Navigation – Plan du site

La politique familiale à l’épreuve des stéréotypes de genre : une comparaison France, Royaume-Uni, Suède

Natacha Ordioni
p. 119-140

Résumé

Les transformations qui ont affecté la sphère familiale et professionnelle et l’influence croissante des normes européennes ont contribué à faire évoluer les modèles et politiques familiales. La première partie de cet article s’attache à comparer l’évolution récente des modèles de conciliation français et britannique, le modèle suédois se voyant également ponctuellement sollicité au titre de référence emblématique. L’étude des pratiques concrètes d’articulation entre la famille et le travail laisse apparaître le maintien de distances notables entre d’une part la Suède et la France, et, d’autre part, le Royaume-Uni, et ce en dépit des mutations de sa politique familiale. Dans la deuxième partie de ce travail, est réalisée l’exploitation secondaire d’un panel de questions issues de l’enquête longitudinale EVS (2001-2008). L’analyse statistique révèle que les écarts entre les pratiques se retrouvent dans les représentations et les attitudes à l’égard de la division sexuelle des rôles de chaque pays. En outre, la situation des femmes ne suit pas un tracé linéaire : les retours en arrière sont fréquents et révèlent la force de résistance des stéréotypes de genre.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

famille, valeurs, culture, genre
Haut de page

Errata

Texte intégral

Introduction

1Toute politique publique poursuit un double objectif : définir des normes d’action et construire des cadres d’interprétation du monde (Sabatier et Schlager, 2000). Après 1945, les États Providence occidentaux ont privilégié une définition masculine de la citoyenneté et se sont attachés à reproduire la relation de dépendance existant entre les femmes mariées et leurs époux : l’homme est considéré comme le chef de famille, tandis que le rôle qu’on attend des femmes est celui d’éducatrices, de reproductrices de la force de travail masculine (Hirdman 1988, Pateman 1988). Souvent implicite, ce processus d’institutionnalisation a contribué à rendre invisibles et objectiver les discriminations de genre.

  • 1  Notamment Jenson 1986, Hirdman 1988, Lewis 1992, Sainsbury, 1999.  

2C’est pourquoi de nombreuses recherches empiriques et théoriques ont analysé l’influence des contextes institutionnels et notamment des politiques familiales sur l’offre de travail des femmes. La typologie du sociologue danois Gosta Esping-Andersen (1989), prenant appui sur trois principaux critères - les relations entre l’État et le marché, les effets sur la stratification sociale et la nature des droits sociaux – et précisant qu’il n’existe pas de régime « pur », distingue trois modèles d’État-Providence. Fondé sur le principe d’universalité des prestations, le régime social-démocrate, qui caractérise les pays scandinaves, est celui où le taux d’activité des femmes est le plus élevé, tandis que la garde d’enfants y est financée par l’État. Le modèle français, de nature mixte, relève à la fois du modèle social-démocrate et conservateur : les droits sociaux y sont conditionnés par l’appartenance à une profession, à un groupe social ou à un sexe. Le modèle britannique s’apparente quant à lui au modèle libéral : les transferts sociaux sont limités aux individus les plus démunis, et la garde d’enfants passe par la famille ou le marché. Même si sa typologie a contribué à rendre les femmes plus visibles, Esping-Andersen admet avoir négligé la question de la famille et a souligné l’apport déterminant des analyses féministes1.

  • 2  65% contre 55%. OECD (2012), OECD Family Database, OECD, Paris www.oecd.org/social/family/database
  • 3  Le champ de l’étude est toutefois limité aux revenus « moyens » et « faibles » (LMIs).
  • 4  « More mothers working now than ever before », Labour Force Survey, Office for National Statistics (...)

3Au Royaume-Uni, l’arrivée au pouvoir de Tony Blair (1997) a ouvert vers des changements notables, notamment à travers la création de dispositifs dédiés à l’amélioration de la « conciliation » et la croissance de l’investissement de structures de garde collectives pour les jeunes enfants (National Childcare Strategy, 1998). Toutefois, en dépit d’avancées majeures, ce sont les mères qui conservent la responsabilité de l’articulation famille travail, et ce malgré un taux d’activité bien supérieur à la France et à la moyenne européenne2, et dans un contexte où les ménages sont devenus de plus en plus dépendants des revenus de leur travail – leur contribution a cru de 14 % à 37 % entre 1968 et 2011 (Brewer et Wren-Lewis, 2011)3. Et même si l’écart entre le taux d’activité des femmes avec et sans enfant n’a jamais été aussi faible4, la courbe de l’activité professionnelle des femmes britanniques reste marquée par l’influence des maternités puisque plus de 70 % des mères d’un enfant de moins de six ans sont inactives ou travaillent à temps partiel, contre 50 % des Françaises (OCDE, 2007).

4Les obstacles à la « conciliation » ne sont pas seulement de nature institutionnelle ou économique. D’autres variables explicatives, et notamment le poids des idéaux relatifs à la division genrée des tâches (gender cultures), contribuent à la fois à influencer les politiques familiales et les pratiques concrètes. Pfau-Effinger (2004) distingue trois dimensions explicatives et interdépendantes des différences nationales, qui entrent en interaction : les structures institutionnelles, les normes de genre et les pratiques concrètes. Ces dimensions ne sont pas toujours congruentes et s’inscrivent au sein d’un système dynamique de rapports de pouvoir où les relations de genre sont construites, contestées et transformées, au sein de ce que Connell nomme un ordre de genre (1995).

Mutations socio-démographiques et nouvelles politiques familiales

L’accroissement de l’activité féminine et les transformations de la famille

5Les modèles de Welfare étaient fondés sur des normes familiales et professionnelles qui se sont profondément transformées. C’est notamment le cas du modèle de l’homme pourvoyeur principal des ressources du couple, dominant dans l’après-guerre, qui a progressivement laissé la place à un modèle de famille à deux revenus, inauguré par l’État suédois qui, dès 1968, affirme le principe de l’égalité entre les droits et les devoirs des sexes en matière professionnelle et domestique (modèle de valorisation des soins) (Haas, 2003), tout en s’impliquant directement dans le développement des structures collectives de garde d’enfant. En France, l’intégration des femmes sur le marché du travail a été stimulée par l’idéologie nataliste, favorable à l’octroi d’une aide financière aux familles. Au Royaume-Uni, l’articulation travail / famille s’est déroulée à travers le recours au marché et la flexibilisation de l’activité des mères, notamment à travers la pratique du travail à temps partiel (graphiques 1 et 2).

