Navigation – Plan du site

Londres 2012, un objectif olympien : zéro sans-abri.

Nassera Zmihi
p. 161-175

Résumé

Cette contribution analyse la progression du projet « zéro sans-abri » lancé par Tony Blair en 2002 et poursuivi par les conservateurs depuis 2008, ainsi que sa faisabilité avant que ne débutent les jeux olympiques à Londres en 2012. Il s’agit également d’examiner le contenu de ce projet ambitieux alors que deux décennies de politique sociale initiée par les conservateurs dès le début des années quatre-vingt-dix n’ont pas permis une telle diminution.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Department for Communities and Local Government (DCLG), No One Left Out: Communities Ending Rough (...)
  • 2  DCLG, Homelessness Statistics September 2007 and Rough Sleeping: 10 Years on from the Target. Poli (...)
  • 3  Broadway, Street To Home: Annual Report 2009/10, Broadway, 2010, p.1.
  • 4  Broadway, Street To Home: Annual Report 2009/10, Broadway, 2010, p.4: “Ten years ago our first rou (...)

1La présence indésirable de sans-abri enroulés dans des couvertures ou étalés sur des boites en carton devant les devantures de magasinspourrait bien ternir l’image de Londres lorsqu’il sera question d’accueillir touristes, athlètes et journalistes du monde entier pour les jeux olympiques en 2012. Car s’il est vrai que le nombre des sans-abri qui vivent dans la rue a diminué depuis le milieu des années 90, le problème persiste. Afin de se préparer aux jeux olympiques, le premier ministre travailliste de l’époque, Gordon Brown et le maire de Londres, Boris Johnson, issu du parti conservateur, se sont engagés à « éliminer le phénomène de sans-abri … une bonne fois pour toutes »1 avant le début des Olympiades. En 2008, Gordon Brown s’était félicité de la réduction de deux tiers du nombre de sans-abri en une décennie grâce à des réformes et des investissements permis par le gouvernement travailliste. Il est vrai qu’entre 1998 et 2002, le nombre de sans-abri a chuté d’environ deux tiers dans la plupart des villes du pays2. Toutefois, la ville de Londres, qui accueille plus de la moitié des sans-abri du pays, soit près de 3000 personnes par an3, n’a pas atteint les objectifs fixés par les travaillistes. Aussi, de nouvelles mesures ont été mises en place en 2008 et ont permis à Boris Johnson d’annoncer en novembre 2009 que « deux-tiers des sans-abri les plus enracinés de la capitale ont quitté la rue »4.

2Par delà les différences partisanes, il existe un consensus autour du projet d’éradication du phénomène de sans-abri à Londres. Le gouvernement s’est appuyé, jusqu’à sa défaite aux dernières élections, sur un plan d’action en quinze points intitulé No One Left Out: Communities Ending Rough Sleeping et Boris Johnson axe encore aujourd’hui son travail sur une stratégie nommée London Housing Strategy. En plus de leurs propres stratégies, les politiques soutiennent officiellement le manifeste en dix points présenté par Homeless Link5, organisation caritative qui supervise les associations en charge des sans-abri, afin de travailler main dans la main et d’en finir avec le phénomène de sans-abri d’ici le début des Olympiades6.

3Dans ce contexte de lutte à l’unisson contre le phénomène de sans-abri, ce travail se propose d’analyser la progression du projet olympien « zéro sans-abri » depuis 2008, sa faisabilité avant que ne débutent les jeux olympiques et les nouvelles stratégies adoptées pour atteindre l’objectif « zéro sans-abri » fixé par Tony Blair mais jamais atteint au cours de son mandat.

Le nombre de sans-abri depuis les années 1990

  • 7  http://www.communities.gov.uk/documents/housing/pdf/1648341.pdf (consulté le 12 juillet 2010).
  • 8  “Housing minister says official count of rough sleepers is ‘far too low’ ”, The Guardian, 5/8/2010
  • 9  CHAIN, Combined Homelessness and Information Network, est une base de données sur les sans-abri à (...)
  • 10  Certaines associations d’aide aux sans-abri soupçonnent le gouvernement d’organiser des actions po (...)
  • 11  “Homeless people: Government accused of 'misleading' figures”, Telegraph, 4/2/2010. Cet article ex (...)

