Navigation – Plan du site

Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe

Susan Finding et Anémone Kober-Smith
p. 9-23

Résumé

Le modèle théorique d’Esping-Andersen (1990), selon lequel la Grande-Bretagne s’apparente à un modèle libéral de l’État-providence laissant une grande part de responsabilité à la famille et au marché, sert de base à la réflexion. Pour sa part, le cadre législatif européen favorise la flexibilité et le modèle du travailleur individuel. Dans quelle mesure l'évolution des emplois « genrés » a-t-elle contribué à l'évolution du modèle social? L'émergence d'un modèle « anglo-européen » est-elle liée aux politiques familiales et/ou aux politiques d'emploi « genrées »? Dans quelle mesure le contexte européen modifie t-il les politiques familiales dans les pays membres? Les particularités du cas britannique sont mises en lumière par l'étude de pays européens autres, notamment la France et l'Italie, étude qui fait également ressortir les convergences et divergences entre pays européens en matière de politiques familiales et de politiques d'emploi « genrées ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le contexte de l’augmentation du taux de participation des femmes dans le marché du travail et de l’évolution des rôles féminins et masculins traditionnels, l’élaboration et la mise en œuvre de politiques familiales et d’emploi visant à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et privée (family-friendly policies) prennent une dimension nouvelle dans bon nombre de pays européens. L’impact de ces politiques sur la participation des femmes au marché du travail et sur la morphologie des carrières féminines, notamment en termes de temps de travail, de continuité et d’évolution des carrières, est suivi de près par les pouvoirs publics.

2Ce numéro de l'Observatoire de la société britannique réunit des chercheurs français, britanniques et italiens en civilisation britannique, en sociologie, en sciences politiques et en sciences économiques qui s'interrogent sur les pratiques et les politiques publiques familiales et de l’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe. Il fait suite à une journée d'étude en 2011 à la Sorbonne Nouvelle, organisée par Anémone Kober-Smith du Centre de Recherche en Civilisation Britannique (CREC/CREW EA 4399), Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et Susan Finding du MIMMOC (EA3812), Université de Poitiers.

Modèles d'intervention et contexte européen

3Comme point de départ, le modèle théorique d’Esping-Andersen (1990) selon lequel la Grande-Bretagne s’apparente à un modèle libéral de l’État-providence laissant une grande part de responsabilité à la famille et au marché, est pris en considération. Pour sa part, le cadre législatif européen favorise la flexibilité et le modèle du travailleur individuel. Dans quelle mesure l'évolution des emplois « genrés » a-t-elle contribué à l'évolution du modèle social? L'émergence d'un modèle « anglo-européen » est-elle liée aux politiques familiales et/ou aux politiques d'emploi « genrées » ? (Trouvé-Finding, 2012) Dans quelle mesure le contexte européen modifie t-il les politiques familiales dans les pays membres (Guergoat-Larivière) ? Les études présentées ici éclairent le cas britannique en soulignant les particularités de celui-ci, mais aussi les similitudes avec d'autres exemples européens, notamment la France et l'Italie.

  • 1  Carte : Female employment rate in the EU, 2007 (%).
  • 2  Table 2. Ces pays sont, par ordre décroissant, le Danemark, la Suède, le Pays-Bas, la Finlande, le (...)

4 Progressivement, au cours des années 1990 et 2000, sont mis en avant dans les directives européennes des objectifs et des stratégies en matière de politiques sociales qui favorisent l'égalité des sexes, l'emploi des femmes, la réconciliation entre travail et vie de famille, et la solidarité intergénérationnelle. Aux sommets de Lisbonne (2000) et de Barcelone (2002), les états d'Europe ont déclaré viser, pour 2010, un taux d’emploi féminin de 60% et un taux d'accueil des jeunes enfants de 90% pour les enfants âgés de 3 ans, et 33% en dessous de cet âge (European Commission, 2008 : 3). Le taux d’activité des femmes enregistré en 2007 dépassait cet objectif dans les pays de l'Europe du nord et de l'ouest (hors la Belgique), alors qu'un effort prolongé attendait les pays de l'Europe du sud et de l'est (en dehors du Portugal) (European Commission, 20081; Le Bihan -Youinou et Martin2).

