illustration N°3 : East London

Illustration N°3 : East London

Source : Projet « East London Lives 2012 » (archivage de témoignages de londoniens résidant à proximité du site Olympique, University of East London). Site Internet : http://eastlondonlives2012.net/​

Une mobilisation mitigée : Londres au regard de Vancouver

35Pour revenir au concept de « particularismes militants », notre enquête met en évidence un mouvement épars et cloisonné axé sur des campagnes spécifiques et des groupes d’affinités. Une illustration très nette est fournie par le groupe de cyclistes de l’Eastway, très actif mais également très individualiste puisque la seule préoccupation de ses membres est la préservation de la piste cyclable.

Illustration N°4: Olympic Resistance Network (Vancouver)

Illustration N°4: Olympic Resistance Network (Vancouver)

Source: Olympic Resistance Network (http://web.resist.ca/​~orn/​blog/​)

36A l’inverse de la mobilisation de Vancouver, il n’est guère possible de parler d’un « mouvement » ou d’une « coalition » puisque la mobilisation souffre d’un manque de communication, de convergence et de coordination. Dans un premier temps, ceci s’explique par les caractéristiques du militantisme londonien, celui d’une grande métropole marquée par d’importants turnovers et qui diffère du militantisme des villes de plus petite taille où l’enracinement des individus facilite la coordination. Par ailleurs, bien que de nombreux acteurs et collectifs se sentent concernés par l’arrivée des Jeux, ceux-ci sont généralement engagés dans une multiplicité de luttes souvent caractérisées par l’urgence. C’est ce qu’explique Kate, une militante du Counter Olympics Network :

Within each smaller campaign, there has [sic] been people wanting to broaden it out but there just isn’t the kind of broader political organisation in London that can make it happen. A lot of work needs to be done. When something like the Olympic Games happen, they happen so quickly that you don’t have the structures in place. (…) Everybody was just so busy. There’s a lot of people who live in London for a certain amount of time that aren’t actually from London. There was a woman who was from Canada. She was involved in the London stuff and then she went to Canada for the Olympic stuff there. London’s quite transient and that can be a bit difficult for organising sometimes.

37L’horizon temporel est également un facteur déterminant. La manifestation apparaît comme étant encore trop lointaine aux yeux de la plupart des militants, ce qui donne lieu à des « moments militants » s’inscrivant dans un cycle marqué par des ralentissements et de sursauts d’activité : la mobilisation est forte au moment de la candidature, puis retombe à l’annonce des résultats pour se poursuivre par quelques tentatives de réactivation et un redémarrage au fur et à mesure que la manifestation approche.

  • 46  Le Camp for Climate Action existe depuis 2006. Cette manifestation a lieu chaque année et réunit d (...)

38Par ailleurs, les militants ont conscience de la nécessité de créer des liens avec d’autres collectifs afin d’amplifier le mouvement. Aussi, des initiatives sont engagées pour effectuer un rapprochement avec les militants écologistes du Camp for Climate Action46 qui ne sont pas présents sur le territoire de manière permanente. Ainsi Peter confie que :

Last year I actually went and spoke to a Climate Camp group which met in Stratford. I was giving a speech outside the station to about fifty Climate Camp people. It’s possible that they’ll be looking at making a connection with the Olympics.

39Questionné sur sa perception des mobilisations à Londres et à Vancouver, Andy, du Games Monitor, les décrit comme étant “like chalk and cheese. Very different”. Peter considère, quant à lui, que cette différence tient au fait qu’à Vancouver, les tensions étaient déjà très vivaces, bien avant la tenue des JO :

In the case of Vancouver, you had a long-running campaign built around housing issues and land rights issues which both goes before and extends after the Olympics. So in that case you have something which is already up and running which we don’t have in London at the moment.

  • 47  Shaw, C., Five Ring Circus. Myths and Realities of the Olympic Games, British Columbia: New Societ (...)

