Navigation – Plan du site

La coalition Conservateurs/Libéraux-Démocrates : une nouvelle donne pour les femmes britanniques ?

Karine Rivière-De Franco
p. 175-197

Résumé

La Coalition Conservateurs/Libéraux-Démocrates formée suite au scrutin de mai 2010 représente-t-elle une opportunité ou une menace pour les femmes britanniques ? Les milieux associatifs se sont mobilisés pour dénoncer des mesures qu’ils considèrent comme injustes, discriminatoires et rétrogrades. Quant aux femmes politiques, leur activité au Parlement ne révèle aucun engagement visant à limiter l’impact des réformes sur la population féminine, qu’il s’agisse de leurs premiers discours, des séances de questions au Premier ministre, des motions dont le débat est reporté à un jour prochain ou de leurs comportements lors des votes.

Haut de page

Texte intégral

1Suite à la formation du gouvernement de coalition Conservateurs/Libéraux-Démocrates en mai 2010 et à l’élection d’Ed Miliband à la tête du Parti travailliste en septembre de la même année, la scène politique britannique s’est trouvée dominée par trois jeunes pères de famille de moins de 45 ans. Lors du scrutin, les femmes se sont démarquées par un comportement électoral différent de celui des hommes, avec un soutien plus important accordé aux Travaillistes (31 % contre 28 % des hommes) et aux Libéraux-Démocrates (26 % contre 22 % des hommes) et un vote pro-Conservateur légèrement plus faible (36 % contre 38 % des hommes)1. Le Cabinet composé à l’issue des négociations comprend quatre femmes, dont Theresa May, ministre de l’Intérieur et également ministre des Femmes et de l’Egalité2. Les femmes élues à la Chambre des communes représentent, pour leur part, 22 % des députés. Lors de la campagne, les enjeux traditionnellement qualifiés de féminins avaient été peu abordés ; David Cameron s’était essentiellement concentré sur son projet de faire de la Grande-Bretagne « le pays le plus accueillant pour les familles », un thème développé sur trois pages dans le manifeste Conservateur3.

  • 4 The Coalition  Agreement, 20/05/2010, pp. 18, 23.

2L’Accord de Coalition du 20 mai, socle du futur programme gouvernemental, incluait toutefois des mesures visant à améliorer la vie quotidienne des femmes britanniques : lutter contre la discrimination dans le milieu professionnel, en réduisant les écarts de salaires, en assouplissant les conditions de travail ou en féminisant les conseils d’administration, réformer le congé parental ou assurer la pérennité des centres d’accueil pour les victimes d’agressions sexuelles4. De plus, en décembre 2010, le gouvernement avait adopté une stratégie d’égalité (The Equality Strategy – Building a Fairer Britain 2010), qui reconnaît les limites de la législation anti-discrimination et des politiques identitaires collectives et prône la restauration de la reconnaissance de l’individu.

3Le rôle du gouvernement consiste désormais à promouvoir l’égalité à travers la transparence et la modification des comportements, en collaboration avec les entreprises, le secteur associatif et la société civile dans son ensemble5. Theresa May a également annoncé la création d’un groupe interministériel afin que cette approche soit adoptée par tous. Le gouvernement a, de surcroît, réaffirmé sa volonté de s’attaquer aux injustices subies par les femmes dans son dernier rapport sur l’application de la Convention des Nations Unis sur l’Elimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes (CEDAW), rendu en juin 20116. Enfin, depuis le dernier mandat travailliste, le gouvernement est tenu de publier une évaluation de chacune de ses mesures en fonction de ses conséquences sur certaines catégories de personnes, notamment en fonction de leur sexe (Equality Impact Assessments)7.

  • 8  Voir notamment Phillips, A., 1995.

4 Cet article vise, d’une part, à évaluer la manière dont l’action de la Coalition et son impact sur les femmes sont perçus par la population britannique, et notamment par les femmes elles-mêmes, à travers le prisme du milieu associatif. Une trentaine d’associations, d’organisations de femmes, de groupes militant pour la défense des droits des femmes ou aidant les femmes en difficulté, ont été sollicités ; ces porte-parole et défenseurs des droits des femmes considèrent-ils la Coalition comme une opportunité ou, au contraire, comme une menace ? D’autre part, même si le lien entre la nature des représentants et leurs convictions politiques fait toujours débat8, l’augmentation du nombre de femmes qui siègent au Parlement a-t-elle un impact sur les politiques menées ? Quatre activités parlementaires ont été sélectionnées afin de mettre en lumière la façon dont les femmes politiques se sont exprimées sur l’action du gouvernement ; ont-elles choisi de soutenir ou de dénoncer l’action de David Cameron et de Nick Clegg, de tenter de la compléter ou bien d’éviter tout sujet considéré comme féminin ?

Le milieu associatif : baromètre de l’action de la Coalition à l’égard des femmes

Le gouvernement de coalition et l’opinion publique

5 Afin d’évaluer la manière dont le milieu associatif s’est fait le relai des femmes quant à l’action du gouvernement de Coalition, il convient de se placer dans la perspective de l’opinion générale des Britanniques par rapport aux politiques menées par ce gouvernement qui n’a pas été réellement choisi par la population elle-même, mais qui résulte de tractations entre les partis. Depuis mai 2010, la Grande-Bretagne a connu une série de manifestations d’une très forte ampleur, la population protestant contre certaines des mesures proposées par David Cameron. Le 26 mars 2011, la marche contre les réductions budgétaires (Anti-Cuts March), également qualifiée de « Marche pour une alternative » (March for the Alternative), a réuni le plus grand nombre de personnes depuis l’opposition à la guerre en Irak en 2003 (entre 250 000 et 500 000 selon les estimations). Auparavant, les étudiants avaient organisé le plus important rassemblement depuis 1988, mobilisant entre 30 000 et 50 000 personnes le 10 novembre 2010. Le 30 juin 2011, le pays a également assisté à une grève dans le secteur de l’éducation d’une ampleur sans précédent depuis les années 1980 : plus de la moitié des écoles ont été touchées, un cinquième des fonctionnaires était en grève et 30 000 personnes ont défilé à Londres pour contester la réforme des retraites (Public Sector Pension Bill). Au-delà de ces expressions ponctuelles de mécontentement, les sondages d’opinion révèlent-ils une population qui soutient globalement le gouvernement et qui comprend la nécessité des réformes ? Hommes et femmes partagent-ils le même point de vue ?

6 Moins de deux mois après le scrutin et suite à l’annonce du budget d’urgence, un sondage Ipsos MORI pour l’Economist a dévoilé que la moitié des Britanniques estimait que les politiques menées allaient améliorer l’économie à long terme (50 %), même s’ils pensaient qu’elles auraient des répercussions négatives sur leur propre vie (48 %). Quant aux mesures spécifiques, la majorité de la population soutient la réforme visant à obliger les parents célibataires à chercher du travail lorsque leur enfant entre à l’école (73 %), comme la diminution de l’allocation logement (59 %) ou le gel des salaires dans la fonction publique (59 %) et des allocations familiales (57 %). En revanche, le public désapprouve l’augmentation de la TVA (59 %), ainsi que l’augmentation de l’âge de la retraite (48 %). Par ailleurs, seuls 42 % estiment que le gouvernement a fait les bons choix quant aux services publics affectés par les réductions budgétaires9.

