Navigation – Plan du site

Texte intégral

1 Ce numéro de la revue de l’Observatoire de la Société Britannique fait suite au colloque international « La nouvelle donne politique en Grande-Bretagne », organisé à l’université Rennes 2, les 6 et 7 octobre 2011. Cette manifestation s’inscrivait dans la continuité de cinq colloques organisés en partenariat avec l’Observatoire de la Société Britannique à l’université de Bordeaux 3, Clermont-Ferrand 2, Sud Toulon-Var et Aix-Marseille 1.

2 La thématique retenue fut celle du « renouvellement » et de la « nouvelle donne » politique en Grande-Bretagne. Plusieurs temps électoraux ont rythmé l’année 2010 et devaient marquer les deux années suivantes.

3 La Grande-Bretagne est dirigée, depuis mai 2010, par un gouvernement de coalition Tory-LibDem sous la double houlette de David Cameron et Nick Clegg. En mai 2010, interviewé par Andrew Marr, David Cameron annonçait un programme d’une ambition sans précédent depuis la fin des années 1970 : apaiser une société britannique victime de tensions et de conflits internes profonds, régler la question des conflits armés dans lesquels le pays était toujours embourbé, s’atteler à la réduction des déficits des comptes publics, et relancer la croissance et l’emploi après la crise bancaire et financière qui secoue les économies des pays développés depuis le second trimestre 2008.

4Interrogé sur les modalités de la cohabitation avec les Libéraux Démocrates, le jeune Premier Ministre répondait : « I am a liberal Conservative [and] this coalition will succeed through its success ».

5La conférence annuelle du Parti travailliste qui s’est tenue à l’automne 2010 a été marquée par le discours inaugural de son nouveau dirigeant, Edward (Ed) Miliband. Le scrutin qui l’a porté à la direction du parti (contre son frère David, ancien ministre des Affaires étrangères de Gordon Brown) a été extrêmement serré. Soucieux d’apaiser les tensions, Ed Miliband (surnommé « Red Ed » par une partie des médias) a tenu son premier discours dans un esprit de réconciliation et de rassemblement. Il est encore trop tôt pour dire si l’arrivée de Ed Miliband à la tête du parti suffira à assurer le renouvellement médiatique et idéologique du centre-gauche britannique. Il se présentait, toujours est-il, comme le porte-parole d’une « nouvelle génération » d’hommes politiques, un « homme neuf » capable d’entendre les demandes des électeurs britanniques et des sympathisants pour un Parti travailliste renouvelé.

Le contexte général depuis les « élections sans vainqueur »1 de mai 2010

  • 1  Titre de la Note n°52 de la Fondation Jean Jaurès, 11 mai 2010.
  • 2  Or, pour sortir vainqueur des élections, et être en mesure de former un Gouvernement, un minimum d (...)

6Le scénario des élections législatives de mai 2010 est inédit. A la sortie des urnes, les Conservateurs remportent 307 sièges à la Chambre des Communes, et les Travaillistes 2582. Dans cette configuration, les Libéraux-Démocrates, qui remportent 57 sièges, peuvent jouer le rôle d’arbitre. Après plusieurs jours d’échanges et de négociations avec David Cameron et Gordon Brown (mais également avec les petits partis : le Democratic Unionist Party ou encore le Social Democratic and Labour Party), le LibDem s’allie avec les Conservateurs de David Cameron pour former une coalition que de nombreux journalistes politiques et d’observateurs qualifient alors de « fragile ». Nick Clegg, le leader des LibDems est nommé vice Premier-Ministre.

7Malgré une campagne électorale d’une grande qualité (des trois dirigeants invités à débattre à trois reprises sur la BBC, Nick Clegg fut sans nul doute le plus audacieux et le plus acclamé, de l’avis d’une large majorité des commentateurs), le LibDem n’obtient pas en 2010 le résultat historique auquel il aspirait (et dont les sondages le gratifiaient à quelques semaines encore des élections).

  • 3  On peut tout à fait comprendre l’obsession des LibDems pour la réforme du mode de scrutin uninomin (...)

8Les divergences entre les LibDems et les Conservateurs de David Cameron ne manquent pas. Au premier rang on retrouve la question européenne (les LibDems sont favorables à une intégration toujours plus grande du pays dans l’Union) et l’attachement des Libéraux-Démocrates à la réforme du mode de scrutin dont les Conservateurs ne veulent en aucun cas3. Dans le programme de gouvernement de coalition (coalition agreement) les Conservateurs ont annoncé qu’ils étaient disposés à « améliorer » le mode de scrutin : ils concèdent aux Lib-Dems l’organisation d’un référendum sur le « vote alternatif » (un sujet très éloigné des préoccupations immédiates des britanniques en période de crise économique sur fond de coupes budgétaires et de réforme de la protection sociale).

  • 4 The Independent on Sunday, Nov 7 2010.

