Navigation – Plan du site

Le New Labour : le nouveau parti de la famille ?

Susan Finding
p. 93-115

Résumé

Le bilan des deux premiers mandats du gouvernement Blair en matière de politique familiale est analysé au regard de sa mise en place et du discours politique l’accompagnant. Alors que, traditionnellement, le Parti conservateur prônait des valeurs centrées sur la famille, le New Labour investit le terrain de façon massive, et ce dès les premiers mois de son mandat. Fer de lance dans le combat contre l’exclusion, la politique de la famille souffre d’un manque de visibilité et de cohérence. Néanmoins, elle devint l’une des politiques phares du gouvernement Blair, et lui permit, à la fin de son deuxième mandat, d’affirmer que le New Labour avait contribué de façon significative à moderniser l’État-providence.

Haut de page

Texte intégral

Exprimer sa foi dans la famille

1De nombreux ouvrages établissent un bilan de la première législature du gouvernement Blair. Peu font allusion à la politique familiale et encore moins nombreux sont ceux qui l’examinent à part entière alors que les politiques étrangère et intérieure, économique et sociale mises en œuvre sont amplement décortiquées. Le Premier ministre a pourtant clairement indiqué, et ce à plusieurs reprises, la place importante que la famille occupe dans sa vision du Royaume Uni aujourd’hui.

 « La famille est au cœur de notre société, mais elle est menacée. Des femmes et des hommes sont aux prises avec des choix concernant le travail et leurs responsabilités familiales, rester à la maison à plein temps pour leurs enfants ou jongler entre leurs responsabilités domestiques et le travail. Le gouvernement s’est engagé à soutenir la famille et les enfants. Mais nous devons le faire d’une manière nouvelle qui répond aux nouveaux défis qui les attendent. » (Meeting the childcare challenge, 1998).

2Afficher une telle foi dans la famille peut paraître paradoxal. On sait que Margaret Thatcher, en niant l’existence de la ‘société’, n’accepta comme structure sociale que le noyau familial, la base même de la nation : « a nation is an extended family » déclarait-elle au congrès de son parti en 1979 (Fitzgerald, 1983). D’autres rendent la famille, ou son effacement, responsable de tous les maux de la société contemporaine (Morgan, 1999). Si la famille a retrouvé une place de choix dans les analyses actuelles, la remettant au devant de la scène politique, comment la famille « menacée », les parents « aux prises avec des choix difficiles » se sont-ils sentis « soutenus » d’une façon « nouvelle » par le gouvernement nouveau travailliste ?

La famille menacée

3Dans sa première intervention en tant que Premier ministre au congrès du Parti travailliste, à Brighton, en octobre 1997, Tony Blair déclarait dans un discours programme :

Nous ne pouvons pas prétendre vouloir une société forte et solide et nous désintéresser de son fondement même : la famille. Il ne s’agit pas de donner des leçons aux gens sur leur vie privée. Il s’agit de remédier à un problème social considérable. Les comportements ont changé. Le monde a changé. Mais je suis un homme moderne chargé de conduire un pays moderne confronté à une crise moderne elle aussi. Près de 100 000 adolescentes enceintes chaque année. Des parents âgés dont les familles ne peuvent s’occuper. Des enfants privés d’exemples respectables dont ils pourraient s’inspirer. Une pauvreté qui s’étend et s’aggrave. Davantage de délinquance. Davantage d’absentéisme. Davantage de méconnaissance des possibilités de formation. Et avant tout plus d’insatisfaction. Je m’engage envers vous. Nous nous pencherons sur chaque domaine d’action de ce gouvernement pour en faire ressortir l’incidence sur la famille. Chaque mesure sera examinée, chaque initiative vérifiée, chaque solution étudiée en termes de consolidation de la famille (…) (Crowley).

