Navigation – Plan du site

Emplois genrés et services à la famille au Royaume-Uni : la petite enfance

Susan Finding
p. 141-157

Résumé

La mise en place d’un système national de garde d’enfants, amorcée dès 1998 par le gouvernement New Labour, correspond au souhait de s’adresser à la fois aux symptômes et aux racines des problèmes sociaux particuliers qui se posaient à la fin du 20e siècle, notamment les pourcentages élevés d’enfants vivant dans la pauvreté et et de personnes inactives dans le besoin. Si l’emploi semblait être le remède miracle à ces problèmes, l’obstacle principal à l’activation d'empoi des parents ciblés était le manque de moyens de garde d’enfants. La création d’emplois d’assistantes maternelles dans ce secteur sert à fournir des possibilités de retour à l’emploi et un service de garde pré-scolaire, faisant ainsi coup double. En créant des emplois publics dans le secteur privé des services aux familles, le gouvernement New Labour tentait de mettre en place une solution aux difficultés majeures que pose le travail des parents à l’extérieur du foyer. Tout en offrant des débouchés pour le retour à l’emploi dans le domaine des services de la petite enfance, cette politique a renforcé l’emploi genré dans les emplois du secteur du care.

Haut de page

Texte intégral

La garde d'enfants – emploi genré non-rémunéré

1Avant 1998, date à laquelle une politique nationale de création de places en garderie fut inaugurée, ce sont majoritairement aux mères de famille que la garde des enfants incombait pour 80 % des enfants de moins de cinq ans (ONS 1998, Table 3.22). Depuis 1998, le manque de places en garderie, maternelle et crèche, le childcare gap, (Ward ; Chevalier & Vritanen) a été sinon comblé, du moins réduit. En 2010, le taux d'activité des mères de famille était sensiblement au même niveau que celui des femmes sans enfant à charge - 66 % et 67 % - alors qu'en 1996, l'écart était de 7 points (Table 1). L’une des explications de cette convergence serait la mise en place de politiques publiques en matière d'activation de l'emploi et de garde d'enfant mises en place au cours de la période.

Table 1. Taux d'activité des femmes : mères et femmes sans enfant à charge 1996-2010

Table 1. Taux d'activité des femmes : mères et femmes sans enfant à charge 1996-2010

Source : ONS, NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, 31/03/2011, consulté le 18 janvier 2013, http://www.nomisweb.co.uk/​published/​stories/​story.asp?id=3.

2Selon ces mêmes statistiques de 2010, l'activité des femmes se se regroupe en trois catégories : inactif, actif plein temps, actif temps partiel. Un tiers des femmes âgées de 18 à 65 ans était inactif, comparé à un quart des hommes (ONS 2010) -dont un tiers des femmes inactives (voir plus loin) déclarant s'occuper de personnes à charge - enfants, personnes âgées, handicapés. Près d'un tiers (29 %) des femmes sont des mères travaillant à plein temps (23 % en 1996). Le troisième tiers des la population féminine (37 %) est composé de femmes qui travaillent à temps partiel (38 % en 1996) (Table 2).

Table 2. Activité des mères de famille : plein temps et temps partiel, 1996-2010.

Table 2. Activité des mères de famille : plein temps et temps partiel, 1996-2010.

Source: ONS, NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, ibid.

3Le statut de l'unité familiale a son importance dans cette répartition de l'activité. En 2010, si 77 % des familles britanniques sont constituées de deux parents et leurs enfants, 20 % sont consituées d’une mère et de ses enfants (ONS 2012b), soit 92 % des familles monoparentales britanniques (ONS 2011). Tandis que le taux d’activité des pères en couple reste stable - environ 90 % (ONS 2010), celui des mères en couple avec enfants à charge plafonne à 80 % selon l'âge des enfants. Le taux d'activité des mères en couple reste plus élevé que celui des mères célibataires. Le plus grand écart entre les taux d'activité des deux groupes concerne les mères d'enfants pré-scolaires (0-4 ans) mais la différence va en diminuant lorsque les enfants grandissent. (Table 3)

Table 3. Taux d'activité des mères en couple et des mères célibataires, selon l'âge du dernier enfant, 2010.

Table 3. Taux d'activité des mères en couple et des mères célibataires, selon l'âge du dernier enfant, 2010.

Source: ONS, NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, ibid.

