Navigation – Plan du site

David Cameron et les réformes sociales. Les politiques de retour à l’emploi sous influence australienne ?

Sophie Koppe
p. 239-256

Résumé

Dans le domaine des politiques sociales, David Cameron a principalement développé deux points : le concept de Big Society et la nécessité d’effectuer des coupes budgétaires. Il s’agit ici de voir quel a été leur poids dans le domaine des politiques de retour à l’emploi. Ces points ont souvent été relayés dans la presse comme la manifestation de l’influence américaine en matière sociale, mais si cette source est indiscutable elle n’est certainement pas la seule. En effet, entre 1997 et 2007, alors que les conservateurs britanniques se trouvaient dans l’opposition, leurs homologues australiens étaient au pouvoir. La possibilité que les conservateurs britanniques se soient inspirés des réformes mises en œuvre en Australie mérite analyse. Les similitudes entre les propositions de David Cameron et les politiques de la coalition libérale-nationale australienne sont en effet remarquables.

Haut de page

Texte intégral

Il serait bon d’analyser les modèles qui ont bien fonctionné ailleurs dans le monde. En Australie, où des sociétés privées gèrent le système des allocations sociales, le taux de chômage a été réduit de moitié (Cameron, 2007).

1Les similarités entre les réformes mises en œuvre par la coalition australienne dix ans plus tôt et celles suggérées par les conservateurs britanniques devinrent en effet particulièrement évidentes avec le Work Programme et la réforme du service public de l’emploi. En 1996, au lendemain de son élection, le Premier ministre John Howard prit la décision de privatiser le service public de l’emploi pour créer le Job Network, réseau d’agences de placement du secteur privé et caritatif censé être bien plus efficace tout en diminuant de moitié les coûts.

2Pour autant, l’existence de liens entre les pays n’implique pas nécessairement un transfert direct de l’un à l’autre. Si des travaux ont montré que les recettes électorales utilisées par les travaillistes australiens servirent leurs homologues britanniques en 1997 pour gagner les élections (Scott 2000, Johnson & Tonkiss 2002), peu d’articles ont encore été consacrés à la réalité des transferts récents entre les conservateurs britanniques et la coalition australienne en matière de politique sociale. Pour l’analyser, il convient tout d’abord de préciser certaines ressemblances entre les deux pays d’un point de vue idéologique et organisationnel.

Similitudes idéologiques et organisationnelles

Idéologie

3Il est frappant de constater que bien qu’ayant eu lieu à dix ans d’intervalle, les réformes britanniques et australiennes semblent avoir suivi un itinéraire comparable. Les gouvernements travaillistes commencèrent l’un comme l’autre, à petite échelle toutefois, à mettre en œuvre certaines des réformes qui allaient par la suite être développées par les coalitions.

4En Australie, le gouvernement travailliste de Keating avait déjà entrepris d’externaliser certaines des activités traditionnellement allouées au service public d’emploi, le Commonwealth Employment Service et avait inventé le terme d’ « obligations réciproques » impliquant à la fois des droits mais aussi des devoirs tout autant pour le gouvernement que les demandeurs d’emploi. À son arrivée au pouvoir, la coalition australienne accéléra l’externalisation jusqu’à la suppression du Commonwealth Employment Service remplacé par un nouveau réseau d’agences de placement non gouvernementales. Quant aux « obligations mutuelles », celles des demandeurs d’emploi furent notablement accentuées.

5Au Royaume-Uni, le Flexible New Deal fut le précurseur du Work Programme des conservateurs. Dans le cadre du Flexible New Deal, il s’agissait de mettre en place un certain nombre de points préconisés dans le rapport Freud, d’accroître de façon toutefois limitée le rôle des organismes non gouvernementaux - des réserves levées par les conservateurs britanniques qui accordèrent toute leur confiance à ces nouveaux acteurs.

6Les programmes des conservateurs furent dans les deux cas lancés sans aucune expérimentation préalable. En ce qui concerne le cas britannique :

Cela a accéléré ce que le gouvernement précédent s’apprêtait à expérimenter à savoir s’il est possible de financer les dépenses courantes en termes d’investissement dans les services initiaux d’aide à l’emploi et d’en assurer le paiement grâce aux futures économies d’allocations qui en découleraient. C’est devenuun principe fondamental qui sous-tend le Work Programme, que le gouvernement précédent appréhendait de façon plus prudente et qu’il allait tester grâce à des programmes pilotes. Mais ce gouvernement a clairement pris sa décision : « C’est ce que nous allons accélérer » (Commission parlementaire Emploi et Affaires Sociales, intervention de Dan Finn, 2011).

