Navigation – Plan du site

Les carrés musulmans à Southampton et au Havre : témoignages des politiques française et britannique de la gestion de la pluralité

Nada Afiouni
p. 83-100

Résumé

L'inhumation constitue une étape charnière qui vient s'inscrire à l'intersection des sphères privée et publique, lieu de toutes les tensions identitaires, culturelles et cultuelles. La revendication de nouveaux lieux de l’islam, portée par les jeunes générations, pose la question de la reconnaissance institutionnelle des différences cultuelles et interroge les discours officiels de part et d’autre de la Manche : le discours laïco-universaliste sur l’intégration en France et celui du multiculturalisme en Grande-Bretagne. C’est ce que cet article se propose d’aborder, à travers une étude des conditions de la mise à disposition de carrés confessionnels musulmans à Southampton et au Havre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Outre les questions philosophiques, symboliques et spirituelles qu’elle soulève, la mort de l'immigré, en particulier lorsqu’il ou elle est naturalisé (e), soulève une série de questions complexes mettant à l’épreuve à la fois le cadre législatif et les pratiques funéraires du pays d'accueil d’une part, et, d’autre part, les codes culturels de l'individu décédé, ceux de sa famille et, par extension, ceux de sa communauté. Ainsi, les cimetières sont des lieux investis de capitaux symboliques, sacrés et mémoriels. Pour les populations immigrées, ils contribuent à recréer un espace symbolique d’appartenance à un groupe et à un endroit donnés. Ils sont le lieu de négociation ultime avec les lois du pays d’accueil et ces spécificités culturelles.

  • 1  Jocelyne Cesari, « L’islam à domicile », Communications, vol. 65, n° 1, 1997, p. 78
  • 2  Sarah Burkhalter, « La question du cimetière islamique en Suisse : quels enjeux pour la communauté (...)

2L'inhumation dans un cimetière constitue une étape charnière qui vient s'inscrire à l'intersection de la sphère privée et de la sphère publique. Cette intersection est le lieu de toutes les tensions identitaires, culturelles et cultuelles. Ces tensions se font d’autant plus ressentir, dès lors que l’immigré, désormais citoyen, l’inscrit dans le registre de la citoyenneté et de l’égalité des droits. La revendication de nouveaux lieux de l’islam portée par les jeunes générations1 pose la question de la reconnaissance institutionnelle des différences cultuelles et vient interpeler directement les discours officiels mis en place afin de gérer la pluralité, notamment celui du discours républicain laïque sur l’intégration et celui du multiculturalisme en Grande-Bretagne avec la notion d’égalité de traitement des citoyens comme pivot central des revendications. La mort singularisée de l’immigré-citoyen se retrouve dans la sphère publique. Ce passage du statut de migrant à celui de citoyen, nécessite des adaptations dans le cadre législatif régissant les inhumations dans les deux pays. Cet article analyse ces changements (quand ils ont lieu) et souligne l’importance qu’ils revêtent dans la narration discursive que se fait la société d’elle-même ; en effet « le rituel funéraire dépasse la seule signification religieuse pour toucher à l’identité collective de la communauté2 ». Ils s’opèrent nécessairement en résonnance avec le cadre plus large de la philosophie politique de chaque pays. Même mort, l’autre continue de revendiquer sa place sur le territoire national.

Choisir sa dernière demeure

  • 3  Danièle Hervieu-Léger,  «  Le miroir de l'islam en France », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, v (...)

3La question du lieu d’enterrement s’est posée dans les vingt dernières années aux enfants issus de l’immigration nés en France, et qui n’ont pas, contrairement à la génération d’avant, la croyance en un quelconque mythe du retour : « la perspective d’un retour au pays d’origine – à laquelle l’islam appelle en principe tous les croyants vivants en terres infidèles – n’a pas seulement perdu toute plausibilité concrète : elle ne constitue même plus un rêve mobilisateur »3.

  • 4  Humayun Ansari,« Burying the dead': making Muslim space in Britain », Historical Research, vol. 80 (...)
  • 5  L’étude de l’INED montre que parmi les migrants le taux de rapatriement du corps est élevé. Mais c (...)
  • 6  Lila Bencharif, « L'émergence d'un islam public à Saint-Etienne : la question des lieux de culte » (...)
  • 7  Tariq Modood, Multiculturalism a Civic Idea, Cambridge : Polity Press, 2007. Tariq Modood, « Musli (...)
  • 8  Jocelyne Cesari, « L’islam à domicile », Communications, vol. 65, n° 1, 1997, p. 88.

4Jusqu'à la fin des années 1980, le rapatriement de la dépouille mortelle des musulmans vers le pays d’origine constituait la norme ; en France et en Grande-Bretagne, les taux de rapatriement des corps étaient quasi identiques4, entre 70 % et 80 % selon les sources5. C’est dans la condition de l’installation définitive en France et en Grande-Bretagne que les musulmans (qu’ils soient croyants, pratiquants ou pas) revendiquent au nom d’une fidélité à une filiation, une reconnaissance de l’islam dans la sphère publique via la demande de carrés musulmans. Ces nouvelles générations se trouvent, sans l’avoir réellement choisi, le porte-voix de l’attachement parental à un rituel cultuel mortuaire auquel ils sont souvent étrangers. Ainsi, on peut interpréter cette demande de carrés musulmans comme un aboutissement logique des politiques d’intégration à la française, comme une adoption définitive, de la part des jeunes générations, de la France non seulement en tant que terre d’accueil, mais aussi en tant que dernière demeure pour leurs parents : « ainsi le lieu d’enterrement peut-il être interprété soit comme une forme d’enracinement dans un espace donné, soit comme la traduction d’une logique d’assignation6 ». C’est au nom d’une citoyenneté multiculturelle et au nom de la reconnaissance de la citoyenneté des British Muslims7 que les mêmes revendications sont formulées en Grande-Bretagne où le multiculturalisme a longtemps essayé, et essaie encore, d’exprimer les différences culturelles. En France, où « ladifférence est un impensé politique»8, l’universalisme abstrait de la République Française peine à faire face à des demandes spécifiques concrètes, émanant notamment de la communauté musulmane qui, paradoxalement, est désignée régulièrement dans la presse et dans les discours politiques comme différente : c’est l’autre par excellence, mais cet autre est là pour rester éternellement.

