Navigation – Plan du site

Les années Blair

Valérie Auda-André
p. 11-20

Texte intégral

1La victoire électorale remportée par les travaillistes en mai 1997 peut être perçue comme l’aboutissement d’un long processus de modernisation amorcé dès 1983. Les premières élections législatives de l’ère Thatcher voient le Parti travailliste se hisser à grand peine au deuxième rang des forces politiques en présence ; talonné, parfois même dépassé, par les candidats de l’Alliance, le parti subit alors l’une des défaites les plus cuisantes de son histoire. La volée de bois vert des législatives de 1983 fait l’effet d’un électrochoc sur des dirigeants travaillistes confrontés à l’impopularité patente d’un programme électoral qui reflète les préoccupations d’une gauche « dure », d’inspiration benniste, dont le décalage avec l’opinion apparaît alors au grand jour.

2Le nouveau leader, Neil Kinnock, confronté à la nécessité de modifier l’image du parti ainsi que de repenser la nature et le contenu du projet travailliste, lance alors un grand débat au sein du Labour. La réflexion se prolonge tout au long des années 80, et prend les traits d’un exercice d’adaptation à des circonstances nouvelles ; il s’agit d’intégrer de nouveaux paramètres et de s’adapter à une nouvelle configuration de la vie politique. Le révisionnisme travailliste des années 80 est une entreprise de longue haleine, jalonnée d’étapes marquantes, qui culmine en 1988 avec le lancement d’un vaste processus de consultation, connu sous le nom de « Policy Review ». Au terme de deux années de discussions et d’intense débat entre les différentes composantes du parti, les  travaillistes avaient dessiné les grandes lignes de leur projet de modernisation de la social-démocratie britannique.

  • 1  On lira avec profit les travaux de Donald Sassoon, et notamment A Hundred Years of Socialism: The (...)

3Parallèlement l’expérience du Parti travailliste britannique s’inscrit dans un contexte plus vaste qui dépasse le cadre strictement national pour s’établir à l’échelle européenne, voire occidentale1 ; sans négliger les spécificités nationales, ni l’originalité et la diversité des réponses compte tenu de la particularité des expériences et des traditions, il reste possible de replacer New Labour dans le cadre d’un processus de réflexion commun à la majorité des partis de gauche du monde occidental, procédant d’une appréciation comparable des défis devant être relevés et visant à rénover le projet social-démocrate. A l’évidence, le blairisme participe de cette réflexion commune à l’ensemble de la gauche occidentale.

La Métamorphose

  • 2  Voir par exemple l’article de Peter Riddell, « Blair as Prime Minister », in Anthony Seldon (ed.), (...)
  • 3  Paul Anderson et Nyta Mann proposent une radiographie du parcours de Tony Blair au sein du parti q (...)

4L’équipe qui s’installe aux commandes du Parti travailliste en 1994, au lendemain de la disparition de John Smith, choisit néanmoins de privilégier non pas la filiation avec les rénovateurs ou bien la communauté d’intérêts et de vues avec les partis progressistes en Europe, non pas de se placer dans le prolongement de la modernisation orchestrée par les révisionnistes des années 80, mais plutôt d’insister sur le caractère inédit du projet New Labour. La nouvelle équipe dirigeante privilégie la rupture et la discontinuité, choix qui est bien évidemment illustré par le recours symbolique au vocable New Labour. La stratégie retenue par les chefs de file du parti consiste en une dramatisation de la rupture avec le travaillisme traditionnel de ses prédécesseurs. Cette volonté de se démarquer s’exprime tout d’abord au niveau formel : la modification du travaillisme se conçoit en premier lieu en termes d’image avec l’adoption d’une nouvelle « signalétique » qui proclame le caractère résolument moderne et innovant de New Labour. Le parti déconcerte et séduit à la fois, sa force de séduction résidant en grande partie dans sa capacité à surprendre. Au niveau le plus prosaïque, la « modernité » du projet est signifiée par la jeunesse d’une équipe dirigeante qui s’applique à gommer plutôt qu’à afficher ses liens avec le parti traditionnel ; on ne s’appesantit pas sur les trajectoires individuelles au sein du parti, la légitimité ne se construit pas, comme c’est traditionnellement le cas, par l’évocation d’une ascension méthodique et irréprochable au sein de l’appareil travailliste, mais on cultive davantage l’image de la génération spontanée. Le caractère hybride et atypique du parcours et de l’héritage politique du nouveau leader2 est mis en avant, parfois au détriment de l’exactitude historique3. Toujours est-il que c’est probablement cette capacité à incarner le renouveau qui confère à Tony Blair un avantage réel sur son rival le plus redoutable dans la course au leadership ; Gordon Brown, desservi par une image et un parcours plus traditionnels, sera contraint de s’effacer.

