Navigation – Plan du site

La protection sociale à l’aube du XXIème siècle en Grande-Bretagne

Jean-Paul Révauger
p. 75-91

Résumé

En Grande-Bretagne, la politique sociale n’est pas chargée de réparer les « dégâts du progrès » et de « protéger » les citoyens de la dureté des temps. Elle a pour fonction de mettre les citoyens en phase avec les besoins de l’économie et peut être décrite comme du « social engineering ». La politique sociale blairiste est adaptée à la nouvelle donne socio économique, crée par l’effondrement de la société industrielle, et son remplacement par la problématique post industrielle et post fordiste. Elle a pour but de faire enter la Grande-Bretagne dans la modernité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’image du système de protection sociale britannique en France est souvent négative, pour au moins trois raisons. Le vieux fond nationaliste français incite les commentateurs à noircir considérablement le tableau. Cette attitude, fréquente dans les médias, a pris pendant des années les oripeaux de l’anti-thatchérisme, et revêt maintenant ceux de l’anti-travaillisme. En second lieu, le système britannique, et en particulier le National Health Service , a accédé depuis plusieurs années au statut de repoussoir mythique aux yeux de beaucoup de professionnels de la santé dans notre pays, très attachés au maintien d’un système libéral. Enfin, inversement, une fraction de la gauche française reste très attachée à l’anti-libéralisme et à l’étatisme, et ne perd pas une occasion de dénoncer le système britannique et la pratique du travaillisme contemporain, accusé n’avoir pas rompu avec le thatchérisme. Le système britannique est donc accusé en France d’être à la fois trop et pas assez libéral.

2Paradoxalement, les débats européens font une très large place aux développements intervenus en Grande-Bretagne, et l’influence intellectuelle du modèle britannique et des spécialistes britanniques de politique sociale est considérable. Les réformes du marché du travail, illustrées par l’adoption du PARE en France, sont parfaitement représentatives de ce phénomène. Par ailleurs, non seulement les conceptions britanniques sont loin d’être discréditées en Europe, mais la politique sociale menée par le gouvernement de Tony Blair depuis 1997 jouit dans le milieu des spécialistes britanniques de politique sociale d’un soutien très majoritaire. Un débat mené dans les colonnes du bulletin de la SPA quelques semaines avant les élections montre que les critiques sont concentrées sur trois questions : l’accueil des réfugiés, le primat accordé au travail salarié par rapport aux tâches domestiques, qui désavantagerait les femmes, et le souci de l’équilibre budgétaire, considéré comme excessif, enfin. Ceci ne revient pas à dire que la totalité des spécialistes accueillent favorablement toutes les politiques gouvernementales, mais que ceux qui les rejettent globalement sont une petite minorité.

La politique sociale, au service d’un projet de société

3 L’expression française « protection sociale » rarement utilisée à l’étranger, dénote la façon dont l’histoire a façonné notre système. Il s’est agi de protéger, progressivement, un certain nombre de catégories des rigueurs de la vie, les « risques sociaux », et de la dureté du marché du travail. Le système s’est donc construit largement en négatif par rapport à l’évolution de l’économie. En Grande Bretagne, en revanche, une étude de la loi sur les pauvres de 1834 ou du rapport Beveridge permet de comprendre que la politique sociale s’inscrit dans un projet beaucoup plus ambitieux, beaucoup plus global. Il s’agit bien de social engineering, d’une volonté de mettre en phase le comportement des individus, leur prise en charge, et les besoins de l’économie, tout en générant le type de justifications discursives qui légitimeront le système, et la forme d’administration la plus efficace. Pour utiliser une expression qui n’est plus à la mode, la politique sociale est indissociable du mode de production, concept qui, pour Marx, recouvrait à la fois l’état de la technologie, l’organisation de l’économie, et les « rapports de production » . Les économistes de la régulation, au fond, ne disent pas autre chose aujourd’hui quand ils lient technologie, organisation de la production, et régulation des rapports sociaux. Pour notre discipline, la civilisation, qui aspire à avoir une vision globale de l’évolution historique, ce point est fondamental.

  • 1  Thatcher a indéniablement accéléré l’avènement de la société post fordiste, de la même façon que, (...)

4La question qui se pose est donc bien de savoir si la politique sociale qui s’est graduellement mise en place depuis les années 1980 en Grande Bretagne est intrinsèquement liée et adaptée au post-fordisme, c’est à dire à l’émergence d’une société post-industrielle présentant un certain nombre de caractéristiques nouvelles du point de vue de l’organisation du travail et des rapports sociaux, ou si les conditions politiques dans lesquelles sa genèse a eu lieu sont plus importantes, voire déterminantes. Il est probable que les spécificités du thatchérisme, son caractère extrêmement idéologique, polémique, voire agressif, couplé à la totale hégémonie des thèses néo-libérales au moins pendant la première moitié des années 1980 a conduit beaucoup d’analystes à prendre la partie pour le tout, et à considérer comme indissociables le changement social et technologique que connaissait la Grande-Bretagne à l’époque et le néo-libéralisme.1 Le recul, et la diffusion du modèle post fordiste dans d’autres sociétés, avec un retard certain sur la Grande-Bretagne, nous permettent maintenant d’y voir plus clair , et de faire la part des changements induits par l’évolution économique et sociale et ceux qui résultaient des options idéologiques néo-libérales. Le modèle social imposé par le post-fordisme contient donc bien des éléments de libéralisme, ce qui ne revient pas à proclamer la victoire du courant particulièrement extrême du conservatisme américain et britannique symbolisé par Margaret Thatcher.

