Navigation – Plan du site

Signes religieux et espace public en République d’Irlande – le cas particulier des écoles

Karin Fischer
p. 123-146

Résumé

Après avoir présenté les contextes constitutionnel et institutionnel historiques qui expliquent la présence visuelle toujours très forte de signes religieux dans l’espace public irlandais, et particulièrement dans l’espace institutionnel des écoles, cet article évoque les débats sur le sujet tels qu’ils existent en Irlande et s’interroge sur leurs implications, dans un pays certes toujours profondément marqué par le catholicisme, mais où on a assiste à une augmentation spectaculaire du nombre de personnes se déclarant sans religion ces dernières années, faisant aujourd'hui de celles-ci la principale minorité « religieuse », loin devant les membres de l’Église d’Irlande.

Haut de page

Texte intégral

1En Irlande, pour beaucoup, et très explicitement pour l’État, on pourrait dire de manière un peu expéditive que la question de la présence de signes religieux dans l’espace public n’en est pas vraiment une. Les symboles religieux sont en effet si communs en République d’Irlande qu’on peut supposer que la plupart des habitants ne les remarquent pas (ou plus) particulièrement, de la statue du Christ sous verre au milieu de la principale artère dublinoise O’Connell Street, entre celles des deux grandes figures nationalistes du XIXe siècle, Daniel O’Connell et Charles Parnell, aux innombrables crucifix, statues de la vierge Marie et tableaux ou portraits de saints et de religieux à l’extérieur et à l’intérieur de l’immense majorité des écoles et (plus discrètement) des hôpitaux irlandais. Malgré le caractère bien plus évident de la présence de symboles de nature chrétienne dans l’espace public irlandais, c’est comme dans d’autres pays européens la réalité nouvelle du port du voile islamique qui a provoqué un débat public sur la question au cours des années 2000, débat qui est resté cependant centré sur le voile, et n’a pas amené de la part du grand public ou des médias de véritable interrogation liée aux signes religieux d’une manière générale. Même au sujet du voile, qui a quand même fait couler beaucoup d’encre dans les journaux irlandais, on peut noter une certaine retenue, et une volonté assez largement partagée chez les commentateurs comme au sein du gouvernement de présenter cette question comme n’étant pas un problème en réalité. Cette retenue fait-elle pour autant de la République d’Irlande aujourd’hui un modèle de liberté et de tolérance ?

  • 1  La question de la place des « sans religion » dans la société irlandaise est évoquée par exemple d (...)

2Même si une grande majorité de la population irlandaise (de l’ordre de 86 % d’après le recensement de 2006) se définit toujours comme catholique, on peut dire que la diversité en matière d’affiliation religieuse devient la norme en République d’Irlande, avec une augmentation spectaculaire du nombre de personnes se déclarant sans religion ces dernières années, faisant aujourd'hui de celles-ci la principale minorité « religieuse », loin devant les membres de l’Église d’Irlande (de 66 000 en 1991 à plus de 186 000 personnes d’après le recensement de 2006 (contre environ 125 000 pour l’Église d’Irlande). Ceci sans compter les quelque 60 000 personnes ayant choisi de ne pas préciser d’appartenance religieuse (« not stated »))1. On a pu noter par ailleurs au cours des quinze dernières années une forte augmentation du nombre de personnes musulmanes (près de 32 000 personnes en 2006), mais aussi chrétiennes orthodoxes (autour de 20 000, presque autant que la minorité presbytérienne), et il existe aujourd’hui de nombreuses autres minorités religieuses en République d’Irlande (une bonne vingtaine d’affiliations religieuses différentes étaient signalées dans les réponses au recensement de 2006).

3Le contraste entre la persistance des signes religieux chrétiens dans l’espace public irlandais et la diversification religieuse, de même que les débats récents sur le port du voile islamique à l’école, sont l’occasion d’examiner la version irlandaise des problématiques européennes et internationales liées à la question de la neutralité de l’État en matière de religion et à celle du respect de la liberté de pensée, de conscience et de religion.

4S’attacher plus spécifiquement à la question de la présence de signes religieux dans l’espace des écoles permet d’abord de rappeler en filigrane la différence entre espaces institutionnels, dont l’espace éducatif, et l’espace collectif que l’on peut qualifier de social parmi les espaces dits « publics », que ce soit en termes de neutralité de l’État ou du point de vue de la liberté de conscience et de religion, alors qu’un amalgame est trop souvent fait entre les uns et les autres. Il faut d’ores et déjà noter cependant qu’une telle distinction est rendue problématique dans le contexte irlandais, étant donné que l’espace des écoles dites nationales en Irlande peut en réalité être qualifié de privé, alors même que celles-ci sont financées par l’État et jouent le rôle des écoles publiques telles qu’elles existent dans la plupart des autres pays européens.

5Après avoir présenté les contextes constitutionnel et institutionnel historiques qui expliquent la présence visuelle toujours très forte de signes religieux dans l’espace public irlandais, et particulièrement dans l’espace institutionnel des écoles, nous évoquerons les débats sur le sujet tels qu’ils existent en Irlande et nous interrogerons sur leurs implications.

La Constitution de 1937 et la place de la religion dans l’espace public irlandais : une confusion persistante entre l’Irlande « pays chrétien » et l’Irlande État républicain

  • 2  Citations de Bertie Ahern et de Seán Brady dans Patsy McGarry, « Ahern ‘upset’ by hesitation to pu (...)
  • 3  Jean-Christophe Penet, « Closer to Brussels than to Rome? The EU as the new external referent for (...)

6Malgré le processus de sécularisation à l’œuvre depuis les années 1960 et malgré la diversification socio-culturelle et religieuse, encore accentuée par le phénomène d’immigration des années 1990 et 2000, la place privilégiée occupée par la tradition chrétienne dans l’espace public irlandais n’a pas véritablement été remise en question jusqu'à présent. On peut noter une présence toujours très forte de l’Église catholique dans les rituels de l’État, de la prière chrétienne quotidienne à l’ouverture du parlement irlandais (Dáil) à l’obligation faite au Président du pays comme aux juges et aux membres du Conseil d’État de prêter un serment religieux lors de leur entrée en fonction. Lors d’une réception organisée en 2008 en l’honneur des Églises et des « communautés de foi » (à entendre au sens le plus large, l’Association humaniste irlandaise étant également invitée), Bertie Ahern, alors Premier ministre, s’est fait le défenseur de la présence dans l’espace public de la croyance religieuse, fustigeant ce qu’il a appelé le « laïcisme agressif » (aggressive secularism), et s’attirant les remerciements du primat d’Irlande, le cardinal Seán Brady2, qui reconnaissait là très justement de la part du Premier ministre une apologie publique de la foi et de la religion en général, la place privilégiée toujours accordée de fait au christianisme devenant ici implicite. La République d’Irlande a d’ailleurs soutenu la mention du « patrimoine chrétien commun de l’Europe » dans le Préambule du Traité Constitutionnel européen en 2004, contre l’avis de pays laïques comme la France, de même qu’elle a cherché à obtenir une mention explicite du Dieu chrétien dans la lignée de sa propre Constitution, sans succès cette fois3.

  • 4  Paul Brennan, « La délaïcisation de l’État (1922-1937) », in Paul Brennan (dir.), La Sécularisatio (...)

7Se substituant à une première Constitution de 1922 dans laquelle l’État se voulait neutre vis-à-vis des religions en général, la Constitution de 1937, toujours en vigueur, a été marquée dans son élaboration par une très forte influence de la hiérarchie catholique4. En 1972, un amendement constitutionnel a fait perdre à l’Église catholique la « position spéciale » qu’elle occupait jusqu’alors explicitement dans la Constitution, mais il faut souligner le caractère toujours problématique de la juxtaposition de clauses constitutionnelles potentiellement contradictoires en matière de droits et de religion.

