Navigation – Plan du site

La politique publique d’éducation britannique depuis 1997 : entre volontarisme politique et privatisation du système éducatif

Karine Bihet
p. 99-111

Résumé

Les modes d’élaboration et de mise en œuvre de la politique éducative ont fortement évolué depuis 1997 et l’arrivée des nouveaux travaillistes au pouvoir. Les gouvernements New Labour ont réaffirmé la place centrale de l’Etat en prenant des mesures interventionnistes, que ce soit en terme d’investissements réalisés et d’octroi de moyens supplémentaires ou d’élaboration de normes et d’objectifs assignés aux établissements. Parallèlement, la participation du secteur privé dans ce domaine s’est largement développée. Les partenariats public-privé, les interventions en cas de défaillance du secteur public ou le sponsoring d’établissements dotés d’un statut plus autonome comme les specialist schools ou les academies ont permis aux acteurs privés de prendre part à la gestion du système éducatif. Cette tendance va se poursuivre après les élections législatives de 2010. Si les investissements réalisés dans ce secteur sont réduits en raison des restrictions budgétaires, la coalition libérale-conservatrice va poursuivre les réformes engagées par ses prédécesseurs. Cette dernière va favoriser l’autonomisation des établissements scolaires et des acteurs locaux en développant les academies et en créant les free schools, dirigées par des acteurs de la société civile. Cette étude permet ainsi d’observer l’évolution du niveau d’implication des différents acteurs intervenant dans cette politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Blair, T., Discours à la conférence annuelle du Parti travailliste, 1er octobre 1996.
    Il déclare:  (...)
  • 2 La Troisième Voie qualifie le projet politique défendu par Tony Blair et les modernisateurs travail (...)

1 Pendant la campagne de 1997, Tony Blair a indiqué que la question de l’éducation serait sa principale préoccupation s’il était élu1, étant donné les nombreux dysfonctionnements constatés dans le service public de l’enseignement. L’éducation sera donc une priorité du gouvernement New Labour et celui-ci va engager une profonde réforme dans ce domaine afin d’améliorer les performances des établissements et le niveau des élèves. Les nouveaux travaillistes veulent relancer et moderniser le système éducatif en se débarrassant de tout présupposé idéologique et en dépassant la frontière entre public et privé, conformément au principe de la Troisième Voie2. Ils ont alors mené une politique d’éducation alliant interventionnisme étatique et participation du secteur privé, avec ses modes de gestion.

2 Après 2010, la coalition libérale-conservatrice va elle aussi engager une réforme du service de l’éducation, qui prolonge la démarche initiée par le gouvernement précédent et consiste notamment à s’appuyer sur les ressources de la société civile et du tiers secteur.

3 Afin d’analyser les transformations survenues dans la gestion du système éducatif britannique et d’observer l’évolution de la place des différents acteurs agissant dans ce secteur, nous étudierons d’abord les mesures interventionnistes élaborées par le gouvernement New Labour. Il s’agira ensuite de constater que le secteur privé occupe une place de plus en plus importante dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique éducative. Il conviendra également de s’interroger sur le processus d’autonomisation des acteurs locaux et des établissements scolaires qui s’est accéléré depuis 2010.

Les mesures interventionnistes des gouvernements New Labour

  • 3 Battle, J., ‘Une politique sociale ambitieuse’, Projet, n° 297, 2/2007 : 70-71.

4 En premier lieu, il faut observer qu’à partir de 1997, le gouvernement de Tony Blair a fait preuve de volontarisme politique en la matière. Il a procédé à des investissements massifs en déployant à la fois des moyens financiers et humains. Le budget de l’éducation a été augmenté dès le début du mandat néo-travailliste, le gouvernement restant cependant relativement prudent afin de respecter les grands équilibres budgétaires. La hausse est encore plus importante à partir de la réélection de Tony Blair en 2001 : le budget est passé de 55 milliards de livres en 2002 à 75 milliards en 2007 et les dépenses ont progressé de 4,4 % par an entre 2004 et 2008. De nombreuses constructions d’écoles ont également été réalisées : autant d’écoles ont été construites entre 2001 et 2007 que pendant les 25 années précédentes, et plus de 3500 centres éducatifs ont été ouverts pour les enfants en bas âge. Le gouvernement travailliste augmente par ailleurs les effectifs du personnel enseignant : 20 000 enseignants et 80 000 auxiliaires scolaires sont recrutés pendant le premier mandat et en 2007, il y a 36 400 enseignants et 287 000 assistants supplémentaires par rapport à 19973.