  • 4  New Labour est résolu à combler un déficit d’image qui a trop souvent entravé l’action des travail (...)
  • 5  La critique n’est du reste pas dénuée de fondement ; dans une logique électoraliste de hiérarchisa (...)

5New Labour excelle dans ce nouvel exercice qu’est la communication politique et atteint même de nouveaux sommets promotionnels grâce aux efforts de son service de communication installé dans les locaux flambant neufs de Millbanks. Les nouveaux travaillistesaccordent une importance primordiale à leurs relations avec les médias et à la promotion de leur image. Dans ces deux secteurs, le parti de Tony Blair ne se contente pas de se placer dans le prolongement de la rénovation initiée par ses prédécesseurs mais s’attache à donner sa propre impulsion au processus de modernisation, quitte à s’affranchir des limites définies par les révisionnistes de la première heure4. Dès ses premiers pas sur la scène politique New Labour est en butte aux critiques qui soulignent le peu de substance du nouveau parti, adversaires et opposants dénonçant à l’envi l’importance accordée à la forme au détriment de la substance, et condamnant le manque de consistance du contenu doctrinal du projet des nouveaux travaillistes.5 Néanmoins, la métamorphose du parti ne se réduit pas à un simple exercice de communication politique. Le contenu du discours de la garde rapprochée de Tony Blair participe également d’une stratégie de rupture: la nouvelle équipe dirigeante adopte une posture critique qui renvoie dos-à-dos ses prédécesseurs, travaillistes et conservateurs, et se distingue par une nouvelle liberté de ton dans l’évaluation de la performance et des présupposés idéologiques de ces gouvernements. C’est un New Labour iconoclaste qui prend acte des insuffisances et des erreurs commises par les travaillistes des années 60 et 70 et se distingue, par la volonté de s’approprier l’appareil critique élaboré par ses adversaires conservateurs.

6La contestation du consensus keynésien, tout comme le rejet du collectivisme et du corporatisme qui ont marqué les mandats des précédents gouvernements travaillistes, posent la question du rapport que New Labour entretient avec le travaillisme. New Labour, le parti qui incarne la nouveauté, peut-il légitimement se réclamer de la tradition travailliste ? L’arrivée des nouveaux dirigeants aux commandes du parti ne s’est pas faite sans douleur, les nouvelles orientations prônées par l’équipe Blair ont suscité de la méfiance et des réserves ont été exprimées dans les rangs de la gauche désormais qualifiée de « traditionnelle ». Les partisans de New Labour, Premier ministre en tête, ont été à maintes reprises sommés d’apporter des éclaircissements et de préciser leur position à ce propos.

7A l’occasion du congrès 1999 qui célèbre le centenaire du parti, les dirigeants réitèrent leur fidélité au travaillisme des origines, rendent hommage aux figures tutélaires du mouvement et professent leur attachement aux valeurs du travaillisme historique. New Labour revendique alors une filiation qui permet paradoxalement de s’émanciper de la tutelle du travaillisme dit « traditionnel » tout en développant la thèse du dévoiement des valeurs fondamentales et fondatrices du mouvement dans la pratique politique de ses prédécesseurs. L’entourage de Tony Blair et le Premier ministre lui-même peuvent alors faire le procès du dogmatisme et de la rigidité doctrinale des apôtres du collectivisme et annoncer le divorce nécessaire entre les finalités et les modalités de l’action politique.

L’énigme New Labour

8New Labour se définit donc par sa volonté, maintes fois réaffirmée, de se soustraire à toute forme de catégorisation et se montre réfractaire à toute tentative de classification ou de typologie. De fait, certaines initiatives du nouveau gouvernement sont saluées à la fois par la droite et par la gauche, chacun choisissant de souligner tel ou tel aspect de la démarche et croyant s’y reconnaître, ou bien cherchant confirmation de sa propre légitimité dans telle ou telle décision d’un gouvernement dont la côte de popularité se maintient au plus haut. New Labour déconcerte et inspire des sentiments mêlés aussi bien à droite qu’à gauche.