4La littérature anglo-saxonne regorge de documents traitant du problème de définition du phénomène de sans-abri ainsi que de sa mesure. Toutefois, les dissensions sont telles qu’en juillet 2010, le gouvernement en place a lancé une consultation qui s’est achevée en septembre7. Il n’y pas lieu ici de discuter de ces nombreux désaccords, il faut toutefois garder à l’esprit que les associations d’aide aux sans-abri ainsi que certains hommes politiques remettent souvent en cause les chiffres publiés par le gouvernement8. Ces doutes sur l’exactitude des données gouvernementales sont justifiés par les écarts mesurés ponctuellement par différentes associations. Il est vrai que la base de données sur les sans-abri CHAIN9 affiche un nombre de sans-abri toujours supérieur à celui du gouvernement alors que les décomptes sont effectués de la même manière10. Il faut savoir que dans la plupart des dénombrements de sans-abri, n’apparaissent pas ceux qui se réfugient dans les parcs, bâtiments à l’abandon, sous des tentes ou tout autre endroit à l’accès difficile ou dangereux11.

5Pour se faire une idée chiffrée du phénomène dans la capitale, l’on peut se référer aux informations présentées par la Simon Community, une association qui organise ses propres dénombrements ainsi qu’aux compilations de données par l’association Broadway. Selon la Simon Community, le nombre de personnes qui ont dormi dans les rues de la capitale est passé de 263 en novembre 2008 à 212 en avril 2009. Broadway livre qu’au cours de la première moitié de l’année 2009, Londres comptait 252 sans-abri12. En juin 2010, il restait encore, selon CHAIN, 241 sans-abri dans les rues de Londres. La plupart de ces sans-abri restent regroupés à Westminster où ils étaient 194 en novembre 2008, 158 en avril 2009 et 98 en juin 201013.

6Malgré les désaccords sur le nombre de personnes qui dorment effectivement dans les rues de la capitale, les divers organismes gouvernementaux et caritatifs s’accordent à dire qu’au cours de ces dix dernières années, plus de neuf mille personnes ont pu quitter la rue grâce à un travail sans relâche. De la même manière, il semble que tous s’entendent sur l’impact de l’accession à l’Europe de certains pays d’Europe de l’Est et d’Europe Centrale. Il semble, en effet, que le nombre croissant de ressortissants de ces pays dans les rues de Londres contribue à mettre en péril le projet « zéro sans-abri » à Londres14.

Les résultats de deux décennies de travail

  • 15  Office of the Deputy Prime Minsiter, Hostels Capital Improvement Programme (HCIP). Policy Briefing (...)
  • 16  Department of the Environment et al., Rough Sleepers’ Initiative: Future Plans. Consultation Paper (...)

7Les choix politiques opérés depuis 1998 ont permis de faire passer le nombre de sans-abri de près de 2000 en 1997 à un peu moins de 500 en 200715. Cette diminution est liée à une série de mesures et de programmes tels que la Rough Sleepers Initiative (RSI). Initiée par les conservateurs en 1990 et poursuivie par les travaillistes qui souhaitaient voir le nombre de sans-abri réduit de deux tiers entre 1998 et 2002, la Rough Sleepers Initiative cherchait à faire en sorte « qu’il ne soit pas nécessaire de devoir dormir dans les rues du centre de Londres»16 et d’amener autant de sans-abri que possible à s’installer, dans un premier temps, dans des refuges ou des foyers, de manière temporaire, puis, à terme, dans des habitations, de manière stable.

  • 17  Randall, G. et S. Brown, The Rough Sleepers Initiative: An Evaluation, DoE, 1993, p.3-4.
  • 18  Craig et al., The Homeless Mentally Ill Initiative: An Evaluation of Four Clinical Teams, Departme (...)
  • 19  DoE, “Government provides further help for rough sleepers”, Press Release 454/96, 31/10/1996.
  • 20  Randall et Brown, From Street to Home: An Evaluation of Phase 2 of the Rough Sleepers Initiative, (...)

8Les premiers investissements financiers dans cette lutte contre le phénomène de sans-abri ont représenté des sommes de l’ordre de 96 millions de livres sterling en 1990, et de 86 millions de livres en 199317. L’initiative RSI fut doublée de la Mentally Ill Initiative, mise au point par la Mental Health Foundation et le Department of Health en 1990. Ce sont près de 20 millions de livres qui furent mises à disposition, à la fois pour loger des personnes atteintes de troubles mentaux mais également pour financer des équipes mobiles pour travailler sur le terrain avec des sans-abri souffrant de problèmes mentaux18. Tout comme la RSI, la Mentally Ill Initiative fut prolongée en raison de son succès19. Les conservateurs ont considéré que ces deux projets représentaient un réel succès. Ils avaient alors déclaré avoir réussi à abaisser le nombre de sans-abri, évalués à plus de 1000 dans la capitale en 1990, à près de 420 en 199220.

  • 21  DCLG, Coming in from the Cold: the Government's Strategy on Rough Sleeping, DCLG, 1999.
  • 22  DCLG, Coming in from the Cold: the Government's Strategy on Rough Sleeping, DCLG, 1999, p.3.
  • 23  Randall et Brown, Outreach and Resettlement Work, p.38 et From Street to Home, p.43. La RSI devait (...)