4La demande croissante pour un système de garde d'enfants au cours des années quatre-vingt-dix émanait de femmes souhaitant travailler et d’entreprises conscientes du problème du turnover des femmes qualifiées, devenues mères, obligées de donner leur démission en l’absence de protection de l’emploi pour les femmes enceintes ou de crèches (Finding 2009). Demande à laquelle les secteurs privé et associatif avaient répondu en créant des structures maternelles.

5Le phénomène fut tel qu’en 1997, contrairement aux idées reçues quant au manque de services dans le domaine, on estimait que la presque totalité des enfants de quatre ans et un peu moins des enfants de trois ans (98 % et 91 %) étaient présents dans des structures maternelles au moins une ou deux fois par semaine (Prior, Courtney, Charkin 1999 ; Dex : 43), mais seulement par une demi-journée et à un coût élevé - une vingtaine de livres sterling par session en 2013 pour des centres à Leeds1. Le taux de fréquentation sans intervention de l’État est à remarquer.

6Pour comprendre pourquoi un fort taux de fréquentation des maternelles ou de garderies est associé à un taux élevé de mères au foyer, il faut savoir que si l’offre pouvait sembler adéquate, les structures furent souvent inadaptées aux besoins des parents : amplitude horaire, ouverture en temps scolaire uniquement, nombre de places à la journée. Ceux-ci furent obligés de s’adapter à l’offre et non l’offre à la demande, toujours supérieure au nombre de places disponibles. En effet, il n’existait qu’une place agréée pour six enfants de moins de huit ans (Dex : 39). L’emploi féminin s’était adapté à cet état de fait. En 1997, les deux-tiers des mères d’enfants scolarisés et 40 % des mères d’enfants en bas âge ont déclaré ne pas avoir besoin de garderie, elles avaient négocié un emploi du temps qui correspondait au planning scolaire (heures/semaines travaillées) (Dex : 39). Mais de ce fait, elles acceptaient souvent des emplois mal rémunérés : en 2010, près de la moitié (44 %) des travailleurs dans la catégorie des bas salaires (moins de £ 7 par heure), 3,7 millions de travailleurs, étaient des femmes qui travaillaient à temps partiel, soit 1,8 million de femmes (Poverty Site, Graphique 6).

7À ces contraintes économiques et sociales, s’ajoute une ‘culture maternelle’ où l’importance de la présence de la mère pour l’enfant en bas âge est soulignée. En 2002, seul un quart d’entre elles déclarait que le manque de places, ou le coût, les empêchait de travailler à plein temps (Dex : 39). Seule une mère sur dix travaillant à temps partiel souhaitait augmenter le nombre de ses heures de travail et cela à condition de pouvoir utiliser un service de garde approprié (Institute for Fiscal Studies). À ce titre, le Royaume-Uni rejoint les normes culturelles présentes dans d’autres pays européens (Pfau-Effinger). Selon la théorie de préférence (Hakim) ce sont les femmes qui, le plus souvent, renoncent à un emploi pour garder leurs enfants. Parmi les raisons données pour l’inactivité, la famille est celle invoquée par près de la moitié des femmes inactives en 1994. Près de vingt ans plus tard, plus du tiers l’invoque encore comme raison alors que cette raison n’est donnée que par 5 % à 6 % des hommes (Coron, Table 7).

Une politique genrée d'activation d'emploi ?

8En novembre 2002, le gouvernement annonçait pour 2010, l’objectif d’un taux d’activité de 70 % chez les parents isolés, alors que la moyenne à l’époque, toutes catégories confondues, était de 51 % (Childcare Review). Ce sont ces familles qui sont identifiées comme sujettes à la pauvreté et pour qui la difficulté de trouver un travail avec des enfants en bas âge est particulièrement problématique. Entre 1997 et 2010, le taux d'activité des mères isolées d'enfants en bas âge est passé de 28 % à 36 %, des mères d'enfants à l'école primaire de 48 % à 59 %, des mères de préadolescents de 60 % à 64 % et de lycéens de 71 % à 78 % (Holtermann, et al, Table 4.1 ; Table 3 ici). Pour ce faire, le gouvernement britannique reconnaissait le besoin d’augmenter considérablement le nombre de places dans les structures d'accueil, augmentation que le secteur privé à lui seul ne pouvait soutenir (Childcare Review : 60).

9Les parents isolés, en très grande majorité des femmes, formèrent donc une population cible de la politique de retour à l’emploi, le New Deal. Alors que, d’un côté, on tentait d’aider les parents - en l’occurrence, ces femmes - à trouver des solutions pour leurs enfants afin de pouvoir reprendre une activité sur le marché de l’emploi, de l’autre, on les encourageait à chercher du travail dans le secteur de services à la famille, secteur en pleine expansion avec la mise en place d’une politique de création d’un système de garde d’enfants (Finding 2006b).

