Navigation – Plan du site

La vision internationale du gouvernement de coalition : rupture et continuité

Karine Tournier-Sol
p. 293-306

Résumé

La politique étrangère du gouvernement de coalition repose sur la vision du « conservatisme libéral » élaborée par le Premier Ministre alors qu’il était encore leader de l’opposition. Si le conservatisme libéral s’affiche en rupture avec la Doctrine Blair dite de l’interventionnisme libéral, les points communs entre les deux visions ne manquent pas et suggèrent plutôt une forme de continuité. Si rupture il y a, c’est davantage par rapport à la tradition conservatrice qui se veut plus réaliste. L’intervention en Libye en constitue d’ailleurs une parfaite illustration : malgré les efforts de David Cameron pour inscrire cette intervention dans une politique réaliste en mettant l'accent sur l'intérêt national britannique, le choix du Premier Ministre le rapproche plus de l'interventionnisme libéral de Tony Blair.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Tony Blair, « Doctrine of the International Community », discours à Chicago, 24 avril 1999.

1La vision internationale de David Cameron repose sur le concept du conservatisme libéral, élaboré par le Premier Ministre alors qu'il était encore dans l'opposition, en rupture à la fois avec le néoconservatisme de l'administration Bush et avec la Doctrine Blair dite de l'interventionnisme libéral, initialement exposée dans le discours de Chicago de 19991. Alors que le Parti conservateur partage aujourd'hui l'exercice du pouvoir avec les Libéraux Démocrates, la vision du conservatisme libéral reste celle qui gouverne la politique étrangère britannique. D'ailleurs, l'accord de coalition signé en mai 2010 par les deux partis politiques ne fait pas mention de la politique internationale, hormis sur la question de l'Europe, qui ne sera pas abordée ici.

2Tout en situant le conservatisme libéral dans le cadre théorique des relations internationales, il convient de se demander dans quelle mesure il s'inscrit en rupture ou en continuité, non seulement par rapport à la Doctrine Blair, mais aussi par rapport à la tradition conservatrice.

3De la théorie à la pratique, comment se traduit cette vision dans la mise en œuvre de la politique étrangère du gouvernement, plus particulièrement dans le cas de l'intervention en Libye ? Là encore, David Cameron se rapproche-t-il plus de la Doctrine Blair ou de la tradition réaliste conservatrice ?

Le conservatisme libéral

Une volonté de rupture

  • 2  David Cameron, "A new approach to foreign affairs : liberal conservatism", 11 septembre 2006.

4David Cameron expose pour la première fois sa vision internationale dans un discours qu'il prononce à Londres, le 11 septembre 2006, à l'occasion du cinquième anniversaire des attentats de New York2. Le nouveau leader de l'opposition conservatrice, soucieux d'incarner l'alternance et la modernité, cherche manifestement à se démarquer à la fois de l'approche néoconservatrice et de la Doctrine Blair – deux visions internationales bien distinctes mais toutes deux associées à la guerre en Irak dont David Cameron tente de se distancer, tant elle est perçue négativement par l'opinion britannique. Toutefois, tout en portant un regard critique sur le bilan du néoconservatisme, David Cameron prend soin de ne pas rejeter en bloc la politique mise en place en réponse au terrorisme par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis – sans doute en partie pour ménager l'allié américain.

5Il commence par souligner ses points d’accord avec elle, parmi lesquels le rôle central des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme, l’usage de la force en dernier recours et de façon préventive en cas de menace et enfin le principe de l’interventionnisme humanitaire. Mais David Cameron reproche à la vision néoconservatrice d'être trop réductrice: « A view which sees only light and darkness in the world – and which believes that one can be turned to the other as quickly as flicking a switch », et dont il se distancie clairement: « I do not see things that way ».

6Le nouveau leader conservateur se projette dans un monde post-néoconservateur et présente sa propre vision : le conservatisme libéral, dont il explique tour à tour les deux composantes, libérale et conservatrice : « Liberal – because I support the aim of spreading freedom and democracy, and support humanitarian intervention. Conservative – because I recognise the complexities of human nature, and am sceptical of grand schemes to remake the world ». La composante « conservatrice » marque clairement une prise de distance par rapport à la dimension idéaliste qu’il reproche tout autant aux néoconservateurs qu'à la Doctrine Blair. Sa propre vision se veut moins radicale et plus réaliste.

