Navigation – Plan du site

De 1601 à 2006 : des solutions récurrentes au retour à l’emploi en Grande-Bretagne

Joëlle Harel
p. 185-209

Résumé

De 1601 à 2006, les gouvernements britanniques tentèrent de remettre au travail les inactifs. En outre, il fut établi, au XVIIe siècle, que des secours financiers ne pourraient être distribués qu’en échange d’un travail, ce principe subissant des aménagements ultérieurs ; plus tard, de nombreux systèmes de contrôle et d’emplois aidés furent mis en place. Le respect du différentiel aide-salaire est un principe fondateur des politiques de retour à l’emploi au cours des siècles. Malgré leur manque de succès, la plupart des mesures d’autrefois furent reprises au XX° siècle sous couvert de nouveauté, avec un résultat comparable à celui des époques précédentes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Beveridge dans son livre Unemployment, A problem of Industry, 1909 regroupa les causes du chômage (...)

1Il fallut attendre 1905, lorsque Churchill et Beveridge1 purent faire reconnaître l’existence légale du chômage involontaire comme une donnée économique et sociale, pour que l'État prenne à sa charge les personnes sans-emploi. Auparavant les hommes valides et sans travail étaient considérés comme responsables de leur situation. En fait, l'histoire de la protection sociale en Angleterre est fort longue puisqu'elle a comme origine les Lois sur la Pauvreté élisabéthaines.

  • 2  De 1480 à 1490 ces legs représentaient 66% du total des dons , mais de 1651 à 1660 le pourcentage (...)
  • 3  En 1660, ils atteignaient 100.000 livres, c'est-à-dire environ l'équivalent des impôts destinés au (...)
  • 4  Comme la Marine Society ou le Magdalen Hospital, qui s'occupaient des prostituées et tentaient de (...)
  • 5  “To encourage and stimulate their habits of industry, sobriety and economy, to furnish them with s (...)
  • 6  Andrews, 1989, p 102.

2Jusqu’au seizième siècle les riches marchands et les propriétaires terriens faisaient souvent des donations aux monastères qui redistribuaient ces fonds parmi la foule des indigents 2. En 1538, Henry VIII fit détruire les monastères catholiques ce qui jeta sur les routes les indigents et les malades qui y avaient trouvé refuge. Plus tard, avec la Réforme, les dons continuèrent d'affluer dans les paroisses 3, mais les donateurs préféraient à cette époque contribuer aux frais des écoles ou des centres d'accueil et de réhabilitation4. Ainsi, John Masie écrivit-il en 1759 qu'il fallait que la charité, le patriotisme, l'humanité et l'économie 5 concourent à améliorer la situation de tous6.

  • 7  Naturellement ce que l’époque moderne appelle « chômage » recouvre plusieurs catégories de sans-tr (...)

3Au dix-neuvième siècle, les économistes et les hommes politiques cherchèrent avec encore plus de force le moyen de résoudre le paradoxe fondamental qui voyait s’accroître le nombre « d’oisifs » à un moment où l’Angleterre connaissait une prospérité sans précédent. Ce même paradoxe perdure au vingtième siècle où la croissance du PNB des grands pays ne parvient pas à cacher l’ampleur des phénomènes de chômage. C’est pourquoi le gouvernement britannique tente une nouvelle fois d’instaurer des politiques de retour à l’emploi, dont un grand nombre s’inspire directement des quatre siècles précédents7. Le gouvernement semble vouloir espérer que des solutions anciennes réussissent à résoudre les difficultés actuelles, grâce à quelques aménagements marginaux. Seront ici mises en parallèle les politiques de retour à l’emploi d’autrefois avec les solutions que les gouvernements de ces dernières décennies présentent comme étant modernes.

Une aide en échange d’un travail : un principe élisabéthain

4Dès 1595, le gouvernement anglais décida de remplacer les aides, autrefois distribuées par les seigneurs et les monastères, et d'organiser un système de charité publique nécessaire à la bonne marche du pays. Le début du XVIIe siècle fut marqué par des troubles politiques et sociaux majeurs dus aux guerres de religions. Face au danger que représentaient les bandes d’hommes armés qui pillaient la campagne pour subsister et pour remettre au travail une partie de la population démunie, Elisabeth I décida d’organiser des secours pour les indigents. Cette aide fut financée par un impôt, les poor rates, acquittés par des propriétaires terriens, très défavorables à cette mesure, mais qui se résignèrent à une telle dépense, gage d’un certain retour à la sécurité.

1595- 1601 : Les premières Poor Laws : une aide sociale aux sans-travail

  • 8  Polanyi, Karl,1944, La grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temp (...)

5L'application d'une imposition des propriétaires terriens pour alimenter les fonds de 15.000 paroisses, servant à secourir les déshérités, ne fut possible que grâce à la centralisation de l'Etat à l'époque de la reine Elisabeth I. Si la législation rendit obligatoire les secours aux handicapés, aux malades et aux vieillards, placés sous l'autorité d'un surveillant, la paroisse devait fournir du travail à tout homme valide afin d'assurer sa survie. Était appelé « pauvre » tout homme qui ne pouvait vivre sans travailler, en fait le peuple, le common people8, et « oisif » toute personne valide sans emploi.

Les working poor

  • 9  De nombreux adultes pauvres ne se mariaient pas que ce soit en Angleterre ou dans les pays voisins (...)
  • 10  Todd, E., L’Illusion économique, Essai sur la stagnation des sociétés développées, Paris, Gallimar (...)
  • 11  “to be grievously whipped , and burned through the gristle of the right ear with a hot iron » [Har (...)

6La situation du XVIIème siècle comporte des éléments d’analogie frappante avec le XXe siècle. A cette époque la misère touchait environ 25% des familles des paroisses, et bien des habitants devaient avoir recours un jour ou l'autre à la générosité publique. Les pauvres représentaient 15% de la population, en moyenne, et 10% des foyers recevaient des aides régulièrement. La nécessité de faire appel à la paroisse se trouvait renforcée par l'habitude qu'avaient les adultes anglais de quitter leurs parents lorsqu'ils fondaient une famille9, ce qui les empêchait d'être l'objet de la solidarité des familles élargies, en cas de manque de travail10. Les pauvres, inscrits dans la paroisse, avaient même le droit de faire appel au juge de paix pour réclamer l'aide sociale en cas de non-paiement, puisque la mendicité et le vagabondage11 étaient sévèrement punis.

  • 12  « 25% d’entre eux travaillent plus de 32 heures par semaine et 25% supplémentaires travaillent 22 (...)

7Si l'on se réfère à Gregory King qui établit les premières estimations statistiques en 1688 des catégories sociales en Angleterre, on constate qu’environ la moitié de la population, soit 2,8 millions d'habitants, ne pouvait subvenir complètement à ses besoins et devait avoir recours soit à la charité soit à l'aide publique. Ces personnes formaient ce que le dix-huitième siècle appela, plus tard, le « peuple » qui incluait les labouring poor, les oisifs méritants et les inadaptés au monde du travail. Le XXe siècle renoue avec l’existence de working poor puisque 17% des travailleurs en Europe sont désormais à classer dans cette catégorie. Plus grave encore, en 2002, le tiers des sans domicile en Europe, exerçait une activité professionnelle12, ceci est à mettre en parallèle avec un taux de chômage officiel en 2000 de 5,6% et un taux d’emploi de 72,4%.

La précarité 13et le travail temporaire

  • 13  Timothy Whitton « The growth of precarious employment in Great Britain” p51-67, in M. Lemosse, La (...)

8Une des grandes constantes de l’emploi est la précarité et la faible durée des embauches. Plus qu’à une absence totale de travail, les pauvres étaient surtout soumis à un sous-emploi quasiment permanent, dû au rythme saisonnier de l’activité agricole ou manufacturière et des mutations économiques sur lesquelles les oisifs ou les intermittents avaient peu de pouvoir. John Law, en 1705, estima que, dans les régions rurales, les pauvres étaient sans travail la moitié de l'année. Quelques décennies plus tard, Daniel Defoe dans ces traités économiques qualifia ces contrées d' « inactives ».

  • 14  « Les hordes de barbares dont on a parlé qui, sortant de leurs taudis vont un jour engloutir la ci (...)
  • 15  “ Unemployment” , The Economist , 23 janvier 1993.
  • 16  Patrick Wintour, “ Blunkett tells EU to learn from UK’s job creation plans”, The Guardian, 13 sept (...)
  • 17  “Ageing population, Must try harder”, The Economist, 26 novembre 2005, p. 48.

