Navigation – Plan du site

Les mots et les choses : quelques réflexions sur la réécriture de l’histoire chez les néo-travaillistes

Keith Dixon
p. 47-59

Résumé

Cet article analyse la manière dont le parti travailliste a rompu, depuis l’arrivée du groupe blairiste à sa tête, avec l’ensemble des traditions historiques du parti. Il a fallu que les blairistes réécrivent et travestissent l’histoire récente du Royaume Uni et du mouvement travailliste – surtout des années soixante-dix – pour disqualifier ce qu’ils appellent désormais la « vieille gauche » et légitimer le processus dit de « modernisation » du parti et de sa pratique politique. La nouvelle rhétorique travailliste, qui est analysée ici, est mobilisée à ces fins de réécriture historique et de légitimation symbolique

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour une discussion de ce « concept », voir  le numéro 2 de Variations,  « L’introuvable « troisiè (...)
  • 2  Voir, entre autres, Colin Hay, The Political Economy of New Labour. Labouring under false pretence (...)

1 Nous commencerons cet article avec quelques remarques préliminaires pour préciser la démarche adoptée ici, en particulier pour ce qui concerne le positionnement politique des néo-travaillistes britanniques, parfois résumé par le concept nébuleux de la « troisième voie »1. On nous permettra de ne pas vouloir démontrer ici que le parti travailliste britannique, sous la direction d’Anthony Blair et de Gordon Brown, a emprunté une voie qui, en aucun cas, ne peut être décrite comme médiane ou alternative, entre le libéralisme économique et la social-démocratie traditionnelle (voire le socialisme). Nous ne tenterons pas de le démontrer puisque cette démonstration a déjà été faite, nous semble-t-il, et il existe aujourd’hui une littérature abondante, sérieuse et documentée allant dans ce sens2. D’ailleurs, chaque nouvelle prise de position des néo-travaillistes, chaque nouvelle décision gouvernementale apporte, à sa manière,  une preuve supplémentaire que les néo-travaillistes britanniques se situent désormais résolument dans le camp néo-libéral.

2 Citons simplement, pour mémoire,  quelques exemples qui vont tous dans le même sens, celui de la poursuite d’une stratégie économique et sociale déjà largement mise en œuvre dès la première administration blairiste. On peut citer en vrac la privatisation du contrôle aérien ainsi que la privatisation partielle du métro de Londres ; la poursuite de la privatisation rampante du secteur hospitalier par le biais des Public Private Partnerships (qui ont pris le relais des Private Finance Initiatives inaugurées par John Major) qui ont fait l’objet, depuis quelques années, d’une forte résistance syndicale ; la proposition gouvernementale de contraindre les autorités locales britanniques à confier la gestion d’écoles dites « en difficulté » à des entreprises privées ; la décision, après la faillite de Railtrack, de ne pas re-nationaliser les chemins de fer malgré l’échec retentissant de la privatisation, surtout dans ses aspects sécuritaires ; le projet actuel de privatisation de l’industrie nucléaire. La pratique néo-travailliste dans ce qui reste du secteur public d’enseignement et de santé (des academy schools aux foundation hospitals) s’inscrit aussi dans une logique largement inspirée par les travaux produits par l’Institute of Economic Affairs depuis une cinquantaine d’années où le choix des patients ou parents d’élèves (désormais transformés en « consommateurs ») passe avant  la notion de service public et d’égalité d’accès aux soins et à l’éducation. La liste est longue d’initiatives économiques des gouvernements néo-travaillistes qui se situent dans le cadre doctrinal initialement mis en place pendant la période thatchérienne.

  • 3  « The attempt by New Labour to break from the labourist base of the unions is a symptom of the pro (...)
  • 4  « Surely there must be some cut-off point at which we no longer regard nominally ‘social-democrati (...)

3 Déjà en 1997 dans l’introduction de son livre sur la pensée politique des travaillistes, Geoffrey Foote se posait la question de la survie politique du travaillisme (labourism) à la lumière des projets des blairistes et en particulier de la tentative de rompre les liens avec le mouvement syndical3. Et Colin Hay, deux ans plus tard, après avoir fait le bilan de plus de dix ans de « preference-accommodation » de la part des direction travaillistes, se posait la question de savoir quand est-ce qu’un parti social-démocrate perdait le droit d’être appelé ainsi4. Aujourd’hui, la position pondérée et les précautions rhétoriques de Foote et le questionnement timide de Hay nous semblent dépassés. Les néo-travaillistes ont rompu avec le travaillisme, dans toutes ses formes, pour se revêtir des habits doctrinaux de ceux que le mouvement a toujours combattus.