7Un an plus tard, lors d'une intervention à Berlin, le dirigeant conservateur réaffirme clairement sa volonté de rompre avec l’interventionnisme libéral de Tony Blair qu'il entend remplacer par le conservatisme libéral, qui constitue sa réponse au monde de l’après 11 septembre :

  • 3  David Cameron, discours à Berlin, 26 octobre 2007.

We should replace the doctrine of liberal interventionism, famously propounded by former Prime Minister Tony Blair in a speech in Chicago in 1999 with the doctrine of liberal conservatism – conservatism not in its narrow party political meaning, but in the sense of a sceptical attitude towards the ability of states to create utopias. I believe that these two principles – national security first, and liberal conservatism – together represent the right combination of realism and idealism that we need to deal with the serious dangers of the modern world3.

8Le conservatisme libéral veut incarner l'équilibre entre réalisme et idéalisme : la promotion à la fois de l'intérêt national et des droits de l'homme. Telle est la vision internationale que les Conservateurs défendent dans leur manifeste électoral pour les élections législatives de 2010.

Des signes de continuité

  • 4  William Hague, « The Future of British Foreign Policy », 21 juillet 2009.
  • 5  William Hague, « The biggest risk for Britain is five more years of Brown », 10 mars 2010.
  • 6  « I believe we will succeed only if we start to develop a doctrine of the international community (...)

9Si David Cameron, dans son rôle de leader de l'opposition, affiche une forte volonté de rupture avec la Doctrine Blair, il est intéressant de constater que William Hague, alors porte-parole du contre-gouvernement chargé des Affaires étrangères, se veut moins radical et s’inscrit davantage dans la continuité de l’ancien Premier Ministre travailliste. Ainsi déclare-t-il dans un discours de juillet 2009: « In Britain, ‘liberal interventionism’ has generated much debate but to varying degrees all of us have subscribed to it4». Il reconnaît là un certain héritage de la Doctrine Blair, qu'il semble assumer en reprenant par exemple le concept d'intérêt national éclairé (« enlightened national interest5») déjà utilisé par Tony Blair6. On remarquera d'ailleurs que cette notion d'intérêt national éclairé fait aujourd'hui partie intégrante de la rhétorique conservatrice en matière de politique étrangère, que ce soit dans le manifeste électoral de 2010 ou dans les différentes discours du Premier Ministre et de son ministre des Affaires étrangères. L'approche conservatrice libérale partage également avec Tony Blair la vision d'un monde post-11 septembre caractérisé par son interdépendance, son interconnexion – « a networked world ».

  • 7  William Hague, « Britain's Foreign Policy in a Networked World », 1er juillet 2010.

10Il apparaît donc que la volonté de rupture affichée par David Cameron avec la Doctrine Blair masque mal une certaine forme de continuité entre la nouvelle vision conservatrice et celle de Tony Blair. Autres points de convergence : la défense du principe d'intervention humanitaire ainsi que des valeurs de la Grande-Bretagne. D'ailleurs, l'un des leitmotivs de la rhétorique conservatrice en matière de politique étrangère n'est pas dépourvu d'accents Blairistes : « It is not in our character as a nation to have a foreign policy without a conscience7 ».

11Le conservatisme libéral se veut fondamentalement différent de la Doctrine Blair par son accent sur « l'intérêt national » qui incarne sa composante réaliste. Rappelons toutefois que l’intérêt national est aussi largement présent dans la Doctrine Blair selon laquelle l’interdépendance du monde actuel justifie l’interventionnisme, au nom, justement, de l’intérêt national. L’idéalisme de l’interventionnisme libéral de Tony Blair repose sur une analyse de l’état des relations internationales dans laquelle intérêt national et valeurs morales vont de pair :

  • 8  Tony Blair, « Doctrine of the International Community », discours à Chicago, 24 avril 1999.

No longer is our existence as states under threat. Now our actions are guided by a more subtle blend of mutual self interest and moral purpose in defending the values we cherish. In the end values and interests merge. If we can establish and spread the values of liberty, the rule of law, human rights and an open society then that is in our national interest too. The spread of our values makes us safer8.

12Les points communs entre le conservatisme libéral et la Doctrine Blair montrent que la nouvelle vision de David Cameron est plus proche de celle de l'ancien Premier Ministre travailliste qu'il ne veut bien l'admettre. Dès lors, la question qui se pose est de savoir comment elle s'inscrit dans la tradition conservatrice.