7Le sondage fait également ressortir certaines différences d’opinion entre les hommes et les femmes. Les femmes sont moins nombreuses à considérer que les politiques à long terme seront bénéfiques pour l’économie (moins 3 points), à soutenir le passage du revenu minimum à l’allocation chômage pour les parents de jeunes enfants (moins 3 points), le gel des salaires publics (moins 5 points), la diminution de l’allocation logement (moins 1 point) ainsi qu’à soutenir l’augmentation de la TVA (moins 6 points). L’écart le plus important concerne le choix des services publics affectés par des réductions budgétaires, 15 points séparant l’opinion des femmes de celle des hommes (choix soutenus par 47 % des hommes contre seulement 32 % des femmes). Huit mois plus tard, à la veille du budget de mars 2011, un nouveau sondage Ipsos MORI pour l’Economist indique que les Britanniques critiquent l’ampleur et le rythme trop rapide des réductions budgétaires (43 %), estiment que la diminution des dépenses doit être plus progressive afin de réduire l’impact sur les services publics (70 %) et considèrent que les première victimes sont les catégories les plus défavorisées (71 %)10.

8Là encore, la tendance se trouve légèrement accentuée pour les femmes : plus 6, 8 et 2 points respectivement. Le mois suivant, en avril 2011, interrogés sur leur satisfaction quant au gouvernement, les femmes et les hommes expriment des opinions qui diffèrent de 10 points (32 % et 42 %)11. Enfin, en septembre 2011, les citoyens estiment toujours que les Conservateurs sont les mieux placés pour défendre les valeurs de la famille (37 %, contre 28 % pour les Travaillistes et 8 % pour les Libéraux-Démocrates) ; si les femmes partagent globalement cet avis, elles accordent une confiance moindre aux Conservateurs (moins 9 points) et plus importante aux Travaillistes (plus 2 points) et aux Libéraux-Démocrates (plus 3 points)12. Ces chiffres montrent que les femmes sont plus réservées que les hommes sur l’action du gouvernement de Coalition et qu’elles s’avèrent davantage critiques envers ses politiques.

Le milieu associatif comme porte-parole d’un mécontentement

  • 13  Les objectifs des différents groupes varient en fonction de l’histoire et de l’évolution de la pen (...)

9 Si l’action du gouvernement n’a pas toujours emporté l’enthousiasme de l’ensemble des Britanniques, les associations de défense des droits des femmes ont, elles, eu recours à des arguments spécifiques pour la dénoncer : son caractère injuste et discriminatoire d’une part et la vision rétrograde de la femme qui la sous-tend d’autre part. Les groupes sélectionnés se distinguent par leur nature (défense de la cause féminine ou féministe en général13, protection des intérêts de catégories de population particulières ou de secteurs d’activités précis, fournisseur de services aux femmes), leur ancienneté (création qui remonte au XIXème siècle ou constitution depuis la formation du gouvernement de Coalition) et leur représentativité (de milliers d’adhérents à quelques centaines ou dizaines de membres).

L’argument de l’injustice et de la discrimination

  • 14  « Under equality laws, we believe the government should have assessed whether its budget proposals (...)
  • 15  « a triple jeopardy of slashed benefits, job cuts, and a reduction in the core public services the (...)

10 Le milieu associatif considère, pour une large part, que le Premier ministre et le Chancelier de l’Echiquier, George Osborne, ont trahi les femmes britanniques, qui se trouvent lésées par des mesures d’austérité qui les pénalisent de manière flagrante et disproportionnée. Ce point de vue est partagé par les groupes les plus influents, en termes de représentation numérique et d’autorité, à commencer par la Fawcett Society. La Fawcett Society, créée en 1866, représente le plus ancien et le plus important groupe de défense des droits des femmes, forte d’environ 9000 sympathisants, dont 3200 adhérents ; suite à l’annonce du budget d’urgence, elle a saisi la justice pour non respect des lois sur l’égalité, puisque « malgré des demandes répétées, le Trésor n’a pas fourni la preuve qu’il a effectué une évaluation de ses propositions et n’a pas démontré si elles allaient accroître ou diminuer les inégalités hommes-femmes »14. Sa présidente par intérim, Anna Bird, a dressé la liste accablante des implications du budget pour les femmes, à travers ce qu’elle qualifie de « triple menace » : les femmes étant victimes à la fois des diminutions des allocations, des suppressions d’emploi et des réformes des services publics dont elles sont de grandes utilisatrices15.

11Les confédérations féminines sont du même avis. La Women’s National Commission, fondée en 1969 comme lien entre les femmes, les organisations et le gouvernement, représentant 630 organisations et plus de 8 millions de membres (supprimée en décembre 2010), a réagi à l’annonce du Chancelier de l’Echiquier de manière virulente en parlant d’ « assaut contre les femmes »16. La National Alliance of Women's Organisations (NAWO), qui regroupe depuis 1989 une centaine de groupes, s’est associée à l’évaluation du budget effectuée par la Fawcettt Society et à ses conclusions. La National Assembly of Women, créée en 1952, à laquelle une vingtaine de syndicats et d’organisations féministes sont affiliés, a, elle, déposé une plainte auprès de la Commission de l’Egalité et des Droits de l’Homme suite à l’annonce du budget et, dans son rapport annuel, a fermement critiqué l’action du gouvernement, en reprenant le terme d’ « assaut » (« La nouvelle coalition, avec ses vieilles politiques et ses vieilles idées, n’a pas perdu de temps pour lancer l’assaut politique contre les femmes »)17. Le National Council of Women of Great Britain, actif depuis 1895, qui rassemble une quarantaine d’associations nationales et qui bénéficie d’un statut de consultant auprès des Nations Unies, a participé à la Campagne pour des transports de qualité (Campaign for Bettter Transport), dénonçant les conséquences sur les transports en commun des réductions des budgets des autorités locales. La End Violence against Women Coalition, qui représente 7 millions d’individus ou d’organisations18, a mis le gouvernement en garde : les mesures d’austérité risquent d’appauvrir les femmes, d’accroître leur dépendance vis-à-vis des hommes et d’augmenter les risques de violence conjugale19. Enfin, le Women’s Resource Centre, qui fournit renseignements, conseils et formations aux associations, a publié sur son site Internet une fiche d’information sur la thématique des femmes et des réductions budgétaires, qui dresse une liste des conséquences très négatives en matière de pauvreté, de santé, d’éducation et d’emploi20.

12 D’autres groupes, plus récents ou au public et champs d’action plus ciblés, ont également exprimé des réserves quant aux réformes mises en place par le gouvernement. Le mouvement Women Against the Cuts (WAC) a été formé spécifiquement dans le but de protester contre les réductions budgétaires d’un point de vue féministe ; il rassemble des femmes issues de milieux divers, qui dénoncent le caractère « discriminatoire, injuste et inutile » des mesures d’austérité21. De même, la Coalition of Resistance (CoR), un groupe ouvertement politique, fondé par le socialiste Tony Benn en réaction au gouvernement en place, inclut la lutte contre l’injustice subie par les femmes dans les revendications de sa déclaration fondatrice. Le groupe entend démontrer que la manière dont le gouvernement compte réduire le déficit n’est pas équitable et que « les femmes vont en payer le prix » et il s’oppose à toute mesure qui aurait recours à des boucs émissaires et à une forme de discrimination sexuelle22. Le Women’s Budget Group, une organisation qui vise à promouvoir l’égalité à travers la politique économique, a, elle aussi, publié son évaluation du budget (The Impact on Women of the Budget 2011) ; ce dernier est qualifié de « décevant pour les femmes », car il ne prévoit « rien pour réduire les inégalités hommes-femmes, ni pour atténuer les effets des mesures d’austérité qui risquent encore d’accroître l’écart »23. Le groupe Progressive Women, formé en 2009, avec une liste de contacts de 300 femmes et un site Internet attirant jusqu’à 1000 visites par mois24, a conçu une page sur son site regroupant une revue de presse et les évaluations de l’impact du budget pour les femmes réalisées par différentes associations25. L’organisation féministe UK Feminista a tenté de bloquer l’accès à Downing Street afin de protester contre les effets qualifiés de « dévastateurs » du budget26. Pour Respect, qui lutte contre la violence conjugale depuis 2000, les femmes vont subir une part plus importante de l’effort national que le reste de la population27. Quant à la directrice de Eaves, qui aide les femmes en difficulté à se loger, elle a rendu la décoration qu’elle avait reçue pour services rendus aux femmes désavantagées, en signe de protestation contre les réductions gouvernementales28.