10Le New Deal, politique d’emploi spécifique qui fonctionne de pair avec la politique de garde d'enfants, est conçu pour conjurer les obstacles à l’emploi et les embûches du marché du travail. Les parents chômeurs, tout comme d'autres groupes cibles, sont pris en charge par le New Deal, non seulement pour la formation et l'emploi, mais aussi pour trouver des moyens de garde pour leur(s) enfant(s). Ceci afin de leur permettre de se déplacer pour des entretiens et de pouvoir accepter le travail qui leur est proposé.

11La politique se déclinait en six programmes qui ciblent chacun un public spécifique (Nativel) : les jeunes (New Deal for Young People) à qui la moitié du budget global fut consacrée ; les jeunes adultes (New Deal for 25 plus) avec un quart du budget ; les parents isolés (New Deal for Lone Parents) bénéficiant de 10 % des sommes globales ; les personnes handicapées (New Deal for Disabled People) ; les personnes âgées de plus de 50 ans (New Deal for Over 50s) ; les époux (ses) et concubin(e)s (New Deal for Partners) (TUC 2004).

12L’emploi dans le secteur des services à la famille concerne en particulier les publics de jeunes et de parents isolés, où 60 % du budget total du programme (177 000 personnes) était concentré (Her Majesty’s Treasury, ONS 2003). Si le programme pour l’emploi des jeunes (NDYP) n'incluait pas l'accueil de jeunes enfants dans les aides pour le retour à l'emploi - bien que le nombre de mères adolescentes préoccupait les pouvoirs publics - le programme était orienté pour aider les jeunes à trouver un emploi dans le secteur d’accueil des enfants. Des diplômes spécifiques ont été créés à leur intention afin de leur permettre d’acquérir une qualification d’animateur pour la jeune enfance. Le succès, mesuré en termes d’embauche définitive, concernait 40 % de la population ciblée entre 1998 et 2002 (ONS, Social Survey 33, 2002 ; DfEE 1999 : 11), mais le nombre trouvant un contrat dans le secteur de l'enfance reste incertain.

13Plus nettement ciblé, le programme à l’intention des parents isolés d’enfants de moins de cinq ans est une aide à la recherche d’un travail et d'une formation, mais aussi à la recherche de places d’accueil pour leurs enfants. Le coût prohibitif des frais de garde (Quarmby : 52) a amené une réévaluation de 50 % des remboursements proposés entre 1997 et 2003. Les parents isolés reçoivent, en outre, une contribution aux frais d’inscription dans la formation qui doit être nécessaire pour leur réinsertion, ne pas durer plus d’un an, ni être d’un niveau de formation supérieur au NVQ2 (équivalent du diplôme de fin d’études secondaires obligatoires à seize ans). Les restrictions et la contribution limitée qui est accordée reflètent la philosophie du New Deal. Les conditions appliquées renforcent l’idée que ce programme est destiné à aider les parents isolés sans emploi à mettre le pied à l’étrier, et non de les épauler pour une durée indéterminée (Childcare Review : 22 ; Carve).

14Le New Deal for Lone Parents est clairement un programme d’activation de l’emploi genré (Coron) puisque les femmes constituent la grande majorité de la population visée. Plus de la moitié des personnes qui y avaient participé jusqu’en 2004 avaient trouvé un emploi, ce qui est un taux deux fois plus élevé que chez ceux qui n’en avaient pas bénéficié (ONS, 2003 ; Evans, Millar, Sarre ; TUC). Les emplois de ceux qui y participent seraient mieux qualifiés, mieux rémunérés et plus durables. Finalement, le taux d’activité des parents (mères) isolé(e)s est passé de 45,6 % en 1997 à 57 % fin 2007, juste avant la crise (Table 4) - la meilleure amélioration enregistrée dans l'ensemble des populations cibles (DWP, Tableau : Employment rates of disadvantaged groups ; TUC).

Table 4. Taux d'activité des parents de familles monoparentales

Table 4. Taux d'activité des parents de familles monoparentales

Source : One Parent Families, 2009.