Rupture avec la tradition conservatrice ?

  • 9  Matt Beech, « British Conservatism and Foreign Policy : Traditions and Ideas Shaping Cameron's glo (...)
  • 10  Ministre des Affaires étrangères 1979-1982.
  • 11  Ministre des Affaires étrangères 1983-1989.
  • 12  Ministre des Affaires étrangères 1989-1995.
  • 13  Ministre des Affaires étrangères 1995-1997.

13Le conservatisme libéral de David Cameron entreprend de faire la synthèse entre réalisme et libéralisme, deux écoles de pensée concurrentes des relations internationales. La vision internationale conservatrice est traditionnellement plus réaliste : la définition de l'intérêt national y est plus étroite, et le principe d'intervention humanitaire est perçu avec une certaine méfiance – justement parce qu'il ne sert pas toujours l'intérêt national. C'est ce que démontre Matt Beech dans un article9 publié par le British Journal of Politics and International Relations à travers l'interview de quatre anciens ministres des Affaires étrangères – Lord Carrington10, Lord Howe of Aberavon11, Lord Hurd of Westwell12 et Sir Malcolm Rifkind13. Tous s'inscrivent dans une vision réaliste des relations internationales : la politique étrangère se doit avant tout de promouvoir l'intérêt national. Trois d'entre eux sont en outre en désaccord avec l'idée d'un monde post-11 septembre partagée par David Cameron et Tony Blair et selon laquelle les attentats de New York auraient radicalement modifié le contexte international, exigeant par là même une évolution de la politique étrangère britannique.

14La vision internationale de David Cameron constitue donc en partie une forme de rupture avec la tradition conservatrice au sein de laquelle elle introduit une composante libérale qui s'inscrit dans la théorie idéaliste des relations internationales. On peut identifier plusieurs facteurs dans l'explication de cette nouvelle influence libérale : d'abord, la composante libérale de la vision de David Cameron reflète une évolution globale de la position des dirigeants internationaux sur le principe d'intervention humanitaire qui trouve son origine dans la décennie 1990 marquée par plusieurs crises humanitaires. Celle du Kosovo a donné naissance à la Doctrine Blair, dont on a vu les points de convergence avec le conservatisme libéral de David Cameron. On peut donc également parler d'héritage laissé par l'ancien Premier Ministre travailliste – un « effet Blair ».

  • 14  Il s'agit de : Nicholas Boles, Damian Collins, Stephen Crabb, Sir Philip Goodhart, Robert Halfon, (...)

15Enfin, la présence de certains adeptes du néoconservatisme dans l'équipe de David Cameron n'est sans doute pas étrangère à la nouvelle orientation libérale de la vision internationale du dirigeant conservateur. On pense par exemple à George Osborne, actuel ministre des Finances dans le gouvernement de coalition, ou encore à Michael Gove, ministre de l'Education, ainsi qu'à David Willetts et Ed Vaizey, eux aussi membres du gouvernement. Les trois derniers sont d'ailleurs signataires de la déclaration de principe de la Henry Jackson Society, incarnation britannique de l'idéologie néoconservatrice créée en 2005, bien que son caractère transpartisan lui fasse préférer l'étiquette d'internationaliste libéral, moins marquée politiquement. Ajoutons en outre que huit autres députés conservateurs14 sont également signataires de la déclaration de principe de la Henry Jackson Society.

16Il apparaît donc que la synthèse que David Cameron se propose de faire entre les deux principaux courants des relations internationales que sont le réalisme et l'idéalisme s’apparente davantage à une synthèse des différents courants au sein du Parti conservateur. Il s’agit de réconcilier les différentes tendances – réalistes et libérales – qui existent au sein du parti. La position de David Cameron entre deux écoles de pensée des relations internationales reflète donc davantage les tensions internes au Parti conservateur sur cette question. Malgré sa volonté affichée de se distancer de la Doctrine Blair, le conservatisme libéral de David Cameron semble cependant plus proche de l’interventionnisme libéral de l’ancien Premier Ministre que d’une tradition conservatrice plus réaliste.

17De la théorie à la pratique, comment se traduit cette vision internationale dans la politique étrangère du gouvernement de coalition ?

De la théorie à la pratique

Les principaux axes de la politique étrangère du gouvernement de coalition

  • 15  David Cameron, « Crossroads for NATO - How the Atlantic Alliance Should Work in the 21st Century » (...)
  • 16  William Hague, « International Security in a networked world », 17 novembre 2010.