6En outre, depuis les années 1968, la structure des ménages s’est transformée. On peut noter la forte augmentation des ménages constitués par une personne seule, parmi lesquels la part des personnes âgées tend à croître du fait de l’allongement de l’espérance de vie (graphique 3). Le corollaire de cette évolution est dans la forte diminution de la part des ménages de couples, qui ne représentent plus la norme dominante, en particulier en Suède. En outre, les formes de la famille sont devenues plus informelles et plus fragiles : les conjoints sont de moins en moins enclins à légitimer leur union à travers le mariage (graphique 4), tandis qu’on peut observer la forte croissance du nombre de divorces (graphique 5).

7Plus individualiste, fondée sur l’autonomie des époux, la famille européenne moderne a pris ses distances à l’égard des idéaltypes implicites du Welfare. Ce processus de privatisation de la famille, considéré dès 1892 par le sociologue Émile Durkheim (1975) comme irréversible, s’accompagne d’une socialisation plus développée, au sens d’une intervention accrue de l’État dans la gestion des familles.

L’évolution des politiques familiales

8 Le modèle suédois a été influencé par les travaux des chercheurs Alva et Gunnar Myrdal qui, dès les années 1930, prônent la mise en œuvre de politiques familiales actives en vue de sortir de la dépression économique. L’idéologie d’une participation égalitaire des deux sexes à la force de travail, à l’éducation des enfants et à la vie domestique va dès lors informer les politiques familiales. Parmi les mesures dédiées à cet objectif, figure l’instauration au début des années 1970 d’un système de taxation fiscale individuelle et d’une défamilialisation du coût de la garde d’enfants.

9Dès 1974, une première loi ouvre la possibilité aux mères et aux pères d’accéder à des congés parentaux rémunérés. Une dimension centrale du modèle des adultes actifs (Lewis, 2001) réside dans la responsabilité de l’État dans la garde des enfants en bas âge : en Suède, 70 % des 1-2 ans et 97 % des 3-5 ans sont pris en charge dans des structures collectives (NOSOSCO, 2009 : 47).

10Influencé par la montée en puissance de l’idéologie du « libre choix » des parents, le modèle suédois a récemment introduit des pratiques de « soins contre rémunération » (cash-for-care) - un tiers des municipalités suédoises étaient concernées fin 2009. Dans ce qu’elle incarne une refamilialisation des tâches de care, cette évolution pourrait conduire les femmes aux revenus les plus faibles à réduire leur investissement sur le marché du travail (Eydal et Rostgaard, 2011). Il demeure néanmoins le modèle où valeurs et pratiques sont les plus équitables du point de vue du genre.

11En France, la politique familiale a été influencée par l’étroite connivence qui a longtemps existé entre les gouvernants, les partisans du natalisme et la recherche démographique (Le Bras, 1992). En outre, dès la fin du XIXe siècle, des associations issues de la bourgeoisie catholique et représentant les familles nombreuses font pression sur l’État en vue de favoriser les pratiques de fécondité (Rosental, 2010). Aussi après la deuxième guerre mondiale, la création d’un régime de sécurité sociale subdivisé en quatre branches, institue la famille en pilier central de l’État Providence : dès les années 1940, presque 40 % des dépenses sociales sont destinées au champ de la famille (Thérot et Villac, 1998). En vue de relancer la natalité, sont créés des allocations familiales (1932) et un quotient familial de l’impôt sur le revenu qui octroie des avantages fiscaux aux familles (1945).

12Les premiers accrocs juridiques au modèle de l’homme pourvoyeur unique des ressources du couple apparaissent dès le milieu des années 1960 – avec la fin de l’incapacité juridique de la femme mariée (1965), ou la substitution de l’autorité parentale à la puissance paternelle (1970) (Ordioni, 1996). Et quand en 1981 le parti socialiste arrive au pouvoir, la question de l’articulation entre famille et travail s’impose comme une priorité et débouche sur un vaste programme de création de structures de garde collectives. Pourtant, dès 1985, l’idéologie montante du « libre choix » remet en question les priorités initiales au profit de dispositifs plus individualisés et moins coûteux, parfois synonymes de régression. C’est notamment le cas de l’allocation parentale d’éducation (APE), destinée aux parents qui interrompent leur activité pour élever leurs enfants, et dont 98 % des bénéficiaires seront des femmes : en 1994, son extension aux familles de deux enfants, incite de 200 000 à 250 000 femmes à se retirer du marché du travail (Afsa, 1998). La politique de refamilialisation du care s’incarne aussi au plan fiscal dans la création d’une allocation de garde d’enfant à domicile (AGED, 1986) et d’une aide pour l’emploi d’une assistante maternelle agréée (AFEAMA, 1991). L’ensemble des dispositifs existants seront réunis en 2004 dans une prestation unique d’accueil du jeune enfant (PAJE).

13Dans la mesure où le système de politique familiale a été construit par petites touches, parfois contradictoires, mises en œuvre par des gouvernements de diverses tendances politiques, il est complexe et manque de clarté (Martin, 2010). En un premier temps, il a néanmoins favorisé l’intégration du modèle de la mère active avant d’évoluer vers l’idéologie d’un partage des rôles au sein du couple, comme l’incarnent notamment l’instauration d’un congé parental d’éducation, ouvert aux deux sexes, dès 1977 (Loi n° 77-766) et la loi du 22 juillet 1987 qui accorde l’autorité parentale aux parents d’enfants nés hors mariage.