  • 4 Department for Education and Employment, ‘Blunkett launches national crusade to raise standards’, 7 (...)
  • 5 Mas, I., ‘Education : profs et élèves à l’épreuve’, L’Expansion, n°619, 13-26 avril 2000 : 119-121.

5 Cet investissement sans précédent réalisé par le gouvernement travailliste atteste de sa volonté d’agir. Celle-ci, énoncée en juillet 1997 dans le livre blanc « Excellence in Schools » et mise en œuvre par David Blunkett qui entend « mener une croisade »4 pour améliorer le niveau scolaire, s’exprime par exemple dans le programme « Fresh Start » (Nouveau Départ)5. Celui-ci doit permettre de relancer les performances des 424 collèges publics, sur un total de 3560, dont le niveau est très bas. Un « nouveau départ » est ainsi accordé aux établissements ayant volontairement suivi le programme, après leur fermeture provisoire et la rénovation des locaux, le recrutement d’un nouveau proviseur, le licenciement des enseignants, qui doivent postuler de nouveau, et l’exclusion des élèves perturbateurs.

  • 6 Sur ce point, voir: Hood, C., ‘Gaming in Targetworld. The Target Approach To Managing British Publi (...)

6 Le volontarisme gouvernemental et l’intervention étatique sont par ailleurs visibles dans la fixation d’un certain nombre d’objectifs à atteindre pour les établissements, les fameux « targets »6. Le gouvernement a multiplié les indicateurs de performance, le plus connu étant la publication annuelle des résultats d’examens et le classement des établissements ( les « league tables » ), et les établissements sont soumis à des contrôles réguliers et rigoureux. Les compétences de l’organisme qui a la charge de ces inspections, l’Ofsted (Office for standards in education), ont d’ailleurs été élargies par les travaillistes. Les évaluations s’accompagnent d’un système de récompense- sanction en fonction des résultats obtenus, les établissements les moins performants et qui ne parviennent pas à atteindre les objectifs fixés se voyant pénalisés, comme nous le verrons ultérieurement.

L’implication croissante du secteur privé dans la gestion du service éducatif

  • 7 Plomin, J., ‘Teachers expect more of the same under Labour’s new minister for education’, The Guard (...)
  • 8 Webster, P., ‘Personalised services promised in Gordon Brown’s public sector reforms’, The Times, 1 (...)

7 Cet interventionnisme étatique s ’est couplé d’une certaine privatisation de l’éducation. En juin 2001, Estelle Morris affirme en effet qu’il n’y a pas « d’obstacle idéologique »7à l’encontre de toute solution pour améliorer les écoles en difficulté. Les travaillistes font ainsi appel à divers acteurs issus du secteur privé. Comme l’indique encore Gordon Brown devant la Chambre des Communes en décembre 2007 : « Le rôle du secteur privé connaît actuellement une expansion qui se poursuivra et qui le rendra bien plus important dans les prochaines années. »8

  • 9 Organisation de coopération et de développement économique, L’école face aux attentes du public : f (...)
  • 10 Batterham J., London Challenge : First Survey of London Parents’ Attitudes to London Secondary Scho (...)
  • 11 Blair, T., discours prononcé devant la Fabian Society, juin 2001. On peut retrouver la version fran (...)
  • 12 « Our progress towards this goal is guided by four key principles: First, high national standards a (...)

8 Plusieurs raisons incitent le gouvernement à s’engager dans cette voie. Il s’agit avant tout d’être pragmatique et efficace, et de recourir au secteur privé lorsque celui-ci peut être plus compétent et peut permettre d’obtenir de meilleurs résultats, l’objectif final étant d’améliorer la qualité du service fourni et le niveau scolaire des élèves. L’intervention du privé vise aussi à répondre aux attentes du public9, en l’occurence les parents qui souhaitent pouvoir inscrire leurs enfants dans un établissement ayant un taux de réussite important aux examens10, et à développer le choix offert aux usagers-consommateurs. Pour le service éducatif comme pour les autres services publics, Tony Blair entend rompre avec un égalitarisme considéré comme dépassé et réorganiser le secteur de façon à répondre à l’impératif d’individualisation des attentes et des préférences du public. Le monolithisme n’étant plus de mise, il s’agit de combiner le principe d’accessibilité à tous avec celui de la personnalisation des prestations11. Quatre principes de base sous-tendent donc la politique élaborée et mise en oeuvre par les gouvernements Blair et Brown en matière d’éducation : la qualité, la proximité, la flexibilité et le choix12.

  • 13 HM Treasury, ‘The private Finance Initiative’, Economic Briefing, n°9, 1999.
  • 14 Gray, A., ‘Private Finance Initiative’, Public Money and Management, juillet-septembre 1997.
    Pour (...)
  • 15 Toynbee, P., Walker, D., Did Things get better? An audit of Labour’s successes and failures, London (...)

