Navigation – Plan du site

Les minorités ethniques et les politiques de retour à l'emploi

Etude des stratégies  mises en place par l'autorité locale de Bristol
Vincent Latour
p. 211-222

Résumé

En dépit de leurs besoins, les minorités ethniques ne constituent pas (contrairement aux handicapés, aux parents célibataires ou aux chômeurs de plus de cinquante ans) une cible spécifique du New Deal for Employment. Ce paradoxe, souligné par une partie des députés travaillistes dès les débats préliminaires aux Communes, donne parfois lieu à de vertigineux exercices de rhétorique de la part du gouvernement.
A travers l’exemple de l’autorité locale de Bristol,  bastion travailliste jusqu’en 2005, cet article propose un bilan de la réalité de l’offre destinée aux minorités issues de l’immigration coloniale, ainsi qu’une analyse des raisons (pratiques ou idéologiques) de l’absence d’un New Deal spécifique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 En Grande-Bretagne, le dernier recensement a révélé à la fois le poids démographique croissant des minorités ethniques (7,6% de la population, contre environ 6% en 1991) et la persistance de leur taux de chômage, largement plus élevé que la moyenne (à peu près deux fois celui des blancs). Cette réalité est choquante, dans la mesure où le New Labour semble être parvenu à juguler le chômage, aujourd’hui deux fois moins élevé qu’en France. Depuis leur premier mandat, la stratégie de lutte contre le chômage des néo-travaillistes repose essentiellement sur le welfare to work, dont l’idée est de rompre l’inactivité des chômeurs et de les soustraire au système d’allocations. Le principal outil de cette philosophie est le New Deal, institué en 1999, dans le but de  réduire le chômage des jeunes.

2 Le principal pari du New Deal est d’améliorer « l’employabilité » des chômeurs, afin de créer une adéquation entre les besoins des employeurs et les compétences de leurs futurs salariés. En effet, l’objectif du New Deal, tel que défini par ses concepteurs, est le suivant : «To give job seekers a real chance to develop their potential, /gain skills and experience /and find work. »

3 Dans un premier temps, nous nous interrogerons sur la place que les politiques de retour à l’emploi, particulièrement le New Deal, ont réservée aux minorités ethniques. La Grande-Bretagne, dont les politiques publiques depuis les années soixante se sont distinguées par une approche différenciée vis à vis des minorités ethniques, a-t-elle pris une orientation similaire avec le New Deal, ou au contraire, a-t-elle quelque peu négligé cette partie de la population?

4 Ensuite, nous poursuivrons cette réflexion à travers l’exemple de l’autorité locale de Bristol. A-t-elle pu opposer au taux de chômage de ses administrés issus des minorités ethniques autre chose que des effets d’annonce et de vagues déclarations d’intention? En quoi les stratégies éventuelles mises en œuvre depuis quelques années par l’autorité locale se distinguent-elles ou se rapprochent-elles du welfare to work cher à Tony Blair ? Enfin, en conclusion, je me livrerai à une évaluation critique des mesures actuelles et avancerai des hypothèses pour expliquer l’attitude des pouvoirs publics vis à vis du chômage des minorités ethniques.

5 C’est sans nul doute dans les années soixante-dix que la question du chômage des minorités se posa de la manière la plus aiguë. En effet, entre 1974 et 1980, le taux de chômage  augmenta de 130% pour la population blanche, contre 290% chez les Antillais et les Indo-Pakistanais. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce saut phénoménal du chômage au sein des groupes issus de l’immigration. Tout d’abord, les travailleurs originaires du nouveau Commonwealth occupaient souvent des emplois peu qualifiés et donc, très vulnérables. Ils furent, dans de nombreux cas, les premiers à être licenciés lorsque la mutation vers une économie post-industrielle s’accéléra, d’autant que cette transition fut particulièrement brutale en Grande-Bretagne. Les mauvais résultats scolaires (et par conséquent, le manque, voire l’absence de qualification) de certains groupes issus de l’immigration (Antillais et surtout Pakistanais, Bangladais) constitue une autre explication. Enfin, la persistance de pratiques discriminatoires à l’embauche malgré une législation ad’ hoc (Race Relations Act de 1965, 1968 et surtout 1976) ne doit pas être négligée.