14 L’impulsion des directives européennes a contribué à accentuer le processus d’inscription des pères dans la parentalité – indemnisation du congé parental, instauration d’une cérémonie de reconnaissance parentale et d’un « livret » de paternité (2001), création d’un congé paternité (2002). En 2010, la France a été classée 8e sur 21 par une étude de l’Institut de la paternité (The Fatherhood Institute). L’index de l’égalité de genre (Gender Equality Index) en matière d’implication paternelle prend en compte trois critères : la proportion de congé parental dédiée au père, le niveau de remplacement du revenu, les incitations positives ou négatives. En vue d’accroître son impact (seuls 2 à 3 % des pères bénéficieraient du congé parental), le gouvernement Ayrault (2013) envisage de créer une période de congé non transférable – exclusivement réservée au père – accompagnée d’un mécanisme de bonification en cas de partage du congé, la France faisant partie des pays de l’OCDE où l’indemnisation du congé parental est pour l’instant parmi les plus faibles.

15 La politique familiale britannique est marquée par l’idéologie libérale, qui prône le laissez faire et la liberté sous toutes ses formes. L’intervention de l’État doit se limiter à l’objectif de sécurisation des biens et des personnes, en particulier au niveau de la protection juridique contre l’arbitraire.

16Aussi le système de santé mis en place suite au rapport Beveridge (1942), demeure extrêmement limité en matière de politique familiale, la famille étant associée à la sphère privée. Il s’agit d’un modèle fortement différencié du point de vue du genre qui subordonne le versement des prestations à la participation au marché du travail, ce qui redouble la dépendance des femmes à l’égard de leur conjoint.

17À partir de 1989, c’est sous l’égide du gouvernement conservateur qu’apparaissent les premières entorses au principe de non intervention de l’État dans la sphère familiale : le Children’s Act tente d’impliquer davantage le père, notamment au niveau de la charge financière de l’enfant (Child Support Act, 1991). Toutefois, au milieu des années 1990, seulement 2 % de la garde des enfants de moins de trois ans est financée de façon publique (Skinner, 2002).

  • 5  Cette dimension était inscrite dans l’agenda politique du parti travailliste dès le début des anné (...)

18En 1997, l’élection du gouvernement travailliste institue la question de la famille et de la garde des enfants au centre de l’agenda politique5. Dans une perspective de meilleure « conciliation travail/famille » (Work Life Balance), la durée du congé maternité est rallongée de 14 à 52 semaines, dont 39 sont indemnisées en partie ou en totalité, tandis que ses conditions d’éligibilité sont assouplies. Deux semaines de congé paternité rémunéré sont introduites et le droit des parents à solliciter des horaires flexibles est étendu (light touch), la « juste » flexibilité se voyant parée de nouvelles vertus : la réduction de l’absentéisme et l’implication dans l’entreprise. Au-delà de sa dimension éthique, cette nouvelle ligne relaie le discours des experts et des institutions internationales qui soulignent qu’investir dans les potentialités des femmes permet de générer des cercles vertueux en termes de développement et d’augmenter l’efficacité sociale et économique (Ordioni, 2005).

19Ce paradigme laisse progressivement la place, à partir de 2003, à une nouvelle priorité centrée sur l’enfance, notamment au niveau de la réduction de la pauvreté. Le montant des subventions versées au profit de la garde d’enfants aurait été multiplié par 16 entre 1998 et 2004, passant de 46 à 884 millions de livres (Brewer et al, 2005).

Le congé parental

20Le Royaume-Uni a longtemps fait preuve de réticence à l’égard du congé parental, car il incarnait une politique favorisant l’emploi des femmes mariées (Haas, 2004 :187).

21L’opposition britannique à l’égard de la loi introduisant le congé parental en Europe se manifeste dès 1983, et se poursuit en 1993 sous la présidence belge. Après avoir vainement tenté d’obtenir une dérogation, le Royaume-Uni demande à ce que la garantie du congé parental s’applique uniquement aux mères, pour finalement opposer son veto le 22 septembre 1994 (Falkner, 1998 :116). Il faudra attendre 1996 pour que suite à un changement de procédure, la Commission transpose au niveau communautaire l’accord-cadre sectoriel signé en 1995 par les partenaires sociaux (directive 96/34/CE).

22Cette directive a joué un rôle majeur dans l’amélioration des législations nationales, de par l’effet direct du droit européen qui a des effets contraignants à l'égard des États membres. C’est ainsi que le Royaume-Uni a institué un congé parental de 13 semaines pour les naissances ayant lieu à compter du 15 décembre 19996. Ce droit a été complété en 2002 par l’introduction d’un congé paternité de deux semaines7. Le Work and Families Act (2006) autorise en outre les pères à partager jusqu’à 26 semaines du congé parental si la mère reprend le travail. La flexibilité du congé parental britannique devrait s’accroître encore dans l’avenir, le gouvernement ayant ouvert la possibilité pour les parents de partager jusqu’à 50 des 52 semaines du congé maternité à partir de 20158. Ces réformes juridiques avaient une ambition culturelle, notamment dans l’entreprise : selon Tony Blair (1998), « Il s’agit de changer la culture des relations de travail…un changement culturel ne peut pas résulter d’un changement de loi. Mais un changement de loi peut être le miroir d’une nouvelle culture, accroître sa légitimité et favoriser son développement »9.

« Every Child Matters » : reconstruire le lien social

  • 10 Les réactions suscitées par la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe (2013) - d’une ext (...)
  • 11  « Ten years of family policy », Londres, Family and Parenting Institute, 2009.