9 Cette intrusion du secteur privé dans le service public d’éducation passe d’abord par le développement des partenariats public-privé, présentés comme « l’élément clé […] pour garantir des services publics modernes et de haute qualité et pour promouvoir la nature compétitive du Royaume-Uni »13. Rappelons brièvement que ce système consiste à faire appel à des capitaux privés pour financer la construction ou la rénovation de bâtiments ou d’infrastructures publics, comme les écoles. Des entreprises privées prennent en charge le financement et la réalisation du projet et assument les risques inhérents à son développement. Elles assurent ensuite le maintien en l’état et la gestion des infrastructures construites. En contrepartie, l’Etat leur verse une rémunération mensuelle pendant toute la durée du contrat, qui peut aller jusqu’à 30 ans14. Pendant le premier mandat de Tony Blair, 520 écoles ont été construites avec ce type de partenariat15.

  • 16 Esposito, M.-C., ‘La politique des partenariats public-privé: une approche bipartisane en évolution (...)

10 Une nouvelle forme de partenariat s’est développée, à partir de 2004, spécialement dans le domaine de l’éducation. Le programme LEPs ( Local Educational Partnerships) est créé pour la rénovation de la totalité des écoles secondaires britanniques sur une période de 10 à 15 ans. Une nouvelle structure, Partnership for Schools, est chargée de mettre en place ce projet. Les partenariats réalisés dans ce cadre sont des montages complexes entre l’Etat, la collectivité locale et les entreprises privées dans lesquels les dépenses, les risques et les bénéfices sont partagés par le secteur public et le secteur privé16.

  • 17 Evanno, J.-N., ‘La privatisation de l’enseignement sous le New-Labour: modalités, enjeux, premiers (...)

11 Par ailleurs le gouvernement néo-travailliste a recours au secteur privé en cas de déficience des collectivités locales. Lorsqu’une autorité locale d’éducation (LEA) montre des signes de défaillance, ne parvient pas à les effacer dans un délai déterminé et n’est donc pas en mesure d’atteindre les objectifs de résultats fixés au préalable, le gouvernement intervient et fait appel au secteur privé. Une partie ou l’ensemble des services qui étaient jusqu’alors assurés par une collectivité locale dans son secteur sont alors cédés à une entreprise privée. Des transferts d’activités sont intervenus dès les premières années de la mandature et ils se sont ensuite multipliés. Les LEA de Hackney, Islington et Southwark ont été les premières concernées. A Islington par exemple, dans le nord de Londres, la responsabilité de l’administration des 70 écoles du secteur où les inspecteurs ont relevé de graves manquements passe en avril 2000 dans les mains d’une entreprise privée. Celle-ci assure dans un cadre contractuel la totalité des services nécessaires aux établissements. Cela va des consignes en matière de programmes scolaires à la gestion du personnel enseignant (leurs effectifs, leurs mutations, leurs salaires, le déroulement de leur carrière), en passant par le montant et la distribution des finances17.

  • 18 Kelly, J., ‘Privately managed state school chain to be launched’, The Financial Times, 12 mars 2001

12 Dans d’autres cas, ce n’est pas seulement la gestion de certaines activités qui est confiée à une entreprise privée, mais la gestion entière d’un établissement public. King’s Manor restera connue pour avoir été la première école publique anglaise à être entièrement gérée par une entreprise privée. Alors qu’elle avait perdu la moitié de ses effectifs en quelques années et que les inspecteurs avaient mis en avant ses mauvais résultats et sa mauvaise gestion, la LEA du Surrey, avec la bénédiction du gouvernement, a décidé en 1999 de confier l’administration de cet établissement à une organisation privée ( la société 3Eb). Lorsqu’une telle société est choisie pour gérer une école, elle reçoit une rémunération fixe, augmentée de primes au rendement subordonnées aux résultats obtenus aux examens et en matière de recrutement et d’assiduité des élèves. Le dispositif mis en place l’autorise aussi à dégager des profits de sa gestion de l’école. Une même entreprise peut ainsi participer à la politique d’éducation en gérant plusieurs établissements publics. Certains commentateurs y ont vu les prémices de l’instauration de chaînes d’écoles publiques, comparables aux chaînes de supermarché18.

  • 19 Morris, E., citée in Marlière, P., ‘Une bien étrange révolution’, Le Monde, 28 septembre 2000.