  • 1  A. Whitmarsh & T. Harris, “Special focus on ethnic minorities”,  dans C. Peach (ed.) Ethnicity in (...)

6 Les conséquences sociales de ce fort taux de chômage sont multiples. Ainsi, dans les années 1990, une étude a montré que 52% des foyers bangladais et pakistanais percevaient des allocations pour insuffisance de ressources, contre 38% chez les Antillais, 25% chez les Indiens et 17% chez les Britanniques blancs.1

7 Même si les nombreuses mesures anti-discriminatoires et l’intégration rapide de certaines minorités (Hindous, Asians d’Afrique de l’Est, Chinois) ont incontestablement contribué à atténuer cette réalité, le recensement de 2001 montre que le taux de chômage des Bangladais, qui constituent toujours la communauté immigrée la plus défavorisée, atteint 20%, contre un peu moins de 5% pour les Britanniques blancs.

8 Cette réalité explique le caractère central que revêt la question de la place faite par le New Deal aux minorités ethniques depuis l’entrée en vigueur de ce programme, en 1999. Cette préoccupation fut même exprimée lors de la discussion du projet de loi à la Chambre de Communes, en juin 1998, un an après l’arrivée du New Labour aux affaires. Ainsi, répondant à une question d’un back bencher travailliste, Andrew Smith, Ministre du Travail assura-t-il :

  • 2  http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm199798/cmhansrd/vo980611/de…

Ethnic minorities will, of course, have the same entitlements as anyone else to all aspects of the New Deal. For the first time in employment programmes, we have brought in ethnic monitoring and we are working closely with ethnic minority groups and businesses. Trained personal advisers will help to tackle both barriers to employment and the discrimination that ethnic minorities face. A key priority of the New deal is to ensure full and fair opportunities for people, whatever their ethnic origin. As there are still appallingly high levels of unemployment among black and Asian people, that help is long overdue. […]2

9 L’expression ‘the same entitlements as anyone else to all aspects of the New Deal’ annonçait, un an avant l’entrée en vigueur de ce programme, que les minorités ethniques n’en constitueraient pas une cible particulière, en dépit de leurs besoins spécifiques. La cible originelle du New Deal étaient les jeunes chômeurs de 18 à 25 ans, sans aucune autre distinction. Les inquiétudes exprimées depuis le lancement du projet quant à la place des minorités ethniques dans le New Deal, sont donc non seulement motivées par les phénomènes socio-économiques mentionnés plus haut, mais aussi par le fait qu’au-delà des effets d’annonce et de la communication pure, le New Deal ne propose rien de très concret pour les Britanniques issus de l’immigration. Cette approche peut paraître atypique dans le contexte britannique, car elle tranche avec l’orientation prise par les politiques publiques en Grande-Bretagne, qui, depuis les années soixante, se sont souvent distinguées par une approche différenciée vis à vis des minorités ethniques, notamment avec l’adoption d’une législation spécifique sur les relations raciales et la notion d’Equal Opportunity. L’ethnic monitoring, utilisé pour évaluer l’impact du New deal sur les minorités issues de l’immigration, n’est guère novateur en soi.

10 La réalité de l’offre du New Deal pour les minorités ethniques contraste donc avec le discours officiel du gouvernement en général, et du ministère du travail en particulier, qui se livrent à des exercices de rhétorique et de communication. Ainsi, le site web du New Deal contient de nombreuses photos de représentants des minorités ethniques ayant visiblement retrouvé le sourire grâce au programme mis en place par le gouvernement.