7Cette position des travaillistes vis-à-vis des méthodes d’application des réformes qui consiste à les essayer dans un premier temps à petite échelle se manifestait déjà en 1999 dans un rapport parlementaire britannique sur les mesures d’externalisation australiennes :

Une approche de type « big bang » caractérise leurs actions, il n’y avait pas de programme pilote, cela relevait simplement du « allons-y et on verra bien ce qui arrivera », ce qui m’a semblé courageux, c’est le moins que l’on puisse dire. […]

Je ne serais pas favorable à ce type de « big bang » australien. Et de toute façon, cette réforme fut précédée de plusieurs années durant lesquelles une proportion croissante de l’activité de gestion des dossiers au sein des programmes de retour à l’emploi fut externalisée à des organismes, de sorte qu’autant le secteur privé que le secteur caritatif eurent tout loisir d’améliorer leur capacité d’accueil et leurs compétences, chose impossible à réaliser du jour au lendemain (Commission parlementaire Éducation et Emploi, 1999).

8La prudence préconisée par les travaillistes des deux pays lors de la mise en place des réformes est l’un des éléments qui les différencie des conservateurs dans leurs pays respectifs. Ces avancées vers l’externalisation des services publics d’emploi prouvent également, si besoin était, leur confiance totale dans la capacité des secteurs privé et caritatif à aider les demandeurs d’emploi de façon beaucoup plus efficace que le secteur public.

Nous avons instauré un nouveau Job Network pour rapprocher les employeurs des demandeurs d’emploi plus rapidement, à moindre coût et plus simplement en nous concentrant sur les résultats et non sur le processus.

En dépit de nombreuses critiques acerbes, le nouveau système est supérieur à celui qui l’a remplacé. Laissez-moi vous expliquer pourquoi : il y a 4 fois plus d’endroits où l’on peut demander un emploi qu’il n’y en avait avec le Commonwealth Employment Service. Et les mieux qualifiés à fournir des services aux demandeurs d’emploi, à savoir, le monde des affaires, la société civile et les organisations caritatives comme Drake Australia, l’Armée du Salut et Mission Australia dépassent déjà par leurs performances l’ancien système (Howard, 1999).

9Dix ans plus tard, les conservateurs britanniques utilisaient une rhétorique similaire :

Troisièmement, nous faisons en sorte de faire davantage correspondre l’aide sociale aux besoins de l’individu. Nous nous débarrassons d’un coup de balai de la vieille bureaucratie centralisée où les décisions venaient toujours d’en haut et qui traitait les gens comme des numéros. Au lieu de cela, nous disons au chômeur qui cherche désespérément un emploi « nous nous assurerons que vous obtiendrez l’aide personnalisée dont vous avez besoin. Nous donnerons à chacun d’entre vous un bilan personnalisé de vos besoins. Et ensuite, grâce au Work Programme, nous inviterons nos meilleures entreprises sociales, organisations caritatives et entreprises privées à participer au système de protection sociale et à vous fournir une aide personnelle et intensive pour trouver un emploi, pas seulement les grands acteurs établis de longue date mais également les entreprises sociales etorganisations caritatives petites et innovantes » (Cameron, 2011).

10Le but de ces changements est officiellement de réduire les coûts, la privatisation est donc une façon d’économiser l’argent du contribuable. Du côté britannique, la coalition a été jusqu’à affirmer que la réforme serait financée grâce aux économies futures sur les aides et en Australie, les gouvernements ont déclaré que la réforme avait réduit les dépenses. Dans un rapport pour le ministère britannique de l’emploi sur la réforme australienne, Dan Finn avait ainsi relevé que :

Les instances officielles mettaient souvent l’accent sur les données brutes sur les coûts pour montrer qu’entre 1991 et 1994 le coût du placement d’un demandeur d’emploi avoisinait les $ 8000 pour atteindre presque $ 16000 en 1995-1996. Ces coûts chutaient à $ 6500 au cours de la première phase du Job Network puis à $ 3500 dès 2005, reflétant en partie la baisse des valeurs des commissions fixées par contrat et des rémunérations au résultat qui après 2003 n’étaient indexés ni sur l’inflation ni sur les coûts des prestataires de service. Question d’importance : dans quelle mesure la rentabilité du Job Network était-elle, comme l’ont suggéré de nombreux critiques et prestataires du Job network, assurée au prix d’un service de qualité moindre ? (Finn, 2011)