13 Quant aux mesures spécifiques, elles sont également perçues comme inéquitables. Sur la réforme des retraites, la National Assembly of Women a encouragé les femmes à écrire à leur député pour leur demander de s’opposer au projet de loi29. Les associations de retraités se sont de même mobilisées, les femmes représentant 7 des 11 millions de retraités. Age UK a rédigé un rapport dans lequel elle demande au gouvernement de revenir à son calendrier initial (Not Enough Time – What Women Think about Increases in State Pension Age)30. La National Pensioners Convention, forte de 1,5 million de membres, a décrit la mesure comme une « recette pour une retraite inéquitable » et estime que « cela va concerner environ 5,1 millions de personnes, mais la grande majorité des perdants, ce seront les femmes »31. De même, les plus vulnérables, dont les femmes seules et les mères célibataires, seront les premières victimes de la réforme de l’aide juridique. Le Women’s Institute, fondé en 1915 et qui compte désormais 200 000 membres, a adressé une lettre au ministre de la Justice, dans laquelle il qualifie la mesure de « discriminatoire » et prévient qu’elle ne va faire qu’accroître les inégalités déjà existantes32. L’organisation Shelter, qui date de 1966 et qui aide chaque année plus de 170 000 personnes mal logées ou sans domicile fixe, craint, pour sa part, que cela ne conduise à « réduire de manière significative l’accès à la justice pour ceux qui sont déjà touchés par la pauvreté et l’exclusion sociale »33, un avis partagé par Justice for All, qui regroupe plus de 3500 associations, agences d’aide légale, hommes politiques, syndicats et citoyens ordinaires34. La Law Society of England and Wales a, elle, lancé une campagne afin d’obtenir l’abandon du projet de loi (Sound off for Justice Campaign)35.

L’argument de la vision rétrograde de la femme

  • 36  « the budget seems more supportive of an out-dated ‘male breadwinner, dependent female carer’ mode (...)
  • 37  « Many of the individual measures represent a return to the view of a woman not as an individual b (...)

14 Non seulement l’action de la Coalition est perçue comme injuste, mais certaines associations estiment également que les diverses réformes introduites reflètent une vision rétrograde de la femme dans la société. Le Women’s Budget Group affirme que le budget encourage « une forme de relations entre les hommes et les femmes basée sur une vision dépassée de l’homme comme soutien de famille et de la femme comme dépendante qui s’occupe de son foyer, plus qu’un modèle égalitaire composé de deux personnes qui travaillent et de deux personnes qui s’occupent du foyer »36. La Women’s National Commission estime aussi que « nombre des mesures constituent un retour à l’époque où la femme n’était pas considérée comme une personne, mais comme un élément constitutif de la famille dite idéale »37.

15Des mesures précises illustrent ce retour en arrière, comme la proposition du ministre de la Justice d’assurer l’anonymat aux personnes accusées de viol. Pour la End Violence against Women Coalition, cela remet en cause la manière dont la parole des femmes est prise en compte38. UK Feminista a lancé une pétition exhortant le gouvernement à abandonner son projet (Stop Anonymity for Alleged Rapists)39 et le London Feminist Network, une organisation militante de 1600 féministes créée en 2004, a organisé une manifestation en signe de protestation40. La première année au pouvoir de la Coalition Conservateurs/Libéraux-Démocrates a d’ailleurs été entachée de plusieurs remarques sexistes d’hommes politiques. David Willetts, le ministre de l’Enseignement supérieur, a rendu le féminisme responsable du chômage des ouvriers et le ministre de la Justice, Kenneth Clarke, a maladroitement laissé entendre que certains viols n’en étaient pas réellement41. Quant au Premier ministre, à la veille de l’ouverture du Congrès annuel du parti en octobre 2011, il s’est vu contraint de revenir sur deux propos considérés comme machistes prononcés à l’encontre de la Travailliste Angela Eagle et de la Conservatrice Nadine Norries42.

16 Les réactions de ces associations illustrent l’hostilité d’une grande partie des femmes britanniques par rapport aux conséquences sur les femmes des politiques mises en place par le gouvernement de Coalition. La situation des femmes se détériore encore davantage lorsque s’ajoutent les mesures qui concernent la famille dans son ensemble (réforme des allocations familiales, plafonnement des prestations sociales, désengagement de l’Etat des Child Trust Funds…). Seules deux politiques ont été accueillies de manière favorable : l’engagement de la Coalition à assurer la pérennité des centres d’accueil pour les femmes victimes de viol, salué par l’organisation Rape Crisis et par la End Violence Against Women Coalition43 et la réforme du congé paternité, dont se sont félicitées la Fawcett Society, la National Assembly of Women et la Medical Women’s Federation44. La ministre des Femmes et de l’Egalité avait d’ailleurs, elle-même, mis en garde durant l’été 2010 le ministre des Finances dans une lettre qui soulignait l’effet disproportionné des mesures sur certains groupes de Britanniques et l’augmentation possible des inégalités45. Les autres femmes politiques, les députés de base, ont-elles exprimé des craintes similaires ?

Les femmes au Parlement : réactions face à l’action de la Coalition

  • 46  Voir notammentLovenduski,J.,2005. Le Royaume Uni se classe en 48ème position mondiale pour son nom (...)
  • 47  5% en 1983, 9% en 1992, 16% en 2001, 20% en 2005. Spensky, M., 2001, pp. 13-36.
  • 48  Voir par exemple Phillips, A., 1995 et Childs, S., 2008.
  • 49  Voir notamment Lovenduski, J., 2005.

17Les22 % de femmes élues suite au scrutin de 2010 se situent en majorité dans l’opposition : le Parti travailliste compte 81 femmes députés, contre 48 pour les Conservateurs et 7 pour les Libéraux-Démocrates. Si le seuil critique (« critical mass ») de 30 % n’a toujours pas été atteint46, la représentation féminine est toutefois en augmentation47. Cette présence accrue a-t-elle des répercussions sur les sujets discutés à la Chambre des communes et permet-elle d’influencer les politiques du gouvernement ? Les avis divergent quant à l’influence de la nature des élus sur le comportement politique48 et Margaret Thatcher a fourni un contre-exemple lors de ses onze années au pouvoir. Les féministes sont d’ailleurs divisées entre la défense d’un « féminisme égalitaire », qui prône le droit à une représentation politique dans les mêmes conditions que les hommes, et un « féminisme de différenciation », qui considère que, possédant des caractéristiques, des intérêts et des points de vue spécifiques, les femmes doivent bénéficier d’une représentation particulière49. Par ailleurs, les députés travaillistes issues de listes exclusivement féminines (All Women Shortlists) pourraient ressentir une plus grande responsabilité ou une obligation spécifique envers la population féminine britannique. Comme l’ensemble des députés, les femmes disposent de divers outils afin de soutenir ou de dénoncer l’action du gouvernement, de soulever des questions qui leur semblent ignorées ou de traiter d’enjeux qui affectent la vie quotidienne des femmes.

Des possibilités d’expression et d’action

18 Les députés disposent de divers moyens d’expression et de modes d’action. Quatre d’entre eux ont été choisis afin d’analyser leur travail au Parlement et leurs prises de position éventuelles sur des enjeux susceptibles d’avoir des incidences sur la vie des femmes britanniques.

  • 50  « not all Oral Questions are critical of the Executive. Some, in fact, are regularly tabled by Gov (...)
  • 51  Childs, S., 2004, p. 180.
  • 52  « a giant joust », Blair, T., 2010, p. 111.
  • 53  « to be quite strong and aggressive », Cameron, D., 2008, p. 253.