9Lorsque les travaillistes évoquèrent l’objectif « zéro sans-abri », une évaluation publiée par le gouvernement21 donna lieu à la création du Homelessness Action Programme et d’une unité d’intervention, la Rough Sleepers Unit. Alors que depuis 1990, 250 millions de livres ont déjà été dépensés, à Londres, qui a bénéficié de la plus grande partie de cet argent, on comptait encore 635 sans-abri en 199922. Toutefois, la création de foyers, de centres d’accueil de jour et de logements permanents n’ont pas toujours profité uniquement aux sans-abri des rues de Londres, comme cela devait être le cas, théoriquement23. Ce constat a engendré une révision des objectifs de façon à les axer uniquement sur les sans-abri des rues de Londres. C’est pourquoi, les objectifs des programmes d’aide aux sans-abri ont été revus pour que l’attention soit entièrement focalisée sur ce groupe spécifique.

  • 24  Office of the Deputy Prime Minister, Hostels Capital Improvement Programme  (HCIP), Policy Briefin (...)

10En 2004, ce sont 150 millions de livres qui furent rassemblés pour construire de nouveaux foyers pour accueillir les sans-abri des rues du pays. A cette même époque, 90 millions supplémentaires furent destinés à réhabiliter des foyers existants24.

  • 25  DCLG, Coming in from the Cold, p.9: “The biggest ever cash injection”.

11Plus récemment, en avril 2008, les travaillistes ont annoncé dans le document No One Left Out, ce qui fut qualifié de plus « grande injection d’argent jamais réalisée »25 pour subventionner les services aux sans-abri. Une somme de 200 millions de livres fut mise à la disposition des collectivités locales et du secteur associatif pour atteindre l’objectif de « zéro sans-abri d’ici 2012 ».

Les nouvelles stratégies

Le plan d’action du gouvernement

  • 26  GLA, Ending Rough Sleeping: The London Delivery Board, GLA, février 2009.
  • 27  GLA, Ending Rough Sleeping: The London Delivery Board, GLA, février 2009, p.3: : “harness the full (...)
  • 28  “Sending ‘em back”, The Pavement, 12 novembre 2009: “this group will be the vanguard of an unstopp (...)

12La Rough Sleepers Unit a permis de mettre en place une forme de coopération entre les divers intervenants dans l’aide aux sans-abri. Toutefois, un manque d’organisation entre les différents intervenants représentait une véritable gêne. A partir de constats d’insatisfaction sur le fonctionnement des différentes instances amenées à travailler conjointement dans un effort commun de réduction du nombre de sans-abri, la mairie de Londres a décidé de la création du London Delivery Board (LDB) en février 200926. Boris Johnson souhaitait, selon ses propres termes, « exploiter tout le potentiel des services de la capitale » impliqués dans l’aide aux sans-abri « par delà les frontières ».27 L’objectif était de permettre une réelle synergie entre tous les acteurs au niveau local, régional et national. Cette instance fut donc dirigée par des membres issus du gouvernement central, mais également des collectivités locales et du secteur associatif. L’instauration de cette structure fut perçue comme « avant-gardiste » notamment par Jeremy Swain, représentant de Thames Reach, une association caritative28.

  • 29  Department for Communities and Local Government, No One Left Out: Communities Ending Rough Sleepin (...)
  • 30 “Boris Johnson hails the role of volunteers in tackling homelessness”, Press Release 25/9/2009: “I (...)

13Mais s’il est vrai que l’objectif de réduction du nombre de sans-abri dans les rues de Londres attendu par Tony Blair en 1998 fut atteint en 2002, le nombre de sans-abri entre 2002 et 2008 s’est maintenu à près de 500 dans les rues de Londres. Aussi, à partir de 2008, le nouveau plan d’action du gouvernement inscrit dans No One Left Out s’est appuyé sur quatre points essentiels pour lutter contre le phénomène de sans-abri et éviter en particulier le retour à la rue d’anciens sans-abri. L’accent a donc porté sur i) le renforcement des équipes mobiles qui effectuent un travail social de proximité sur le terrain, dans l’environnement direct des sans-abri (Outreach Teams), ii) la création d’un service médical de rue, iii) la mise en place de projets d’aide à l’insertion ou réinsertion professionnelleet iv) lepilotage de l’utilisation d’un budget individuel pour chaque sans-abri (chaque sans-abri dispose d’une somme de £3000 qu’il peut dépenser selon ses besoins sous la supervision et avec l’accord d’un travailleur social)29. Cette nouvelle orientation a permis au maire de Londres, Boris Johnson, d’annoncer en novembre 2009 que  deux tiers des sans-abri les plus enracinés de la capitale avaient quitté la rue30. Cela représentait 138 sans-abri sur les 205 considérés officiellement comme les derniers sans-abri connus dans les rues de Londres et appelés les “Famous Faces” ou encore les “205s”. Il faut dire que c’est la première fois que des sans-abri, considérés jusque là comme non éligibles pour l’attribution d’une aide en tant que tels, pouvaient bénéficier d’un programme d’aide au relogement sous la forme de subventions ou de dépôts de garantie par exemple.