13 Cette gestion d’établissements scolaires par le secteur privé s’est ensuite développée, même pour des écoles ne présentant pas de « défaillances » particulières. Comme le déclare Estelle Morris en 2000 : « Nous pensons sérieusement que le privé a quelque chose à apporter à l’enseignement public. Mais le privé doit intervenir, non pas seulement lorsque le public a échoué, mais également quand le public s’acquitte correctement de sa tâche »19.

  • 20 Evanno, J.-N., ‘Angleterre: vers la privatisation du service public de l’enseignement?’, in Evanno, (...)

14 La mise en place de divers programmes du gouvernement New Labour a également favorisé l’entrée du secteur privé dans le domaine éducatif. Des « zones d’action éducative », dont les premières ont vu le jour à la rentrée 1998, ont ainsi été créées. Ces zones, conçues comme des partenariats entre les autorités locales d’éducation, les parents et les entreprises, regroupent en moyenne une vingtaine d’établissements et se situent en principe dans des secteurs où l’on rencontre des établissements en difficulté et une forte concentration de pauvreté. Le principe est celui de la parité entre le financement public et la contribution du privé. Pour attirer les investisseurs, le gouvernement a octroyé à ces zones des privilèges et a fait de la flexibilité le maître mot du projet : les programmes nationaux obligatoires ailleurs peuvent y être adaptés ; les administrateurs sont exemptés des conditions nationales de service et de rémunération des enseignants. Plus de soixante-dix de ces zones regroupant près de 2000 écoles ont été créées durant le premier mandat de Tony Blair et des firmes comme Jaguar au Barclay mais aussi des entreprises locales ont pu s’engager20.

15 Il faut cependant constater que ce programme n’a eu qu’une portée limitée, les entreprises ayant fait preuve d’un enthousiasme tout relatif. Le secteur privé est resté très frileux, sans doute parce qu’il a estimé qu’il serait difficile d’escompter des profits substantiels et rapides dans ces secteurs défavorisés, auxquels sont de surcroît assignés des objectifs ambitieux d’amélioration des résultats. Le dispositif fut d’ailleurs progressivement arrêté.

  • 21 Evanno, J.-N, ‘La privatisation de l’enseignement en Angleterre sous le New Labour: modalités, enje (...)
  • 22 « Money to oil bids for school specialism », BBC news, 28 novembre 2002.

16 En revanche, les entreprises privées se sont davantage engagées dans un autre programme par lequel les travaillistes ont souhaité faire entrer le secteur privé dans le service de l’éducation : les specialist schools. Celles-ci sont la reprise d’un programme mis en place par les conservateurs et que le nouveau gouvernement a voulu continuer et intensifier. Outre la spécialisation dans certains domaines, dont le gouvernement a d’ailleurs allongé la liste afin de favoriser le développement de ces institutions, la spécificité de ces specialist schools est que l’octroi de ce statut est conditionné au soutien financier de sponsors privés. Pour obtenir le statut de specialist school, l’établissement doit recueillir 50000 livres de sponsoring. L’Etat contribue quant à lui en doublant la somme recueillie et finance ensuite tout ou partie des coûts de fonctionnement de l’établissement. Le nombre de ces specialist schools, qui était de 250 en 1997, a rapidement augmenté et avait déjà doublé trois ans plus tard. Et au milieu de l’année 2003, 38 % des écoles secondaires étaient déjà converties en specialist schools21. Un fonds spécial (« partnership fund ») créé en novembre 2002 permet aux écoles qui ne parviennent pas à obtenir le financement privé requis malgré leurs efforts pour nouer des liens avec le secteur privé de changer néanmoins de statut22.

  • 23 Evanno, J.-N, ‘La privatisation de l’enseignement en Angleterre sous le New Labour: modalités, enje (...)

17 La participation du secteur privé, et par conséquent la « privatisation » du secteur éducatif s’accentue encore avec les city academies, créées grâce à un apport substantiel du privé23. Ne dépendant plus des autorités locales, une large autonomie leur est accordée. Elles sont libres de recruter leurs personnels, selon leurs propres critères, d’établir leur stratégie d’enseignement ainsi que les programmes et peuvent même modifier le calendrier scolaire. Avec la réforme de 2006 ( et la création des « trust schools » ), le gouvernement a généralisé ce système et amplifié l’ouverture au privé des établissements scolaires qui se voient alors dotés d’une réelle autonomie. De grandes entreprises, comme le géant de l’informatique Microsoft, des groupes religieux ou encore des clubs sportifs peuvent désormais entrer dans le capital d’un établissement scolaire et donc participer à son administration.

  • 24 Curtis, P., ‘Labour drops £2m fee for academy sponsors’, The Guardian, 7 septembre 2009.