15La mise en place de ces nouvelles politiques a fait croître les besoins en main-d’œuvre dans le secteur du service d'accueil des jeunes enfants. En 2000, on annonçait la création d’un million six cent mille nouvelles places dans le secteur de l’accueil préscolaire et post-scolaire. Il est évident qu’une telle augmentation de l’offre ne put se faire sans la main-d’œuvre nécessaire. En moins de quatre ans, 122 000 emplois furent créés dans le secteur de la petite enfance, devenu le deuxième secteur de croissance d’emploi (Hodge). Dix ans après, en 2010, on dénombre près de 250 000 emplois créés, dont plus de 55 000 depuis 2005 (Brind et al, Table 5.1a).

16Cette expansion ne se fit pas sans heurts. Elle fut inégale en termes de facilité de recrutement, de type d'emploi, de région concernée. Les services ministériels reconnurent les limites d’une expansion tous azimuts des services sans pouvoir garantir que les postes ainsi créés seraient pourvus et les ministères recourirent à des campagnes de recrutement à coup d’annonces publicitaires entre 1999 et 2002 (Hansard, House of Commons, 11 mars 2002, Col. 760W). Le résultat fut décourageant. Le nombre de places ouvertes continua de rester en dessous des besoins en dépit de l’augmentation réelle et récente (Chevalier et Viitanen).

  • 2  Le 'Early Years Foundation Stage' (EYFS) établit les normes attendues en matière de pédagogie.

17La création de 25 000 emplois par an dans ce secteur masque une forte baisse d'emplois chez les nourrices, avec l'institutionnalisation du service de garde d'enfants. Le nombre d’employés dans des structures d’accueil comme les écoles maternelles et les garderies avait doublé entre 1998 et 2001, passant de 56 000 à 123 000 (Hodge ; Duckworth), concentrés dans les maternelles privées, alors que le nombre de nourrices agréées en activité avait chuté de vingt mille, passant de 93 300 à 72 300 durant la même période (DfES 2002 : 12 ; Childcare Review : 21). Dix ans plus tard, en 2010, le nombre de nourrices continuait de reculer (56 000 pour 276 000 enfants), principalement à cause de niveaux de qualification et de normes sanitaires et éducatives de plus en plus exigeants2, mais représentait toujours 60 % de l'offre national en accueil des jeunes enfants (OFSTED).

18Il est difficile de savoir si les nourrices ainsi privées de travail avaient trouvé du travail dans les nouvelles structures. Les maternelles et garderies eurent du mal à recruter du personnel. Au printemps 2001, près d’un quart des maternelles et un sixième des garderies signalèrent des postes non pourvus, principalement dans les régions où l'activité économique était prospère. Sont préférés des emplois soit à qualification et salaire égaux ou supérieurs, (infirmier(e) ou enseignant(e)), soit moins qualifiés/rémunérés mais plus flexible (serveur-se ou caissier-ère) (Childcare Commission : 6.1.2, 6.2.1 ; Childcare Review : 22).

19Inégale mais rapide, l’expansion de l’emploi dans le secteur de l’accueil des enfants a été entachée par un certain nombre de difficultés d’embauche. De nouveaux emplois, de nouveaux diplômes et une flexibilité accrue sont des atouts dans la réactivation du marché du travail qui peuvent inciter des parents et des candidats à l’embauche sans enfants à entrer ou à retourner sur le marché du travail.

Garde d'enfants - emplois genrés rémunérés

20Transformer des emplois genrés non rémunérés au sein de la famille en emplois salariés, permettant aux mères de travailler, voire de trouver un travail, fut la gageure. Mais ce pari fut accompagné de trois phénomènes qui marquent en particulier l'emploi des femmes : le bas niveau des qualifications, des salaires et du prestige du métier.

21Dans les brochures officielles (DfEE 2000), le profil demandé et les avantages du travail dans le secteur de l’enfance ressemblaient, non sans surprise, à une description du travail qu’accomplit tout parent. Les offres d’emploi et de formation dans le secteur rappelaient que chaque parent a, par définition, une expérience appropriée même sans avoir jamais travaillé dans de tels services. Le fait de ne pas être un parent ne devait pas rebuter les candidats sans enfants.

22Il existe cependant des limites à cette association quasi-automatique entre le métier de parent et celui d’un travailleur dans le secteur des services à l’enfant. Le premier inconvénient, c’est la conception d’une profession à statut peu élevé, mal payée et où les femmes dominent (Childcare Commission 2001, §6.1.2). Les difficultés que représente la prédominance des femmes, le bas statut et le salaire minimal qui en découlent, semblent provenir du rôle traditionnel des mères comme assistante maternelle non rémunérée dans la famille. Le piège de l'absence d'un service de garde d'enfants se referme. Sans service institutionnel dans ce domaine, les mères fournissent le travail nécessaire. Le besoin apparent est caché. Puisqu'il la fonction de parent n'exige pas de diplôme, puisque le travail de garde à domicile est assuré en grande majorité par les mères, et gratuitement, ce travail n'a ni valeur marchande ni de prestige. L’estime pour la profession d'assistante maternelle et les services d'accueil de jeunes enfants s'en ressent.