  • 5  « Art. 44.1. The State acknowledges that the homage of public worship is due to Almighty God. It s (...)
  • 6  « Article 44.2.2. The State guarantees not to endow any religion ». Constitution of Ireland, 1937.
  • 7  « … the natural and imprescriptible rights of the child ». Article 42.5, Constitution of Ireland, (...)
  • 8  « Fundamental rights. Personal rights. Article 40.1. All citizens shall, as human persons, be held (...)

8L’article 44 de la Constitution irlandaise commence par affirmer la reconnaissance publique de Dieu (sous-entendu du Dieu chrétien) et de la religion. Article 44.1 : « L’État reconnaît que l’hommage de l’adoration publique est dû au Dieu tout-puissant. Il révérera Son nom ; il respectera et honorera la religion »5. Une forme de neutralité de l’État vis-à-vis des religions est pourtant affirmée dans la disposition suivante, qui stipule que l’État ne doit doter aucune religion6. Le même article 44 comprend des clauses ultérieures qui, non seulement garantissent la liberté de conscience et de religion des citoyens, mais aussi engagent l’État à ne discriminer quiconque sur la base de la profession, de la croyance ou du statut religieux (Articles 44.2.1. et 44.2.3.). La Constitution reconnaît aussi explicitement « les droits naturels et imprescriptibles de l’enfant »7, sans toutefois les définir. Il n’est pas non plus inutile de noter que les articles 40 à 44 sur les droits fondamentaux commencent par l’énoncé des droits personnels des citoyens, en tant que personnes humaines, et dont on peut donc supposer qu’ils incluent les enfants. L’Article 40.1 affirme l’égalité de tous les citoyens devant la loi ; dans l’Article 40.3.1., l’État s’engage à respecter dans ses lois, et à défendre « autant que possible » par la loi, les droits personnels du citoyen8.

  • 9  Desmond M. Clarke, Church and State, Cork : Cork University Press, 1985, p. 222-226.
  • 10  Constitution Review Group, Report of the Constitution Review Group, Dublin : Stationery Office, 19 (...)

9Dans son essai de philosophie politique sur les relations entre l’Église et l’État en Irlande, Desmond M. Clarke propose une analyse comparative avec la neutralité religieuse de l’État aux USA et détaille un certain nombre des contradictions liées au caractère inachevé de la neutralité religieuse de l’État irlandais9. Un comité de révision de la Constitution a publié en 1996 une liste de recommandations10, dont plusieurs touchent directement à cette question (reformulation en profondeur du Préambule explicitement catholique et nationaliste, suppression pure et simple de l’article 44.1), mais celles-ci n’ont pas été suivies d’effet.

  • 11  John A. Murphy, « The time to separate faith from fatherland is now », Irish Independent, 2 septem (...)
  • 12  Fintan O’Toole, Enough is Enough – How to Build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010, p (...)
  • 13  Lire par exemple Kevin Williams, « Religion and the civic space in France and Ireland », Studies, (...)

10Malgré le début de réflexion critique encouragé par ce comité mis en place par le gouvernement de l’époque, nombre de personnalités politiques et d’auteurs irlandais (avec quelques exceptions très notables, comme l’historien et ancien sénateur John A. Murphy11 ou encore le journaliste et intellectuel Fintan O’Toole12 par exemple) continuent à légitimer la place de « la religion » en général dans la sphère publique, avec une gradation entre une vision strictement chrétienne et une forme de pluralisme religieux aux contours souvent flous13. Declan Kiberd, auteur et théoricien littéraire de réputation internationale, se rapproche ainsi des déclarations de Bertie Ahern sur la place de la religion dans la sphère publique lorsqu’il affirme :

  • 14  « The public sphere should now be able to project the diversity of cultures within it, rather than (...)

La sphère publique devrait maintenant pouvoir projeter la diversité des cultures qui font partie d’elle, plutôt que de les refouler. En Irlande, cela voudrait dire faire preuve de respect non seulement envers les musulmans, les hindous, les juifs et les bouddhistes, mais aussi envers les catholiques et les protestants – et cela nécessiterait en retour que nombre des tendances récentes, par le biais desquelles le catholicisme du sud [de l’Irlande] lui-même en vient à relever davantage d’un symbolisme privé que public, soient inversées14.

  • 15  Karin Fischer, « Les ‘sans religion’ en République d’Irlande : une ‘communauté’ invisible ? » (cit (...)

11On peut constater que Declan Kiberd fait ici l’impasse sur l’existence des personnes sans religion dans sa célébration de la diversité en Irlande15. Surtout, ces prises de position pourraient résulter d’une certaine confusion entre l’espace collectif de la société, où peuvent s’entrecroiser des expressions culturelles individuelles et collectives diverses, y compris religieuses, et l’espace public des institutions qui sont au service des citoyens, au sein duquel l’État démocratique (et républicain, en l’occurrence) doit pouvoir garantir l’absence de discrimination, et non porter les couleurs d’une ou plusieurs religions, et ce de manière inévitablement limitée et inégale. L’idée d’un soutien public des religions par l’État ne peut en effet qu’impliquer une hiérarchisation à la fois entre les religions (majoritaire(s), minoritaires, plus ou moins implantées ou reconnues socialement), et du religieux par rapport au non religieux. Elle tend aussi à placer la religion ou l’appartenance religieuse avant l’individu en tant que citoyen. Dans le contexte irlandais, elle revient à une réaffirmation de la place prépondérante des Églises chrétiennes, et particulièrement du catholicisme majoritaire, au sein des institutions publiques.

  • 16  Sean O’Riordan, « Gardaí up in arms over order to shift Sacred Heart », Irish Examiner, 9 juillet (...)

12Cette confusion entre différents types d’espace collectif et l’attachement de nombreux Irlandais aux signes religieux catholiques en tant que signes culturels et historiques forts peuvent également être illustrés par quelques controverses qui ont éclaté en Irlande ces dernières années, liées à la présence de signes ou symboles religieux dans un poste de police par exemple ou encore dans un bâtiment d’une collectivité locale ayant appartenu à l’Église catholique par le passé : à Cobh dans le Comté de Cork en 2002, le Bureau des Travaux Publics (Office of Public Works), organisme d’État, a ainsi tenté de faire déplacer un objet marqué religieusement (un tableau représentant le Sacré Cœur), qui était jusque-là suspendu dans la salle d’accueil du public d’un poste de police, dans une salle du poste non accessible au public. Il s’agissait là également de l’illustration d’une prise de conscience récente en Irlande du caractère potentiellement problématique de la présence d’un tel objet dans un lieu institutionnel public en regard de la nouvelle société multiculturelle irlandaise et de la neutralité théorique de l’État en matière de religion. Le Bureau des Travaux Publics s’est retrouvé en butte aux protestations des policiers eux-mêmes, pour lesquels il s’agissait non seulement d’un symbole religieux auquel ils exprimaient leur attachement, mais aussi d’une partie de l’histoire du lieu : le tableau avait été installé en 1922, après la déclaration d’indépendance de l’État Libre Irlandais. Sa remise en place après un travail de restauration en 1992 avait été l’occasion d’une messe célébrée au sein même du poste de police. Les vingt policiers pétitionnaires ont bénéficié du soutien actif et médiatisé du maire de la ville, qui a insisté sur la valeur « sentimentale autant que religieuse » de l’objet16.

  • 17  Ralph Riegel, « Removing statue of Jesus ‘akin to work of Talibans’ », Irish Independent, 14 avril (...)

