Navigation – Plan du site

L’engagement en Ecosse autour de l’enjeu de l’indépendance : introduction

Edwige Camp-Pietrain et Gilles Leydier
p. 9-13

Texte intégral

  • 1 Scottish Parliament, Official Report, 27/06/13, col. 21818.

1La campagne pour le référendum sur l’indépendance de l’Écosse de 2014 résultait à l’origine de la seule volonté du Scottish National Party qui, fort d’une majorité absolue de sièges aux élections de 2011, a lancé une consultation sur son objectif historique. Par la suite l’accord négocié en 2012 avec le Gouvernement britannique, en conférant une légalité à ce référendum, a permis de mener un débat en toute sérénité. Il a de surcroît autorisé le Gouvernement écossais à maîtriser l’organisation de cette consultation : la date, la question et la réglementation devaient être conçues à Édimbourg, évitant toute mainmise de « Londres ». Dès lors, les dirigeants écossais ont cherché à impliquer l’ensemble des personnes résidant en Écosse, procédant même à un abaissement de la majorité électorale1.

2L’engagement observé au cours des deux ans de campagne référendaire a sans doute dépassé les espérances des dirigeants écossais. Au sein de la classe politique, les indépendantistes, particulièrement mobilisés pour cette opportunité historique, ont démontré des sensibilités plurielles, parfois en décalage voire incompatibles avec le programme du SNP. Les unionistes, qui jugeaient initialement ce débat vain et coûteux, n’ont pas ménagé leur peine. Au sein de la société civile, les groupes de pression constitués n’avaient pas le monopole de la parole publique. De nombreuses organisations ont vu le jour, et elles ont inventé diverses façons d’entrer en contact -physique ou virtuel- avec les électeurs, au-delà du porte-à-porte traditionnel. De ce fait, les citoyens ordinaires, qui semblaient désabusés à l’égard de leurs élus, se sont également passionnés pour ce débat qui remettait en cause les allégeances partisanes. L’enjeu n’était pas du même ordre que lors d’une élection ordinaire : c’est l’ensemble de la vie quotidienne qui était concerné, de manière irréversible. Le discours indépendantiste a notamment séduit une proportion non négligeable d’anciens électeurs travaillistes.

3Le 18 septembre 2014, le taux de participation (84,6 %) a reflété l’intérêt constaté tout au long de la campagne. Si le résultat obtenu représente un échec pour les indépendantistes, la proportion de votants en faveur de l’indépendance, élevée (44,7 %) et inattendue au regard de l’histoire récente de l’Écosse, garantit le maintien d’un certain degré de mobilisation en vue d’une seconde consultation.

4Un an après le scrutin, ce numéro de la revue l’Observatoire de la société britannique rassemble des articles autour de cet engagement autour de l’enjeu de l’indépendance comme avenir politique possible pour l’Ecosse. Certains d’entre eux proviennent de communications présentées au cours de l’atelier consacré à l’Écosse au Congrès de la SAES à Toulon en juin 2015. Ils témoignent de la diversité et de l’hétérogénéité des formes de la mobilisation.

5Le volume débute par un article de Cairns Craig qui nous offre une vision d’ensemble des sources de l’engagement dans la campagne référendaire de 2014. Remontant à l’Union de 1707 avec l’Angleterre, il contraste la persistance d’un nationalisme culturel et l’apparition tardive d’un nationalisme politique. À propos du XXe siècle, il relève l’absence de consensus autour des réformes constitutionnelles, notamment la nature de la dévolution. Le SNP, promoteur d’un nationalisme économique, dans lequel la dimension culturelle est quasiment absente, a connu une nette progression dans les années 2000 car il est parvenu à incarner la résistance à Londres et aux politiques d’austérité, tout en bénéficiant du renouveau culturel. Ainsi, les Écossais qui se sont engagés dans la campagne indépendantiste cherchaient autant à se réapproprier leur culture qu’à participer à la construction de l’avenir institutionnel ; cette mobilisation a été facilitée par les nouveaux médias et leur structure décentralisée.