23Le bien-être de l’enfant a été placé au cœur de la politique familiale. Dans cette perspective, les allocations sociales et réductions fiscales à destination des familles les plus pauvres ont été accrues, et les parents isolés ont été ciblés comme groupe prioritaire de la réforme du bien-être. Le Crime and Disorder Act (1998) introduit également des procédures ciblant les parents des enfants à comportement antisocial et prévoit l’abolition des dispositifs qui exonéraient les 10-13 ans. Au-delà des déterminations sociales, les défauts de parentalité sont pointés du doigt et le principe d’une intervention précoce est considéré comme le moyen le plus efficace d’éradiquer les comportements déviants et criminels. Dans cette perspective, le mariage est envisagé comme une institution importante qui doit être consolidée : « Nous partageons la croyance de la majorité des gens selon laquelle le mariage constitue le modèle le plus fiable pour élever des enfants » (Home Office, 1998 :30). Ceci va de pair avec l’extension des droits des couples mariés à toutes les familles ayant contracté un partenariat civil10 (Civil Partnership Act, 2004)11.

24Ces nouvelles préoccupations ne sont pas le monopole du parti travailliste. Depuis 2007, une des croisades de l’aile libérale du parti conservateur réside dans la lutte contre la délinquance juvénile et la restauration du lien social12, tandis que l’objectif de « renforcement » de la famille13 a été incorporé au cœur de l’agenda politique et de l’image publique du premier ministre actuel, David Cameron, qui n’a pas hésité à comparer les pères « absents » à des « chauffards ivres »14 et à jeter le haro sur ceux qui abandonnent leur famille15. En 2010, il a aussi été le premier dirigeant britannique à s’octroyer deux semaines de congé paternité au retour de ses vacances estivales, à l’occasion de la naissance de son quatrième enfant.

25Ce bref passage en revue des caractéristiques récentes des politiques familiales en France, en Suède et au Royaume-Uni laisse apparaître certains rapprochements impulsés par l’ordre européen, notamment au niveau de l’introduction d’une législation « minimale » en matière d’articulation famille / travail (graphique 6). Une autre similitude réside dans l’orientation croissante vers des modes de garde individualisés et flexibles qui seraient susceptibles d’ouvrir une perspective de choix aux « parents ». Pourtant, et en dépit de la neutralité apparente du langage, l’articulation famille / travail demeure dans les trois pays, une responsabilité principalement maternelle : il s’agit de permettre aux mères de « choisir » de rester avec leur enfant ou de trouver le moyen de le faire garder (Lewis et Campbell, 2007), ce qui implique parfois d’avoir recours à des arrangements informels, en particulier au Royaume-Uni (graphique 7).

26Si les femmes consacrent en moyenne plus de temps que les hommes à réaliser des tâches de soins à l’égard d’autrui, ce sont les Britanniques qui y passent le plus de temps (graphique 8). La Suède conforte quant à elle son statut de pays exemplaire en matière d’engagement des pères dans la parentalité (graphique 9) – loin devant les 0,6 % de pères britanniques ou les 1,1 % de pères français ayant pris un congé parental durant la première année de vie de leur enfant16.

27L’analyse statistique des pratiques concrètes de l’articulation entre la famille et le travail laisse apparaître le maintien de distances notables entre d’une part la Suède et la France, et, d’autre part, le Royaume-Uni, et ce en dépit des mutations de sa politique familiale. Ces écarts entre pratiques se retrouvent-ils dans les représentations et les attitudes à l’égard de la division sexuelle des rôles de chaque pays ? Comment les opinions et les valeurs, telles qu’elles s’incarnent notamment dans l’enquête européenne European Values Study (EVS) ont-elles évolué depuis la fin des années 1990 ?

L’évolution des cultures de genre

Le cadre théorique

28Les « régimes » de genre sont définis par des règles, des normes et des lois, des grilles d’action qui orientent les comportements (Sainsbury, 1999). Ils sont traversés par des idéologies qui prescrivent des devoirs et des droits associés à chaque sexe. Par exemple, le régime strict de l’homme pourvoyeur principal des ressources du couple instaure les mères célibataires et les femmes divorcées comme « hors norme », dans la mesure où les droits des femmes sont supposés dériver de leur statut matrimonial. Toutefois, même si les variables institutionnelles, les valeurs et les pratiques concrètes qui caractérisent une société sont interdépendantes, elles ne sont pas toujours congruentes entre elles (Pfau-Effinger, 2004). Existent notamment des formes culturelles nationales spécifiques qui entrent en interaction avec les politiques familiales et les rôles de genre. Pfau-Effinger nomme « culture de genre » (gender culture) l’ensemble des présupposés sur ce qui est jugé normal ou souhaitable au niveau de la division du travail sexuée, et « arrangements de genre » les contours des relations de genre à un niveau global, par exemple au sein des familles ou des lieux de travail. Certains modèles culturels seraient dominants et cristallisés dans des structures institutionnelles (Connell, 1995), par exemple au sein de régimes d’État Providence. La liberté des acteurs à réaliser un choix de modèle de genre se verrait par conséquent limitée par les normes autorisant l’adoption de comportements appropriés. C’est ainsi que la présence d’enfants au foyer et le niveau d’instruction influencent différemment la participation des femmes au marché du travail selon les formes institutionnalisées normatives préférées dans chaque contexte.  

La notion de culture 

29Les formes culturelles sont directement associées aux contacts qui se nouent entre individus, et relèvent donc de l’ordre de l’interaction. C’est pourquoi nous n’envisagerons pas les éléments culturels comme des ensembles stables mais comme des configurations plastiques, contingentes et dynamiques, dans un contexte de globalisation économique, politique et culturelle, où cultures nationales et locales s’inscrivent au sein d’un processus d’hybridation.

30Dans cette perspective, le poids de la masculinité hégémonique (Connell, 1995) et des cultures de genre au sens systémique (Pfau-Effinger, 2004) peuvent freiner le changement individuel et sociétal et constituent les moyens stratégiques de la reproduction de l’ordre de genre. Toutefois, la confusion sémantique engendrée par l’inflation des usages de la notion de « culture » ouvre la nécessité d’évoquer, même brièvement, la hiérarchie et les relations existant entre différents concepts qui lui sont souvent associés. Ceci permet aussi d’éviter que l’identification de certaines opinions et pratiques à des « traits culturels » ne conduise à relativiser et justifier des pratiques d’exclusion et de ségrégation, notamment à l’égard des femmes.