Des législations nationales très distinctes

  • 9  Machelon J.-P., Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation franç (...)

5 Composantes fondamentales de la liberté religieuse, les formes de sépulture et les rites funéraires sont protégés par l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales9.

  • 10  La loi du 14novembre 1881 a posé l’interdiction d’établir une séparation dans les cimetières commu (...)
  • 11  La ville de Strasbourg à signé en octobre 2009 avec le Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM), (...)
  • 12  Pascal Moreaux, « Quelques aspects de l’histoire funéraire dans la civilisation judéo-chrétienne e (...)
  • 13  Article L. 2213-9 du code général des collectivités territoriales.
  • 14  Sueur J.-P., Lecerf J.-R., Rapport d’information fait au nom de la commission des Lois constitutio (...)

6En France, les lois du 14 novembre 188110 et celle du 5 avril 1884 établissent la neutralité des cimetières. Ces derniers sont, à partir de la fin du XIXe siècle, la propriété de la commune et donc gérés par l’État. Il est important de rappeler que ces deux lois ne s’appliquent pas à l’Alsace et la Lorraine11. Trois ans plus tard, la loi du 15 novembre 1887 va autoriser le choix des funérailles, religieuses ou civiles, ainsi que le choix du mode de sépulture permettant ainsi la crémation12. La loi du 9 décembre 1905 prohibe toutes distinctions ou prescription particulière en raison des croyances ou culte du défunt13. La loi du 8 janvier 1993 quand à elle, libéralise le monopole du marché des pompes funèbres. Cette dernière loi a considérablement changé le paysage funéraire, tout en conservant le monopole communal en matière de création et d'extension des cimetières, mis en place en 1804 : « Le cimetière communal revêt un triple caractère : obligatoire, public et laïc. »14.

  • 15  Stasi B., Commision de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République : rap (...)
  • 16  Rapport B. Stasi p. 65
  • 17  Dans le rapport de son groupe de travail « lieuxde culte musulmans et lieux de sépulture ». (juin (...)

7Il n’y a donc en France qu’un lieu d’inhumation pour tous et les demandes de carrés confessionnels se heurtent à la notion de laïcité et de neutralité de l’État. Le rapport Stasi, remis au Président de la République en 2003, rappelle : « […] d’une part, neutralité et égalité vont de pair ». Consacrée dans l’article 2 de la Constitution, la laïcité impose ainsi à la République d’assurer « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Les usagers doivent être traités de la même façon quelles que puissent être leurs croyances religieuses15. » Bien que le même rapport rappelle plus loin que « La laïcité ne peut servir d'alibi aux autorités municipales pour refuser que des tombes soient orientées dans les cimetières»16, cette recommandation est loin d’être respectée. En effet, la mise en place des carrés musulmans est laissée à l’entière discrétion des municipalités, qui, par-delà les clivages gauche-droite, oscillent entre une hostilité sourde (pour ne pas dire une franche résistance), et une volonté de coopération. D’ailleurs, les maires de France17 qui sont les plus concernés par les demandes de carrés musulmans, regrettent de ne pas bénéficier du « contextelégislatif et réglementaire » qui leur permettrait de disposer des « garanties juridiques suffisantes ».

  • 18  Circulaire du Ministère de l’Intérieur n° 75-603 du 28 novembre 1975.
  • 19  Circulaire du Ministère de l’intérieur n° 91-30 du 1 février 1991.

8Il est vrai que la législation en matière de carrés confessionnels est assez réduite et se limite à trois circulaires du Ministre de l’Intérieur : celles du 28 novembre 1975, du 14 février 1991 et, la dernière en date, du 19 février 2008. La circulaire de 1975 préconise« la création de carrés confessionnels »18, celle de 1991 « recommande d’accéder aux demandes particulières des familles de confession musulmane en ce qui concerne les prescriptions religieuses ou coutumières relatives aux funérailles et à l’inhumation de leurs défunts sous réserve du respect de la réglementation en matière sanitaire et d’hygiène »19. Ni le principe de laïcité, ni des préoccupations relatives à « l’intégration » n’y sont mis en avant. Cela fut fait en 2008. Cette dernière circulaire souligne le lien entre le carré confessionnel musulman et l’intégration :

Si le principe de laïcité des lieux publics, en particulier des cimetières, doit être clairement affirmé, il paraît souhaitable, par souci d’intégration des familles issues de l’immigration, de favoriser l’inhumation de leurs proches sur le territoire français.