11En 2003, le gouvernement a étendu le New Deal à de nouvelles catégories de demandeurs d’emploi dont l’insertion professionnelle est problématique: les plus de cinquante ans (50 plus), les parents seuls (Lone parents) et les handicapés (Disabled people). Les minorités issues de l’immigration, quant à elles, continuent à être exclues du programme. Certes, on peut justifier cette absence en disant qu’indépendamment du welfare to work, de nombreuses mesures d’insertion des minorités dans le marché du travail ont déjà été prises, notamment au titre de « l’Egalité des chances ». Cependant, cet argument est oublieux du fait que les handicapés, dont l’insertion professionnelle est par ailleurs au moins aussi délicate que celle des chômeurs issus des minorités ethniques, bénéficient déjà de mesures d’insertion professionnelle au nom de l’Equal Opportunity.

12 Malgré ce statu quo, les objectifs du gouvernement, tels qu’énoncés sur le site web du New Deal, sont les suivants : ‘The Government’s goals for 2010 are to close the gap in employment rate for the over 50s, ethnic minorities, disabled people and other disadvantaged groups and areas […]’. Une nouvelle fois, il existe une certaine incohérence entre les objectifs affichés par le gouvernement et les moyens mis en œuvre pour les atteindre.

13 Néanmoins, en dépit de ce décalage , il convient de dire qu’il existe également une reconnaissance publique du déficit du New Deal vis à vis des minorités issues de l’immigration, même si le gouvernement semble surtout en attribuer la responsabilité à la persistance de pratiques discriminatoires :

Despite the best efforts of those involved in delivering New Deal, young people from ethnic minorities are not yet benefiting from New Deal to the same extent as their white contemporaries. […]  African-Caribbean and Asian job seekers are losing out when it comes to winning both subsidised and unsubsidised jobs after signing up for New Deal. […] the reasons for this are varied and complex. […].It seems likely that discrimination affects the employment prospects of young people from ethnic minority backgrounds in New Deal, as it does in the wider labour market. 3

14 En outre, un peu plus loin, il est suggéré que si les chômeurs issus de l’immigration sont réticents à participer au New Deal (du moins ceux qui ont le choix de ne pas y participer), c’est que la spécificité de leurs besoins n’est pas suffisamment prise en compte. Pour tenter de remédier à cela, le Ministère du Travail a lancé la Minority Ethnic Awareness Campaign. Cette campagne itinérante, assurée par le passage de bus dans les villes du Nord du pays a le but suivant :

[…] to persuade both job seekers and employers alike that New Deal is a black and Asian concern as well as a white one. Getting the message out into the communities was an important objective of the series of the road shows hosted by the welfare to work communication team and the Employment Service last year in six cities across the North of England and the Midlands.4

15 J’ai donc essayé de mettre en lumière le paradoxe des politiques nationales du retour à l’emploi, caractérisées par un réel contraste entre les discours officiels et les initiatives concrètes pour les minorités.

16 L’autorité locale de Bristol s’est souvent singularisée par son volontarisme dans le domaine des relations raciales. Après une brève présentation historique, économique et démographique de Bristol, qui s’appuiera notamment sur une analyse du recensement de 2001, nous nous interrogerons sur l’originalité des stratégies de retour à l’emploi mises œuvre par le Bristol City Council. En quoi ces  stratégies se distinguent-elles (ou non) des mesures adoptées au niveau national ?

17Du statut de deuxième ville du royaume au XVIIIème siècle, Bristol est progressivement passée, au long des XIXème et XXème siècles, à celui d’une ville presque moyenne, dont la capacité d’attraction est plutôt modeste. Exclue de l’essor de la révolution industrielle et dépourvue de grosse industries, sa vocation tertiaire lui permit, contrairement à de nombreuses villes du Nord de l’Angleterre, des Midlands ou du Pays de Galles, de ne pas être sinistrée par le passage à une économie post-industrielle.

