Navigation – Plan du site

Avant-propos

Vincent Latour
p. 19-21

Texte intégral

1Cette publication est le fruit du séminaire d’équipe « Les signes religieux dans l’espace public en Europe » qui s’est tenu au sein de l’UMR Europe, Européanité, Européanisation au cours des années universitaires 2009-2010 et 2010-2011 (Maison des Sciences de l’Homme, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III). Elle en regroupe les contributions les plus significatives. Le but du séminaire était de dresser un état de lieux à l’échelle européenne (voire, ponctuellement, au-delà, comme en atteste la perspective transatlantique signée Denis Lacorne, du CERI) sur la question des signes religieux dans l’espace public. À cet effet, des experts des divers pays concernés et / ou de la question du fait religieux dans l’espace public furent donc sollicités. L’approche du séminaire était résolument pluridisciplinaire : à côté d’un noyau dur de civilisationnistes (anglicistes pour l’essentiel, mais aussi hispanistes, ou encore, spécialistes de French studies) sont en effet intervenus des sociologues (Dominique Schnapper, EHESS), des politistes spécialistes des religions (Denis Lacorne, Science Po-CERI) ou des constitutionnalistes (Wanda Mastor, Université Toulouse 1 – Capitole, membre de la Commission Jospin en 2012). Les organisateurs ont également souhaité permettre à des « praticiens » ou à des membres de la société civile dont le témoignage semblait pertinent de participer aux travaux de l’équipe, comme en attestent les articles de Christoph Müller-Hofstede, haut fonctionnaire fédéral allemand, responsable d’un programme d’intégration à Berlin et Stuttgart auprès de jeunes gens issus de l’immigration ou de la féministe Annie Sugier, Présidente de la Ligue du Droit International des Femmes, qui rend compte des actions militantes menées par son association en la matière.

2Dans le séminaire (comme dans le présent volume, par conséquent) les « signes religieux » s’entendaient au sens large et ne se limitaient pas à la seule dimension vestimentaire, même si plusieurs des premières contributions portèrent sur cette question (notamment l’intervention inaugurale de Dominique Schnapper, sur la burqa). Les dimensions architecturales (lieux de culte ou d’inhumation) ou même immatérielles (place des prières ou de la liturgie dans l’espace public, en Irlande ou aux États-Unis, notamment) furent abordées dans le cadre des diverses interventions. Il s’agissait de dépasser le débat franco-français illustrant tantôt l’érosion, tantôt la résistance (voire, l’instrumentalisation) de l’universalisme républicain (ex. avis du Conseil d'État du 27 novembre 1989 sur le principe de laïcité ; loi de 2004 sur les signes religieux dans les écoles publiques ; loi de 2010 sur l’interdiction du voile intégral) et de montrer qu’en dépit de modèles nationaux divergents quant à l’affirmation des identités religieuses dans l’espace public ou à l’intégration des populations issues de l’immigration, décisions de justice, débats et controverses avaient eu tendance à se multiplier à travers l’Europe sur la question de l’existence des signes religieux dans l’espace public, y compris au Royaume-Uni. En effet, bien que le port de signes religieux n’y fasse pas l’objet d’une interdiction formelle dans les écoles d’État, depuis une circulaire ministérielle sur les uniformes scolaires (mars 2007), les établissements ont la possibilité d’interdire le port du voile intégral dans leur enceinte. Cette décision est d’ailleurs intervenue six mois après une polémique suscitée par le ministre Jack Straw, qui avait fait part du malaise qu’il ressentait lorsqu’il recevait certaines de ses administrées portant niqab ou burqa dans sa circonscription de Blackburn.

3La dimension européenne du séminaire a permis à plusieurs auteurs du présent numéro de se pencher sur la dimension supranationale de la question, qui présente, elle aussi, un grand intérêt. En effet, bien que soucieuse de lutter contre les discriminations, l’Europe reconnaît les spécificités nationales, comme le montrent plusieurs décisions de la Cour de justice européenne déboutant des plaignantes et confortant les pays européens ayant mis en place des interdictions de port de signes d’appartenance religieuse (la Turquie en 2005, la France en 2008).

4Ce numéro de l’Observatoire de la Société Britannique revendique donc sa dimension comparative, qui se manifeste par trois biais distincts mais complémentaires : des articles résolument comparatistes, dont l’analyse découle de comparaisons entre deux pays (Nadia Kiwan ; Nada Afiouni ; Janine Ziegler ; Olivier Esteves-Philippe Vervaecke), des articles panoramiques, rendant compte, de manière synthétique, de la diversité des approches à l’échelle européenne (Wanda Mastor), cette diversité étant illustrée par les autres contributions, centrées sur un pays mais dont la valeur contrastive permettra au lecteur d’identifier les diversités et convergences soulignées par Dominique Schnapper dans sa préface. La France, quant à elle, n’est pas en reste, puisqu’il en est explicitement question dans les articles comparatistes cités plus haut. Elle est également décrite, en creux, dans la plupart des contributions, au-dessus desquelles plane l’ombre imposante d’un modèle républicain français, tantôt loué, tantôt honni, ce numéro se caractérisant également par sa volonté de proposer au lecteur tout un éventail d’opinions, parfois antagonistes, en la matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Latour, « Avant-propos », Observatoire de la société britannique, 13 | 2012, 19-21.

Référence électronique

Vincent Latour, « Avant-propos », Observatoire de la société britannique [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://osb.revues.org/1406

Haut de page

Auteur

Vincent Latour

Maître de Conférences à l'Université de Toulouse I Capitole, Institut Maurice Hauriou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org