13On peut évoquer dans le même ordre d’idées le problème posé en 2005 par une statue religieuse retirée (et endommagée) pendant les rénovations d’un ancien monastère des Frères chrétiens devenu local public de la collectivité territoriale de Lismore, dans le Comté de Waterford, et les protestations d’habitants souhaitant que la statue soit restaurée exactement au même endroit, parce qu’elle constituait un repère historique important à l’entrée de la ville. Un élu local a alors comparé le projet de non remise en place de la statue à un acte de vandalisme culturel du même ordre que ceux des Talibans en Afghanistan, un autre élu utilisant lui aussi l’argument du patrimoine culturel, mais aussi celui de la majorité (la grande majorité des habitants de la ville étant catholiques) pour aller dans le même sens, tandis qu’un troisième insistait au contraire sur l’idée que la présence d’un tel symbole religieux était inappropriée sur un bâtiment appartenant à la collectivité locale17.

  • 18  Carl O’Brien, « Sikh will not take up post in Garda Reserve », Irish Times, 15 août 2007.
  • 19  Par exemple Angela Clifford, « Two views on the Angelus » et « More on the Angelus », Church and S (...)

14Par contraste, en 2007, un homme de religion sikhe qui souhaitait rejoindre la police de réserve irlandaise (Garda reserve) s’est vu refuser le droit de porter un turban18. La raison invoquée par le porte-parole de la police était le port d’un uniforme semblable pour tous, mais le ministre en charge de l’intégration, Conor Lenihan, a mis en avant le respect des spécificités culturelles irlandaises (et non la question de la neutralité de l’État et de ses représentants en matière de religion). Last but not least dans cette série d’exemples, l’Angelus quotidien (à la télévision, petit intermède visuel représentant des acteurs qui suspendent leur activité pour un temps de méditation, au son des cloches) sur les chaînes de télévision et de radio publiques RTE (et ce depuis 1950 pour la radio) fait régulièrement l’objet de débats sur l’opportunité de le faire disparaître, dans la mesure où il s’agit d’une expression religieuse liée au christianisme et lui conférant donc une place privilégiée dans un média public, ou sur l’importance de le conserver en tant que symbole culturel et historique et moment de méditation pouvant s’adresser à tous, selon ses défenseurs19.

La place de la religion dans les écoles irlandaises

15La présence toujours forte de la religion, et plus particulièrement du christianisme, dans l’éducation en République d’Irlande est particulièrement frappante, que ce soit en termes structurels ou jusque dans les programmes scolaires. En matière d’éducation, comme le note Paul Brennan :

  • 20  Paul Brennan, « La Délaïcisation de l’État (1922-1937) », p. 127.

 La position adoptée dans la Constitution se caractérise par le refus de la part de l’État d’assumer un rôle d’éducateur, et, en conformité avec les enseignements de l’Église catholique, la reconnaissance de la primauté de la famille en ce domaine et de la liberté des parents d’assurer cette éducation, entre autres, dans des écoles privées20.

  • 21  « Guardian of the common good », Art. 42.3.2. Constitution of Ireland, 1937.

16 L’État ne se réserve que le droit (et le devoir) d’assurer une éducation morale, intellectuelle et sociale « minimale », en tant que « gardien du bien commun »21. Paul Brennan explique l’engagement longtemps très limité de l’État dans le domaine éducatif par la prégnance d’une idéologie catholique sur les conceptions des rôles respectifs de la famille, de l’Église et de l’État dans l’éducation des enfants.

  • 22  Ces chiffres sont disponibles (et régulièrement mis à jour) sur le site internet du ministère de l (...)

17Le système éducatif irlandais actuel est qualifié de « confessionnel » (denominational) et fondé sur la ségrégation religieuse. Il s’agit d’un cas unique en Europe, et même dans le monde dit « développé » : l’Église catholique étant encore aujourd’hui propriétaire et administratrice de l’immense majorité des écoles primaires dites « nationales » (« National Schools ») de la République d’Irlande, essentiellement financées par ailleurs par l’État, ce sont les écoles catholiques qui font office d’écoles publiques. Il existe également un certain nombre d’écoles primaires protestantes (autour de 5 %), deux écoles musulmanes, une école juive, et une cinquantaine d’écoles (sur environ 3 200) sous l’égide de l’association Educate Together (en plein développement depuis une dizaine d’années) et qui ne sont pas affiliées à une religion particulière et accueillent les enfants sans distinction de religion22. Les centres de formation des maîtres sont eux aussi confessionnels, sous l’égide des Églises chrétiennes. Jusqu’aux années 1970, nombre des enseignants des écoles primaires étaient eux-mêmes membres de congrégations religieuses, et les écoles administrées localement par des ecclésiastiques. C’est essentiellement le déclin des vocations religieuses qui a conduit à la quasi-disparition de ces enseignants religieux.

  • 23  Sheelagh Drudy et Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, Dublin : Gill & Macmillan, 1993, (...)

18La plupart des établissements secondaires sont également confessionnels. Dans le second degré, il existe depuis les années 1960 un certain nombre d’écoles dites « community schools » qui sont plus directement administrées par les pouvoirs publics par l’intermédiaire de Comités d’enseignement professionnel (Vocational Education Committees), même si un certain nombre d’entre elles sont en réalité polyvalentes dans leurs enseignements. Ce sont les seules qui pourraient être qualifiées de « state schools » ou d’écoles publiques au sens strict, mais même ces écoles ont pour la plupart des représentants des principales religions dans leurs Conseils d’Administration, et ne peuvent donc être qualifiées de non confessionnelles23.

  • 24  Áine Hyland, « The Multi-Denominational Experience in the National School System in Ireland », Iri (...)

19D’un point de vue structurel, les caractéristiques du système actuel sont d’abord le reflet d’évolutions qui ont eu lieu dans le courant du XIXe siècle. Malgré la loi de 1831 à l’origine de la mise en place d’un système national d’écoles primaires et qui prévoyait au départ la mixité religieuse, lors de l’indépendance, en 1921, près de 95 % des écoles primaires étaient de fait catholiques, les réseaux d’écoles anglicanes, presbytériennes, méthodistes se partageant les 5 % restants. La ségrégation scolaire sur des bases religieuses faisait l’objet d’un consensus, les Églises protestantes tenant de leur côté à conserver « leurs » écoles. Mais ce n’est en réalité que dans les années 1960 que l’État irlandais a véritablement officialisé la nature confessionnelle du système éducatif (en l’explicitant dans ses Règles pour les écoles nationales de 1965)24, au moment même où s’enclenchait par ailleurs une mutation profonde de la société irlandaise qui allait éloigner celle-ci de ses attaches religieuses traditionnelles.

  • 25  Pour une présentation de la situation et des débats publics actuels sur la structuration du systèm (...)

20Conséquence des choix politiques au lendemain de l’indépendance et jusqu’aux années 1960, la situation irlandaise est donc unique aujourd’hui parmi les pays européens, en ce que le pays n’a pas de système d’enseignement public à proprement parler. La tradition veut même que l’État ne crée pas lui-même d’écoles primaires, mais qu’il en laisse le soin aux organisations religieuses, « propriétaires-fondatrices » (patrons) de la totalité des écoles primaires jusqu’au début des années 1970. Au cours de cette décennie, des groupes de parents désireux d’offrir une alternative aux écoles confessionnelles à leurs enfants ont fini par obtenir de l’État la possibilité de devenir à leur tour « propriétaires-fondateurs » d’écoles sous l’appellation « Educate Together », mais ils se sont de ce fait eux aussi inscrits dans un système toujours fondé sur le principe de la délégation éducative par l’État (si l’on excepte les très timides tentatives de prise en charge plus directe avec la création de deux écoles primaires à vocation multi-confessionnelle à l’initiative de l’État en 2007-2008)25.