9La coalition est d’autant plus malcommode que de réelles divergences apparaissent entre les deux camps et que Nick Clegg est de plus en plus chahuté par son propre parti. La question de l’augmentation des frais universitaire (tuition fees) illustre particulièrement bien les tensions actuelles et les déceptions dans le camp LibDem. Le parti avait en effet construit une partie de sa campagne de 2010 sur la suppression des « tuition fees », s’attirant ainsi les votes de l’électorat étudiant. L’annonce de leur augmentation (de £ 3290 à £ 9000) a poussé des milliers de jeunes étudiants dans les rues de Londres à l’automne 2010. Contraint de renier sa promesse phare, Nick Clegg ne pouvait qu’admettre, résigné : « (my) policy to scrap tuition fees ha(s) fallen victim to the compromises of coalition government »4.

10Dans ses vœux pour la nouvelle année, adressés aux sympathisants Libéraux-Démocrates, Nick Clegg tente pourtant bel et bien de rassurer son électorat et ses députés. Il assure jouer un rôle essentiel dans la conception des politiques et des réformes proposées par le Gouvernement et s’interdit tout nouvel écart par rapport au « projet » politique qu’il défendait en 2010, avant le rapprochement avec les Conservateurs :

All of us are going to hear some people predict the worst for our party. The same people who have been underestimating the Liberal Democrats for as long as we have existed.

  • 5  « Clegg aims to calm Lib Dem fears in New Year message », BBC, 29 décembre 2010 (http://www.bbc.co (...)

But we prove them wrong at every single turn. The next 12 months will be no different, because we will continue to build the Liberal, fairer, greener Britain that we all believe in5.

  • 6  Voir Fons, Jean-Philippe, «  Royaume-Uni. La Big Society de David Cameron peine à convaincre », Gr (...)

11A défaut d’infléchir le programme des Conservateurs « de l’intérieur », les Libéraux-Démocrates espèrent, au moins, être en mesure de montrer leurs capacités à gouverner (en l’occurrence, à co-gouverner), et de préparer les réussites politiques futures – à condition toutefois que l’électorat du LibDem ne reproche pas au parti sa participation au Gouvernement de coalition et à la politique de rigueur budgétaire annoncée quelques semaines seulement après les élections6.

Organisation du numéro

12 La contribution de Nicholas Deakin s’intéresse à la genèse et à la mise en place du projet de Big Society de David Cameron, un projet qui a été l’objet de nombreuses caricatures dans la presse. Bien que mal définie, la Big Society s’appuie sur un héritage dense. Nicholas Deakin remarque que ses théoriciens invoquent tour à tour Burke, de Maistre ou Oakeshott pour la définir et lui donner une assise philosophique et morale. La Big Society s’oppose au “Big Government” en ce qu’elle définit la société comme une mise en interaction d’acteurs locaux qui partagent des valeurs identiques ainsi qu’un même sens de la responsabilité collective. Au fond, David Cameron offre un modèle de société comparable à celui que proposaient Keith Joseph (qui mettait en garde contre les dégats de l’égalitarisme et du socialisme) ou William Waldegrave. Nicholas Deakin remarque que la Big Society est un projet résolument anglais, et qu’à aucun moment il n’a été question d’étendre le projet aux autres composantes du Royaume-Uni.

13Le projet de la Big Society s’appuie, pour partie, sur une mobilisation des ressources du secteur associatif, et suit trois directions : modernisation, marchandisation (marketisation), et moralisation.

14La modernisation des acteurs du secteur à but non lucratif se traduit par la prégnance, de plus en plus forte, des modes d’organisation propres au secteur marchand. Nicholas Deakin rappelle que le parti conservateur de David Cameron est l’héritier d’une construction de la dynamique et de la croissance économique qui font la part belle aux initiatives privées. Le secteur associatif est sollicité, au même titre que les autres acteurs de l’économie du pays, afin d’assurer une forme de cohésion sociale que le secteur marchand ne parvient pas, seul, à garantir. La crise économique, la politique de réduction du déficit public et la suppression d’emplois dans le secteur public ont également sévèrement affecté le secteur associatif, auquel revenait la charge de réduire le chômage.

  • 7  Nous renvoyons le lecteur vers les ouvrages suivants : “Nouvelle gestion publique et réforme des s (...)

15Pour Nicholas Deakin, la Big Society des Conservateurs reprend, dans les grandes lignes, les initiatives travaillistes. Il en est de même pour le livre blanc “Open Public Services”, publié en juillet 2011. Les usagers de services publics auraient ainsi la possibilité de choisir leur prestataire (secteur public, privé ou associatif), sans que l’un ou l’autre des acteurs ne soient privilégiés – l’objectif étant, pour le gouvernement, d’accroître la concurrence et, mécaniquement, la qualité du service offert. L’argumentaire reprend, quasiment à la lettre, les grandes lignes du programme travailliste “Best Value”, introduit par le Local Government Act de 1999, dans la continuité du Compulsory Competitive Tendering et de la Citizens’ Charter7.

16Si le Parti travailliste, par l’intermédiaire du think tank Compass, s’est mis en quête d’une alternative à la Big Society (la “Good Society”, ou encore “Blue Labour”), il n’a pas cherché à défendre vigoureusement son propre bilan, après treize années de pouvoir.