11Ceci s’accompagne d’une politique très sévère en matière de sanctions. Si au Royaume-Uni, il y avait déjà des campagnes contre la fraude aux allocations sociales très agressives, la politique des sanctions était relativement humaine, reconnaissant la notion d’erreur possible de l’agence gouvernementale elle-même. Dans les années 1990, le gouvernement australien avait décidé d’une politique de sanctions plus stricte incluant la notion de « troisième infraction » où le demandeur d’emploi perdait la totalité de son allocation pour ne pas s’être présenté à un rendez-vous par exemple. Cela aboutit à des situations tellement insoutenables que le système dut être modifié mais les conservateurs britanniques semblaient toutefois désireux de suivre cette même voie quoi qu’il en fût. Ceci nous autorise à dire que la notion de pauvre méritant / non méritant est toujours d’actualité dans les deux pays.

Organisation

12Considérons tout d’abord le nombre d’agences de placement privées ou caritatives : Le Royaume-Uni choisit d’autoriser deux principaux prestataires par secteur puis une série sous-prestataires qui utiliseraient leur savoir-faire spécifique pour aider certaines catégories de demandeurs d’emploi. Il semble probable que les critères britanniques aient été directement inspirés par les réformes australiennes. Mus par l’idée que les chômeurs devaient être transformés en clients, le gouvernement Howard avait dans un premier temps souhaité plusieurs prestataires différents par secteur pour que le client / demandeur d’emploi puisse avoir le choix. Il apparut bientôt que le système ne fonctionnait pas convenablement : les demandeurs d’emploi choisissaient simplement leur agence de placement en fonction de la facilité d’accès.

Une enquête menée sur plus de 3000 demandeurs d’emploi en 2002 signalait que nombre d’entre eux n’étaient « pas très surs de leur droit à choisir un prestataire » et « trouvaient le processus difficile ». Quelques 76 % se souvenaient qu’on leur avait mentionné cette possibilité, mais qu’on leur avait fourni « très peu d’information sur les prestataires » et les trois quarts d’entre eux souhaitaient une description plus précise de l’offre disponible. À peine plus de 70 % avaient choisi un prestataire. 45 % l’avaient fait sur la base de la facilité d’accès mais 22 % avaient préalablement eu affaire ou entendu parler de ce prestataire, ce qui avait dicté leur choix. Le rapport citait d’autres éléments de recherche indiquant que les utilisateurs « pouvaient ne pas exercer leur droit à choisir par mauvaise compréhension plutôt que de manière délibérée » (Finn, 2011).

13Suite à plusieurs réformes, et en particulier après l’élection de Kevin Rudd, le nombre de prestataires importants en Australie a maintenant diminué :

Le ministère a reçu 438 soumissions contenant 3000 offres pour fournir des services dans les 116 Employment Service Areas. Quand les contrats furent attribués, il fut établi qu’il y avait 141 prestataires principaux et 48 sous-prestataires fournissant à peine plus de 2000 sites, en comparaison des 280 organismes (chiffre estimé) qui avaient assuré les missions que Job Service Australia remplaçait (Finn, 2011).

14Même si le système n’est pas aussi institutionnalisé que ce qui se fait au Royaume-Uni, la structure australienne actuelle en semble assez proche et est le résultat de dix ans d’essais et d’erreurs.

15Autres points d’importance : le processus d’appel d’offre et le paiement des prestataires. Le gouvernement britannique affirmait que le système de paiement avait été conçu pour s’assurer que les gens conservent leur emploi aussi longtemps que possible. Les prestataires ne devaient par conséquent recevoir qu’une somme forfaitaire initiale peu importante. Cette stratégie explique la raison pour laquelle si peu d’organismes du secteur caritatif ne réussirent à obtenir le statut de prestataire principal.

16Cela reflète également l’évolution du processus australien. Douze ans auparavant, en Australie, John Howard, afin de prouver que sa réforme ne se réduisait pas à des coupes budgétaires, avait insisté pour donner aux organismes caritatifs un rôle clé dans le nouveau réseau des agences de placement externalisées. Celles-ci n’auraient pas été en mesure de participer au processus d’appel d’offre dans un système semblable à ce qui se fait maintenant au Royaume-Uni car elles n’avaient pas la trésorerie nécessaire pour n’être payées qu’après que le demandeur d’emploi eût trouvé un travail. Donc, lors du premier processus d’offre, une part importante des commissions étaient payées en amont.