Les limites des nouveaux programmes

14Certaines associations d’aide aux sans-abri ont bien accueilli ce programme et l’ont parfois qualifié de « visionnaire »31. Toutefois, une analyse plus fine des quinze points du programme gouvernemental révèle que seuls £2,5 millions ont été investis pour soutenir la création de nouvelles entreprises dans le domaine social. Car malgré l’annonce d’un investissement d’un montant de £200 millions, là où le Department of Communities and Local Governement (DCLG) a promis un champ d’action plus vaste en termes d’aides « aux dépôts de garantie » par exemple, les termes exacts du plan d’action No One Left Out parlent « d’encourager les collectivités locales » à développer les programmes d’aides aux dépôts de garantie sans promesse de fonds supplémentaires32. De la même manière le DCLG n’a pas pu tenir sa promesse d’aide financière au développement des équipes mobiles. Thames Reach, association dont le service des équipes mobiles couvre vingt-et-une communes de Londres, a déclaré qu’en effet le nombre de ses équipes n’augmenterait pas faute de financement33.

15En outre, tous les sans-abri ne peuvent pas bénéficier du système d’aide. Les demandes d’aide des sans-abri issus des pays d’Europe Centrale et d’Europe de l’Est ainsi que les réfugiés politiques ne  peuvent aboutir car en tant qu’étrangers, ils ne peuvent profiter des aides financées par des fonds publics. Or, selon les chiffres du DCLG, ces deux groupes de populations représentent environ quinze pour cent des sans-abri des rues de Londres.

16Pour se rapprocher autant que possible de l’objectif « zéro sans-abri à Londres d’ici 2012 », d’autres mesures plus coercitives ont été adoptées. Il faut rappeler que lors de la mise en place du London Delivery Board, l’équipe de Boris Johnson avait promis une plus grande coopération grâce à la collaboration de membres de la mairie de Londres, de membres du gouvernement et de membres d’associations caritatives, de la police et du NHS. L’objectif clairement énoncé restait de pouvoir jouer sur l’intervention des différentes instances, y compris policières.

Internement ou expulsions

  • 34  St Mungo’s, “London’s most entrenched rough sleepers ‘need more help’ ”, St Mungos Press Release, (...)

17Le LDB a lancé un programme appelé “Rough Sleepers 205” en mai 2009. Le nom de ce programme fait écho au nombre de sans-abri identifiés comme cible prioritaire dans le projet « zéro sans-abri ». Ces 205 sans-abri furent définis comme « ayant dormi dans les rues depuis 5 ans ou plus au cours des 10 dernières années » ou/et « ayant dormi dans les rues 50 fois ou plus durant cette période ». Après un an d’existence, le LDB affichait des résultats prometteurs, puisque selon ses données, seuls 45 sans-abri restaient encore dans les rues de Londres en avril 201034.

18Rappelons ici que les chiffres communiqués par les associations indiquent qu’il y avait 241 sans-abri dans les rues de Londres en juin 2010. Pour se rapprocher de l’objectif, des tactiques plus dures ont vu le jour à Londres. Ainsi, dans la mesure où, selon les chiffres du gouvernement, 15% des sans-abri sont issus des pays d’Europe centrale ou d’Europe de l’Est et que par ailleurs, un peu plus d’un tiers souffrent de problèmes mentaux, il est apparu que les deux solutions les plus efficaces pour réduire le nombre de sans-abri étaient d’en interner certains ou de les expulser. La procédure d’internement n’intervient qu’après le refus de la personne sans-abri d’intégrer un centre spécialisé dans l’accueil des sans-abri. Les expulsions, quant à elles, affectent les sans-abri étrangers qui ne peuvent prouver qu’ils ont les moyens de subvenir à leurs besoins trois mois après être arrivés au Royaume-Uni et qui ne sont pas en mesure de démontrer  clairement qu’ils recherchent activement un emploi.

  • 35  “Westminster pays £100,000 to send immigrants back home”, London Evening Standard, 12/01/2009.