  • 26  Sheelagh Drudy et Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 74-75.
  • 27  Seán Flynn, « Teachers urge cut in schools run by Church », Irish Times, 5 avril 2010.
  • 28  Rosita Boland, « Church and schools : the public speak », Irish Times, 30 janvier 2010.

21L’État assume donc encore aujourd’hui l’essentiel du financement d’un réseau d’écoles qui ne lui appartiennent pas et qui sont contrôlées pour la plupart en dernier recours par les Églises chrétiennes (près de 93 % des écoles primaires sont sous l’égide de l’Église catholique, 6 % sous celle des Églises protestantes, un peu plus de 1 % sous celle de Educate Together). Dans Schools and Society in Ireland, Sheelagh Drudy et Kathleen Lynch représentent la relation historique entre l’Église catholique et l’État irlandais au sein du système éducatif comme un échange de bons procédés : moyennant son investissement financier et sa collaboration dans la perpétuation d’une certaine culture capitaliste, est accordé à l’Église le droit de répandre ses propres dogmes et rituels dans les écoles26. Les droits des Églises sur « leurs » écoles ont été circonscrits ces dernières années, mais de manière encore très limitée, dans la mesure où la loi sur l’éducation de 1998 confère pour la première fois officiellement aux enseignants et aux parents un droit de représentation au sein des Conseils d’Administration des écoles. Mais dans la même loi, il est fait obligation à ces Conseils de promouvoir l’« esprit caractéristique » des écoles, en d’autres termes, d’une manière générale, leur perspective religieuse. On peut donc faire état de quelques évolutions, mais pas d’un véritable mouvement vers une sécularisation institutionnelle, alors même qu’une part de plus en plus significative de la population remet en question cette situation : d’après une enquête de l’INTO publiée par l’Irish Times en avril 2010, plus de 80 % des enseignants du primaire souhaitent que l’Église catholique cède le contrôle (47 %) d’un certain nombre ou de (34 %) toutes leurs écoles27. Une enquête de l’Irish Times menée en janvier 2010 a quant à elle montré que 61 % des personnes interrogées estiment que l’Église catholique devrait cesser de contrôler le système éducatif irlandais, 28 % seulement soutenant au contraire le statu quo28.

Conséquences en ce qui concerne la présence visible de signes religieux

22Les bâtiments scolaires jouxtent très souvent des églises, et sont eux-mêmes généralement ornés de croix et de statues à l’extérieur, de crucifix et de portraits de figures catholiques, sinon toujours dans les salles de classe, du moins à l’intérieur du bâtiment. On peut parler d’un symbolisme religieux omniprésent, encore renforcé par le nom des écoles, le plus souvent directement inspiré de noms de saints, de Saint Brigid ou Saint Peter’s National School à Sacred Heart Convent Primary en passant par Dominican Convent Girls. La vie de ces écoles est ponctuée par des assemblées à caractère religieux (prière collective, visites et messes à l’église), la visite de membres du clergé n’est pas rare, une bonne partie de la préparation des enfants à la première communion et à la confirmation a toujours lieu pendant les heures de cours dans la plupart des écoles. Auparavant, la messe était souvent spécialement organisée par l’école elle-même pour la première communion, aujourd’hui cette cérémonie est plus fréquemment organisée dans le cadre d’une messe « normale » à l’église. Les petites filles en particulier sont souvent habillées comme des miniatures de jeunes mariées, avec voile ou diadème selon les goûts29, comme en témoignent les nombreuses photographies de groupe traditionnelles, des années 1960 à aujourd’hui, prises le plus souvent dans ou devant l’église, avec prêtre et enseignants, photos parfois disponibles sur internet30.

  • 31  Patrick Clancy, Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch et Liam O’Dowd, Irish Society : Sociological Perspe (...)

23Au-delà des écoles, Patrick Clancy rappelle d’ailleurs que l’Église catholique en particulier conserve un nombre très important de terres et de bâtiments dans le pays, et que la salle paroissiale (avec ses symboles religieux catholiques) reste encore aujourd’hui très souvent le seul lieu de rencontre de la population dans un quartier ou dans une ville, alors que l’accès à cette salle dépend du bon vouloir du clergé paroissial31. Cette caractéristique de l’Église propriétaire immobilier explique en partie les difficultés des nouvelles écoles non catholiques à se loger, en l’absence d’une politique immobilière volontariste de la part de l’État. Nombre d’entre elles se retrouvent ainsi logées dans des bâtiments appartenant toujours à l’Église catholique, comme c’était le cas par exemple jusqu’en 2010 à la fois d’une école Educate Together et d’une des deux écoles musulmanes sur Cabra Road au nord de Dublin, occupant chacune une aile d’un grand bâtiment appartenant à l’Église catholique (avec statue de la vierge et croix chrétienne bien en évidence à l’extérieur). On peut citer aussi l’exemple, entendu lors d’une réunion de l’association Educate Together en 2008, d’une école de cette association ayant conclu un accord avec le prêtre de la paroisse locale pour ériger des préfabriqués sur le parking de l’église.

Un débat – ou non ?

  • 32  Cité dans Mairead Enright, « The Hijab in Irish Schools », notes sur le blog du Centre for Crimina (...)
  • 33  « … the personal promotion of foreign symbols, such as the Islamic scarf in schools, would make th (...)

24Il n’y a aucun véritable débat portant spécifiquement sur la présence de symboles religieux chrétiens dans les écoles irlandaises, dans la mesure où celle-ci est vécue par la grande majorité comme une évidence, à partir du moment où les écoles elles-mêmes sont la propriété des Églises et sont contrôlées par elles. C’est le système confessionnel tout entier qui est aujourd’hui remis en question de manière de plus en plus explicite par une partie de la population comme par un nombre important d’enseignants, comme en témoignent les sondages cités plus haut. Il y a bien eu un début de débat public en revanche ces dernières années pour ou contre le port du voile islamique ou hijab par un certain nombre d’écolières, particulièrement dans le secondaire. On peut y voir l’expression d’un certain malaise, alors qu’une grande confusion semble régner en particulier chez nombre des opposants au port du voile dans les écoles irlandaises, qui semblent avoir du mal à justifier leur opposition. Est souvent avancé le prétexte de l’uniforme (porté dans la majorité des écoles), plus rarement celui du caractère catholique de l’école – encore que le Sunday Business Post cite le cas d’une école dublinoise ayant interdit le port du voile islamique, et ayant justifié cette interdiction précisément par le caractère catholique de l’établissement32. Certains font aussi parfois appel à la dimension identitaire culturelle, voire nationaliste, sur le mode du « c’est comme ça chez nous, ils doivent s’adapter à nos coutumes », certains n’hésitant pas à qualifier le hijab de « symbole étranger » à l’Irlande33 (voir aussi plus loin). La difficulté à justifier le refus du port du voile musulman par les jeunes filles scolarisées est notamment liée au caractère religieux des écoles concernées et à l’absence parallèle d’écoles de confession musulmane (en dehors des deux écoles primaires dublinoises – il n’y a eu aucune nouvelle création d’écoles musulmanes ces dernières années malgré des demandes, le ministère de l’Éducation rechignant manifestement à accepter leur multiplication).

  • 34  « if people want to come into a western society that is Christian and secular, they need to confor (...)
  • 35  Ruadhá Mac Cormaic, « Looking beyond the headscarf », Irish Times, 14 juin 2008.