4La politique familiale du parti néo-travailliste naît donc d’une volonté de remédier à plusieurs problèmes dans la société britannique et d’un souci d’efficacité où la prévention prime, et s’inscrit dans une nouvelle optique mettant la famille au centre des préoccupations et au cœur des initiatives sociales. Cette idée que certains ont appelé « autoritarisme social », à contre-courant des tendances progressistes et libertaires, rend la famille et les parents « responsables » de leurs enfants, de leur comportement, de leurs actes, et par extension, des maux de société qui s’ensuivent. L’action gouvernementale sera à la fois morale et « droite ». « The only way to rebuild social order and stability is through strong values, socially shared, inculcated through individuals, family, government and the institutions of civil society »déclarait Blair en 1996 (Radice, 1996 : 8). L’ordre sera institué et maintenu par la famille, première « institution » sociale. La famille est donc également la cause d’un certain dysfonctionnement social. Si les familles ne remplissent pas leur rôle de ciment social, soit par mauvaise volonté soit par incapacité, la société entière en pâtira. Les enfants qui sont mal surveillés et indisciplinés, les parents qui se disputent ou qui souffrent de difficultés économiques et sociales sont expressément désignés comme causes de criminalité sous la rubrique « poor parenting » dans le programme travailliste de 1996 (Labour Party, 1996 : 4) inspiré par l’idée de la responsabilité réciproque entre les parents et la société : “Parents have a moral responsibility to the community to invest themselves in the proper upbringing of their children, and communities – to enable parents to so dedicate themselves.” (Etzioni).

5À la fois cause et victime des transformations sociétales, la famille semblait donc ‘menacée’ en premier lieu par la pauvreté qui ronge petit à petit les structures familiales et leurs fonctions. Elle pouvait également l’être par la société qui, en évoluant, a porté des coups violents au modèle « traditionnel » et « patriarcal » et fait éclater la famille nucléaire. Paradoxalement, elle le serait par le travail qui détourne et absorbe les énergies des parents, des mères en particulier.

6« Ce gouvernement a été élu pour construire une Grande-Bretagne moderne et une société juste et convenable » proclama le livre vert en annonçant le projet d’accueil des jeunes enfants(Meeting the childcare challenge). La signification des qualificatifs fair et decent, leitmotiv des déclarations d’intention, se laisse deviner dans les stratégies annoncées. « Pour aider la vie en famille, pour offrir de l’aide nécessaire pour qu’elles puissent élever leurs enfants convenablement »’ (Blair, 1998) cinq priorités furent désignées pour une action concertée : conseiller et soutenir les familles, renforcer le mariage, endiguer la pauvreté chez les enfants, atteindre un équilibre entre le travail et les responsabilités familiales, et combattre des problèmes de société concernant la famille tels que les femmes battues, l’absentéisme scolaire, et le nombre croissant degrossesses chez les adolescentes. L’absence de soutien à la famille, selon le ministre de l’éducation et de l’emploi et le ministre de la santé, s’inscrivant dans les thèses expliquant les maux de la société par la désintégration de la famille. Ce manque d’aide à la famille aurait des répercussions sur plusieurs aspects sociaux : la santé des enfants, leur potentiel intellectuel, leur manque d’espoir, le nombre d’adolescents qui ont des charges de famille, la criminalité juvénile, la déresponsabilisation et la dépendance sociale (Sure Start, 1999). La zone d’intervention ne sera plus seulement un quartier, le traitement sera appliqué à la base de la société. Un seul remède appliqué à tous ne suffira pas. On appliquera une trithérapie variable en fonction des situations de chaque famille.

