Navigation – Plan du site

New Labour – Old Tories

Valérie Auda-André
p. 61-73

Résumé

Cet article propose de s’intéresser aux « Années Blair » non pas directement par l’analyse du projet gouvernemental des Nouveaux Travaillistes et de ses diverses manifestations concrètes mais plutôt en empruntant un chemin de traverse, par l’intermédiaire d’une réflexion sur l’un des aspects marquants de la période, à savoir le recul très net du Parti conservateur en tant que force politique dans le pays et sa déroute face à l’adversaire travailliste aux élections de 1997, 2001 et 2005.

Haut de page

Texte intégral

1Le New Labour de Tony Blair et la quête d’une  « troisième voie » prônée par le Premier ministre et ses collègues dans le prolongement des écrits d’Anthony Giddens, Will Hutton ou David Marquand ont aiguisé la curiosité et captivé l’intérêt des commentateurs et de fait longtemps relégué les Conservateurs à un rôle de simples figurants, ou de faire-valoir. Tout au plus trouve-t-on actuellement quelques articles de presse pour déplorer le peu de vitalité de l’Opposition de sa Gracieuse Majesté ou s’inquiéter de l’avenir de la démocratie en Grande-Bretagne tant il est incontestable que le parti de Tony Blair se trouve actuellement en situation d’hégémonie.

2Depuis mai 1997, le Parti Conservateur offre l’image d’un parti dominé dans tous les secteurs de la vie politique, exception faite peut-être de sa capacité à s’entre-déchirer. Certes, des tendances délétères étaient déjà perceptibles avant la victoire triomphale de New Labour il y a maintenant dix ans, mais il semble que l’écart entre les deux partis de gouvernement se soit creusé, avec un gouvernement travailliste qui fait la course en tête et des Conservateurs  longtemps rétrogradés au rang de simples outsiders.

  • 1  Et vu au travers du prisme déformant du système first-past-the-post ou scrutin uninominal à un tou (...)

3La domination de New Labour s’exprime tout d’abord en termes électoraux. Lors des législatives de mai 1997 le pourcentage de vote décevant obtenu par les Conservateurs (31% des suffrages exprimés) a été encore aggravé par le mode de scrutin1: les Conservateurs n’ont pu envoyer que 165 députés à la Chambre alors que les Travaillistes avec 44% des suffrages en comptaient 419, soit une majorité de 179 sièges. Ces chiffres expliquent que l’on ait pu alors parler de raz-de-marée travailliste et de marginalisation du Parti Conservateur tant l’espace dévolu à l’Opposition à la Chambre paraît restreint. Au Parlement, dans une chambre basse dominée par une large majorité travailliste, l’exiguïté de l’espace occupé par les Conservateurs sur les bancs de la Chambre des Communes n’a d’égal que l’étroitesse de l’espace politique que lui a laissé le New Labour dans le débat d’idées.

4Les élections sans surprise de juin 2001 et de mai 2005 n’ont fait que confirmer la tendance au siège près. Les résultats de la consultation électorale ont révélé une stabilité remarquable du vote New Labour ; les Travaillistes ont reçu 41% des suffrages exprimés, les Conservateurs 32%. Traduits en termes de sièges, ces pourcentages assurent une majorité écrasante aux Travaillistes avec 412 sièges contre 166 aux Conservateurs.

  • 2  Lire l’ouvrage d’Anthony Heath, Roger Jowell and John Curtice The Rise of New Labour, OUP, 2001, e (...)

5L’ampleur de la débâcle conservatrice aux urnes, si elle s’explique partiellement par les accords électoraux passés par les Travaillistes et les Libéraux-Démocrates, témoigne également de la capacité de New Labour à séduire une partie non négligeable de l’électorat traditionnel des Conservateurs. L’analyse fine des résultats des deux précédentes élections législatives démontre à l’envi que le New Labour a pratiqué avec succès une série d’incursions dans certains bastions du vote conservateur et s’est lancé à la conquête d’un électorat qui ne lui était pas acquis. Si l’on ne retient que trois paramètres pour illustrer cette thèse2, la démonstration paraît irréfutable :

6Tony Blair a tout d’abord bénéficié du ralliement des femmes à la cause travailliste : les deux précédents scrutins ont été marqués par le net progrès du vote féminin en faveur de New Labour alors que les femmes votent traditionnellement pour les Conservateurs.