  • 2  En I978, les chiffres étaient respectivement de 15.6 millions d’emplois dans le secteur des servic (...)
  • 3  Dans la catégorie « managers and administrators », la proportion, entre 1991 et 2000 passe de 16 % (...)
  • 4  A titre anecdotique, 1 680 000 personnes bénéficiaient en I999 d’une voiture de fonction, et 1 920 (...)
  • 5  Ce dernier élément , qui n’a pas échappé aux sociologues du travail, avait permis à beaucoup de so (...)

5La société britannique du début du 3ème millénaire, que les travaillistes ont la charge de gouverner et de transformer, a tourné la page de l’industrie depuis maintenant longtemps. Cela ne signifie pas que l’industrie ait disparu, ou joue un rôle négligeable, de même que , dans certains pays industrialisés, comme les USA ou la France, l’agriculture est restée tout au long du XXème siècle un élément de puissance géopolitique, et un secteur très important de l’économie, tout en occupant une place secondaire par rapport à l’industrie. Il y a fort à parier que, pour la Grande-Bretagne, comme pour tous les pays industriels, l’industrie restera pour longtemps encore un secteur important. C’est encore le cas aujourd’hui. Néanmoins, en 2000, on comptait 21,2 millions d’emplois dans le secteur des services contre 4,2 dans l’industrie. Il s’agit d’une évolution qui commence dans les années 1960, bien sûr, mais qui s’accélère à partir des années 1980.2 Deuxième élément factuel, la nature de ces emplois a considérablement changé. Une proportion significative d’emplois se trouve maintenant dans la catégorie « managers and administrators » et « professional », alors que les emplois d’ouvriers qualifiés, d’ouvriers non qualifiés, et même de secrétaires ont vu leur nombre diminuer de façon sensible. Les conséquences sociales et politiques sont significatives.3 On ne se situe plus tout à fait dans le contexte des années 30, ou dans celui de l’après-guerre. Dans la société des 30/40/40 décrite par Will Hutton (Hutton, 1999), les classes sociales et les rapports de domination existent évidemment toujours, mais leur configuration a changé4.
La nouvelle organisation économique obéit à une nouvelle logique, décrite parfois sous le nom d’accumulation flexible, et alliant de nouvelles priorités en termes de secteurs d’activité à une accélération de la concurrence et une nouvelle forme d’organisation du travail. La nouvelle donne, qui, à la suite de phénomènes à la fois économiques et politiques, s’impose à l’ensemble de la société, et pas seulement aux secteurs à la pointe de la modernité technologique, implique à la fois la flexibilité du marché du travail, dite flexibilité externe, et d’autre part la capacité des salariés à s’adapter à l’introduction de nouvelle technologies et de nouvelles formes d’organisation, dite flexibilité interne. Cette dernière suppose, outre un état d’esprit ouvert au changement, des compétences intellectuelles et techniques, et une réelle volonté de mettre à jour ses connaissances. Dans cette optique, la formation continue n’est plus simplement un sympathique dispositif permettant aux enseignants fatigués de suivre des stages de sophrologie , mais une pièce essentielle du dispositif économique. Nous sommes probablement aux antipodes de la culture industrielle, dans laquelle le progrès de la condition ouvrière, depuis la première guerre mondiale, était fondé sur la stabilité de l’emploi, la reconnaissance d’un statut garanti par la reconnaissance de compétences acquises une fois pour toutes, ou même, dans le meilleur des cas, contrôlées par le syndicat, et surtout dans la constitution par les salariés d’une sphère d’autonomie, dans le cadre du travail, qui échappait en grande partie au regard de l’employeur.5 C’est un monde entier qui s’est écroulé, bien avant que Tony Blair ne vienne éclairer les journaux télévisés de son célèbre sourire.

6 Le Labour est parvenu au pouvoir après que ce tournant ait été pris. Il ne l’a ni voulu, ni salué avec enthousiasme. Son aggiornamento peut être lu comme une crise d’adaptation à la nouvelle donne économique et sociale, et la marginalisation de « Old Labour » comme une volonté de desserrer les mâchoires du piège mortel tendu par le conservatisme, et qui consistait à faire du travaillisme l’expression politique de classes sociales et de problématiques balayées par l’histoire. En matière de politique sociale, l’enjeu pour le Labour est bien sûr de proposer des politiques publiques en phase avec la situation nouvelle du pays, sur le plan économique comme social et idéologique, tout en préservant le cœur de sa démarche politique et éthique. Deux penseurs illustrent , chacun à leur manière cette démarche, Anthony Giddens et Frank Field. Le problème fondamental qui subsiste, lorsqu’on examine le rapport entre sciences sociales et politique, est de savoir à quel moment les intellectuels passent du descriptif au prescriptif, et d’une analyse des phénomènes sociaux à une défense et illustration de l’existant ou des tendances émergentes, alors que rien ne les y contraint.