17 Dans sa contribution, Raphaële Espiet-Kilty analyse les différentes tentatives de réformes de la citoyenneté (qu’elle définit comme la nature des relations qui lient un individu à un Etat) ; elle s’interroge sur la définition d’un nouveau citoyen, à l’aube des elections législatives de 2010.

18 Raphaële Espiet-Kilty ne partage pas les analyses faites de la Big Society, qui n’y voient qu’un écran de fumée destiné à masquer les coupes budgétaires, ou, au mieux, une version édulcorée du programme Civil Renewal du New Labour. Elle y voit plutôt un outil de communication politique qui doit permettre aux Conservateurs (et à David Cameron) de crédibiliser le Parti et d’adopter une position plus critique à l’égard du thatchérisme – même si, comme le suggère l’auteur, le projet conservateur, présenté dans le programme de politique générale A New Politics, ne se distingue guère du projet néolibéral des précédents gouvernements conservateurs.

19 La Big Society ne serait donc pas une coquille entièrement vide, pour Raphaële Espiet-Kilty, mais un moyen de séduire et de rassurer un électorat et des citoyens dont les attitudes ont été bouleversées dans la dernière décennie, comme le suggère l’analyse qualitative que propose l’auteur des enquêtes du 27e rapport British Social Attitudes publié en décembre 2010.

20 L’analyse que propose Raphaële Espiet-Kilty suggère de profonds changements dans l’attitude des Britanniques, particulièrement depuis 1997. Les Britanniques se montrent ainsi très critiques vis à vis du fonctionnement du système de protection sociale, notamment la question du versement de prestations sociales aux plus démunis. L’auteur en conclut que les idées et les valeurs de droite (“right-wing ideas”) ont, en une vingtaine d’années, saturé la société britannique, au point que le modèle de société néolibérale voulue par Margaret Thatcher est devenu réalité (“The neo-liberal society desired by Thatcher appears therefore to have a real existence today”). C’est, en fait, la conception du rôle de l’Etat qui a fondamentalement changé : l’Etat n’est ainsi plus là pour protéger les individus les plus fragiles ou ceux aux revenus les plus faibles, ou encore pour corriger les inégalités créées par le capitalisme financier, note l’auteur. Ce qui constitue un bouleversement majeur dans l’appréciation des Britanniques de leur système de protection sociale depuis ses origines.

21Raphaële Espiet-Kilty conclut de cette analyse que les modifications des comportements des Britanniques ont accompagné la croissance économique qu’a connu le pays à partir de la deuxième moitié des années 1990 : dans une économie dynamique, les bénéficiaires de prestations sociales peuvent être perçus comme des parasites (scroungers), ce qui développe une forte aversion pour l’assistanat. Le projet de David Cameron boucle ainsi une transformation de la société et de la citoyenneté amorcée par Margaret Thatcher et poursuivie par John Major et le New Labour.

22 La contribution de David Fée porte sur le secteur du logement ; l’auteur s’interroge sur l’existence d’une “nouvelle donne” dans ce secteur.

23 En arrivant au pouvoir, les Conservateurs héritent, en effet, d’une situation très difficile, avec une crise du logement sans précédent que les Travaillistes n’ont pu résoudre entre 1997 et 2010. La spéculation immobilière et l’envolée des prix des logements (dans l’ancien comme dans le neuf) ont privé un grand nombre de Britanniques de l’accès à la propriété. Le manque de logements disponibles représente également un handicap majeur à la mobilité salariale, et tend à accentuer la polarisation sociale et la ghettoïsation de certaines zones urbaines. Le verdict est sévère pour David Fée, qui estime que le bilan des Travaillistes est, en la matière, fort décevant.

24 Sous la direction de David Cameron, le Parti conservateur dans l’opposition s’est longuement penché sur la question du logement ; les Conservateurs n’ont pas manqué de souligner les conséquences sociales et économiques de la crise du logement. Le Gouvernement de coalition a donc fait du logement l’une de ses priorités. En la matière, les pistes d’action sont nombreuses : augmenter le stock de logements disponibles à la vente comme à la location, soutenir l’accès à la propriété, s’assurer de la qualité des logements neufs, et s’intéresser à la question des sans-abri.

25 Le Gouvernement s’est rapidement intéressé à la réforme du versement de l’aide au logement (Housing Benefit), rappelle l’auteur, alors que le coût de la prestation sociale a doublé entre 1998 et 2010 (passant de £ 11 milliards à £ 21 milliards). Au printemps 2010, les propos polémiques du Chancellier de l’Echiquier, George Osborne, déclenchent de vives réactions : certains bénéficiaires de l’aide au logement percevraient jusqu’à 104 000 livres Sterling par an. Le ministre liberal-démocrate Andrew Stunnel ajoute à la polémique en affirmant que 400000 foyers britanniques vivent dans des logements sociaux surdimensionnés.

26 En juin 2010, le Gouvernement présente son projet de “budget d’urgence”, et indique qu’un projet de loi portant réforme de la protection sociale (Welfare Reform Bill) sera présenté au Parlement prochainement. La proposition de réforme devrait permettre d’économiser £ 2 milliards d’ici 2015 et de faire baisser le prix des loyers.