9Les possédants s’inquiétaient de la montée inexorable de la pauvreté et s’effrayaient à la vue des foules désœuvrées et revendicatrices dans les grandes villes anglaises. Mais en 1889, Charles Booth, les rassura sur le nombre réel des ces sans travail14. Dans ses chroniques londoniennes, Labour and Life of the Poor People, il classa les pauvres en cinq catégories et il considéra que seuls 5% d’entre eux étaient absolument irrécupérables, mais que l’ensemble des inactifs valides pouvaient rejoindre la population active. Il suffisait de les persuader de travailler. La situation du chômage est cependant plus complexe qu’il n’y paraît à première vue et les tendances de l’emploi doivent être étudiées avec celles du non-emploi comme le recommande désormais l’OCDE. En effet, les gouvernements ont depuis de nombreuses années tenté de chasser des chiffres officiels du chômage de nombreuses catégories de sans travail. Ainsi trente modifications furent-elles apportées à la définition du terme chômeur ayant droit aux allocations chômage en dix-huit mois par le gouvernement de Margaret Thatcher, toutes sauf une permirent de réduire le taux officiel du chômage15. Cette tendance conduisant à des radiations massives fut poursuivie par les gouvernements successifs. L’évolution de la catégorie des handicapés, dispensés de la recherche d’emploi est symptomatique. Les gouvernements britanniques ont récemment autorisé l’inflation de ce groupe afin de faire baisser le taux officiel du chômage, mais depuis quelques mois, Tony Blair souhaite réduire de moitié la catégorie des handicapés, soit actuellement 2,7 millions de personnes et contraindre ainsi 50% d’entre eux à reprendre une activité professionnelle, annonça David Blunkett lors de sa conférence au Brookings Institute à Washington16. Cette réforme très controversée devrait être appliquée au début de 200617.

Une aide accordée aux inactifs en période de récession

  • 18  “There is no Nation I ever read of who by a Compulsory Law, raiseth so much Money for the Poor as (...)
  • 19  La loi Guilbert de 1782.

10Convaincre les miséreux de travailler était bien le but recherché depuis 1601, sans grand résultat. En outre, la loi de 1601 provoquait aussi la colère des contribuables terriens qui redoutaient de voir les miséreux rester dans leur paroisse d'origine pour y recevoir ces aides. Sir Francis Brewster18, par exemple, en 1695 s'éleva vivement contre un système social allant à l'encontre de l'idéal de l'initiative personnelle, comme il s'opposait au devoir de charité en vigueur autrefois. Plus tard, devant les insuffisances du système des asiles, il fallut autoriser19 les paroisses à verser des aides à domicile aux oisifs, sans que ceux-ci n'aient à travailler pour la mériter. Cet aménagement de la loi fut particulièrement appliqué dans les zones industrielles en période de ralentissement économique puisqu'il devenait difficile de trouver un travail à donner à tous ceux qui en recherchaient.

11Le dix-septième siècle avait vivement craint que des aides financières ne détournent les pauvres du travail, le dix-huitième siècle choisit de se montrer plus généreux pour faire face à des mutations sociales et économiques d'une telle ampleur que l'idée simpliste des époques précédentes ne paraissait plus adaptée à la situation. L’époque victorienne opta pour un traitement drastique de la pauvreté, affolée par le nombre croissant des sans travail. Cette rigueur séduisit Margaret Thatcher qui approuvait les valeurs d’autonomie et de responsabilité exposées dans le livre de Samuel Smiles: Self-Help. Chaque époque chercha la meilleure façon d’affronter le problème du chômage, les possibilités allaient d’une répression accrue envers les sans-travail jusqu’à des aides supplémentaires afin de rendre la misère plus supportable. Le vingtième siècle passa lui aussi de l’une à l’autre sans toutefois résoudre définitivement cette difficulté fondamentale des économies. L’on vit s’opposer les partisans de l’État-Providence et les adversaires de l’assistanat. Pourtant l’Angleterre moderne continue de verser des aides, appelées Income Support, dont le système fut amendé plusieurs fois depuis 1948, mais qui reste fidèle aux mesures appliquées autrefois, comme par exemple à Manchester dans les années 1850 : il s’agissait d’un revenu de subsistance de faible niveau et non lié à une exigence de travail. En 2005 ce revenu minimum était de 237 euros pas mois.

Rendre dissuasif le recours aux aides

12Le principe fondateur de la première Loi sur la Pauvreté, qui oblige le bénéficiaire d'une allocation chômage à travailler pour la mériter, ressurgit actuellement sous le vocable workfare ou welfare-to-work. Tony Blair déclara en 2001 ‘work pays’ dans un discours où il tenta de convaincre les chômeurs qu’ils devaient accepter de retravailler et de renoncer à vivre aux frais de la collectivité, tout refus entraînant la radiation progressive puis totale des allocations ‘chômage’. Or la lecture des textes permet de dire que les politiques du New Deal sont bien dans la lignée des lois de 1834, puisqu’elles punissent tout refus de travailler par la suspension partielle ou définitive des allocations chômage qui étaient de 363 euros par mois pendant six mois.

  • 20  Entre 1696 et 1715, quatorze villes de province, plus Londres, établirent des Corporations of the (...)

13Toutefois, ni Margaret Thatcher ni Tony Blair ne reprirent à leur compte le point de vue du gouvernement qui fit voter, en 1834, la deuxième Loi sur la Pauvreté requérrant qu’un traitement punitif soit appliqué à tous ceux qui acceptent de se laisser enfermer dans des asiles de pauvreté, les sinistres workhouses,20où un travail harassant et un régime alimentaire de famine devait convaincre les oisifs qu’il valait mieux rejoindre le marché du travail ordinaire.

  • 21  “It is only by keeping these things separated.and by making relief in all cases less agreeable tha (...)

14En effet, la loi de 1834 devait s'écarter de la notion ancienne qui faisait de l'aide directe aux pauvres et de l’obtention d'un emploi subventionné un droit. Car aider les nécessiteux allait à l'encontre de « la loi de nature » qui demandait à chacun de subir les conséquences de son imprévoyance ou de sa mauvaise conduite, affirmaient les promoteurs de cette loi, Senior et Chadwick21. Certes les horreurs d’une telle situation étaient connues de tous et remplissaient d’effroi tous ceux qui frappaient à la porte d’une « workhouse » et pourtant le nombre des sans-travail qui se pressaient à leurs portes ne diminuait pas, force fut de reconnaître l’existence de causes extérieures à la situation de chômage qui sévissait alors. Le gouvernement s’attacha donc à identifier les obstacles du retour à l’emploi et à y porter remède. Il fit porter ses efforts sur l’attractivité financière d’un salaire.

Le différentiel aide-salaire

  • 22  En 1695, les enfants représentaient 47,3% des bénéficiaires et les personnes âgées de plus de 60 a (...)
  • 23  Daunton, 1995, p 449.
  • 24  c.f. David Ricardo.

15Dès l'origine, il est à noter que le débat porta essentiellement sur l’existence des secours à domicile donnés aux oisifs valides22. Le chômage des hommes valides était considéré comme le résultat de l'imprévoyance des ouvriers et de leur paresse. Une punition adaptée à ces crimes permettait donc de mieux faire comprendre aux nécessiteux que leur survie dépendait du bon vouloir des autres. Le système ne devait en aucun cas leur faire préférer le recours aux aides à un emploi, le plus modeste fût-il. C'était le principe de less eligility, au XIXe siècle, les subsides équivalaient à 78% des revenus moyens d'un travailleur manuel23, qui étaient proches du niveau de subsistance24, car les autorités hésitaient à pousser à la révolte des foules entières. L’industrialisation avait en effet rassemblé des milliers d’hommes près des usines ou des mines et les mots d’ordre de manifestations se propageaient rapidement. De multiples mouvements sociaux inquiétèrent régulièrement le gouvernement qui préféra faire distribuer des aides afin d’éviter des troubles sociaux.

16Le débat n’est pas clos. En effet, une fois élu, Tony Blair, fidèle au programme proposé aux électeurs, poursuivit la politique lancée par Margaret Thatcher et John Major, et affirma que le niveau des aides accordées devait être inférieur au salaire le plus faible afin d'encourager les gens à chercher un emploi à tout prix. D'ailleurs, la Fondation Rowntree confirma en mars 1999 que la principale cause de pauvreté en Angleterre restait bien le chômage. En 2005, un chômeur reçoit pendant 6 mois 363 euros par mois mais ses allocations peuvent être suspendues la première fois pendant 2 semaines en cas de refus d’un emploi , un deuxième refus entraîne un arrêt des aides de quatre semaines avant la radiation après un troisième refus.