19Le LDB qui travaille en collaboration avec la London Metropolitan Police et l’Agence de contrôle des frontières, la UK Border Agency (UBA), a déjà procédé à des expulsions. Westminster, où le nombre de sans-abri demeure le plus élevé, a dépensé £100 000 en 2009 pour renvoyer des migrants d’Europe de l’Est, majoritairement Polonais, dans leur pays d’origine35.

Le recours aux Anti-Social Behaviour Orders (ASBOs)

  • 36  NHS Westminster, NHS Westminster Board Meeting: Rough Sleeping Strategy 2010-2013, 30 mars 2010, p (...)

20Le recours aux ASBOs a freiné le développement des soupes populaires (“soup runs”) que la mairie de Westminster compare à de « véritables aimants » attirant toujours plus de sans-abri. Pour légitimer cette mesure, Westminster dit chercher à « protéger ses résidents, ses visiteurs et ses commerçants de l’attitude antisociale inacceptable associée aux sans-abri qui vivent dans la rue. »36 Pour se charger d’arrêter puis de demander l’expulsion de ces sans-abri, et en particulier ceux issus d’Europe de l’Est et d’Europe Centrale, Westminster compte sur la collaboration des officiers de police ou sur celle des agents de la UBA.

Les opérations dissuasives: “Operation poncho”

21Reste que la moitié des sans-abri de Londres n’entre ni dans le groupe des sans-abri d’Europe de l’Est ou d’Europe Centrale, ni dans celui des personnes atteintes de problèmes mentaux. C’est pourquoi d’autres mesures dissuasives ont été adoptées.

22Les « Opérations Poncho » en sont les exemples les plus connus. Ces interventions menées par la City of London Police en collaboration avec la City of London Corporation et l’association d’aide aux sans-abri, Broadway, consistent à réveiller les sans-abri entre une heure et trois heures du matin et à arroser l’emplacement qu’ils ont choisi pour la nuit de manière à les contraindre à s’en aller37.  Initialement, ces interventions avaient pour but de s’enquérir de la santé des sans-abri, de leur indiquer des choix possibles d’hébergement. Par la suite, des actions plus dures ont visé à faire disparaître les sans-abri récalcitrants du paysage urbain. Précisons que ces opérations ont divisé les associations amenant certaines d’entre elles, telles que Housing Justice ou la Simon Community, à distribuer des « Guides des droits pour les sans-abri » (Rights Guide for Rough Sleepers) pour les informer de leurs droits38.

Une redéfinition des termes

23La conclusion selon laquelle il est impossible d’empêcher que de nouvelles personnes ne viennent dormir dans la rue a conduit le LDB à remanier la définition de sans-abri et à s’écarter peu à peu du projet « zéro sans-abri à Londres ». Ainsi, désormais pour le LDB, un sans-abri se définit en nombre de nuits successives passées dehors. Autrement dit, seuls sont considérés comme sans-abri ceux qui dorment deux nuits successives dans la rue. Cette nouvelle définition a amené le DCLG à mettre au point le No Second Night Out Project dont le but, à partir de mars 2011, sera d’éviter que des individus aient à dormir plus d’une nuit dans la rue.

Conclusion

24Le site de Homeless Link affichait encore récemment l’espoir d’en finir avec le phénomène de sans-abri avant le début des JO39. Toutefois, un porte-parole de Boris Johnson a déclaré que

  • 40  “A moving target”, The Pavement, 30/9/2010: “By ending rough sleeping, we mean that by the end of (...)

pour en finir avec le phénomène de sans-abri, nous voulons dire que d’ici la fin 2012, personne ne vivra plus dans les rues de Londres, et qu’aucune personne qui se retrouve dans la rue n’y dormira une seconde nuit.40

25Le porte-parole a expliqué  que le projet de départ consistait à venir à bout du phénomène avant le début des JO, mais qu’en définitive, il a été jugé plus réaliste de viser la fin 2012.

  • 41  Crisis, Rough sleeping, Crisis, août 2010.
  • 42  “Housing minister says official count of rough sleepers is ‘far too low’ ”, The Guardian, 5/08/201 (...)
  • 43  Department for Work and Pensions, Equality Impact Assessment: Housing Benefit, DWP, juillet 2010. (...)
  • 44  “Benefits cut, rents up: this is Britain's housing time bomb”, The Guardian, 25/10/2010.

26Les derniers chiffres publiés par CHAIN indiquent que 3673 personnes ont dormi dans les rues de Londres en 2009-201041 et le Department of Health considère que 40 000 personnes courent le risque de devenir sans-abri dans les prochains mois42. Dans un contexte économique tendu avec l’annonce récente de la réduction des allocations logement43 et la hausse des loyers44, il semble inévitable que le projet « zéro sans-abri à Londres » ne devienne, si ce n’est parfaitement utopique, du moins cauchemardesque pour Boris Johnson. Ce projet s’avère un véritable défi Olympien probablement impossible à atteindre même après les Olympiades.