17Le rôle important joué par les organismes caritatifs dès le début des réformes doit également être mis en relation avec la structure traditionnelle particulière de la gestion de l’aide sociale en Australie. En effet, dès l’époque coloniale l’absence de Poor Laws et de workhouses avait fait la part belle aux organisations caritatives et aux sociétés de mutualité.

18Pour en revenir au paiement, le système australien de départ, avec des commissions initiales élevées, a généré des problèmes car les prestataires avaient suffisamment d’argent pour fonctionner avec les commissions initiales et n’étaient pas vraiment encouragés à maintenir leur aide aux groupes les plus désavantagés qui voyaient de moins en moins leur conseiller au fur et à mesure que leur situation perdurait. Après une séries de changements, le système australien se révéla être tout à fait semblable à la nouvelle version du système britannique.

19Cela signifiait également une implication plus importante du gouvernement australien dans l’activité des agences de placement de façon à s’assurer qu’il n’y avait pas trop de d’ « écrémage » et d’exclusion : On accuse en effet souvent les agences de placement d’écrémer les individus qui sont le plus facilement employables et de travailler principalement avec ces derniers. De même, on leur reproche d’exclure les individus les plus vulnérables en raison du fait que le niveau de l’aide dont ils auraient besoin pour parvenir à un résultat positif est trop élevé.

20Cela soulève la question de la faisabilité de l’approche de la « boîte noire » soutenue par le gouvernement de coalition britannique qui consiste à laisser les prestataires faire leur travail sans intervenir tant qu’ils obtiennent des résultats satisfaisants.

21Ces différents points rendent tout à fait plausible l’idée que de véritables similarités entre ce qui se fait au Royaume-Uni et ce qui avait été établi auparavant en Australie existent. Il convient toutefois, pour étayer cette idée, de nous poser la question suivante : ces similarités sont-elles le résultat d’une tendance générale, de la diffusion du néolibéralisme à travers le rôle des institutions internationales par exemple, ou existe-t-il une relation particulière entre l’Australie et le Royaume-Uni ?

Diffusion des idées néo-libérales ou relation spéciale ?

Les raisons du transfert des politiques sociales

22Une première étape de cette analyse consisterait à étudier si le parti conservateur pourrait avoir des raisons valables d’étudier et éventuellement d’emprunter certains aspects de la réforme australienne de la protection sociale.

23La circulation des idées, au niveau mondial a connu un large essor ces vingt dernières années : Dolowitz et Marsh, théoriciens du transfert citent Parsons pour illustrer cet état de fait :

Comme l’économie mondiale en particulier est transformée par de nouveaux systèmes de production et d’échange, et que les institutions et les entreprises transnationales sont amenées à exercer davantage d’influence et de pouvoir, de même, la capacité des acteurs politiques nationaux à établir leurs propres programmes s’en voit diminuée. La politique publique se tient désormais dans un système mondial tout autant qu’à l’intérieur des systèmes politiques nationaux (Parsons, 1995).

24On se trouverait ainsi dans un système où les pays seraient encouragés à analyser et emprunter les politiques et réformes menées dans d’autres pays. S’il n’y a pas dans cette citation de distinction entre les pays, il s’agit toutefois ici de se demander en quoi le réseau australien pourrait présenter un intérêt particulier pour les Britanniques.

25Considérons la question de la langue. Pour ces deux pays, elle est commune et les experts sont ainsi capables de lire des documents, des textes de lois, des rapports gouvernementaux sans aucun obstacle ni risque d’interprétation erronée. L’organisation annuelle de la conférence des six nations sur le contrôle de la fraude à la sécurité sociale, qui réunit l’Irlande, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, clairement conçue comme un lieu d’échanges et de diffusion des idées, est témoin de l’intérêt d’une langue commune. Le Royaume-Uni et l’Australie sont également proches lorsqu’il s’agit d’appréhender un langage plus technique. En effet, l’étude des politiques et des réformes nécessite l’étude des textes de loi, or le système judiciaire ainsi que le système politique australiens sont relativement proches de ceux du Royaume-Uni même si l’Australie reste un système fédéral.