7Les Travaillistes ont également marqué des points incontestables auprès des classes moyennes (C1 et C2), ces catégories sociales soucieuses de promotion sociales que l’on désigne également sous le nom de « aspiring middle classes ». New Labour est apparu comme une véritable force d’alternance aux yeux d’une forte proportion de ce qu’il est convenu d’appeler middle England. New Labour a enregistré une progression fulgurante dans cette « Angleterre du milieu » de la petite bourgeoisie, des employés syndiqués et non syndiqués.

8La carte électorale des deux précédents scrutins nationaux est également riche en enseignements tant elle confirme la thèse selon laquelle New Labour est parvenu à représenter une réelle menace pour les Tories dans ces places fortes pour les Conservateurs que sont la région du grand Londres et le sud-est de l’Angleterre. Le southern discomfort travailliste, d’après le bon mot de Giles Radice, a fait place à un réel bien-être : New Labour est à présent solidement implanté dans le sud de l’Angleterre.

  • 3  Parmi les nombreux articles et ouvrages consacrés au soutien apporté à New Labour par une large ma (...)

9Si l’on ajoute à cela que les milieux d’affaires se sont détournés des Conservateurs au profit des  Nouveaux Travaillistes de Tony Blair, et qu’une majorité des organes de presse et autres faiseurs d’opinion leur ont emboîté le pas3, l’on comprend aisément que les Conservateurs aient été balayés par la vague rose des partisans de New Labour.

10Les dernières échéances électorales ont donc permis de mettre au jour et de mesurer le terrain concédé par les Conservateurs sur la scène politique face aux assauts de New Labour. Toutefois, la part de responsabilité des Conservateurs dans leur propre chute est incontestable. En effet, le déclin du parti est à la fois antérieur à l’arrivée d’un Travaillisme « rénové » sur le devant de la scène politique ; il est également le produit d’un certain nombre de choix politiques hasardeux et d’erreurs d’appréciations.

  • 4  Steve Ludlam propose une synthèse fort bien documentée sur la question, assortie d’une mise en per (...)

11Les tensions qui s’enveniment périodiquement depuis le départ forcé de Margaret Thatcher en 1990 dans des circonstances propres à susciter le ressentiment de ses partisans, les divisions internes qui fissurent l’unité du parti, sont révélatrices du malaise des Conservateurs tiraillés entre deux traditions antagonistes qui cohabitent difficilement et qui vont parfois jusqu’à s’affronter publiquement comme ce fut le cas lors de la campagne pour l’élection du nouveau leader du parti dans le courant de l’été 2001. Les Conservateurs ont également été confrontés à des rébellions dont l’ampleur et la fréquence ont revêtu un caractère quasi inédit dans l’histoire du parti et qui ont abouti à l’émergence de factions disposées à remettre en question l’autorité du leader. C’est sous John Major notamment que les adversaires de l’intégration européenne, les Eurosceptiques, ont lancé un véritable défi au chef du parti lors du débat sur la ratification du Traité de Maastricht notamment4, mais son successeur, William Hague, n’a pas été épargné par les rebelles. Dans les deux cas, est-ce dû à la personnalité même des deux dirigeants, ceux-ci ont choisi de faire des concessions aux insurgés, privilégiant le court terme et s’exposant au risque de donner une impression de faiblesse, et de projeter l’image d’un parti incontrôlable, en proie à une crise de leadership grave. Mais aussi, dans l’espoir de se concilier les bonnes grâces des factieux et de sauver leur tête, les deux précédents leaders ont opté pour des choix politiques qui, s’ils pouvaient satisfaire partiellement les agitateurs, devaient également aliéner une partie de l’électorat conservateur. John Major et William Hague ont tour à tour fait le choix d’une politique d’apaisement des rebelles pour préserver une unité de façade. L’intransigeance conservatrice en matière d’intégration européenne et surtout l’importance cruciale accordée à la question se sont révélé des choix politiques contestables, à contre-courant de l’opinion. La marginalisation du Parti conservateur s’explique par le choix des priorités rarement en phase avec l’électorat, rarement représentatives de l’opinion, et révèle une certaine incapacité à déchiffrer l’horizon d’attente des électeurs. Il est donc impossible d’exonérer entièrement les leaders conservateurs de leur part de responsabilité dans leur gestion d’un parti qui doit dès lors faire face à une crise du recrutement tant au niveau de ses élites que de ses militants de base.