23Travailler dans le secteur de l’accueil des enfants fut donc envisagé comme une solution à la portée de nombreuses personnes, un premier pas vers une formation, une qualification et un emploi. C’est d’abord une voie facile d’accès (Childcare Commission, §6.1.3) : le travail demande peu de diplômes et une expérience qui peut avoir été acquise sans formation particulière. La diversité des emplois permet d’intégrer facilement ces professions, car nombre de ces emplois ne nécessitent que peu de diplômes. À titre indicatif, les postes les plus nombreux d’éducateurs et d’assistants maternels ne requièrent, au maximum, qu’un diplôme du niveau baccalauréat professionnel au maximum (Early Years National Training Organisation, s.d.). Le revers de la médaille est le statut relativement bas des emplois dans le secteur qui découle, en partie, de ce même niveau bas de diplômes requis.

24En effet, la main-d’œuvre dans le secteur de l’accueil des enfants au Royaume-Uni est peu formée ou qualifiée par rapport à celles de nombreux autres pays européens. Afin d’accroître les niveaux de qualification et d’améliorer le statut de la profession, mais aussi d’augmenter la capacité des diplômés à trouver un emploi, la professionnalisation du secteur et la qualification des employés furent fortement renforcées. Des diplômes nationaux de niveau Bac, Bac +1 et Bac +2 (National Vocational Qualifications) ont été créés pour le travail d’accueil d’enfants (NVQ Caring for Children and Young People).

25Malgré l’optimisme et l’insistance des spécialistes quant à la nécessité de recruter une main d’œuvre qualifiée, seulement un quart de ceux qui devaient avoir obtenu le diplôme nécessaire l’avait effectivement réussi en 2002 (Woolf). L'obligation pour les structures d'accueil d'employer un personnel qualifié, imposée par la loi de 2003 (National Standards for Under Eights Day Care and Childminding), a porté ses fruits. En 2010, si 40 % du personnel dans l'ensemble du secteur avait un niveau de qualifications égal ou inférieur au Baccalauréat professionnel et 5 % aucune qualification, près de la moitié avait un niveau de qualification supérieur (37 % le niveau Bac +1, Bac +2 ou Licence, et 11 % le niveau Bac +5/6), et les deux-tiers du personnel à qualification inférieure au Baccalauréat professionnel préparait celle-ci (Brind et al, Table 6.2 et Graphique 6.1).

26La création d'emplois dans un secteur où le niveau de qualification était peu élevé, va de pair avec un niveau de rémunération bas. Malgré l’introduction du salaire minimum au Royaume-Uni en 1998, les salaires dans le secteur restent inférieurs à ceux dans d’autres secteurs comparables. Pour 1999-2000, le travail dans ce domaine était classé parmi les dix types d’emplois les moins rémunérés pour les femmes : 20 € à 440 € par semaine (le premier chiffre représente ce que peut gagner une nourrice à temps partiel avec peu d’enfants à garder et le deuxième une employée de crèche qualifiée) contre 400 € - 690 € pour les professeurs des écoles (Childcare Commission, 6.2.2-3). Le salaire entre dans les critères qui déterminent la possibilité de recruter et de retenir la main-d’œuvre.

27La complexité de la question des salaires dans le secteur était encore augmentée par le fait que ces emplois ne relevaient pas du secteur public. Un grand nombre du personnel du secteur sont des travailleurs indépendants ou des employés de P.M.I. En 2010, les salaires dans le secteur souffraient toujours de la comparaison avec les assistants et enseignants des écoles maternelles publiques : entre £ 7.80 et £ 10.80 de l'heure contre £ 10 et £ 21 de l'heure dans le secteur public (Brind et al, Tables 5.17b et 5.19). L'absence de grilles de salaire nationales se prolonge. Si le niveau de rémunération dépasse, de peu, le seuil des bas salaires (£ 7 en 2010), ces chiffres ne font que confirmer, au-delà du salaire minimal, le schéma genré du travail mal rémunéré - 10 % des hommes contre 20 % des femmes sont concernés par ce type de travail (Poverty Site, Graphique 3).