Anthony Giddens

7Anthony Giddens est une illustration parfaite de ce type de démarche. La conscience de l’importance du changement historique est omniprésente dans son œuvre. Giddens se veut radicalement différent de ses prédécesseurs, et met les artifices rhétoriques au service de cet argument. Il affectionne la technique du contre-pied et du paradoxe, propre à désarçonner son lecteur en louant les arguments de ses adversaires conservateurs, en les présentant comme des porteurs obsessionnels du changement perpétuel, ou, inversement, en accusant les « socialistes » (comprenez « old labour ») de vouloir préserver l’organisation actuelle du welfare. Il faut donc des idées neuves, ou, comme on dira dans le champ politique, « thinking the unthinkable », projet qu’on pourrait qualifier d’ « incitation à l’expérimentation hasardeuse » si l’expression n’avait pas été déjà utilisée ailleurs. Il n’y a pas, chez Giddens, d’expressions trop osées pour décrire cette ouverture des champs du possible.

8La politique sociale n ‘est pas un moyen de réparer « les dégâts du progrès », comme : pour les syndicalistes français : « Civil society and the State were moulded together » on se situe bien dans le cadre d’un projet d’ensemble.

9L’ancien système de « welfare » n’est pas perçu comme adapté à la nouvelle donne. Cette réévaluation va jusqu’à accepter certains critiques conservatrices. Comme un opérateur en bourse, Giddens est capable de vendre à perte les titres dangereux, et de reculer pour pouvoir ensuite avancer sans s’encombrer de troupes fatiguées et d’arguments déconsidérés. La bataille sur l’existence d’une « underclass » est close : pour Giddens, elle existe, mais son existence est expliquée par des facteurs historiques, et pas seulement par la culture des afro-caribéens. « Underclasses are not just pockets of deprivation within national societies , they are fault lines along which the third world rules up against the first. »(Giddens, 1994, p.148) Ce recours à une géopolitique brutale, qui est d’ordinaire l’apanage des ONG ou des hommes blancs sanglotants critiqués par Pascal Bruckner , est une autre tactique de Giddens, qui convoque le monde entier à sa table.

10Le système de protection sociale résultant du compromis de l’ après guerre est critiqué à plus d’un titre :

  1. Il résulte d’un compromis entre des forces sociales qui ont connu une évolution considérable

  2. Il ne prend en compte que les risques extérieurs, et pas ceux que Giddens appelle « manufactured risks ». Derrière ce terme, il range les risques technologiques résultant de la complexification et de la centralisation de la société, dans lesquels on pourrait classer la vache folle, le sang contaminé, les risques technologiques majeurs , et les dégâts causés par le terrorisme aux centres nerveux du système.

  3. Il ne parvient pas à éliminer la pauvreté. On trouve ici trace de l’action des ONG qui, depuis le CPAG de I969, mettent en lumière les lacunes du welfare.

  4. Il reproduit et fait perdurer un schéma traditionnel des « rapports sociaux de sexe » « gender roles », dont Giddens sous-entend qu’il n’est pas acceptable.

  5. Il repose sur des systèmes bureaucratiques inefficaces et impersonnels : on reconnaît là l’emprunt d’un argument à la fois conservateur et de type soixante-huitard.

  6. Il peut générer parfois une relation de dépendance chez les allocataires. Selon Giddens, le fait qu’un argument ait été développé par les néo libéraux ne le disqualifie pas automatiquement.

(Giddens, 1994, p. 13-21)

  • 6  Giddens ajoute: « The individual related to class not just as a producer, but as a consumer. Lifes (...)

11Ce faisceau rhétorique s’appuie sur une argumentation de type historique. Le monde a changé, les conditions dans lesquelles Marshall et Crosland développaient leurs analyses n’existent plus. Le travail n’est plus identifiable à l’emploi masculin à plein temps de type industriel : il s’est féminisé, il n’est plus industriel, il n’est plus uniquement à plein temps. (Giddens, 1994 p.140) Les classes sociales, et la façon dont les identités de classes se constituent ont changé. L’identité sociale est plus individuelle et moins collective: « class is no longer experienced as class, but as constraints and opportunities, emanating from a variety of sources- class becomes individualized. » (Giddens, 1994 p143)6. Il ne s’agit pas seulement de sociologie, mais bien d’analyses finalisées, car lorsque Giddens aborde le financement du welfare, il emploie un argument que nous retrouverons chez Field, et qui est très politique : il ne faut pas permettre aux partis conservateurs de s’approprier l’étendard de la modération fiscale, et passer pour les défenseurs des classe moyennes. « Middle class taxpayers bite the hand that fed them. The majority are able to opt out, or no longer require, the welfare provisions that helped them get where they are. (Giddens, 1994, p. 141). En filigrane derrière l’argument sociologique, on trouve donc le débat sur le bien fondé de la ponction fiscale, et celui sur l’alliance de classe.