17Dans son programme électoral, Tony Blair avait proposé l'adoption des politiques américaines de workfare exposé par Reich, auteur de The Work of Nations, ou par Larry Summers, l'ancien Sous-secrétariat d'État au Trésor américain. Les dispositions du Welfare State qui faisaient des assurés sociaux des citoyens ayant des droits sur le budget de l'État semblent donc bien oubliées. L’objectif est atteint puisque les allocations attribuées aux sans-emploi passent très vite en dessous du seuil de pauvreté. Néanmoins, la faiblesse des revenus ne permet pas de supprimer le chômage. Il existe donc des entraves à l’autorégulation du marché de l’emploi en économie fermée, c’est-à-dire sans faire intervenir la concurrence des pays à bas salaire, qui échappent aux théoriciens.

Des salaires au cours du marché ou des salaires élevés?

18Reportons-nous aux économistes de l’École Classique Anglaise, source d’inspiration déclarée de Margaret Thatcher. Ils affirmaient que le travail doit trouver son prix sur le marché. Cette vision de l’économie, développée en particulier par Ricardo, suppose que les employeurs n’utilisent que la main d’œuvre qui leur est nécessaire et font jouer la concurrence entre les demandeurs d’emploi pour faire baisser les salaires, il n’est donc aucunement ici question du retour à l’emploi de tout homme valide, comme cela est expressément affiché.

  • 25  J’appelle ici « salaire » toute compensation financière d’un travail quel que soit le statut de la (...)
  • 26  Defoe écrivit un pamphlet, Giving Alms no Charity and employing the Poor a Grievance to the Nation (...)
  • 27  A . Smith, 1776, The Wealth of Nations, Londres, Penguin, 1937, p 81.

19Très tôt, le débat des idées se porta donc sur le niveau des rémunérations. A l'opposé des pratiques qui cherchaient à faire baisser les salaires25 sous le niveau de subsistance, certains penseurs soutinrent qu'il valait mieux augmenter les revenus des plus pauvres. Ainsi, Daniel Defoe26, John Carey et Dudley Worth avaient-ils autrefois avancé qu'une politique de hauts salaires permettrait aux pauvres de vivre mieux, de dépenser davantage, d'augmenter les besoins et donc la production, de résorber le chômage qui commençait à apparaître comme un phénomène endémique, et de réduire les impôts consacrés à la sauvegarde des démunis. A. Smith, lui-même, déclara dans La Richesse des Nations27 que des salaires élevés favoriseraient la productivité des travailleurs. La théorie de la ‘main invisible’ exige que chacun soit récompensé selon ses efforts par des augmentations de revenus, l’individu devient de plus en plus productif et s’enrichit, ce qui bénéficie à toute la société.

  • 28  Aux États-Unis, où Henry Ford décida que ses ouvriers devaient pouvoir acheter le « modèle T » qu’ (...)

20Mais ces intellectuels ne furent pas entendus, au contraire une baisse des salaires fut préférée à leur vision progressiste de l’économie. Plus tard, J.M. Keynes s’appropria leur idée pour l’utiliser dans sa théorie de la relance par la consommation. Les pays occidentaux28 appliquèrent, au XXe siècle, avec bonheur cette politique de hauts salaires , car la baisse des revenus salariaux ou sociaux entraîne une chute de la croissance ; les agents économiques consomment de moins en moins, ce qui risque de provoquer d’abord une récession puis un épisode de déflation.

Effet dissuasif de salaires trop bas

  • 29  C’est ce qui arriva par exemple en Argentine dans les années 1970 lorsque United Fruit doubla les (...)
  • 30  Pour donner un élément de comparaison aux émeutes raciales britanniques, les trois semaines de tro (...)
  • 31  En 1844 Isaac Ilett fut condamné à la déportation pour avoir envoyé une lettre de menace à un pays (...)

21Il existe néanmoins un seuil psychologique qui frappe les chômeurs victime du mécanisme de la baisse des salaires: passée une certaine limite psychologique, ils risquent de refuser de travailler pour un gain financier infime29. C’est ce qui arrive dans les banlieues des villes européennes où nombre de sans-travail préfèrent percevoir des aides plutôt que de travailler pour une amélioration trop faible de leur pouvoir d’achat. En outre, il paraît parfois difficile de convaincre des jeunes gens d’occuper un emploi mal payé alors que les ressources des économies parallèles et souvent criminelles, qui se développent, leur assurent un confort financier de très loin supérieur. Les « cités » risquent de se couper de plus en plus de la société en général et de l’économie officielle créant des désordres sociaux et économiques considérables. Le coût grandissant de cette éloignement inclut30 les dépenses des forces de police et de la magistrature, les primes d’assurance versées pour dédommager les assurés des dégâts et des incendies volontaires commis par des voyous, le fardeau psychologique de la population qui se sent en insécurité et qui développe des pathologies particulières, les restrictions à la consommation lorsque certaines rues se vident en début de soirée… Cette menace n’est pas seulement due aux circonstances présentes dans des quartiers qui en 2005 bénéficient pourtant de nombreuses aides sociales inconnues autrefois, elle fut l’enjeu du procès d’Isaac Ilett en 184431.

22La responsabilité des gouvernements est alors engagée car ils sont avant tout garants de la sécurité des biens et des personnes et comptables de celle-ci envers leurs électeurs. Le slogan de Tony Blair « work pays » ne peut atteindre que la frange de la population qui n’a pas sombré dans la criminalité et qui verra dans un emploi un fort accroissement de son niveau de vie.

  • 32  Il suffisait, que les hommes valides, la cible privilégiée des analyses sociales et économiques, a (...)

23Si les théoriciens de l'École Classique expliquaient que le problème du chômage devait se résoudre de lui-même grâce aux lois du marché32, la réalité se révéla plus complexe que les analyses abstraites, car elles avaient sous-estimé le dysfonctionnement du marché du travail et l’existence de cycles économiques. Jeremy Rifkin, dans son livre The End of Work, estime que 30% à 50% de la population active potentielle est désormais ‘inutile’ dans les économies développées.

Des politiques d’encouragement au retour à l’emploi

24Un autre calcul à courte vue laisse apparaître une vision encore plus cynique de l’économie : en effet le financement des aides aux sans-travail serait d’un coût inférieur aux salaires que les entreprises devraient leur verser si chaque homme valide avait un emploi dans nos économies, elles préfèreraient créer du chômage en Europe, laisser l’État régler la note des aides sociales et délocaliser pour augmenter leur profits. Dire « vouloir contraindre les chômeurs à accepter un emploi quelle que soit sa rémunération » tiendrait donc davantage de la posture que de la bonne gestion de la richesse du pays, en période de ralentissement de l’activité. On remarque, également, que les chômeurs, qui pèsent sur le budget de la communauté, n’alimentent pas les caisses d’allocation chômage ou de la Sécurité Sociale consomment moins et paient moins d’impôts. Cette situation est donc très dommageable à l’équilibre budgétaire du pays.

25Les entreprises établissent donc des courbes de choix et décident qu’il vaut mieux fermer des centres de production ou éviter de les ouvrir afin de minimiser les coûts. Ce calcul est fait quotidiennement par les multinationales qui font jouer la concurrence des pays à bas salaires. Celles-ci installent leur siège social dans un paradis fiscal, créent du chômage dans leurs pays d’origine, espèrent y vendre leurs produits mais se refusent à participer aux coûts sociaux en ne payant ni charges sociales ni impôt sur les bénéfices. Elles laissent à la communauté des contribuables, qui n’a pas le choix de se délocaliser, le fardeau du chômage.

26 Ce type de calcul, d’autres experts le firent autrefois ; ainsi Hammond écrivit-il dans le Commercial and Agricultural Magazine en octobre 1800 que la somme des aides aux pauvres et des salaires subventionnés versés en un an restait inférieure à la totalité des salaires qu'il aurait fallu payer si tous les chômeurs avaient eu un travail ordinaire Il valait donc mieux limiter l’emploi et continuer d'alimenter le fonds de secours aux démunis. Mais les gouvernements successifs refusèrent de paraître abandonner totalement le contrôle du marché de l’emploi et décidèrent d’intervenir pour soulager la misère du petit peuple.