  • 5  Paul Whiteley, Patrick Seyd, Jeremy Richardson, True Blues – The Politics of Party Membership, Lon (...)

12Ces divisions qui ont éclaté au grand jour, ces crises internes que les dirigeants n’ont pas su gérer avec autorité pour éviter qu’elles ne prennent des proportions démesurées, ont donné l’impression de leaders dominés par leurs troupes, suscitant des doutes quant à leur capacité à conduire le parti, sont pour une large part dans la désaffection qui s’est exprimée à l’endroit du parti au niveau local. Traditionnellement, l’un des points forts du parti conservateur était son dynamisme au niveau local, sa longévité et sa vigueur reposant sur l’énergie déployée par ses militants de terrain, sur leur capacité à rallier le soutien des électeurs, à augmenter le nombre d’adhérents, bref à faire du parti un parti de masse. Dès le début des années 90, la tendance s’inverse : le nombre d’adhérents chute de façon assez vertigineuse, les militants bénévoles se font plus rares dans un processus fort bien documenté et analysé en 1994 par Paul Whiteley, Patrick Seyd, Jeremy Richardson dans True Blues – The Politics of Party Membership5. La désaffection de ces Conservateurs, militants de proximité, a conduit à une défection en masse, dont le parti ne s’est pas remis. Par ailleurs, la disparition progressive de ce paramètre essentiel de la domination conservatrice n’a pas été compensée par une capacité à intégrer les méthodes et techniques modernes de la communication politique. Sur le terrain du marketing politique, les Conservateurs sont incontestablement dominés par des Travaillistes passés maîtres dans l’art d’organiser le soutien à leur parti dans l’opinion grâce au recours à des techniques modernes comme l’Internet, mais aussi grâce à une maîtrise des médias qui leur a permis de mener une campagne plus agressive et par conséquent d’être omniprésents sur la scène médiatique. Les Conservateurs éprouvent les plus grandes difficultés à effectuer la transition vers un nouveau mode de communication politique. Les spin doctors sont travaillistes, le prix d’excellence allant sans conteste à Alastair Campbell.

13Autant de raisons qui expliquent la désaffection de l’électorat pour le Parti conservateur ; si l’on y ajoute, le phénomène naturel d’usure du pouvoir, accentué il est vrai par l’irruption sur le devant de la scène politique d’une série de scandales qui ont porté un coup fatal à l’image des Conservateurs alors que John Major venait de lancer l’opération Back to Basics et la perte de crédibilité d’un Parti conservateur qui ne peut plus prétendre au titre de parti de la compétence économique, il devient évident que les Conservateurs souffrent d’un déficit d’image. Affaiblis par des querelles intestines, ils se sont révélé une proie facile pour le New Labour qui parvient en mai 97 à imposer l’alternance.

  • 6  Il est certes toujours possible de nuancer ce propos en rappelant l’existence de continuités entre (...)