  • 20 « L’inhumation directement en pleine terre et sans cercueil ne peut être acceptée ».
  • 21  Circulaire du 19 février 2008, Mme Alliot-Marie, la ministre de l'intérieur et de l'outre-mer et d (...)

9 La Ministre demande aux maires d’aménager, en fonction des demandes, « des espaces regroupant les défunts de même confession » et cela pour « répondre favorablement aux familles souhaitant que leurs défunts reposent auprès de coreligionnaires ». Elle poursuit en rappelant l’interdiction de l’inhumation directe et en pleine terre20 ainsi que l’interdiction d’ouverture de cimetière privé. Elle autorise le regroupement des ossuaires après exhumation. La circulaire rappelle, par ailleurs, que « les maires sont légitimes à refuser une demande si l'attache avec la commune n'est pas prouvée, en particulier dans le cadre d'une demande formulée pour une inhumation dans un espace confessionnel »21.

  • 22  Jean-Pierre Machelon, Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation (...)

10La circulaire de 2008 reprend certaines des recommandations du rapport de La Commission de Réflexion Juridique sur les Relations des Cultes avec les Pouvoirs Publics remis au Président de la République en 2006. La commission y rappelle le cadre français républicain et laïque et insiste sur la reconnaissance des droits individuels par opposition aux droits collectifs. Dans un chapitre consacré aux cimetières, elle préconise « le regroupement de fait de sépultures, comme somme de décisions individuelles » et rappelle que « la séparation physique du carré avec le reste du cimetière ne paraît pas davantage pouvoir être envisagée, dans la mesure où elle entérinerait l’existence d’un espace réservé d’inspiration communautariste » . De la même manière, la création d’un accès spécifique ne paraît pas acceptable. Les demandes de la communauté musulmane sont vues comme « une privatisation d’un espace public » qui est le cimetière et cela ne « paraît pas acceptable »22. C’est pour cela que le rapport plaide pour la création de cimetières privés confessionnels, proposition clairement écartée par la circulaire de 2008.

11La ville de Strasbourg échappe au cadre républicain laïque car le concordat permet aux communes d’Alsace-Moselle de créer des cimetières publics confessionnels. La mairie a pris la décision en 2009 de créer le premier cimetière public musulman de France. Cette création s’inscrit dans la politique d’intégration de la ville. Le maire Roland Ries a déclaré :

  • 23  Dernières Nouvelles d’Alsace, jeudi 21 octobre 2010.

 Il y avait une contradiction flagrante entre le fait de demander à nos concitoyens musulmans une intégration à la France et à la République et celui de leur refuser d’accomplir ici, chez nous – chez eux ! – cette troisième et dernière étape de l’existence terrestre23.

  • 24  Sueur J.-P., Lecerf J.-R., Rapport d’information fait au nom de la commission des Lois constitutio (...)

12L’aménagement du cimetière a été mis en place lors de réunions entre les adjoints compétents et les représentants de la communauté musulmane. Les tombes seraient toutes orientées vers la Mecque et les concessions plus longues. Le cimetière sera doté d’un local pour les ablutions et d’un lieu de rassemblement. Le terrain du cimetière sera entièrement clôturé d’un mur de 1m20 qui sera complété par un grillage de deux mètres et n’aura qu’une seule entrée afin de faciliter la surveillance vidéo de peur des profanations. Ces fortifications témoignent de la sensibilité d’un tel lieu et de son caractère exceptionnel. Cette particularité dans le paysage républicain ne peut constituer une solution : pour des raisons démographiques évidentes, la question des carrés confessionnels musulmans dans les cimetières devient pressente. Selon le président du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de la région Rhône-Alpes, il faudrait 600 carrés confessionnels musulmans contre 70 actuellement. Ce très faible nombre expliquerait, selon lui, le pourcentage élevé de 80 % d’inhumations des défunts musulmans dans leur pays d'origine. Ces chiffres sont corroborés par le rapport de la mission d’information sur le Bilan et les Perspectives de la Législation Funéraire « Sérénité des vivants et respect des défunts »24, qui relèvent que l’absence de carrés confessionnels constituerait la cause majeure de l’expatriation d’environ 80 % des corps des musulmans décédés en France, bien qu’un nombre croissant d’entre eux soient de nationalité française.

13En Grande-Bretagne, c’est à peu près à la même époque, au milieu du XIXe siècle, en 1850, que les cimetières vont passer de l’autorité de l’église anglicane25 aux mains des autorités publiques. Les Burial Booards vont désormais financer, gérer et créer de nouveaux cimetières municipaux. Plusieurs types de cimetières coexistent : il y a les cimetières municipaux régis par les Local Authorities Cemeteries Order26. Ils coexistent auprès des Church of England Churchyards régis par l’église anglicane et les Burial Grounds créés par des lois parlementaires. Cette dernière catégorie permet la création de cimetières privés, interdits en France. Les demandes pour des carrés musulmans au sein des cimetières municipaux sont devenues significatives vers le début des années 1990. Les premières demandes sporadiques datent du début des années 1940. Le premier carré musulman a vu le jour en 1937 à South Shields. Il ne semble pas que ces demandes aient posé de problèmes particuliers au niveau des municipalités qui, progressivement, ont mis en place des sections spécifiques aux musulmans. D’ailleurs, depuis 2001, un représentant du MCB siège au Burial and Cemeteries advisory Group27. Cette commission et toutes les affaires funéraires sont passées de la tutelle du Ministère de l’Intérieur à celle du Ministère de la Justice en 2007.