9Comme en écho à la perplexité de la classe politique britannique, mais aussi européenne, confrontée au phénomène New Labour, les observateurs de la vie politique et la communauté universitaire sont divisés à la fois dans leur analyse du projet des nouveaux travaillistes et dans leur évaluation des réalisations du gouvernement Blair. Les interprétations divergent, il est néanmoins possible de les regrouper selon trois grands axes, chacun avec ses forces et ses faiblesses.

  • 6  Colin Hay figure parmi les principaux défenseurs de cette interprétation notamment dans son articl (...)

10Les partisans de la thèse de la consolidation du thatchérisme voient en Tony Blair un avatar de John Major6, « le charisme en plus », qui se contente de prolonger et de gérer l’héritage thatchérien. Ces auteurs soulignent le chemin parcouru par les travaillistes en direction de leurs adversaires conservateurs sur des questions qui constituaient traditionnellement des enjeux identitaires forts comme l’économie, la fiscalité, ou bien encore la sécurité. Cette interprétation accorde une importance primordiale au rejet des instruments de gestion du travaillisme traditionnel et réfute le postulat de la neutralité des outils de gestion selon lequel les modalités de l’action gouvernementale n’influencent en rien ses finalités.

11Cette thèse est contestée par ceux qui préfèrent souligner la dette du blairisme envers le révisionnisme des années 50, dont il serait une résurgence. Dans cette perspective, l’agenda new labour est dominé par la volonté de régénérer la social-démocratie britannique notamment en menant à bien les réformes que ses aînés se sont montrés dans l’incapacité d’imposer à l’ensemble du mouvement. Les modifications apportées à l’article 4 des statuts du parti s’inscrivent dans la lignée du révisionnisme de l’après-guerre qui souhaitait réconcilier les travaillistes avec eux-mêmes en mettant fin à la schizophrénie d’un parti tiraillé entre une utopie socialiste qui ne vise rien moins que la mort du capitalisme et une pratique politique qui s’accommode de l’économie mixte.

  • 7  Paddy Ashdown, leader des libéraux-démocrates de 1988 à 1999, fait partie de ceux que les dirigean (...)
  • 8  C’est par exemple le cas de Samuel H. Beer et de Stuart White dans leurs articles publiés dans un (...)

12Enfin, il existe un troisième angle d’approche du phénomène New Labour qui insiste sur l’influence exercée par la pensée libérale sur le débat politique outre-Manche. Le nouveau travaillisme ne serait alors qu’une manifestation supplémentaire de la vitalité d’une pensée qui transcende le débat gauche-droite et s’incarne indifféremment dans tous les grands courants de la vie politique britannique. Les multiples tentatives d’ouverture pratiquées par New Labour à l’endroit des actuels héritiers de la tradition libérale7, le Parti Libéral Démocrate, sont autant de manifestations concrètes des convergences en termes de contenu politique qui ont été relevées par de nombreux observateurs8.

13Ces divergences d’interprétation, si elles s’expliquent partiellement par la diversité des champs d’investigation et des spécialités des auteurs, confirment néanmoins la thèse du caractère protéiforme et donc insaisissable de New Labour. Les nouveaux travaillistes refusent, de surcroît, de se laisser enfermer dans des schémas interprétatifs jugés inadaptés car obsolètes. New Labour se caractérise également par un discours, une volonté de théoriser sa propre pratique qui présente le blairisme comme un nouveau paradigme politique.

New Labour et « l’esprit du temps »

14Le nouveau pragmatisme revendiqué par les dirigeants de New Labour s’explique par le refus de se laisser enfermer dans un débat gauche-droite qualifié de stérile ; New Labour se distingue par son refus de limiter le champ des possibles et souhaite entraîner le parti sur la voie de l’ouverture à d’autres pratiques gouvernementales.