La lutte contre l’exclusion

7La famille est devenue ainsi le terrain d’action de prédilection d’une bonne partie des réformes motivées par la lutte contre l’exclusion sociale et la pauvreté. L’aide aux parents que représente l’Etat-providence prodiguant éducation, soins et services gratuitement aux enfants, laisse penser que celui-ci a bénéficié en majeure partie aux familles plutôt qu’aux individus. Il n’est pas étonnant de retrouver associés dans le même point (n° 7) du programme travailliste de 1997 l’Etat-providence et la famille : « Nous faciliterons la constitution de familles et de collectivités solides, et nous jetterons les bases d’un Etat-providence moderne, qu’il s’agisse de retraites ou de soins de proximité. »Cet Etat-providence modernisé incorporera un nouveau « pacte entre les citoyens et la société », encouragera le travail et non l’assistance, l’épargne et non la fraude, des devoirs réciproques et non des droits individuels déclara Blair dans son premier discours à la conférence du parti travailliste comme Premier ministre en octobre 1997 (Crowley). La famille serait dès lors reconnue comme élément clé dans la société.

8L’éclatement de la famille traditionnelle avec le taux élevé de divorces, la cohabitation ou le concubinage préférés aux liens du mariage et le nombre croissant de familles monoparentales, constitue une autre menace. Pour redorer le blason du mariage afin de renforcer les familles, Jack Straw, ministre de l’intérieur plaida la cause des familles où les parents mariés assurent une stabilité sociale. Un mariage heureux vaut plusieurs assistants sociaux et officiers de police, idée qui n’est pas nouvelle. « Perhaps the most important social work is motherhood » déclarait Patrick Jenkin devant le Parti conservateur en 1977 (Fitzgerald, 1983).. Même si le lien entre la criminalité et la famille reste à prouver, on affirmait officiellement que « Marriage is still the surest foundation for raising children » (Home Office, 1999 : Ch. 4), tout en reconnaissant des succès dans ce domaine aux familles monoparentales et aux couples non-mariés, probablement par souci de se montrer « socialement correct ». Dans cette optique, la cellule gouvernementale créée pour suivre les mesures concernant la famille (la Family Policy Unit du Home Office, dirigé par Jack Straw) fut placée non pas sous la tutelle du ministère des affaires sociales mais du ministère de l’intérieur. Ce service publia, en 1998, le rapport officiel Supporting the Family. Autre signe de cette tendance, l’abolition des allocations aux familles monoparentales, en décembre 1997, relevait également du même esprit. Cette mesure, l’une des plus controversées du premier mandat, fut inspirée par des statistiques démontrant que le père d’une famille traditionnelle était pénalisé par rapport aux familles monoparentales par le régime des impôts et des allocations (Morgan, 1999). Les sommes retirées aux parents isolés ont depuis été restaurées discrètement par d’autres moyens. Ce retrait était soit cosmétique et symbolique, soit révélateur d’un réel revirement idéologique. La restauration des sommes serait due à l’opposition rencontrée par le gouvernement au sein de son propre parti et trahirait la difficulté d’imposer la troisième voie telle qu’elle se présentait à l’époque.

Concilier travail et famille

9Autre menace pour la famille, le travail des parents. L’évolution des rôles respectifs des femmes et des hommes, liée aux changements économiques et démographiques (chômage, manque de main d’œuvre) autant qu’à l’évolution des mœurs, a également contribué à une réévaluation de la place et du rôle de la famille et de ses composantes dans l’économie. « Alors que le taux d’activité chez les femmes augmente, les employeurs reconnaissent la nécessité de modifier les conditions de travail afin de répondre aux besoins des familles. » (Meeting the Childcare Challenge, 1998 :5.24). A 28 ans, âge moyen auquel elles devenaient mères de famille et auquel le taux d’activité féminine était le plus bas, seulement 43 % des femmes de 18 à 60 ans travaillaient en 1975. En 1998, ce taux atteignait 69 % et les taux d’activité féminine les plus faibles se situaient avant 21 ans et après 52 ans (Desai, Gregg, et al, 1999 : Figures 10.1 et 10.2). Bien que les enfants soient de moins en moins souvent un obstacle au travail salarié des femmes, les taux extrêmement faibles d’activité des mères célibataires ou des femmes dont le partenaire est au chômage n’ont pas cependant évolués depuis 20 ans. Il semblerait que les effets conjugués des systèmes d’imposition et d’allocations sociales soient encore responsables en grande partie de cette anomalie, tout comme le coût élevé du travail (transport, repas, vêtements, garde d’enfants) pour une famille avec une seule source de revenu (Desai, Gregg, et al, 1999 : 175). Par ailleurs le déséquilibre entre le temps consacré à leur famille respectivement par les mères et les pères reste grand. À l’aube du XXIe siècle, le Royaume Uni est le pays européen où les pères de jeunes enfants ont les horaires les plus longs et où les mères les horaires les plus restreints (46 heures et 26 heures hebdomadaires) (Moss, Deven, 1999 ; Keep, 2000 : 9). Les pères subissaient les dures lois du marché au même titre que les mères qui devaient se contenter de temps partiels imposés par l’absence de formes d’accueil ou de droits à des congés parentaux.