18Jusqu’à aujourd’hui, le manque de dynamisme de la ville a été confirmé par une chute régulière (et semble-t-il inexorable) de sa population. De 402 657 habitants en 1951, la ville est passé à 280 800 habitants en 2001. L’évolution sur les dix dernières années n’est guère plus favorable, dans la mesure où l’analyse du dernier recensement indique qu’entre 1991 et 2001, la ville a perdu pratiquement 12 000 habitants, soit une baisse de pratiquement 3% de sa population. A titre de comparaison, en France, l’agglomération toulousaine, de taille relativement comparable, gagne environ 12 000 habitants par an.

19 En dépit de la présence de British Aerospace, un des principaux employeurs de la région, le manque d’industries explique la taille proportionnellement modeste de la population issue de l’immigration coloniale.

20 Aujourd’hui, à Bristol, les minorités ethniques représentent néanmoins 8,17% de la population (contre 7,6% dans l’ensemble du pays et 9,08% en Angleterre et au Pays de Galles). Leur part dans la population est donc légèrement supérieure à la moyenne nationale. Leur augmentation par rapport à 1991 est même assez spectaculaire, puisqu’elles ne représentaient alors que 5,13% des habitants de Bristol. Cette hausse est en partie imputable à la poursuite de l’exode urbain, qui concerne essentiellement les classes blanches aisées et, surtout, au taux de fécondité des groupes issus de l’immigration, qui demeure nettement plus élevé que la moyenne. A Bristol, la population d’origine ethnique est jeune. Le pourcentage d’enfants issus des minorités ethniques parmi les élèves scolarisés dans les écoles de l’agglomération est de 16% en moyenne et de presque 70% dans les établissements implantés dans des inner cities comme Easton.

21 Le recensement indique également qu’un peu plus de 50% des Indiens, Pakistanais et Bangladais ont  moins de 25 ans, alors que chez les Britanniques blancs, cette tranche d’âge ne représente qu’environ 30%.

  • 5  J’ai moi même calculé ces pourcentages, dans la mesure où cette partie du recensement ne rendait c (...)

22 Quant au taux de chômage, l’analyse des résultats du dernier recensement est particulièrement éloquente. En 2001, le  taux de chômage dans la population active âgée de 16 ans et plus était de 3,1% à Bristol, contre 3,2% dans le reste du pays. Ce chiffre est particulièrement bas et pour certains économistes, correspond pratiquement au plein emploi. Il cache néanmoins le fossé qui sépare les blancs et les Bristoliens issus des minorités ethniques ; il permet également de corroborer les écarts parfois énormes entre les différents groupes issus de l’immigration du nouveau Commonwealth. Ainsi, si l’on se livre à une analyse plus détaillée du recensement de 2001, on constate que le chômage est beaucoup plus élevé chez les quatre principaux groupes ethniques de la ville : les Indiens, les Pakistanais, les Bangladais et les Antillais.5

23 Les Indiens, qui constituent à de nombreux égards le groupe le mieux intégré, ont un taux de chômage de 6%, ce qui représente pratiquement le double du taux global. Chez les Pakistanais et les Antillais, ce taux est de 11%, alors que chez les Bangladais, il est de 13%, soit plus de quatre fois le taux global.

24 Par ailleurs, les Bangladais, qui, incontestablement, sont le groupe le plus défavorisé, ont également un taux de salariés à temps partiel de 35% (environ trois fois plus que le taux global), ce qui semble indiquer qu’il existe une corrélation entre temps partiel et précarité.

25 Ces chiffres, dans leur ensemble similaires à la tendance nationale observée dans la première partie, corroborent également ce que j’ai pu observer en l’an 2000 sur un échantillon plus réduit dans le quartier de Easton, où j’ai mené plusieurs enquêtes de terrain pour les besoins de ma thèse de doctorat.  

26 Le problème du chômage parmi les populations issues de l’immigration n’est pas une nouveauté. Contrairement à des idées reçues, dès les années cinquante, le taux de chômage des immigrés, à Bristol comme dans le reste du pays, était déjà plus élevé que la moyenne. Cela est confirmé par Didier Lassalle :

  • 6  Didier Lassalle, Les minorités ethniques en Grande-Bretagne: Aspects démographiques et sociologiqu (...)