18Dans la continuité de la tradition conservatrice, la relation spéciale avec les Etats-Unis reste au cœur de la politique étrangère du gouvernement. Ainsi David Cameron déclarait-il en 2008: « Atlanticism is in my DNA and in the DNA of the Conservative party15 ». L'héritage conservateur dans ce domaine est constamment mis en avant – en particulier celui des années Thatcher. Dans un discours sur le sol américain en novembre 2010, le ministre des Affaires étrangères soulignait la place centrale de la relation transatlantique dans la politique internationale du gouvernement de coalition : « Our indispensable relationship with America is at the heart of our view of Britain's place in the world »16.

  • 17  « Strong bilateral relations with diverse countries are critically important to Britain, as the wo (...)

19Outre la relation avec les Etats-Unis, le gouvernement de coalition a entrepris de mettre l'accent sur les relations bilatérales en général, regrettant que celles-ci aient été négligées par les précédents gouvernements travaillistes. La vision des Conservateurs de David Cameron est celle d'un monde de réseaux, interconnecté, au sein duquel il faut tisser des liens bilatéraux de toutes parts17, au delà d'une conception multipolaire. La Grande-Bretagne ne doit pas se limiter à jouer le rôle de pont entre les Etats-Unis et l'Europe, ou à défaut de devoir choisir entre les deux. Si les relations multilatérales restent essentielles, elles se nourrissent avant tout des relations bilatérales entre les différents pays. Cette nouvelle orientation politique s'est par exemple illustrée en novembre 2010 par la signature d'un accord franco-britannique de coopération en matière de défense et de sécurité.

  • 18  David Cameron, discours au Lord Mayor's Banquet, 15 novembre 2010.  

20Afin de mettre en place ce réseau de relations bilatérales, David Cameron et William Hague ont entrepris un nombre important de visites à l'étranger – le but étant aussi de promouvoir les intérêts économiques britanniques. Car là est un autre aspect essentiel de la nouvelle politique étrangère du gouvernement de coalition : une approche résolument plus commerciale. Lors d'un discours de novembre 2010, David Cameron déclarait ainsi vouloir placer les intérêts économiques au cœur de la politique étrangère, ajoutant : « It's about selling Britain to the world »18.

  • 19  BBC News, "David Cameron focuses on foreign trade policy", 22 juillet 2010.
  • 20  David Blackburn, "Cameron’s foreign policy is music to the ears of a resurgent FCO", The Spectator (...)

21Pour ce faire, les diplomates recevront une formation en commerce et en économie, afin de pouvoir identifier les éventuelles opportunités commerciales et travailler à leur réalisation. Il s'agit aussi de redéfinir la mission du ministère des Affaires étrangères qui doit se mettre au service de l'intérêt économique britannique : « I want to refashion British foreign policy, the Foreign Office, to make us much more focused on the commercial aspects ... making sure we are demonstrating Britain is open for business »19. Signe manifeste de ce changement de cap : la direction des services administratifs du ministère est confiée à Simon Fraser, un haut fonctionnaire spécialisé en économie. De leur côté, David Cameron et William Hague parcourent la planète, accompagnés de plusieurs chefs d'entreprises, dans le but de faire signer des contrats et relancer l'économie britannique en cette période de crise. Cette nouvelle mission commerciale du ministère a d'ailleurs conduit le FCO à être rebaptisé ça et là dans les médias « Foreign and Commerce Office »20.

22Tels sont les principaux axes de la nouvelle politique étrangère du gouvernement dans ses premiers mois au pouvoir. Il faudra attendre la crise en Libye pour pouvoir observer le conservatisme libéral de David Cameron en action.

L'intervention en Libye

  • 21  Le Monde, texte intégral de la résolution, 18 mars 2011.

23Le 21 février 2011, le Premier Ministre britannique alors en visite au Koweït condamne les violences du régime de Mouammar Kadhafi. Il s'allie avec la France, puis avec les Etats-Unis, pour convaincre l'ONU d'introduire une résolution visant à instaurer une zone d'interdiction aérienne au dessus de la Libye, afin d'empêcher le régime de colonel Kadhafi d'utiliser son aviation contre les insurgés. Le 17 mars, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adopte la résolution 1973 autorisant une zone d'interdiction aérienne ainsi que « toutes les mesures nécessaires pour protéger les populations (…) tout en excluant le déploiement d’une force d’occupation étrangère sous quelque forme que ce soit21 ». L'intervention militaire débute le 19 mars avec les opérations aériennes conjointes de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis – auxquels s'associent également d'autres pays.