12 La conscience aiguë de l’importance du changement de société, encourage donc Giddens à mobiliser au service de son analyse les problématiques écologiste, féministe, les arguments issus des ONG préoccupées par la « misère du monde », et une partie des thèses néo libérales. Ce projet plus syncrétique que synthétique n’est pas sans avoir des similitudes avec celui de la gauche américaine des années I980, symbolisé par la Rainbow coalition de Jesse Jackson, et celui que les héritiers de la « pensée soixante huit », tel Alain Touraine en France, souhaitaient promouvoir. Cette pensée qui, contrairement au socialisme, ne se fonde pas principalement sur la notion de classe, retrouve tout naturellement les principes humanistes et libéraux qui irriguent la critique sociale depuis le 18ème siècle. La critique de la protection sociale par Giddens est bien d’essence libérale, ce qui ne revient pas du tout à dire qu’elle est conservatrice, bien au contraire.

Le projet de Giddens

13 Giddens ne se contente pas de critiquer l’existant. Il a bien un projet articulé autour de valeurs que l’on reconnaîtra sans peine dans la pratique politique de la « Troisième voie ». Parmi ses priorités se trouvent :

  1. Le rétablissement des solidarités mises à mal par l’évolution historique. Ceci sert de base à la fois à la lutte contre l’exclusion, priorité de Blair, et à la nouvelle politique familiale britannique, qui est réellement révolutionnaire dans ce pays.

  2. Ce qu’il appelle « life politics », c’est à dire l’idée que les individus vont avoir des parcours complexes, sur tous les plans, et qu’il faut favoriser leur autonomie. On reconnaît bien sûr ici le soubassement théorique du discours sur « employability » et la nécessité de la formation continue. L’emploi à vie n’existe plus, il faut armer les gens pour qu’ils puissent rester actifs sur le marché du travail.

  3. « Generative politics », la capacité donnée aux individus et aux groupes de prendre des initiatives. L’individu est le moteur de la société. Ceci ne nous éclaire pas sur une des questions les plus épineuses de la politique sociale contemporaine, à savoir le rapport entre le pouvoir des experts, comme les médecins, le droit des malades, et la responsabilité de la puissance publique. Le néo-libéralisme thatchérien était plus clair sur ce point.

  4. La démocratie doit permettre le dialogue. Les décisions ne viennent pas de l’échelon supérieur, mais les questions épineuses doivent être ouvertement débattues . Les facétieux diront que ceci ne s’applique pas au parti travailliste. (Giddens, 1994, p. 21)

14L’individu, et non la collectivité, est donc la base de tout. La disparition de la notion de classe , et de problématiques collectives, est vécue dans la joie. La problématique américaine du communautarisme est rejeté en termes clairs : « community crushes the individual and breeds conformism » (Giddens, 1994, p. 124 et suivantes). Vu des USA, où l’affrontement idéologique des 20 dernières années a opposé pour l’essentiel les libéraux aux communautariens, Giddens est clairement dans le camp libéral. Ceci n’est pas indifférent, dans la mesure où les références de Giddens sont beaucoup plus américaines qu’européennes.

Frank Field

15 Par comparaison, Frank Field semble un personnage beaucoup moins intéressé par la théorie. Il arrive au pouvoir, qu’il va exercer pendant quelques mois, auréolé d’un prestige considérable. Il est à la fois un des fondateurs du Child Poverty Action Group, ONG qui fit ses débuts en critiquant ses propres amis, à savoir le gouvernement de Harold Wilson en I969, et un intellectuel plutôt prolixe, et reconnu. Lui demander de « penser l’impensable » était peut être une tâche un peu ambitieuse, à moins que, pour citer Bernard Kouchner, il ne s’agisse d’une planche amoureusement savonnée par ses amis. Spéculer sur les raisons qui l’ont poussé à démissionner au bout de quelques mois de mandat n’a d’intérêt que pour les westminsterologues, dans la mesure où il n’a pas donné d’explication politique à son départ. Il n’y a pas eu solution de continuité dans la politique sociale de Blair et, pour l’essentiel, les écrits de Field semblent représentatifs.

  • 7  Ceci est tout à fait corroboré par les études statistiques de Social Trends. Le revenu réel dispon (...)

16 La conscience des changements historiques est également très présente chez lui. La fracture est apparue, selon lui, dans les années 1970. Avant cette période, les intérêts de la classe ouvrière et ceux des pauvres était perçus comme identiques. Les années I980 ne sont pas des années de paupérisation généralisée, contrairement à ce que bien des commentateurs français répètent à l’envie7. Bien au contraire, l’augmentation du niveau de vie conduisit à la fin des solidarités de classe. Bien des salariés, selon Field, commencèrent à perçevoir leurs intérêts comme liés à ceux des classes supérieures, et non des pauvres. Il ne s’agit pas seulement de perception : « the advancement of working class interests no longer automatically best serves the interest of the poor” (Field, p. 12).