10Pour protéger la famille menacée par l’absence, permanente ou temporaire, des parents qui auraient des répercussions sur de nombreuses questions sociales, le souci du gouvernement a été de réduire l’écartèlement des parents entre leur rôle économique de « breadwinner » et social de « parent ».

11Les parents ont-ils réellement le choix entre le travail et les responsabilités familiales ? Quels éléments rendent ces choix si difficiles à assumer ? Ils ont le choix entre travailler à l’extérieur ou garder leurs enfants, entre le travail à plein temps ou à temps partiel. Ce sont des choix qui sont rendus difficiles par la difficulté de trouver des solutions. Des choix qui, parfois, n’en sont pas car la nécessité de travailler et le coût de la garde peuvent être incompatibles. Le choix fondamental entre travail et enfants ou travail ou enfants, que seules certaines femmes à salaire et formation élevés peuvent réellement se permettre en toute liberté amène à un nouveau fossé - fossé que le gouvernement souhait réduire entre les ‘work-rich, child-poor’ - ceux qui n’ont peu/pas d’enfants mais ont du travail - ou les ‘child-rich, work-poor’ - ce qui ont des enfants, mais n’ont peu/pas de travail (Meeting the Childcare Challenge, 1998 : 25). Le ministère de l’éducation, chargé de mettre en place la stratégie d’accueil des jeunes enfants, considère celle-ci comme « une occasion permettant d’améliorer sensiblement la vie des parents qui travaillent et de leurs enfants » et souligne « l’engagement du gouvernement à rendre le travail rémunéré plus compatible avec la vie de famille. » (Meeting the Childcare Challenge, 1998 : 5.25)

  • 1  Logement : 600 livres par mois, gardienne : 500 et nourriture : 300.

12Le premier constat est l’importance de l’articulation entre la famille et le marché de l’emploi. L’axe principal pour une action concertée a donc été celui de la garde des enfants (Dex, 1999 : 14). A la fin du XXème siècle en Grande-Bretagne, les trois-quarts des enfants de moins de cinq anssont gardés par leurs parents (Family Resource Survey Department of Social Security, Tomas Coram Research Centre, Nursery World, 28 octobre 1999). Le coût des frais de garde est un problème majeur (Dex, 1999 : 43).Pour une femme divorcée mère de deux enfants de huit et neuf ans, ceux-ci constituaient le deuxième poste de dépenses après le logement et étaient perçus comme un impôt sur les enfants (Family Circle, septembre 2000 ; BBC News, 9 mars 1999)1. Les effets combinés de l’augmentation du taux de population active féminine, celle des horaires de travail le soir et le weekend, et du coût élevé des frais de garde, ont contribué à redonner aux grands-parents ou à d’autres membres de la famille un rôle important (Family Studies Centre, 1999). Cette tendance va à l’encontre de la privatisation de la famille, la « défamiliarisation », constatée par les sociologues (Esping-Andersen, 1999 ; Trouvé-Finding, 2006). Quand de telles solutions informelles et peu coûteuses ne sont pas une option pratique, les parents sont obligés de se retourner vers divers services privés, écoles, « playgroups », structures d’accueil maternel, assistantes maternelles et centres de loisirs, contribuant au phénomène de « marchandisation » du travail (augmentation du travail rémunéré) et à la « défamiliarisation » (diminution du rôle de la famille auprès des enfants).