 […] le ministère du Travail signalait déjà que le taux de chômage des minorités était plus élevé que celui des blancs en raison de leur manque de qualifications professionnelles adaptées au marché de l’emploi et de la discrimination exercée par leurs employeurs à leur rencontre.6

27 Pour remédier à ces problèmes, l’autorité locale de Bristol se distingua en créant un poste de  Employment and Welfare Advisory Officer dès1958. Le but était le suivant: ‘to assist coloured immigrants with their adjustment problems’. Si ce poste fut supprimé assez vite faute de moyens, il est intéressant de constater que la municipalité de Bristol était consciente des problèmes spécifiques auxquels les immigrés de couleur étaient confrontés, notamment sur le marché du travail. Le but avoué était de faciliter l’insertion de ces immigrés, mais l’hostilité grandissante vis à vis des personnes de couleur inquiétait la municipalité de Bristol, qui voulait éviter à tout prix des incidents comparables à ceux qui venaient juste d’éclater à Notting Hill et à Nottingham, sous la forme d’agressions perpétrées par des blancs des classes populaires contre des Antillais.

28 Quoi qu’il en soit, la situation critique du chômage des minorités ethniques aujourd’hui semble plaider pour une politique volontariste et des mesures énergiques. Comme je l’ai montré, sous sa forme actuelle, le welfare to work  ne semble pas être à même d’améliorer l’employabilité des minorités ethniques, en dépit des nombreuses déclarations d’intention citées plus haut. La mise en place du New Deal à Bristol et les résultats obtenus par le Council, reconnus sur le plan national, donnent lieu à une certaine autosatisfaction, palpable sur le site web de l’autorité locale :

Bristol City Council made a formal commitment to Welfare to Work in 1998. Since then, significant progress has been made across the Council to promote and develop New Deal and inclusive employment as a recruitment option alongside mainstream recruitment practice. In recognition for its hard work […] and success over this period, the Council received a Finalist Award in the prestigious 2002 National Training Awards. By March 2003 the Council had employed 114 people from all eligible New Deal and job seeker groups.7

29 La même rubrique indique plus loin que parmi les 114 chômeurs recrutés par le Council depuis le lancement du New Deal, vingt l’ont été au nom du New Deal for Disabled people, conformément aux nouvelles populations ciblées par leprogramme. J’ai contacté par e-mail Ed Nall, qui, en tant que Employment and Inclusion Manager, est responsable de l’application  du New Deal auprès de l’autorité locale de Bristol. Je lui ai demandé s’il pouvait m’indiquer le nombre de chômeurs issus des minorités participant au programme et, au cas échéant, employés par le Council. Ces chiffres sont forcément disponibles, du fait du recours systématique au monitoring. Le silence de M. Nall m’a donc semblé particulièrement éloquent.

30Néanmoins, le New Deal étant un programme national, c’est sans réel étonnement que l’on constatera  qu’il n’est pas plus orienté vers les minorités ethniques à Bristol que dans le reste du pays. C’est pourtant sur la notion d’employabilité, centrale dans le welfare-to-work et  le New Deal,que repose l’essentiel des « stratégies » mises en œuvre par l’autorité locale de Bristol. En effet, le Ministère du travail définit ainsi les politiques de retour à l’emploi :

The UK employment targets take an integrated holistic approach. As well as reducing the number of unemployed people in the UK, there are schemes in place to increase basic skills. The Adult Basic Skills Strategy Unit is based in the Department for Education and Skills and has been created to improve literacy, language and numeracy skills for adults8.

31 Le Ministère du travail défend donc une « approche globale et intégrée » dans la lutte contre le chômage, dans la mesure où les personnes les moins qualifiées sont également les plus vulnérables. Dans l’extrait précédent, l’accent est mis sur la formation continue, qui est particulièrement performante en Grande-Bretagne. En revanche, il existe un réel déficit de la formation initiale, comme le montre Jean-Paul Révauger :

  • 9  J-P. Révauger, “Les politiques de retour à l’emploi en Grande-Bretagne et en France : Eléments pou (...)