28Puisque les politiques d'emploi et de garde d'enfants sont intimement liées, la question du coût pour les parents de la garde de leurs enfants est liée à la question des salaires dans ce secteur peu subventionné de la petite enfance. La création de places de garderie s’est concentrée dans les régions aisées, là où les parents pouvaient financer le coût des places, et cela, malgré la politique d’aide aux familles à bas revenus. (Abbott et Wallace : 50) À partir d’avril 2004, le gouvernement proposa des places gratuites aux parents isolés, ce qui revenait à dire que le système de garde subventionné, mais payant, n’était pas un remède satisfaisant - ni pour l'accueil d'enfants, ni pour les familles en difficulté, ni pour l'emploi dans le secteur. La demande, censée venir en partie de celles à qui l'emploi était offerte - les mères de famille, ne pouvait pas être stimulée si le coût restait prohibitif, même si des mesures de crédit d'impôt et de subventions aux familles nécessiteuses furent mises en place à partir de 1997.

29L’absence d’hommes dans les emplois du secteur de la petite enfance ne fait que renforcer les bas niveaux de diplôme et de salaire. La prédominance de la main d’œuvre féminine dans le secteur est très marquée : 98 % en 2010 (Brind et al, Table 5.11). Plus les enfants sont jeunes, moins le taux d’encadrement masculin est élevé (4 % des personnes en formation dans le secteur (Nursery World, 24 août 2011) contre 19 % des enseignants stagiaires) (Department for Education Press Notice, 16 July 2012). Ce phénomène s’explique en partie par les bas niveaux de salaire et de statut associés à ces emplois, par le manque de confiance et d’expérience des hommes dans le travail auprès des jeunes enfants, et les perceptions genrées. Ainsi, la mise en doute de la masculinité des hommes qui travaillent dans le secteur, et leur présence, considérée comme malsaine dans le climat de suspicion entretenu par des cas médiatisés de pédophilie (Childcare Commission, §6.4.1 ; Nursery World, 19 novembre 2012) sont également invoquées.

  • 3  Une publicité de 2011 pour une entreprise de cartes de visite joue de ce phénomène de société : ht (...)

30Afin de renverser cette tendance, des campagnes sont régulièrement menées. En juin 2003, au moment de la fête des pères, la semaine annuelle de mise en valeur du secteur (National Childcare Week) mit l’accent sur la participation des hommes en détournant la célèbre devise ‘Who dares wins’ (Qui ose gagne) du service spécial de commandos (S.A.S) en ‘Who cares wins’ (Qui soigne gagne) pour les hommes s'engageant dans les services spéciaux à la petite enfance. L’exemplarité d’ouvriers au chômage qui ont préféré devenir des nourrices indépendantes (Gibson ; Hinsliff) et d'anciens métallurgistes de Sheffield et de Bradford sont cités. Cas unique dans le pays, la moitié des employés du Sheffield Children’s Centre était masculine en 2003. Un néologisme, ‘manny’, (de ‘man’ et ‘nanny’) fut inventé pour désigner ces nourrices masculines (Roberts ; Hinsliff)3. La formation d'un groupe, Men in childcare, pour lutter contre le sexisme dans le secteur en 2011 (Nursery World, 24 août 2011), démontre la longévité de cette perception genrée.

Quel succès pour une politique familiale genrée ?

31Le New Deal devait aider les personnes ayant peu d’expérience et peu de perspectives à repartir du bon pied, mais le programme a également été vécu comme une façon détournée pour se procurer une main d’œuvre bon marché pour un programme social ambitieux, la politique d’accueil des enfants, pour ainsi dire, aux dépens des mères de famille désirant travailler.

  • 4  ‘Y a-t-il un modèle anglais ?’, Le Monde, 6 avril 2006,  p. 1 ; ‘Leçons anglaises à l’usage de la (...)

32Le développement de l'accueil des enfants paraîssait pouvoir contribuer à la réduction du chômage (par exemple dans les anciens bassins industriels), le manque de diplômes et d’expérience pour les emplois nouveaux, le manque de flexibilité du travail traditionnel (amplitude horaire), l'emploi des mères de familles, et en particulier des mères célibataires. Cependant, la nouvelle économie de la petite enfance (Finding ; 2006b) n'a fait qu’augmenter le nombre d’emplois sous-qualifiés, à horaires décalés et à bas salaires, forme d’aide forcée symptomatique de la création d’emplois mal rémunérés, souvent genrés (Whitton) et qui reproduit ainsi les schémas d'emplois genrés dans le secteur des services à la famille. Les deux-tiers des emplois créés en Grande-Bretagne de 2001 à 2005 l’ont été dans les services publics4. Il faut souligner, de plus, parmi les 33 % des emplois créés dans le privé, bon nombre sont des emplois privés subventionnés par l’État, comme les emplois dans les structures d’accueil de la petite enfance.