26Selon la théorie du transfert, une autre des raisons principales de l’apparition du phénomène est la présence « d’un degré d’insatisfaction ou de besoin suffisant à condition qu’une élite de décideurs soit prête à gérer ces doléances et à établir des réseaux de transfert » (Evans & Davis, 1999). Il ne fait aucun doute qu’après dix ans dans l’opposition, les insatisfactions au sein du parti conservateur britannique ne pouvaient que se développer. Comme le dit Iain Duncan Smith :

Il y a quelques années, un besoin profond de changement animait le parti conservateur au Royaume-Uni. Nous avions subi des défaites électorales importantes et étions déconnectés de la population. En tant que chef de file du parti, j’ai initié une réflexion nouvelle sur la réforme sociale et la nécessité de renouer avec les aspirations du peuple britannique en particulier ceux qui avaient été laissés pour compte par l’échec du gouvernement (Duncan Smith, 2011).

27L’insatisfaction était bien là mais selon la définition du transfert, il fallait également un groupe de décideurs. Qui peut jouer ce rôle ? Dolowitz et Marsh en ont identifié six types : « les officiels élus, les partis politiques, les bureaucrates et fonctionnaires, les groupes de pression, les décideurs et experts et les institutions supranationales » (Dolowitz & Marsh, 1996). Liste à laquelle furent ajoutés plus tard : « les réseaux transnationaux de défense des droits, les institutions transnationales philanthropiques, les groupes de réflexion et les communautés épistémiques » (Benson & Jordan, 2011). Et la liste ne cesse de s’allonger. Parmi ces acteurs, trois ont reconnu un lien avec l’Australie.

Les acteurs du transfert

28En ce qui concerne la classe politique, la première personne, parmi les conservateurs britanniques, qui vienne à l’esprit lorsqu’on évoque les réformes sociales est bien entendu Iain Duncan Smith. Il a reconnu l’influence de l’Australie sur l’élaboration du Work Programme. Les premières indications sont apparues sur le site internet de son centre de recherche, le Centre for Social Justice, où un cliché le montre avec Julia Gillard, il y a deux ans, bien que la légende soit « Gillard désireuse d’en apprendre davantage sur ce qui se faisait au Royaume-Uni ». Mais plus récemment, Iain Duncan Smith fit un discours très révélateur à l’occasion de la John Howard Lecture en Australie. Non seulement a-t-il reconnu l’importance de ce qui avait été fait en Australie mais il a également précisé que cela avait été utile à la conception du Work Programme :

Je dois avouer qu’en développant ce programme nous avons accordé énormément d’intérêt aux programmes de retour à l’emploi australiens. J’ai particulièrement apprécié ce que j’ai appris concernant votre transition novatrice, lancée par le gouvernement libéral en 1998, des services pour l’emploi gérés par l’État à des prestations fournies par les secteurs privé et caritatif à travers le Job Network et maintenant Job Services Australia.

En tant que nation, la Grande Bretagne a mis trop longtemps à comprendre le message de base selon lequel nous ne devrions pas tant nous préoccuper de qui fournit les aides ou comment ils le font mais si ce qu’ils font fonctionne réellement.

Nous devrions constamment porter une grande attention aux résultats et c’est bien ce en quoi consiste le Work Programme (Duncan Smith, 2011).

29Cette intervention était d’autant plus significative qu’elle devait porter sur les réformes britanniques et ce en quoi ces dernières pouvaient être utiles à la coalition australienne. Duncan Smith reprenait ainsi sa présentation du Work Programme : « Il n’y a qu’un seul programme, mais, comme en Australie, nous avons recours à un système de paiement différencié pour nous assurer que même les plus désavantagés reçoivent une aide ». La presse quotidienne australienne s’en fit immédiatement l’écho titrant La Grande Bretagne se tourne vers Howard pour améliorer les conditions de la jeunesse en détresse ou encore Le député conservateur Iain Duncan Smith « plagie » les politiques de John Howard.

30Cependant, Iain Duncan Smith avait quelques conseils à prodiguer aux Australiens :

Je ne suis pas là pour vous donner des conseils ou des leçons de stratégie, vous n’avez pas besoin de moi pour cela. Vous possédez un héritage impressionnant en tant que parti et vous avez été dirigés de manière exceptionnelle par l’homme que nous sommes venus honorer ce soir.

Mais j’affirme que le message sur les réformes sociales devrait être autre chose qu’une simple histoire d’économies budgétaires. Comme je l’ai souligné, il n’a jamais été aussi indispensable, en tant que conservateurs, de délivrer un message porteur d’espoir.