[…] on constate que la Grande-Bretagne a un important retard sur ses voisins, qui explique peut-être le souci des gouvernements Blair d’améliorer les choses. En effet, à l’âge de 18 ans, seuls 49% des Britanniques sont encore dans le système éducatif, contre 86% des Allemands, 69% des Français, 78% des Hollandais, 95% des Suédois.9

32 Si à Bristol comme dans le reste du pays les élèves blancs tendent à sortir du système scolaire plus tôt que certains de leurs homologues issus des minorités ethniques, notamment les Indiens et les Chinois, le déficit de la formation initiale est particulièrement frappant dans certains groupes, notamment les Bangladais, Pakistanais et Antillais, qui, comme nous l’avons vu, sont très logiquement les plus touchés par  le chômage. Les résultats fournis par la Local Education Authority son révélateurs, puisqu’ils montrent que ces trois groupes ethniques présentaient en 1999 les plus faibles résultats obtenus à l’examen du GCSE, passé à 16 ans. Voici la reconnaissance de ce déficit, dans un document publié  par la LEA de Bristol en avril 2003 :

The proportion of children of  minority ethnic origin is rising and lies at about 16% and 6% have English as an additional language. Overall at all key stages, the performance of several BOME groups was below that for “all groups” in Bristol, whilst a small number of BOME groups exceed this.

33 C’est dans le but de réduire les écarts entre les résultats scolaires des enfants issus des groupes raciaux ou ethniques minoritaires que la Local Education Authority a débloqué des fonds pour lancer, en l’an 2000, l’Ethnic Minority and Traveller Achievement Grant Action Plan, dont le but est de donner des moyens supplémentaires aux écoles accueillant un grand nombre d’élèves issus de l’immigration. La LEA s’est donné cinq ans pour réduire les écarts les plus choquants. Aujourd’hui, un peu moins du tiers des écoles primaires et secondaires de l’agglomération de Bristol reçoit cette bourse.

34 De la même manière, depuis plusieurs années, le LEA de Bristol s’est engagée à réduire le taux d’exclusion définitive des enfants issus des groupes ethniques minoritaires, avec, semble-t-il, un certain succès : ‘the number of permanently excluded BOME children has remained fairly constant and is now below the national average’. 

35 En l’an 2000, la Local Education Authority de Bristol s’est vue contrainte de se mettre en conformité avec le Race Relations (Amendment) de 2000, qui l’a notamment obligée, de même que toutes les autres services publics du pays, à  réviser sa politique d’égalité raciale (Race Equality Scheme ), ce qui fut chose faite en mai 2002. En revanche, les mesures que je viens d’exposer relèvent d’initiatives locales.

36 Au-delà du welfare to work et du New Deal, elles témoignent de la volonté de l’autorité locale de traiter les problèmes de chômage et d’insertion de certains groupes ethniques minoritaires en amont, en tentant de briser la logique de l’échec et de l’exclusion, qui, leurs études arrêtées prématurément, transforment encore trop les jeunes gens issus de l’immigration coloniale en chômeurs. Néanmoins, si l’autorité locale de Bristol a bien élaboré quelques mesures pour traiter ou, plutôt, prévenir le chômage de ses administrés appartenant aux minorités ethniques, il serait excessif de parler de « stratégie » réelle.

Conclusion

37 Malgré une situation de l’emploi des plus favorables, le fossé observé depuis plusieurs décennies entre le taux de chômage de la population blanche et celui des minorités ne semble pas être à même d’être comblé. Si cette réalité est reconnue avec un certain courage par les pouvoirs publics, tant au niveau local que national, elle ne s’est pour l’instant pas traduite par la création d’un New Deal propre aux minorités ethniques, en dépit de la spécificité de leurs besoins, notamment en termes de formation. Mes remarques sur le caractère quelque peu vague et rhétorique des mesures nationales semblent se vérifier également à Bristol, en dépit des tentatives, louables au demeurant, de traiter le problème à la source.