Haut de page

Bibliographie

Blakeway,Richard [mayor of London’s housing advisor, chair of the London delivery board], “Board aims to end rough sleeping”, Inside Housing, 26 février 2010.

Central Office of Information, “Over 400 bedspaces provided for rough sleepers in Central London – Winter Shelter Project Continues.” Government Press Releases, Londres, Central Office of Information, 25 novembre 1992.

Central Office of Information, “Department of the Environment – 160 Homelessness Projects to  Get £6.9M Aid.”, Government Press Releases, Londres, Central Office of Information, 24 mai 1995.

Crisis et Housing Justice, “Boris Johnson hails the role of volunteers in tackling homelessness”, Press Release, 25 septembre 2009.

Department for Communities and Local Government, No One Left Out: Communities Ending Rough Sleeping, Londres, Communities and Local Government, 2008.

Department for Communities and Local Government, No One Left Out: Communities Ending Rough Sleeping, an Annual Progress Report: November 2008 – November 2009, Londres, Communities and Local Government, 2009.

Department for Communities and Local Government, Proposed changes to guidance on evaluating the extent of rough sleeping Consultation, Londres, Communities and Local Government, juillet2010.

Department for Communities and Local Government, Coming in from the Cold: the Government's Strategy on Rough Sleeping, Londres, DCLG, 1999.

Department for Communities and Local Government, Evaluating the Extent of Rough Sleeping: A New Approach. Londres: DCLG, 2010.

Craig, T., E. Bayliss, O. Klein, P. Manning et L. Reader, The Homeless Mentally Ill Initiative: An Evaluation of Four Clinical Teams, Londres, Department of Health, 1995.

Department of the Environment, Department of Health, Department of Social Security, Home Office and Department for Education and Employment, Rough Sleepers’ Initiative: Future Plans. Consultation Paper, octobre 1995, Londres, Department of the Environment, 1995.

Department of Environment, “More money to help mentally ill people sleeping rough”, Press Release H92/31, janvier 1992.

Department of Environment, “Government provides further help for rough sleepers”, Press Release 454/96, 31 octobre 1996.

Greater London Authority. Ending Rough Sleeping: The London Delivery Board, Londres, GLA, février 2009.

Greater London Authority. London Housing Strategy: Draft for Public Consultation, Londres, GLA, mai 2009.  http://legacy.london.gov.uk/mayor/housing/strategy/docs/london-housing-strategy09.pdf (consulté le 12 juillet 2010)

Homeless Link, Our 2010 Manifesto to End Homelessness, http://www.homeless.org.uk/manifesto (consulté le 10 juillet et 23 septembre 2010)

Housing Justice et al., Rights Guide for Rough Sleepers, Londres, Housing Justice, 2009.

NHS Westminster, NHS Westminster Board Meeting: Rough Sleeping Strategy 2010-2013, 30 mars 2010.   http://www.westminster.nhs.uk/Docs/Shared%20Documents/3.7%20Rough%20Sleepers%20Strategy%20paper%20FINAL%20-%20March%202010.pdf (consulté le 23 juillet 2010)

Office of the Deputy Prime Minister, Hostels Capital Improvement Programme (HCIP), Policy Briefing 12, Londres, ODPM, septembre 2005.

Randall, Geoffrey et Susan Brown, The Rough Sleepers Initiative: An Evaluation, Londres, HMSO, Department of the Environment, 1993.

Randall, Geoffrey et Susan Brown, Rough Sleeping: A Review of the Literature, Londres: Department of the Environment, Transport and the Regions (DETR), 1998.

Randall, Geoffrey et Susan Brown, From Street to Home: An Evaluation of Phase 2 of the Rough Sleepers Initiative, Londres, HMSO, Department of the Environment, 1996.

Haut de page

Notes

1  Department for Communities and Local Government (DCLG), No One Left Out: Communities Ending Rough Sleeping, DCLG, 2008, p.5.

2  DCLG, Homelessness Statistics September 2007 and Rough Sleeping: 10 Years on from the Target. Policy Briefing 20, DCLG, 2007.

3  Broadway, Street To Home: Annual Report 2009/10, Broadway, 2010, p.1.

4  Broadway, Street To Home: Annual Report 2009/10, Broadway, 2010, p.4: “Ten years ago our first rough sleeping strategy set out a clear ambition to reduce rough sleeping to as close to zero as possible. With our partners, through reform and with investment in services, we achieved our immediate target of reducing the number of people sleeping rough by two thirds.”

5 http://www.homeless.org.uk/manifesto (consulté le 12 juillet 2010).