31Durkheim (1912) est un des premiers sociologues à démontrer que les dimensions culturelles d’une société sont en étroite interaction avec ses systèmes de représentations « collectives » et donc sociales. Selon Doise (1982), c’est l’idéologie qui recouvre la dimension la plus large : elle joue un rôle d’effet de contexte des représentations sociales. L’idéologie peut être identifiée à un « code interprétatif » situé « en amont de thématiques particulières », qui contribue à organiser et ordonner les représentations sociales, en sa qualité de « dispositif générateur et organisateur de représentations concernant un objet spécifique » (Rateau, 2000 : 33).

32Le schéma est le suivant :

Idéologie Représentations Sociales Attitudes Opinions

  • 17  Selon Thomas et Znaniecki, cités par Raymond Boudon, « Attitude », Encyclopædia Universalis [en li (...)

33La représentation sociale, définie comme un ensemble d’informations et de croyances relatives à un objet donné, influence directement l’attitude - « état d'esprit de l'individu envers une valeur »17, variable intermédiaire, qui constitue l’instance génératrice et organisatrice des opinions. Une même attitude peut renvoyer à des logiques argumentatives différentes – par exemple, être favorable à l’intervention de l’État en matière de politique familiale peut renvoyer à la volonté de développer l’équité de genre ou au contraire de renforcer les différenciations sexuées. Le stéréotype s’apparente à un indice, à une marque isolée de la représentation sociale (Maisonneuve, 1989). Selon Sherif (1969), il constitue « l’un des moyens qu’utilise le groupe dominant pour maintenir sa position », qui conduit en outre les acteurs à s’adapter aux caractéristiques qui leur sont imputées.

L’évolution des attitudes et opinions associées aux rôles de genre

  • 18   Être femme au foyer donne autant de satisfactions qu’avoir un emploi rémunéré.  Un emploi, c’est (...)
  • 19  Un indice d’adhésion a été calculé, variant de -2 à +2, résultant de la moyenne pondérée de cinq n (...)

34Les attitudes relatives à l’évolution des normes de genre des trois pays étudiés ont été analysées à la lumière de l’exploitation statistique de six questions18 de l’enquête européenne EVS, et assimilées à des indicateurs qui opérationnalisent la variable – conservatisme versus ouverture vers le changement. Deux versants interdépendants de l’adhésion19 ou de l’opposition à la norme de la division sexuée entre sphère privée et publique ont été explorés : la participation des femmes au marché du travail rémunéré et la participation des hommes aux tâches domestiques et à l’éducation des enfants.

La participation des femmes au marché du travail

  • 20  Respectivement 34,7% et 32,9% des Britanniques et des Français se déclarent « d’accord » avec l’af (...)
  • 21  L’indice d’adhésion au modèle de la femme au foyer (q1) passe de 0,31 à 0,45.
  • 22   La mise en relation de l’ « indépendance » des femmes à leur activité professionnelle (q2) et est (...)

35Dans les années 1990, le modèle de l’homme pourvoyeur principal des ressources du couple constitue encore la référence dominante pour plus d’un tiers des Britanniques et des Français, le modèle culturel suédois s’en détachant déjà très nettement. En dépit d’une convergence croissante, les écarts demeurent importants vingt ans après20. Au Royaume-Uni, entre 1990 et 2010, on assiste même à un net recul de la représentation de la légitimité de la mère active21, les attitudes des répondants français et suédois révélant à l’inverse une adhésion croissante au modèle du couple à deux revenus. La France a développé de longue date une culture favorable à l’emploi à plein temps des femmes, associé à une voie centrale d’accès à « l’indépendance » – tandis qu’en Suède, le niveau plus élevé de démarchandisation (Esping-Andersen, 1989) et de défamilialisation (Orloff, 1993) favorise une représentation plus nuancée de « l’indépendance », qui ne se confond pas avec la condition de participation au marché du travail22.

  • 23  0,63 contre 1,36 (France) et 1,29 (Suède)(q3).
  • 24  L’indice  (q4) atteint 0,86 contre 1,3 en France et en Suède.
  • 25  Pour l’analyse des États-Unis et les références au Royaume-Uni, voir Vicedo (2011).  

36Il apparaît donc qu’en dépit des transformations de sa politique familiale, le Royaume-Uni incarne toujours une version culturelle forte du modèle de l’homme pourvoyeur principal des ressources du couple. Et l’affirmation selon laquelle « Le mari et l'épouse doivent contribuer l’un et l’autre aux ressources du ménage » y recueille un indice d’adhésion deux fois moindre qu’en Suède ou en France23.         Une autre spécificité culturelle britannique réside dans la valorisation prononcée de la spécificité de la relation mère-enfant, notamment d’âge préscolaire24 – à laquelle l’influence de la théorie de l’attachement du psychologue John Bowlby (1978) ne serait pas étrangère25. Cette théorie insiste sur la relation à la première figure d’attachement - le plus souvent la mère - et sur l’irréversibilité des carences du premier âge, en particulier durant la première année de vie. 

La participation des hommes aux tâches domestiques et à l’éducation des enfants

37 Les résultats de l’enquête ESV (vague 2008-2010) révèlent l’importance des résistances culturelles à l’égard des nouveaux modèles de la masculinité et de la paternité parmi les répondants britanniques. Et si, dans les trois pays, une majorité adhère au principe selon lequel la responsabilité domestique et parentale doit être partagée (q6), le stéréotype de « l’incapacité » des pères à s’occuper de leurs enfants détermine un indice deux fois plus élevé au Royaume-Uni (q5).

Hypothèses interprétatives

38 L’usage de la variable culturelle comme explicative du comportement humain ne préjuge pas d’un principe de « cohérence culturelle » : l’analyse révèle que dans un même pays peuvent coexister des éléments culturels très hétérogènes et susceptibles de varier selon le genre, l’âge ou l’orientation politique et idéologique.

  • 26  L’indice d’adhésion à la q.3 a été croisé avec un indice calculé à partir de la réponse à la quest (...)
  • 27  L’indice d’adhésion des répondants français se déclarant « de gauche » à la q5 est deux fois plus (...)