19Les séances de questions au Premier ministre permettent aux députés de demander au chef du gouvernement de justifier ses politiques, notamment quant à leur portée sur les femmes, ainsi que d’exprimer des inquiétudes ou de rendre publique la situation difficile de certaines de leurs administrées. Toutefois, toutes les questions ne sont pas critiques envers l’Exécutif, puisque, comme l’a remarqué Donald D. Searing, « régulièrement, certaines sont déposées par des députés de base du parti au pouvoir afin de mentionner une question de manière amicale et de permettre aux ministres de se montrer sous un angle favorable »50. Par ailleurs, plusieurs études ont montré, qu’adeptes d’un style plus consensuel, les femmes s’investissent dans des activités politiques comme le travail en commission51, davantage que dans ce que Tony Blair a décrit comme « une gigantesque joute »52, nécessitant, selon les termes de David Cameron, « d’être suffisamment fort et agressif »53.

20Toutefois, de mai 2010 à juillet 2011, 63 % des femmes députés sont intervenues lors des séances de questions au Premier ministre. Les membres féminines de l’opposition se sont avérées plus actives, avec 104 questions, contre 69 pour les Conservatrices et 9 pour les Libérales-Démocrates. Lors de leur premier discours au Parlement (Maiden speech), les femmes nouvellement élues peuvent aborder la thématique de leur choix, même s’il est de bon ton de vanter les mérites de son prédécesseur, la beauté de sa circonscription et d’éviter tout sujet susceptible de prêter à controverse54. Suite au scrutin de mai 2010, 72 femmes sont entrées aux Communes pour la première fois55. Les motions dont la discussion est renvoyée à un jour prochain(Early Day Motions, EDM)56, c’est-à-dire pour lesquelles aucune date de débat n’est fixée, permettent aux députés de consigner leur avis sur un sujet particulier et d’obtenir le soutien de leurs collègues, qui peuvent y apporter leur signature, telle une sorte de pétition. Sous les gouvernements de Tony Blair, les femmes travaillistes les ont utilisées afin de soulever des préoccupations partagées par de nombreuses femmes, comme l’a souligné Sarah Child57. Si ces motions n’ont pas de réelle influence et ont été décrites par l’ancien Premier ministre John Major comme « l’équivalent parlementaire du graffiti »58, une motion qui recueille un grand nombre de signatures de députés du parti au pouvoir peut néanmoins être prise en considération par le gouvernement59. Enfin, la manière dont les femmes ont voté sur les principaux projets de loi du gouvernement constitue l’expression la plus concrète de leurs positions ; une forme de solidarité féminine l’emporte-t-elle sur la discipline de parti ? Des études sur les premiers mois de la Coalition ont ainsi révélé que le degré de rébellion des députés de base Conservateurs et surtout Libéraux-Démocrates, c’est-à-dire le nombre d’occasions où ils ont voté contre la majorité de leur parti, était très élevé. Au bout de 9 mois, la Coalition avait déjà connu davantage de cas de non-respect de la ligne officielle que les gouvernements Travaillistes de 1997 à 200160. Début septembre 2011, leur nombre a atteint le chiffre de 150, les Libéraux-Démocrates ne suivant pas le Whip lors de 19 % des votes61. Philip Cowley et Mark Stuart ont, eux, comparé les votes des nouveaux élus Libéraux-Démocrates et de leurs collègues déjà présents aux Communes avant mai 2010, et ont conclu que les premiers adoptaient un comportement beaucoup plus indépendant (70 % n’ont pas suivi la ligne de leur parti, contre 44 %)62. Qu’en est-il des 144 femmes et plus particulièrement des 55 qui appartiennent aux deux partis qui se partagent le pouvoir ?

Des occasions manquées 

21 D’une manière générale, si les occasions existent pour les femmes députés d’exprimer leurs préoccupations ou leur intérêt pour des enjeux féminins, elles ne les saisissent que très rarement, qu’il s’agisse d’interventions orales publiques ou d’activités plus discrètes comme les motions. Par ailleurs, lorsqu’elles abordent ce type de sujets, elles choisissent de préférence des thèmes sans rapport avec l’action du gouvernement.

  • 63  Les retranscriptions de toutes les séances de questions au Premier ministre peuvent être consultée (...)
  • 64  Kate Green, 30/06/2010, Joan Walley, 08/09/2010, Joan Ruddock, 13/10/2010 et 15/12/2010.
  • 65  Jessica Morgen, 09/03/2011, Rachel Reeves, 18/05/2011, Mary Glindon, 22/06/2011.
  • 66  Jenny Chapman, 18/05/2011, Diana Johnson, 29/06/2011.
  • 67  Sharon Hodgson, 27/10/2010.
  • 68  Pamela Nash, 29/06/2011.
  • 69  Julie Hilling, 15/09/2010, Sandra Osborne, 20/10/2010.
  • 70  « […] because of the injustice and discrimination against women », Annette Brooke, 08/06/2011.
  • 71  Jo Swinson, 08/12/2010.

22 Les séances de questions au Premier ministre sont utilisées de manière fort différente par les femmes, en fonction de leur affiliation politique. Les députés Conservatrices, par embarras, désaccord ou désintérêt, préfèrent éviter le sujet ; aucune n’utilise ces séances pour afficher son soutien au gouvernement sur les politiques susceptibles d’avoir des répercussions sur la vie des femmes britanniques63. Les députés de l’opposition critiquent, elles, ouvertement l’action du gouvernement, qu’il s’agisse de dénoncer l’effet des réductions des dépenses sur les services publics64, de s’élever contre la réforme des retraites65, le projet de réduction de sanction pénale pour viol66, la suppression de l’allocation grossesse67 et la dégradation des conditions de vie68, ou d’exprimer des craintes pour les groupes bénéficiant de financements de l’Etat, parmi lesquels des associations qui aident les femmes vulnérables69. Quant aux Libérales-Démocrates, quelques unes se démarquent de la ligne officielle de leur parti en émettant des réserves sur certaines mesures ; la réforme des retraites est décrite comme « injuste et discriminatoire envers les femmes »70, et l’impact des réductions budgétaires sur l’application de la loi sur l’égalité de 2010 (Equality Act) les inquiète71. Seules les députés Travaillistes se servent de cette occasion pour défendre les intérêts des femmes, protestant contre l’action du gouvernement lors d’une séance de questions au Premier ministre sur trois.

  • 72  Politique économique : Andrea Leadsom, 22/06/2010, Lorraine Fullbrook, 30/06/2010. Aide internatio (...)
  • 73  Louise Bagshawe, 10/06/2010, Mary Macleod, 10/06/2010. Sarah Wollaston, 02/06/2010.
  • 74  Jenny Chapman, 07/06/2010. Julie Hilling, 16/06/2010. Lilan Greenwood, 03/06/2010.
  • 75  Bridget Phillipson, 07/06/2010.
  • 76 Néanmoins, 12 nouvelles députés soulignent avec fierté qu’elles sont les premières femmes à représe (...)

23  Le premier discours prononcé au Parlement par les nouvelles députés n’apparaît pas non plus comme une occasion pour elles de se démarquer de leurs collègues masculins, même les députés de l’opposition se gardant d’aborder des problématiques qui pourraient être considérées comme féminines ou féministes. Les 35 nouvelles élues Conservatrices ne mentionnent pas les politiques gouvernementales susceptibles d’affecter les femmes. Les seuls discours en rapport avec l’actualité du gouvernement s’avèrent sans lien avec les enjeux féminins (économie, aide internationale, défense)72. Quant à l’infime minorité d’allocutions qui fait directement référence aux femmes (8 %), elle concerne d’autres sujets (augmenter le nombre de femmes pour les postes à responsabilités, rôle de l’alcool dans les agressions sexuelles)73. Les 28 nouvelles députés de l’opposition n’utilisent également que très peu cette tribune pour s’attaquer de front au gouvernement sur des enjeux féminins. Si certains discours traitent effectivement de thématiques liées aux femmes (obligation pour les auteurs de crimes sexuels de révéler leur identité sur les réseaux sociaux, intérêt de l’apprentissage pour les femmes, expérience personnelle de la discrimination)74, un seul dénonce le projet qui vise à garantir l’anonymat aux personnes accusées de viol75. Les nouvelles élues, intimidées par leur arrivée dans un univers encore majoritairement masculin, prennent soin de respecter les coutumes de l’exercice et se cantonnent à des propos généraux et consensuels76.