  • 22  House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 701.

24Le 21 mars a lieu à la Chambre des Communes le débat sur l'intervention britannique. Le Premier Ministre souligne que le rôle du Royaume-Uni se limite à « appliquer la résolution de l'ONU »22 et qu'il n'est pas question d'occupation ou d'invasion. Il justifie l'intervention militaire en la qualifiant de « nécessaire, légale, et juste » :

  • 23 Ibid., col. 704.

This action was necessary because, with others, we should be trying to prevent this dictator from using military violence against his own people; it was legal because (…) it had the backing of the UN Security Council; and it was right, I believe, because we should not stand aside while he murders his own people23.

25Ces trois arguments seront régulièrement repris par la suite dans ses interventions ainsi que dans celles de William Hague.

26Le Premier Ministre axe son discours sur la nécessité de protéger les populations civiles. En cela, il se fait l'écho de la résolution de l'ONU – résolution qui met elle-même en œuvre le concept de « la responsabilité de protéger », adoptée par l'assemblée générale des Nations unies lors du sommet mondial de 2005. Celle-ci prévoit l'intervention de la Communauté internationale dans le cas où un Etat se révèlerait incapable ou non désireux de protéger son peuple. La responsabilité de protéger tente de résoudre la tension entre souveraineté nationale et défense des droits de l'homme – entre réalisme et idéalisme.

27Si l'intervention en Libye s'inscrit indéniablement dans une vision libérale des relations internationales, David Cameron prend soin d'y associer une approche plus réaliste en invoquant l'intérêt national britannique :

  • 24  House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 708. C'est l'auteur qui accentue.

Obviously, there are those, including some in the House, who question whether Britain really needs to get involved. Some have argued that we should leave it to others because there is not sufficient British national interest at stake. I believe that argument is misplaced. If Gaddafi’s attacks on his own people succeed, Libya will become once again a pariah state, festering on Europe’s border, and a source of instability exporting terror beyond its borders. It will be a state from which literally hundreds of thousands of citizens could try to escape, putting huge pressure on us in Europe. We should also remember that Gaddafi is a dictator who has a track record of violence and support for terrorism against our country. The people of Lockerbie, for instance, know what that man is capable of. I am therefore clear that taking action in Libya with our partners is in our national interest24.

  • 25  « That is about protecting civilians and protecting life, and giving the Libyan people a chance to (...)
  • 26  House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 714.

28Dans le but de se distancer de l'interventionnisme libéral de Tony Blair, le Premier Ministre insiste également sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un nouvel Irak et que les circonstances sont bien différentes25. David Cameron tente de maintenir l'équilibre entre réalisme et idéalisme conformément à sa vision du conservatisme libéral : « We should be proud that we are not only acting in British interests but being true to our values as a nation »26.

29Malgré la volonté de David Cameron d'inscrire l'intervention en Libye dans une politique réaliste en mettant l'accent sur l'intérêt national britannique, le choix du Premier Ministre le rapproche plus de l'interventionnisme libéral que de la tradition réaliste conservatrice telle qu'incarnée par exemple par Douglas Hurd ou Malcolm Rifkind dans les années 1990. L'intervention en Libye contraste notamment avec le refus du gouvernement Major d'intervenir dans le conflit en Bosnie parce qu'il ne répondait pas au critère réaliste de l'intérêt national britannique. Le soutien massif des députés conservateurs à l'action en Libye tend d'ailleurs à montrer une nette évolution de la vision internationale conservatrice, en adéquation avec un consensus international grandissant en faveur du principe d'intervention humanitaire incarné par le concept de la « responsabilité de protéger ». La Chambre des Communes soutient le Premier Ministre dans sa décision par 557 voix contre 13, démontrant ainsi l'unité des trois principaux partis politiques sur cette question.

  • 27  Tony Blair, « We can't just be spectators in this revolution », The Times, 19 mars 2010.
  • 28  Peter John Cannon, « The Welcome return of Interventionism », Henry Jackson Society, 31 mars 2011.
  • 29   Matthew d'Ancona, « Libya won’t make David Cameron’s reputation, but it’s certainly a start », Th (...)