25Une forte tendance de la part des opposants au port du hijab dans les écoles à mettre en avant des arguments identitaires et nationalistes plutôt que républicains, qui renforce encore la confusion évoquée plus haut entre Irlande « pays chrétien » et Irlande « État républicain », est visible dans les réactions des porte-paroles des deux principaux partis d’opposition, Fine Gael et Parti travailliste irlandais, en 2008 (partis aujourd’hui au pouvoir suite aux élections législatives de février 2011) : tous deux ont en effet exprimé leur opposition au port du voile islamique dans les écoles publiques (state schools), Ruairí Quinn du Parti travailliste irlandais déclarant pour sa part : « si les gens veulent venir s’installer dans une société qui est chrétienne et laïque (secular) [sic], il faut qu’ils se conforment aux règles de ce pays… Pour permettre l’intégration et l’assimilation, ils [les immigrés] devraient adopter notre culture… Les filles irlandaises ne portent pas de voile. »34 (Abstraction faite, donc, de nombre de petites filles lors de leur première communion). Enda Kenny et Brian Hayes du Fine Gael ont tenu le même type de discours, où s’entremêlent argument « culturel » et argument « laïque », sans pour autant clarifier exactement ce qu’ils entendent par « écoles publiques » (state schools) dans le contexte irlandais35.

  • 36  Jakob de Roover, « Viewing the headscarf as just a piece of clothing can stop us getting tied up i (...)
  • 37  Gearód Kilgallen, « Wearing the hijab in school », Irish Times (Lettre), 13 juin 2008.

26Les défenseurs du port du hijab à l’école paraissent à première vue plus cohérents. Un sondage publié par l’Irish Times en juin 2008 a montré que 48 % des personnes interrogées estimaient que les « élèves musulmans » devraient avoir le droit de porter le hijab dans les écoles publiques (state schools). 39 % étaient contre, 13 % sans opinion. Nombre d’articles et lettres de lecteurs dans les principaux journaux irlandais insistent sur le fait que le port du voile, un « simple bout de tissu » (« an innocuous piece of cloth ») n’est pas un problème et ne devrait pas en devenir un36. Sont généralement mis en avant le nouveau multiculturalisme irlandais, la tolérance et les droits religieux, tandis que d’aucuns rappellent que dans un passé récent le voile, et même l’habit religieux des sœurs des différentes congrégations religieuses de tradition enseignante, étaient monnaie courante dans les écoles irlandaises37. De fait, le port du voile islamique par certaines élèves était déjà accepté dans nombre d’écoles irlandaises avant que la question ne vienne soudain occuper le devant de la scène médiatique en mai-juin 2008, suite à une demande de clarification officielle faite par un directeur d’école auprès du gouvernement.

  • 38  « Integration Minister Conor Lenihan, speaking at the Parnell summer school in Avondale, Co Wicklo (...)
  • 39  Patsy McGarry, « Ministers agree common approach to wearing of hijab », Irish Times, 3 septembre 2 (...)

27Fait significatif, c’est un directeur d’une école « publique », dans le sens de financée entièrement par l’État et administrée par un Comité d’enseignement professionnel (comme environ 33 % des écoles secondaires irlandaises), qui, confronté à la question (avec une élève fille de parents irlandais et britannique convertis à l’Islam et estimant que le port du hijab était pour elle une obligation religieuse), a adressé cette demande de clarification à l’État en mai 2008. Finalement, le caractère spécifique de ce type d’école (pourtant les seules écoles qui peuvent être considérées comme publiques au sens strict, bien que des représentants des Églises puissent siéger dans leur Conseil d’Administration) n’a pas été reconnu par l’État lui-même : à l’issue d’une consultation auprès des directeurs d’établissements scolaires, le ministre à l’Intégration Conor Lenihan a déclaré en août 2008 que le hijab « n’[était] pas un problème dans les écoles »38 (que celles-ci soient confessionnelles ou non, donc), et a décidé, d’un commun accord avec le ministre de l’Éducation, de ne pas publier de directive concernant le port du voile islamique à l’école. L’État bottait en touche, préférant renvoyer la décision aux écoles elles-mêmes, et suggérant implicitement que le port du voile devait être accepté d’une manière générale. En l’absence de tout plan B gouvernemental au cas où une école refuserait d’admettre une élève voilée, ce qui est manifestement déjà arrivé, le danger subsiste donc d’une politique différenciée selon les écoles, l’idée maîtresse restant que les écoles doivent faire preuve de « bon sens » et chercher des solutions « négociées » (par exemple un voile de la couleur de l’uniforme)39.

  • 40  Aiveen Mullally pour le Joint Managerial Body/Association of Management of Catholic Secondary Scho (...)

28Finalement, à ce jour, la seule directive générale (destinée aux établissements secondaires catholiques) au sujet du voile, mais cette fois du voile dit « intégral » couvrant le visage ou niqab, est venue de l’Association des administrateurs des écoles secondaires catholiques, qui a interdit celui-ci explicitement dans ses directives sur l’inclusion des élèves d’autres religions dans les écoles secondaires catholiques (qui constituent plus de 50 % des écoles dans le second degré) en septembre 201040.

  • 41  Fintan O’Toole, Enough is Enough :  how to Build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010, (...)

29De la même manière, aux questions posées ces dernières années au Dáil, l’assemblée nationale irlandaise, sur le fait que les centres de formation des maîtres en Irlande sont tous confessionnels et requièrent une formation à l’enseignement de la religion (faith formation) et sur le caractère discriminatoire de cette situation, les ministres de l’Éducation successifs ont refusé de s’aventurer sur le terrain des principes, comme le fait remarquer le journaliste et essayiste Fintan O’Toole. Ils ont ainsi systématiquement répondu que, d’après les directions de ces établissements, personne ne s’était plaint de cet état de fait jusqu’à présent, et que ce n’était donc pas un problème41.

Un problème – ou non ?

  • 42  Un correspondant de l’Irish Times à Berlin se faisait l’écho de ces débats en Irlande : Derek Scal (...)
  • 43  National Consultative Committee on Racism and Interculturalism (NCCRI).
  • 44  Philip Watt, « Symboled Out ? A contribution to the public discussion focusing on the wearing of t (...)

30Étant donné le contexte spécifique du système éducatif irlandais, il n’est pas étonnant que les autorités n’aient pas souhaité prendre le risque d’ouvrir une véritable boîte de Pandore en publiant des directives précises au sujet du port du voile, qui auraient inévitablement conduit à un débat plus large sur les autres signes religieux (comme en Allemagne par exemple où une loi régionale a interdit en 2006 l’ensemble des symboles religieux, crucifix et voiles inclus, suite à une controverse liée au hijab42), et à partir de là sur le système éducatif irlandais. Cela signifie-t-il pour autant que, comme l’ont déclaré le ministre à l’Intégration Conor Lenihan, mais aussi le directeur du Conseil consultatif national sur l’interculturalisme et le racisme43 Philip Watt44, la question des signes religieux à l’école ne soit pas véritablement un problème aujourd’hui en République d’Irlande ?

  • 45  Par exemple, Breda O’Brien, « Secular education for all would deny right to parental choice », Iri (...)
  • 46  Karin Fischer, « Les ‘sans religion’ en République d’Irlande : une ‘communauté’ invisible ? » (cit (...)