6  Il faut préciser que tous les politiques reconnaissent que le secteur caritatif représente un acteur clé pour mener à bien cet objectif. Dès lors, les diverses associations d’aide aux sans-abri ont été largement impliquées dans les différents projets. L’intervention du secteur caritatif et associatif permet au gouvernement de réaliser d’importantes économies dans la lutte contre le phénomène de sans-abri. Crisis a estimé que le travail de ses 10 000 bénévoles auprès de personnes sans-abri représentait l’équivalent de £3.7 million et Housing Justice considère que le travail des ses bénévoles dans les refuges de nuit à Londres au cours de l’hiver 2009 a représenté 7000 heures de travail, soit environ £715 000.

7  http://www.communities.gov.uk/documents/housing/pdf/1648341.pdf (consulté le 12 juillet 2010).

8  “Housing minister says official count of rough sleepers is ‘far too low’ ”, The Guardian, 5/8/2010.

9  CHAIN, Combined Homelessness and Information Network, est une base de données sur les sans-abri à Londres créée par l’association Broadway. Cette base de données est mise à jour selon l’évolution du nombre et du profil des sans-abri par quatre-vingt associations de sans-abri en lien direct avec les sans-abri.

10  Certaines associations d’aide aux sans-abri soupçonnent le gouvernement d’organiser des actions ponctuelles visant à réduire le nombre de sans-abri au moment des décomptes dans les rues de Londres. Un article révèle notamment que la police intervient pour débusquer des sans-abri et que certains sans-abri se voient offrir des nuits dans des foyers les soirs de décompte. Cf. “Rough Sleepers figure ‘misleading’”, BCC News, 20/7/2009.

11  “Homeless people: Government accused of 'misleading' figures”, Telegraph, 4/2/2010. Cet article explique que les chiffres sur le nombre des sans-abri n’est pas représentatif. Il est vrai que dans les chiffres officiels, les sans-abri qui ne sont pas littéralement allongés par terre ne sont pas considérés comme tels. Ainsi, toute personne debout ou assise, à côté d’un sac de couchage et qui pourrait passer pour sans-abri, n’est pas forcément intégrée dans les chiffres officiels. A l’automne 2010, le gouvernement a décidé de changer ces méthodes de dénombrement. Le document publié en octobre 2010 par le DCLG, Evaluating the Extent of Rough Sleeping, sous-entend clairement qu’en effet, seules les personnes allongées sur le sol étaient prise en compte auparavant  dans les dénombrements officiels.

12  http://www.communitycare.co.uk/Articles/2009/04/09/111251/number-of-rough-sleepers-falls-in-central-london.htm (consulté le 1 juin 2010).

13  Il faut préciser que ces chiffres ne prennent pas en compte les sans-abri issus d’un des pays membres de la communauté européenne autre que le Royaume-Uni. En outre, ces sans-abri issus des pays d’Europe Centrale et d’Europe de l’Est, (“A10 nationals”) ne bénéficient d’allocations qu’après avoir travaillé 12 mois en Angleterre. S’ils deviennent sans-abri avant cette période, ils ne perçoivent aucune d’aide, telles les allocations logement. Par conséquent, la plupart des centres d’accueil pour sans-abri, qui privilégient les allocataires, refusent de les héberger. Cf. Randall et Brown, Review of Hostels for Rough Sleepers in London, DCLG, 2007, p.9.

14  http://ec.europa.eu/citizens_agenda/social_reality_stocktaking/contributions/docs/contrib91-2.pdf (consulté le  1 juin 2010). Selon Homeless Link, environ 15% des sans-abri de la capitale sont originaires de Pologne essentiellement, mais également de Tchéquie, de Lithuanie ou de Hongrie.

15  Office of the Deputy Prime Minsiter, Hostels Capital Improvement Programme (HCIP). Policy Briefing 12, ODPM, septembre 2005.

16  Department of the Environment et al., Rough Sleepers’ Initiative: Future Plans. Consultation Paper, DoE, 1995, p.5 : (“making it unnecessary to have to sleep rough in Central London”).

17  Randall, G. et S. Brown, The Rough Sleepers Initiative: An Evaluation, DoE, 1993, p.3-4.

18  Craig et al., The Homeless Mentally Ill Initiative: An Evaluation of Four Clinical Teams, Department of Health, 1995.

19  DoE, “Government provides further help for rough sleepers”, Press Release 454/96, 31/10/1996.

20  Randall et Brown, From Street to Home: An Evaluation of Phase 2 of the Rough Sleepers Initiative, Department of the Environment, 1996.