5 Toutefois, l'activation de l'emploi féminin passe souvent par une activité à temps partiel ou des emplois précaires. Le marché du travail a été féminisé au prix d'une plus grande inégalité de genre dans le domaine public comme le montrent les études sur différents pays présentées ici (voir aussi Maruani; Commission des comptes de Sécurité sociale). En 2012, 62.5% des femmes travaillent, une augmentation de quatre points sur 2010, même si, comme précédemment, presqu'un tiers ont des emplois à temps partiel et que ce chiffre est quatre fois moins élevé chez les hommes (Toutel'europe.org). À  partir de 2010, les états européens ont dévoilé leurs nouvelles priorités dans Stratégie Europe 2020. Pour l’économie,  il s’agit de développer une croissance économique inclusive, c’est-à-dire une économie à fort taux d’emploi favorisant la cohésion économique, sociale et territoriale par l'augmentation du taux et de la qualité des emplois, plus spécialement pour les femmes, les jeunes et les seniors, ainsi qu’une meilleure formation leur permettant de s’adapter au changement et à la « modernisation » du marché du travail et des systèmes de protection sociale. Les actions de discrimination positive en faveur des femmes, des jeunes, des personnes âgées mais aussi des migrants, ont acquis une légitimité politique à travers leur contribution au développement économique d'une Europe vieillissante et en crise (Lewis 2008, Trouvé-Finding 2012).  

6Stratégie EUROPE 2020 Ligne directrice n° 10: promouvoir l’inclusion sociale et lutter contre la pauvreté
L’action des États membres en vue de prévenir et de réduire la pauvreté, y compris par l'accroissement des possibilités d'emploi, volet essentiel d'une stratégie intégrée, devrait viser à favoriser une pleine participation à la société et à l’économie. [...] Permettre à chacun de se prendre en charge et favoriser la participation au marché du travail de ceux qui en sont le plus éloignés tout en veillant à prévenir la pauvreté au travail, contribuera à combattre l'exclusion sociale. Il faudrait à cet effet renforcer les systèmes de protection sociale et la formation permanente et mettre en place des stratégies d'inclusion active générales, afin d'offrir à chacun des perspectives aux différentes étapes de sa vie et une protection contre l’exclusion, en accordant une attention particulière aux femmes.[...]
Les systèmes de prestations devraient être consacrés en priorité à la sécurité des revenus [...] et à la lutte contre la pauvreté, notamment chez les personnes les plus menacées d’exclusion sociale, par exemple les familles monoparentales, les minorités, y compris les Roms, les personnes handicapées, les enfants et les jeunes, les personnes âgées, les migrants en situation régulière et les sans-abri. Les États membres devraient aussi encourager activement l’économie et l’innovation sociales pour apporter un soutien aux plus vulnérables. Toutes les mesures devraient également viser à favoriser l'égalité des sexes.

Le cas britannique

7Le cas britannique montre comment et combien la place et le rôle des femmes dans le marché du travail est devenu une question politique, et comment cette question a engendré celle d'une politique de soutien aux familles. Une étude de l'historiographie montre les évolutions. Des études historiques et sociologiques sur les besoins en main d’œuvre et sur la place des femmes dans la société à la fin des années soixante-dix et pendant les années quatre-vingt ont été suscitées par les transformations de la société et l’émergence d'une critique féministe (tels que Wilson; Moss; Mottershead; Parents at Work; Summerfield; Smith: Lewis 1991 et 1992). Alors qu’une nouvelle lecture du rôle des femmes dans l’économie contemporaine et passée s’élaborait, le contexte politique des années quatre-vingt-dix mit l’accent sur les valeurs morales et le rôle des femmes et de la famille comme ciment social face aux évolutions de la société (Timms; Etzioni; Jourdan, Redley, James; Lister; Morgan 1995).

8 Les premiers travaux concernant l’analyse des politiques publiques sur la famille furent publiés à cette époque. On commençait alors - au début des années 1990 - à utiliser l’expression de ‘politique de la famille’ au Royaume-Uni, alors même que le pays n'a jamais eu de politique familiale coordonnée (Coote, Harman, Hewitt; Fox Harding; Fraser; Guthier; Hantrais et Letablier; Sainsbury). Dans le débat politique du siècle finissant, les rôles de la famille comme unité de production, unité sociale, unité de reproduction sociale et unité économique sont répertoriés par les chercheurs britanniques (Wasoff et Dey). De nombreux chercheurs étudièrent alors la place de la famille comme foyer de citoyenneté dans la communauté, comme vecteur d’inégalités et comme enjeu dans la lutte contre l’exclusion (Maruani 1998; Morgan 1998; Ringen). L’impact des mesures adoptées au Royaume-Uni dans le domaine de la famille à partir de 1997 fit l’objet d’analyses économiques et politiques. C’est alors que commencèrent à se multiplier des études comparatives sur la variété et l'impact des politiques familiales en Europe et dans le monde (Daly; Harrington Meyer; Hirschmann et Liebert; Lewis 2002; Liebmann; Morgan 2002; Rostgaard).