30L'intervention en Libye remet la question de l'interventionnisme libéral au centre du débat politique britannique. Alors que David Cameron s'efforce de marquer sa différence, Tony Blair intervient dans la presse pour se féliciter de la décision prise par le Premier Ministre conservateur27. De la même manière, la Henry Jackson Society se réjouit du retour de l'interventionnisme libéral28. Après l'échec irakien, la politique d'intervention menée par David Cameron apparaît comme la preuve que l'interventionnisme peut être positif. Le dirigeant conservateur, peut-être malgré lui, réhabilite le concept d'interventionnisme libéral que l'Irak avait terni. Le Daily Telegraph écrit: « Cameron may have salvaged the principle of liberal interventionism from the geopolitical dustbin, succeeding where all the neo-cons and Blairites have failed before him »29.

  • 30  The Guardian, 1er mars 2010.

31Malgré tous ses efforts, il semble difficile pour David Cameron de réussir à marquer sa différence avec l'interventionnisme libéral de Tony Blair. Soucieux d'instiller du réalisme dans sa vision internationale libérale, le dirigeant conservateur critique régulièrement l'idéalisme à la fois de la Doctrine Blair et du néoconservatisme, tous deux associés à la guerre en Irak, comme par exemple lorsqu'il déclare en février 2011 : « I am not a naive neocon who thinks you can drop democracy out of an aeroplane at 40,000ft »30. Il reste qu'on peut se demander dans quelle mesure sa décision d'intervenir en Libye a pu être influencée par la présence de néoconservateurs convaincus dans son Cabinet, tel que Michael Gove, très favorable à une intervention, et apparemment très actif en ce sens au sein du Cabinet.

Conclusion

32Force est donc de constater que la vision internationale de David Cameron, en théorie comme dans la pratique de l'intervention en Libye, semble plus proche de celle de Tony Blair que de la tradition conservatrice. Tous deux partagent une vision libérale des relations internationales, à laquelle le dirigeant conservateur veut injecter un certain réalisme par son accent sur la notion d'intérêt national.

33Même si dans le domaine de la politique étrangère l'influence des Libéraux Démocrates peine à se faire sentir au sein du gouvernement de coalition, on peut penser que l'évolution de la pensée conservatrice vers le libéralisme en matière de relations internationales ne peut que rapprocher le Parti conservateur de son allié libéral démocrate, très préoccupé des droits de l'homme.

34Entre réalisme et idéalisme, David Cameron semble avoir opté pour une « troisième voie » en politique étrangère – bel exemple de triangulation politique, stratégie récurrente du dirigeant conservateur dans son entreprise de modernisation du parti, et elle aussi empruntée à Tony Blair.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre-Collier, Agnès, Les habits neufs de David Cameron : les conservateurs britanniques (1990-2010), Paris : Presses de Sciences-Po, collection "Nouveaux Débats", 2010.

Beech, Matt, « British Conservatism and Foreign Policy: Traditions and Ideas Shaping Cameron's global view », British Journal of Politics and International Relations, 2011, vol. 13, n° 3, pp. 348-363.

Blair, Tony, "Doctrine of the International Community", discours à Chicago, 24 avril 1999.

Blair, Tony, « The power of the World Community », in Mark Leonard, Re-ordering the World: the long-term implications of September 11th, 2002.

Blair, Tony, « We can't just be spectators in this revolution », The Times, 19 mars 2010.

Cameron, David, "A new approach to foreign affairs: liberal conservatism", 11 septembre 2006.

Cameron, David, discours à Berlin, 26 octobre 2007.

Cameron, David, « Crossroads for NATO - How the Atlantic Alliance Should Work in the 21st Century », discours à Chatham House, 1er avril 2008.

Cameron, David, discours au Lord Mayor's Banquet, 15 novembre 2010.

Cannon, Peter John, « The Welcome return of Interventionism », Henry Jackson Society, 31 mars 2011.

D'Ancona, Matthew, « Libya won’t make David Cameron’s reputation, but it’s certainly a start », The Daily Telegraph, 27 août 2011.

Dodds, Klaus, et Elden, Stuart, "Thinking Ahead: David Cameron, the Henry Jackson Society and British Neoconservatism", British Journal of Politics and International Relations, 2008, vol. 10, N° 3, pp. 347-363.

Hague, William, "The Future of British Foreign Policy", 21 juillet 2009.

Hague, William, "The biggest risk for Britain is five more years of Brown", 10 mars 2010.