40De plus, un certain nombre d’élus et de personnalités politiques se sont impliqués dans l’opposition aux JO de Vancouver, tandis qu’à Londres, les quelques rares interventions d’élus parlementaires tels que Diane Abbott du Parti travailliste ou Darren Johnson du Green Party ont insisté sur le respect de l’environnement et sur la distribution équitable de l’emploi. En somme, la faiblesse de la mobilisation londonienne contraste avec l’ampleur du mouvement qu’a connu Vancouver. Si ce dernier n’a pas stoppé la tenue des Jeux, il a néanmoins réussi à faire converger les luttes des populations en difficulté et à avoir un impact considérable sur l’opinion publique47.

Conclusions

41Cet article a permis à la fois de montrer qu’il existe une opposition au « mythe de l’héritage » à Londres mais que les mobilisations anti-JO sont de faible ampleur comparées à celles de Vancouver. La contestation londonienne se caractérise bien par un chevauchement d’espaces, de causes, d’actions et d’acteurs, qui sont des éléments incontournables à la constitution d’un mouvement. Cependant, l’exemple de Vancouver a démontré que la pluralité des causes n’est en rien incompatible avec l’émergence et la visibilité d’une véritable coalition de résistance. Celle-ci est caractérisée par une coordination nettement plus efficace qu’à Londres et au moment de la rédaction de ces lignes, c’est-à-dire quasiment un an avant la tenue des JO, il n’existe pas de réel mouvement anti-olympique. Au regard du cas de Vancouver, la conclusion principale que nous sommes amenés à dresser est que la capacité du mouvement d’opposition aux JO à se greffer sur un terroir de luttes préexistantes (cause des mal-logés, des sans-abri, des sans emploi, des communautés aborigènes, etc.) est déterminante. A Londres, la fabrique du consentement semble avoir réussi à désamorcer le mouvement mais la tournure prise par l’agenda social depuis l’automne 2010 (notamment les coupes budgétaires drastiques effectuées par le gouvernement de coalition) et la capacité des militants à faire converger leurs luttes avec le mécontentement croissant pourraient fort bien remettre en cause cet état de fait. Une chose est néanmoins certaine : ces deux exemples contrastés soulignent non seulement la nécessité d’une lecture territoriale des mouvements contestataires mais aussi, et de manière plus générale, la fécondité des approches comparatives dans la recherche en civilisation britannique et en sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

L’auteure tient à remercier les membres du Games Monitor et du Counter Olympics Network pour les entretiens qu’ils et elles lui ont accordés à Londres entre septembre 2010 et février 2011.

BBC, Olympic Architecture: When the Circus Leaves Town, Documentaire, première diffusion sur la BBC4 le 29/03/2006.

Burbank, M.J., Andranovich, G.D. & Heying, C. H., Olympic Dreams: The Impact of Mega-events on Local Politics, Boulder (CO): Lynne Rienner Publishers, 2001.

Castells, M., The City and the Grassroots: A Cross-cultural Theory of Urban Social Movements. Berkeley: University of California Press, 1983.

Cheyne, J., “50,000 Jobs? Treat our projections with caution”, Games Monitor, 10/09/2009, http://www.gamesmonitor.org.uk/node/863, (consulté le 14 mars 2011).

Cody, J., “The Impossible Dream: The London 2012 Olympics as a site for the projection of decontextualised futures” in D. Naik and T. Oldfield (eds.), Critical Cities: Ideas, Knowledge and Agitation from Emerging Urbanists, Volume 2, London: Myrdle Court Press, 2010, p. 129-145.

Fussey, P., Coaffee, J., Armstrong, G., & Hobbs, D., Securing and Sustaining the Olympic City: Reconfiguring London for 2012 and Beyond, London: Ashgate, 2011.

Gursoy, D. & Kendall, K.W. “Hosting Mega events. Modelling Locals’ Support”, Annals of Tourism Research, vol. 33, n°3, 2006, pp. 603-23.