  • 2  A ce jour il semble que la justice n’ait pas encore été saisie de ce genre de cas.
  • 3  Au final, le congé maternité passe de 14 à 16 semaines alors que le temps rémunéré à 90% du salair (...)
  • 4  Durée de 13 semaines, à condition d’avoir un an d’ancienneté dans l’entreprise avec la garantie de (...)

13 Pour les parents d’enfants scolarisés, des modes de garde qui conjuguent temps de travail et temps scolaire étaient encore rares et réservées à une élite sociale, employeur de filles « au pair » et de nourrices. Le taux élevé de travail à temps partiel chez les femmes et le phénomène des latchkey kids (enfants qui rentrent au foyer sans adulte pour les accueillir) sont des réponses partielles à ce problème. Temps partiel, temps variable, partage des postes de travail, travail pendant l’année scolaire, horaires ‘compressés’ (plus d’heures par jour, moins de jours par semaine), ‘V-time’, une réduction volontaire d’horaires, et le travail à domicile sont autant de solutions qui ont émergé pour aider les parents à réconcilier travail et responsabilités familiales. Les parents peuvent dorénavant invoquer la loi contre la discrimination sexuelle pour attaquer un employeur refusant des aménagements d’horaire à ses employées, la garde d’enfant incombant le plus souvent aux femmes (Parents at Work, 2000)2. Des droits accrus aux travailleurs à temps partiel (Part-time Workers Regulations 2000) les mettant sur un pied d’égalité avec des travailleurs à plein temps, sont destinés à promouvoir la cause des familles. Le congé maternité rémunéré a été rallongé et le congé, sans solde, de 40 semaines, étendu par le ‘Employment Relations Act’ de 1999, rallongés de nouveau en 20053. Par la même occasion, un congé parental pour s’occuper d’un enfant pendant ses cinq premières années est accordé selon les directives européennes sur la durée du travail et le temps partiel4.

14 Les mesures semblent cependant peu prendre en compte les modes de garde non-institutionnelle. Il semblerait qu’utiliser des solutions de facilité comme sa propre famille soit considéré comme naturel, normal et non-problématique. « There is no substitute for families looking after each other » pense un père de deux enfants gardés par leurs grands-parents. Cet avis est partagé par des groupes de pression comme « Parents at Work ». En tête de liste des options pour les parents qui travaillent à plein temps, la solution de garde chez ou par « un membre de la famille » est toujours considérée comme celle qui « résout plusieurs problèmes » (Parents at Work, 1997). Ce refus de confier ses enfants à un tiers, en dehors de la famille ou, pire encore, à une institution, n’est pas sans rappeler une période où l’incapacité de subvenir aux besoins de sa famille fut traitée comme un crime où le parent ‘incapable’ était censé être ‘coupable’ d’abandon d’enfant. Alors que l’anathème social qui frappe les mères au travail est de moins en moins prononcé, le sentiment de culpabilité qui en découle subsiste. C’est sans doute pourquoi la question des solutions à la garde d’enfants est restée en suspens depuis si longtemps.

15 Proposer des solutions aux difficultés auxquelles les parents doivent faire face se traduit par des aides matérielles. Après tout, le gouvernement Major avait introduit un système de bons pour payer les gardes d’enfants, les « childcare vouchers » pour défrayer les parents. Pour les Nouveaux Travaillistes il s’agit autant d'insuffler des attitudes et mentalités nouvelles que de distribuer des subventions en faveur de l’emploi.