31La défense des institutions scolaires catholiques en Irlande repose aujourd’hui très largement, non pas tant sur les concepts d’égalité citoyenne ou de bien commun, mais sur la notion de choix privé, en l’occurrence celui des parents45. La Convention européenne sur les droits humains de 1949 est souvent évoquée dans cet esprit. Le document de politique générale publié par les évêques catholiques irlandais en 2007 cite ainsi des extraits des textes européens et internationaux sur les droits humains des années 1940 et 1960 à l’appui du droit des parents au choix d’une école religieuse pour leurs enfants. À partir du moment où on accepte la primauté du choix des parents (jusqu’à la majorité), la demande éventuelle du port du voile pour leurs enfants ne peut qu’être acceptée également. Lorsqu’il est question de « tolérance religieuse », on note finalement un amalgame quasi-systématique entre droits des parents et droits des enfants en matière de liberté de conscience et de religion : la plupart des commentateurs irlandais en faveur d’une approche dite « tolérante » (autorisation du port du voile etc.) évoquent le droit des enfants à « leur » religion, sous-entendu celle de leurs parents (ou absence de religion – bien que ce cas de figure soit beaucoup plus rarement évoqué46).

32On peut à ce sujet évoquer l’anecdote (racontée lors d’une réunion à laquelle nous avons assisté) de l’enseignante d’une école primaire Educate Together confrontée à une mère qui lui demandait de faire en sorte que sa fille porte le voile islamique, alors que celle-ci avait tendance à l’enlever en arrivant à l’école. L’enseignante se disait désemparée, considérant qu’il n’était pas dans son rôle d’imposer le voile à la jeune fille. De manière plus systématique dans le contexte irlandais se pose la question du risque d’un sentiment d’exclusion des enfants non catholiques dans les écoles primaires confessionnelles, dans la mesure où ceux-ci se retrouvent exclus de fait de moments essentiels dans la vie de ces écoles, comme la première communion qui reste la principale fête de l’année correspondante pour la grande majorité des élèves. De la même manière, beaucoup restent au fond de la classe pendant le temps de l’éducation religieuse, qui s’apparente toujours très fortement à un catéchisme, en l’absence de solution pratique apportée à leur droit constitutionnel théorique d’être dispensé d’instruction religieuse.

  • 47  Arrêt rendu (unanimement) par une chambre de sept juges de sept pays différents : Belgique, Portug (...)

33En contrepoint, la décision de la Cour Européenne des droits humains dans l’affaire Lautsi en novembre 2009 (l’État italien a fait appel auprès de la Grande Chambre, appel en cours) fait ressortir le caractère bel et bien problématique de la situation en Irlande : la Cour européenne a condamné l’Italie pour la présence de crucifix dans les salles de classe des écoles publiques, les juges ayant estimé cette disposition contraire à la fois au droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté de religion47. Cette décision est le signe d’une évolution relative mais significative : l’interprétation des droits humains comme étant aussi potentiellement ceux des enfants (avec l’éclairage au moins implicite de la convention de 1989, mais en se référant aux articles 2 et 9 de la convention de 1949) et l’idée d’implications spécifiques de l’exercice de ce droit par les enfants (comment le rendre possible ? En développant leur autonomie de pensée et donc leur capacité de choix, et non en leur imposant a priori telle ou telle affiliation religieuse).

34La question de la spécificité de l’espace public scolaire en matière de neutralité religieuse peut donc être posée du point de vue du respect de la liberté de conscience et de religion des enfants, explicitement garanti dans l’article 14 de la Convention Internationale sur les Droits de l’Enfant de l’ONU de 1989, Convention signée et ratifiée depuis par la République d’Irlande comme par la plupart des pays du monde, à l’exception notable des États-Unis (qui l’ont signée sous la présidence de Bill Clinton, mais pas ratifiée) et de la Somalie :

1. Les États parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.
2. Les États parties respectent le droit et le devoir des parents ou, le cas échéant, des représentants légaux de l’enfant, de guider celui-ci dans l’exercice du droit susmentionné d’une manière qui corresponde au développement de ses capacités.

35Le greffe résume la décision de la Cour européenne de la manière suivante :

L’État doit s’abstenir d’imposer des croyances dans les lieux où les personnes sont dépendantes de lui. Il est notamment tenu à la neutralité confessionnelle dans le cadre de l’éducation publique où la présence aux cours est requise sans considération de religion et qui doit chercher à inculquer aux élèves une pensée critique.

36La transposition à la République irlandaise d’une telle décision poserait un problème évident en raison précisément de la délégation par l’État de sa mission d’éducation publique, aux Églises essentiellement. Il n’est pas étonnant non plus dans ce contexte que le document des évêques catholiques irlandais de 2007 passe entièrement sous silence la question du droit des enfants, alors qu’il cite par ailleurs les textes internationaux sur les droits humains des années 1940 et 1960.

37Dans les débats publics, en Irlande comme ailleurs en Europe, on a souvent l’impression que l’« appartenance religieuse » des enfants est traitée comme une donnée immuable, au même titre que le sexe ou le handicap par exemple. C’est dans la perspective d’une imposition acceptée du droit des parents sur leurs enfants que repose l’idée d’une tolérance de la « religion des enfants » et donc du port du voile islamique à l’école ou de la préparation à la première communion pendant les heures de cours pour les enfants de parents catholiques. Les enfants ne peuvent qu’être influencés par leur environnement familial, social et culturel, mais est-ce bien le rôle de l’État que d’imposer la religion des parents, ou/et dans le cas irlandais des intérêts religieux privés qui contrôlent les écoles, aux enfants dont il a la responsabilité éducative ?

  • 49  Desmond M. Clarke, Church and State, Cork : Cork University Press, 1985, p. 214-226 ; Margaret A. (...)
  • 50  Gerison Lansdown, « Progress in implementing the rights in the Convention : Factors helping and hi (...)

38Quelques auteurs en Irlande, tels Desmond M. Clarke et Margaret Libreri, soutiennent au contraire l’idée que, dans le respect de leurs droits et de leur personne, les enfants ne devraient pas être définis, ou pré-définis, par la religion de leurs parents, et que l’un des rôles de l’État en tant que garant de ces droits devrait être de préserver, voire de développer autant que possible, leur liberté de pensée, de conscience et de religion49. Comme le note Gerison Lansdown dans une étude sur le processus d’application de la Convention des droits de l’enfant de 198950, la Convention voit les parents, et plus généralement les adultes, comme des guides qui doivent accompagner les enfants dans le développement de leur capacité à prendre des décisions par eux-mêmes, au fur et à mesure que ceux-ci acquièrent la capacité de compréhension et la maturité nécessaires pour ce faire. Dans cette perspective, il s’agit bien davantage de faire des écoles ou, plus généralement, des lieux où les enfants sont dépendants de l’État, des espaces de liberté permettant à ceux-ci, au fur et à mesure qu’ils grandissent et gagnent en maturité, d’exercer pleinement leurs droits et de faire leurs choix en conscience – une perspective qui souligne là encore le caractère spécifique des écoles en tant qu’espaces publics.

Haut de page

Bibliographie

[Anonyme], « Gardaí stand firm on religious dress ban », Metro Éireann, 21 août 2008.

[Anonyme], « Spare us from these ‘Angelus’ bashers », Irish Independent, 8 octobre 2008.

Boland R., « Church and schools : the public speak », Irish Times, 30 janvier 2010.

Brennan P., « La délaïcisation de l’État (1922-1937) », in Paul Brennan (dir.), La sécularisation en Irlande, Caen : Presses Universitaires de Caen, 1998, p. 105-128.

Clancy P., Drudy S., Lynch K., O’Dowd L., Irish Society : Sociological Perspectives, Dublin : Institute of Public Administration, 1995.

Clarke D.M., Church and State, Cork : Cork University Press, 1985.

Central Statistics Office Ireland, 2006 [en ligne] http://cso.ie/en/statistics/population/, consulté le 12 janvier 2012.