  • 5  Voir K. Dixon, « Aux sources idéologiques du blairisme » in Variations 2, « L’introuvable « troisi (...)

4 Il ne s’agira donc pas ici de savoir si le blairisme est une forme politique remodelée de néo-libéralisme thatchérien (nous dirions un néo-libéralisme de « deuxième génération »5), mais plutôt de tenter de comprendre comment la transformation du parti travailliste a pu s’opérer en un temps aussi court. Quelles ont été les conditions historiques dans lesquelles la transformation a pu avoir lieu ? Et surtout, par quels moyens cette transformation a-t-elle été rendue acceptable à l’électorat et aux militants travaillistes ?

  • 6  Voir K. Dixon, Les évangélistes du marché, Liber-Raisons d’Agir, 1998.

5 Comme toujours pour ce genre de question politique, me semble-t-il, c’est vers la bataille des idées, vers  la (dé-) construction du sens commun de l’époque qu’il faut s’orienter pour  chercher les causes profondes des mouvements en cours. Partant de l’analyse que nous avons faite ailleurs de l’offensive hayékienne des années soixante-dix6, articulée politiquement autour du groupe Thatcher au sein du parti conservateur et largement relayée dans les champs universitaire et  médiatique et dans le milieu financier londonien, on pourrait proposer le constat paradoxal suivant : les gauches britanniques ont commencé à perdre l’initiative intellectuelle,  et donc politique, à se voir ravir leurs positions dans la bataille des idées, au moment même de leur plus grande force au sein du mouvement ouvrier et travailliste. Ce sont les illusions  et les retards qui se sont accumulés lors de ce que Éric Hobsbawm a appelé la « marche en avant  du mouvement ouvrier » britannique jusque dans les années soixante-dix qui aident à comprendre sa défaite historique et le retournement spectaculaire auquel nous assistons aujourd’hui.

Progrès et déclin de la gauche travailliste

6 Il y a bien eu marche en avant. Non pas dans les termes apocalyptiques aujourd’hui employés par les néo-travaillistes pour tenter de disqualifier l’ensemble des acteurs de gauche de cette époque et de discréditer leurs interventions dans les champs social, économique et politique, mais simplement comme conséquence à la fois de la crise profonde qui a affecté la société britannique à partir du début des années soixante-dix et de l’épuisement devenu évident (et illustré par les gouvernements de Wilson-Callaghan) du modèle social-démocrate keynésien, dit « corporatiste ». C’est ce modèle qui avait longtemps servi de point de référence à ce qu’on appelait l’aile droite du mouvement travailliste, et de manuel pratique à des directions et des gouvernements travaillistes qui se sont succédés entre la Deuxième guerre mondiale et les années de crise. Pendant les années soixante-dix, au moment où le radicalisme thatchérien, faisant le même constat de la faillite du corporatisme, progressait au sein du parti conservateur et trouvait une résonance nouvelle dans les média (et la société) britanniques, l’aile gauche hétéroclite du travaillisme britannique voyait son influence se renforcer, non seulement dans ses bastions traditionnels, géographiques ou syndicaux, mais à travers l’ensemble du mouvement.

7 Il y a eu, tout au long des années soixante-dix et jusqu’à l’éclatement du parti travailliste décidé par quelques notables de l’aile droite en 1981, des signes multiples du renforcement des gauches (visibilité et influence croissantes de Tony Benn et de ses amis au sein de la direction travailliste ; collaboration plus étroite entre une partie de l’aile gauche du travaillisme et le Communist Party of Great Britain, chez les étudiants, mais aussi dans le mouvement ouvrier ;  renforcement de l’influence de certains groupes trotskistes, en particulier le groupe entriste au sein du parti travailliste qui se rassemblait autour du journal, Militant ; émergence d’une gauche «multiculturelle », sensibilisée aux thèses féministes et aux combats anti-racistes, qui devait être représentée plus tard par le groupe travailliste dirigeant au Conseil du Grand Londres ; renforcement des gauches au sein des directions syndicales). Depuis le début de ce processus, la préoccupation principale de la droite du mouvement a été de savoir comment, dans les conditions particulières de l’épuisement de son modèle de gestion, reprendre les places fortes qui lui étaient devenues naturelles entre la guerre et la crise. Deux dirigeants issus de la gauche du parti, Neil Kinnock et Anthony Blair, vont, au cours des années quatre-vingt /quatre-vingt-dix, leur montrer le chemin.