15Pour une large part, le nouveau pragmatisme travailliste est fonction du contexte historique spécifique qui a vu l’émergence de New Labour. La nouvelle équipe dirigeante a su saisir l’occasion de circonstances propices à la révision des termes du débat gauche-droite au Royaume-Uni. Au cœur du faisceau de causalités qui ouvrent une brèche dans laquelle s’engouffre New Labour, il faut citer l’effondrement du bloc de l’est, majoritairement interprété comme le désaveu historique d’un certain socialisme collectiviste et centralisateur et la fin de la guerre froide qui peut sembler mettre un terme à la nécessité de l’affrontement idéologique. Dans le contexte « apaisé » des années 90, on peut entendre un discours qui viserait à dévoiler le caractère délétère et illusoire des vieux clivages idéologiques et qui plaiderait en faveur d’un nouveau pragmatisme en matière de gestion des intérêts de la nation.

16Par ailleurs, l’impact des thèses de la Nouvelle Droite, relayées par l’action des gouvernements conservateurs des années 80, joue également un rôle essentiel. D’une part, le thatchérisme a su mobiliser l’arsenal idéologique de la Nouvelle Droite contre, notamment, l’État-Providence keynésien ; d’autre part, les gouvernements conservateurs des années 80 ont accompagné, voire encouragé et accéléré, toute une série de mutations socio-économiques liées au processus de désindustrialisation et de mondialisation des échanges qui, associées à une législation anti-syndicale d’envergure, menacent la base électorale traditionnelle du parti travailliste. Maniant alternativement la répression et la séduction, les gouvernements conservateurs des années 80 ont favorisé la pénétration des thèses monétaristes et libérales dans le bastion électoral travailliste. Sensible aux perspectives « d’embourgeoisement » (gentrification) offertes par les conservateurs, une certaine catégorie de l’électorat traditionnel du parti déserte les rangs travaillistes et sa composante ouvrière se contracte.

  • 9  En termes structurels, la réforme peut-être la plus significative demeure celle qui introduisit un (...)

17Enfin, il est indéniable que la perspective d’une élimination durable du jeu politique a favorisé l’ascension des nouveaux travaillistes au sein d’un parti, dont ils modifient du reste profondément les structures9, qui accepte de laisser en suspens ses doutes et ses objections et retient son souffle dans l’attente d’un succès aux urnes.

Une nouvelle utopie ?

  • 10  John Crowley, Sans épines, la rose, Tony Blair, un modèle pour l’Europe, Paris : La Découverte, 19 (...)

18Faut-il pour autant ne voir dans New Labour qu’un phénomène purement conjoncturel, la manifestation du recentrage d’un parti dont l’utopie a été désavouée ? Le nouveau travaillisme peut-il se résumer à une simple mise en conformité avec les attentes d’un électorat transformé ? New Labour se défend de n’être rien d’autre que la traduction en termes politiques d’une nouvelle réalité sociale dominée par l’érosion de la classe ouvrière. Pour citer J. Crowley, « l’hégémonie du centre n’est pas un simple fait sociologique contingent10. » Le pragmatisme qui est au cœur du recentrage du projet des nouveaux travaillistes n’exclut ni l’effort de théorisation, ni la visée utopiste. Si le parti est sommé de brûler ce qu’il a adoré, il ne faut pas y voir, nous disent les partisans de Tony Blair, le signe d’une reddition mais la marque d’une nouvelle ambition. New Labour ne se conçoit donc pas comme un simple phénomène réactif mais revendique une dimension proactive. Ses partisans prétendent faire œuvre novatrice en proposant un nouveau paradigme politique. Son ambition est de se doter d’une superstructure théorique qui procède de la dénonciation de l’obsession collectiviste et du fétichisme du marché, mais qui ne s’y limite pas.

  • 11  Certains commentateurs considèrent que l’importance accordée par New Labour à la question des réfo (...)

19Les nouveaux travaillistes ne contestent pas la pertinence du débat gauche-droite mais plutôt ses modalités. Dans le contexte spécifique de l’Angleterre post-thatchérienne, New Labour prend acte du potentiel limité d’un rejet, même partiel, de l’économie de marché ; dans une perspective purement stratégique, et si tant est qu’elle procède de réelles convictions, toute attaque frontale du libéralisme économique est jugée peu porteuse, voire contraire aux intérêts du parti. New Labour propose donc un déplacement du débat politique et une redéfinition des clivages partisans en privilégiant un nouvel angle d’approche ainsi que de nouveaux enjeux identitaires qui se caractérisent par leur « orthogonalité » par rapport à l’axe paradigmatique droite-gauche traditionnel. Dans cette optique, New Labour déplace le débat sur d’autres terrains, notamment sur le terrain institutionnel, où il a su proposer des réformes ambitieuses11.