Mesures concrètes

Places d’accueil

16 Quelles sont donc les stratégies adoptées pour soutenir la famille et les parents ? En quoi peuvent-elles être décrites comme « nouvelles » ? Nous avons déjà noté une approche pluridisciplinaire, visant à s’attaquer à plusieurs objectifs de façon concertée, une approche appelée « joined-up government » par ses partisans. C’est une approche qui n’est pas sans poser des problèmes de visibilité car les efforts sont certes concertés, mais aussi diffus, et les effets ne sont ni immédiats ni quantifiables. Ce n’est pas un traitement de choc, mais un traitement homéopathique et psychologique destiné à changer les comportements. En deuxième lieu, cette approche globale est ciblée pour encourager le travail et le mérite. Elle est également motivée par le souci de réunir les secteurs publics et privés dans un partenariat censé dépasser la dichotomie opposant le tout État au tout privé.

17Ce traitement global sur plusieurs fronts, ce désir de changer les comportements, est visible en premier lieu dans le livre vert, New Ambitions for Our Country : A New Contract for Welfare où les priorités sont la protection sociale, les inégalités et la pauvretéauxquelles le gouvernement se propose de remédier par des approches multiples entremêlées. La National Childcare Strategy, le New Deal et Sure Start, des mesures sociales d’accueil, d’emploi et d’insertion, sont destinées à se renforcer et se compléter dans une stratégie globale et multilatérale.

18Développer l’accueil d’enfants dans chaque communauté est le principal objectif du ‘National Childcare Strategy’ annoncé dès l’automne 1997. Le ministre de l’éducation et de l’emploi, Blunkett, et le ministre des Affaires sociales et des Femmes, Harman, présentèrent conjointement l’initiative, preuve de la stratégie double du gouvernement. « The Strategy is about supporting families. Families need childcare » avaient-ils declaré (Avant-propos, Meeting the Childcare Challenge, 1998). La création de places à l’école maternelle publique ou privée pour tous les enfants de quatre ans et la majorité des enfants âgés de trois ans fut déclarée comme l’objectif. Pour un coût modique, et la gratuité pour l’éducation préscolaire, la garde des enfants pour les familles nécessiteuses devenait une priorité. L’initiative fut à l’origine d’une expansion sans précédent appelé « révolution » par les lobbies en faveur d’une politique d’accueil qui voyaient leurs vœux exaucés avec l’annonce de six fois plus de places et quatre fois plus d’emplois dans le secteur de 1999 à 2004 (Kids’ Club Network, 1999 ; Kids’ Clubs Network,2000). Les structures d’accueil pour jeunes enfants, les centres de loisirs que la « Out of school childcare initiative » soutenait, se virent allouer 60 000 places après 1 an, 1 million au total étaient prévus pour 2003 (Hodge, 1999). En 2000, en Angleterre, il y avait un peu moins de 1 million de places pour les enfants non scolarisables, (« day nurseries », assistantes maternelles agréées, « playgroups ») auxquels il fallait ajouter 713 600 enfants, de trois et quatre ans dans les écoles et classes maternelles et d’âge préscolaire dans les classes primaires (National Statistics Bulletin, 2000 ; National Statistics Bulletin, 2001). En 2002 le nombre de places pour les enfants de trois ans devait doubler celui de 1997 et toucher les deux tiers des enfants de trois et quatre ans. Cette expansion tous azimuts ne réunit pas tous les suffrages. L’utilisation des structures privées et publiques existantes posait problème, car l’accueil et les structures étaient considérés comme des pis-aller (Trouvé, 2001).

19La création de centres spécifiques pour enfants au sein de chaque localité est mise en avant par le lobby très influent Kids’ Clubs Network, qui a participé activement à la mise en place des initiatives gouvernementales et du Out of School Initiative. Le slogan des Kids’ Clubs, « Mettre l’enfant au cœur de la communauté » a été repris par Monsieur Blair. Son épouse, Chérie Blair est la vice-présidente de l’association. L’accès aux services pour des parents dans diverses situations (travail ou études, enfants handicapés, ethnies diverses), qui travaillent ou étudient, dans des régions déshéritées y compris les zones rurales, est le deuxième objectif de la National Childcare Strategy, rejoignant en cela le programme « opportunités pour tous » propre à permettre de combattre la pauvreté et l’exclusion annoncé en 1998. La politique du New Deal soutient par ailleurs l’effort en faveur des chômeurs avec la création d’un million de places de garderie supplémentaires, la formation des inactifs pour combler les besoins en main d’œuvre spécifique créés par la National Childcare Strategy, et la subvention des frais de garde des parents chômeurs désirant reprendre le travail.