39 C’est ainsi que, sans grande surprise, dans les trois pays analysés, l’avancée en âge est à l’origine d’un conservatisme croissant en matière de rôles de genre, et ce dans le cadre des trois vagues d’enquête. L’influence du sexe, moins marquée, est néanmoins notable : les femmes sont dans tous les pays plus favorables au modèle du couple à deux revenus et à l’évolution des rôles de genre. Certaines variables ont un impact qui se transforme au cours du temps : en 1999-2001, le degré de conservatisme politique est fortement lié au conservatisme de genre, par exemple en ce qui concerne l’opinion relative à la contribution aux ressources du ménage. Cette relation va tendre à s’estomper : dix ans après, la légitimité culturelle du modèle à deux revenus s’est propagée de part et d’autre de l’échiquier politique, notamment en Grande-Bretagne26. Il en va plus lentement de la diffusion des nouveaux modèles de la masculinité ou de la paternité, qui déterminent encore aujourd’hui des résistances notables, en particulier auprès des répondants britanniques, et parmi ceux revendiquant leur proximité idéologique avec la droite politique27.

40 Au Royaume-Uni, l’analyse des données reflète un décalage entre la variable institutionnelle – la politique familiale - telle qu’elle a évolué depuis la fin des années 1990, et les résistances de certaines attitudes traditionnelles. Ceci nous conduit à faire le constat d’une certaine indépendance des normes culturelles de genre par rapport aux politiques et aux pratiques. À la lumière de l’analyse de Connell (1995), ce décalage peut être interprété comme la manifestation d’une interaction entre deux sources normatives conflictuelles, un ordre de genre local et un ordre de genre international. C’est ainsi que les normes de l’U.E. ouvrent vers une instabilité croissante de l’ordre de genre local, en particulier dans les pays confrontés à l’obligation de mettre leur législation en conformité sous la contrainte, comme ce fut le cas du Royaume-Uni. Dans cette perspective, il n’y a pas suppression des formes locales de masculinité, mais articulation conflictuelle entre deux systèmes, qui peut se manifester à travers des attitudes de renforcement des stéréotypes et des retours en arrière, en particulier dans un contexte d’euroscepticisme croissant.

  • 28  Contre 48,5% de « confiance » en 1990.

41 L’exploitation des données statistiques corrobore cette hypothèse interprétative. Si en 20 ans (1990-2010), l’idée européenne a perdu du terrain dans tous les pays analysés, c’est en Grande-Bretagne, où moins d’un répondant sur quatre déclare éprouver un degré « élevé » ou « assez élevé » de confiance à l’égard de l’U.E. – que la chute est la plus nette28. Or il apparaît que la défiance à l’égard de l’U.E., en particulier en Grande-Bretagne, est statistiquement corrélée aux résistances à l’égard de l’évolution des normes culturelles de genre. 

Conclusion

42  Depuis les années 1970, dans les pays riches, l’accroissement du taux d’éducation et d’emploi des femmes et les transformations des formes et pratiques familiales ont favorisé l’évolution des politiques publiques et la remise en question des modèles de contrats de citoyenneté qui prévalaient depuis l’après-guerre. C’est ainsi que « l’État du droit intervient de façon plus neutre et adapte sa politique familiale à la logique plus individualiste qui caractérise la famille conjugale, tandis que l’État social développe son action pour compenser les effets d’exclusion qui accompagnent l’ébranlement des structures familiales traditionnelles » (Ordioni, 1996 : 46).

43Cette évolution incarne la double dimension de reflet et de transformation des rapports de genre du droit et des politiques familiales, qui s’apparentent à un mécanisme central de la reproduction ordinaire de l’ordre de genre, mais aussi à un levier pour l’émancipation des femmes. C’est ainsi que les changements ayant successivement affecté les politiques familiales suédoise (années 1970), française (années 1980) et britannique (fin des années 1990) vont contribuer à ébranler les bases institutionnelles des régimes de genre (Connell, 1990 : 563).

44En dépit de certaines ambitions communes en matière d’émancipation des femmes, ces politiques n’ont pas été influencées par les mêmes paradigmes idéologiques et n’ont pas poursuivi les mêmes objectifs. Seule la politique familiale suédoise est d’emblée centrée sur le principe de l’égalité des rôles de genre. Construite par petites touches parfois contradictoires, la politique française a quant-à-elle été traversée par de multiples idéologies – dont une perspective nataliste marquée. Et si au Royaume-Uni, à partir de 1997, la perspective d’émancipation des femmes n’est pas absente de la nouvelle politique familiale, d’autres paradigmes traversent la logique institutionnelle à l’œuvre – dont notamment l’amélioration de la productivité associée à une meilleure articulation famille travail, le renforcement de la cohésion et du lien social, la lutte contre les incivilités, ou la réduction de la pauvreté chez les enfants. Si la légitimité de ces causes est incontestable, leur amalgame a néanmoins contribué à diluer la question des discriminations de genre dans un ensemble plus vaste et indifférencié. En outre, ces politiques n’ont pas atteint la même ampleur dans les trois pays, notamment au niveau des dispositifs d’indemnisation des congés paternité ou des structures collectives de garde d’enfants.

45Malgré ces différences, l’exploitation secondaire d’un panel de questions issues de l’enquête longitudinale EVS laisse apparaître des modifications conséquentes du système de représentation collective des trois pays, qui ouvre entre 1990 et 2010 vers la réduction des stéréotypes de genre. Toutefois, si la France tend à rejoindre la Suède, le Royaume-Uni conserve une position culturelle spécifique conservatrice en matière d’idéaux relatifs à la division sexuée des tâches.