27 David Fée estime que l’action du Gouvernement de coalition se situe dans la droite lignée de celle menée par les Travaillistes, en cherchant, notamment, à étoffer l’offre de logements.

28 Le 3 mai 2012 se tinrent les quatrièmes élections à la Greater London Authority qui élurent les 25 membres du conseil municipal de Londres (Assembly) et son maire, Boris Johnson. C’est en 2000, rappelle Timothy Whitton, que les londoniens purent élire directement leur maire pour la première fois. Le scrutin vit l’élection du très controversé Ken Livingstsone, dont le premier mandat fut essentiellement marqué par l’instauration de la congestion charge, qui devait lui assurer une réélection en 2004.

29 Pour Timothy Whitton, c’est avant tout la personnalité du candidat Ken Livingstone qui a permis son élection en 2000 : il se présentait comme le candidat des londoniens et non le candidat d’un parti, plus enclin à défendre des intérêts sectionnels. Malgré son vibrant discours d’unité après les terribles attentats du 7/7, et de la forte popularité dont il bénéficiait alors, Ken Livingstone est secoué par des révélations d’affaires de corruptions, puis critiqué pour ses capacités de gestionnaire. Ses vastes chantiers de rénovations de l’est londonien (avec l’obtention des Jeux olympiques de 2012) ne résistent pas aux critiques de la presse populaire qui l’accuse de vouloir imposer à Londres une “kenocracy”.

30 En 2007, les Conservateurs désignent leur champion aux élections municipales de 2008 : Boris Johnson. En remportant la mairie de Londres, Boris Johnson offre aux Conservateurs et à David Cameron un tremplin de premier ordre pour les élections législatives de 2010, note Timothy Whitton. Le succès du mandat de Boris Johnson (2008-2012) se mesurera, pour l’auteur, à la réussite et au bon déroulement des Jeux olympiques de 2012, alors que le contexte économique limite fortement les marges de manœuvre de la GLA. La hausse des prix dans les transports publics, introduits en janvier 2009, signe, pour Timothy Whitton, la fin de la lune de miel pour Johnson, qui devra compter sur le rayonnement international des Olympiades pour remporter les élections municipales de mai 2012, et assoir le conservatisme “moderne et métropolitain” que représente David Cameron.

31 John Edwards estime que l’un des éléments marquants depuis les élections législatives de mai 2010 au Royaume-Uni a été les attaques répétées contre les droits de l’Homme tels que définis par la Convention Européenne et la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

32 La droite britannique, et sa frange la plus eurosceptique, ont en effet lancé de vives attaques contre la Cour Européenne, l’accusant de représenter une menace pour la souveraineté nationale. Ces attaques ont accompagné un mouvement de transfert du pouvoir vers les individus et les communautés, sous l’égide de la Big Society. Pour John Edwards, non seulement la Big Society n’est qu’un habillage rhétorique, mais elle reprend, mot pour mot, les projets de rénovation urbaine des conservateurs des années 1970 et 1980, qui ventaient une forme de parochialisme. Le transfert de responsabilités et de pouvoirs vers les acteurs locaux et les communautés leur permet d’organiser leur propre système de transports publics, d’ouvrir des écoles, des crèches ou des entreprises. John Edwards souligne que les valeurs de cette forme de parochialisme conduisent, dans la majeure partie des cas, à un renforcement de certaines communautés ou identités locales, ce qui s’accommode assez mal du principe d’égalité de traitement et d’égalité d’accès aux services. En d’autres mots, c’est la notion même de droit de l’Homme qui est mise à mal, pour l’auteur.

33 De même, l’intérêt d’un groupe spécifique signifie-t-il, de fait, l’exclusion et l’isolement des individus-citoyens qui sont définis comme “étrangers” au groupe. Le parochialisme encouragé par la Big Society est donc, conclut l’auteur, inquiet, l’antithèse de l’universalisme.

34 Pour Edwige Camp, la nouvelle donne en Ecosse s’illustre, sans conteste, par la très large victoire du SNP aux élections de mai 2011 et l’ouverture d’une nouvelle phase du fonctionnement de la dévolution des pouvoirs au Parlement de Holyrood avec le Scotland Bill.

35 Edwige Camp rappelle que, depuis 2007 et jusqu’à présent, la responsabilité financière et fiscale du Parlement écossaise était limitée. La nouvelle loi prévoit de conférer au Parlement d’Edinbourg de nouvelles compétences, en étroite collaboration avec le Parlement de Westminster, d’autant que, souligne Edwige Camp, la réforme du fonctionnement de la dévolution se fait dans la concertation et l’entente, aussi bien entre les nations qu’entre les partis (alors que le SNP menace d’organiser un référendum sur la question, référendum dont la légitimité a été reconnue, par David Cameron lui-même, au lendemain de la victoire du SNP en mai 2011). Tout est donc mis en oeuvre par les principaux partis britanniques pour contenir les revendications du SNP et, ainsi, éviter l’indépendance.