Création d’emplois subventionnés

27En effet, certains penseurs, au XVIIIe siècle, étaient d'avis qu'il fallait au contraire fournir des emplois aux « oisifs valides » pour effectuer des travaux d’utilité publique que les autorités locales subventionneraient. Cette proposition respectait la loi de 1601 qui exigeait qu'un travail soit effectué en échange de tout secours. Une telle politique allait donner de l'espoir à tous les sans-travail et donc apaiser un climat social bien agité, et le développement des infrastructures du pays qui résulta de ce plan bénéficia à toute la nation.

28Cette proposition de travaux publics annonçait les politiques keynésiennes du XXe siècle, d’abord mises en place aux États-Unis dans les années 1930, puis en Europe aux lendemains de la seconde guerre mondiale qui favorisèrent un très grand développement économique des économies industrialisées.

L’ « aid of wages »33

  • 33  L'aid of wages permit, ainsi que le démontra Polanyi, aux employeurs agricoles de baisser les sala (...)
  • 34  Spenhamland fut une expérience parmi d'autres qui fut imitée par quelques dizaines de comtés mais (...)

29 Sous la pression des événements et devant la masse des indigents d'autres systèmes de lutte contre le chômage furent tentés. Le plus célèbre reste, en 1795, celui de Speenhamland34 que K. Polanyi étudia dans La Grande Transformation: des aides, indexées sur le prix du pain et modifiées selon le nombre d'enfants à charge, furent distribuées aux hommes qui avaient un emploi. Mais chaque employé était seul face à son patron pour négocier son salaire. Ainsi loin de bénéficier d'une rallonge octroyée par la paroisse, le sans-travail devait accepter ce qui lui était proposé par son employeur. Or les sans-emplois se faisaient concurrence ce qui jouait en leur défaveur et permettait le nivellement par la base des rémunérations. Ce plan apparemment souple et généreux fut détourné de ses objectifs et entraîna une misère encore plus grande des malheureux qui atteignaient ainsi à peine le niveau de subsistance, tout en travaillant. Ces dispositions pourtant si défavorables à l'ouvrier agricole, furent jugées trop laxistes par bon nombre de régions, aussi d’autres systèmes furent-ils expérimentés en Angleterre.

30En 1999, Tony Blair eut, lui aussi, recours à des incitations à l’emploi liées au statut familial et il annonça un crédit d'impôt maximum de 200 livres par semaine et par famille, si les deux parents travaillaient à mi-temps où si un des deux adultes décidait de travailler à plein temps.

Le « roundsman »

  • 35  Son nouveau patron pouvait l'employer pour la durée de son choix et le payer à sa convenance. Natu (...)

31Bien plus contraignant pour le demandeur d'emploi que l’aid of wages fut le système du roundsman. En effet, l'ouvrier devait parcourir la contrée, se présenter chez un paysan pour faire signer un ticket pour prouver à sa paroisse qu'il cherchait bien un emploi35. De la même manière, de nos jours un demandeur d’emploi doit justifier de certificats signés par des employeurs potentiels auprès des services de distribution des allocations chômage pour prouver qu’il a bien cherché du travail. De plus l’ouvrier agricole se trouvait seul face à son maître pour discuter du niveau de sa rémunération ; or devant la masse des sans-travail, il était facile au maître d’obtenir un accord sur un niveau très faible de salaire. Au XXe siècle, depuis la loi de 1993 qui abolit,sauf pour l’agriculture, les accords par branches, appelés wages councils, chaque employé potentiel doit définir seul les termes de son contrat avec son futur patron.

Le « wage fund »

  • 36  Himmerlfarb, 1984, p 160 et sq.

32 Nassau Senior qui participa à la rédaction de la loi de 1834, avait écrit en 1831, A Letter to Lord Howick on a Legal Provision for the Irish Poor qui suggérait qu’un fonds, le wage fund, soit créé pour financer les travaux publics tels que la construction de routes, de lignes de chemin de fer, de ports, de quais, de canaux... Il avait également pensé aux travaux agricoles d'assainissement des terres et de défrichage pour élever des fermes qui utiliseraient les nouvelles découvertes techniques de l'époque. Le niveau de vie devait ainsi augmenter régulièrement et apporter un progrès dont les générations suivantes pourraient profiter36.

33Reprenant cette idée, la Circulaire Chamberlain de 1886 permit que des programmes de travaux publics, financés par les paroisses, soient mis en place en faveur des chômeurs qui n'avaient pas eu recours aux aides publiques auparavant. Une politique de grands travaux fut appliquée aux États-Unis dans le cadre du New Deal, sur les conseils de Keynes, afin de relancer l’emploi ; ce fut un immense succès.

Le « labour rate »

  • 37  John Locke pensait qu'il fallait assigner les chômeurs aux payeurs d'impôts locaux afin que les oi (...)
  • 38  Stephen Driver, & Luke Martell, New Labour , Politics after Thatcherism, Cambridge, Polity Press, (...)

34Dans d'autres régions un labour rate autorisait l'employeur à choisir entre le paiement des impôts pour les pauvres à la paroisse et l'emploi des travailleurs37. Revenons au XXe siècle et nous constatons l’existence d’un système semblable qui permet aux entreprises de toucher des primes fiscales si elles engagent de jeunes chômeurs, elles étaient, en 1998, de l’ordre de 60 livres par semaine pendant six mois; mais beaucoup d'employeurs préférèrent renoncer à cet avantage fiscal car ils hésitaient, dirent-ils, à intégrer des jeunes peu formés, peu disciplinés et qui manquaient de motivation38.

Une meilleure formation

  • 39  D. Defoe, Moll Flanders.

35 Il est vrai que pendant de nombreux siècles les maisons bourgeoises et aristocratiques utilisaient un grand nombre d’enfants parmi leur domesticité39, de nombreux romans l’attestent comme Moll Flanders de D. Defoe. Pourtant les maisons de maîtres et les ateliers ne parvenaient pas à absorber toute la main d’œuvre disponible, aussi les villes décidèrent-elles de s'occuper des enfants pauvres. Qu’ils soient orphelins, abandonnés ou que leurs parents ne puissent subvenir à leurs besoins, ils étaient enfermés dans les asiles. Il s’agissait de leurs donner des habitudes de discipline loin de la paresse ou des dépravations de leurs géniteurs qui avaient conduit ces derniers sur les chemins de l’indigence, mais aussi d’utiliser la main d’œuvre de ces enfants. Dickens dressa, dans Oliver Twist, un portrait particulièrement frappant de ces centres.

L’apprentissage

36Dès le XIIème, de jeunes apprentis vivaient dans les échoppes et les ateliers pour apprendre leur futur métier pendant six ans sous le contrôle des guildes ; une telle pratique continue jusqu’à nos jours, en tenant compte des aménagements du code du travail. En effet, les artisans du XXe siècle et les entreprises offrent désormais une formation professionnelle en alternance avec un cursus théorique dispensé par l’enseignement secondaire ou supérieur.

37En matière de formation, pour une fois le XXe siècle n’a rien à apprendre des siècles précédents, car les écoles secondaires et les universités fournissent à toute la population une offre diversifiée théorique et professionnelle d’un niveau jamais égalé. Pourtant nous observons que seulement 49% des britanniques à l’age de 18 ans poursuivent une formation initiale, ce qui est un taux très faible en Europe. A l’opposé, les Britanniques jouissent d’une formation continue beaucoup plus développée que ses partenaires européens, et les succès de l’Open University, en particulier,sont remarquables.

L’employabilité

  • 40  J-P. Révauger, op cit, p. 124.
  • 41  Mayhew rédigea des chroniques sur le petit peuple de Londres, qui furent éditées de 1850-1853, à u (...)
  • 42  J-P. Révauger, p.124.
  • 43  Philippe Cohen & Luc Richard, La Chine sera-t-elle notre cauchemar, les dégâts du libéral-communis (...)