33Ces mesures ont donc accentué la ressemblance du système d'intervention sociale britannique avec le modèle suédois où le marché de l’emploi est clairement genré, où les postes dans le secteur privé sont aux trois-quarts détenus par des hommes alors que le secteur public enrégistre un taux de 75 % de postes remplis par des femmes, avec les conséquences néfastes que l’on connait sur les salaires et le type d’emploi dans le secteur public (Finding ; 2006a).

Haut de page

Bibliographie

Abbott P., Wallace C., « Politique familiale et égalité des sexes », Informations sociales 2010, 3 (159) : 46-56,
www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-3-page-46.htm, consulté le 15 juin 2011.

Barnado's Strategy Unit, Paying to Work, childcare and child poverty, London, Barnado's, 2012.

Brind, R., Norden, O., McGinigal, S., Garnett E., Oseman, D., Childcare and early years providers survey, OSR17/2011 Main research report, 2010, OFSTED, Department for Education, 2011.

Carve, J., 'Free care for lone parents' The Guardian, 2 octobre 2003.

Chevalier, A., Viitanen, T., 'The Supply of Child-care in Britain: Do Mothers Queue for Child-care?', Royal Economic Society’s 2003 Annual Conference, University of Warwick, 2003, http://www.warwick.ac.uk/res2003/media/viitanen.html.

Childcare Commission, Looking to the Future for Children and Families, Londres, Kids’ Clubs Networks, 2001

Coron, C., 'British Women’s Human Capital and Employment under New Labour ', Observatoire de la société britannique, 2013 (14).

Department for Education and Employment, Good Practice in Childcare, 3 Recruiting Childcare Workers – a Guide for Providers, DfEE, 1999.

Department for Education and Employment, Be Someone to Look Up To, Working in Early Years, Childcare and Playwork, Nottingham, DfEE Publications, 2000.

Department for Education and Skills, Childcare Workforce Surveys, 2001.

Department for Education and Skills, Department for Work and Pensions, HM Treasury, Women & Equality Unit, Strategy Unit, Inter-departmental Childcare Review, November 2002, Delivering for Children and Families, Londres, Strategy Unit, Cabinet Office, 2002.

Department of Work and Pensions (DWP), Opportunity for All 2003, 2003.

Dex, S., Family and Working Lives Survey, 1997.

Duckworth, L., 'Decline in childminders blamed on poor pay', The Independent, 2 mai 2001.

Early Years National Training Organisation, Wanting to Work in Early Years Education, Childcare and Playwork, A Guide to qualifications and career opportunities in England, St Albans, Early Years, n.d.

Evans, M., Millar, J., Sarre, S., New Deal for Lone Parents: Second Synthesis Report of the National Evaluation, Centre for Analysis of Social Policy, DWP Research report 163, 2003.

Finding, S., « La mise en place d’une politique de la petite enfance au Royaume-Uni », Informations sociales, 2010 (159 : 90-100).

Finding, S., « La petite enfance – l’émergence d’une politique nouvelle et précurseur », Observatoire de la société britannique, 2009 (7 : 309-322).

Finding (Trouvé) S., 'Full Monty to Humpty Dumpty – the New Deal and childcare', Observatoire de la société britannique, 2006b (2: 223-243).

Finding (Trouvé) S., « Le cheval à bascule, cheval de Troie ? La politique de la famille entre modèle américain et « social libéralisme », Observatoire de la société britannique, 2006a (1 : 133-156).

Gibson, F., 'Nappy-changing, baby-sitting – and lots of testosterone. Meet the manny… ', The Observer, 23 mars 2003.

Hakim, C., Work-Lifestyle Choices in the Twenty-First Century:Preference Theory, Oxford, OUP, 2000.

Her Majesty’s Treasury, Budget Report, 2003.

Hinsliff, G., 'It’s who cares wins for the male nanny', The Observer, 9 mars 2003.

Hodge, Margaret (Minister), House of Commons, Hansard, 8 février 2001, Col. 693W.

Holtermann, S., Brannen, J. Moss, J. Owen, C., Lone Parents and the Labour Market: results from the 1997 Labour Force Survey and review of research, Employment Service Research and Development Report ESR23, 1999.