Harvey, D., Spaces of Capital, Edinburgh: Edinburgh University Press, 2001.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Harvey, D., « The Right to the City », New Left Review, n°53, 2008, pp. 23-40.
DOI : 10.1111/j..2003.00492.x

IWW, Olympic Dream or Workers’ Nightmare? An inside report on health and safety conditions at the London 2012 Olympic Site, London: Industrial Workers of the World, 2009.

IWW, One Death Too Many. How Many More?, London: Industrial Workers of the World, 2010.

Jacquier F., Milza, P. & Tétart, P. (eds), Le Pouvoir des anneaux. L'olympisme à la lumière de la politique, 1896-2004, Paris : Vuibert, 2004.

Latour, B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2005.

Lenskyj, H., Inside the Olympic Industry: Power, Politics and Activism, Albany : State University of New York Press, 2000.

Lenskyj, H., Olympic Industry Resistance: Challenging Olympic Power and Propaganda, Albany: State University of New York Press, 2008.

London Assembly, A Lasting Legacy for London? Assessing the legacy of the Olympic Games and Paralympic Games, London: Greater London Authority, 2007.

http://legacy.london.gov.uk/assembly/reports/econsd/lasting-legacy-uel-research.pdf

Matonti, F. & Poupeau, F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°55, 2004, pp. 5-11.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Monnin, E. & Monnin, C., « Le boycott politique des Jeux Olympiques de Montréal”, Relations Internationales, n°134, 2008, pp. 93-113.
DOI : 10.3917/ri.134.0093

Montbiot, G., “Someone else’s Legacy”, The Guardian, 12/06/2007.

Olympic Delivery Authority, Demolish, Dig, Design: The Olympic Delivery Authority’s Milestones to 2008, London: ODA, 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ollier, F., « Nous étions pour le boycott total des Jeux Olympiques de Pékin 2008 ! Le Cobop : analyse concrète d’une situation », Outre Terre, n°21, 2009, pp. 67-74.
DOI : 10.3917/oute.021.0067

Ostrom, E., Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, New York: Cambridge University Press, 1990.

Poynter, G., “The 2012 Olympic Games and the reshaping of East London” in B. Imrie, L. Lees & M. Raco (eds) Regenerating London, Governance, Sustainability and Community in a Global City, London: Routledge, 2009, pp. 132-150.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Routledge, P., Cumbers, A.&Nativel, C., “Grassrooting Network Imaginaries: Relationality, Power and Mutual Solidarity in Global Justice Networks”, Environment and Planning A, vol. 39, n°11, 2007, pp. 2575-2592.
DOI : 10.1068/a38338

Shaw, C., Five Ring Circus. Myths and Realities of the Olympic Games, British Columbia: New Society Publishers, 2008.

Sinclair, I., “The Olympic Scam”, London Review of Books, vol. 30, n°12, 2008, pp. 17-23.

Wells, M., “London 2012: One big party or one big prison?”, Games Monitor, 12/04/2010, http://www.gamesmonitor.org.uk/node/938, (consulté le 14 mars 2011).

Haut de page

Annexe

Tableau N°1 : Acteurs impliqués

Londres

Vancouver

Leadership et porte-parole auprès des médias (intellectuels, universitaires, journalistes).

- Acteurs du Games Monitor

- Ian Sinclair (écrivain)  

- Universitaire (Chris Shaw)

- Phil LeGood (journaliste)

Groupes autonomes, libertaires, écologistes, anarchistes, etc.

- Hackney Marshes User Group

-Eastway Users Cyclist Group

 - Counter Olympics Network (CON) impliquant des militants issus de divers collectifs (Hackney Solidarity Network, London Coalition Against Poverty, Whitechapel Anarchist Group, etc.)

- Olympic Resistance Network (ORN)  assurant la coordination d’une quarantaine de groupes, par exemple :

- Groupes indigènes : St’at’imc de Sutikalh

- Native Youth Movement

- Leaky Condo Coalition, etc.