36 La situation est ambigüe, note l’auteur : les futures compétences transférées à Holyrood devront recevoir l’aval du Secrétaire d’Etat à l’Ecosse, alors que, dans le même temps, ces mêmes compétences visent à accroître la compétitivité économique du pays et à faire de l’Ecosse un partenaire économique de premier plan.

37 Pour Manda Green, le système uninominal à un tour (First-Past-the-Post) entretient la reproduction d’un système androcentré dont tirent profit les classes moyennes et aisées. La réforme du mode de scrutin, particulièrement l’intégration d’une dose de proportionnalité dans le système électoral actuel, est une chimère que les groupes de pression tels Charter 88 ou Unlock Democracy poursuivent depuis plusieurs décennies, à l’instar de la réforme conduite en Nouvelle-Zélande, où, l’introduction d’un mode de scrutin mixte a accru sensiblement la représentation des femmes dans la vie politique néo-zélandaise.

38 Les critiques formulées à l’encontre du First-Past-the-Post furent mises en exergue par la commission de réforme du système électoral (Independent Commission on the Voting System) présidée par Lord Jenkins en 1997 puis reprises par le Speaker aux Communes, John Bercow, lors de la Speaker’s Conference en 2008. Il s’agissait de permettre une meilleure représentation de la population britannique au sein des institutions politiques, et le Parlement en premier lieu.

39 Manda Green souligne que les trois principaux partis politiques étaient conscients, avant les élections de mai 2010, du besoin de réduire le déficit démocratique dont souffrait le pays. Alors que les Libéraux-Démocrates étaient partisans d’un système de scrutin proportionnel, l’accord de coalition (The Coalition : our programme for government, Point n° 24, “Political Reform”) annonce l’ambition du gouvernement de coalition de conduire une réforme a minima du système électoral : « We will bring forward a Referendum Bill on electoral reform, which includes provision for the introduction of the Alternative Vote in the event of a positive result in the referendum (…) » (p. 27).

40 Tout semble avoir été fait, analyse Manda Green, pour que le référendum sur le mode de scrutin soit un échec, et que le camp du “oui” soit mis en difficulté. Non content d’être d’une haute technicité, le référendum fut organisé en même temps que les élections au Parlement écossais et à l’Assemblée galloise. Les groupes de pression féministes, tels que la Fawcett Society (le plus important groupe de défense des droits des femmes) ou le Centre for Women and Democracy, utilisèrent la campagne référendaire comme une tribune, relève l’auteur, sans toutefois soutenir un projet de réforme présenté comme une occasion unique de modifier en profondeur le mode de scrutin et la représentativité de la Chambre des Communes.

41 Karine Rivière-De Franco s’interroge sur l’existence d’une nouvelle donne pour les femmes britanniques. Elle remarque que, depuis septembre 2010, la vie politique britannique est dominée par trois jeunes pères de famille de moins de 45 ans, alors que les femmes élues à la Chambres des Communes ne représentent, en tout et pour tout, que 22 % des députés. Suite aux élections de mai 2010, 72 femmes sont entrées aux Communes pour la première fois, note l’auteur. Leur représentation est déséquilibrée : alors que le Parti travailliste compte 81 femmes députés, les Conservateurs n’en comptent que 48, et elles sont 7 à représenter le Parti Libéral-Démocrate.

42 Néanmois, relève l’auteur, le nouveau Gouvernement s’est engagé dès le 20 mai 2010 à améliorer le quotidien des femmes britanniques: “We will recognise the vital role of women in development, promote gender equality and focus on the rights of women, children and disabled people to access services” (The Coalition: our programme for government, p. 22); “We will promote equal pay and take a range of measures to end discrimination in the workplace”; “We will look to promote gender equality on the boards of listed companies (ibid., p. 18).

43Cet engouement pour la cause féminine s’empêche pas les femmes britanniques de se montrer très critique à l’égard du Gouvernement de coalition, note Karine Rivière-De Franco, dans un contexte de fort mécontentement et d’agitation sociale : mobilisation sans précédent des étudiants contre l’augmentation des droits universitaires, en novembre 2010, grève dans le secteur de l’éducation en juin 2011, Anti-Cuts March, en mars 2011.

44 Les femmes britanniques estiment subir davantage que les hommes, les coût social de la politique de réduction des dépenses et de la dette publiques : elles sont ainsi touchées de plein fouet par la réduction du montant des allocations, par les pertes d’emplois dans le secteur non-marchand, et par les réformes des services publics, dont elles sont de grandes usagères, remarque Karine Rivière-De Franco. Les effets cumulés de la politique de rigueur menacent ainsi d’appauvrir considérablement les femmes et la crise économique accroîtrait, in fine, leur dépendance financière.

45 Alors que le discours de David Cameron tenu à Munich le 5 février 2011, en marge d’un sommet européen sur la sécurité, est souvent présenté comme un discours de rupture avec l’héritage du New Labour, Vincent Latour souligne, qu’au contraire, le discours de Munich s’insère dans une forme de continuité et ne rompt en rien avec les pratiques travaillistes de gestion de la diversité.