17Le problème doit donc être repris dans l’état où il posait en I945. Un nouveau compromis social doit être trouvé, sur d’autres bases. L’objectif, pour Field, c’est la lutte contre la pauvreté, au service de laquelle tout doit être mis. Seront donc convoqués à la fois l’intérêt direct des autres groupes et l’éthique. Il faut retrouver une forme d’organisation de la protection sociale qui satisfasse les intérêts à la fois des pauvres et du « monde du travail ». L’idée d’imposer une ponction fiscale lourde à une importante fraction de ce dernier est donc écartée. L’idéalisme, l’éthique, sont donc combinés avec le réalisme électoral, et non opposés comme aux temps héroïques du CPAG, ou dans les discours de l’extrême gauche, qui ne cherche pas à conquérir la majorité, mais à consolider son propre créneau marginal. Field appelle cela « ensuring that the self interest of the majority of the electorate is so organised that the poor are offered a place at the nouveau riche’s table” (Field, p. 7). Ce dernier terme, employé avec malice, inclue ici les travailleurs du tertiaire. On est en plein blairisme, et la modération fiscale borne de façon irrémédiable l’horizon de la politique sociale. On ne saurait donc s’attendre à des augmentations budgétaires importantes, non seulement parce que Blair a promis en I997 de s’en tenir à la modération, mais parce que ce principe est essentiel dans l’alliance de classe recherchée par la Troisième Voie .Ce souci de l’intérêt général, du compromis social, se retrouve même dans les projets les plus techniques. En matière de retraites, par exemple, la stakeholder pension de Field est, selon lui, avantageuse pour les travailleurs indépendants, pour le secteur privé qui se voit accorder l’autorisation de gérer sous conditions un système garanti par l’Etat, et pour l’ensemble de la société qui va jouir d’une indexation garantie par l’Etat, impossible à trouver dans le secteur privé( Field, p. 10).

18 « Self interest », dans sa dimension économique et monétaire la plus clairement exprimée, doit être un allié : « It is the responsibility of the politician to lay options before the electorate so that self interest can run its natural course in a manner which also advances the common good » (p. 19) On se situe bien, là aussi dans le cadre du libéralisme. Le marché, le profit, l’accumulation sont légitimes, et appartiennent même à l’ordre naturel des choses. Le bien public est compatible avec le profit privé. Ou plutôt, et c’est là qu’il se différentie des néo-libéraux, il doit l’être.

19 L’objectif de la politique sociale est ambitieux. D’une part, Field proclame le caractère global de son projet. Il s’agit bien d’intégrer action de l’Etat et modèle social. « The familiar concept of the welfare state and society being two separate if dependent entities must be abandoned”. Toutefois, l’individu doit avoir une marge de manœuvre, à l’intérieur du cadre fixé par l’Etat. On est dans une forme douce de social engineering. « It is possible for the State to be involved in people’s lives without taking them over, to create a framework in which people make choices, not make choices for them” (p.53). L’objectif est de promouvoir des valeurs. Field ne cache pas son soutien à ce qu’il appelle a « normative social policy ». Son projet est bien de favoriser certains types de comportement, et son souci éthique est d’ailleurs promu au rang de principe politique. Field a prononcé plusieurs discours dans des hauts lieux de l’Eglise anglicane, devant des publics acquis à sa cause, et il revendique son appartenance à la tradition du socialisme chrétien. Il sait à quel point la sécularisation de la société britannique a transformé cette dernière, et n ‘hésite pas à cultiver le paradoxe, voire la provocation, pour légitimer son approche. « occasionally, perhaps one in a generation of politicians, an individual will be prepared to brave the easy attacks… and confront the issue of what system of values we wish to promote. But individuals like Tawney, Keith Joseph, John Weatley or Enoch Powell are rare and getting rarer.”(p. 52) Si la référence à Tawney et Wheatley, deux travaillistes de tradition chrétienne, est assez banale, l’hommage rendu à Keith Joseph et surtout à Powell, qui, bien qu’étant un intellectuel et un helléniste distingué, ne s’est pas moins inscrit dans la tradition du racisme et de la xénophobie moderne, est pour le moins surprenant. Les valeurs à promouvoir sont la confiance, l’ouverture, la responsabilité, mais aussi l’épargne « thrift » et l’éducation. On a souvent insisté sur l’obsession du combat contre la fraude. Or, cette dernière est au moins autant une nécessité politique qu’un impératif éthique. Si on veut que le financement du welfare soit accepté par les contribuables, il faut que l’équité soit respectée, et que les règles soient observées par tous. Il ne s’agit pas seulement de respecter les commandements divins. Moins connue est la base religieuse de la vision fieldienne du travail. Devant la cathédrale de Gloucester, il a prononcé une homélie remarquée, dans laquelle il a affirmé que « to work is to fulfil the intention of our creator… work is no punishment. It is what is offered up to God and what is returned to the world as a means of our redemption.” (p. 75). Il ne faut pas attribuer à ces envolées plus d’importance qu’elles n’en ont, car Field n’est pas docteur en théologie, mais il est bon de savoir que pour lui, la justification ultime du travail n’est ni économique ni politique, mais de nature métaphysique, ce qui, pour un britannique, est placé plus haut dans la hiérarchie. Ceci nous permet peut être de regarder le New Deal avec un autre regard.

20 Field n’est pas seulement un moraliste. C’est un responsable politique, dont les options ont été non seulement traduites dans certaines mesures concrètes, mais explicitées ouvertement. Il s’est ouvert tout d’abord, non sans un touchante franchise, sur la difficulté de la tâche. A la cathédrale de Manchester, il s’écrit: « I can think of few things more depressing than for a political party that has been out of office for the past 20 years to proclaim that a new radicalism is in place, only to kneel next to the broken hulk of our state machinery and start tinkering with a spanner”(p. 49) Toute ressemblance entre l’homme à la clé à molette et le ministre Frank Field serait purement fortuite.