14La gestion mixte privé/public permet aux minorités ethniques qui le souhaitent et qui en ont les moyens, d’ouvrir leur propre cimetière. Cependant, leur nombre reste très faible et témoigne de l’adaptation des cimetières municipaux aux demandes spécifiques des communautés musulmanes. Jusqu’en 2010, il y avait uniquement deux cimetières : le cimetière historique de Brookwood et le cimetière musulman « Garden of Peace » dans l’Essex, qui a ouvert ses portes en 2002. Il est devenu, depuis son agrandissement en 2006, le plus grand cimetière privé musulman du Royaume-Uni. Outre la souplesse du cadre législatif funéraire, les acquis du multiculturalisme contribuent, au niveau des municipalités, à l’adaptation des législations funéraires aux besoins de la communauté musulmane : en témoignent les aménagements dans les cimetières de Southampton, abordés dans la deuxième partie de cet article.

Des problèmes similaires : en quête d’interlocuteurs privilégiés

  • 28  Interview téléphonique réalisée en janvier 2011.

15En France comme en Grande-Bretagne, c’est la vision nationale du fait religieux musulman qui pose problème, tant d’un point de vue numérique que structurel. Nous ne disposons pas, dans les deux pays, de données nationales chiffrées concernant le nombre de carrés confessionnels. Le bureau des cultes au Ministère de l’Intérieur en France affirme ne pas posséder de recensement national28. Après deux courriers envoyés et restés sans suite, j’ai contacté par téléphone le responsable juridique au bureau des cultes qui m’a expliqué qu’il n’y avait aucun pilotage national autour de cette question et que le seul moyen était de contacter les communes de France (plus de 36 000) afin de récolter les informations ».

16En Grande-Bretagne, les conclusions du rapport de 2004 du Home Office déplorent l’absence de vue d’ensemble de la question des carrés confessionnels dans les cimetières municipaux :

  • 29  Brenda Wilson, Jill Robson, Cemeteries and their Management, Building a safe, just and tolerant co (...)

 Since there appears to be no single representative body for the Muslim community, it has not been possible to identify any centralised statistics or data holdings. It appears that most Muslim burials take place in local authority cemeteries in specially designated areas, but this would need confirmation through further research29.

17D’un point de vue structurel, c’est la nature même du fait religieux musulman qui pose problème. Il est difficile de parler d’ « une identité musulmane » tant cette identité est polymorphe. De plus, il est malaisé de séparer le champ de la coutume, ancré dans un commun culturel, de celui de la religion. Il y a, en effet, une grande diversité de modes d’identification à l’islam ; parler d’un schéma unique et commun à tous les groupes, voire les individus qui se rattachent culturellement, religieusement ou symboliquement à l’islam, est nécessairement réducteur. Ainsi les manifestations de l’ « islamité », en France ou en Grande-Bretagne, sont diverses.

18Il est clair que tant sur les plans ethnique que culturel, les musulmans de Grande-Bretagne et de France sont loin de former un groupe homogène, si ce n’est sur le plan religieux. Selon le dernier recensement britannique de 2001, un million six cent mille musulmans vivent en Grande-Bretagne constituant à peu près 3 % de la population.

  • 30  Jean-Pierre Machelon, Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation (...)

19En France, nous ne disposons pas de telles données nationales officielles, mais, selon le rapport de laCommission de Réflexion Juridique sur les Relations des Cultes avec les Pouvoirs Publics30, l’islamest devenu la deuxième religion de France. On estime actuellement à environ 4 millions le nombre de personnes de tradition musulmane, soit 6 % de la population (mais 14 % des 18-24 ans), liées pour beaucoup au Maghreb, mais aussi à l’Afrique noire ou à la Turquie.

  • 31  Les musulmans de l'Inde offrent une grande variété de croyances et d’obédiences ; Birmingham offre (...)

20Le regroupement de ces populations sous l’appellation « communauté musulmane » ne doit en aucun cas masquer leur incroyable diversité. Pour utiliser la terminologie britannique, les musulmans forment une minorité multiraciale, multiculturelle, multi-ethnique et multi-linguistique. D’ailleurs, il est légitime (et essentiel) de remettre en question le facteur unificateur et homogénéisant réel de l’islam. Une religion est nécessairement vécue différemment selon la culture propre de chaque pays. Si le facteur homogénéisant est davantage le fruit d’une construction idéologique qu’une réalité sociale relative à certaines pratiques ou politiques publiques, il demeure réel pour ce qui est des modes d’inhumation. Il y a en effet un corpus religieux minimal commun à tous les musulmans, au-delà de leur appartenance nationale ou ethnique31. Les représentants des communautés musulmanes interrogés sur les pratiques funéraires musulmanes, au Havre et à Southampton, sont unanimes sur ces pratiques : le lavage rituel du corps, l’inhumation, la prière au cimetière ainsi que l’interdiction de l’exhumation des restes humains.

La territorialisation des pratiques funéraires musulmanes : l’exemple du Havre et de Southampton

21La fragmentation du paysage funéraire national en France et en Grande-Bretagne en ce qui concerne les carrés confessionnels ainsi que l’absence d’interlocuteurs nationaux, renvoient les décisions au niveau local. Nous avons pris comme terrains d’étude les villes du Havre et de Southampton afin de comparer les réponses de ces deux municipalités sensiblement de même taille aux demandes funéraires formulées par les musulmans.