38Margaret Thatcher reprit la notion d’employabilité 40qui ressortait des travaux des statisticiens victoriens et des chroniques de Mayhew41. Ces deux estimations de la société londonienne se rejoignaient pour dire qu’environ 5% de la population déshéritée était inemployable et que les hommes « valides » pouvaient être persuadés de retourner vers le marché du travail. Il est vrai que plus de la moitié des miséreux cherchaient désespérément une activité. Dans les années 1980, Margaret Thatcher rejeta toute responsabilité sur les chômeurs dont les qualifications ne correspondaient pas aux demandes des entreprises et avait enjoint aux sans-travail de se recycler afin de retrouver leur place dans la société économique. On pourrait rapprocher cependant que l’esprit obligatoire des dispositions concernant les bénéficiaires des workhouses prévalut à l’organisation du New Deal de Tony Blair. En effet « le jeune qui passe le portique magique du New Deal Gateway n’a d’autre choix que le travail ou la formation »42. L'espoir résiderait, pour les jeunes, donc dans les programmes de formation qui leur sont offerts, mais depuis quelques années des transferts de technologies de plus en plus sophistiqués donnent aux pays asiatiques, et en particulier à la Chine et à l’Inde, un avantage comparatif que rien ne viendra compenser dans nos économies. Ces pays à bas salaires bénéficient ainsi du meilleur de la technique occidentale et viennent concurrencer nos produits sur nos marchés sans avoir eu à financer la recherche correspondante. Le retour à l’emploi des travailleurs britanniques s’annonce donc de plus en plus difficile43.

  • 44  Matthew Tempest, “Tory cuts would ‘cost 300,000 jobs’”, The Guardian, 19 janvier 2005.

39 Par la suite, le plan travailliste mit l'accent sur l'employabilité des demandeurs d'emploi, rejetant, une fois de plus, sur les sans-travail la responsabilité de leur situation. Il convenait que les demandeurs d'emploi s'adaptent au marché du travail et acceptent des niveaux de salaires aussi bas que l'exige la conjoncture. En continuité avec le gouvernement précédent, le parti travailliste annonça qu'il renforcerait la formation professionnelle et qu'il renonçait, lui aussi, à garantir une politique visant le plein emploi. Les conservateurs semblent eux aussi afficher leur désintérêt pour le plein-emploi, ainsi que l’affirma Michael Howard : « Unemployment never matters »44.

Une meilleure adéquation de l’offre et de la demande

  • 45  [Poverty] “makes them tumultuous and unquiet. Where there are too many very poor, the rich cannot (...)

40Les sages conseils que Sir Matthew Hale avait prodigué à ses lecteurs en 1683 dans Tract Touching Provision of the Poor, avaient été oubliés. Sir Matthew s'était inquiété du nombre croissant de pauvres45 sans travail et de la possible menace politique qu'ils représentaient. Or dans une ville comme Londres, dont la population tripla au cours de la première moitié du XIXe siècle, pour atteindre 2.350.000 habitants en 1851 et devenir la ville la plus peuplée du monde, le risque d'agitation sociale puis politique était considérable.

41  Le choc de deux mondes, celui des classes aisées et celui du petit peuple, était trop grand pour ne pas provoquer des interrogations logiques que formulèrent tant d'observateurs anglais ou étrangers, à la fin du XVIIIe siècle comme au cours de la période suivante. Rousseau avait, en son temps, dans La Nouvelle Héloïse, manifesté un grand étonnement devant tant de prospérité coexistant avec tant de misère. D’ailleurs des émeutiers défilèrent régulièrement dans les rues de Londres au XIXe siècle, avec des pancartes réclamant un emploi sous peine d'explosion sociale. L'existence même de ces foules, folles d'angoisse et prêtes à accepter n'importe quel emploi à n'importe quel salaire, démentirait la croyance même en la paresse innée du peuple et sa préférence pour une vie oisive aux frais des autorités locales.

Une diversification de l’offre d’emploi

  • 46  Selon Burnett, 16% des pauvres et une minorité d’hommes valides, entre 1840 et 1847 y furent accue (...)
  • 47  En cent ans, 22 millions de personnes quittèrent la Grande-Bretagne pour les régions du Commonweal (...)
  • 48 D’autres aventures furent menées de manière plus individuelle. Bon nombre de philanthropes voulaien (...)

42Le texte de 1842 autorisait le recours à des aides financières à condition que les hommes travaillent à l'extérieur des asiles, ce fut le Labour Test. A partir de 1852, les hommes pouvaient travailler dehors à la journée ou pour la moitié de la semaine 46. L'émigration offrit des débouchés importants et fut sans nul doute la proposition qui rencontra le consensus le plus large. Depuis le XVIIIe siècle, et surtout au XXe siècle, avec le développement des anciennes ou des nouvelles colonies blanches, un grand mouvement d’expatriation conduisit des dizaines de millions47 de britanniques à la recherche d’une terre plus hospitalière. La plupart de ces émigrants partaient seuls mais d’autres se laissaient encadrer par des associations48, certains romans comme ceux écrits par John Galsworthy l’attestent.

Émigration

43Le livre Darkest England de W. Booth connut un succès considérable, l'auteur y proposait des solutions pour rééduquer la partie la plus vulnérable, la plus faible moralement et donc souvent la plus dépravée de la population. Il soulignait la nécessité d'une formation professionnelle alliée à une forte motivation et une ambition raisonnée avant que les futurs colons puissent se lancer avec de bonnes chances de succès vers leurs nouveaux territoires. Force fut de constater la réussite des implantations dirigée par l’Armée du Salut ou par la Charity Organisation Society du révérend Samuel Barnett. Le Général Booth pensa instaurer des coopératives agricoles mais elles n’eurent qu’un succès limité car les hommes qui avaient été choisis pour travailler les champs étaient des citadins qui ne comprenaient pas le travail de la campagne, d’autres expériences furent plus concluantes en particulier dans les colonies blanches où la plupart des colons furent envoyés après quelques mois de formation. Dans les Barnado’s Homes, les filles, y compris les handicapées, pouvaient devenir couturières, et les garçons charpentiers ou marins.

Les nouveaux emplois industriels

44Au XIXe siècle, le développement de l’industrialisation fournit un nombre considérable de nouveaux emplois dans les mines, les chantiers, les ateliers et les usines... L'édification des chemins de fer, par exemple fournit un nouvel espoir : ainsi 20.000 hommes furent-ils embauchés pour construire la ligne Londres-Birmingham entre 1835 et 1838. Le textile subit les évolutions de l'industrie, tout d'abord il offrit un grand nombre d'emplois dans des filatures et autres ateliers de tissage grâce à l'arrivée de nouvelles machines. Si la mutation de ce secteur  ruina la production familiale de laine, elle contribua à créer la grande industrie de cotonnades et de draps de laine de la révolution industrielle.

45Mais pour améliorer le marché du travail il convenait d’informer les sans-travail de l’existence d’emplois vacants.

Création de bourses de travail

46Dès 1650, Henry Robinson, avait souhaité la création d'un Bureau d'Adresses et de Rencontres pour mettre en relation les inactifs et leurs futurs maîtres. Dans les régions rurales, le travail à effectuer se concentrait sur cinq à six mois par an, le déplacement des oisifs vers des régions en pleine activité devenait une affaire de bon sens que chômeurs et responsables comprirent intuitivement, cependant il restait les restrictions à la circulation des personnes avec le renforcement de l'application de la loi contre le vagabondage. Peu à peu cependant, des centres locaux indépendants virent le jour avant d'être centralisés au XXe siècle.

  • 49  En 1914, l'État avait versé 3.211.379 de livres à 2.325.598 personnes, soit 23% des assurés [José, (...)

47En 1911, Churchill et Beveridge, poursuivant leur plan de bataille contre le chômage, firent voter deux textes capitaux: la loi sur l'Assurance Chômage, Health and Insurance Act49et la loi sur la Bourse du Travail, Labour Exchange Act. L'État organisa des centres de rencontres entre demandeurs d'emploi et employeurs potentiels afin que les qualifications des premiers ne soient pas perdues et que les seconds puissent réagir très vite à la demande de leurs clients. Cette organisation fut amplifiée et modernisée régulièrement jusqu’à nos jours incluant la création de centres de stages professionnels.

48Les bourses du travail donnèrent donc naissance aux job centres crées par Margaret Thatcher et repris par Tony Blair. Ils tentent de remédier à plusieurs types de chômage que les experts modernes connaissent bien outre le chômage saisonner et régional : le chômage frictionnel qui caractérise la période d’inactivité entre deux emplois, le chômage conjoncturel issu des cycles économiques, le chômage structurel plus difficile à combattre car témoignant des mutations profondes de l’économie du pays, et enfin le chômage technologique qui frappe les travailleurs  dont les qualifications sont dépassées.