9 L’ensemble des travaux traitant de la politique de la famille évoque ainsi la place de la famille dans les priorités politiques des pouvoirs publics, et les représentations de la famille que renvoie la société britannique. Le débat sur le rôle de l’État est tout particulièrement mis en relief dans ce domaine. Pour ce qui est de la petite enfance, le public serait sensible voire réfractaire aux incursions de l’État, à une prise en charge par l'État des formes de garde de jeunes enfants,  qui pourrait ressembler à une "collectivisation". Ce débat en matière sociale correspond à celui qui se déroule dans le domaine économique et qui oppose les partisans de prestations sociales publiques à ceux qui préconisent les services privés. Cette différence est capitale dans l’évolution des services à la famille. Les indications fournies par les débats sur la politique familiale apportent ainsi des renseignements sur les choix sociétaux et les modèles d'État-providence. De même, l’hypothèse d’une démocratisation de l’accès aux services publics - qui ne pourrait s’accomplir sans dégradation des conditions d’accueil, du travail et du statut du métier - est à étudier à la lumière de la politique familiale. La massification dans ce domaine, vaste champ d’innovation, a-t-elle permis de déboucher sur de nouvelles solutions ne menant pas inévitablement à une dégradation des services ou des emplois, comme le cas des badanti en Italie (Giuliana COSTA) et les emplois d'assistante dans les centres pour la petite enfance au Royaume-Uni (Susan Finding) semblent indiquer ?

Les études comparées

10L'organisation interne de ce volume suit une progression méthodologique qui entoure des études de cas thématiques et par pays, ainsi que des considérations théoriques et comparatives. Seront abordées les thématiques du travail et du genre sous un angle comparatiste international, l'évolution des marchés du travail féminin en rapport avec différents secteurs de la nouvelle économie de services publics (éducation, santé, garde d'enfants) dans différents pays d'Europe, et l'articulation(s) entre travail rémunéré et non-rémunéré, vie professionnelle et vie privée.

11 Douze spécialistes des politiques sociales, de la sociologie du travail et du genre dans des universités et institutions en France, au Royaume-Uni et en Italie se penchent sur ces questions dans ce volume. Deux articles traitent plus particulièrement des aspects méthodologiques et théoriques (Susan Halford, Pauline Léonard; Rosy Musemici et Cristina Solera). Huit articles traitent du Royaume-Uni, seul ou dans une étude comparatiste. D'autres contributions ont pour terrain d'étude la France (Natacha Ordioni), l'Italie (Guiliana Costa; Rosy Musemici et Cristina Solera), ou comparent les pratiques et politiques « genrées » dans plusieurs pays européens - le Royaume-Uni, la France, l'Italie, le Danemark, la Norvège (Pamela Abbott, Corinne Nativel, Claire Wallace; Susan Halford, Pauline Léonard; Rosy Musemici et Cristina Solera).

12 Dans leur contribution les professeurs Harlford et Léonard proposent une introduction théorique, une réflexion sur des grands axes interprétatifs et des études de cas. Leur recherche concerne la façon dont les organisations (entreprises, lieu du travail) peuvent être « genrées ». Elles passent en revue l'écart entre la littérature théorique de la sociologie et de la critique féministe d'une part et les questions de politique publique d'autre part, des préoccupations qui semblent souvent éloignées les unes des autres. Elles avancent ensuite que les concepts d'espace et de temps – notamment sous la forme d’innovation technologique – peuvent aider à analyser les évolutions dans les rapports de travail « genrés », au-delà des concepts de classe sociale, de genre, d'âge. Enfin, elles montrent la pertinence de ses analyses dans le cadre d’études de cas qu'elles ont menées auprès des sages-femmes des îles Lofoten en Norvège au moment de l'introduction d'un projet de consultation obstétrique par internet, auprès du personnel hospitalier du service national de santé au Royaume-Uni, du personnel d’une grande compagnie d’assurance britannique, et du personnel britannique dans des services devenus chinois à Hong Kong lors de la rétrocession de la  colonie britannique à la Chine.  