22Tout d’abord, ces deux villes possèdent chacune cinq cimetières municipaux, dont deux pourvus de carrés confessionnels musulmans : Sainte Marie et Bléville au Havre et Hollybrook et South Stoneham à Southampton.

  • 32  Entretiens semi-directifs réalisés en juin 2010 et janvier 2011 avec les élus municipaux, les cons (...)

23Sainte Marie est le cimetière historique de la ville du Havre. Le carré confessionnel musulman y est saturé depuis le début des années 2000. En 1997, le cimetière de Bléville a été agrandi et un carré musulman y a été créé. Les lieux sont restés inoccupés jusqu’en 2004, année de l’installation de la première tombe. Depuis, le rythme s’est accéléré, surtout depuis que la municipalité UMP a donné des garanties orales quand à la longévité des concessions. Elle a aussi alloué un terrain proche du cimetière pour la construction d’une grande mosquée. La construction du cimetière et de la mosquée résulte de l’initiative d’un élu d’origine libanaise et de confession musulmane qui, grâce à ses relations privées avec le milieu associatif havrais et son statut d’élu, a mené à bien une concertation avec les représentants officiels et non officiels de la communauté musulmane du Havre. Cette position de insider/outsider prévaut également à Southampton, où la présence d’une conseillère municipale travailliste musulmane d’origine Kenyane a été, elle aussi, cruciale dans les négociations et la mise en place de politiques funéraires spécifiques32.

24Il y a, indiscutablement, dans les deux villes, une volonté de prise en compte des besoins spécifiques de la communauté musulmane, même si les réponses données par les deux municipalités sont radicalement différentes, notamment en ce qui concerne certaines prescriptions funéraires musulmanes. Nous allons à présent nous pencher sur les trois principales recommandations : le lavage rituel du corps, l’inhumation dans un linceul sans cercueil au cimetière, et l’interdiction d’exhumation des corps.

    • 33  Atmane Aggoun, « La mort immigrée ou l'âge mûr de l'immigration », inAnne-Sophie Bruno et Claire Z (...)

    La tradition musulmane exige qu'un corps soit lavé, rituellement, avant l'inhumation. Cela nécessite la disponibilité d’une salle disposant d'eau courante et d'évacuation à proximité du cimetière. Au Havre, aucun cimetière ne dispose de ce genre de local, à Southampton non plus. Dans les faits, le lavage rituel et la prière constituent rarement un problème. La prière est faite sur le lieu de l’inhumation et le lavage rituel se fait le plus souvent à l’hôpital ou dans des salles mises à disposition par certaines sociétés de pompes funèbres, surtout depuis la loi n° 93-23 du 8 janvier 1993 (dite « Loi Sueur »), qui mit fin au monopole communal en matière de pompes funèbres. La libéralisation du marché a favorisé la création d’entreprises spécialisées dans les obsèques musulmanes33.
    La mosquée principale de Southampton possède un local adapté à ce rituel, une chambre froide pour entreposer le corps et un corbillard pour le transport au cimetière. Un tel équipement n’apparaît pas dans les plans de la future mosquée du Havre.

  • Selon la loi canonique musulmane, le corps doit être enterré dans un linceul (le Kafan) avec le visage tourné vers la Mecque. L’inhumation se fait traditionnellement à même la terre, le corps entouré d’un linceul et sans cercueil. L’idée étant que le corps soit enterré le plus simplement possible, à la manière du prophète Mohamed. De plus, il est recommandé de procéder à l’inhumation le jour même du décès, ou, au plus tard, dans les 48 heures qui suivent.
    C’est dans la mise en terre que les retombées directes de la gestion multiculturelle de la pluralité sont les plus visibles et que s’illustre la rigidité de la logique institutionnelle d’égalité de traitement du cadre républicain.
    L’utilisation du cercueil a été imposée historiquement en Europe pour des raisons de santé et de salubrité publique, afin de lutter contre la contamination virale et bactériologique et la propagation des maladies. La municipalité de Southampton, suite à des négociations entre élus, fonctionnaires locaux et représentants de la communauté musulmane, a estimé que si le cadavre ne présente pas de risque de contamination, l’inhumation avec un linceul peut être acceptée, si la nature du sol le permet. L’absence de cercueil pose un réel problème technique, le sol étant susceptible de s’affaisser, surtout s’il est humide et argileux. Afin de résoudre ce problème, plusieurs techniques ont été testées. La première, utilisée depuis 2000, consiste en un coffrage en bois effectué, préalablement à la mise en terre, à l’intérieur de la cavité afin de freiner l’infiltration des eaux. Le corps est posé à même le sol et des lattes de bois sont disposées au dessus avant le recouvrement de terre. Cette technique, qui consiste à recourir à un coffrage en bois intégré à la tombe, a été remplacée très récemment, en 2011, par une autre technique moins chère et plus rapide à mettre en place et qui consiste à mettre le corps à même le sol et de le couvrir d’une sorte de cloche en plexiglas avant de procéder au remplissage de terre. Ces deux méthodes ont reçu l’aval des représentants de la communauté musulmane ainsi que des employés municipaux qui travaillent dans le cimetière.
    Par ailleurs, afin de procéder à l’inhumation le plus rapidement possible, deux tombes sont creusées à l’avance afin de permettre à la famille du défunt d’enterrer le corps même en dehors des heures d’ouverture du cimetière et même durant le week-end. La contrepartie, c’est que la famille du défunt se charge manuellement du remplissage de la tombe.
    Au Havre, comme partout en France, l’inhumation est une option tellement non négociable que les responsables musulmans ne font aucune demande dans ce sens. L’obtention de carrés musulmans s’est avérée tellement longue que la question de l’inhumation à même la terre semble être chimérique.