14Ce serait faire preuve d’une grande naïveté que de s’étonner d’un phénomène mieux connu sous le nom d’alternance, salué comme la garantie de la bonne santé de la démocratie britannique et caractéristique majeure de la vie politique du Royaume-Uni dans la période d’après-guerre. Toutefois, l’alternance en Grande-Bretagne s’est récemment manifestée de façon suffisamment spectaculaire, avec la victoire historique du New Labour en 97 et sa réélection attendue mais non moins inédite en juin 2001 et en mai 2005, pour que l’on s’y intéresse de plus près. Il semble possible de distinguer au moins deux modalités de l’alternance, une alternance que l’on pourrait qualifier « de rupture », où les électeurs font le choix d’un projet de gouvernement radicalement opposé au précédent (ce fut le cas en 1945 et 19796), et une alternance « de continuité », qui renouvelle les équipes tout en ménageant des convergences, entre deux partis qui partagent des analyses similaires sur nombre de sujets ; l’alternance de continuité se manifeste en période de consensus qu’elle a pour effet immédiat de consolider.

  • 7  En cela, New Labour s’inscrit dans la logique des New Democrats emmenés par Bill Clinton et se dis (...)

15Depuis 1997 la Grande-Bretagne est entrée dans une phase de consolidation d’un nouveau consensus, avec un New Labour décidé à s’approprier des thèses jusqu’alors assimilées au néo-libéralisme et perçues comme la propriété indiscutable du Parti conservateur. La Troisième Voie peut être interprétée comme une tentative pour contester aux Conservateurs leur monopole sur des idées, des thèses, qui ont pris valeur d’évidences ; une analyse systématique des forces et des faiblesses du Thatchérisme a aidé les artisans de la Troisième Voie à structurer leur pensée, à élaborer un projet et à construire un discours. L’argumentaire de New Labour lui permet d’affirmer la compatibilité des théories néolibérales avec la « culture » et les valeurs intemporelles du Travaillisme britannique. Les outils de gestion économique et sociale définis par les néolibéraux comme vecteurs de prospérité peuvent servir les objectifs des Travaillistes et les intérêts de la population. Le New Labour ne conteste pas la justesse de certains schémas interprétatifs, et propose un bilan et une évaluation de la gestion conservatrice qui en saluent les mérites et n’en dénoncent que les excès ; le Parti Travailliste tente de s’extraire d’une logique de confrontation, veut donner l’image d’un parti dont la démarche est avant tout constructive.7

16De la part du New Labour, il convient d’y voir une stratégie de reconquête du pouvoir tout autant que l’expression de convictions inébranlables. On a pu noter à diverses reprises à quel point dans sa pratique gouvernementale, mais aussi dans son discours, le New Labour prenait ses distances avec les écrits des théoriciens de la Troisième Voie, pour en proposer une version parfois édulcorée et tenter d’en gommer les aspérités, d’en minimiser les aspects les plus novateurs mais aussi souvent les plus contraignants. Il s’agit probablement d’un écart prévisible entre théorie et pratique mais l’on peut y voir aussi la marque d’un gouvernement soucieux de ne pas heurter les sensibilités d’une ou l’autre composante d’une coalition électorale pour le moins hétérogène et particulièrement attentif aux réactions des nouveaux venus dans cette coalition pour s’en assurer la fidélité. Pour l’instant, cette stratégie a porté ses fruits, elle est parvenue à museler les oppositions à gauche comme à droite, et il est probable qu’elle continuera de le faire tant que le gouvernement parvient à satisfaire son électorat « pluriel » en profitant de la bonne conjoncture économique internationale et en limitant les effets d’une éventuelle récession sur l’économie britannique.

  • 8  Un article de l’Independent (30 avril 2002) rappelle les objections soulevées par les Travailliste (...)