31Les universitaires et les intellectuels ont aussi leur rôle à jouer. Il est par exemple particulièrement intéressant de remarquer que Dan Finn était impliqué dans les différentes étapes du processus de mise en œuvre du Work Programme. Professeur à l’université de Portsmouth, il travaille sur les comparaisons entre les politiques sociales britanniques et australiennes. Il a par exemple rédigé plusieurs rapports pour le ministère de l’Emploi sur les expériences internationales, l’un d’entre eux étant exclusivement consacré au cas de l’Australie. Il a également témoigné devant la commission d’enquête parlementaire Emploi et Affaires Sociales où il fit à plusieurs reprises référence à ce qui avait été effectué auparavant en Australie. En réponse à ce qu’on lui demandait sur l’éventuelle diffusion des pratiques les plus efficaces, il déclara :

Dans les recherches que j’ai effectuées en Australie qui pratique cela depuis plus de dix ans maintenant, les contrats sont renouvelés bien plus souvent […] ce qui accélère la diffusion des pratiques les plus efficaces.

32Ceci généra une nouvelle question du président de la commission parlementaire, Andrew Bingham : « Pour en revenir à ce que le Professeur Finn disait au sujet de la durée des contrats en Australie, c’est trois ans. Pensez-vous que cela soit mieux ? » (Commission parlementaire Emploi et Affaires Sociales, 2011). Le rôle de l’expert est clairement visible dans le processus de transfert : il amène son interlocuteur à approfondir sa réflexion en termes comparatifs.

33Il convient de remarquer qu’il n’était pas le seul expert à faire mention de l’Australie : Au cours de la même session, Sean Williams, directeur général de G4s welfare to work, une des agences de placement des demandeurs d’emploi fit également référence à « la très grande transparence du classement d’excellence des prestataires et du système d’attribution d’étoiles ». Les agences australiennes sont en effet évaluées tous les six mois sur leurs performances, basées sur le placement des demandeurs d’emploi en entreprise et leur maintien de 13 à 26 semaines dans le dit emploi. Elles acquièrent ainsi un nombre d’étoiles variant de 1 à 5 (5 étant l’indicateur de performance maximale).

34Ceci nous amène au troisième type d’acteurs potentiellement impliqué dans le transfert des politiques, les agences de placement elles-mêmes. En effet, un des points les plus étonnants du processus d’appel d’offre, fut le nom de l’entreprise qui obtint la plus grande partie des contrats : Ingeus. L’entreprise remporta près de 20 % des parts du marché, ce qui bien entendu déplut à nombre d’autres soumissionnaires et plus particulièrement aux organisations caritatives.

Soumissionnaires choisis pour le Work Programme – avril 2011 (données du ministère de l’Emploi)

Écosse

Ingeus UK Limited

Working Links

Pays de Galles

RehabJobFit *

Working Links Wales

Nord Est

Avanta Enterprise Limited (TNG)

Ingeus UK Limited

Nord Est Yorkshire & Humber

G4S

Newcastle College Group**

Ouest Yorkshire

Business Employment Services Training (BEST) Ltd

Ingeus UK Ltd

Sud Yorkshire

A4E Ltd

Serco Ltd

Nord Ouest (Merseyside, Halton, Cumbria et Lancashire)

A4E Ltd

Ingeus UK Ltd

Nord Ouest(Greater Manchester, Cheshire et Warrington)

Avanta Enterprise Limited (TNG)

G4S

Seetec

Est Midlands

A4E Ltd

Ingeus UK Ltd

Ouest Midlands (Birmingham, Solihull et Black Country)

FourstaREmployment&Skills Ltd

Newcastle College Group**

Pertemps

Ouest Midlands (Coventry, Warwickshire, Staffordshire et Marches)

ESG

Serco Ltd

Est de l’Angleterre

Ingeus UK Ltd

Seetec

Londres Ouest

Ingeus UK Ltd

MaximusEmployment UK LTD

Reed in Partnership

Londres Est

A4E Ltd

CareersDevelopment Group (CDG) *

Seetec

Sud Est (Thames Valley, Hampshire et IOW)

A4E Ltd

MaximusEmployment UK LTD

Sud Est (Surrey, Sussex et Kent)

Avanta Enterprise Limited (TNG)

G4S (PrivateSector)

Sud Ouest (Gloucester, Wiltshire et Ouest de l’Angleterre)

JHP Group Limited

RehabJobFit *

Sud Ouest (Devon, Cornouailles, Dorset et Somerset)