6Dans sa contribution Didier Revest analyse l’existence de valeurs écossaises, distinctes des valeurs anglaises, valeurs qui légitiment les revendications indépendantistes du SNP. Ce discours a séduit une proportion croissante d’électeurs écossais, lors du référendum, mais aussi lors des élections à la Chambre des Communes de mai 2015. Cependant, il est en contradiction avec de nombreux aspects du programme du SNP (sur l’immigration par exemple) et avec certaines politiques publiques effectivement adoptées (notamment en matière de services publics). Selon Didier Revest, ce décalage est révélateur du positionnement du Scottish National Party, lequel doit, en tant que parti nationaliste, se définir par rapport à un autre, tout en se situant au centre de la vie politique.

7Edwige Camp-Pietrain examine ensuite une forme d’engagement politique limitée à une partie du territoire. Les leaders des conseils locaux gérant les îles septentrionales et occidentales d’Écosse ont instrumentalisé la campagne référendaire. Forts de leur expérience de la vie publique, ils ont saisi cette opportunité pour soumettre des revendications concrètes, visant à améliorer la prise en compte de l’insularité par les institutions centrales (à Londres comme à Édimbourg) et ce, quelle que soit l’issue du scrutin. Alors qu’ils ne comptent que 1,4 % de l’électorat, ils se sont fait entendre grâce à l’intérêt économique et géopolitique de leurs îles. En 2015, ils ont maintenu leur mobilisation, pendant la discussion du Scotland Bill qui prévoit le transfert de compétences supplémentaires au Parlement écossais.

8Pour sa part Robert Wirth étudie l’engagement des célébrités. Après avoir rappelé quelques précédents, notamment lors des débats sur l’autonomie de l’Irlande, il évoque les modalités adoptées pendant la campagne référendaire écossaise, ainsi que les réactions suscitées. Au-delà, il s’interroge sur les motivations de ces personnalités, toujours en quête de notoriété. Quant à l’effet sur les électeurs, il semble limité car ces derniers, désireux de se forger leur propre opinion, n’ont pas hésité à porter un regard critique sur ces prises de position.

9Marie-Odile Pittin-Hédon consacre son article aux rapports entre littérature et nationalisme en Écosse, aux raisons incitant des auteurs à s’impliquer dans le débat public autour de l’indépendance (et de la dévolution dans les années antérieures). Elle part du postulat selon lequel ces écrivains seraient, pour la plupart, sensibles à la cause indépendantiste. Elle souligne que ce positionnement est lié à un questionnement sur l’identité écossaise, dans un contexte britannique, et à son évolution au fil du temps. Cet engagement lui paraît compléter le discours des élus car il repose sur une vision distincte de la relation de l’individu au monde qui l’entoure.

  • 2 The Herald, 19/08/14, p. 1. Cette déclaration avait immédiatement été critique.

10La création théâtrale, qui avait été abordée par Marie-Odile Pittin-Hédon, constitue le sujet des trois articles suivants. Ces études rendent compte du foisonnement d’initiatives pendant la campagne référendaire jusqu’au festival d’Édimbourg qui avait lieu quelques jours avant le scrutin. Si en 2013 le directeur de cette manifestation avait envisagé pour l’année suivante un programme ne comportant aucune pièce sur le référendum, son souhait n’a pas été suivi d’effet étant donné l’ampleur de la mobilisation2.

11Danièle Berton-Charrière nous propose un panorama d’ensemble d’une scène écossaise engagée dans un débat sur l’avenir de la nation. Elle analyse ensuite des pièces centrées sur des faits historiques, montrant des rois désireux de construire une nation unifiée et de venir en aide aux personnes en souffrance. Elle s’intéresse également à des pièces relatant des réalités plus contemporaines, en mettant en évidence les caractéristiques du théâtre écossais, ainsi que le recours aux nouvelles technologies. Ces pièces semblent servir la cause indépendantiste. Elle conclut son article par une réflexion sur l’opportunité pour les artistes de prendre part à ce type de débat.