8 Les gauches travaillistes, bercées par le militantisme apparent du mouvement syndical  et par sa force numérique (le taux de syndicalisation avait dépassé les 50% au milieu des années soixante-dix), n’ont pas pris la mesure de l’offensive intellectuelle et politique thatchérienne (que certains se sont efforcés tout simplement de nier) et se sont réveillées tardivement et à un moment où le nouveau sens commun néo-libéral s’était déjà largement imposé, tout au moins dans le champ du pouvoir et parmi les couches dirigeantes de la société britannique (jusque dans les sphères dirigeantes du parti travailliste). C’est surtout cette défaite-là qui a dessiné les contours de ce que l’on va appeler la « modernisation » travailliste, un processus qui a marqué l’ensemble de la décennie suivante – même s’il n’a trouvé son nom officiel chez les hagiographes blairistes que dans les années quatre-vingt dix. Pendant ce processus, une vision radicalement renouvelée du changement social (ou plutôt de son impossibilité) a été forgée par la direction du parti travailliste.

  • 7  Pour une discussion du processus de « modernisation », voir J. Crowley, Sans Epines, La Rose, La D (...)

9 Ici, une première remarque s’impose concernant le vocabulaire néo-travailliste (largement repris par les média, y compris aujourd’hui en France) concernant la période dite de « modernisation » (que l’on pourrait tout aussi bien qualifier « d’adaptation » à la logique économique et sociale dominante, voir de « retour en arrière» vers l’orthodoxie pré-keynésienne). Dans la novlangue imposée par la direction blairiste, le « projet modernisateur » qui est né sous la direction de Neil Kinnock7 (qui a dirigé le parti travailliste entre  1983 et 1992) avait  pour but de mettre fin au décalage entre la doctrine et les propositions travaillistes et les évolutions contemporaines de la  société britannique, perçues et peu à peu présentées comme étant irréversibles. Le traitement rhétorique et le contenu politique de cette « modernisation » vont, cependant, évoluer avec le temps, et surtout en fonction du rapport de forces entre gauches et droites, et sans doute aussi entre base et sommet,  au sein du mouvement travailliste.

  • 8  R. Heffernan, New Labour and Thatcherism, op.cit., p.p. 95-96.
  • 9  Pour une discussion du rôle joué par la Social Market Foundation dans la défense du libéralisme éc (...)

10 Ainsi, les modernisateurs des années quatre-vingts (essentiellement ce qu’on appelait à l’époque la « gauche modérée » – la Soft Left – du parti, pour les distinguer de la gauche dite « dure », terme  inventé par une  presse hostile) ont soigneusement évité d’apporter une caution quelconque aux réformes radicales imposées par  les administrations Thatcher à la société britannique, pour ne pas se couper de l’opinion majoritaire au sein du parti et de l’électorat travaillistes. Tel n’est plus du tout le cas à partir de 1994, lorsque Blair prend les rênes du pouvoir au sein du parti. Il faut dire que la contrainte de prise en compte des pressions internes pesant sur la direction du parti était devenue bien moindre en l’espace d’une décennie. Comme le fait remarquer Richard Heffernan, les échecs successifs aux élections législatives (1983, 1987, 1992) ont eu un effet de renforcement du pouvoir de la direction au sein du parti8, laissant de plus en plus de liberté au groupe dirigeant de déterminer l’orientation politique du mouvement. Sur l’ensemble de la période qui s’ouvre avec l’élection de Neil Kinnock, il va y avoir un rapprochement idéologique de fait d’une part entre ce qui reste de la droite du parti et la gauche modérée, désormais regroupée autour de Kinnock, et d’autre part entre ce bloc « modernisateur » et les partisans du  parti social démocrate (qui a forgé une alliance électorale avec le parti libéral), dont certains membres dirigeants sont déjà très proches du thatchérisme (David Owen et la Social Market Foundation9). C’est ce rassemblement hétérogène qui servira de base politique du blairisme au sein du parti.