18 Le développement de ces academies s’est ensuite poursuivi sous le gouvernement de Gordon Brown : en juin 2008, le ministre Ed Balls annonce que 270 comprehensives dont les résultats sont jugés insuffisants seront transformées en academies si elles ne proposent pas un plan permettant de redresser leur situation. Et à partir de septembre 2009, les partenaires privés n’ont plus à avancer deux millions de livres mais doivent uniquement prouver leur volonté et leur capacité à gérer une école24.

19 La gestion de la politique d’éducation par les gouvernements travaillistes a donc abouti à une évolution du rôle des différents acteurs. Même si l’Etat intervient encore de façon non négligeable, les partenaires privés ont une place de plus en plus importante ainsi que les établissements, au détriment des autorités locales.

Une autonomie étendue des acteurs locaux et des établissements publics depuis 2010

  • 25 ‘George Osborne’s £6.25bn spending cut- at a glance’, The Guardian, 24 mai 2010.

20 Une autre étape est franchie avec l’arrivée au pouvoir de la coalition libérale-conservatrice en juin 2010 et l’adoption d’une nouvelle réforme de l’éducation. Il faut auparavant signaler que la période qui s’engage alors est marquée par un engagement financier de l’Etat moins important. Le programme de la coalition, marqué par la réduction des dépenses publiques, prévoit en effet d’économiser 700 millions de livres sur le budget de l’éducation25. Ceci se traduit dans le premier budget du gouvernement Cameron adopté en octobre 2011 : dans le budget 2011-2012, les crédits du ministère de l’éducation sont en baisse de 11 % et les investissements prévus chutent de 60 %. L’éducation sera certes davantage épargnée lors de l’adoption des budgets les années suivantes mais la coalition, fidèle au principe de rigueur budgétaire, continue de limiter les investissements.

  • 26 Wintour, P., Watt, N., ‘Coalition’s schools plan to create 2000 more academies’, The Guardian, 25 m (...)
  • 27 « Academy bids from 70% of secondary school », BBC News, 17 juin 2010.
  • 28 Adams, R., ‘Number of children taught in academies reaches 2 million’, The Guardian, 15 avril 2013.

21 Souhaitant poursuivre le processus d’autonomisation des établissements, le gouvernement de David Cameron a par ailleurs favorisé la généralisation du modèle des academies26. Michael Gove souhaite leur « donner le type d’autonomie qui a si bien servi les écoles en Amérique, au Canada, en Suède et en Finlande et autoriser toutes les écoles à développer leur propre curriculum et contrôler leur budget et leur personnel »27. Les établissements semblent largement vouloir profiter de cette opportunité puisqu’en juin 2010, près de 70 % des meilleures écoles anglaises ont déjà demandé à bénéficier du statut d’academies. A la rentrée 2013, plus de la moitié des écoles secondaires et un peu plus d’une école primaire sur dix ont été transformées en academies, soit près de 3500 établissements regroupant plus de 2 millions d’élèves28.

  • 29 ‘Big Society, Not Big Government: Building a Big Society’, Conservative Party, mars 2010.
  • 30 Building the Big Society, Cabinet Office, mai 2010.
  • 31 Venaille, C., ‘Quand les parents inventent l’école’, Le petit journal Londres, 21 mars 2011.

22 Surtout, le gouvernement a appliqué au secteur éducatif les principes de la Big Society29, énoncés par le Premier ministre30, qui consistent à impliquer davantage les usagers d’un service public à la prise de décision, à promouvoir le rôle des acteurs de la société civile et à développer des partenariats entre le tiers secteur et le secteur public ou privé. C’est dans cette logique qu’ont été mises en place les free schools. Il s’agit d’ouvrir aux groupes de parents d’élèves ou de professeurs, aux associations caritatives ou religieuses la possibilité de créer leur propre établissement. Les free schools bénéficient d’un financement de l’Etat tout en restant en dehors du contrôle de l’autorité locale. Dotées d’une direction indépendante revenant à la société civile, elles jouissent d’une autonomie considérable pour définir leur mode de fonctionnement interne en matière de programmes, de pédagogie, de sélection des élèves, de recrutement du personnel ou d’organisation des rythmes scolaires. Quinze free schools, comme la West London Free School dirigée par des parents d’élèves, ont été créées dès l’adoption de la réforme31.

  • 32 Vaughan R., ‘Parents opening free schools ‘impossible’’, Times educational Supplement, 25 mars 2011 (...)
  • 33 ‘Education review 2013: Michael Gove continued to promote ‘traditional’ schools’, The Guardian, 1er (...)
  • 34 Meyer, J.-M., ‘La réforme scolaire britannique est en marche’, Acteurs publics, 27 mars 2014.