  • 77  Total de 2260 motions de mai 2010 à septembre 2011.
  • 78  Plus de la moitié émane de députés Travaillistes (57%), tandis que 23% ont été déposées par des Li (...)
  • 79  Ces motions ont recueilli de 10 à 161 signatures, avec une moyenne de 41 signatures. A titre de co (...)
  • 80 Membership of the Independent Advisory Group on Sexual Health and HIV, EDM 1918, Fiona Bruce, Parti (...)
  • 81 State Pension Age for Women, EDM 1402, Teresa Pearce, Parti travailliste, 03/02/2011, 161 signature (...)
  • 82  Equal Pay, EDM 1571, Burt Lorely, Parti libéral-démocrate, 10/03/2011, 18 signatures.
  • 83 Black Friday Centenary, EDM 1061, Valerie Vaz, Parti travailliste, 22/11/2010, 32 signatures. 40th (...)
  • 84 Work and Funding of the Equality and Human Rights Commission, EDM 923, Caroline Lucas, Parti des Ve (...)
  • 85 Representation of Women in Political Life, EDM 1081, Jo Swinson, Parti libéral-démocrate, 23/11/201 (...)
  • 86  Ovarian Cancer Survival Rates, EDM 1559, Linda Riordan, Parti travailliste, 09/03/2011, 26 signatu (...)
  • 87  Victims of Domestic Abuse and the Electoral Register, EDM 470, Katy Clark, Parti travailliste, 12/ (...)
  • 88  Entrepreneurial Potential and Women’s Entreprise Day, EDM 1007, Lorely Burt, Parti libéral-démocra (...)

24 Près de 15 % des motions dont le débat est fixé à un jour prochain ont été présentées par des femmes77 ; toutefois, moins de 8 % de celles-ci (soit 26 motions) traitent de questions en rapport avec la population féminine britannique. Certaines députés ayant déposé plusieurs motions, sur les 144 élues de la Chambre des communes, seules 16 ont eu recours à cet outil parlementaire pour soulever des enjeux dits féminins. Plus de la moitié sont des députés travaillistes78 et les signataires sont, pour un quart (26), des femmes79. Seules 25 % de ces 26 motions (6) sont directement liées à la politique du gouvernement. Une seule sert à exprimer un soutien au Premier ministre ; elle concerne la composition du groupe de travail sur la santé sexuelle80. En revanche, des députés Travaillistes s’inquiètent des conséquences de la réforme des retraites, critiquent la proposition d’assurer l’anonymat aux personnes accusées de viol, tout comme la réforme de l’aide juridique et la suppression de l’allocation grossesse81. Une élue Libérale-Démocrate déplore que le gouvernement n’applique pas complètement la loi en matière d’égalité salariale82. Seule une minorité de femmes députés utilise donc ce type de motions pour aborder des questions susceptibles de concerner les femmes, et parmi ces dernières, seules quelques unes portent sur l’action de la Coalition. Les autres célèbrent des événements clé de la lutte pour les droits des femmes (centenaire du Vendredi noir, 40ème anniversaire de la loi sur l’égalité salariale)83, abordent des questions d’égalité des chances et de représentation84 (en matière de politique, de médias ou de sport)85 ou des préoccupations quotidiennes (santé86, violence87 ou emploi88).

  • 89  Analyse effectuée à partir des données fournies par The Public Whip, Francis Irving, Julian Todd, (...)
  • 90  Il s’agit d’Ann Main, Fiona Bruce, Nadine Dorries, Andrea Leadsom, Therese Coffey, Nicki Morgan, N (...)

25 Au niveau de leur comportement de vote au Parlement, la majorité des femmes députés des trois partis se sont écartées au moins une fois de la ligne officielle (71 % des Libérales-Démocrates, 59 % des Conservatrices et 51 % des Travaillistes)89. Toutefois, les projets de lois sur lesquels elles se sont opposées à la tendance majoritaire de leur parti ne portent guère sur des enjeux féminins ou susceptibles d’affecter la vie des femmes britanniques. Aucune « rébellion » des députés Libérales-Démocrates n’a pour objet un projet gouvernemental qui toucherait davantage les femmes, ni même un thème féminin en général. Quant aux députés Conservatrices, les seules « rébellions » liées à une thématique féminine concernent le vote sur la réforme de l’éducation sexuelle (Sheryll Murray et Sarah Newton ont voté contrele Sex Education (Required Content) Bill le 4 mai 2011) et un projet sur l’obligation d’information des femmes souhaitant avorter (10 députés ont voté pour le Health and Social Care Bill 2011, Independent Abortion Advice le 7 septembre 2011)90 ; cette seconde opposition est toutefois à relativiser puisque l’indépendance de vote dépasse le clivage hommes/femmes, 114 députés s’étant prononcés contre et 93 pour. Pour l’opposition, sur les 30 cas de femmes députés qui se sont différenciées au moins une fois de leur parti, seuls 2 peuvent entrer dans la catégorie concernée (Ann Clwyd, Mary Glindon). D’une manière plus globale, l’analyse des votes sur des mesures précises montre qu’aucun député, homme ou femme, Conservateur ou Libéral-Démocrate ne s’est opposé au budget (Finance bill), ni au projet de désengagement de l’Etat des Child trust funds et de suppression de l’allocation grossesse (Savings Accounts and Health in Pregnancy Grant Bill), ni à la réforme des allocations familiales (Finance (No.2) Bill — New Clause 2 — Independent Taxation and Family Benefits) et qu’une proposition d’évaluation de l’impact de l’augmentation de la TVA sur les retraités a été rejetée à l’unanimité. Par ailleurs, seule une poignée de députés Libéraux-Démocrates et Conservateurs (5 au total), uniquement des hommes, s’est opposée à l’augmentation de la TVA et à la réforme de l’aide légale (Adoption (Leave, Pay and Allowance Arrangements) — Legal Aid, Sentencing and punishment of Offenders bill).

  • 91  Voir par exemple Childs, S., 2008. 

26 L’analyse de ces quatre activités montre que le comportement des femmes députés au Parlement ne se différencie guère de celui de leurs collègues masculins, ce qui tendrait à alimenter la thèse selon laquelle les intérêts de certaines catégories de population ne s’avèrent pas mieux défendus si les élus sont issus de ces groupes, et ce qui va à l’encontre de l’un des arguments utilisés dans les campagnes pour une plus grande représentation parlementaire féminine91. Lorsque les femmes députés abordent des enjeux dits féminins, elles choisissent de préférence des thématiques sans rapport avec l’action du gouvernement, et, quelle que soit l’activité, elles adhèrent à une logique de solidarité politique plus qu’identitaire ; les députés Travaillistes expriment leur mécontentement dans le cadre d’un parti d’opposition, s’attaquant au gouvernement en place, tandis que les députés Conservatrices préfèrent ignorer les mesures mises en place par leur parti.