Institute for Fiscal Studies, Mothers’ Employment and Childcare Use in Britain, 2002.

Lewis, J., Work-Family Balance, Gender and Policy, Cheltenham, Elgar, 2009.

Nativel C., « Workfare et transformations de l'aide aux chômeurs », Informations sociales, 2010, 3 (159) : 60-68, www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-3-page-60.htm, consulté le 3 novembre 2011.

Office for National Statistics (ONS), Social Focus on Women and Men, 1998.

Office for National Statistics (ONS), Social Survey 33, 2002

Office for National Statistics (ONS), New Deal statistical first release for New Deal Lone Parents, mars 2003.

Office for National Statistics (ONS), Labour Market Statistics, décembre 2010.

Office for National Statistics (ONS), NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, 31/03/2011.

Office for National Statistics (ONS), Families and households, 2001 to 2011, janvier 2012a.

Office for National Statistics (ONS), General Lifestyle Survey 2010, 2012b.

Office for Standards in Education (OFSTED), Annual Report of Her Majesty's Chief Inspector of Education, Children's Services and Skills, 2009/2010, House of Commons 559, Stationery Office, 2010.

Pearce, N., Paxton, W., (dir.), Social Justice, Building a Fairer Britain, Londres, IPPR, Politico, 2005.

Pfau-Effinger, B., ‘Family Childcare in the Cultural and Institutional Context of European Societies’, in Pfau-Effinger, B., Rostgaard, T., Care Between Work and Welfare in European Societies, London, Palgrave-Macmillan, 2011, pp. 35-51.

Poverty Site, Numbers in low pay, http://www.poverty.org.uk/51/index.shtml, consulté le 18 janvier 2012.

Prior, G. Courtney, G. E. Charkin, SCPR, 2nd Survey of parents of three- and four-year-old children and their use of early years services, Department of Education and Employment Research Report, No.120, 1999

Quarmby, K., 'The politics of childcare', Special Report, Prospect, novembre 2003.

Roberts, Y., 'Are you tough enough?', The Observer, 11 mai 2003.

Trades Union Congress (TUC), Briefing document, Labour market programmes, 26 mars 2004.

Walling, A., Families and work, Analysis in Brief, Labour Market Trends, Office for National Statistics, July 2005.

Ward, L., 'Childcare gap stops mothers working', The Guardian, 26 mars 2002.

Whitton, T., « Welfare to Work : politique progressiste ou miroir aux alouettes ? », T. Whitton, (dir.), Le New Labour Rupture ou continuité ? Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, pp. 263-282.

Woolf, M., 'Children at Risk because of Under-qualified Careworkers', The Independent, 27 décembre 2002.

Haut de page

Notes

1  http://www.candystripeinc.co.uk/ratesforchildcareleeds.aspx consulté le 17 février 2013.

2  Le 'Early Years Foundation Stage' (EYFS) établit les normes attendues en matière de pédagogie.

3  Une publicité de 2011 pour une entreprise de cartes de visite joue de ce phénomène de société : http://www.youtube.com/watch?v=I9ex2430_l0

4  ‘Y a-t-il un modèle anglais ?’, Le Monde, 6 avril 2006,  p. 1 ; ‘Leçons anglaises à l’usage de la France’,  ibid. p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Table 1. Taux d'activité des femmes : mères et femmes sans enfant à charge 1996-2010
Crédits Source : ONS, NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, 31/03/2011, consulté le 18 janvier 2013, http://www.nomisweb.co.uk/​published/​stories/​story.asp?id=3.
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1549/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Table 2. Activité des mères de famille : plein temps et temps partiel, 1996-2010.
Crédits Source: ONS, NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, ibid.
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1549/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre Table 3. Taux d'activité des mères en couple et des mères célibataires, selon l'âge du dernier enfant, 2010.
Crédits Source: ONS, NOMIS, Labour force survey, Mothers in the labour market, ibid.
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1549/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Table 4. Taux d'activité des parents de familles monoparentales
Crédits Source : One Parent Families, 2009.
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/1549/img-4.png
Fichier image/png, 5,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Finding, « Emplois genrés et services à la famille au Royaume-Uni : la petite enfance », Observatoire de la société britannique, 14 | 2013, 141-157.

Référence électronique

Susan Finding, « Emplois genrés et services à la famille au Royaume-Uni : la petite enfance », Observatoire de la société britannique [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://osb.revues.org/1549 ; DOI : 10.4000/osb.1549

Haut de page

Auteur

Susan Finding

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org