46 L’auteur s’interroge sur les raisons de l’écho qu’a reçu le discours de David Cameron dans la presse nationale et internationale tant les similitudes avec deux discours de Tony Blair sont nombreuses (la conférence de presse de Blair en date du 5 août 2005, et le discours du Premier ministre du 8 décembre 2006).

47 Les politiques du gouvernement de coalition de lutte contre l’extrémisme et le fanatisme religieux (“Prevent version 2.0”) sont également très proches des dispositifs mis en place par le New Labour – avec notamment des échanges réguliers avec les représentants d’un Islam modéré.

48 Si le discours de Munich a tant interpelé, avance l’auteur, c’est qu’il a essentiellement été mal accueilli par la base libérale-démocrate. En réaction au discours de Munich, Nick Clegg fait entendre une voix clairement divergente dans son discours du 3 mars 2011 à Luton. Vincent Latour dénombre trois divergences entre le Premier ministre et le Vice-Premier ministre. Les deux hommes ne partagent pas la même vision ni la même définition du multiculturalisme, qui, pour Cameron, est la source des divisions et des tensions qui secouent la société britannique. La seconde divergence porte sur la définition de l’extrémisme. David Cameron fait de l’Islam la seule source d’extrémisme en Grande-Bretagne et l’associe au terrorisme international, alors qu’il ne fait pas cas des autres formes d’extrémisme, tout aussi nocives que l’intégrisme religieux (c’est, par exemple, le cas de l’intolérance et de l’islamophobie du British National Party ou de l’English Defence League). Les deux hommes s’affrontent, enfin, sur la réponse à apporter aux émeutes qui ont embrasé Londres en août 2011, et les Libéraux-Démocrates ont mal accueilli la fermeté (voire l’extrême violence) dont à fait preuve Cameron, soutenu par l’essentiel des ministres et députés conservateurs – un appel du pied à une partie de l’électorat traditionnel conservateur, remarque l’auteur.

49 Pour Catherine Puzzo, l’immigration, thème clivant régulièrement abordé par les Conservateurs, a été, depuis 2008, éclipsé par la crise budgétaire et financière et par les débats d’orientation économique qui ont occupé une place de choix dans la campagne électorale de 2010. D’une certaine façon, en lançant le débat sur l’immigration de main d’oeuvre étrangère, la campagne a mis au jour les liens ténus qui existent entre immigration et régulation économique.

50 Si le transfert des “bonnes pratiques” et des solutions imaginées en Nouvelle-Zélande a déjà été abordé dans ce numéro (et l’est à nouveau dans la contribution de Sophie Koppe), Catherine Puzzo rappelle que les gouvernements travaillistes précédents s’étaient pour partie inspirés du programme migratoire australien en accueillant, sur le marché du travail britannique, les travailleurs étrangers qualifiés ; les Conservateurs n’auront de cesse de dénoncer cette politique, jugée laxiste tant elle aurait permis aux immigrés de profiter abusivement du système de protection sociale.

51 Les Libéraux-Démocrates ont, de leur côté, affiché une position “droit-de-l’hommiste” durant la campagne, dénonçant notamment l’incarcération systématique des demandeurs d’asile. A cet égard, l’auteur souligne que l’accord de coalition semble respecter un équilibre entre les deux parties : les Conservateurs, d’une part, réaffirment leur intention de contingenter les volumes migratoires (“We will introduce an annual limit on the number of non-EU economic migrants admitted into the UK to live and work”), alors que les Libéraux-Démocrates, d’autre part, promettent de mettre un terme à la détention des enfants dans les centres de rétention (“We will end the detention of children for immigration purposes”) (The Coalition : our programme for government, Point n° 17, p. 21). En cela, le document programmatique réussit à concilier, pour Catherine Puzzo, protection de l’économie britannique, respect des engagements de réduction des dépenses publiques et respect des droits de l’homme.

52 Les réformes annoncées n’ont pas tardé à être introduites : instauration d’un quota annuel de travailleurs étrangers (hors pays de l’Union européenne), réduction du nombre de visas accordés aux étudiants ou encore l’introduction de tests de langue. Pour l’auteur, ces réformes trahissent une approche binaire et manichéenne de l’immigration, en isolant les immigrés “désirables” de ceux qu’il convient de refuser. Cette vision a été sévèrement sanctionnée par la presse économique, relève l’auteur, autant que par le patronat (Confederation of British Industry) qui redoutent la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs économiques qui demandent, pour partie, de l’immigration (agriculture, hôtellerie et restauration, services, etc.).

53 Catherine Puzzo juge et sanctionne lourdement la précipitation du Gouvernement de coalition qui a voulu satisfaire l’électorat conservateur populiste sans s’interroger sur les bénéfices de l’immigration économique.

54 Sophie Koppe évoque l’influence australienne dans la conception des politiques actives du marché du travail du Gouvernement de coalition. L’auteur rappelle qu’au lendemain de son élection, en 1996, le Gouvernement du Premier ministre John Howard décida de privatiser le service public de l’emploi et créa le Job Network, réseau d’agences de placement du secteur privé et caritatif – la réforme visait davantage d’efficacité et des coûts réduits de moitié.