Les limites du retour à l’emploi

49Le XIXe, en particulier, souffrit de violentes récessions suivies de brusques envolées de l’activité. La surproduction et la méconnaissance de la concurrence produisirent toutes sortes de cycles économiques. Ainsi, certaines villes connurent-elles de véritables désastres en cas de retournement du marché. Les chiffres globaux de chômage de cette période florissante occultaient une réalité beaucoup plus disparate qu'il n'y paraissait.

Les risques de la spécialisation

  • 50  La consommation de bière, un élément de base de l'alimentation, et donc un bon repère du niveau de (...)

50Le textile et les produits manufacturés, tout comme le charbon, la sidérurgie, la construction navale souffrirent énormément de la venue de nouveaux concurrents. Ce qui affecta par ricochet d'autres secteurs comme le bâtiment ou la production de biens durables. Le chômage dans le pays minier atteignit 20% entre 1875-9550 . L'industrie du coton vécut des heures sombres, en 1842, à Bolton, par exemple, le chômage toucha 60% des ouvriers de cette petite ville. Le fort marasme qui étreignit le secteur du coton l'empêcha d'investir sur les marchés extérieurs pour reconquérir des parts de marché qui lui échappaient. Les enquêtes menées par Rowntree à York en 1899 aboutirent à des résultats voisins de ceux que Ch. Booth avait trouvés lors de son travail colossal sur la population londonienne : 30% de la population dans ces deux villes vivaient sous le seuil de pauvreté alors que les prix connurent une inflation de 60% de 1874 à 1900.

  • 51  Cf. : A. Smith
  • 52  Cf. : D. Ricardo

51Les dangers de la spécialisation continuent de hanter des régions entières, car désormais c’est à l’échelle du monde entier que les stratèges du commerce international organisent la production. Et grâce aux accords préférentiels, aux transferts de technologie, qui déstabilisent les fondements même des théories des avantages absolus51 et comparatifs52, ou au protectionnisme la concurrence ne peut plus jouer. Les évolutions technologiques détruisent dans un premier temps bon nombre de métiers et en recréent d’autres au prix d’une transition souvent douloureuse.

Conclusion

  • 53  En effet, Paine pensait que tout adulte devait recevoir à l'âge de 21 ans une somme forfaitaire de (...)
  • 54  Universitaire à U. Paris XII et auteur de L’après-salariat. Une autre proposition, celle de Paine (...)
  • 55  “The first obvious tendency is to increase population without increasing the food for its support. (...)

52 Les gouvernements, comme leurs conseillers, abandonnent parfois tout espoir de mettre au travail tous ceux qui le désirent. Certains pensèrent, par exemple, attribuer la fraction de la population ‘en surnombre’ un petit pécule afin de leur éviter de sombrer dans la délinquance ou bien de mourir de faim : ainsi en est-il des 10 livres que Paine53 voulait voir allouer annuellement à partir de l’âge de cinquante ans. Ceci annonce le revenu universel de Milton Friedman, en 1963, repris ultérieurement par Jeremy Rifkin ou Yoland Bresson54. Plusieurs autres exemples témoignent du phénomène cyclique de certaines idées, on peut citer encore les aides familiales calculées d'après le nombre d'enfants par le groupe de Speenhamland qui renvoient aux allocations familiales du XXe siècle… Ces coïncidences montrent que le problème du chômage, et celui de la pauvreté qui en découle, reste toujours aussi difficile à résoudre et que la question centrale demeure : que faire55 des chômeurs et comment éradiquer le fléau du chômage tout en soutenant l'activité économique du pays ? Quelle doit la part de l'État dans le secours à proposer aux sans-emploi ?

53Dans les temps anciens les pauvres étaient considérés comme les protégés de Dieu et celui qui faisait l'aumône accomplissait un devoir sacré. L'aumône depuis les lois élisabéthaines fut centralisée et organisée par l'État par le biais des impôts pour les pauvres. La couronne revendiqua la charge de s'occuper des malheureux mais elle introduisit la notion de culpabilisation des nécessiteux et surtout des oisifs. Cette condamnation dans un pays très influencé par la Bible, fut acceptée facilement par la population qui considéra que refuser de travailler, c’était vouloir échapper à l'obligation faite à Adam, et donc à tous les hommes, de gagner son pain à la sueur de son front.

54L'époque de l'État-Providence réaffirma le devoir de solidarité qui unit les habitants d'une nation entre eux. Les citoyens avaient donc le droit à l'aide de l'État, mais ce point de vue ne correspond pas vraiment à un pays qui croît en la valeur « travail » et qui considère comme « parasite » tout oisif qui vivrait aux frais des contribuables. Le retour aux idées puritaines fut aisé parmi les classes favorisées qui se refusent à cautionner ce qu'elles considèrent comme une prime à la paresse et au manque d'ambition personnelle. Les pauvres, dont le nombre a crû fortement depuis ce changement de politique dans les années 1980 et 1990, continuent naturellement de penser que l'État leur doit un soutien financier pour accéder à un logement décent, à une formation réelle et aux soins, ils désirent jouir d'une vieillesse paisible loin des souffrances dues à la misère.

  • 56  « Retirement age, 65 not out » The Economist, 26 novembre 2005, p. 16.

55Les années Thatcher renouèrent avec la tradition précédente et rétablirent pas à pas la notion de responsabilité individuelle, niant le devoir de solidarité que l'après-guerre avait remis à l'honneur. Le gouvernement de Tony Blair s'engage dans une harmonisation délicate de ces aspirations divergentes et propose un plan social qui cherche tout d'abord à remettre les chômeurs au travail, dans la continuité des politiques conservatrices. Le système du welfare-to-work, s'inscrit donc dans cette tradition à la fois religieuse et juridique qui demande que chacun fasse son devoir vis-à-vis de la société à laquelle il appartient. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. Le New Deal a coûté jusqu’à présent 5 milliards de livres révèle un conservateur dans The Guardian du 19 janvier 2005 pour un résultat médiocre. En effet, si un million de jeunes quittèrent le système, 37% d’entre eux seulement eurent un travail pour une durée au moins égale à treize semaines, et la majorité d’entre eux dut recourir de nouveau aux aides sociales. Les statistiques de l’ONS montrent que l’année 2005 souffrit d’une hausse continue du nombre des bénéficiaires d’allocations chômage, mais ce mauvais résultat disparaît, dans la presse, derrière le chiffre du taux d’emploi britannique meilleur que la moyenne européenne, pourtant le gouvernement ne devrait pas se réjouir de constater que plus de 25% de la population en âge de travailler reste inactive. Tony Blair imagine améliorer la situation en contraignant les plus de cinquante ans à prolonger la durée du travail jusqu’à au moins 69 ans56, cette nouvelle politique permettra peut-être d’alléger les dépenses des caisses de retraite mais devrait aggraver encore davantage la situation de l’emploi en remettant sur le marché du travail ceux qui en étaient déjà parti : les préretraités qui entreront en concurrence avec les jeunes, les chômeurs de longue durée, les handicapés et les nouveaux entrants. Toutefois les individus devront veiller à entretenir leur niveau d’employabilité et accepter une baisse de leurs revenus résultant de la perte de leur productivité.

Haut de page

Bibliographie

Aldroft, D., Richardson, H., The British Economy, 1870-1939, Londres: MacMillan, 1969.

Bresson, Y., L'après salariat, Paris : Economica, 1993.

Castel, R., Les Métamorphoses de la question sociale, Une chronique du salariat, Paris : Fayard, 1995.

Childs, D., Britain since 1939, Progress and Decline, London: MacMillan, 1995.

Crétien, M. (ed.), Le nouveau libéralisme Anglais, à l'aube du XXe siècle, Paris : Economica,1999.

Cole, G.D.H., Postage, R., The Common People, 1746-1946, London: Methuen, (1938), 1968.

Deakin, N., The Politics of Welfare, Continuities and Change, Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf, 1994.

Douthwaite, R., The growth illusion, How economic growth has enriched the few, impoverished the many and endangered the planet, Tulsa: Council Oak .Books, 1992,

Edwards, P. (ed.), Industrial Relations, Theory and Practice in Britain, Oxford: Blackwell, 1995.

Eyraud, F., Travail et travailleurs en Grande- Bretagne, Paris, La Découverte, 1985.

Floud, R., McCloskey, D., The Economic History of Britain since 1700, Cambridge: CUP, (1994), 1995.

Gingritch, N., To renew America, New York, Harpers and Collins.

Guedj, F., Sirot, S., (eds), Histoire Sociale de l'Europe, Industrialisation et société en Europe occidentale (1880-1970), Paris: Seli Arslan, 1997.