Conclusion

27L’action du gouvernement de Coalition a été largement critiquée par les associations, pour qui les réformes mises en place constituent une forme de discrimination. Quant aux femmes députés, qu’elles appartiennent au gouvernement ou à l’opposition, elles se sont montrées plus que discrètes sur le sujet. Toutefois, le gouvernement semble avoir perçu l’insatisfaction de la population féminine et il s’efforce de regagner la confiance des électrices. Début octobre 2011, le Premier ministre lui-même, sur un plateau de télévision et dans un journal du dimanche, a déclaré « regretter profondément » les remarques sexistes qu’il avait prononcées en avril92. Lors d’une séance de questions au Parlement, il avait, au préalable, affirmé la nécessité d’adopter de nouvelles mesures afin d’augmenter le nombre de femmes qui siègent à la Chambre des communes ainsi que dans les conseils d’administration93. Le mois précédent, la ministre des Femmes et de l’Egalité s’était exprimée, à deux reprises, sur le thème des inégalités salariales et de l’action du gouvernement envers les femmes et avait implicitement reconnu que ces dernières subissaient davantage que les hommes les mesures d’austérité94.

  • 95  « We are clear that there are a range of policies we have pursued as a government which are seen a (...)
  • 96  Labour market statistics: September 2011, Office for National Statistics, septembre 2011, http://w (...)
  • 97 Ipsos MORI, The Guardian, 13/09/2011, op. cit.

28Ce regain d’intérêt de la part du gouvernement pour les enjeux féminins, à 3 ans et demi de la prochaine échéance électorale, résulte d’une conjonction de plusieurs facteurs. Un document interne, réalisé à la demande des Libéraux-Démocrates et publié par le quotidien le Guardian indique que certaines des politiques gouvernementales « sont perçues comme ayant touché les femmes, ou leurs intérêts, de manière disproportionnée »95. Le nombre de femmes au chômage a par ailleurs atteint son niveau le plus élevé depuis avril 1988 (plus 41 000), et le nombre de femmes bénéficiaires de l’allocation chômage a rejoint le record de janvier 1996 (plus 8100)96. Enfin, une enquête Ipsos MORI a révélé que seuls 25 % des femmes approuvent l’action globale du gouvernement (contre 33 % des hommes), qu’uniquement 13 % des femmes considèrent le Parti conservateur comme étant le plus proche des femmes, et qu’au cours de l’année écoulée, les Conservateurs ont perdu 7 points de popularité auprès des femmes de la catégorie économique C297. Parallèlement, le nouveau leader Travailliste Ed Miliband a procédé à un remaniement de son contre-gouvernement, qui comprend désormais onze femmes, trois fois plus que le Cabinet de David Cameron.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blair, T., A journey. My Political Life, New York: Alfred A. Knop, 2010.

Cameron, D., Cameron on Cameron, Conversations with Dylan Jones, London: Fourth Estate, 2008.

Childs, S., New Labour Women, Women Representing Women, London: Routledge, 2004.

Childs, S., Women and British Party Politics: Descriptive, Substantive and Symbolic Representation, London: Routledge, 2008. 

Curtis, P., Stratton, A.,« Publish gender pay gap and promotion rates, says Theresa May », The Guardian, 14/09/2011, http://www.guardian.co.uk/world/2011/sep/14/gender-pay-gap-promotion-rates-may, consulté le 06/07/2011.

Dodd, V., « Budget cuts could break equality laws, Theresa May warned Chancellor », The Guardian, 03/08/2010, http://www.guardian.co.uk/politics/2010/aug/03/budget-cuts-equality-theresa-may, consulté le 06/07/2011.

Gentleman, A., « Women's refuge chief returns OBE in protest over cuts », The Guardian, 15/02/2011, http://www.guardian.co.uk/society/2011/feb/15/women-refuge-chief-protest-cuts, consulté le 07/07/2011.

Lent, A., British Social Movements since 1945. Sex, Colour, Peace and Power, New York: Palgrave/Macmillan, 2001.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lovenduski, J., Feminizing Politics, Cambridge: Polity Press, 2005.
DOI : 10.1080/09574040210149004

Major,J., The Autobiography, London: HarperCollins, 1999.

Norton, P., The Commons in Perspective, Oxford: Martin Robertson, 1981.

Office for National Statistics, September 2011, http://www.ons.gov.uk/ons/dcp171778_232238.pdf, consulté le 19/09/2011.

Press Association, « Tory MP Dominic Raab hits out at 'obnoxious bigotry' of feminists », The Guardian, 24/01/2011, http://www.guardian.co.uk/politics/2011/jan/24/tory-mp-dominic-raab-feminists, consulté le 07/07/2011.

Searing, D., Westminster’s World, Understanding Political Roles, London: Harvard University Press, 1994.

Spensky, M. (ed), Les Femmes à la conquête du pouvoir politique. Royaume-Uni, Irlande, Inde, Paris : L'Harmattan, 2001.

Haut de page

Notes

1  « How Britain Voted in 2010 »,  Ipsos MORI, http://www.ipsos-Mori.com/researchpublications/researcharchive/poll.aspx?oItemId=2613&view=wide, consulté le 08/10/2011.

2  Lady Warsi (ministre sans portefeuille, également présidente du Parti conservateur), Cheryl Gillan  (secrétaire d’Etat au pays de Galles) et Caroline Spelman (secrétaire d’Etat à l’Environnement, à l’Alimentation et aux Affaires rurales) font également partie du Cabinet. http://www.parliament.uk/mps-lords-and-offices/government-and-opposition1/her-majestys-government, consulté le 05/07/2011.

3  « Make Britain the most family-friendly country in Europe », Conservative Manifesto, 2010, pp. 41-43.

4 The Coalition  Agreement, 20/05/2010, pp. 18, 23.

5  « New legislation and increased regulation has produced diminishing returns, and in recent years progress on equality has stalled and in some areas begun to reverse », TheEquality Strategy – Building a Fairer Britain 2010, December 2010, p. 5. « This strategy sets out a new approach to equalities, moving away from the identity politics of the past and to an approach recognisingpeople’s individuality.And it sets out a new role for government, moving beyond simply introducing more legislation, to promoting equality through transparency and behaviour change. Government will act as a catalyst and advocate for change, working with businesses, the voluntary sector and wider civil society to create equal opportunities »,p. 6, http://www.equalities.gov.uk/pdf/Equality%20Strategy%20tagged%20version.pdf, consulté le 07/06/2011.

6  http://www.equalities.gov.uk/pdf/110610%20UK%20SEVENTH%20CEDAW%20REPORT.pdf, consulté le 06/07/2011.

7  http://www.dwp.gov.uk/publications/impact-assessments/equality-impact-assessments, consulté le 06/07/2011. Le gouvernement a ainsi publié une évaluation pour le crédit universel, le plafonnement des allocations ou la réforme des retraites.

8  Voir notamment Phillips, A., 1995.

9  Sondage publié le 2 juillet 2010, http://www.mori-eire.com/researchpublications/researcharchive/2633/Budget-Reaction-Poll.aspx, consulté le 10/10/2011.

10  Sondage publié le 17 mars 2011, http://www.ipsos-mori.com/researchpublications/researcharchive/2740/EconomistIpsos-MORI-Budget-Poll.aspx consulté le 10/10/2011.

11  http://www.ipsos-mori.com/Assets/Docs/Polls/apr2011polmontabs.pdf, consulté le 10/10/2011.

12  http://www.ipsos-mori.com/Assets/Docs/Polls/sept11valuestabs.pdf, consulté le 10/10/2011.

13  Les objectifs des différents groupes varient en fonction de l’histoire et de l’évolution de la pensée féministe. Les féministes radicales s’intéressent par exemple à la violence masculine, à la pornographie et à la sexualité, tandis que les féministes socialistes travaillent sur l’égalité dans le monde professionnel, dans la vie publique ou dans l’éducation, Lent A., 2001, p. 148.

14  « Under equality laws, we believe the government should have assessed whether its budget proposals would increase or reduce inequality between women and men.  Despite repeated requests, the Treasury have not provided any evidence that any such an assessment took place », http://www.fawcettsociety.org.uk/index.asp?PageID=1204, consulté le 06/07/2011.