46Parmi les facteurs explicatifs de ce décalage, qui démontre une nouvelle fois, s’il en était besoin, que la mise en équivalence des positions formelles n’épuise pas la relation de domination, la référence au modèle théorique de la masculinité hégémonique (Connell, 1995) s’avère être particulièrement féconde. L’analyse statistique confirme que l’émancipation des femmes n’est jamais acquise et révèle la force de résistance de certains stéréotypes de genre, en particulier au Royaume-Uni, dont certaines attitudes s’apparentent à de véritables retours en arrière. Dans la conception mobile de l’hégémonie, les transformations affectant les conditions de fonctionnement du patriarcat, par exemple en matière de politiques familiales, conduisent à son instabilité croissante. En outre, les avancées favorisées par le processus de globalisation juridique, notamment européen, auraient généré des réactions en retour. Dans cette perspective, le genre doit être lu comme une norme qui structure les identités, les interactions et les institutions, et dont toute avancée accroît en même temps la « déviance » et la mise en œuvre de stratégies de neutralisation, en particulier en termes de résistances culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Afsa, C., « L’allocation parentale d’éducation, entre politique familiale et politique pour l’emploi, INSEE Première, 1998, n° 569.

Bowlby, J., Attachement et perte, Paris, PUF, 1978.

Brewer, M., Crawford, C., Dearden, L., « Reforms to childcare policy », Green Budget, London, Institute for Fiscal Studies, 2005: 146–174.

Brewer, M., Wren-Lewis, L., « Why did Britain’s households get richer? Decomposing UK household income growth between 1968 and 2008–09 », IFS Briefing Note 125, 2011, Institute for Fiscal Studies.

Butler, J., « Faire et défaire le genre », Les Lettres Françaises, supplément au journal L’Humanité, 31 août 2004.

Connell, R. W., Masculinities, (1995) University of California Press, 2005, 2e éd.

Connell, R.W., « The State, Gender, and Sexual Politics: Theory and Appraisal », Theory and Society, 1990, 19 (5): 507–544.

Crompton, R., Brockmann, M., Lyonette, C., « Attitudes, women’s employment and the domestic division of labour: a cross-national analysis in two waves », Work, employment and society, 2005, 19 (2): 213–233.

Department of Trade and Industry (DTI), Fairness at Work, Cm. 3968, Norwich, The Stationery Office, 1998.

Doise, W., L’explication en psychologie sociale, Paris, PUF, 1982.

Durkeim, É., « La famille conjugale », cours de 1892, dans E. Durkheim – Textes III, Paris, Éditions de Minuit, 1975.

Durkheim, É., Les formes élémentaires de la vie religieuse, (1912), Quadrige, Paris, PUF, 2013, 7 éd.

Esping-Andersen, G., The Three Worlds of Welfare Capitalism, Polity Press, 1989, traduction française, PUF, 2007 (1999).

European Values Study Longitudinal Data File 1981-2008 (EVS 1981-2008), Study ZA4804, GESIS.

Eurostat, http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eydal, G. B., Rostgaard, T., « Gender Equality Revisited – Changes in Nordic Childcare Policies in the 2000s », Social Policy & Administration, 2011, 45 (2): 161–179.

Falkner, G., EU Social Policy in the 1990s, Londres, Routledge, 1998.

Haas, L., « Parental Leave and Gender Equality: Lessons from the European Union », Review of Policy Research, 2003, 20 (1): 89–114.

Haas, L., « Parental Leave and Gender Equality: What Can the U.S. Learn from the European Union? », In Gottfried, H., Reese, R. (eds), Equity in the workplace: gendering workplace policy analysis, New York, Lexington Books, 2004, pp. 181–196.

Hirdman, Y., « Genussystemet - reflexioner kring kvinnors sociala underordning » (« Le système de genre: réflexion sur la subordination sociale des femmes »), Kvinnovetenskapligtidskrift, Uppsala, 1988, 3: 49–63.

Home Office, Supporting families: a consultation document, London, The Stationery Office, 1998.

Jenson, J., « La citoyenneté à part entière. Peut-elle exister ? », In Del Re, A., Heinen, J., (dir.) Quelle citoyenneté pour les femmes ?, L’Harmattan, 1996.

Le Bras, H., Marianne et les lapins : l'obsession démographique, Paris, Hachette, 1992.

Lewis, J., « Gender and the Development of Welfare Regimes », Journal of European Social Policy, 1992, 2/3: 158–173.

Lewis, J., « The Decline of the Male Breadwinner Model: Implications for Work and Care », Social Politics, 2001, 8 (2): 152–69.

Lewis, J., Campbell, M., « Work/Family Balance Policies in the UK since 1997: A New Departure? », Journal of Social Policy, 2007, 36: 365–381.

Maisonneuve, J., Introduction à la psychosociologie, Paris, PUF, 1989.

Martin, C., « The reframing of family policies in France: processes and actors », Journal of European Social Policy, 2010, 20: 410–414.

NOSOSCO, Social Protection in the Nordic Countries 2007–2008. Scope, expenditure and financing, Copenhagen, Nordic Social-Statistical Committee, 2009.

OECD, OECD Family Database, OECD, Paris 2012 www.oecd.org/social/family/database.

Ordioni, N., « L’approche genre, outil de développement ou dispositif idéologique au service de la « bonne » gouvernance mondiale ? », In Froger, G. et al., (dir.) Quels acteurs pour quel développement ?, Paris, Gemdev- Khartala, 2005, pp. 55–70.

Ordioni, N., Chapellière, I., Le changement social contemporain, Paris, Ellipses, 1996.

Orloff, A.S., « Gender and the social rights of citizenship: the comparative analysis of gender relations and welfare states », American Sociological Review, 1993, 58 (3): 303–328.

Pateman, C., The Sexual Contract, Stanford University Press, Californie, 1988.

Pfau-Effinger, B., Development of Culture, Welfare States and Women's Employment in Europe, Ashgate, Aldershot, 2004.

Rateau, P., « Idéologie, représentation sociale et attitude : étude expérimentale de leur hiérarchie », RIPS / IRSP (Presses Universitaires de Grenoble), 2000, 13 (1) : 29–57.

Rosental, P-A., « Politique familiale et natalité en France : un siècle de mutations d’une question sociétale », Santé, société et solidarité, 2010, 2 : 17–25.