Harel, J., 'De l'émergence du concept du chômage involontaire à la loi sur l'assurance chômage" in, M. Azuélos (ed.), Travail et emploi: l'expérience anglo-saxonne, PSN, 2000.

Harel, J., 'Unemployment: from the Welfare State to Welfare-to-work' in F. Duban Alizés n°19, de l'Université de la Réunion, 2000.

Johnson, C., The economy under Mrs Thatcher, 1979-1990, Harmondsworth: Penguin.

Lemosse, M. (ed.), La situation et les politiques de l’emploi en France et en Grande-Bretagne 1990-2000, Paris, PSN, 2003.

Leclerq, E., Les Théories du marché du travail, Paris: Seuil, 1999.

Mansfield, M., Salais, R., Whiteside, N., Aux sources du chômage 1880-1914, une comparaison interdisciplinaire entre la France et la Grande-Bretagne,Paris : Belin, 1994.

Méda, D., Le travail, une valeur en voie de disparition, Paris: Aubier, 1995.

Moulier Boutang, Y., De l'esclavage au salariat, Paris : PUF, 1998.

Rifkin, J., La fin du travail, Paris : La Découverte, 2000.

Rosenvallon, P., Le capitalisme utopique, Histoire de l'idée de marché, Paris : Seuil, 1999.

Tawney, R.H., Religion and the Rise of Capitalism, Harmonsworth: Penguin, (1922), 1990.

Whiteside, N., Bad Times, Unemployment in British Social and Political History, Londres: Faber & Faber, 1991.

Haut de page

Notes

1  Beveridge dans son livre Unemployment, A problem of Industry, 1909 regroupa les causes du chômage en trois grandes rubriques: la perte définitive d'emploi liée au déclin d'une industrie, à sa mécanisation ou à son transfert vers une autre localité; les fluctuations commerciales temporaires ; la perte de temps entre deux emplois ou l'existence d'un volant de chômage nécessaire à la création d'une réserve de main d'oeuvre prête à répondre aux besoins de l'économie, ce qui crée un sous-emploi chronique. Il convient donc de remédier à ces différentes difficultés.

2  De 1480 à 1490 ces legs représentaient 66% du total des dons , mais de 1651 à 1660 le pourcentage tomba à 11% à cause de la fermeture des couvents, les riches déposaient directement les fonds dans les asiles de pauvreté, almshouses, les écoles ou les centres qui recueillaient les vieillards (Daunton, M.J., Progress and Poverty, An economic and social History of Britain 1700-1850, Oxford, OUP,1995, p 468).

3  En 1660, ils atteignaient 100.000 livres, c'est-à-dire environ l'équivalent des impôts destinés aux pauvres, les poor rates (Daunton, 1995, p 469). La baisse sensible des sommes léguées aux institutions charitables s'est opérée bien plus tard. En 1788 le gouvernement estima le total à 258.700 livres, soit 10% seulement de l'argent recueilli grâce à l'impôt pour les pauvres.

4  Comme la Marine Society ou le Magdalen Hospital, qui s'occupaient des prostituées et tentaient de leur offrir un autre avenir. D'autres hôpitaux se consacraient aux soins à apporter aux démunis. En 1720 et en 1740 le Westminster Hospital et le London Hospital furent érigés à cet effet, (Daunton, 1995, p 469).

5  “To encourage and stimulate their habits of industry, sobriety and economy, to furnish them with such knowledge as may be useful in their pursuits and in their station of life as well as to confirm the importance of fulfilling their religious and moral duties” (Andrews,D.T., Philanthropy and Police: London Charity in the Eighteenth Century, New Jersey, Princeton,1989, p 201-2).

6  Andrews, 1989, p 102.

7  Naturellement ce que l’époque moderne appelle « chômage » recouvre plusieurs catégories de sans-travail : ceux qui n'avaient pas d'emploi volontairement et ceux qui en recherchaient un désespérément. La distinction apparut dans les textes législatifs à l'aube du XXe siècle. Les auteurs ont donc suivi l'évolution du sens de ce mot dans leurs analyses.

8  Polanyi, Karl,1944, La grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, p. 125.

9  De nombreux adultes pauvres ne se mariaient pas que ce soit en Angleterre ou dans les pays voisins à cause de la faiblesse de leurs revenus, de plus de nombreuses professions imposaient le célibat : la domesticité en particulier ou les emplois d’ouvriers agricoles, de commis… d’autres rendaient difficile la vie de famille : l’armée ou la marine. Les pays catholiques avec ses couvents et ses monastères permettaient également de limiter les naissances en rendant honorable et respectable le célibat ; mais rappelons que les enseignants des universités protestantes devaient eux aussi être célibataires. L’histoire économique et sociale a volontiers souscrit à l’idéologie familiale qui glorifie le mariage et relègue dans l’oubli les millions de célibataires qui ont pourtant largement contribué, eux aussi, à la production économique du pays. Le droit d’aînesse appliqué dans de nombreuses économies à dominante agricole en Europe a également fortement contribué à cette mise à l’écart des enfants célibataires car il valait mieux éviter de diviser la terre ou la boutique familiale afin de maintenir un certain degré de rentabilité, la conséquence en fut l’expulsion des frères et des sœurs du giron familial qui durent se placer ailleurs, le plus souvent, à des niveaux subalternes.

10  Todd, E., L’Illusion économique, Essai sur la stagnation des sociétés développées, Paris, Gallimard, 1998.

11  “to be grievously whipped , and burned through the gristle of the right ear with a hot iron » [Harrison, J.F.C., The Common People, a History from the Norman Conquest to the Present, Glasgow, Fontana Paperbacks, 1984, p. 133].

12  « 25% d’entre eux travaillent plus de 32 heures par semaine et 25% supplémentaires travaillent 22 heures par semaine « [Bertrand Bissuel, « 30% des sans-domicile ont conservé un emploi », Le Monde, 3 octobre 2002, p. 13].

13  Timothy Whitton « The growth of precarious employment in Great Britain” p51-67, in M. Lemosse, La situation et les politiques de l’emploi en France et en Grande-Bretagne 1990-2000, Revue du Crecib, vol XII, N°2, PSN, 2003.

14  « Les hordes de barbares dont on a parlé qui, sortant de leurs taudis vont un jour engloutir la civilisation moderne n'existent pas. Ils sont des barbares, mais ils sont une poignée, un pourcentage faible et décroissant, une honte, mais pas un danger » (P. Alden & E.E. Hayward, 1908, The Unemployable and the Unemployed, in, Christian, Topalov, Naissance du chômeur 1880-1910, Paris Edtions Albin Michel,  1994, p 221).

15  “ Unemployment” , The Economist , 23 janvier 1993.

16  Patrick Wintour, “ Blunkett tells EU to learn from UK’s job creation plans”, The Guardian, 13 septembre 2005.

17  “Ageing population, Must try harder”, The Economist, 26 novembre 2005, p. 48.

18  “There is no Nation I ever read of who by a Compulsory Law, raiseth so much Money for the Poor as England doth... but our Charity is become a Nuisance, and may be thought the greatest Mistake of that Blesses reign, in which that Law passed, which is the Idle and improvident man's Charter” [quoted in S. Macfarlane, 'Social Policy and the Poor in the later Seventeenth Century', in A. L. Beier & R. Finlay [eds], London, 1500-1700: The Making of a Metropolis, 1986, p 253].

19  La loi Guilbert de 1782.

20  Entre 1696 et 1715, quatorze villes de province, plus Londres, établirent des Corporations of the Poor qui ouvrirent des asiles de pauvreté où les pensionnaires avaient l'obligation de travailler en échange de leur entretien. de se soumettre à une discipline stricte. En fait le système des asiles de pauvreté, qui devait générer ses propres revenus, était déficitaire c'est pourquoi, bien des régions essayèrent d'imaginer d'autres façons de secourir les plus démunis et en particulier les oisifs. Pourtant la Workhouse Test Act de 1722 et de 1723 entérina la création de ces asiles qu'il convient de différencier des centres d'accueil de pauvres, les almshouses, où aucune activité n'était exigée.

21  “It is only by keeping these things separated.and by making relief in all cases less agreeable than wages, that anything deserving the name of improvement can be hoped for” [Senior, in , Gertrude Himmerlfarb, , 1983, The ideas of Poverty, England in the early Industrial Age, New York, Alfred A. Knopf, 1984, p 163].

22  En 1695, les enfants représentaient 47,3% des bénéficiaires et les personnes âgées de plus de 60 ans 17% (Daunton, 1995, p 449).