13 Le cas des familles composées de deux parents travaillant à temps plein est étudié par Pamela Abbott, Corinne Nativel et Claire Wallace. Il s'agit de confronter la typologie des régimes de travail et des modèles sociaux en Europe (Esping-Andersen, 1990 et 1999) aux pratiques parentales en termes de garde d’enfant(s). Cette étude – qui a été menée dans six pays européens représentatifs des différents modèles d’État-Providence, le Danemark, l'Autriche, la Hongrie, l'Italie, le Portugal et le Royaume-Uni – a mis en lumière la façon dont les parents qui travaillent résolvent la question de la garde d'enfant(s).  Les solutions adoptées incluent, à des degrés différents, les horaires flexibles (télé-travail, travail à domicile, horaires décalés), le recours à des structures de garde publiques ou privées et l'emploi des grands-parents pour lesquels la question de la rémunération publique ou privée est débattue. En dépit d’avancées significatives, les tâches ménagères et parentales restent très inégalement réparties entre les pères et les mères. Les auteurs concluent en soulignant qu’il existe de fortes convergences dans les stratégies parentales pour l’ensemble des pays étudiés en dépit de divergences nationales en termes de modèle social ou d’emploi.

14 La continuité de l'emploi et les périodes de retrait du marché du travail semblent cependant se déroger à ces convergences. Rosy Musemici et Cristina Solera montrent comment le taux de participation au marché du travail et le type de participation changent avec la parentalité. Les différentes formes d'interruption du travail sont étudiées en fonction de leur durée, de leur genre, de leurs motifs et de leur impact sur le retour dans le marché de l'emploi, notamment en termes de type de travail au retour et de niveau de salaire. Le chômage ou les charges de famille, raisons principales de l'interruption de carrière, ont clairement un coût en termes d'emploi actuel et futur, d'évolution de carrière et de salaire. Le coût des charges de famille - qui sont les plus élevées et les plus « genrées » - est plus réduit dans les pays qui ont une politique de la famille développée, et où les dépenses publiques sont orientées vers les services d'aide à la petite enfance plutôt que des allocations aux parents. Le coût est minimal dans les pays ou le droit aux congés parentaux sont un droit individuel, où les pères bénéficient de congés de paternité, où l'allocation pendant le congé est élevée pendant l'ensemble du congé, et où la durée totale du congé est relativement réduite. En somme, les pays où les parents sont encouragés à s'occuper pleinement de leurs nouveau-nés, mais qui encouragent les parents à retourner rapidement au travail.

15 En France, comme en Italie, les emplois familiaux sont particulièrement investis par les femmes et par les migrantes. L'absence de services publics en Italie (Giuliana Costa) crée de nouveaux emplois et de nouveaux statuts. Au Royaume-Uni, l'immigration et les emplois féminins ont été longtemps associés au sein du secteur hospitalier (Kober-Smith). Les besoins en main-d’oeuvre ont apporté les services d'emploi français à s'associer aux services d'immigration et à l'Agence nationale des services à la personne pour tenter de recruter parmi les personnes d'origine étrangère cherchant soit un emploi, soit un titre de séjour. La question de la régularisation des 'sans-papiers' aux emplois mal qualifiés, mal payés et sans sécurité - qu'ils soient  hommes ou femmes -  s'ajoutent la question des politiques familiales. En France, le marché de l'emploi dans certains secteurs (entretien, propreté, sécurité, services à la personne) dépend d'une main-d’oeuvre docile, « genrée », souvent clandestine et migrant(e)s de provenance subsaharienne.

16 De même, l’émergence en Italie d’un système pour pallier aux difficultés rencontrées par les familles face à une population vieillissante, une participation active grandissante des femmes au marché du travail, et l’absence de système de prise en charge des personnes âgées et/ou dépendantes, crée à la fois un système mixte privé-public et un marché du travail qui a été largement investi par des migrantes clandestines. Giuliana Costa retrace comment et pourquoi les familles italiennes s’en sont accommodées. Elle montre que le Royaume-Uni n’est pas le seul pays a avoir recours à un mélange public-privé en termes de politiques sociales, et que le travail « genré » dans la politique de la famille est également une réalité transalpine. Le lien entre l'accueil d'immigrantes et les besoins de la population a créé une nouvelle catégorie socio-professionnelle, les badanti, assistantes de vie, qui supplée aux services publics absents. Cette profession reste mal reconnue, mal rémunérée et sans possibilité d'évolution de carrière. La profession est clairement « genrée » et composée d'une population immigrante, ce qui démultiplie les discriminations économique et sociale que les badanti rencontrent. Mais ce modèle ne manque pas d'intérêt pour d'autres pays où le coût et le manque de places dans des maisons médicalisées et EPHADs (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées et Dépendantes) sont prohibitifs (Odone).