21Parmi les priorités politiques de Field, la lutte contre le « poverty trap » occupe probablement la première place. Contrairement aux conservateurs qui, depuis le 19ème siècle, ont bâti leur politique sur le ciblage, la « selectivity » et les prestations sous conditions de ressources (le « means testing »), Field estime que l’universalisme a des vertus, et qu’il faut permettre aux gens qui tentent d’améliorer leur situation en travaillant de combiner un revenu modeste et des prestations sociales . La situation antérieure, qui voyait diminuer les prestations sociales et augmenter la fiscalité au fur et à mesure que les revenus du travail augmentaient ne pouvait qu’inciter les gens à rester au chômage. Le poverty trap était vraiment devenu un problème. Selon les chiffres officiels, en 1997, 750 000 personnes perdaient 70p chaque fois qu’elles gagnaient une livre, et un couple de chômeurs avec deux enfants qui prenait un emploi devait arriver à un salaire hebdomadaire de 260 £ avant d’améliorer ses revenus de seulement 40 Livres (Secretary of State for Education and Employment, p. 8). Techniquement, les réformes ont débouché sur le Working Families Tax Credit, qui utilise le dispositif du crédit d’impôt, d’origine américaine, afin d’augmenter le revenu des familles modestes qui trouvent un emploi, et peuvent cumuler salaire et prestations sociales. Il n’échappera à personne que cette réforme majeure a aussi fortement inspiré le gouvernement français en 2001.

  • 8  On notera le titre d’un ouvrage co-rédigé par Field en 1994, Beyond Punishment, Hard Choices on th (...)

22 Deuxième axe fort de la politique de Field, le travail. La question du retour à l’emploi est un des points les plus délicats de cette période. En effet, la politique travailliste doit se démarquer d’une part de celle des conservateurs , dont la rhétorique, et un peu la pratique, faisaient une large part à la nécessité de la contrainte, symbolisée par le mythique workfare américain, qui a en commun avec le grizzli des rocheuses le fait que tout le monde en a entendu parler mais que nul ne l’a approché de près. Mais, inversement, la situation en Europe a évolué. Le grand tournant post industriel a été pris, et il n’est plus nécessaire de mettre à la disposition des Etats des systèmes de prise en charge sans contrepartie des chômeurs, ou des exclus, de type RMI, sans lesquels le passage d’un mode de production à un autre aurait débouché sur la misère et sur une crise politique. On pourrait comparer ceci à la situation au début du 19ème siècle, une époque où, après la fin des guerres avec la France révolutionnaire, le système de Speenhamland n’avait plus d’utilité. Par ailleurs, de même qu’il fallait en 1834 attirer les hommes vers l’industrie et le salariat, il est aujourd’hui considéré comme nécessaire d’inciter la main d’œuvre à s’orienter vers les secteurs porteurs de la haute technologie, ou tout au moins des services, et à acquérir les compétences en perpétuel renouvellement qui y sont nécessaires. Le concept d’employabilité, et l’acceptation de la flexibilité vont de pair, l’un est impossible sans l’autre. Le discours de Field contient le parfait dosage d’éthique, d’idéalisme, d’autorité, de compétence , nécessaire à l’acceptation de ce tournant politique. Au temps où les conservateurs ne savaient que promettre le fouet aux chômeurs récalcitrants, et les sommer de prouver leur enthousiasme à « chercher du travail activement », tout en laissant enfler, en pratique, les dépenses sociales, le Labour pouvait se contenter de prôner la compassion. Mais l’exercice du pouvoir, dans un autre contexte historique, impose un discours autrement structuré, et un programme positif suffisamment sophistiqué pour être convainquant. Employability a remplacé workfare, et semble effectivement à la fois plus adapté à la situation et plus acceptable sur le plan des principes8. Field est donc un peu le père spirituel du programme dit « New Deal » , politique d’emploi « active » selon la dénomination des hommes de l’art, visant à remettre au travail ou en formation certaines catégories, essentiellement les jeunes, et à supprimer les allocations à ceux qui refusent. Cette politique, extrêmement coûteuse comme toutes les vraies politiques d’insertion, exige un encadrement et un accompagnement réels des jeunes sans emploi. Les fonds issus des privatisations y ont été affectés, soit un total de 2890 millions de Livres entre I997 et 2001 et elle a contribué à ramener le taux de chômage britannique à 5,3 % en mars 2001, soit le taux le plus bas depuis 1975, au début de la crise. (Her Majesty’s Treasury, 2001) Ce succès ne saurait être uniquement attribué aux idées de Frank Field et au gouvernement, car la conjoncture internationale était certes favorable. Mais une rapide comparaison avec la France permet de voir à quel point les Britanniques ont su en tirer un meilleur parti.

  • 9  « There should be no reason in principle why building societies, friendly societies, Trade Unions, (...)