  • 12  John Crowley, op. cit., p.
  • 13  Anthony Giddens, The Third Way – The Renewal of Social Democracy, Oxford : Polity Press, 1998.

20Dans sa dimension « utopiste », le blairisme puise l’inspiration à de multiples sources, répertoriées par la plupart des commentateurs et dont l’influence sur les nouveaux travaillistes n’est du reste pas constante. Nous proposons de nous concentrer ici sur la dette de la troisième voie blairiste envers ces théoriciens qui ont entrepris d’explorer la crise de la modernité et qui, dès le début des années 90, ont entamé une réflexion sur les limites et les insuffisances des pensées socialiste et néolibérale respectivement dominées par le mythe eschatologique de l’Etat et du marché comme fin en soi. John Gray12 et Anthony Giddens13 notamment figurent parmi ceux dont les travaux procèdent à une mise en cause conjointe et simultanée des utopies socialiste et libérale et préconisent l’abandon du cadre obsolète et étriqué d’un débat politique de courte vue où s’affrontent les partisans du tout État et les idéologues du marché.

21Dans son incarnation blairiste, la troisième voie renvoie au concept de « centre radical » conçu comme lieu du dépassement des antagonismes traditionnels et de la réconciliation des contraires. Le blairisme se définit comme un projet avant tout politique qui propose une nouvelle synthèse au service d’un idéal collectif rénové. Il vise la réappropriation de l’État et du marché par le citoyen. Il s’agit également de révéler à elle-même une communauté (d’intérêts) qui s’ignore encore ; après avoir tout d’abord trouvé son expression dans le concept de stakeholding, l’idéal collectif de New Labour  semble devoir coïncider toujours davantage avec les contours d’une communauté nationale définie en termes tautologiques comme l’incarnation même des grands principes du blairisme.

22Les adversaires de New Labour et les sceptiques ne voient dans la troisième voie blairiste qu’un effet rhétorique visant à masquer l’opportunisme politique d’un gouvernement qui navigue à vue et tente de satisfaire les attentes d’une mosaïque électorale dont les diverses composantes tirent dans des directions opposées en gouvernant avec un œil sur les sondages. Le scepticisme exprimé à l’égard des ambitions affichées par les architectes de la troisième voie souligne également les ressemblances du blairisme avec la stratégie de la voie médiane adoptée par d’illustres prédécesseurs tels Harold Macmillan. Le phénomène New Labour soulève donc quantité de questions auxquelles le présent ouvrage souhaite contribuer à répondre en proposant un bilan de la performance des gouvernements Blair. Les différents articles, chacun dans son champ d’investigation spécifique, portent un regard critique sur le blairisme incarné dans ses multiples manifestations. C’est l’espoir des auteurs que la somme des travaux consacrés au New Labour dans cet ouvrage permettra de mieux cerner le phénomène et contribuera à approfondir notre connaissance des années Blair.

Haut de page

Notes

1  On lira avec profit les travaux de Donald Sassoon, et notamment A Hundred Years of Socialism: The Western European Left in the Twentieth Century, Londres : I.B. Tauris, 1996, ainsi que “Introduction : convergence, continuity and change on the European Left”, in G. Kelly (dir.), The New European Left, Londres : Fabian Society, 1999.

2  Voir par exemple l’article de Peter Riddell, « Blair as Prime Minister », in Anthony Seldon (ed.), The Blair Effect – The Blair Government 1997-2001, Londres : Little, Brown and Company, 2001, pp. 21-40.

3  Paul Anderson et Nyta Mann proposent une radiographie du parcours de Tony Blair au sein du parti qui révèle que la trajectoire politique du futur Premier ministre n’est pas dénuée de conformisme. Paul Anderson et Nyta Mann, Safety First – The Making of New Labour, Londres : Granta Books, 1997, pp. 6-58.