17 La contribution de Catherine Coron, qui concerne la politique sociale du gouvernement New Labour, le New Deal rappelle que cette politique avait pour but premier de s'attaquer au chômage des jeunes. Ce n'est qu'accessoirement que le chômage des jeunes parents isolés fut ciblé. Le New Deal for Lone Parents doit être considéré comme une politique « genrée » d'activation car la grande majorité des parents isolés concernés sont des femmes. En outre, une analyse statistique du niveau d'étude des inactifs met en évidence le taux élevé d’étudiants dans la population masculine inactive et de personnes à charge de famille dans la population féminine inactive. Ces chiffres remettent à nouveau à l'épreuve la théorie du « choix » de l'inactivité et du temps partiel chez les femmes (preference theory) (Hakim; Gregory & Milner).  

18 Au Royaume-Uni la création d'un service de garde pour les enfants non-scolarisés a été associée à une politique d'activation d'emploi ciblant, entre autres, les femmes, et en particulier les parents isolés. Susan Finding examine l'entrelacement de deux politiques qui étaient censées améliorer la condition féminine, la réconcilition entre travail et famille, l'emploi des femmes, et les désavantages sociaux que rencontraient les familles monoparentales. Cependant, alors que le secteur préscolaire offrait de nouveaux emplois, ces emplois ont accentué la féminisation dans le secteur du care et entraîné avec eux des conséquences souvent reconnues lors de la féminisation d'un secteur, comme l'emploi à temps partiel, un niveau de qualification bas et de faibles salaires. La ressemblance du système d'intervention sociale britannique avec le modèle suédois où le marché de l’emploi est clairement « genré », public/féminin, privé/masculin, a donc été renforcée.

19 La sectorisation de l'emploi féminin, dans des secteurs appelés "3Cs" - Caring, Catering, Cleaning - les services à la personne, la restauration, la propreté,  est particulièrement présente dans l'enseignement et le domaine hospitalier. Les raisons qui expliquent ce phénomène sont multiples. En Italie, il semblerait que les femmes utilisent le secteur public, notamment le secteur de l'enseignement, comme un moyen de compenser l'absence de mesures nationales en faveur de la réconciliation entre famille et emploi. Avoir un emploi dans ces secteurs rend  « légitime » le travail des femmes. Il permet aux femmes de faire valoir leurs études, de combattre des préjugés encore forts contre l'activité rémunérée d'une femme en dehors du foyer (le sien ou celui d'un/e autre), et d'utiliser les avantages en nature qu'offrent les services publics à sa main-d’oeuvre féminine. Les interruptions de carrière sont par conséquent bien moins nombreuses chez les femmes qui travaillent dans le secteur public quel que soit leur niveau d'études. L'avantage principal qu'offre ce choix de carrière aux femmes avec un niveau d'études élevé n'est pas tant l'emploi ou le salaire, mais un taux plus élevé de fécondité, avantage qui a son importance dans un pays qui a un taux de fécondité parmi les moins élevés d'Europe (Solera et Guinea-Martin).

20 Pouvoir enseigner et être mère n'a pas toujours été possible. La coutume voulait qu'au Royaume-Uni celles qui embrassaient la carrière d'institutrice au début du XXe siècle se trouvassent dans l'obligation de choisir entre métier ou mariage (Trouvé-Finding 2005). Après 1945, en période de plein emploi et dans les années cinquante, lorsque la démographie et l'extension de la scolarité ont contribué à une pénurie d'enseignants, les femmes mariées furent acceptées, mais la maternité mettait à nouveau terme à leur activité. Cette question est toujours de mise. Des travaux récents ont été menés pour savoir si les femmes peuvent rester dans le marché de l'emploi lorsqu'elles sont mères selon le type d’emploi occupé - féminisé, mixte ou masculin (Guinea-Martin et Solera). Solera et Bettio (2012) évaluent la probabilité pour les femmes de quitter un emploi rémunéré pour un travail non rémunéré au sein de leur propre foyer selon des critères spécifiques : ségrégation par l’emploi, classe sociale,  temps de travail, secteur d'emploi ou nature du contrat (à durée indéterminée ou déterminée).