17L’un des effets immédiats de la Troisième Voie blairiste, a été de repousser les Conservateurs aux marges de la vie politique, aux confins du débat politique. Cette relégation a été vécue par les Conservateurs comme une forme de « vampirisation ». La conversion de New Labour à une nouvelle orthodoxie passe par un certain nombre d’emprunts au Thatchérisme. Même si le parti de Tony Blair déclare se situer dans une logique différente, une logique de reconstruction là où les Conservateurs s’étaient employés à détruire les bases du consensus keynésien, et pose l’hypothèse d’école selon laquelle des outils politiques similaires peuvent produire des effets radicalement différents, conformes aux valeurs traditionnelles du Travaillisme, les éléments de continuité entre les deux partis sont nombreux. Il paraît souhaitable d’en faire ici un bref rappel, en tentant d’éviter les simplifications abusives et les raccourcis intempestifs. Dans le secteur crucial de la politique économique, où le gouvernement Blair cherche à asseoir sa réputation et à renforcer sa crédibilité, New Labour a tout d’abord accepté les contraintes du monétarisme, parmi lesquelles ont peut citer pêle-mêle, la nécessaire maîtrise des dépenses publiques et, partant, l’adoption d’une discipline stricte pour ce qui concerne le budget de l’État et son taux d’endettement ; le rejet du recours à l’inflation comme outil de relance économique ; l’importance accordée à une monnaie forte et stable ; l’usage raisonné et limité de la fiscalité ; soit une politique économique dont l’un des objectifs est de permettre à l’économie de s’émanciper de la tutelle du politique. Il s’ensuit que dans la plus pure tradition thatchérienne, les Travaillistes au gouvernement sont amenés à redéfinir le rôle de l’État en matière de politique économique et sociale ; l’intérêt manifesté par Tony Blair pour le secteur privé et la culture d’entreprise n’est plus un secret pour personne ; mieux qu’un modèle d’efficacité, de compétence et de dynamisme, il semble que New Labour considère que le secteur privé peut et doit être persuadé de jouer le rôle de partenaire en collaborant avec le secteur public, voire en se substituant à l’État dans un certain nombre de circonstances. La Private Finance Initiative (PFI) qui doit être portée à l’actif des Conservateurs qui l’ont inventée en 19 est une illustration de la continuité entre Conservateurs et Travaillistes, et un exemple de partenariat entre l’État et les entreprises puisqu’elle tente d’organiser et d’officialiser le financement de services publics par le secteur privé sous le vocable Public-Private Partnerships. Le Blairisme a résolument tourné le dos aux nationalisations et envisage pour l’État le rôle de fournisseur d’accès à des services proposés par le secteur privé. C’est notamment le cas dans le secteur de l’emploi, voire de l’éducation, de la santé et de la protection sociale. Par ailleurs, New Labour s’est également converti à l’économie de marché et à ses exigences : à ses yeux la flexibilité est un paramètre essentiel de la prospérité et si le Premier ministre a accepté d’imposer quelques contraintes aux entreprises par le biais de la ratification du chapitre social du Traité de Maastricht ou bien en introduisant un salaire minimum, ces mesures demeurent exceptionnelles comme le démontrent les réticences gouvernementales à propos de la limitation du temps de travail8; elles ne remettent pas en cause l’adhésion des Travaillistes à la déréglementation de l’économie dont ils considèrent en tout état de cause qu’elle est imposée par la mondialisation. Pour le gouvernement New Labour toute contrainte doit être non seulement librement consentie mais ne peut procéder que d’une démarche volontaire en ce sens.

18Le partenariat entre l’État et le monde de l’entreprise s’est progressivement substitué aux diverses tentatives de collaboration entre l’État et les syndicats, en matière de politique des prix et des revenus, en matière de taux de croissance et de productivité. Le Premier ministre a toujours indiqué avec la plus grande clarté que les Travaillistes ne reviendraient pas sur la législation anti-syndicale des années 80. Des échos thatchériens sont également perceptibles dans d’autres secteurs de la vie politique que la politique sociale, fiscale ou économique: notamment, New Labour s’est présenté comme le nouveau parti de la loi et l’ordre ; il met en avant la notion de responsabilité individuelle, multiplie les déclarations sur l’importance des sanctions et de la répression dans la lutte contre la criminalité au détriment de la prévention. Le Crime and Disorder Act de 1998 est une démonstration de sa volonté de s’attaquer à la criminalité et de s’en donner les moyens. Dans la forme également, un gouvernement dont la fermeté peut parfois confiner à l’autoritarisme se montre peu enclin à négocier et à se laisser retarder ou détourner des objectifs qu’il s’est fixés.