23  Daunton, 1995, p 449.

24  c.f. David Ricardo.

25  J’appelle ici « salaire » toute compensation financière d’un travail quel que soit le statut de la main d’œuvre concernée.

26  Defoe écrivit un pamphlet, Giving Alms no Charity and employing the Poor a Grievance to the Nation, en 1704 qui proposait ironiquement l'élimination physique des miséreux puisque toutes les autres politiques semblaient avoir échoué.

27  A . Smith, 1776, The Wealth of Nations, Londres, Penguin, 1937, p 81.

28  Aux États-Unis, où Henry Ford décida que ses ouvriers devaient pouvoir acheter le « modèle T » qu’ils fabriquaient, ou en Europe aux lendemains de la deuxième guerre mondiale: la tendance à la hausse qui sous-tendit les revendications salariales favorisa la consommation de masse et donc la croissance et la création d’emploi.

29  C’est ce qui arriva par exemple en Argentine dans les années 1970 lorsque United Fruit doubla les salaires sous la pression des consommateurs américains horrifiés du niveau de vie des employés de cette multinationale américaine

30  Pour donner un élément de comparaison aux émeutes raciales britanniques, les trois semaines de trouble à l’automne 2005 en France représenta une perte de 250 millions d’euros. Les gouvernements évitent en général de publier les chiffres de l’évolution des dépravations dues aux délinquants et aux criminels depuis les vingt-cinq dernières années, période de forte remontée du chômage.

31  En 1844 Isaac Ilett fut condamné à la déportation pour avoir envoyé une lettre de menace à un paysan qui refusait de l'embaucher: “We are determined to set fire to the whole of this place if you do not set us to work. What do you think the young men are going to do if you don't set them to work? They must do something. the fact is, we cannot go any longer. We must commit robbery and everything- that is contrary to our wish” [The News of the World, March 1844].

32  Il suffisait, que les hommes valides, la cible privilégiée des analyses sociales et économiques, acceptent le salaire qui leur était proposé et que le résidu, inapte au travail pour des raisons physiques ou psychologiques, disparaisse. Ce dernier point devant être l'objet d'une génération, « le résidu constitué d'inaptes à l'emploi... ce ne sont pas des hommes dont le caractère ou la conduite sont mauvais, mais ce sont ceux qui sont devenus, à cause, d'un chômage prolongé, incapables d'un travail régulier » [S. Webb, The Public Organisation of the Labour Market, 1909, p 211].

33  L'aid of wages permit, ainsi que le démontra Polanyi, aux employeurs agricoles de baisser les salaires puisque les ouvriers recevaient un montant compensatoire payé par la paroisse. La clause d'aide aux familles nombreuses fut considérée comme exorbitante par la plupart des autres districts. Dans le Kent, les familles devaient attendre la naissance du quatrième enfant pour recevoir une somme fixe, ailleurs l'aide était un somme forfaitaire quel que soit le nombre d'enfants à charge.

34  Spenhamland fut une expérience parmi d'autres qui fut imitée par quelques dizaines de comtés mais qui ne fut pas généralisée ainsi que le montre le foisonnement des expériences parallèles qui existèrent à la même époque en Angleterre.

35  Son nouveau patron pouvait l'employer pour la durée de son choix et le payer à sa convenance. Naturellement, les propriétaires terriens eurent de cette manière une main d’œuvre superfétatoire qu'ils payèrent à vil prix.

36  Himmerlfarb, 1984, p 160 et sq.

37  John Locke pensait qu'il fallait assigner les chômeurs aux payeurs d'impôts locaux afin que les oisifs travaillent directement pour leurs généreux donateurs.

38  Stephen Driver, & Luke Martell, New Labour , Politics after Thatcherism, Cambridge, Polity Press, 1998, chap 3.

39  D. Defoe, Moll Flanders.

40  J-P. Révauger, op cit, p. 124.

41  Mayhew rédigea des chroniques sur le petit peuple de Londres, qui furent éditées de 1850-1853, à une époque particulièrement cruelle aux nécessiteux (Henry Mayhew, London Labour and the London Poor, Londres, Penguin, 1985).

42  J-P. Révauger, p.124.

43  Philippe Cohen & Luc Richard, La Chine sera-t-elle notre cauchemar, les dégâts du libéral-communisme en Chine et dans le monde, Paris, Mille et Une Nuits, Librairie Arthème Fayard, 2005.

44  Matthew Tempest, “Tory cuts would ‘cost 300,000 jobs’”, The Guardian, 19 janvier 2005.

45  [Poverty] “makes them tumultuous and unquiet. Where there are too many very poor, the rich cannot long or safely continue such” [Hale in Himmelfarb, p. 212].

46  Selon Burnett, 16% des pauvres et une minorité d’hommes valides, entre 1840 et 1847 y furent accueillis. S . Webb calcula que la population dans les asiles fluctua entre 30.000 et 50.000 personnes pendant le XXme siècle. (Burnett, Idle Hands, The Experience of Unemployment , 1790-1990,1994, p 130 et sq).

47  En cent ans, 22 millions de personnes quittèrent la Grande-Bretagne pour les régions du Commonwealth qui pouvaient les accueillir: les États-Unis, Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Australie et l'Afrique du Sud, en particulier.

48 D’autres aventures furent menées de manière plus individuelle. Bon nombre de philanthropes voulaient croire aux bienfaits de l'éducation et de l'hygiène et s'efforçaient d'arracher à une vie de mendicité et de débauche quelques individus pour leur donner une seconde chance. L'exemple que donnèrent Charles Dickens avec son centre de réhabilitation pour prostituées et John Galsworthy avec les quelques chômeurs qu'il secourut, était largement soutenu par les réussites de nombreuses associations caritatives. Des centres caritatifs se spécialisèrent dans l’accueil aux enfants déshérités comme les Barnado’s Homes d’autres dans celui des adultes comme l’Armée du salut créée par le Général Booth. Ces deux prestigieuses associations qui bénéficièrent du patronage de la couronne pendant près de cent ans offraient une formation aux démunis et un nouveau départ dans la vie.

49  En 1914, l'État avait versé 3.211.379 de livres à 2.325.598 personnes, soit 23% des assurés [José, Harris, Unemployment and Politics,a study in English social policy 1886-1914, Oxford, Clarendon Press, 1972, p160 et sq] intermittents . L'État n'était donc pas fondé de créer des mesures spécifiques, il suffisait d'attendre les conséquences de l'évolution du marché du travail [Topalov, 1994, p 225].

50  La consommation de bière, un élément de base de l'alimentation, et donc un bon repère du niveau de vie, passa de 80 litres en 1850 à 30 litres en 1870 par an dans ces contrées.

51  Cf. : A. Smith

52  Cf. : D. Ricardo

53  En effet, Paine pensait que tout adulte devait recevoir à l'âge de 21 ans une somme forfaitaire de 15 livres et à 50 ans 10 livres par an jusqu'à son décès, prélevée sur un fonds national alimenté par une taxe sur l'héritage [Paine, 1798].

54  Universitaire à U. Paris XII et auteur de L’après-salariat. Une autre proposition, celle de Paine parue en 1797 dans Agrarian Justice opposed to Agrarian Law and to Agragarian Monopoly, visait une redistribution de la richesse au nom de l'état de nature. Dans Rights of Man, Paineen 1798 exposa sa vision d'une société plus harmonieuse qui éviterait aux pauvres et en particulier aux sans-travail de finir à la potence. La permanence d’une grande pauvreté de masse poussa des économistes comme Malthus à promouvoir l'idée du contrôle des naissances.

55  “The first obvious tendency is to increase population without increasing the food for its support. A poor man may marry with little or no prospect of being able to support a family without parish assistance” [Thomas, Malthus, 1798, An Essay on the Principle of Population, Londres Penguin, 1989, p 361].

56  « Retirement age, 65 not out » The Economist, 26 novembre 2005, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Harel, « De 1601 à 2006 : des solutions récurrentes au retour à l’emploi en Grande-Bretagne », Observatoire de la société britannique, 2 | 2006, 185-209.

Référence électronique

Joëlle Harel, « De 1601 à 2006 : des solutions récurrentes au retour à l’emploi en Grande-Bretagne », Observatoire de la société britannique [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/168 ; DOI : 10.4000/osb.168

Haut de page

Auteur

Joëlle Harel

PRCE à l'Université de Paris XII, faculté de sciences économiques et de gestion

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org