  • 10  Giddens, A. -, The Renewal of Social Democracy, London : The Polity Press, 1998, 133.

38Ce déficit d’initiatives réelles peut s’expliquer par l’extraordinaire hétérogénéité de ce qui est à tort perçu comme un ensemble monolithique : « les » minorités ethniques. Comme je l’ai montré avec l’analyse des données du dernier recensement, le fossé qui sépare, par exemple, les Indiens d’un côté et les Pakistanais et Bangladais de l’autre est saisissant (alors que l’on associe fréquemment ces groupes en les qualifiant de ‘Asians’). La diversité des profils socio-économiques des communautés issues de l’immigration explique sans doute la difficulté de proposer des programmes s’adressant à tous ces groupes. A cette multiplicité de profils, s’ajoute la difficulté inhérente au mode de gestion communautaire des relations raciales en Grande-Bretagne, dont un des effets pervers est de légitimer, voire de créer de toutes pièces des communautés, et, donc, de fragmenter la demande et de multiplier les exigences spécifiques des groupes minoritaires. Une autre explication, plus idéologique, réside dans la défiance des néo-travaillistes vis-à-vis du multiculturalisme défendu par l’aile gauche du parti pendant les années d’opposition. Sous-jacente depuis 1997 et manifeste depuis 2001, la volonté de Tony Blair et des siens semble être de dépasser des clivages ethniques évidents au profit d’une communauté nationale élargie (‘the broad national community […] that must stretch beyond the claims and grievances of any specific group’10).

39Le sentiment que l’on éprouve en étudiant l’approche néo-travailliste est que les questions liées à l’appartenance à telle ou telle culture, ethnie ou religion ont donné lieu à tous les aménagements nécessaires et qu’elles doivent à présent être dépassées. L’idée est de laisser toute sa place à une économie au service du social, dont rôle ne doit pas être entravé par des doléances hétéroclites. En outre, la redéfinition du modèle multiculturel britannique et le retour en force de la notion d’intégration, engagés depuis le début du deuxième mandat de Tony Blair, ne laissent guère entrevoir l’émergence d’un New Deal centré sur les minorités.

Haut de page

Notes

1  A. Whitmarsh & T. Harris, “Special focus on ethnic minorities”,  dans C. Peach (ed.) Ethnicity in the 1991 census, (London : HMSO, 1996) 48 cité dans Didier Lassalle, Les Minorités ethniques en Grande-Bretagne: aspects démographiques et sociologiques contemporains, (Paris: L’Harmattan, 1997) 238.

2  http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm199798/cmhansrd/vo980611/de…

3  http://www.newdeal.gov.uk

4  http://www.newdeal.gov.uk

5  J’ai moi même calculé ces pourcentages, dans la mesure où cette partie du recensement ne rendait compte que de nombres absolus.

6  Didier Lassalle, Les minorités ethniques en Grande-Bretagne: Aspects démographiques et sociologiques contemporains, (Paris : L’Harmattan, 1997) 229.

7  http://www.bristol-city.gov.uk/centdups/nd_background.html

8  http://www.newdeal.gov.uk

9  J-P. Révauger, “Les politiques de retour à l’emploi en Grande-Bretagne et en France : Eléments pour une comparaison », Revue française de civilisation britannique, « La situation et les politiques de l’emploi en France et en Grande-Bretagne 1990-2000 », Vol. 12- II, (Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne Nouvelle) 126.

10  Giddens, A. -, The Renewal of Social Democracy, London : The Polity Press, 1998, 133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Latour, « Les minorités ethniques et les politiques de retour à l'emploi », Observatoire de la société britannique, 2 | 2006, 211-222.

Référence électronique

Vincent Latour, « Les minorités ethniques et les politiques de retour à l'emploi », Observatoire de la société britannique [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/185 ; DOI : 10.4000/osb.185

Haut de page

Auteur

Vincent Latour

Maître de Conférences à l'université de Toulouse 2 Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org