19Bref, New Labour a fait la preuve qu’il était disposé à incorporer dans son projet de gouvernement des pans entiers du programme néolibéral tout en prenant soin de se distancier de ses composantes les moins populaires en substituant à l’individualisme (délétère) cher aux thatchériens des références généreuses, presque irrésistibles, au communautarisme, dans un discours traversé d’échos utilitaristes qui affirment l’importance d’une action collective au service des intérêts du plus grand nombre. Ces propos rassurants pour ceux qui ont été heurtés de plein fouet par l’onde de choc de la déréglementation conservatrice sont émaillés de références à la collectivité, à la communauté,  qui n’exigent cependant que très rarement que celle-ci se traduise en termes de responsabilités concrètes envers autrui, mais plus fréquemment en termes d’autodiscipline et d’effort personnel. L’équation thatchérienne selon laquelle intérêt privé, personnel, individuel et intérêt collectif marchent de concert, sont indissociables. Le fameux trickle-down effect est toujours d’actualité : même si elle a été quelque peu modifiée, la formule de l’équation reste appropriée.

20Les Conservateurs ont sans aucun doute été surpris par la capacité des Travaillistes à brûler ce qu’ils avaient adoré, ils ont sous-estimé leur capacité à s’adapter à la nouvelle donne thatchérienne, et même s’il est vrai que le processus de transformation ou d’adaptation s’est échelonné sur une dizaine d’années, ils se sont montrés incapables de l’anticiper. L’irruption de New Labour sur un terrain que les Conservateurs croyaient avoir entièrement balisé a provoqué chez ces derniers une sorte de crispation, de repli identitaire sur les rares éléments de l’héritage thatchérien que les Travaillistes de New Labour ne se sont pas appropriés. Ils ont fait le choix fort aléatoire de pratiquer une sorte de surenchère dans la prétendue fidélité aux principes de la dame de Fer.

21Les « années Blair » peuvent être lues comme l’histoire d’une dépossession, où un parti en quête d’identité, ne disposant pas des ressources nécessaires à l’élaboration d’un contre-projet qui s’inscrive dans la tradition conservatrice et qui soit capable d’emporter l’adhésion des électeurs, souhaitant se distinguer du Blairisme tout en professant sa fidélité au Thatchérisme,  s’est laissé enfermer presque à son insu dans une impasse politique dont, à l’évidence, il ne peut ou ne souhaite pas encore sortir. Face au gouvernement Blair, le Parti Conservateur s’est recroquevillé dans sa coquille pour ainsi dire. Nourrissant des soupçons à l’égard de ceux, comme Kenneth Clarke, dont le projet politique était à ses yeux trop proche de celui de New Labour, le Parti Conservateur a poursuivi sa marginalisation sur la scène politique en radicalisant son programme et en permettant la résurgence en son sein d’un discours émanant de la périphérie du parti.