20 Le programme Sure Start a été lancé par les ministères de l’Education et de la Santé en janvier 1999 avec 60 initiatives locales pour venir en aide à la petite enfance défavorisée (Avant-propos, Sure Start, 1999). Une approche appelée globale par les ministres David Blunkett et Margaret Hodge incite les responsables locaux à associer une ou plusieurs des stratégies suivantes : la National Childcare Strategy, les zones d’action prioritaire pour l’emploi, l’éducation et la santé, le New Deal, la réduction de la criminalité, la rénovation des quartiers. Ainsi, des pôles d’excellence de la prime enfance servent de « phares » éclairant la pratique sociale dans ce domaine. Les familles y trouveront des services intégrés - éducation, santé, et action sociale - où garderies, centres de loisirs et études surveillées (homework clubs) et formations pour adultes et parents seront réunis.

Aides financières

  • 5  En juin 2001, £59 de crédit d’impôt étaient accordés aux familles avec un ou plusieurs enfants de (...)
  • 6  £500 (750€) à la naissance ou l’adoption d’enfants pour les familles qui sont déjà allocataires d’ (...)

21 Le traitement global des problèmes sociaux concernant la famille est exhaustif, et il est par ailleurs couplé à un ciblage des aides. On pourra objecter que ceci n’est pas vraiment nouveau, ayant été tenté à la fois par les gouvernements Thatcher et plus loin dans les mémoires, par les gouvernements travaillistes dans les années soixante et soixante-dix. La nouveauté réside dans les formules appliquées. Le passage d’allocations faibles et généralisées à des aides ciblées et spécifiques est accompagné d’une incitation au travail dans le cadre du programme Welfare to work. L’introduction du Working Families Tax Credit (5 octobre 1999) et du Childcare Tax Credit (CTC) est destinée à réduire le coût des enfants pour des parents qui ont un emploi5. En juin 2001, £59 (90€) de crédit d’impôt était accordées aux familles avec un ou plusieurs enfants de moins de seize ans ou de dix-neuf ans toujours scolarisé, dont les parents travaillent au moins seize heures par semaine, et n’ont pas plus de £8000 (12000€) d’épargne. La prise en compte de l’épargne des allocataires remonte aux mesures du gouvernement Thatcher. Des crédits supplémentaires sont alloués, pour chaque enfant, aux familles qui travaillent plus de 30 heures par semaine. Le crédit d’impôt pour garde d’enfantspermet de rembourser jusqu’à 70 % des frais dans la limite de £135 (200€) pour 1 enfant et £200 (300€) pour deux enfants et plus. Les dépenses publiques à ce chapitre, le nombre de familles concernées et les sommes qu’elles recevaient devaient doubler par rapport au système précédent, le Family Credit, mis en place par les conservateurs. Si seulement 120 000 demandes pour le CTC ont été enregistrées à l’automne 2000, cela s’expliquait par le manque d’assistantes maternelles ou d’institutions agréées (Toynbee, Walker, 2001 : 3). Autrement dit, malgré une intervention publique, les lois du marché, ici l’offre de services et la demande de places, ne permet pas toujours à l’offre des services de répondre à la demande de places. Un crédit d’impôt supplémentaire, le Children’s Tax Credit, introduit en avril 2001, réduit, dans la limite de £442 (685€) l’impôt sur le revenu de parents d’enfants de moins de seize ans vivant sous leur toit. Cette aide graduée constitue également un effort pour soutenir ceux qui en ont le plus besoin. La mise en place très médiatisée du Children’s Fund en 2001, appelé baby bond, permet d’encourager l’investissement dans un compte épargne spécifique d’une somme de £500 (750€) versée par l’État et réservée en premier lieu aux familles déjà allocataires de l’une des aides suivantes : Income Support, Income-based Job Seeker’s Allowance, Working Families Tax Credit6.