23 Le gouvernement a d’ailleurs dû en 2011 poser des conditions plus rigoureuses pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une de ces écoles, afin de canaliser les demandes et d’encourager le partenariat avec des acteurs expérimentés. Alors que les postulants pouvaient auparavant présenter leurs projets dans les grandes lignes pour espérer obtenir les fonds publics, ils doivent désormais préciser et détailler la faisabilité de leur projet avec l’aide de spécialistes. Il est donc concrètement impossible pour des parents inexpérimentés de présenter leur projet sans l’aide des Academy sponsors( tels Fondation Ark, Harris ark ou E-Act).32 Les free schools se sont néanmoins développées puisqu’on en comptait 174 à la rentrée 201333 et que 105 autres devraient ouvrir en 201434. Avec la mise en place de ces structures, un nouveau pas vers l’autonomisation du système éducatif a donc été franchi.

Conclusion

24 Les différentes réformes mises en œuvre par les gouvernements successifs depuis 1997 en matière de politique d’éducation ont donc abouti à la mise en place de nouveaux modes d’action, à l’apparition de nouveaux acteurs et à la réévaluation de l’intervention de chacun d’entre eux. Les nouveaux travaillistes, puis les conservateurs, ont favorisé l’entrée et la participation de différents acteurs dans la gestion du secteur éducatif, ces acteurs pouvant être extérieurs au monde académique : entreprises, parents, associations, etc. Certains commentateurs ont pu ainsi indiquer que cette évolution s’apparentait à une privatisation du système éducatif et à un désengagement de l’Etat.

25 Ces affirmations méritent certainement d’être nuancées : il n’y a pas véritablement eu d’effacement de l’Etat en matière de politique d’éducation, mais plutôt une redéfinition de son rôle. Le pouvoir central a délégué en grande partie les tâches de gestion aux établissements scolaires, tout en gardant des compétences de contrôle et de régulation.

26 Par ailleurs, l’autonomisation des établissements, initiée par le gouvernement New Labour et accentuée par la coalition libérale- conservatrice avec la création des free schools , affaiblit le niveau intermédiaire des autorités locales mais renforce les prérogatives du gouvernement de Westminster qui peut davantage agir sur les établissements. Au-delà, demeure la question de savoir si ces transformations dans la gestion du système éducatif permettront d’atteindre l’objectif que s’étaient fixés les dirigeants successifs, à savoir l’amélioration du niveau scolaire des élèves.

Haut de page

Bibliographie

Adams, R., ‘Number of children taught in academies reaches 2 million’, The Guardian, 15 avril 2013.

Batterham, J., London Challenge: First Survey of London Parents’ Attitudes to London Secondary Schools , Research Report 493, London, DfES, 2003.

Battle, J., « Une politique sociale ambitieuse », Projet, n° 297, 2/2007 : 70-71.

BBC News, ‘Academy bids from 70% of secondary school’, 17 juin 2010.

BBC News, ‘Money to oil bids for school specialism’, 28 novembre 2002.

Blair, T., , Discours au congrès annuel du Parti travailliste, 1er octobre 1996.

Blair, T., ‘Comment réformer les services publics’, En temps réel, Cahiers n° 9, juin 2003.

Bouvet, L., ‘Qu’est-ce que la troisième voie ? Retour sur un objet politique mal identifié’, Le Débat, mars-avril 2003 : 33-52.

Cabinet Office, Building the Big Society, mai 2010.

Conservative Party, ‘Big Society, Not Big Government: Building a Big Society’, mars 2010.

Crowley, J., Tony Blair, Le nouveau travaillisme et la troisième voie, La Documentation Française, Problèmes politiques et sociaux, n° 824, juillet 1999.

Curtis, P., ‘Labour drops £ 2 m fee for academy sponsors’, The Guardian, 7 septembre 2009.

Department for Education and Employment, ‘Blunkett launches national crusade to raise standards’, DfEE, 7 juillet 2007.

Department for Education and Employment, Excellence in Schools, London, DfEE, 1997.

Esposito, M.-C., « La politique des partenariats public-privé : une approche bipartisane en évolution », Observatoire de la société britannique, 2010, n° 8 : 51-68.

Evanno, J.-N., Le New Labour et léducation. La « troisième voie » mise à lessai, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

Evanno, , J.-N., Les services publics britanniques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Giddens, A., Beyond Left and Right. The Future of Radical Politics, Cambridge, Polity Press, 1994.

Giddens, A., Blair, T., La Troisième Voie. Le renouveau de la social-démocratie, Paris, Editions du Seuil, 2002.

Gray, A., ‘Private Finance Initiative’, Public Money and Management, juillet-septembre 1997.