22La performance de l’opposition conservatrice, si l’on doit l’évaluer, a été une performance en demi-teintes (au mieux), la popularité des gouvernements Blair, l’efficacité de leur gestion, ne lui ont pas laissé le loisir de prétendre à mieux. De plus, il est maintenant une évidence que de rappeler que le Blairisme ne donne que très rarement prise à la critique conservatrice ; l’arsenal critique des Conservateurs à l’endroit du New Labour est tout simplement obsolète, inadapté et inopérant. Étrangement, les Conservateurs se sont même montrés incapables d’exploiter les faux-pas des Travaillistes, ou tout simplement les revers de fortune ou circonstances défavorables qui ne peuvent manquer de se présenter dans la vie d’un gouvernement. Depuis mai 97 et ce jusqu’en 2005 de façon de plus en plus en évidente, le véritable enjeu politique pour les Conservateurs n’est pas de se constituer en une opposition cohérente, responsable et efficace mais plutôt de redistribuer le pouvoir dans ses rangs. Quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir de William Hague et de ses compétences personnelles, le peu de pertinence et donc le peu d’écho de ses interventions à la Chambre, par médias interposés ou bien encore dans ses discours officiels, s’explique par l’existence d’un débat au sein du Parti Conservateur qui reste étranger au débat national. Le parti a utilisé le forum que lui offrent les institutions démocratiques de la nation pour régler des querelles internes et instaurer un nouvel équilibre des forces en son sein. Les Conservateurs ont mené un autre combat que celui de l’opposition à New Labour, ou plus exactement la définition d’une stratégie d’opposition au gouvernement travailliste s’est accompagnée d’une lutte fratricide pour le contrôle du parti que la récente campagne pour l’élection du leader n’a fait que porter au grand jour. L’offensive travailliste sur le terrain des idées en ôtant une partie de sa crédibilité à un Conservatisme de centre droit, que l’on peut désigner sous le nom de One Nation Conservatism pour aller vite, a ouvert une brèche dans laquelle ont pu s’engouffrer les partisans d’un Conservatisme radical, replié sur des positions d’un autre âge. Le thème de la marginalisation, lorsqu’il est appliqué aux Conservateurs, se décline donc selon deux modalités complémentaires : la marginalisation du parti sur la scène politique nationale s’est accompagnée d’un renversement des forces en présence dans ses rangs. Dans une sorte de dialectique du centre et de la périphérie, un courant minoritaire et marginal, et - si l’on excepte quelques soubresauts sporadiques -  traditionnellement réduit au silence par le courant majoritaire du parti est non seulement parvenu à relever la tête mais se trouve dans la position inédite d’occuper une place centrale. Si bien que l’alternance politique en Grande-Bretagne s’est doublée d’une alternance politique inédite au sein du parti conservateur qui témoigne, via l’élection du leader, d’une rupture entre ses élites traditionnelles et la base. Le renouvellement du personnel politique au sein du parti, qui propulse à des postes à responsabilité non pas des ténors mais de simples second rôles voire de simples figurants de la garde thatchérienne comme William Hague et Ian Duncan Smith, a été annoncé par la résurgence d’un discours de la résistance au changement dont l’Euroscepticisme (et plus précisément certaines modalités de l’Euroscepticisme) n’est qu’une composante. Lorsque la critique de l’action gouvernementale se cristallise autour de questions identitaires et sécuritaires telles que celle des demandeurs d’asile (lire en filigrane la dénonciation d’une Angleterre multiraciale ou multiculturelle), ou bien encore de la souveraineté nationale par l’intermédiaire du débat sur la  monnaie unique, les échos du discours de ce qu’il était convenu d’appeler la droite radicale dans les années soixante sont évidents. Non pas que les deux questions évoquées plus haut ne soient pas dignes d’intérêt, mais leur traitement, la volonté manifeste de créer une forme de psychose dans le pays, par des dirigeants qui y voient l’instrument d’une reconquête de l’électorat, n’est pas sans rappeler les efforts du Monday Club et d’Enoch Powell, à la différence que ces derniers n’ont jamais pu saisir les rênes du parti. L’existence de parallèles et de convergences entre les « Années Blair » et les « Années Wilson » a souvent été évoquée, la résurgence de la droite radicale au sein du Parti Conservateur verse une pièce supplémentaire au dossier.

23Is Conservatism Dead ? La question est posée dans un récent ouvrage à deux voix, sorte de dialogue entre John Gray (transfuge du Thatchérisme) et David Willetts  qui en a été l’un des artisans, idéologues et  promoteurs les plus influents. Ce qui reste certain est que le parti traverse une crise dont la profondeur est exceptionnelle, la capacité de New Labour à occuper son espace politique et à dominer le débat d’idées est incontestable. Le Parti Conservateur a été contraint à une sorte d’exil politique dont on ne voit pas encore  très bien comment il pourra revenir.

Haut de page

Bibliographie

Coates, David et Lawler, Peter (eds.), New Labour In Power, Manchester University Press, 2000.