Clifford A., « Two views on the Angelus » et « More on the Angelus », Church and State, n• 70, 2002, p. 4-5 et p. 23-24.

Constitution of Ireland, 1937 [en ligne] http://www.constitution.ie/reports/ConstitutionofIreland.pdf, consulté le 12 janvier 2012.

Constitution Review Group, Report of the Constitution Review Group, Dublin : Stationery Office, 1996.

Cour européenne des droits de l’homme, Lautsi c. Italie (requête nº 30814/06), 3 novembre 2009 [en ligne] http://www.droitdesreligions.net/juris/cedh/20090311.htm, consulté le 12 janvier 2012.

De Roover J., « Viewing the headscarf as just a piece of clothing can stop us getting tied up in knots », Irish Times, 26 mai 2008.

Drudy S., Lynch K., Schools and Society in Ireland, Dublin : Gill & Macmillan, 1993.

Enright M., « The Hijab in Irish Schools », notes sur le blog du Centre for Criminal Justice and Human Rights de la Faculté de Droit de l’Université de Cork, 11 juin 2008 http://www.ucc.ie/law/blogs/ccjhr/2008/06/hijab-in-irish-schools.html, consulté le 22 février 2011

Fischer K., École et religion : hiérarchies identitaires et égalité citoyenne en République d’Irlande, Caen : Presses Universitaires de Caen, 2011.

Fischer K., « Les ‘Sans religion’ en République d’Irlande : une ‘communauté’ invisible ? », in Germain L., Lassalle D., Prum M., Binard F., Deschamps B. (dirs.), Identités et cultures minoritaires dans l’aire anglophone : entre « visibilité » et « invisibilité », Paris : L’Harmattan, 2010, p. 131-146.

Fischer K., « Adapting the school system to the globalisation of Ireland’s population : an Irish solution to an Irish problem ? », TheIrish Review, n° 40-41, 2009, p. 141-154.

Flynn S., « Teachers urge cut in schools run by Church », Irish Times, 5 avril 2010.

Hart S., Price Cohen C., Farrell Erickson, M., Flekkøy M. (ed.), Children’s Rights in Education, Londres : Jessica Kingsley Publishers, 2001.

Hyland Á., « The Multi-Denominational Experience in the National School System in Ireland », Irish Educational Studies, vol. 8, nº 1, 1989, p. 89-94.

Kiberd D., Longley E., Multi-culturalism : The View from the Two Irelands, Cork : Cork University Press, 2001.

Kilgallen G., « Wearing the hijab in school », Irish Times (Lettre), 13 juin 2008.

Lansdown G., « Progress in implementing the rights in the Convention : Factors helping and hindering the process », in Hart S., Price Cohen C., Farrell Erickson M. et Flekkøy M. (ed.), Children’s Rights in Education, Londres : Jessica Kingsley Publishers, 2001, p. 48-51.

Libreri M.A., « Rights, religious education and denominational schools », Irish Educational Studies, vol. 8, nº 1, 1989, p. 115-128.

Mac Cormaic R., « Looking beyond the headscarf », Irish Times, 14 juin 2008.

McDonagh P., « Muslim anger at Opposition calls for school ban on hijab », Irish Independent, 2 juin 2008.

McGarry P., « Ahern ‘upset’ by hesitation to publicly debate faith », Irish Times, 23 avril 2008.

McGarry P., « Ministers agree common approach to wearing of hijab », Irish Times, 3 septembre 2008.

Mac Reannachain P., « Angelus leaves many excluded », Letters, Irish Independent, 7 octobre 2008.

Mullally A., Guidelines on the Inclusion of Students from other Faiths in Catholic Secondary Schools, Dublin : Joint Managerial Body ; Association of Management of Catholic Secondary Schools, avril 2010.

Murphy J.A., « The time to separate faith from fatherland is now », Irish Independent, 2 septembre 2007.

O’Brien B., « Secular education for all would deny right to parental choice », Irish Times, 30 janvier 2010.

O’Brien C., « Sikh will not take up post in Garda Reserve », Irish Times, 15 août 2007.

Ó Ébheannaigh L., « French laws on secularism », Irish Times (Lettre), 29 janvier 2004.

O’Riordan S., « Gardaí up in arms over order to shift Sacred Heart », Irish Examiner, 9 juillet 2002.

O’Toole F., Enough is Enough – How to Build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010.

Penet J.-Ch., « Closer to Brussels than to Rome ? The EU as the new external referent for a secularised Irish society and a redefined Catholic identity », Études irlandaises, nº 34/1, printemps 2009, p. 53-66.

Riegel R., « Removing statue of Jesus ‘akin to work of Talibans’« , Irish Independent, 14 avril 2005.

Scally D., « Headscarf dispute leads to ban on school crucifixes », Irish Times, 30 août 2006.

Watt P., « Symboled Out ? A contribution to the public discussion focusing on the wearing of the hijab in Irish schools », National Consultative Committee on Racism and Interculturalism, 2008, [en ligne] http://www.nccri.ie/pdf/NCCRI_Discussion_Paper_on_the_Hijab.pdf, consulté le 27 février 2011.

Williams K., « Religion and the civic space in France and Ireland », Studies, vol. 95, n° 378, été 2006, p. 129-140.

Haut de page

Notes

1  La question de la place des « sans religion » dans la société irlandaise est évoquée par exemple dans Karin Fischer, « Les ‘Sans religion’ en République d’Irlande : une ‘communauté’ invisible ? », in Lucienne Germain, Didier Lassalle, Michel Prum, Florence Binard et Bénédicte Deschamps (dirs.), Identités et cultures minoritaires dans l’aire anglophone : entre « visibilité » et « invisibilité », Paris : L’Harmattan, 2010, p. 131-146.

2  Citations de Bertie Ahern et de Seán Brady dans Patsy McGarry, « Ahern ‘upset’ by hesitation to publicly debate faith », Irish Times, 23 avril 2008.

3  Jean-Christophe Penet, « Closer to Brussels than to Rome? The EU as the new external referent for a secularised Irish society and a redefined Catholic identity », Études irlandaises, nº 34/1, printemps 2009, p. 65.

4  Paul Brennan, « La délaïcisation de l’État (1922-1937) », in Paul Brennan (dir.), La Sécularisation en Irlande, Caen : Presses Universitaires de Caen, 1998, p. 105-128.

5  « Art. 44.1. The State acknowledges that the homage of public worship is due to Almighty God. It shall hold His name in reverence, and shall respect and honour religion ». Constitution of Ireland, 1937 (telle qu’amendée pour la dernière fois en 2004).

6  « Article 44.2.2. The State guarantees not to endow any religion ». Constitution of Ireland, 1937.

7  « … the natural and imprescriptible rights of the child ». Article 42.5, Constitution of Ireland, 1937.

8  « Fundamental rights. Personal rights. Article 40.1. All citizens shall, as human persons, be held equal before the law. […] Article 40.3.1. The State guarantees in its laws to respect, and, as far as practicable, by its laws to defend and vindicate the personal rights of the citizen ». Constitution of Ireland, 1937.

9  Desmond M. Clarke, Church and State, Cork : Cork University Press, 1985, p. 222-226.

10  Constitution Review Group, Report of the Constitution Review Group, Dublin : Stationery Office, 1996.

11  John A. Murphy, « The time to separate faith from fatherland is now », Irish Independent, 2 septembre 2007.

12  Fintan O’Toole, Enough is Enough – How to Build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010, p. 84-110.

13  Lire par exemple Kevin Williams, « Religion and the civic space in France and Ireland », Studies, vol. 95, n° 378, été 2006, p. 129-140.