  • 10  « De 1976 à 1979, le gouvernement travailliste mit en place une politique budgétaire stricte. Pour (...)

11 La nouvelle direction blairiste, à partir de 1994,  largement débarrassée de la  pression de sa base, va ainsi de plus en plus infléchir la notion même de modernisation, incluant peu à peu les réformes thatchériennes dans ce qu’elle présente comme l’évolution nécessaire de la société britannique vers la modernité économique et sociale. Dans un discours daté de 1995 – le « Mais lecture » aux allures programmatiques-, Blair parlera d’ailleurs d’une « expérimentation britannique » (« British experiment »)  lorsqu’il évoque les années quatre-vingts, expérimentation dont il va jusqu’à revendiquer la paternité pour le mouvement travailliste10.

12 Si l’on peut voir la période de 1983 à 1992 comme une phase d’adaptation  progressive du travaillisme aux nouveaux paramètres imprimés à la vie politique, économique et sociale par le thatchérisme triomphant (ou perçu comme tel) , la phase qui s’ouvre avec l’élection de Blair à la tête du parti est marquée surtout par la promotion enthousiaste de ces nouveaux paramètres et des valeurs qui s’y rattachent, même si la rhétorique blairiste peut paraître en léger décalage avec celle de la dame de Fer, plus stridente, et irriguée par d’autres références culturelles.

Réécrire l’histoire. Discréditer la gauche

  • 11  « The great aberration of postwar Labour history came in the 1970s and early 1980s when (its tradi (...)

13 Pour faire passer ce message de retournement radical, même dans les conditions autrement plus faciles – pour la direction néo-travailliste s’entend – des années quatre-vingt-dix (chute des effectifs militants ; bâillonnement  juridique du mouvement syndical ; déclin historique des gauches – cf. l’expulsion de Militant, l’implosion du CPGB et la dispersion des intellectuels qui lui étaient proches, entre autres ; hostilité médiatique quasi-générale aux idées de gauche) la direction du parti revient de manière récurrente sur une des pages clé de l’histoire du mouvement ouvrier, pour représenter sa stratégie rétroactivement comme une manière de sauver le travaillisme de ses démons extrémistes, qui auraient pris le dessus à la fin des années soixante-dix. La nouvelle doxa blairiste, maintes fois répétée dans les publications des modernisateurs et dans les organes de presse, va donc élaborer  une présentation manichéenne, réductrice, caricaturale de la période qui s’ouvre avec « l’hiver du mécontentement » de 1978-1979, qui a vu la rupture entre les syndicats du secteur public, premières victimes de la « rigueur » imposée par le FMI, et le gouvernement de Callaghan, et qui se poursuit avec l’éclatement du parti en 1981 et la deuxième et plus sévère défaite travailliste aux législatives de 1983. C’est ce que David Marquand, universitaire qui a quitté le parti travailliste au début des années quatre-vingts pour devenir un des penseurs en vue du parti social-démocrate et est revenu dans les bagages de Blair, a appelé «l’aberration »  des années soixante-dix/ quatre-vingt11, une sorte de crise de folie politique qui aurait conduit à une rupture avec la sagesse pragmatique traditionnelle du travaillisme. Il s’agit de faire porter à la gauche (qui va devenir la « vieille gauche » dans la rhétorique très policée de l’ère blairiste) la responsabilité unique des échecs travaillistes devant la montée du thatchérisme et du déclin qui avait failli leur être terminal.