  • En Islam, l’exhumation des corps est interdite. Il faut être sûr que la décomposition du corps est achevée avant de pouvoir procéder à une exhumation. C’est l’affirmation coranique de la résurrection des corps qui justifie la nécessité du repos perpétuel du défunt.

  • 34  Déjà prévue par les directives ministérielles dans les circulaires sur les carrés musulmans.

25Or, les concessions centenaires en France ont été abolies en 1959 faute de place dans les cimetières. Les seules concessions possibles sont des concessions de 40, 30, 15, et 5 ans. La circulaire de 2008 recommande la mise en place d'un ossuaire spécifique lorsqu'il y a reprise de tombes musulmanes, afin de respecter la logique des carrés spécifiques34. Cette mesure ne semble pas apaiser la sensation de précarité, même dans la mort, exprimée par les responsables religieux. Les représentants religieux continuent d’exiger des garanties quant à l’exhumation des corps. À Southampton, l’exhumation ne fait pas partie des revendications de la communauté musulmane car, non seulement les concessions dans les cimetières municipaux sont beaucoup plus longues, mais aussi, des garanties de non-exhumation ont été données. En outre, dans les cimetières privés, les concessions sont perpétuelles.

26Les dispositions mises en place dans les deux cimetières de Southampton concernant l’inhumation dans un linceul et les dispositions prises pour accélérer les enterrements, ont laissé aussi bien les représentants du culte musulman que les responsables municipaux Havrais pantois. Pour les deux parties, de telles dispositions étaient de l’ordre de l’impensable en France. Le conseiller régional du culte musulman pour l’Eure et la Normandie pense cependant que le faible nombre de carrés musulmans et ce qui ressenti comme l’hostilité de certaines municipalités envers l’islam, sont à l’origine des demandes de rapatriement de la dépouille dans le pays d’origine. Même si les seules adaptations des pratiques funéraires ne peuvent pas expliquer à elles seules le taux élevé de rapatriement des corps, on observe une nette augmentation du nombre d’inhumations sur le sol britannique. Cette tendance est observable depuis les années 2000, et, à Southampton depuis 2003, année de la mise en place de ces politiques funéraires spécifiques. Les politiques multiculturelles des années 1990 et l’introduction de la question religieuse dans le recensement de 2001 ont sans nul doute encouragé les municipalités à œuvrer dans ce sens.

27Au Havre, la création même du carré confessionnel au cimetière de Bléville, a influencé le nombre d’inhumations sur le territoire havrais. Il est vrai que, contrairement au carré de Sainte Marie, le visiteur n’a pas l’impression d’être dans une partie périphérique du cimetière, une sorte de cimetière de seconde zone. À Bléville, le carré s’intègre parfaitement dans le paysage et ne se différencie nullement des autres sections. Cette « normalisation » n’est pas sans effet sur le nombre grandissant d’inhumations au Havre. Si on compare la moyenne annuelle d’inhumations dans ce nouveau carré, on observe une augmentation de plus de 250 %. L’analyse menée dans les deux cimetières havrais montre que, entre 1992 et 2004, il y a eu 76 inhumations à Sainte Marie en 12 ans, soit une moyenne de 6,3 par an.

28Dans le cimetière de Bléville, entre 2005 et 2011, il y a eu 108 inhumations en 6 ans, ce qui équivaut à une moyenne annuelle de 18 inhumations.

29Si, dans le cas de Southampton, on peut mettre en avant les mesures spécifiques pour expliquer la nette augmentation d’inhumations, il est évident que, dans le cas du Havre, ce n’est pas une piste possible. En effet, mise à part la création du nouveau carré musulman, aucune autre initiative spécifique (rapidité des enterrements ou possibilité d’inhumation dans un linceul) n’a été prise. Et pour cause : les représentants des communautés musulmanes au Havre n’en ont pas formulé la demande.

Conclusion

30Malgré l’unicité du corpus religieux funéraire, les communautés musulmanes en France et en Grande-Bretagne ont adapté leurs pratiques au cadre politique des sociétés d’accueil, confirmant ainsi leur intégration dans les paysages nationaux respectifs. En effet, il n’est pas anodin que les attentes des représentants musulmans Havrais se résument à la création des carrés et la garantie de non-exhumation des dépouilles alors que, à Southampton, l’inhumation sans cercueil a été obtenue. En outre, le cimetière municipal a adopté des horaires spécifiques à la communauté musulmane (possibilité d’enterrement les week-ends et les jours fériés), afin de procéder à l’inhumation dans les plus brefs délais, conformément à la Sunna.

31La visibilité des sépultures musulmanes est mal vécue en France. Elle est perçue comme une confiscation symbolique, voire comme une instrumentalisation de l’espace public afin d’asseoir des revendications, taxées de communautarisme. Cette accusation sert souvent à dénigrer et à disqualifier des demandes qui, le cas échéant, relèvent plus d’une demande d’intégration que d’une volonté de ségrégation. Il s’agit là d’une adoption du pays d’accueil comme dernière demeure. Ces demandes de carrés confessionnels, certes, modifient le paysage des cimetières municipaux, mais elles s’inscrivent dans une volonté d’égalité de traitement des citoyens devant les instances de la République et revendiquent l’égalité du citoyen français musulman devant la mort.