23 Enfin, Field s’exprime également sur des questions que l’on pourrait regrouper sous le terme de « pluralisme », c’est à dire sur la nature des organismes qui seront appelés à être des prestataires de services. Cette question est très politique, puisqu’elle détermine la place relative du marché et de l’ Etat dans la fourniture de services. Sur ce plan, Field se montre prudent. Il l’aborde en effet en faisant référence à la question des retraites qui, en Grande Bretagne, font depuis les années 50 une place très grande au marché, par le biais des Occupational Pension Schemes. Il n’est donc pas original de prôner le recours à l’épargne et à l’investissement privés pour financer les retraites. On voit même mal comment un gouvernement britannique pourrait faire autrement, étant donnée la masse financière que les pension funds représentent aujourd’hui, et la confiance qu’accordent les Britanniques aux contrats privés. En revanche, Field innove en recommandant un recours aux mutuelles pour la nouvelle Stakeholder pension, et même en souhaitant que le gouvernement force le secteur privé à s’adapter à la forme mutualiste. Il souhaite donc inverser la tendance qui, au cours des ans, a amené par exemple à une normalisation du statut des building societies, qui sont devenues des établissements bancaires ordinaires, distribuant, au passage, une manne bienvenue à leurs heureux clients.9

24En revanche, on ne trouve ni chez Field ni chez les autres experts travaillistes l’équivalent de l’enthousiasme dont faisaient preuve les conservateurs pour l’introduction de la loi du marché au sein des établissements publics, le célèbre Internal market , les GP fundholders, et le jeu entre « purchasers » et « providers ». Là où le marché a déjà pénétré, et où il est solidement installé, comme les retraites, il n’y a pas lieu de chercher à réduire son influence, mais, dans les domaines où il n’est pas en position dominante, comme la santé, il sera rapidement mis un terme aux expérimentations conservatrices. Il faut attendre 2000 pour que les « public/private partnerships » , associant services publics et fournisseurs privés, soient envisagées. En matière d’organisation de la protection sociale, Field prône donc un pragmatisme qui tranche fortement avec les politiques conservatrices , directement inspirées par des discours idéologiques néo-libéraux. Il serait donc tout à fait excessif de prêter au New Labour des ambitions théoriques, pour ce qui est de l’organisation de la protection sociale. La dernière innovation est symbolisée par le néologisme « joined upness », et se contente de recommander la coordination des différents services en partant des besoins du public, au lieu d’ attendre que la main invisible du marché organise le jeu en fonction de ses propres règles.

Conclusion

  • 10  Titre d’un best seller de Viviane Forrester, publié en 1998.

25 Nul ne peut être surpris de voir le gouvernement travailliste et ses « intellectuels organiques » accorder plus de prix à la liberté et à l’autonomie individuelle qu’à l’égalité. Les précédents historiques sont suffisamment nombreux pour que cela n’étonne plus les observateurs. Par ailleurs, l’insistance mise sur l’absolue nécessité de mettre en phase les besoins de l’économie et les aspirations sociales du Labour, positionnement qui n’a pas une seule fonction rhétorique, est certes de nature à choquer les Français, mais pas forcément les Britanniques. La Grande-Bretagne n’a jamais affecté la superbe indifférence française à l’égard de l’économie, cette vulgaire intendance dont on attend qu’elle suive les troupes, et que l’on morigène dans les gazettes. La notion même d’ « horreur économique »10 est un oxymoron en anglais. En Grande-Bretagne, les réformes les plus hardies, comme les nationalisations de l’après guerre, ou la refonte du système scolaire selon les principes de Crosland, ont toujours été non seulement présentées, mais conçues et appliquées dans le but de servir les intérêts de l’économie du pays. On mesure la distance avec la France où un des plus prestigieux dirigeants du courant socialiste, Léon Blum, devait déployer des trésors d’habileté rhétorique pour persuader son parti de devenir « un loyal gérant du capitalisme », ce qui lui valut les critiques les plus acerbes de ses rivaux communistes.

26 Ce couplage entre politique sociale et évolution économique ne va cependant pas sans poser un problème. Il est permis de se demander dans quelle mesure les politiques du New Labour, jusqu’ici globalement couronnées de succès, comme dans le domaine du chômage, ne sont pas étroitement dépendantes du cycle économique. Qu’adviendra t il des jeunes sortis du New Deal dans quelques années, un peu moins jeunes, et un peu mieux formés, si l’économie mondiale connaît une nouvelle récession ? Même s’il est évidemment possible d’améliorer l’employabilité des Britanniques, n’y aura t il pas toujours une catégorie de non qualifiés, dont les économies modernes, de plus en plus sophistiquées, ont de moins en moins besoin ? Combien de centaines de milliers de « travaux d’utilité collective » faudra-t- il financer ? Comment financera-t- on le New Deal des années 2010 ? Anthony Giddens cède peut être à un optimisme excessif en décrivant notre monde comme « a post scarcity order ».

27Par ailleurs, l’affaissement du mouvement ouvrier, affaibli à la fois par la chute de ses effectifs et de son aura messianique depuis les années I970, a certes pu donner l’impression que les conflits de classe cédaient la place devant d’autres types de problématiques. Mais la raréfaction des conflits traditionnels, la dilution et l’individualisation des identités sociales ne signifient nullement que la domination ait disparu. Dans la phase de transition entre deux types d’économie que la Grande-Bretagne vient de connaître, il est devenu difficile aux individus de trouver leurs repères, de s’identifier à un groupe social, voire d’agir collectivement. Le développement de l’autonomie individuelle est certes un des buts historiques du courant libéral, dont le travaillisme est un des avatars. Toutefois, les penseurs du travaillisme vont peut être un peu vite en besogne en évacuant définitivement de leurs analyses la dimension collective de l’action politique.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Saul et alii. « New Labour and Social Policy ». SPA News, May June 2001, P.12-35.