15  « a triple jeopardy of slashed benefits, job cuts, and a reduction in the core public services they rely on for themselves and those they care for », http://www.fawcettsociety.org.uk/index.asp?PageID=1208, consulté le 06/07/2011.

16  « an attack on women », http://www.thewnc.org.uk/component/search/budget.html?ordering=&searchphrase=all, consulté le 19/09/2011.

17  « The new Con/Dem coalition with their old policies and ideas wasted no time in leading the political attack on    women », http://www.sisters.org.uk/images/annualreport.pdf, consulté le 06/07/2011.

18  http://www.rapecrisis.org.uk/news_show.php?id=51, consulté le 07/07/2011.

19  http://www.endviolenceagainstwomen.org.uk/pages/news.html, consulté le 07/07/2011.

20  Fiche d’information de juin 2011, http://www.wrc.org.uk/includes/documents/cm_docs/2011/f/factsheet_women_and_the_cuts.pdf, consulté le 14/10/2011.

21  « give voice to women’s opposition to the cuts as being discriminatory, unfair and unnecessary », http://womenagainstthecuts.org/who-we-are, consulté le 06/07/2011.

22  « The challenge is to counter the government’s lies that their actions to reduce the deficit are fair. They are not fair and women will count the cost », Founding Declaration, 27/11/2010, http://www.coalitionofresistance.org.uk/2011/05/coalition-of-resistance-founding-conference-declaration, consulté le 06/07/2011.

23  « what emerges from the whole is a cumulative failure to address the inequalities that exist between women and men and to mitigate against austerity measures that threaten to further widen inequality […] This budget is a disappointing one for women », http://www.wbg.org.uk/index_7_282363355.pdf, consulté le 11/07/2011.

24  Caroline Watson, co-founder of Progressive Women, 24/01/2011.

25  http://www.progressivewomen.org.uk/what-will-the-comprehensive-spending-review-mean-for-women, consulté le 14 octobre 2011.

26  « its 'devastating' impact on the welfare state and poor people », « Women lie in road in bid to block Downing Street exit in protest at 'devastating' Budget », 23/03/2011, The Daily Mail, http://www.dailymail.co.uk/news/article-1369165/Budget-2011-Women-lie-road-protest-bid-block-Downing-Street-exit.html, consulté le 07/07/2011.

27  http://www.respect.uk.net/data/files/respect_csr_briefing_25_11_10_2.pdf, consulté le 07/07/2011.

28  Gentleman, A., « Women's refuge chief returns OBE in protest over cuts », The Guardian,  15/02/2011, http://www.guardian.co.uk/society/2011/feb/15/women-refuge-chief-protest-cuts, consulté le 07/07/2011.

29  http://www.sisters.org.uk/3news.html, consulté le 06/07/2011.

30     http://www.ageuk.org.uk/Global/Campaigns/Not%20enough%20time%20-%20what%20women%20think%20about%20increases%20in%20state%20pension%20age%20June%202011.pdf, consulté le 07/07/2011.

31  « a recipe for unfairness in retirement », « This will affect around 5.1m people, but the vast majority of losers will be women », http://www.npcuk.org/publications.html, consulté le 19/09/2011.

32  http://www.thewi.org.uk/standard.aspx?id=23519, consulté le 09/07/2011.

33  « Shelter believes that these reforms will significantly restrict access to justice for those who are already disadvantaged by poverty and social exclusion » http://england.shelter.org.uk/__data/assets/pdf_file/0009/323658/Shelter_briefing_-_Legal_Aid_Reforms_JANUARY_2011_UPDATE.pdf, consulté le 30/09/2011.

34  http://www.justice-for-all.org.uk/Government-proposals/Legal-Aid-reform, consulté le 11/07/2011.

35  http://www.lawsociety.org.uk/currentissues/sound-off-for-justice.page, consulté le 11/07/2011.

36  « the budget seems more supportive of an out-dated ‘male breadwinner, dependent female carer’ model of relations between women and men, than an egalitarian ‘dual earner, dual carer’ model », http://www.wbg.org.uk/documents/WBG_Emergency_Budget_Response_June_2010.pdf, consulté le 11/07/2011.

37  « Many of the individual measures represent a return to the view of a woman not as an individual but as a chattel of the “ideal” family », http://www.thewnc.org.uk/component/search/budget.html?ordering=&searchphrase=all, consulté le 19/09/2011.

38  « This is a victory for common sense as well as for women's rights as it would have put back efforts to bring rapists to justice and sent a signal that women are not to be believed », http://www.endviolenceagainstwomen.org.uk/pages/news.html, consulté le 07/07/2011.

39  http://www.ukfeminista.org.uk/index.php?option=com_acymailing&gtask=archive&task=view&mailid=10&key=5e08774ba1ddacb5cb755d23e85720e3, consulté le 07/07/2011.

40  http://londonfeministnetwork.org.uk/what-weve-done/what-we-did-in-2010, consulté le 07/07/2010.

41  « Rape law controversy: Ken Clarke's difficult day with the press »,  BBC Radio 5, http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-13445931, consulté le 19/09/2011.

42  « Calm down dear », Cameron, D., 27/04/2011. « Nadine Norries isextremely frustrated », Cameron, D., 07/09/2011.

43  http://www.rapecrisis.org.uk/news_show.php?id=51, consulté le 07/07/2011.

44  http://www.fawcettsociety.org.uk/index.asp?PageID=1209, consulté le 06/07/2011. Valerie Duncan, NAW Secretary, 13/06/2011. http://www.medicalwomensfederation.org.uk/new/Paternity.html, consulté le 07/07/2011.

45  « This letter is to remind colleagues of the legal requirement to additionally consider how women, disabled people and ethnic minorities are affected [...] I fully share the objective of spending cuts […] there are real risks that women, ethnic minorities, disabled people and older people will be disproportionately affected. Women, for instance, make up a higher number of public workers, and all four groups use public services more [...] The majority of those in receipt of tax credits and welfare payments are also from these groups », « Budget cuts could break equality laws, Theresa May warned Chancellor », The Guardian, 03/08/2010, http://www.guardian.co.uk/politics/2010/aug/03/budget-cuts-equality-theresa-may, consulté le 06/07/2011.

46  Voir notammentLovenduski,J.,2005. Le Royaume Uni se classe en 48ème position mondiale pour son nombre de femmes à la chambre basse, à égalité avec la République Tchèque, l’Ouzbékistan et l’Erythrée. Classement effectué par Inter-Parliamentary Union en juin 2011, http://www.ipu.org/wmn-e/classif.htm, consulté le 19/07/2011.

47  5% en 1983, 9% en 1992, 16% en 2001, 20% en 2005. Spensky, M., 2001, pp. 13-36.

48  Voir par exemple Phillips, A., 1995 et Childs, S., 2008.

49  Voir notamment Lovenduski, J., 2005.

50  « not all Oral Questions are critical of the Executive. Some, in fact, are regularly tabled by Government backbenchers to make friendly points that will enable Ministers to show themselves and their departments in a favorable light », Searing, D., 1994, p. 71.

51  Childs, S., 2004, p. 180.

52  « a giant joust », Blair, T., 2010, p. 111.

53  « to be quite strong and aggressive », Cameron, D., 2008, p. 253.

54  http://www.parliament.uk/site-information/glossary/maiden-speech, consulté le 23/09/2011.

55  Tous les discours peuvent être consultés à partir du lien suivant : http://www.parliament.uk/documents/commons/lib/research/briefings/snpc-04588.pdf

56  Toutes les motions peuvent être consultées à partir du lien suivant : http://www.parliament.uk/business/publications/business-papers/commons/early-day-motions

57  Childs,S.,2004, p. 134.

58  « The parliamentary equivalent of graffiti », Major,J.,1999, p. 349.