55 Ainsi, le gouvernement travailliste australien avait-il déjà entrepris de sous-traiter certaines activités traditionnellement confiées au service public d’emploi : bien avant la théorisation de la troisième voie par Anthony Giddens, la législation australienne avait inventé le terme d’ « obligations réciproques », note Sophie Koppe, impliquant tout à la fois des droits et des devoirs pour les demandeurs d’emploi. La privatisation du service public de l’emploi visait, ainsi, essentiellement, à réduire les dépenses publiques.

56 Outre-Manche, c’est Iain Duncan Smith qui fut le chantre de la réforme des politiques publiques de l’emploi “à l’australienne”, et, même si l’Australie ne saurait être considérée comme l’unique source d’inspiration du Work Programme d’Iain Duncan Smith, relève Sophie Koppe, l’ampleur de son influence ne peut être ignorée.

57 La contribution d’Anne Beauvallet étudie la place du secteur de l’éducation dans la campagne de mai 2010 ainsi que les principales réformes souhaitées par le Gouvernement de coalition dans ce domaine. L’auteur souligne la continuité, en la matière, entre les Gouvernements travaillistes (1997-2010) et le Gouvernement Lib-Con. Dans un contexte de crise budgétaire et financière, le Gouvernement de coalition poursuit la politique, initiée par les Travaillistes, de diversification de l’offre éducative (avec les “Academies” et les “Free Schools”, en particulier) et des prestataires, afin d’offrir davantage de choix aux parents d’élèves. Comme sous les Travaillistes du New Labour, ou sous les Conservateurs au milieu des années 1980, la diversification de l’offre est annoncée par le Gouvernement de coalition comme le seul garant d’une meilleure qualité de l’éducation.

58 La véritable révolution en matière de politique éducative, note Anne Beauvallet, est le Education Act 2011, et la quasi-disparition de l’Ofsted (Office for Standards in Education) qui faisait, depuis plusieurs décennies, l’unanimité comme elle, chez les enseignants comme chez les chefs d’établissements. Les prérogatives de l’Ofsted sont résolument amputées – l’organe d’inspection des établissements et des enseignements voit ses missions réduites à l’étude de la réussite éducative, à la qualité des enseignements, au comportements et attitudes des élèves, et à la question du management des établissements scolaires.

59 Anne Beauvallet remarque que le pays de Galles et l’Ecosse ont fait de tout autres choix en matière de politique éducative, d’une part en consolidant la législation de 1944 (Education Act) et l’équilibre des pouvoirs entre les établissements et les Local Education Authorities, et d’autre part en refusant la politique de diversification systématique. Pour l’auteur, le pays de Galles et l’Ecosse ont conservé leur système éducatif ainsi que leur perception de l’enseignement et de l’évaluation, malgré les mauvais résultats des élèves en lecture et en mathématiques.

60 Dans son analyse de la politique européenne de la Coalition, Pauline Schnapper note que le Gouvernement Lib-Con est à l’origine de la plus sévère crise de confiance entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne depuis l’épisode de la “vache folle”. Cette crise émerge alors que les conditions financières des principaux états de l’Union sont difficiles – une situation renforcée, outre-Manche, par le développement très net d’une rhétorique anti-européenne chez les Conservateurs, et d’un euroscepticisme dans l’opinion public, largement relayé par les tabloïds.

61 Pour Pauline Schnapper, la politique européenne représente désormais l’élément le plus clivant dans le débat politique du pays. Au sein même du Parti conservateur, l’élection, en décembre 2005, de David Cameron n’a pas infléchi l’euroscepticisme de ses prédécesseurs (William Hague, Iain Duncan Smith et Michael Howard).

62 La coalition entre les Conservateurs et les Lib-Dems est d’autant plus malcommode sur le terrain européen que les Lib-Dems demeurent le parti le plus europhile sur l’échiquier politique. Ce n’est ainsi pas un hasard si les principaux postes au Ministère des Affaires Etrangères et Européennes ont été confiés à des ténors du Parti conservateur.

63 Pendant les dix-huit premiers mois de la Coalition, les positions du Premier Ministre ont été bipolaires, analyse Pauline Schnapper : discours eurosceptique à l’attention des électeurs conservateurs, d’un côté ; propos rassurants et apaisants à l’égard des partenaires européens, de l’autre. Le message de David Cameron sur la politique européenne en sort brouillé et inaudible pour les Conservateurs eurosceptiques (de plus en plus visibles dans un Parti conservateur qui se divise sur la question européenne) qui pressent le Gouvernement d’organiser un référendum sur le maintien du pays dans l’Union européenne.

64Karine Tournier-Sol et Virginie Roiron présentent la vision internationale du Gouvernement de coalition. Pour les auteurs, celle-ci repose sur le concept du conservatisme libéral, élaboré par Cameron alors qu'il était leader de l'Opposition. Cette approche se veut en rupture à la fois avec le néoconservatisme américain des années Bush et avec la Doctrine Blair dite de l'interventionnisme libéral qui ont caractérisé le conflit irakien avec lequel David Cameron cherche à prendre ses distances.