Blackman, Tim & Palmer, Amanda. “Continuity or Modernization ? The Emergence of New Labour’s Welfare State.” Social Policy Review 11, 1999, p. 106-126.

Ellison, Nick and Pierson, Chris. British Social Policy. Londres, Macmillan, 1998.

Field, Frank and Owen, Matthew. Beyond Punishment. Hard Choices on the Road to Full Employability. Londres : Institute of Community Studies, I994.

Field, Frank. Reflections on Welfare Reform. Londres : Social market Foundation, 1998.

Giddens, Anthony. Beyond Left and Right, the Future of Radical Politics. Londres : Polity Press, I994.

Giddens, Anthony. The Third Way and its Critics. Londres : Polity Press, 2000.

Ginsburg, Norman. “Globalization and Liberal Welfare States” in Sykes, Palier & Prior eds. Globalization and European Welfare States. Londres : Palgrave, 2001.

Glennerster, Howard. “A Third Way ?” Social Policy Review 11, 1999, p. 28-44

Her Majesty’s Treasury. Budget 2001. Londres : the Stationery Office, 2001

Hutton, Will. The Stakeholding Society. Londres : Polity Press, 1999.

Lewis, Jane. “Work and Care”. Social Policy Review 12, 2000, p. 48-67.

Lund, Brian. “Work and Need”. Social Policy Review 12, 2000, p. 24-47

National Statistics. Social Trends. Londres : The Stationery Office, 2001.

Rake, Katherine. “Gender and New Labour’s Social policies”. Journal of Social Policy, vol. 30 part 2, p. 209-233

Secretary of State for Education and Employment. Towards Full Employment in a Modern Society. Londres : The Stationery Office, 2001.

Secretary of State for Social Security and Minister for Welfare Reform. “A New Contract for Welfare”. Londres : The Stationery Office, 1998.

Touraine Alain. Critique de la modernité. Paris : Fayard, 1972

Haut de page

Notes

1  Thatcher a indéniablement accéléré l’avènement de la société post fordiste, de la même façon que, dans certains pays, et à l’occasion de la précédente révolution technologique, certains avaient accéléré le triomphe de l’industrie , et l’avaient même imposé à la société. Thatcher a vu dans celle ci le moyen d’en finir définitivement avec le mouvement ouvrier, et toute la culture politique collective que la condition ouvrière avait généré, ce qui a représenté un vrai défi pour le parti travailliste.

2  En I978, les chiffres étaient respectivement de 15.6 millions d’emplois dans le secteur des services, contre 7 millions dans l’industrie. (Social trends, 2001,p.80 )

3  Dans la catégorie « managers and administrators », la proportion, entre 1991 et 2000 passe de 16 % à 19 % pour les hommes, de 8 % à 11 % pour les femmes, et de pour la catégorie « professional », de 10 % à 12 % pour les hommes et de 8 à 10 % pour les femmes. Les ouvriers qualifiés passent de 21 % à 17 %, soit moins que les cadres dirigeants, les non qualifiés de 15 % à 14 %. (Social Trends, 2001, p. 81)

4  A titre anecdotique, 1 680 000 personnes bénéficiaient en I999 d’une voiture de fonction, et 1 920 000, probablement les mêmes, d’une assurance médicale privée (Social trends, 2001, p. 101).

5  Ce dernier élément , qui n’a pas échappé aux sociologues du travail, avait permis à beaucoup de socialistes ,et notamment aux partisans du contrôle ouvrier et de l’autogestion, d’espérer voir peu à peu grandir le degré d’autonomie des salariés, ce qui préparerait l’avènement du pouvoir ouvrier. Cet espoir aussi s’est effondré.

6  Giddens ajoute: « The individual related to class not just as a producer, but as a consumer. Lifestyle and taste are evident markers... Class factors are perceived laterally, not horizontally, people do not do their parents’ jobs… It is no longer a lifetime experience » (ibid.).

7  Ceci est tout à fait corroboré par les études statistiques de Social Trends. Le revenu réel disponible des ménages double entre 1971 et 1999. (Social Trends, p. 94)

8  On notera le titre d’un ouvrage co-rédigé par Field en 1994, Beyond Punishment, Hard Choices on the Road to Employability, (Field, 1994).

9  « There should be no reason in principle why building societies, friendly societies, Trade Unions, affinity groups, churches and others should not become Approved Welfare Providers. The advantages would be:
Reduce the conflicts between clients and shareholders;
Encourage sympathy and mutual aid that goes beyond strict contractual entitlements and obligations;
AWPs can draw on voluntary action to reduce costs;
Since their members come from particular occupations, they could deliver expertise best suited to their client group;
Based on shared values, they can detect fraudulent claims.

10  Titre d’un best seller de Viviane Forrester, publié en 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Révauger, « La protection sociale à l’aube du XXIème siècle en Grande-Bretagne », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 75-91.

Référence électronique

Jean-Paul Révauger, « La protection sociale à l’aube du XXIème siècle en Grande-Bretagne », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/239 ; DOI : 10.4000/osb.239

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Révauger

Professeur de civilisation britannique à l'université de Bordeaux 3 Michel de Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org