HM Treasury, ‘The Private Finance Initiative’, Economic Briefing, n° 9, 1999.

Hood, C., ‘Gaming in Targetworld. The Target Approach To Managing British Public Services’, Public Administration Review, 66 (4), 2006: 515-521.

Kelly, J., ‘Privately managed state school chain to be launched’, The Financial Times, 12 mars 2001.

Marlière, P., « Une bien étrange révolution », Le Monde, 28 septembre 2000.

Mas, I., « Education : profs et élèves à l’épreuve », LExpansion, n° 619, 13-26 avril 2000 : 119-121.

Meyer, J.-M., « La réforme scolaire britannique est en marche », Acteurs publics, 27 mars 2014.

Organisation de coopération et de développement économiques, L’école face aux attentes du public : faits et enjeux, Paris, OCDE, 2007.

Plomin, J., ‘Teachers expect more of the same under Labour’s new minister for education’, The Guardian, 11 juin 2001.

The Guardian, ‘George Osborne’s £ 6.25bn spending cut- at a glance’, 24 mai 2014.

The Guardian, ‘Education review 2013: Michael Gove continued to promote “traditional” schools’, 1er décembre 2013.

The Prime Minister’s Office of Public Services Reform, Reform Strategy, ‘Principles of Public Services Reform’, janvier 2002.

Toynbee, P., Walker, D., Did Things get better? An audit of Labours successes and failures, London, Penguin, 2001.

Vaughan, R., ‘Parents opening free schools “impossible”’, Times Educational Supplement, 25 march 2011, p. 4.

Venaille, C., « Quand les parents inventent l’école », Le petit journal Londres, 21 mars 2011.

Webster, P., ‘Personalised services promised in Gordon Brown’s public sector reforms’, The Times, 14 décembre 2007.

Weil, S., Biau, V., Comprendre les pratiques européennes. Le développement de la procédure des PPP/PFI en Grande-Bretagne, rapport à la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques, novembre 2003.

Weil, S., Biau, V., Comprendre les pratiques européennes : évolution de la politique PFI concernant les bâtiments publics en Grande-Bretagne, Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques, septembre 2006.

Wintour, P., Watt, N., ‘Coalition’s schools plan to create 2000 more academies’, The Guardian, 25 mai 2010.

Haut de page

Notes

1 Blair, T., Discours à la conférence annuelle du Parti travailliste, 1er octobre 1996.
Il déclare: « Si vous me demandez quelles sont les priorités du gouvernement, je vous répondrai l’éducation, l’éducation, l’éducation. »

2 La Troisième Voie qualifie le projet politique défendu par Tony Blair et les modernisateurs travaillistes à partir du milieu des années 1990. Théorisée par Anthony Giddens, cette ligne doctrinale veut s’inscrire au-delà des modèles classiques que sont la social-démocratie et le néolibéralisme et souhaite transcender les clivages traditionnels comme les clivages gauche/droite, secteur public/secteur privé, collectivisme/individualisme. Par extension, la notion de Troisième Voie fut également utilisée pour caractériser la politique menée par les gouvernements travaillistes à partir de 1997.
Sur la notion de Troisième Voie, voir par exemple : Giddens, A., Beyond Left and Right. The Future of Radical Politics, Cambridge, Polity Press, 1994 ; Giddens, A., Blair, T., La Troisième Voie. Le renouveau de la social-démocratie, Paris, Editions du Seuil, 2002 ; Bouvet, L., ‘Qu’est-ce que la troisième voie ? Retour sur un objet politique mal identifié’, Le Débat, mars-avril 2003 : 33-52 ; Crowley, J., Tony Blair, Le nouveau travaillisme et la troisième voie, La Documentation Française, Problèmes politiques et sociaux, n°824, juillet 1999.

3 Battle, J., ‘Une politique sociale ambitieuse’, Projet, n° 297, 2/2007 : 70-71.

4 Department for Education and Employment, ‘Blunkett launches national crusade to raise standards’, 7 juillet 1997.

5 Mas, I., ‘Education : profs et élèves à l’épreuve’, L’Expansion, n°619, 13-26 avril 2000 : 119-121.

6 Sur ce point, voir: Hood, C., ‘Gaming in Targetworld. The Target Approach To Managing British Public Services’, Public Administration Review, 2006, 66 (4) : 515-521.

7 Plomin, J., ‘Teachers expect more of the same under Labour’s new minister for education’, The Guardian, 11 juin 2001.

8 Webster, P., ‘Personalised services promised in Gordon Brown’s public sector reforms’, The Times, 14 December 2007.

9 Organisation de coopération et de développement économique, L’école face aux attentes du public : faits et enjeux, Paris, OCDE, 2007.