Giddens, Anthony, The Third Way : The Renewal of Social Democracy, Oxford : Blackwell & Polity Press, 1998.

Giddens, Anthony, The Third Way and its Critics, Oxford : Blackwell & Polity Press, 2000.

Gray, John et Willetts, David, Is Conservatism Dead?, Londres : The Social Market Foundation – Profile Books, 1994, 1997.

Heath, Anthony F., Jowell, Roger M., Curtice, John K., The Rise of New Labour : Party Policies and Voter Choices, O.U.P., 2001.

Hutton, Will, The State We’re In, Londres : Vintage, 1996 (revised edition).

Mandelson, Peter and Liddle, Roger, The Blair Revolution : Can New Labour Deliver?, Londres : Faber & Faber, 1996.

Rawnsley, Andrew, Servants of the People : The Inside Story of New Labour, Londres : Penguin Books, 2001 (revised edition).

Savage, Stephen P. et Atkinson, Rob, Public Policy under Blair, Londres : Palgrave, 2001.

Seldon, Anthony (ed.), How Tory Governments Fall : The Tory Party in Power since 1783, Londres : Fontana Press, 1996.

Seldon, Anthony (ed.), The Blair Effect : The Blair Government 1997-2001, Londres : Little, Brown and Company, 2001.

Walters, Simon, Tory Wars : Conservatives in Crisis, Londres : Politico’s Publishing, 2001.

Haut de page

Notes

1  Et vu au travers du prisme déformant du système first-past-the-post ou scrutin uninominal à un tour qui accorde une prime considérable au vainqueur en termes de sièges à la Chambre.  

2  Lire l’ouvrage d’Anthony Heath, Roger Jowell and John Curtice The Rise of New Labour, OUP, 2001, et en particulier le chapitre 7, “The changing social basis of party support”, pp. 122-143.

3  Parmi les nombreux articles et ouvrages consacrés au soutien apporté à New Labour par une large majorité des organes de presse, lire par exemple l’article de Margaret Scammell, « The Media and Media Management » in Anthony Seldon (ed.) The Blair Effect : The Blair Government 1997-2001, Londres : Little, Brown and Company, 2001, pp. 509-533.

4  Steve Ludlam propose une synthèse fort bien documentée sur la question, assortie d’une mise en perspective historique dans son article « The Spectre Haunting Conservatism : Europe and Backbench Rebellion », in Steve Ludlam and Martin J. Smith (eds.), Contemporary British Conservatism, Londres : Macmillan Press Ltd., 1996, pp. 98-120.

5  Paul Whiteley, Patrick Seyd, Jeremy Richardson, True Blues – The Politics of Party Membership, Londres: Macmillan, 1994.

6  Il est certes toujours possible de nuancer ce propos en rappelant l’existence de continuités entre les gouvernements Callaghan et Thatcher. Toutefois, il semble également nécessaire de rappeler que nombre de ces continuités furent imposées par les circonstances plutôt que le signe de réelles convergences d’ordre idéologique.  

7  En cela, New Labour s’inscrit dans la logique des New Democrats emmenés par Bill Clinton et se distingue des New Deal Democrats dont ces derniers contestent les orientations politiques. A ce propos, lire l’article de Douglas Jaenicke, « New Labour and the Clinton Presidency » in David Coates et Peter Lawler eds.), New Labour in Power, Manchester University Press, 2000, pp. 34-48.

8  Un article de l’Independent (30 avril 2002) rappelle les objections soulevées par les Travaillistes à l’encontre des directives européennes visant à limiter le temps de travail hebdomadaire et souligne l’attachement du gouvernement britannique à la semaine de 48 heures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Auda-André, « New Labour – Old Tories », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 61-73.

Référence électronique

Valérie Auda-André, « New Labour – Old Tories », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/233 ; DOI : 10.4000/osb.233

Haut de page

Auteur

Valérie Auda-André

Maître de Conférences à l'université de Provence Aix-Marseille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org