Hague, William, « Britain's Foreign Policy in a Networked World », 1er juillet 2010.

Hague, William, « International Security in a networked world », 17 novembre 2010.

Hague, William, « The best diplomatic service in the world: strengthening the FCO as an Institution », 8 septembre 2011.

Tournier-Sol, Karine (dir.), Le Royaume-Uni dans le monde depuis 2001, Revue Babel, n° 21, 2010.

Haut de page

Notes

1  Tony Blair, « Doctrine of the International Community », discours à Chicago, 24 avril 1999.

2  David Cameron, "A new approach to foreign affairs : liberal conservatism", 11 septembre 2006.

3  David Cameron, discours à Berlin, 26 octobre 2007.

4  William Hague, « The Future of British Foreign Policy », 21 juillet 2009.

5  William Hague, « The biggest risk for Britain is five more years of Brown », 10 mars 2010.

6  « I believe we will succeed only if we start to develop a doctrine of the international community based on the principle of enlightened self-interest – on the recognition that self-interest and our mutual interests are today inextricably woven together ». Tony Blair, « The power of the World Community », in Mark Leonard, Re-ordering the World : the long-term implications of September 11th, 2002, p. 120.

7  William Hague, « Britain's Foreign Policy in a Networked World », 1er juillet 2010.

8  Tony Blair, « Doctrine of the International Community », discours à Chicago, 24 avril 1999.

9  Matt Beech, « British Conservatism and Foreign Policy : Traditions and Ideas Shaping Cameron's global view », British Journal of Politics and International Relations, 2011, Vol. 13, n° 3, pp. 348-363.

10  Ministre des Affaires étrangères 1979-1982.

11  Ministre des Affaires étrangères 1983-1989.

12  Ministre des Affaires étrangères 1989-1995.

13  Ministre des Affaires étrangères 1995-1997.

14  Il s'agit de : Nicholas Boles, Damian Collins, Stephen Crabb, Sir Philip Goodhart, Robert Halfon, Stephen Hammond, Greg Hands et David Ruffley. C'est aussi le cas de Michael Ancram, ancien député conservateur aujourd'hui membre de la Chambre des lords.

15  David Cameron, « Crossroads for NATO - How the Atlantic Alliance Should Work in the 21st Century », discours à Chatham House, 1er avril 2008.

16  William Hague, « International Security in a networked world », 17 novembre 2010.

17  « Strong bilateral relations with diverse countries are critically important to Britain, as the world is not concentrating into national blocs but developing into a lattice of overlapping alliances and connections among countries we need to understand and be able to influence ». William Hague, « The best diplomatic service in the world : strengthening the FCO as an Institution », 8 septembre 2011.

18  David Cameron, discours au Lord Mayor's Banquet, 15 novembre 2010.  

19  BBC News, "David Cameron focuses on foreign trade policy", 22 juillet 2010.

20  David Blackburn, "Cameron’s foreign policy is music to the ears of a resurgent FCO", The Spectator Blog, 26 juillet 2010.

21  Le Monde, texte intégral de la résolution, 18 mars 2011.

22  House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 701.

23 Ibid., col. 704.

24  House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 708. C'est l'auteur qui accentue.

25  « That is about protecting civilians and protecting life, and giving the Libyan people a chance to determine their own future. This is different from Iraq. This is not going into a country and knocking over its Government, and then owning and being responsible for everything that happens subsequently. This is about protecting people and giving the Libyan people a chance to shape their own destiny ». House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 710.

26  House of Commons, Hansard, 21 mars 2011, col. 714.

27  Tony Blair, « We can't just be spectators in this revolution », The Times, 19 mars 2010.

28  Peter John Cannon, « The Welcome return of Interventionism », Henry Jackson Society, 31 mars 2011.

29   Matthew d'Ancona, « Libya won’t make David Cameron’s reputation, but it’s certainly a start », The Daily Telegraph, 27 août 2011.

30  The Guardian, 1er mars 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Tournier-Sol, « La vision internationale du gouvernement de coalition : rupture et continuité », Observatoire de la société britannique, 12 | 2012, 293-306.

Référence électronique

Karine Tournier-Sol, « La vision internationale du gouvernement de coalition : rupture et continuité », Observatoire de la société britannique [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 02 août 2014. URL : http://osb.revues.org/1387 ; DOI : 10.4000/osb.1387

Haut de page

Auteur

Karine Tournier-Sol

Maître de conférences à l'Université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page