59  Voir Norton, P., 1981, p. 116.

60  http://www.newstatesman.com/blogs/the-staggers/2011/02/coalition-mps-rebellions-votes, consulté le 14/10/2011.

61  http://www.revolts.co.uk, consulté le 14/10/2011.

62  http://ottspolitics.org/2011/04/16/pity-poor-patrick, consulté le 14/10/2011.

63  Les retranscriptions de toutes les séances de questions au Premier ministre peuvent être consultées à partir du lien suivant : http://www.parliament.uk/business/news/parliament-government-and-politics/parliament/prime-ministers-questions

64  Kate Green, 30/06/2010, Joan Walley, 08/09/2010, Joan Ruddock, 13/10/2010 et 15/12/2010.

65  Jessica Morgen, 09/03/2011, Rachel Reeves, 18/05/2011, Mary Glindon, 22/06/2011.

66  Jenny Chapman, 18/05/2011, Diana Johnson, 29/06/2011.

67  Sharon Hodgson, 27/10/2010.

68  Pamela Nash, 29/06/2011.

69  Julie Hilling, 15/09/2010, Sandra Osborne, 20/10/2010.

70  « […] because of the injustice and discrimination against women », Annette Brooke, 08/06/2011.

71  Jo Swinson, 08/12/2010.

72  Politique économique : Andrea Leadsom, 22/06/2010, Lorraine Fullbrook, 30/06/2010. Aide internationale : Esther Mcvey, 01/07/2010. Politique de défense :  Claire Perry, 10/06/2010, Sheryll Murray, 21/06/2010.

73  Louise Bagshawe, 10/06/2010, Mary Macleod, 10/06/2010. Sarah Wollaston, 02/06/2010.

74  Jenny Chapman, 07/06/2010. Julie Hilling, 16/06/2010. Lilan Greenwood, 03/06/2010.

75  Bridget Phillipson, 07/06/2010.

76 Néanmoins, 12 nouvelles députés soulignent avec fierté qu’elles sont les premières femmes à représenter leur circonscription et 8 se réfèrent à des personnalités de leur circonscription ayant milité pour les droits des femmes.

77  Total de 2260 motions de mai 2010 à septembre 2011.

78  Plus de la moitié émane de députés Travaillistes (57%), tandis que 23% ont été déposées par des Libérales-Démocrates, 11,5% par la député des Verts et seulement 7,6% par des députés Conservatrices.

79  Ces motions ont recueilli de 10 à 161 signatures, avec une moyenne de 41 signatures. A titre de comparaison, en moyenne, 6 ou 7 motions par session dépassent les 200 signatures et beaucoup n’en attirent qu’une poignée, http://www.parliament.uk/documents/commons-information-office/p03.pdf, consulté le 27/06/2011.

80 Membership of the Independent Advisory Group on Sexual Health and HIV, EDM 1918, Fiona Bruce, Parti conservateur, 14/06/2011, 14 signatures.

81 State Pension Age for Women, EDM 1402, Teresa Pearce, Parti travailliste, 03/02/2011, 161 signatures. Anonymity for Defendants in Rape Cases, EDM 105, Fiona Mactaggart, Parti travailliste,  26/05/2010, 106 signatures. Justice for all Campaign, EDM 1194, Yvonne Fovargue, Parti travailliste, 14/12/2010, 109 signatures. Child Tax Credits, EDM 336, Catherine Mckinnell, Parti travailliste, 28/06/2010, 67 signatures.

82  Equal Pay, EDM 1571, Burt Lorely, Parti libéral-démocrate, 10/03/2011, 18 signatures.

83 Black Friday Centenary, EDM 1061, Valerie Vaz, Parti travailliste, 22/11/2010, 32 signatures. 40th Anniversary of the Equal Pay Act, EDM 136, Katy Clark, Parti travailliste, 02/06/2010, 76 signatures. Women’s Land Army and Timber Corps, EDM 988, Valerie Vaz, Parti travailliste, 11/11/2010, 30 signatures.

84 Work and Funding of the Equality and Human Rights Commission, EDM 923, Caroline Lucas, Parti des Verts, 28/10/2010, 44 signatures.

85 Representation of Women in Political Life, EDM 1081, Jo Swinson, Parti libéral-démocrate, 23/11/2010, 37 signatures. Royal Succession, EDM 1049, Lorely Burt, Parti libéral-démocrate, 17/11/2010, 15 signatures. Broadcasting and Equal Opportunities, EDM 1346, Valerie Vaz, Parti travailliste, 26/01/2011, 17 signatures. Women Performers, EDM 635, Alison McGovern, Parti travailliste, 26/07/2010, 33 signatures. Gender and Football Association Rules, EDM 2018, Glenda Jackson, Parti travailliste, 30/06/2011, 10 signatures. Women’s Rugby World Cup 2010, EDM 594, Stella Creasy, Parti travailliste, 22/07/2010, 18 signatures.

86  Ovarian Cancer Survival Rates, EDM 1559, Linda Riordan, Parti travailliste, 09/03/2011, 26 signatures. Battle to Raise Awareness Campaign, EDM 1021, Annette Brooke, Parti libéral-démocrate, 16/11/2010, 18 signatures. Female Genital Mutilation, EDM 1219, Valerie Vaz, Parti travailliste, 20/12/2010, 44 signatures. Informed Consent For Abortion, EDM 834, Therese Coffey, Parti conservateur, 14/10/2010, 27 signatures.

87  Victims of Domestic Abuse and the Electoral Register, EDM 470, Katy Clark, Parti travailliste, 12/07/2010, 41 signatures.

88  Entrepreneurial Potential and Women’s Entreprise Day, EDM 1007, Lorely Burt, Parti libéral-démocrate,15/11/2010, 23 signatures.

89  Analyse effectuée à partir des données fournies par The Public Whip, Francis Irving, Julian Todd, Raraunga Ltd,  http://www.publicwhip.org.uk/mps.php?sort=rebellions, consulté le 14/10/2011.

90  Il s’agit d’Ann Main, Fiona Bruce, Nadine Dorries, Andrea Leadsom, Therese Coffey, Nicki Morgan, Nicola Blackwood, Helen Grant, Maria Miller et Jessica Lee.

91  Voir par exemple Childs, S., 2008. 

92  « Cameron sorry over remarks to female MPs », BBC News, 02/10/2011, http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-15141156, consulté le 03/10/2011.

93  Prime Minister Question Time, 14/09/2011, http://www.publications.parliament.uk/pa/cm201011/cmhansrd/cm110914/debtext/110914-0001.htm#11091475000031, consulté le 19/09/2011.

94  « It is very tough out there for a lot of people at the moment. I know and obviously we are hearing figures on the economy that show things are choppy and difficult for people. I recognize that », Curtis, P., Stratton, A.,«Publish gender pay gap and promotion rates, says Theresa May», The Guardian, 14/09/2011, http://www.guardian.co.uk/world/2011/sep/14/gender-pay-gap-promotion-rates-may, consulté le 06/07/2011.

95  « We are clear that there are a range of policies we have pursued as a government which are seen as having hit women, or their interests, disproportionately », Ibid.

96  Labour market statistics: September 2011, Office for National Statistics, septembre 2011, http://www.ons.gov.uk/ons/dcp171778_232238.pdf, consulté le 19/09/2011.

97 Ipsos MORI, The Guardian, 13/09/2011, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Rivière-De Franco, « La coalition Conservateurs/Libéraux-Démocrates : une nouvelle donne pour les femmes britanniques ? », Observatoire de la société britannique, 12 | 2012, 175-197.

Référence électronique

Karine Rivière-De Franco, « La coalition Conservateurs/Libéraux-Démocrates : une nouvelle donne pour les femmes britanniques ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://osb.revues.org/1343 ; DOI : 10.4000/osb.1343

Haut de page

Auteur

Karine Rivière-De Franco

Maître de conférences à l'Université d'Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page