14 Deux stratégies rhétoriques ont été déployées dans cette réécriture  de la période marquée par la montée du thatchérisme. Pour les besoins de la cause néo-travailliste, il a fallu à la fois gauchir la gauche de cette période et/ou nier son hétérogénéité extrême. Ainsi, lorsqu’on lit la description faite dans les publications blairistes de la période qui va de la fin du gouvernement Callaghan à l’arrivée de Kinnock – période pendant laquelle les travaillistes défendaient des positions « quasi-marxistes » selon Blair – l’on pourrait légitimement croire que les révolutionnaires avaient pris le pouvoir au sein du vieux parti travailliste. On retrouve d’ailleurs ici le discours de propagande de ceux et de celles qui ont fait scission en 1981 pour former le nouveau Social Democratic Party, et qui ont dû exagérer à la fois l’influence réelle des gauches et la radicalité de leurs propositions, pour légitimer leur propre démarche scissionniste. C’est l’invention d’une nouvelle maladie, voire d’une nouvelle perversion, politique, Bennery. Or, comme plusieurs chercheurs ont fait remarquer dans des publications récentes, l’influence du marxisme restait extrêmement modeste au sein du parti, même dans cette phase charnière de montée des gauches. Si l’on revient sur le programme travailliste des élections de 1983, appelée par Gerald Kaufman la « plus longue lettre de suicide de l’histoire » à cause de sa prétendue radicalité, l’on retrouvera un ensemble de propositions certes plus à gauche que celles défendues depuis des années par les travaillistes, mais loin de la soviétisation de l’économie et de la société suggérée aujourd’hui par les blairistes. Si les demandes, par exemple de Militant, de nationaliser les 200 entreprises les plus importantes, ont été écartées sans états d’âme par le congrès du parti à l’époque, le renforcement de l’intervention de l’État, du contrôle étatique du fonctionnement de l’économie de marché par le biais de la nationalisation de grandes entreprises au rôle stratégique, une politique de défense non nucléaire et, bien sûr, le refus de toutes les réformes néo-libérales du premier gouvernement Thatcher, étaient dans la droite ligne des vieilles revendications de la gauche travailliste (de Bevan à Benn). Ni soviétisation ni  infiltration par le trotskisme international.

15 On assiste, dans la rhétorique des néo-travaillistes actuels et de leurs compagnons de route intellectuels (David Marquand, Anthony Giddens, John Gray …) donc à une gauchisation de la gauche de l’époque, et plus particulièrement à une diabolisation du mouvement social déclenché contre la politique monétariste des gouvernements de Callaghan et de Thatcher. On pourrait, par exemple, utilement comparer les représentations britanniques dominantes de « l’hiver du mécontentement » de 1978-1979 et celles, en France, du mouvement revendicatif de novembre-décembre 1995. Et l’on pourrait proposer une lecture alternative à celle aujourd’hui reprise par les modernisateurs auto désignés. Le soi-disant hiver du mécontentement peut, à notre sens, être appréhendé comme la première grande révolte sociale contre la politique néolibérale, une révolte qui va trouver une résonance dans le mouvement social hors Grande-Bretagne dans les vingt années ultérieures, au fur et à mesure que les gouvernements occidentaux s’alignaient sur la vision hayékienne du monde.

16 Toujours en ce qui concerne cette période charnière, on voit fleurir également des amalgames politiques vite bricolés pour les besoins de la cause. La « vieille gauche », qui nous est resservie à chaque nouvelle intervention des blairistes sur l’histoire récente de la Grande Bretagne, est un concept fourre-tout, une manière de dissimuler les complexités de la réalité politique, mais aussi de booster, auprès des couches moyennes thatchérisées du Sud de l’Angleterre, la force de vente du « nouveau travaillisme ». Qu’avaient en commun le trotskisme passablement sectaire et ouvriériste de Militant, le socialisme chrétien de Benn, le keynésianisme de gauche des conseillers économiques de Ken Livingston au Conseil du Grand Londres ou le compagnonnage de routes plus ou moins staliniennes d’Arthur Scargill, dirigeant du syndicat des mineurs? Pas grand’ chose, si ce n’est qu’ils étaient attaqués par une partie de la presse britannique, allergique à toute vision de gauche, quelle qu’elle soit, et rejetés par ces mêmes couches moyennes de la Middle England qui se pensaient les gagnantes des transformations en cours. La « vieille gauche » est une reconstruction imaginaire des « modernisateurs » qui leur permet de disqualifier le mouvement d’opposition au néo-libéralisme, lors de ses débuts, et, en ce faisant, de soigner leur nouveau look politique.