21  DCLG, Coming in from the Cold: the Government's Strategy on Rough Sleeping, DCLG, 1999.

22  DCLG, Coming in from the Cold: the Government's Strategy on Rough Sleeping, DCLG, 1999, p.3.

23  Randall et Brown, Outreach and Resettlement Work, p.38 et From Street to Home, p.43. La RSI devait cibler les sans-abri des rues du centre de Londres, or dans la première phase du projet, entre 1990 et 1993, près de quarante pour cent des sans-abri qui ont bénéficié du programme n’avaient pas vécu dans la rue, mais dans des foyers ou des hôtels.

24  Office of the Deputy Prime Minister, Hostels Capital Improvement Programme  (HCIP), Policy Briefing 12, ODPM, septembre 2005, p.4.

25  DCLG, Coming in from the Cold, p.9: “The biggest ever cash injection”.

26  GLA, Ending Rough Sleeping: The London Delivery Board, GLA, février 2009.

27  GLA, Ending Rough Sleeping: The London Delivery Board, GLA, février 2009, p.3: : “harness the full potential of the capital’s rough sleeping services to deliver action across boundaries.”

28  “Sending ‘em back”, The Pavement, 12 novembre 2009: “this group will be the vanguard of an unstoppable coalition of interests which will secure London's place in history as the first major capital city where no one needs to sleep rough.” Ce commentaire est essentiel car il permet de noter le tournant qu’ont pris certaines associations dans leur relation aux sans-abri. Jeremy Swain, à la tête de l’une des plus grandes associations d’aide aux sans-abri, a pris le parti de suivre une ligne d’actions coercitives en décalage avec l’esprit d’entre’ aide défendu par la plupart des associations d’aide aux sans-abri.

29  Department for Communities and Local Government, No One Left Out: Communities Ending Rough Sleeping, CLG, 2008, p.8.

30 “Boris Johnson hails the role of volunteers in tackling homelessness”, Press Release 25/9/2009: “I am proud of the work we have done to end rough sleeping in the capital by 2012. We have made real progress in helping two thirds of the most entrenched rough sleepers off the street, but there is still more to be done.”

31  http://www.communitycare.co.uk/Articles/2008/11/19/110040/margaret-beckett-announces-200m-plan-to-end-rough-sleeping.htm (consulté le 2 juin 2010).

32  Op.cit., p.24: “encouraging local authorities to expand access to rent bond schemes to single homeless people”.

33 “End to rough sleepers estimate”, New Statesman, 19/11/2008.

34  St Mungo’s, “London’s most entrenched rough sleepers ‘need more help’ ”, St Mungos Press Release, 12/10/2010.

35  “Westminster pays £100,000 to send immigrants back home”, London Evening Standard, 12/01/2009.

36  NHS Westminster, NHS Westminster Board Meeting: Rough Sleeping Strategy 2010-2013, 30 mars 2010, p.4: “protect residents, visitors and the business community from unacceptable anti-social behaviour associated with rough-sleeping”.

37  http://wn.com/Operation_Poncho_in_the_City_of_London# (consulté le  5 juillet 2010). Housing Justice a publié une vidéo d’un entretien dans lequel un membre de Equality Human Rights explique ce que sont ces « Opérations Poncho » ainsi que les conséquences sur les sans-abri.

38  Housing Justice et al., Rights Guide for Rough Sleepers, Housing Justice, 2009.

39  http://homeless.org.uk/sites/default/files/July2010_0.pdf (consulté le 10 juillet 2010 et le 23 septembre 2010): “We are campaigning for an end to rough sleeping ‘once and for all’ in this country by the time the Olympics come to Britain in 2012. Often homelessness is swept out of sight for the Olympics, this time we believe it can be different. ”

40  “A moving target”, The Pavement, 30/9/2010: “By ending rough sleeping, we mean that by the end of 2012, no one will live on the streets of London, and no individual arriving on the streets will sleep out for a second night.”

41  Crisis, Rough sleeping, Crisis, août 2010.

42  “Housing minister says official count of rough sleepers is ‘far too low’ ”, The Guardian, 5/08/2010.

43  Department for Work and Pensions, Equality Impact Assessment: Housing Benefit, DWP, juillet 2010. “Councils plan for exodus of poor families from London”, The Observer, 24/10/2010.

44  “Benefits cut, rents up: this is Britain's housing time bomb”, The Guardian, 25/10/2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nassera Zmihi, « Londres 2012, un objectif olympien : zéro sans-abri. », Observatoire de la société britannique, 11 | 2011, 161-175.

Référence électronique

Nassera Zmihi, « Londres 2012, un objectif olympien : zéro sans-abri. », Observatoire de la société britannique [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 06 mars 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://osb.revues.org/1268 ; DOI : 10.4000/osb.1268

Haut de page

Auteur

Nassera Zmihi

Docteure en civilisation britannique à l'Université de Rouen

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page