65 Pour Karine Tournier-Sol, le conservatisme libéral cherche à concilier l’inconciliable tant il veut représenter un équilibre (une troisième voie) entre réalisme et idéalisme : la promotion à la fois de l'intérêt national et des droits de l'homme, sans se couper de l’allié américain. L’auteur conclut de son analyse que le conservatisme libéral représente une forme marquée de continuité avec la Doctrine Blair. Le Gouvernement de coalition conserve ainsi des relations privilégiées avec les Etats-Unis et souhaite, dans le même temps, afficher le rôle de premier plan que doit jouer la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne. Les pays de l’Union sont en effet les principaux partenaires commerciaux de la Grande-Bretagne qui exporte 40 % de sa production industrielle vers le Continent. L’approche conservatrice-libérale se pare dès lors d’atours commerciaux : Karine Tournier-Sol remarque que les diplomates britanniques reçoivent une solide formation en économie afin de leur permettre de repérer les opportunités commerciales. En période de crise, le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Etrangères n’hésitent pas à se déplacer accompagnés de patrons de grandes entreprises et à jouer les VRP de Britain Plc.

66 L’intervention en Lybie caractérise bien, pour Virginie Roiron, l’approche conservatrice libérale des relations internationales : en invoquant l’intérêt national, David Cameron se démarque ainsi de John Major qui s’était refusé à intervenir en Bosnie. Le soutien au Parlement autour de l’intervention en Lybie est sans faille, et témoigne de l’unité des principaux partis sur ce dossier. Ainsi, les idéaux des Lib-Dems de protection des droits de l’Homme ont, in fine, certainement marqués l’approche conservatrice des relations internationales.

67 Virginie Roiron rappelle que les relations internationales semblaient de faible importance pour le jeune leader conservateur, comme en témoigne son discours du 11 septembre 2006 – David Cameron semblait davantage préoccupé par la modernisation de son Parti. L’étude de Virginie Roiron suggère que la politique étrangère divise profondément les Conservateurs, tout autant que la politique européenne. Se pose dès lors la question de l’influence des libéraux-démocrates sur une génération de Conservateurs dont l’approche des relations internationales ne semble pas très éloignée de celle des Lib-Dems, caractérisée par des principes d’équité et de justice.

68 La vision des relations internationales du Gouvernement de coalition marrie, donc, pragmatisme et idéalisme : dans un “monde global” d’économies interdépendantes, la politique étrangère doit tout à la fois stabiliser le système international et veiller au bon respect de l’intérêt national du pays. C’est cette approche consensuelle qui semble l’emporter.

  • 8  Un sondage YouGov/The Sun crédite le Parti travailliste de 42% d’intentions de votes, contre 34% p (...)

69Ce numéro explore tout autant les rouages d’une coalition à la configuration inédite, que ses chances de représenter une alternative politique viable, à l’heure où les Travaillistes tiennent leur conférence annuelle, portés par des sondages d’opinion légèrement favorables au Parti d’Ed Miliband8.

Haut de page

Notes

1  Titre de la Note n°52 de la Fondation Jean Jaurès, 11 mai 2010.

2  Or, pour sortir vainqueur des élections, et être en mesure de former un Gouvernement, un minimum de 326 sièges était nécessaire.

3  On peut tout à fait comprendre l’obsession des LibDems pour la réforme du mode de scrutin uninominal à un tour. Aux élections de 2010, le parti perd en effet cinq sièges par rapport à 2005 alors qu’ils gagnent près d’un million de voix dans le même temps. Mécaniquement, il faut, au total, aux libéraux-démocrates, 120 000 voix pour obtenir un siège à la Chambre des Communes alors qu’il en faut moins de 40 000 aux Travaillistes et aux Conservateurs.

4 The Independent on Sunday, Nov 7 2010.

5  « Clegg aims to calm Lib Dem fears in New Year message », BBC, 29 décembre 2010 (http://www.bbc.co.uk).

6  Voir Fons, Jean-Philippe, «  Royaume-Uni. La Big Society de David Cameron peine à convaincre », Grande Europe, n°35, La Documentation Française, Paris, août 2011.

7  Nous renvoyons le lecteur vers les ouvrages suivants : “Nouvelle gestion publique et réforme des services publics sous le New Labour”, Observatoire de la Société Britannique, n° 8, janvier 2010 ; Leydier, G., Les services publics britanniques, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2004.

8  Un sondage YouGov/The Sun crédite le Parti travailliste de 42% d’intentions de votes, contre 34% pour les Conservateurs et 9% pour les Lib-Dems (http://ukpollingreport.co.uk/, consulté le 3 octobre 2012). La même étude fait apparaître le sévère scepticisme des Britanniques (63% des personnes interrogées) qui ne soutiennent plus le Gouvernement de coalition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Fons, « Avant-propos », Observatoire de la société britannique, 12 | 2012, 9-26.

Référence électronique

Jean-Philippe Fons, « Avant-propos », Observatoire de la société britannique [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://osb.revues.org/1300

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Fons

Maître de conférences à l'Université des Antilles et de la Guyane, IUFM de Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page