4  New Labour est résolu à combler un déficit d’image qui a trop souvent entravé l’action des travaillistes et constitué un obstacle insurmontable lors des campagnes électorales. Les nouveaux travaillistes privilégient donc les choix stratégiques aux dépens d’une certaine éthique lorsqu’ils pactisent avec certains grands patrons de presse tels Rupert Murdoch et oublient (temporairement ?) leurs engagements en faveur de la lutte contre les monopoles ; ils favorisent l’arrivée de leurs partisans à la tête de certaines publications à l’importance stratégique incontestable telles le New Statesman ; la campagne de 1997 a été menée tambour battant, sur le modèle de celle des démocrates de Bill Clinton, depuis Millbanks, véritable machine de guerre de l’avis général, dotée des outils les plus perfectionnés et les plus performants en matière de communication politique; enfin, et peut-être surtout, ils redéfinissent le rôle dévolu aux professionnels de la communication, ces spin-doctors dont le Premier ministre mais aussi son ministre des Finances aiment à s’entourer, en ne limitant plus leur action au simple habillage des politiques gouvernementales mais en les intégrant au processus décisionnel. La promotion accordée aux spécialistes de la communication, tels Peter Mandelson, Alistair Campbell, ou bien encore David Whelan, a suscité un certain émoi au sein de la classe politique britannique et de l’opinion.

5  La critique n’est du reste pas dénuée de fondement ; dans une logique électoraliste de hiérarchisation des tâches et des objectifs, la nécessité de la rupture formelle préexiste à l’élaboration de cadres théoriques définitifs.

6  Colin Hay figure parmi les principaux défenseurs de cette interprétation notamment dans son article « Blaijorism : towards a one-vision polity », Political Quarterly 68, 1997, pp. 372-8, mais aussi dans son ouvrage publié en 1999, The Political Economy of New Labour, Manchester University Press.

7  Paddy Ashdown, leader des libéraux-démocrates de 1988 à 1999, fait partie de ceux que les dirigeants de New Labour ont longuement poursuivi de leurs assiduités dans le cadre d’un projet de reconfiguration de la vie politique britannique devant opposer les forces de progrès à tous les conservatismes.

8  C’est par exemple le cas de Samuel H. Beer et de Stuart White dans leurs articles publiés dans un ouvrage collectif sous la direction de Stuart White, New Labour, The Progressive Future ?, Londres : Palgrave, 2001.

9  En termes structurels, la réforme peut-être la plus significative demeure celle qui introduisit un nouveau mode de scrutin pour l’élection du leader. Au terme d’une année de débat en 1992-93, les travaillistes adoptent le système du scrutin uninominal sur la base d’un membre une voix (OMOV) qui contribue à instaurer un nouvel équilibre des forces au sein du parti. Certes, la dite réforme est antérieure à l’arrivée aux postes de commande des cadres de New Labour, toutefois il est indéniable que Tony Blair et Gordon Brown, relayés en coulisse par Peter Mandelson, ont œuvré sans relâche pour convaincre le leader de l’époque, John Smith, de la nécessité de surmonter ses hésitations. Par définition, OMOV porte un coup fatal au vote bloqué qui assurait aux syndicats une voix prépondérante dans le processus de désignation de la direction du parti. La réforme s’intègre parfaitement au projet de New Labour qui souhaite en découdre avec ces petits potentats dont il conteste la représentativité en leur opposant sa propre légitimité, assise sur un processus de consultation qui a le mérite de rendre la parole aux militants de base. Les opposants de New Labour préfèrent y voir une mesure tactique qui permet aux nouveaux dirigeants du parti d’éliminer les contre pouvoirs, étape essentielle à la mise en œuvre de réformes plus idéologiques.

10  John Crowley, Sans épines, la rose, Tony Blair, un modèle pour l’Europe, Paris : La Découverte, 1999, p. 114.

11  Certains commentateurs considèrent que l’importance accordée par New Labour à la question des réformes institutionnelles est indissociable du « pacte électoral » scellé par les travaillistes et libéraux démocrates lors des élections de 1997 qui permit à de nombreuses occasions, par le biais du vote tactique, de faire échec aux candidats conservateurs.

12  John Crowley, op. cit., p.

13  Anthony Giddens, The Third Way – The Renewal of Social Democracy, Oxford : Polity Press, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Auda-André, « Les années Blair », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 11-20.

Référence électronique

Valérie Auda-André, « Les années Blair », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/219

Haut de page

Auteur

Valérie Auda-André

Maître de Conférences à l'université de Provence Aix-Marseille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org