Partis politiques

Socialist Party for England and Wales (Secrétaire général: Peter Taaffe)

BC Green Party (Adrianne Carr)

Work Less Party (Conrad Schmidt)

Syndicats et représentants syndicaux (lanceurs d’alerte)

IWW (Industrial Workers of the World) (secteur du bâtiment)

RMT (Secrétaire général: Bob Crow)

Non renseigné

Élus politiques

Diane Abbott (Labour)

Darren Johnson (Green Party)

Derek Korrigan (maire de Burnaby)

Richard Walton (maire du North Vancouver district)

Source : données compilées par l’auteure.

Tableau N°2 : Répertoires d’action

Londres

Vancouver

Actions et pétitions préconisant le boycott ou la défense du territoire

- « No to London 2012 ».

- « Hack the Bid ».

- Lifeisland (Manor Garden Allotments Society).

- Action en amont à Berlin dès 2002.

- Referendum organisé par la ville : 36,6% des résidents sont opposés.

- Pétition « No Games 2010 ».

Échange d’information

- Liste électronique « No to London 2012 »  (active en 2005/2006).

- Liste « Counter Olympics » (active en 2010/2011).

- Nombreuses (en fonction des thèmes : groupes indigènes, emploi, logement, environnement, santé publique, sécurité).

- Forte utilisation des réseaux sociaux (Facebook et Twitter).

 Veille et information « citoyenne »

Games Monitor (créé en 2006).

2010 Watch

Actions de sensibilisation du public  

- Réunions publiques.

- Préparation d’un pamphlet.

- Préparation de tracts.

- Réunions publiques.

- Autocollants et tee-shirts ‘No Games’.

- Conférences de presse.

Actions auprès des autorités et des MPs

Demande de renseignements (Freedom of Information Act).

Idem.

Action directe

- Manifestations isolées des ouvriers du bâtiment contre les conditions de travail et la répression syndicale.

- Manifestation à Hackney (contre la réquisition des jardins potagers) : 23 septembre 2007 (60 personnes).

- Manifestation « SWEATshop free Olympics » le 5 avril 2011 (venue du CIO à Londres)

- Préparation d’une manifestation  pour l’ouverture des JO le 27 juillet 2012.

- Manifestations pré-candidatures ainsi qu’au moment de l’organisation et de la tenue des JO (5000 manifestants).

- Ateliers de formation à l’action directe.

- Blocage à Eagleridge.

- Tent City : campement de tentes au centre-ville.

- Occupation de locaux municipaux.

Source : données compilées par l’auteure.

Illustration N°5: Carte du site olympique

Illustration N°5: Carte du site olympique

Source: http://thegames2012.blogspot.com/​2009/​05/​london-olympic-maps.html

Haut de page

Notes

1  Shaw, C., Five Ring Circus. Myths and Realities of the Olympic Games, New Society Publishers, 2008, p.283.

2  Burbank, M.J. et al., Olympic Dreams: The Impact of Mega-events on Local Politics, Lynne Rienner Publishers, 2001.

3   Harvey, D., Spaces of Capital, Edinburgh University Press, 2001; D. Harvey, “The Right to the City”, New Left Review, n°53, 2008, pp. 23-40.

4  Lenskyj, H., Inside the Olympic Industry: Power, Politics and Activism, State University of New York Press 2000; Lenskyj, H., Olympic Industry Resistance: Challenging Olympic Power and Propaganda, State University of New York Press, 2008 ; Shaw, op.cit.

5  Entrent aussi dans la catégorie de « grand évènement » des manifestations sportives et culturelles mondiales tels que la Coupe du Monde de football ou la candidature pour l’obtention du label « Capitale européenne de la culture ».

6  Voir par exemple, Jacquier, F. et al. (eds), Le Pouvoir des anneaux. L’olympisme à la lumière de la politique, 1896-2004, Vuibert, 2004.