Haut de page

Bibliographie

Aggoun A., Les musulmans face à la mort en France, Paris : Vuibert, 2006.

Attias-Donfut C., Wolff F.-C., « Le lieu d’enterrement des personnes nées hors de France », Population-INED, n° 5-6, 2005, p. 813-836.

Bencharif L., « L'émergence d'un islam public à Saint-Étienne : la question des lieux de culte », Revue de géographie de Lyon, vol. 71, n° 3, 1996, p. 223-231.

Burkhalter S., « La question du cimetière islamique en Suisse : quels enjeux pour la communauté musulmane ? », Revue Européenne de Migrations Internationales, vol. 14, n° 3, 1998, p. 61-75.

Cesari J., « L’islam à domicile », Communications, vol. 65, n° 1, 1997, p. 77-89.

Chaib Y., L’émigré et la mort : la mort musulmane en France, Aix en Provence, Edisud, 2000.

Dernières Nouvelles d’Alsace, jeudi 21 octobre 2010.

Hervieu-Léger D., « Le miroir de l'islam en France », Vingtième Siècle. Revue d'Histoire, vol. 66, n° 1, 2000, p. 79-90.

Humayun Ansari K., « Burying the dead' : making Muslim space in Britain », Historical Research, vol. 80, n° 210, 2007, p. 545-566.

Idris I., « Identité, métissage et risque psychopathologique », Le Coq-héron, n° 175, 2003-2004, p. 62-72.

McLoughlin S., Abbas T., « United Kingdom and Northern Ireland », in Jørgen S. Nielsen, Samim Akgönül, Ahmet Alibašić, Brigitte Maréchal and Christian Moe (ed.), Yearbook of Muslims in Europe, volume 2, Leiden : Brill, 2010, p. 545-560.

Modood T., Multiculturalism a Civic Idea, Cambridge: Polity Press, 2007.

Modood T., « Muslims and European multiculturalism », Open Democracy, 14-05-2003, [en ligne], http://www.opendemocracy.net/faith-europe_islam/article_1214.jsp, consulté le 13 décembre 2011.

Moreaux P., « Quelques aspects de l’histoire funéraire dans la civilisation judéo-chrétienne en France », in Michel Hanus (éd.), La mort aujourd’hui, Paris : Frison-Roche, 2000.

Parsons G. (éd.), The Growth of Religious diversity : Britain from 1945, Routledge, 1993.

Wilson B., Robson J., Cemeteries and their Management, Building a safe, just and tolerant country, London : Home Office, 2004, p. 36. [en ligne], http://library.npia.police.uk/docs/hordsolr/rdsolr0104.pdf, consulté le 12 décembre 2011.

Circulaires, lois et rapports officiels

Circulaire du Ministère de l’Intérieur n° 75-603 du 28 novembre 1975.

Circulaire du Ministère de l’intérieur n° 91-30 du 1 février 1991.

Circulaire du 19 février 2008, Mme Alliot-Marie, la ministre de l'intérieur et de l'outre-mer et des collectivités territoriales, « Police des lieux de sépultures : aménagement des cimetières - Regroupements confessionnels des sépultures », p. 3.

Machelon J.-P., Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation française, 2006, 85 p. [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000727/index.shtml consulté le 13 décembre 2011.

Stasi B., Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République : rapport au Président de la République, Paris : La Documentation française, 2003, 78 p. [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000725/index.shtml consulté le 13 décembre 2011.

Sueur J.-P., Lecerf J.-R., Rapport d’information fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale par la mission d’information sur le bilan et les perspectives de la législation funéraire, Rapport n° 372 du Sénat, déposé le 31 mai 2006, 104 p.

Haut de page

Notes

1  Jocelyne Cesari, « L’islam à domicile », Communications, vol. 65, n° 1, 1997, p. 78

2  Sarah Burkhalter, « La question du cimetière islamique en Suisse : quels enjeux pour la communauté musulmane ? », Revue Européenne de Migrations Internationales, vol. 14, n° 3, 1998, p. 67

3  Danièle Hervieu-Léger,  «  Le miroir de l'islam en France », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 66, n° 1, 2000, p. 79

4  Humayun Ansari,« Burying the dead': making Muslim space in Britain », Historical Research, vol. 80, n° 210, 2007, p. 557.

5  L’étude de l’INED montre que parmi les migrants le taux de rapatriement du corps est élevé. Mais concernant les migrants musulmans les taux sont sensiblement plus élevés, Claudine Attias-Donfut et François-Charles Wolff, « Le lieu d’enterrement des personnes nées hors de France », Population INED, n° 5-6, 2005, p. 829. Voir aussi à ce sujet A. Aggoun, Les musulmans face à la mort en France, Paris : Vuibert, 2006 et Yassin Chaib, L’émigré et la mort : la mort musulmane en France, Aix en Provence, Edisud, 2000.

6  Lila Bencharif, « L'émergence d'un islam public à Saint-Etienne : la question des lieux de culte », Revue de géographie de Lyon, vol. 71, n° 3, 1996, p. 228.

7  Tariq Modood, Multiculturalism a Civic Idea, Cambridge : Polity Press, 2007. Tariq Modood, « Muslims and European multiculturalism », Open Democracy, 14-05-2003, [en ligne], http://www.opendemocracy.net/faith-europe_islam/article_1214.jsp, consulté le 13 décembre 2011.