17 Ceux et celles qui ont vécu cette période ou les chercheurs qui travaillent dans ce domaine se rappelleront que les divisions et les exclusions internes ont été beaucoup plus importantes qu’un quelconque désir de rassemblement pour toutes ces gauches, et cela pour l’ensemble de la période. Il y a eu non pas une gauche travailliste mais des gauches: mais le flou qui entoure la conceptualisation néo-travailliste est bien commode. Il permet d’attribuer les erreurs (parfois réelles) des uns aux autres, à tous les autres, de faire d’un mouvement hétérogène et traversé par des contradictions profondes un bloc solide et uni, menaçant, dans sa folie extrémiste, l’ensemble de l’édifice travailliste. Ainsi l’on peut confondre allègrement Derek Hatton, leader éphémère des trotskistes de Liverpool avec Ken Livingston, ou Scargill avec Benn, le travaillisme de gauche et le marxisme sclérosé du socialisme réellement existant (ou réellement mourant, comme on voudra).

La gauche, toute la gauche

  • 12  Voir K. Dixon, Un Digne Héritier. Blair et le thatchérisme, Raisons d’Agir, 2000.  Voir également, (...)

18 Si la vieille gauche n’a jamais existé,  la polysémie de ce faux concept est bien commode pour ceux et celles qui se proclament « nouveaux » et/ou modernes dans le sillage de Blair. Blair lui-même l’emploie souvent dans ce ni-ni en trompe l’œil qui revient de manière lancinante dans ses prises de position politiques. « Ni vieille gauche ni nouvelle droite » proclame-t-il, faisant écho à l’ « au-delà de la droite et de la gauche » de Giddens. Comme nous avons essayé de le montrer ailleurs12, ce double rejet cache une fausse symétrie : les blairistes rejettent l’ensemble des traditions de gauche au nom de la modernité ; par contre, ils retiennent plus ou moins explicitement l’ensemble des réformes imposées par la droite néolibérale. Il ne s’agit donc que de réformer les réformes thatchériennes en se gardant de tout « retour en arrière » vers les aspirations de la gauche sociale-démocrate ou socialiste. Comme dit John Gray, avec une clarté désarmante :

  • 13  John Gray, dans une intervention au colloque organisé par le Fonds de solidarité des travailleurs (...)

« On ne peut pas revenir en arrière. Les gouvernements sociaux-démocrates ne peuvent plus employer les méthodes traditionnelles de stimulation de la demande et du recours à l’État parce que les marchés financiers ne le permettraient pas »13

  • 14   Pour la théorie « giddensienne » de sortie du socialisme voir les deux premiers chapitres d’Antho (...)

19 Et c’est ici justement que la polysémie va produire ses petits miracles rhétoriques : la « vieille gauche » va effectivement viser les gauches travaillistes et extraparlementaires lorsqu’il s’agit de réécrire la période historique à laquelle nous avons fait référence, mais elle va englober l’ensemble des traditions travaillistes lorsqu’il s’agit d’établir le programme politique du « nouveau travaillisme » tout orienté vers la séduction des couches moyennes. C’est le vrai sens du « nouveau » dans New Labour : nouveau, tout nouveau, neuf.  Du passé faisant table rase… Anthony Giddens14 et John Gray ont, de ce point de vue, au moins l’avantage de la clarté : ils ont, chacun à sa façon, théoriser la sortie du socialisme du travaillisme britannique. Pour les dirigeants du parti travailliste la tâche est plus rude: à la différence des compagnons de route intellectuels, ils ont à tenir compte d’un électorat et (dans une moindre mesure) de militants politiques et syndicaux pas nécessairement enthousiasmés par la braderie politique en cours. Ce qui explique le recours à la polysémie, où chacun peut entendre ce qui lui fait le plus plaisir. Mais, à regarder de plus près,  dans « la vieille gauche » que rejette le discours blairiste il n’y a pas que l’aile gauche du travaillisme ou les petites gauches extra-parlementaires.

20 Car, qui est visé lorsque Blair définit le rôle de l’État de la manière suivante ?

  • 15  “We know our role is not to pick winners but to create the competitive framework within which comp (...)

« Il ne s’agit pas de choisir les gagnants mais de créer le cadre nécessaire à la concurrence entre les entreprises »15

21 Et qui est visé lorsque Blair parle ainsi la politique fiscale ?

  • 16  “I want a tax regime where through their hard work, risk-taking and success people can become weal (...)