7  Pour Montréal, voir E. Monnin & C. Monnin, « Le boycott politique des Jeux Olympiques de Montréal”, Relations Internationales, n°134, 2008, pp. 93-113 ; Pour Pékin, voir F. Ollier, « Nous étions pour le boycott total des Jeux Olympiques de Pékin 2008 ! Le Cobop : analyse concrète d’une situation », Outre Terre, n°21, 2009, pp. 67-742.

8  Le Comité International Olympique (CIO) est une organisation non gouvernementale siégeant à Lausanne et composée de 115 membres issus de fédérations internationales de sport et de représentants des comités nationaux olympiques. Une grande partie de ces membres sont cooptés à titre individuel et sont des personnalités externes au mouvement sportif. Le CIO détient tous les droits d’organisation, d’exploitation et de diffusion des Jeux. Ses moyens financiers (plusieurs milliards de dollars) proviennent des droits de retransmission télévisée ainsi que de partenariats fructueux avec les sociétés « marraines » multinationales.

9  H. Lenskyj, 2000, op.cit.; Burbank, M.J. et al., op.cit.

10  BBC, Olympic Architecture: When the Circus Leaves Town, Documentaire, première diffusion sur la BBC4 le 29/03/2006.

11  D. Gursoy & K.W. Kendall, “Hosting Mega events. Modelling Locals’ Support”, Annals of Tourism Research, vol. 33, n°3, 2006, pp. 603-23.

12  G. Montbiot, “Someone else’s Legacy”, The Guardian, 12/06/2007.

13  Castells, M., The City and the Grassroots: A Cross-cultural Theory of Urban Social Movements. University of California Press, 1983.

14  D. Harvey, 2001, op.cit.

15  P. Routledge, A. Cumbers & C. Nativel, “Grassrooting Network Imaginaries: Relationality, Power and Mutual Solidarity in Global Justice Networks”, Environment and Planning A, vol. 39, n°11, 2007, pp. 2575-2592.

16  London Assembly, A Lasting Legacy for London? Assessing the legacy of the Olympic Games and Paralympic Games, Greater London Authority, 2007.

17  Site Internet officiel de « Londres 2012 » : http://www.london2012.com/

18  Fussey, P. et al., Securing and Sustaining the Olympic City: Reconfiguring London for 2012 and Beyond, Ashgate, 2010.

19  I. Sinclair, “The Olympic Scam”, London Review of Books, vol. 30, n°12, 2008, pp. 17-23.

20  Poynter, G., “The 2012 Olympic Games and the reshaping of East London” in B. Imrie, L. Lees & M. Raco (eds) Regenerating London, Governance, Sustainability and Community in a Global City, Routledge, 2009, pp. 132-150.

21  Olympic Delivery Authority, Demolish, Dig, Design: The Olympic Delivery Authority’s Milestones to 2008, ODA, 2007, p.23.

22  I. Sinclair, “The Olympic Scam”, London Review of Books, vol. 30, n°12, 2008, p.18.

23  Ostrom, E., Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge University Press, 1990.

24  Cody, J., “The Impossible Dream: The London 2012 Olympics as a site for the projection of decontextualised futures” in D. Naik & T. Oldfield (eds), Critical Cities: Ideas, Knowledge and Agitation from Emerging Urbanists, Volume 2, Myrdle Court Press, 2010, p.143.

25  Il s’agit de Salford, Belfast, Glasgow, Gateshead, Cardiff, Coventry, Plymouth.

26  Site Internet: http://www.petitiononline.com/nolympic/petition.html (consulté le 14 mars 2011)

27  Shaw, C., Five Ring Circus. Myths and Realities of the Olympic Games, British Columbia: New Society Publishers, 2008, p.43.

28  M. Wells, “London 2012: One big party or one big prison?”, Games Monitor, 12/04/2010, http://www.gamesmonitor.org.uk/node/938, (consulté le 14 mars 2011).