14  « The public sphere should now be able to project the diversity of cultures within it, rather than suppress them. In Ireland, this would involve not just showing respect for Muslims, Hindus, Jews and Buddhists, but also for Catholics and Protestants – and that would entail a reversal of many recent trends, which have worked to make even southern Catholicism a matter more of private than public symbolism ». Declan Kiberd et Edna Longley, Multi-culturalism : The View from the Two Irelands, Cork : Cork University Press, 2001, p. 68-69.

15  Karin Fischer, « Les ‘sans religion’ en République d’Irlande : une ‘communauté’ invisible ? » (cité plus haut).

16  Sean O’Riordan, « Gardaí up in arms over order to shift Sacred Heart », Irish Examiner, 9 juillet 2002.

17  Ralph Riegel, « Removing statue of Jesus ‘akin to work of Talibans’ », Irish Independent, 14 avril 2005.

18  Carl O’Brien, « Sikh will not take up post in Garda Reserve », Irish Times, 15 août 2007.

19  Par exemple Angela Clifford, « Two views on the Angelus » et « More on the Angelus », Church and State, N° 70, été 2002, p. 4-5 et p. 23-24 ; ou, plus récemment, dans un échange de lettres publié dans le journal : Pol Mac Reannachain, « Angelus leaves many excluded », Letters, Irish Independent, 7 octobre 2008 et sans nom d’auteur, « Spare us from these ‘Angelus’ bashers », Irish Independent, 8 octobre 2008.

20  Paul Brennan, « La Délaïcisation de l’État (1922-1937) », p. 127.

21  « Guardian of the common good », Art. 42.3.2. Constitution of Ireland, 1937.

22  Ces chiffres sont disponibles (et régulièrement mis à jour) sur le site internet du ministère de l’Éducation irlandais, education.ie. Voir également le site internet de l’association Educate Together, http://www.educatetogether.ie consulté le 16 janvier 2012.

23  Sheelagh Drudy et Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, Dublin : Gill & Macmillan, 1993, p. 80-82.

24  Áine Hyland, « The Multi-Denominational Experience in the National School System in Ireland », Irish Educational Studies, vol. 8, nº 1, 1989, p. 89-94.

25  Pour une présentation de la situation et des débats publics actuels sur la structuration du système éducatif en République d’Irlande, voir par exemple Karin Fischer, « Adapting the school system to the globalisation of Ireland’s population : an Irish solution to an Irish problem ? », The Irish Review, n° 40-41, décembre 2009, p. 141-154.

26  Sheelagh Drudy et Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 74-75.

27  Seán Flynn, « Teachers urge cut in schools run by Church », Irish Times, 5 avril 2010.

28  Rosita Boland, « Church and schools : the public speak », Irish Times, 30 janvier 2010.

29  Voir par exemple le site http://www.schooldays.ie/articles/communion-preparation, consulté le 16 janvier 2012.

30  Voir par exemple http://www.donkphotography.blogspot.com/2009/05/presentation-primary-school-st-marys.html, consulté le 20 février 2011.

31  Patrick Clancy, Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch et Liam O’Dowd, Irish Society : Sociological Perspectives, Dublin : Institute of Public Administration, 1995, p. 602.

32  Cité dans Mairead Enright, « The Hijab in Irish Schools », notes sur le blog du Centre for Criminal Justice and Human Rights  de la Faculté de Droit de l’Université de Cork, 11 juin 2008 http://www.ucc.ie/law/blogs/ccjhr/2008/06/hijab-in-irish-schools.html, consulté le 22 février 2011.

33  « … the personal promotion of foreign symbols, such as the Islamic scarf in schools, would make the attainment of integration more difficult ». Liam Ó Ébheannaigh, « French laws on secularism », Irish Times (Lettre), 29 janvier 2004

34  « if people want to come into a western society that is Christian and secular, they need to conform to the rules and regulations of that country… In the interests of integration and assimilation, they [immigrants] should embrace our culture… Irish girls don’t wear headscarves ». Ruairí Quinn cité dans Patricia McDonagh, « Muslim anger at Opposition calls for school ban on hijab », Irish Independent, 2 juin 2008.

35  Ruadhá Mac Cormaic, « Looking beyond the headscarf », Irish Times, 14 juin 2008.

36  Jakob de Roover, « Viewing the headscarf as just a piece of clothing can stop us getting tied up in knots », Irish Times, 26 mai 2008.

37  Gearód Kilgallen, « Wearing the hijab in school », Irish Times (Lettre), 13 juin 2008.

38  « Integration Minister Conor Lenihan, speaking at the Parnell summer school in Avondale, Co Wicklow, has said that there is « overwhelming evidence«  that the hijab, a headscarf worn by Muslim girls, is « not an issue in schools ». « Gardaí stand firm on religious dress ban », Metro Éireann, 21 août 2008.

39  Patsy McGarry, « Ministers agree common approach to wearing of hijab », Irish Times, 3 septembre 2008.

40  Aiveen Mullally pour le Joint Managerial Body/Association of Management of Catholic Secondary Schools, Guidelines on the Inclusion of Students from other Faiths in Catholic Secondary Schools, Dublin, JMB/AMCSS Secretariat, avril 2010. Document envoyé à toutes les écoles secondaires catholiques en juin 2010 et téléchargeable sur schoolethos.ie (consulté le 25 février 2011).

41  Fintan O’Toole, Enough is Enough :  how to Build a New Republic, Londres : Faber and Faber, 2010, p. 102-104.

42  Un correspondant de l’Irish Times à Berlin se faisait l’écho de ces débats en Irlande : Derek Scally, « Headscarf dispute leads to ban on school crucifixes », Irish Times, 30 août 2006.

43  National Consultative Committee on Racism and Interculturalism (NCCRI).

44  Philip Watt, « Symboled Out ? A contribution to the public discussion focusing on the wearing of the hijab in Irhsh schools », 2008, [en ligne] http://www.nccri.ie/pdf/NCCRI_Discussion_Paper_on_the_Hijab.pdf, consulté le 27 février 2011.

45  Par exemple, Breda O’Brien, « Secular education for all would deny right to parental choice », Irish Times, 30 janvier 2010.

46  Karin Fischer, « Les ‘sans religion’ en République d’Irlande : une ‘communauté’ invisible ? » (cité plus haut).

47  Arrêt rendu (unanimement) par une chambre de sept juges de sept pays différents : Belgique, Portugal, Italie, Lituanie, Serbie, Hongrie, Turquie. Cour européenne des droits de l’homme, Lautsi c. Italie (requête nº 30814/06), 3 novembre 2009 [en ligne] http://www.droitdesreligions.net/juris/cedh/20090311.htm consulté le 12 janvier 2012.

48  Ibid.

49  Desmond M. Clarke, Church and State, Cork : Cork University Press, 1985, p. 214-226 ; Margaret A. Libreri, « Rights, religious education and denominational schools », Irish Educational Studies, vol. 8, nº 1, 1989, p. 115-128.

50  Gerison Lansdown, « Progress in implementing the rights in the Convention : Factors helping and hindering the process », in Children’s Rights in Education, Stuart Hart, Cynthia Price Cohen, Martha Farrell Erickson et Målfrid Flekkøy (ed.), Londres : Jessica Kingsley Publishers, 2001, p. 48-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karin Fischer, « Signes religieux et espace public en République d’Irlande – le cas particulier des écoles », Observatoire de la société britannique, 13 | 2012, 123-146.

Référence électronique

Karin Fischer, « Signes religieux et espace public en République d’Irlande – le cas particulier des écoles », Observatoire de la société britannique [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/1445 ; DOI : 10.4000/osb.1445

Haut de page

Auteur

Karin Fischer

Professeur des Universités à l'Université d'Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org