Prospects Services Ltd

Working Links

* organisation du secteur caritatif
** organisation du secteur public

35En quoi le cas d’Ingeus est-il intéressant ? Parce qu’il s’agit d’une entreprise internationale avec des branches en Suède, au Royaume-Uni, en France, en Pologne, en Allemagne, en Suisse, en Arabie Saoudite, en Corée du Sud, en Nouvelle Zélande et en Australie dont la fondatrice et directrice générale n’est autre que Thérèse Rein, épouse de Kevin Rudd. Lorsque son mari était Premier ministre, elle fut contrainte de vendre ses agences australiennes et de se recentrer sur ses branches à l’étranger. C’est ainsi qu’une entreprise dirigée par une Australienne en vint à gérer une part non négligeable du marché du placement des demandeurs d’emploi au Royaume-Uni et sans doute y apporter un souffle particulier. Quelques quotidiens australiens mentionnèrent ce résultat, l’Australian titrant même, « Thérèse Rein, reine de la protection sociale britannique aux 1.4 milliards de dollars ».

36L’entreprise ne minimise pas son origine australienne. Au contraire, lorsque l’on consulte la section « biographies » du site internet britannique d’Ingeus, on remarque que le fait d’être australien devient synonyme de novateur. C’est par exemple le cas du directeur des opérations d’Ingeus UK, Chris Blackwell :

Lorsqu’il travaillait sur le New Deal for Young People, Chris a apporté le savoir acquis auprès de la maison mère australienne d’Ingeus UK. Il établit [à Birmingham] un Condition Management Programme [programme destiné aux bénéficiaires de l’allocation adultes handicapés] complet, innovant et, à cette époque-là, unique en son genre. Ce modèle fut par la suite développé pour la mise en œuvre des six contrats Pathway to Work d’Ingeus qui s’échelonnèrent de 2007 à 2011.

37C’est ainsi que l’expérience acquise en Australie sert le développement de différents programmes d’aide au retour à l’emploi au Royaume-Uni. D’autant qu’Ingeus n’est pas la seule entreprise à bénéficier d’une expérience australienne. Après la victoire électorale du parti travailliste australien en 2007, deux entreprises britanniques obtinrent les contrats : A4e (Action for employment), « acteur privé de l’emploi spécialisé dans les services liés à l’insertion ou la réinsertion professionnelle » (A4e France) et Reed in Partnership, autre spécialiste international du recrutement. Dans leurs recommandations écrites soumises à la commission parlementaire Emploi et Affaires Sociales, ils citèrent plusieurs aspects du système australien qui devraient être exportés au Royaume-Uni :

Les prestataires doivent pouvoir réclamer au ministère une révision et un changement dans la classification des clients [demandeurs d’emploi] lorsque des conditions de santé ou des handicaps non identifiés préalablement se font jour et ce afin de s’assurer de niveaux de financement appropriés. Les prestataires des programmes de retour à l’emploi qui utilisent l’Australian Job Seeker Classification Instrument découvrent des handicaps et des conditions particulières non identifiées lors des premiers bilans, comme par exemple la dépression, l’anxiété et des difficultés d’adaptation chez de nouveaux demandeurs d’emploi classés comme « proches du marché du travail » (Commission parlementaire Emploi et Affaires Sociales, soumission d’A4e, 2011).

38L’instrument de classification des chômeurs australiens fut également mentionné par la deuxième entreprise :

En ce qui concerne le changement de profil des groupes de clients : Il faudrait faire preuve d’ambition et évoluer vers un outil de bilan plus sophistiqué, en s’inspirant des expériences australiennes du Job Seeker Classification instrument. Cela amène à une classification dans l’une des quatre catégories – la structure de paiement suit alors la dénomination. Un programme pilote devrait être lancé pour mettre en place les mesures nécessaires au bon développement du Work Programme (Commission parlementaire Emploi et Affaires Sociales, soumission de Reed in partnership, 2011).

39Ces deux entreprises ont des antennes dans plusieurs pays. A4e est présente en Australie, en France, en Pologne, en Allemagne et en Inde et Reed in Partnership en Australie, en France et en Pologne. Pourtant dans leurs recommandations, elles choisissent de ne mentionner que l’expérience australienne, à leurs yeux seule digne de servir d’exemple et preuve de la spécificité du lien entre l’Australie et le Royaume-Uni.