12Jeanne Schaaf a sélectionné deux pièces construites sur les nouveaux médias, jouées peu de temps avant le référendum, et même le jour de ce dernier. Ces pièces contribuent à redéfinir les codes : participatives, elles rassemblent des points de vue très divers, provenant de témoignages collectés tout au long de la campagne. De plus, elles visent davantage à stimuler l’engagement dans le débat qu’à orienter les positions adoptées. Selon Jeanne Schaaf, elles peuvent donc être perçues comme une forme de désengagement, tant à l’égard du positionnement politique que de la scène théâtrale.

13Morag Munro-Landi a retenu un auteur, Alan Bissett, qui s’est engagé dans le collectif d’artistes (National Collective) en prônant un socialisme internationaliste se distinguant du programme du SNP, notamment au sujet de la place de l’establishment. Son implication s’est traduite par des écrits, mais aussi par une présence active sur les réseaux sociaux et sur le terrain. Son discours, très critique à l’égard des unionistes, invitait toutefois au débat. Son engagement perdure au-delà du scrutin car Bissett a participé en 2015 à la création d’un parti, RISE, indépendantiste et socialiste.

14Enfin, la revue se termine par un article d’Edwige Camp-Pietrain portant sur les effets de cet engagement le jour du scrutin. Elle analyse en détail, au moyen de données chiffrées, la participation, notamment celle de deux catégories ciblées par les indépendantistes, les personnes défavorisées et les jeunes. Elle s’interroge sur la pérennité de cette mobilisation, notant que si les responsables politiques ont pris des dispositions pour préserver cette dynamique, la participation aux élections de 2015 témoigne du désenchantement persistant de certains électeurs à l’égard d’échéances électorales se réduisant à des choix de personnes.

15En annexe, Jean Urquhart, députée au parlement de Holyrood relate son engagement en tant qu’acteur de la campagne indépendantiste. Elle démontre, par son parcours, que cette dernière ne saurait être réduite au SNP et à ses propositions. Entrée en 2011 au Parlement écossais sous l’étiquette SNP, elle a quitté ce parti en octobre 2012 car elle était en désaccord avec son revirement à l’égard de l’OTAN. En août 2015, elle a pris part au lancement de RISE. Dans cet entretien réalisé en juin 2015, elle témoigne de l’intérêt croissant suscité par le mouvement indépendantiste au fil des mois et du désir de maintenir ces arguments dans le débat public au-delà du 18 septembre 2014.

16Le référendum de 2014 n’a pas débouché sur la création de cet État imaginé par le SNP. Mais il semble avoir modifié les termes du débat en Écosse alors même que son organisation n’était initialement pas souhaitée par la population. La chose publique n’est plus réservée à une élite, elle intéresse un nombre croissant de citoyens, aux origines et aux préoccupations diverses. Ils mènent, au sein des partis ou en marge de ces derniers, une réflexion sur leur société, sur ces valeurs, sur ses spécificités, offrant des réponses moins techniques que celles des hommes politiques. Sans oublier à cette occasion de défendre aussi leurs propres intérêts, comme l’ont démontré nombre d’articles.

Haut de page

Notes

1 Scottish Parliament, Official Report, 27/06/13, col. 21818.

2 The Herald, 19/08/14, p. 1. Cette déclaration avait immédiatement été critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwige Camp-Pietrain et Gilles Leydier, « L’engagement en Ecosse autour de l’enjeu de l’indépendance : introduction », Observatoire de la société britannique, 18 | 2016, 9-13.

Référence électronique

Edwige Camp-Pietrain et Gilles Leydier, « L’engagement en Ecosse autour de l’enjeu de l’indépendance : introduction », Observatoire de la société britannique [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://osb.revues.org/1799

Haut de page

Auteurs

Edwige Camp-Pietrain

Professeur de civilisation britannique à l’Université de Valenciennes

Articles du même auteur

Gilles Leydier

Professeur de civilisation britannique à l’Université de Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org