21 Les politiques sociales tentent d'imposer un rééquilibrage entre les sexes dans les organismes publics et les entreprises privées. En France, la loi du 27 janvier 2011 impose un quota de 40% de femmes à la direction des grandes entreprises.  Le pourcentage de femmes accédant à des postes à responsabilité dans les administrations publiques et privées a atteint 20% alors que la fonction publique en France est féminisée à 60% (Guégot), des chiffres qui rappellent le taux de femmes professeurs des universités dans l'enseignement supérieur britannique. La participation des femmes au marché de l'emploi et leur niveau d'études sont au cœur de la contribution de Susan Finding sur le genre, l’éducation et l’emploi dans le système éducatif britannique. La place des filles dans le système éducatif – et celle des femmes comme enseignantes dans ce même système - sont analysées sur la durée. On constate à la fois une augmentation nette du niveau d'études des filles, à tel point qu'il dépasse celui des garçons, et un accroissement de la participation des femmes au marché de l'emploi dans le secteur. Cette participation - qui était historiquement ancrée dans l'enseignement primaire avant de s’élargir progressivement à l'enseignement secondaire puis supérieur – s’est accompagnée d’une ségrégation selon les disciplines, le niveau d'études et les conditions d'emploi. À grade égal, les conditions d’emploi en termes de statut et de salaire restent nettement inférieures à celles des enseignants. Le « plafond de verre », qui empêche les femmes d'atteindre des postes à responsabilité, est présent dans l'enseignement au Royaume-Uni. Dans un climat politique et social où l'égalité est devenue une priorité, les efforts des lobbys et les politiques mises en oeuvre pour contrer cette discrimination commencent à porter leurs fruits. On dénote une progression, assez lente, vers plus de diversité, vers plus de représentation des femmes dans les échelons supérieurs dans le secteur de l'éducation, et vers l'égalité de salaire.

22 En France, selon le rapport parlementaire de 2011, « la très forte féminisation de la fonction publique hospitalière s’explique, par exemple, par une présence importante des femmes à des postes d’administratifs et de soignants (80 % des personnels non-médicaux sont des femmes contre 42 % du personnel médical). Dans la fonction publique de l’État, les emplois techniques sont à l’inverse marqués par une forte présence masculine » (Guégot). L'impact négatif des réformes managériales du système de santé britannique sur l'autonomie du personnel de santé, notamment les infirmières et les personnels paramédicaux, est manifeste (Kober-Smith : 16).

23 Par le biais d’une comparaison entre l’évolution récente des modèles de conciliation famille/travail en France et en Grande-Bretagne, Natacha Ordioni propose d'analyser les modèles, les politiques et la place des femmes dans ces deux sociétés, mais aussi les blocages et les résistances rencontrées lors de la mise en place de politiques égalitaires. On remarquera le « paradoxe français ». Malgré une politique familiale des plus développées, axée sur la participation des femmes au marché de l'emploi, les femmes en France n'accèdent pas plus que les Britanniques à des postes à responsabilité. Les modèles culturels de la maternité et de la paternité, voire de la masculinité, doivent également être analysés pour expliquer ces divergences.

24L'amélioration des services dans le domaine de la politique familiale depuis vingt ans s'est largement appuyée sur les emplois « genrés », fournissant à la fois services et emplois aux femmes chargées de famille. Á l'heure où les États européens adoptent des mesures d'austérité qui touchent les services publics – politique de réduction des dépenses oblige -  l'attribution d'allocations familiales universelles, introduites en 1946 au Royaume-Uni et en 1932 en France et qui sont au coeur de l'État-providence, est remise en cause.  De toute évidence, les coupes budgétaires dans les services publics auront un double impact – à la fois sur les services publics destinés aux familles et sur les emplois « genrés » créés dans ce secteur.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, P., Wallace, C., « Politique familiale et égalité des sexes », Informations sociales, 2010, 159 (3) : 46-56.

Allard, A., Brown, G., Smith, R., What the People want, Families making family policy, Londres, The Children’s Society, 1992.

Becker, G. S., 'Human capital, effort, and the sexual division of labor', Journal of Labor Economics, 1985, 3 (1).