« Je veux un régime fiscal qui permet aux gens qui travaillent dur, qui prennent des risques, qui réussissent, de devenir riches »16

22 Qui est visé sinon toute la tradition keynésienne de la droite travailliste, tout l’édifice théorique et pratique construit par Crosland, entre autres? Car, et l’on aurait tort de l’oublier, la droite travailliste, des années quarante jusqu’aux années quatre-vingt, défendait l’intervention de l’État, pour corriger les effets justement de la concurrence sauvage entre les entreprises, et préconisait une politique de redistribution justement par le biais de la fiscalité.

Conclusion : les mots (et les choses)

23 Il faut, nous semble-t-il, revenir sur le détournement du vocabulaire politique courant effectué par les blairistes. En détournant les mots, avec l’aide assidue des spécialistes en communication,  ils réécrivent le monde. En acceptant leurs mots nous risquons de devenir complices, malgré nous, de cette réécriture. Ce que l’on peut dire sur l’emploi de l’expression  « vieille gauche » peut s’appliquer à l’ensemble de la novlangue blairiste. Nouveau travaillisme ? Qu’est-ce qui est nouveau dans le néo-travaillisme blairiste,  mis à part les paillettes, avec son retour à l’orthodoxie économique pré-keynésienne et sa mobilisation, dans le domaine social, d’un moralisme digne du renouveau évangéliste de la fin du dix-neuvième siècle ?  Et qu’est-ce qui est travailliste dans le néo-travaillisme ? Moderne, modernité, modernisation ?  Pourquoi, au nom de quoi Smith, ou la caricature qu’on en fait de sa pensée, serait plus moderne que Marx, et Hayek plus moderne que Keynes ? Au nom de quoi le retour à la situation d’avant 1906 pour ce qui concerne la protection juridique de l’action collective des salariés serait moderne et la revendication de rendre aux syndicats britanniques la garantie de leur protection archaïque (ou simpliste). Pourquoi la gauche est-elle vieille et le centre est-il radical ?Pourquoi est-il de bon ton (voir  un éditorial du Guardian pendant le deuxième mandat néo-travailliste) de décrire le pouvoir syndical des années soixante-dix comme un « unloved memory », souvenir cuisant, mais cuisant pour qui?  Par quel  tour de passe-passe rhétorique ceux et celles qui défendent l’Etat social britannique, dont les institutions doivent tant au parti travailliste, sont des conservateurs et ceux et celles qui rêvent de son remplacement par les lois d’airain du marché sont des radicaux, des modernes, des post-modernes? Il y a effectivement quelque chose d’orwellien dans les stratégies rhétoriques du blairisme.

  • 17  Norman Fairclough, New Labour, New Language, Routledge, 2000, p. 160.

24 Norman Fairclough dans son excellent livre sur le langage blairiste, New Labour , New Language, conclue avec cette belle phrase « the way things are does not exhaust the possibilities for the way things could be »17. Mais pour passer de l’un à l’autre, me semble-t-il, et pour revenir à mon titre, il faut se donner les moyens de déconstruire la manière dont les dominants pensent et disent les choses, telles qu’elles « sont », pour mieux frayer le chemin vers ce qu’elles pourraient être.

Haut de page

Notes

1  Pour une discussion de ce « concept », voir  le numéro 2 de Variations,  « L’introuvable « troisième voie » », Editions Syllepse, 2001.

2  Voir, entre autres, Colin Hay, The Political Economy of New Labour. Labouring under false pretences? Manchester University Press, 1999; Richard Heffernan, New Labour and Thatcherism. Political change in Britain, Palgrave, 2001 ; Philipppe Marlière, La Troisième Voie dans l’Impasse. Essais sur Tony Blair et le New Labour, Syllepses, 2003; Philippe Auclair, Le Royaume Enchanté de Tony Blair, Fayard, 2006.

3  « The attempt by New Labour to break from the labourist base of the unions is a symptom of the profound crisis shaking the labour movement, and its outcome will determine how far Labour remains a labourist party”. Geoffrey Foote, The Labour Party’s Political Thought. A History (troisième édition),  Macmillan,  1997,  p.14.