Sabatier, P., Schlager, A., « Les approches cognitives des politiques publiques », Revue Française de Science Politique, 2000, 50 (2) : 189–207.

Sainsbury, D., Gender Welfare State Regimes, Oxford University Press, 1999.

Sherif, M., Sherif Wood, C., Social Psychology, New York, Harper & Row. 1969.

Skinner, C., « Childcare provision » In Bradshaw, J., (dir.) The Well-being of Children in the UK, London, Save the Children Fund, 2002, pp. 167–187.

Stratigaki, M., « The European Union and the equal opportunities process » In Hantrais, L. (dir.), Gendered Policies in Europe, London, St.Martin’s Press, 2000, pp. 27–48.

The Fatherhood Institute, The Fatherhood Report 2010-11, Abergavenny, Wales, 2010.

Thélot, C., Villac, M., Politiques familiales. Bilan et perspectives, Paris, La Documentation Française, 1998.

Vicedo, M., « The social nature of the mother’s tie to her child: John Bowlby‘s theory of attachment in post-war America », British Society for the History of Science, 2011, 44 (3): 401–426.

Haut de page

Notes

1  Notamment Jenson 1986, Hirdman 1988, Lewis 1992, Sainsbury, 1999.  

2  65% contre 55%. OECD (2012), OECD Family Database, OECD, Paris www.oecd.org/social/family/database.

3  Le champ de l’étude est toutefois limité aux revenus « moyens » et « faibles » (LMIs).

4  « More mothers working now than ever before », Labour Force Survey, Office for National Statistics, 31/ 03 / 2011.  

5  Cette dimension était inscrite dans l’agenda politique du parti travailliste dès le début des années 1990.

6  http://www.legislation.gov.uk/uksi/1999/3312/part/III/made, dernière consultation le 18 février 2013.

7 https://www.gov.uk/paternityleave/overview , Ibid.

8 http://www.lexology.com/library/detail.aspx?g=5579e67b-82b4-4a0e-a2d3-7a3b8e565eb1, Ibid.

9  Department of Trade and Industry (DTI) (1998), Fairness at Work, Cm. 3968, Norwich, The Stationery Office.

10 Les réactions suscitées par la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe (2013) - d’une extrême violence en France, très mesurées au Royaume-Uni – témoignent de l’écart existant entre les représentations du mariage des deux pays.

11  « Ten years of family policy », Londres, Family and Parenting Institute, 2009.

12 http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1556668/Tory-mission-to-repair-Britains-broken-society.html.

13 http://www.conservatives.com/News/Speeches/2008/06/David_Cameron_Stronger_Families.aspx.

14 http://www.dailymail.co.uk/news/article-2005402/David-Cameron-Absent-fathers-bad-drink-drivers.html#axzz2JsIhCpqP.

15 http://www.bbc.co.uk/news/uk-13825737.

16  OECD (2012), OECD Family Database, OECD, Paris http://www.oecd.org/social/family/database.

17  Selon Thomas et Znaniecki, cités par Raymond Boudon, « Attitude », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2013. URL : http://www.universalis-edu.com

18   Être femme au foyer donne autant de satisfactions qu’avoir un emploi rémunéré.  Un emploi, c’est le meilleur moyen pour une femme d’avoir son indépendance. Le mari et l'épouse doivent contribuer l’un et l’autre aux ressources du ménage. Une mère qui travaille peut avoir avec ses enfants des relations aussi chaleureuses et sécurisantes qu’une mère qui ne travaille pas. En général, les pères sont aussi capables que les mères de s’occuper de leurs enfants. Les hommes devraient prendre autant de responsabilités que les femmes vis-à-vis de la maison et des enfants.

19  Un indice d’adhésion a été calculé, variant de -2 à +2, résultant de la moyenne pondérée de cinq niveaux de réponse (de « pas du tout » à « tout à fait » « d’accord »).

20  Respectivement 34,7% et 32,9% des Britanniques et des Français se déclarent « d’accord » avec l’affirmation : « Quand les emplois sont rares, un homme a plus droit à un travail qu’une femme », contre seulement 7,7% des Suédois. En 2008-2010 les réponses atteignent environ 13% (France et Royaume-Uni) contre 2,5% (Suède).

21  L’indice d’adhésion au modèle de la femme au foyer (q1) passe de 0,31 à 0,45.

22   La mise en relation de l’ « indépendance » des femmes à leur activité professionnelle (q2) et est plus élevée en France (1,21) qu’en Suède (0,85) ou qu’au Royaume-Uni, où elle décroît même entre 1990 et 2010 (de 0,45 à 0,39).  

23  0,63 contre 1,36 (France) et 1,29 (Suède)(q3).

24  L’indice  (q4) atteint 0,86 contre 1,3 en France et en Suède.

25  Pour l’analyse des États-Unis et les références au Royaume-Uni, voir Vicedo (2011).  

26  L’indice d’adhésion à la q.3 a été croisé avec un indice calculé à partir de la réponse à la question : « à propos de politique, les gens parlent de droite et de gauche. Vous-même, où vous situez-vous sur cette échelle de façon générale ? » .

27  L’indice d’adhésion des répondants français se déclarant « de gauche » à la q5 est deux fois plus élevé que celui de leurs homologues britanniques (1,41 contre 0,74) ; l’indice de ceux se déclarant « de droite » est 5 fois plus élevé (1,09 contre 0,2).

28  Contre 48,5% de « confiance » en 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Ordioni, « La politique familiale à l’épreuve des stéréotypes de genre : une comparaison France, Royaume-Uni, Suède », Observatoire de la société britannique, 14 | 2013, 119-140.

Référence électronique

Natacha Ordioni, « La politique familiale à l’épreuve des stéréotypes de genre : une comparaison France, Royaume-Uni, Suède », Observatoire de la société britannique [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/1545 ; DOI : 10.4000/osb.1545

Haut de page

Auteur

Natacha Ordioni

Maître de Conférences HDR en sociologie à l'Université du Sud Toulon-Var

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org