8  Jocelyne Cesari, « L’islam à domicile », Communications, vol. 65, n° 1, 1997, p. 88.

9  Machelon J.-P., Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation française, 2006, p. 60 [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000727/index.shtml, consulté le 13 décembre 2011.

10  La loi du 14novembre 1881 a posé l’interdiction d’établir une séparation dans les cimetières communaux à raison de la différence des cultes ainsi que de créer ou d’agrandir des cimetières confessionnels. Elle ne s’applique pas à l’Alsace Moselle.

11  La ville de Strasbourg à signé en octobre 2009 avec le Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM), une convention portant sur la création d'un cimetière confessionnel musulman placé sous gestion publique. Son élaboration est rendue possible à Strasbourg par le droit local d'Alsace-Moselle, où les autorités organisent les cultes catholique, protestant et israélite. Même si l'islam n'a pas le statut reconnu de culte, la municipalité a accepté de traiter avec les associations cultuelles musulmanes.

12  Pascal Moreaux, « Quelques aspects de l’histoire funéraire dans la civilisation judéo-chrétienne en France », in Miche Hanus, La mort aujourd’hui, Paris : Frison-Roche, 2000.

13  Article L. 2213-9 du code général des collectivités territoriales.

14  Sueur J.-P., Lecerf J.-R., Rapport d’information fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale par la mission d’information sur le bilan et les perspectives de la législation funéraire, Rapport n° 372 du Sénat, déposé le 31 mai 2006, 104 p.

15  Stasi B., Commision de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République : rapport au Président de la République, Paris : La Documentation française, 2003, p. 22. [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000725/index.shtml, consulté le 13 décembre 2011.

16  Rapport B. Stasi p. 65

17  Dans le rapport de son groupe de travail « lieuxde culte musulmans et lieux de sépulture ». (juin 2001)

18  Circulaire du Ministère de l’Intérieur n° 75-603 du 28 novembre 1975.

19  Circulaire du Ministère de l’intérieur n° 91-30 du 1 février 1991.

20 « L’inhumation directement en pleine terre et sans cercueil ne peut être acceptée ».

21  Circulaire du 19 février 2008, Mme Alliot-Marie, la ministre de l'intérieur et de l'outre-mer et des collectivités territoriales, « Police des lieux de sépultures: Aménagement des cimetières - Regroupements confessionnels des sépultures », p. 3.

22  Jean-Pierre Machelon, Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation française, 2006, p. 64 [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000727/index.shtml consulté le 13 décembre 2011.

23  Dernières Nouvelles d’Alsace, jeudi 21 octobre 2010.

24  Sueur J.-P., Lecerf J.-R., Rapport d’information fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale par la mission d’information sur le bilan et les perspectives de la législation funéraire, Rapport n° 372 du Sénat, déposé le 31 mai 2006, 104 p.

25  http://www.english-heritage.org.uk/server/show/conWebDoc.3327 consulté le 2 février 2010.

26  Loi de 1977

27  McLoughlin S., Abbas T., « United Kingdom and Northern Ireland », in Jørgen S. Nielsen, Samim Akgönül, Ahmet Alibašić, Brigitte Maréchal and Christian Moe (ed.), Yearbook of Muslims in Europe, volume 2, Leiden : Brill, 2010, p. 555.

28  Interview téléphonique réalisée en janvier 2011.

29  Brenda Wilson, Jill Robson, Cemeteries and their Management, Building a safe, just and tolerant country, London: Home Office, 2004, p. 36. [en ligne], http://library.npia.police.uk/docs/hordsolr/rdsolr0104.pdf, consulté le 12 décembre 2011.

30  Jean-Pierre Machelon, Les relations des cultes avec les pouvoirs publics, Paris : la Documentation française, 2006, 85 p. [en ligne] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000727/index.shtml consulté le 13 décembre 2011.

31  Les musulmans de l'Inde offrent une grande variété de croyances et d’obédiences ; Birmingham offre un bon exemple de la diversité et de la fragmentation de la communauté musulmane sur des bases sectaires et ethniques : pour une population de 80 000 musulmans en 1980 il y avait environ 55 lieux de culte (page 148) pour plus de détails voir Gerald Parsons (ed), The Growth of Religious Diversity : Britain from 1945, London : Routledge, 1993.

32  Entretiens semi-directifs réalisés en juin 2010 et janvier 2011 avec les élus municipaux, les conservateurs des cimetières et les représentants des communautés musulmanes au Havre et à Southampton.

33  Atmane Aggoun, « La mort immigrée ou l'âge mûr de l'immigration », inAnne-Sophie Bruno et Claire Zalc, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France (19e-20e siècles). Actes des journées d’études des 23 et 24 octobre 2003, Montréal : Publibook, coll. « Sciences humaines et sociales / histoire », 2006.

34  Déjà prévue par les directives ministérielles dans les circulaires sur les carrés musulmans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nada Afiouni, « Les carrés musulmans à Southampton et au Havre : témoignages des politiques française et britannique de la gestion de la pluralité », Observatoire de la société britannique, 13 | 2012, 83-100.

Référence électronique

Nada Afiouni, « Les carrés musulmans à Southampton et au Havre : témoignages des politiques française et britannique de la gestion de la pluralité », Observatoire de la société britannique [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/1434 ; DOI : 10.4000/osb.1434

Haut de page

Auteur

Nada Afiouni

Maître de Conférences à l'Université du Havre

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org