Commission des comptes de Sécurité sociale, « Extrait du rapport de la Commission des comptes de Sécurité sociale, septembre 2011, fiche éclairage "Famille", 15.1. Comparaison des politiques familiales, taux de fécondité et emploi des femmes en Europe », http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/fiche_eclairage_famille_politique-familiales_sept_2011.pdf consulté le 2 février 2013.

Coote, A., Harman, H., Hewitt, P., The Family Way; A New Approach to Policy-Making, Londres, IPPR, 1990.

Daly, M., The Gender Division of Welfare: The Impact of British and German Welfare States, New York, Cambridge University Press, 2000.

Esping-Andersen, G., The Three Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge, Polity Press, 1990.

Etzioni, A., The Parenting Deficit, Londres, Demos, 1993.

European Commission, Directorate-General for Employment, Social Affairs and Equal Opportunities, Unit E.1,  Partnerships for more family-friendly living and working conditions, 2008.

European Commission, Europe 2020. Integrated guidelines for economic and employment policies, SEC(2010) 488 final, Brussels, European Commission,  27.4.2010.

Fox Harding, L., Family, State and Social Policy, Basingstoke, Macmillan, 1996.

Fraser, N., 'After the family wage. Gender equity and the welfare state', Political Theory, 1994, 22 : 591-618.

Gauthier, A.-H., The State and the Family, A Comparative Analysis of Family Policies in Industrialized Countries, Oxford, Clarendon, 1996 (1998).

Gregory, A., Milner, S., 'Editorial: Work–life Balance: A Matter of Choice?' Gender, Work & Organization, 2009, 16: 1–13. doi: 10.1111/j.1468-0432.2008.00429.x

Guégot, F., Députée, L’égalité professionnelle homme-femme dans la fonction publique, Rapport au Président de la République, Paris, Assemblée nationale, 2011.

Guergoat-Larivière, M.,  « L’emploi des femmes en Europe », La Vie des idées, 14 janvier 2013. ISSN : 2105-3030. http://www.laviedesidees.fr/L-emploi-des-femmes-en-Europe.html consulté le 2 février 2013.

Hantrais, L., Letablier, M.-T., Familles, travail et politiques familiales en Europe, Paris, PUF, 1996.

Harrington Meyer, M., (dir.) Care Work: Gender, Class, and the Welfare State, London, Routledge, 2000.

Hirschmann, N. J., Liebert, U., Women and welfare: theory and practice in the United States and Europe, New Brunswick N.J., Rutgers University Press, 2001.

Jordan, B., Redley, M., James, S., (dir.), Putting the Family First, Identities, Decisions, Citizenship, Londres, UCL Press, 1994.

Kober-Smith, A., Le système de santé anglais à l'épreuve des réformes managériales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Le Bihan-Youinou, B., Martin, C., « Les enjeux de la conciliation vie famille-vie professionnelle en Europe », in Le Bihan-Youinou, B., Martin, C.,  Concilier vie familiale et vie professionnelle en Europe, Paris, Presses de l'EHESP, 2008, pp.5-34.

Lewis, J., « Ce qui reste de l'égalité hommes-femmes dans les politiques européennes », in Le Bihan-Youinou, B., Martin, C.,  Concilier vie familiale et vie professionnelle en Europe, Paris, Presses de l'EHESP, 2008, pp.35-58.

Lewis, J., Changing Family Structures and Social Policy: Childcare Services in Europe and Social Cohesion, National Report: UK, TSFEPS, (Transformations des Structures Familiales et Évolutions des Politiques Sociales), CRIDA-LSCI, 2002.

Lewis, J., Women and Social Action in Edwardian and Victorian England, Cheltenham, Edward Elgar, 1991.

Lewis, J., Women in Britain since 1945, Oxford, Blackwell, 1992.

Lewis, J., Work-Family Balance, Gender and Policy, London, Edward Elgar, 2009.

Liebmann, G., 'Making Compassionate Conservatism Concrete' American Outlook, Numéro special, « Fixing the Family », Été 2002.

 Lister, R.,  'The Family and Women',  in Kavanagh, D., Seldon, A., (dir.), The Major Effect, Londres, Macmillan, 1994, pp. 351-364.

Martín-García, T., (dir.) Romulus and Remus or Just Neighbours? A Study of Demographic Changes and Social Dynamics in Italy and Spain. Population Review, Special Collection 4, 2013, 52 (1).

Maruani, M., (dir.), Femme, genre et sociétés. L'état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005.