4  « Surely there must be some cut-off point at which we no longer regard nominally ‘social-democratic’ parties as acting in the interests of ‘their constiuencies’ (presumably the broader labour movement). This point, I would contend, comes precisely at the moment when redistribution is sacrificed on the altar of political and economic expediency. (…)  As the recent history of the Labour Party demonstrates only too well, aspiring governments set on appeasing capital often find it hard to remember what their ‘true’ or at least historical constituency is. Though Labour has thus far resisted the temptation to dispense with the proletarian connotations of its name, it is at least debatable that it continues to warrant the label ‘labourist’, or for that matter ‘social democratic’”. Colin Hay, The political economy of New Labour, op.cit., p. 157.

5  Voir K. Dixon, « Aux sources idéologiques du blairisme » in Variations 2, « L’introuvable « troisième voie » », op. cit. , pp. 77-95.

6  Voir K. Dixon, Les évangélistes du marché, Liber-Raisons d’Agir, 1998.

7  Pour une discussion du processus de « modernisation », voir J. Crowley, Sans Epines, La Rose, La Découverte, 1999.

8  R. Heffernan, New Labour and Thatcherism, op.cit., p.p. 95-96.

9  Pour une discussion du rôle joué par la Social Market Foundation dans la défense du libéralisme économique, voir Lewis Baston , « The Social Market Foundation » in M.D. Kandiah, A. Seldon, Ideas and Think Tanks in Contemporary Britain, vol.ume 1, Cass, 1996.

10  « De 1976 à 1979, le gouvernement travailliste mit en place une politique budgétaire stricte. Pour la première fois dans l’histoire économique britannique, il fixa des objectifs monétaires, non à la demande du FMI, mais à l’initiative du chancelier de l’Échiquier, Denis Healey. Ce fut le début de « l’expérience britannique ». Mais ce n’est qu’en 1979, avec l’arrivée au pouvoir de Mme Thatcher, avec l’équipe Howe-Lawson aux Finances, que « l’expérience britannique » prend vraiment son essor … ». Tony Blair, La Nouvelle Grande-Bretagne. Vers une société de partenaires, Éditions de l’Aube,  1996, p. 61.

11  « The great aberration of postwar Labour history came in the 1970s and early 1980s when (its traditional appeal) was temporarily abandoned. What Kinnock and Blair have done is to bring the party back to its roots. They have not invented a new tradition. They have reinvented an old one”. .David Marquand, “Joining the new ship” in New Statesman and Society, 6 octobre 1995, cité par R. Heffernan, op. cit., p.p. 127-128.

12  Voir K. Dixon, Un Digne Héritier. Blair et le thatchérisme, Raisons d’Agir, 2000.  Voir également, Philippe Marlière,  « Du Labour Party au New Labour.  Etapes d’une rupture avec la social-démocratie » in Variations 2, op.cit., pp. 59-76.

13  John Gray, dans une intervention au colloque organisé par le Fonds de solidarité des travailleurs du Québec, cité  dans Le Devoir, le 25 octobre 1997.

14   Pour la théorie « giddensienne » de sortie du socialisme voir les deux premiers chapitres d’Anthony Giddens, Beyond Left and Right. The future of radical politics, Polity, 1994.

15  “We know our role is not to pick winners but to create the competitive framework within which companies can compete”. Tony Blair, New Britain, Fourth Estate, 1996, p. 101. Nous préférons notre traduction à celle donnée dans la version française du livre de Blair : «  Notre rôle n’est pas non plus de choisir les compétiteurs, mais de créer une structure compétitive à l’intérieur de laquelle les entreprises puissent se faire librement concurrence », T. Blair, op.cit., p. 91.

16  “I want a tax regime where through their hard work, risk-taking and success people can become wealthy”. T. Blair, New Britain, op.cit. p.112. Ici encore la traduction officielle laisse à désirer, c’est le moins que l’on puisse dire : “ Nous voulons mettre en place un régime d’impôts donnant l’opportunité aux individus de se réaliser tant en termes de travail, d’intelligence que de risques pris ».

17  Norman Fairclough, New Labour, New Language, Routledge, 2000, p. 160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keith Dixon, « Les mots et les choses : quelques réflexions sur la réécriture de l’histoire chez les néo-travaillistes », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 47-59.

Référence électronique

Keith Dixon, « Les mots et les choses : quelques réflexions sur la réécriture de l’histoire chez les néo-travaillistes », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/226 ; DOI : 10.4000/osb.226

Haut de page

Auteur

Keith Dixon

Professeur de civilisation britannique à l'université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org