29  Voir le site Games Monitor : «What happened to the relocated businesses ?”, http://www.gamesmonitor.org.uk/node/644 (consulté le 14 mars 2011).

30  Ces résultats concernent 108 entreprises sur les 208. Une dizaine d’entreprises ne sont pas comptabilisées pour cause de manque d’information.

31  J. Cheyne, “50,000 Jobs? Treat our projections with caution”, Games Monitor, 10/09/2009, http://www.gamesmonitor.org.uk/node/863, (consulté le 14 mars 2011).

32   Site Internet : http://iww.org.uk/

33  IWW, Olympic Dream or Workers’ Nightmare? An inside report on health and safety conditions at the London 2012 Olympic Site, Industrial Workers of the World, 2009.

34  IWW, One Death Too Many. How Many More?, Industrial Workers of the World, 2010.

35  Le principal slogan des militants était : « No Olympics on Stolen Native Land ».

36  Site Internet : http://www.lifeisland.org

37  Site Internet : www.gamesmonitor.org.uk

38  F. Matonti & F. Poupeau, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°55, 2004, p.8.

39  Site Internet : http://counterolympicsnetwork.wordpress.com/

40  Voir http://www.socialcentresnetwork.org.uk/

41  Voir http://www.playfair2012.org.uk/

42  Le G20 Meltdown était l’un des principaux collectifs d’opposition au sommet du G20 qui s’est tenu à Londres le 1er avril 2009. Ce collectif a été au cœur des manifestations qui ont convergé vers la Banque d’Angleterre pour dénoncer le système financier avec divers slogans tels que « Financial Fool’s Day ».   

43  F. Matonti & F. Poupeau, op.cit.

44  Latour, B., Changer de société. Refaire de la sociologie, La Découverte, 2005.

45  P. Routledge et al., op. cit.

46  Le Camp for Climate Action existe depuis 2006. Cette manifestation a lieu chaque année et réunit des centaines de militants écologistes. En 2010, plusieurs campements ont eu lieu, notamment à Blackheath, près de la commune de Greenwich à Londres. A cette occasion, les militants ont organisé un « die-in » anti-nucléaire à l’extérieur de la station de Straford City. Site Internet : http://www.climatecamp.org.uk

47  Shaw, C., Five Ring Circus. Myths and Realities of the Olympic Games, British Columbia: New Society Publishers, 2008; voir également le documentaire « Five Ring Circus » qui retrace l’histoire de la contestation des JO de Vancouver : http://www.thefiveringcircus.com/5ring.swf

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration N°1 : Célébrations à l’annonce de la victoire de la candidature de Londres aux JO de 2012 (juillet 2005)
Crédits Source : Evening Standard
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Illustration N°2 : Manifestation d’opposition aux JO de Londres (Hackney, 23 septembre 2007)
Crédits Source : Sam Strickland (Games Monitor, http://www.gamesmonitor.org.uk/​node/​473)
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Illustration N°3 : East London
Crédits Source : Projet « East London Lives 2012 » (archivage de témoignages de londoniens résidant à proximité du site Olympique, University of East London). Site Internet : http://eastlondonlives2012.net/​
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration N°4: Olympic Resistance Network (Vancouver)
Crédits Source: Olympic Resistance Network (http://web.resist.ca/​~orn/​blog/​)
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Illustration N°5: Carte du site olympique
Crédits Source: http://thegames2012.blogspot.com/​2009/​05/​london-olympic-maps.html
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Nativel, « Mobilisations urbaines et espaces de résistance aux Jeux Olympiques de Londres et de Vancouver », Observatoire de la société britannique, 11 | 2011, 191-221.

Référence électronique

Corinne Nativel, « Mobilisations urbaines et espaces de résistance aux Jeux Olympiques de Londres et de Vancouver », Observatoire de la société britannique [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 06 mars 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://osb.revues.org/1255 ; DOI : 10.4000/osb.1255

Haut de page

Auteur

Corinne Nativel

Maître de conférences à l'Université de Besançon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page