Maruani, M., Les nouvelles frontières de l’inégalité, Hommes et femmes sur le marché du travail, Paris, La Découverte/Mage,1998.

Morgan, K., 'Does Anyone Have a « Libre Choix »? Subversive Liberalism and the Politics of French Child Care Policy', Michel, S., Mahon, R., (dir.), Child care policy at the crossroads gender and welfare state restructuring, New York, Routledge, 2002, pp. 143-167.

Morgan, P., Farewell to the Family? Public Policy and Family Breakdown in Britain and the USA, Londres, IEA, Health and Welfare Unit, 1995.

Morgan, P., More Damage to the Family, Londres, Centre for Policy Studies, 1998.

Moss, P., Alternative Models of Group Child Care for Pre-School Children of Working Parents, Equal Opportunities Commission, 1978.

Mottershead, P., A Survey of Child Care for Pre-School Children with Working Parents, Equal Opportunities Commission, 1978.

Odone, C., 'I'm packing my mother off to Italy', Daily Telegraph, January 5, 2013.

Parents at Work, The Working Parents Handbook, Londres, Working Mothers Association, 1981 (1997).

Ringen, S., The family in question, Londres, Demos, 1998.

Rostgaard, T., 'Caring for Children and Older People in Europe A Comparison of European Policies and Practices', Policy Studies, 2002, 23 (1) : 51-68.

Sainsbury, D., Gender and welfare state regimes, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Smith, H., 'The Womanpower problem in Britain during the Second World War', Historical Journal, 1984, 27 (4) : 925-945.

Solera, C., Bettio, F., 'Women's Continuous Careers in Italy: The Education and Public Sector Divide', Population Review, 2013, 52 (1).

Solera, C., Guinea Martin, D., 'Do women in female-dominated occupations exit the labour market more? Evidence from Italy, Spain, Denmark and the UK', Population Review, 2013, 52 (1).

Summerfield, P., Women Workers in the Second World War, Londres, Croom Helm, 1984.

Thévenon O., « Les politiques familiales des pays développés : des modèles contrastés », Populations et sociétés, 448, septembre 2008.

Timms, N., Family and Citizenship, Values in Contemporary Britain, Aldershot, Dartmouth, 1992.

Toutel'Europe.eu, « Journée de la femme: quelques chiffres européens », http://www.touteleurope.eu/fr/actions/social/emploi-protection-sociale/presentation/journee-de-la-femme-quelques-chiffres-europeens.html, 6 mars 2012, consulté le 2 février 2013.

Trouvé Finding, S., ‘Teaching as a woman’s job: the impact of the admission of women to elementary teaching in England and France in the late 19th and early 20th centuries’, History of Education Journal, 2005, 34(5) :483-495.

Trouvé-Finding, S.,  « L’harmonisation des politiques sociales en Europe – concilier les différences ou imposer un modèle unique de politique de la famille ?  »  in Martens S., Revauger J.-P., (dir.), Vers un modèle social européen? Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2012, pp. 233-246.

Wasoff, F., Dey, I., Family Policy, Eastbourne, Gildredge Press, 2000.

Wilson, Women & the Welfare State, London, Tavistock Publications, 1977.

Women & the welfare state, E.books.google.fr - Women and the Welfare State approaches the question of welfare policy from an entirely fresh perspective. In it the author argues that an appreciation of the way in which women are defined by welfare policies, and have been since the beginnings of the Industrial Revolution, is essential to a true understanding... http://books.google.fr/books/about/Women_the_welfare_state.html?id=RDyyMU7oCPcC&utm_source=gb-gplus-share

Haut de page

Notes

1  Carte : Female employment rate in the EU, 2007 (%).

2  Table 2. Ces pays sont, par ordre décroissant, le Danemark, la Suède, le Pays-Bas, la Finlande, le Royaume-Uni, l'Estonie, l'Autriche, la Lettonie, l'Allemagne, le Portugal, la Slovénie, la Lituanie, la Chypre, l'Irlande et la France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Finding et Anémone Kober-Smith, « Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe », Observatoire de la société britannique, 14 | 2013, 9-23.

Référence électronique

Susan Finding et Anémone Kober-Smith, « Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe », Observatoire de la société britannique [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://osb.revues.org/1493

Haut de page

Auteurs

Susan Finding

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Poitiers

Articles du même auteur

Anémone Kober-Smith

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Paris 13

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org