Conclusion

40Force est de reconnaître de fortes similitudes entre le Work Programme et Job Services Australia. C’est qu’un nombre non négligeable d’acteurs a joué un rôle d’importance dans la diffusion des connaissances du contenu de la réforme australienne tant au niveau idéologique que du point de vue organisationnel. Et même si l’Australie ne peut être considérée comme l’unique source d’inspiration du Work Programme d’Iain Duncan Smith, le poids de son influence ne peut être ignoré. Dès lors que les propositions des conservateurs britanniques découlent de l’observation de programmes et de structures déjà en place ailleurs, il devient bien difficile de considérer le système de protection sociale qu’ils appellent de leurs vœux comme une véritable révolution.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benson, D., Jordan, A., « What Have We Learned from Policy Transfer Research ? Dolowitz and Marsh Revisited », Political Studies Review, 9(3), 2011.
DOI : 10.1111/j.1478-9302.2011.00240.x

Cameron, D.,Big society- Hugo Young lecture, Liverpool, 19 juillet 2010.

http://www.conservatives.com/News/Speeches/2009/11/David_Cameron_The_Big_Society.aspx, consulté le 5 octobre 2011

Cameron, D., Call that election. We will fight. Britain will win, Blackpool, 3 octobre 2007.

http://www.conservatives.com/News/Speeches/2007/10/David_Cameron_Call_that_election__We_will_fight__Britain_will_win.aspx, consulté le 5 octobre 2011

Cameron, D., Welfare Reform Bill, Londres, 17 février 2011.

http://www.number10.gov.uk/news/pms-speech-on-welfare-reform-bill/, consulté le 5 octobre 2011

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dolowitz, D., Marsh, D., « Who Learns What from Whom ? A Review of the Policy Transfer Literature », Political Studies, 44 (2), 343–57, 1996.
DOI : 10.1111/j.1467-9248.1996.tb00334.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dolowitz, D., Greenwold, S., Marsh, D. (1999). Policy transfer : Something old, something new, something borrowed, but why red, white and blue ?, Parliamentary Affairs, 52(4), 720-730.
DOI : 10.1093/pa/52.4.719

Duncan Smith, I., John Howard Lecture, Sydney, 28 juillet 2011.

http://www.mrcltd.org.au/news/pdf/110722_Aus%20speech_v4.pdf, consulté le 5 octobre 2011

Duncan Smith, I., Welfare for the 21st Century, Londres, 27 mai 2010.

http://www.dwp.gov.uk/newsroom/ministers-speeches/2010/27-05-10.shtml, consulté le 5 octobre 2011

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Evans, M., Davies, J., « Understanding policy transfer : A multi-level multi- disciplinary perspective », Public Administration, 77(2), 361-385, 1999.
DOI : 10.1111/1467-9299.00158

Finn, D., Job Services Australia : Design and implementation lessons for the British context, Londres : DWP, 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Howard, J., « A healthy public service is a vital part of Australia’s democratic system of government », Australian Journal of Public Administration, 57(1), 3-11, 1997.
DOI : 10.1111/1467-8500.00001

Howard, J., Federation address : The Australian way, Brisbane, 28 janvier 1999.

Howard, J., Official launch of Centrelink, Canberra, 24 septembre 1997.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Johnson, C., Tonkiss, F., « The third influence : The Blair government and Australian Labor », Policy and Politics, 30(1), 5-18, 2002.
DOI : 10.1332/0305573022501539

Manne, R., The Howard years, Melbourne : Black, 2004.

Mendes, P., Australia's welfare wars revisited : The players, the politics and the ideologies, Sydney : University of New South Wales Press, 2008.

Parsons, W., Public policy, Cheltenham : Edward Elgar, 1995.

Royaume-Uni. Commission parlementaire Éducation et Emploi, Active labour market policies and their delivery : Lessons from Australia, Londres : HMSO, 1999.

Royaume-Uni. Commission parlementaire Emploi et Affaires Sociales, Work Programme : Providers and contracting arrangements, Londres : HMSO, 2011.

Scott, A., Running on empty : Modernising the British and Australian Labour parties, Annandale : Pluto Press, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Koppe, « David Cameron et les réformes sociales. Les politiques de retour à l’emploi sous influence australienne ? », Observatoire de la société britannique, 12 | 2012, 239-256.

Référence électronique

Sophie Koppe, « David Cameron et les réformes sociales. Les politiques de retour à l’emploi sous influence australienne ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://osb.revues.org/1369 ; DOI : 10.4000/osb.1369

Haut de page

Auteur

Sophie Koppe

Maître de conférences à l'Université du Sud Toulon-Var

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page