10 Batterham J., London Challenge : First Survey of London Parents’ Attitudes to London Secondary Schools, Research Report 493, London, DfES, 2003.

11 Blair, T., discours prononcé devant la Fabian Society, juin 2001. On peut retrouver la version française dans: Blair, T., « Comment réformer les services publics », En temps réel, Cahiers n°9, juin 2003.

12 « Our progress towards this goal is guided by four key principles: First, high national standards and full accountability. Second, empowering front-line staff to encourage diversity and local creativity. Third, flexibility of employment so that staff are better able to deliver modern public services. And fourth, the promotion of alternative providers and greater choice for the consumers » déclare Tony Blair en janvier 2002: The Prime Minister’s Office of Public Services Reform, Reform Strategy, « Principles of Public Service Reform », p.254 sq.

13 HM Treasury, ‘The private Finance Initiative’, Economic Briefing, n°9, 1999.

14 Gray, A., ‘Private Finance Initiative’, Public Money and Management, juillet-septembre 1997.
Pour une description technique du système des PFI, Weil, S., Biau, V., Comprendre les pratiques européennes. Le développement de la procédure des PPP/PFI en Grande-Bretagne, rapport à la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques, novembre 2003.

15 Toynbee, P., Walker, D., Did Things get better? An audit of Labour’s successes and failures, London, Penguin, 2001, p.105.

16 Esposito, M.-C., ‘La politique des partenariats public-privé: une approche bipartisane en évolution’, Observatoire de la société britannique, 2010, n°8 : 51-68 ; Weil, S., Biau, V., Comprendre les pratiques européennes: évolution de la politique PFI concernant les bâtiments publics en Grande-Bretagne, Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques, septembre 2006.

17 Evanno, J.-N., ‘La privatisation de l’enseignement sous le New-Labour: modalités, enjeux, premiers résultats’, in Leydier, G., Les services publics britanniques, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p.188-190.

18 Kelly, J., ‘Privately managed state school chain to be launched’, The Financial Times, 12 mars 2001.

19 Morris, E., citée in Marlière, P., ‘Une bien étrange révolution’, Le Monde, 28 septembre 2000.

20 Evanno, J.-N., ‘Angleterre: vers la privatisation du service public de l’enseignement?’, in Evanno, J.-N, Le New Labour et l’éducation. La « troisième voie » mise à l’essai, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p.66-68.

21 Evanno, J.-N, ‘La privatisation de l’enseignement en Angleterre sous le New Labour: modalités, enjeux, premiers résultats’, op.cit, p.183-184.

22 « Money to oil bids for school specialism », BBC news, 28 novembre 2002.

23 Evanno, J.-N, ‘La privatisation de l’enseignement en Angleterre sous le New Labour: modalités, enjeux, premiers résultats’, op.cit., p.185.

24 Curtis, P., ‘Labour drops £2m fee for academy sponsors’, The Guardian, 7 septembre 2009.

25 ‘George Osborne’s £6.25bn spending cut- at a glance’, The Guardian, 24 mai 2010.

26 Wintour, P., Watt, N., ‘Coalition’s schools plan to create 2000 more academies’, The Guardian, 25 mai 2010.

27 « Academy bids from 70% of secondary school », BBC News, 17 juin 2010.

28 Adams, R., ‘Number of children taught in academies reaches 2 million’, The Guardian, 15 avril 2013.

29 ‘Big Society, Not Big Government: Building a Big Society’, Conservative Party, mars 2010.

30 Building the Big Society, Cabinet Office, mai 2010.

31 Venaille, C., ‘Quand les parents inventent l’école’, Le petit journal Londres, 21 mars 2011.

32 Vaughan R., ‘Parents opening free schools ‘impossible’’, Times educational Supplement, 25 mars 2011, p.4

33 ‘Education review 2013: Michael Gove continued to promote ‘traditional’ schools’, The Guardian, 1er décembre 2013.

34 Meyer, J.-M., ‘La réforme scolaire britannique est en marche’, Acteurs publics, 27 mars 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Bihet, « La politique publique d’éducation britannique depuis 1997 : entre volontarisme politique et privatisation du système éducatif », Observatoire de la société britannique, 16 | 2014, 99-111.

Référence électronique

Karine Bihet, « La politique publique d’éducation britannique depuis 1997 : entre volontarisme politique et privatisation du système éducatif », Observatoire de la société britannique [En ligne], 16 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/1734 ; DOI : 10.4000/osb.1734

Haut de page

Auteur

Karine Bihet

Docteur , Université Panthéon Assas, Paris 2

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org