22 Cette façon d’accorder des avantages sociaux non pas sous forme d’allocations mais de crédits d’impôt peut ressembler à une manière de faire passer la pilule ou pis, une tentative d’acheter des voix juste avant les élections de 2001. Les parents ayant un emploi, mais de revenus modestes allaient recevoir plus sans augmenter la participation des classes moyennes. Cette mesure s’insère dans la politique d’incitation au travail et à l’indépendance. Les analystes prévoient cependant d’éventuels effets pervers sur les bas salaires et la reconnaissance du rôle des femmes. L’employeur pourra éviter une hausse des salaires égale à l’équivalent du crédit d’impôt. L’allocataire mère de famille dans le cas du Family Credit, serait le salarié de la famille, effectuant ainsi un possible transfert de revenu « from purse to wallet », qui serait dommageable à la situation des mères et des enfants (Purdy, 2000 : 191-192), car les pères pourraient dépenser ces sommes autrement, argument qui, à leur introduction, avait motivé le versement des allocations familiales à la mère.

Principes

Partenariat

  • 7  AMP Pearl, HSBC, Calouste Gulbenkian Foundation, T.U.C., T.G.W.U., North West, North East and East (...)

23La troisième caractéristique de la politique de soutien aux familles et aux parents est le développement de services sociaux mixtes, faisant appel à la fois aux services publics et aux institutions privées. Ce « partenariat » tant souhaité par les Nouveaux Travaillistes est clairement visible. Les syndicats et les entreprises, ainsi que les lobbies et les professionnels, les autorités locales et nationales y ont été associés avec habileté. Les Early Years Development and Childcare Partnerships, et le National Childcare Strategy, en sont des illustrations de choix (Trouvé, 2001). Ainsi le Kids’ Clubs Network (qui a joué un rôle primordial dans la mise en place des solutions à la garde d’enfants depuis le début des années 80) créa en janvier 2000, la Childcare Commission, une organisation non gouvernementale présidée par Harriet Harman, député et ancien ministre des Affaires sociales et des Femmes, et financé, par une variété d’institutions publiques et privées : entreprises, administrations locales, syndicats7. Rien d’étonnant alors à ce que le rapport publié par l’organisation en janvier 2001, Looking to the Future for Children and Families, propose des solutions qui avaient déjà commencé à se mettre en place : un centre consacré aux enfants dans chaque localité, un soutien financier pour la garde d’enfants de moins de trois ans, des crédits d’impôts pour les frais de garde, des conditions de travail favorables à la famille, et un département ministériel pour chapeauter l’ensemble. Ce rapport devait renforcer l’idée que la politique familiale du gouvernement répondait bel et bien aux souhaits du public, des employeurs et des groupes de pression et aux promesses de concertation et d’écoute faites par le « listening government ». Rapprocher et non pas opposer les intérêts en présence, faire avancer les choses en refusant l’immobilisme, caractérisent la vie politique repensée par le New Labour.

24Ce partenariat pragmatique se reflète également dans la façon d’agir : encourager plutôt qu’imposer, suggérer plutôt que légiférer, montrer l’exemple (‘beacons’, ‘centres of excellence’) plutôt que montrer du doigt (bien que la pratique de ‘naming and shaming’ fut appliquée dans d’autres domaines), flatter plutôt qu’offusquer. C’est ainsi que l’on propose « d’encourager » les employeurs à aider les parents et à adopter des pratiques conviviales (family-friendly empolyment practices). L’exemple fut donné par des ministères et agences nationales mais de façon inégale. La Benefits Agency du ministère des Affaires sociales, où un tiers des 70 % de femmes travaillent à temps partiel (70 000 employés), a été le premier à adopter des politiques allant dans le sens souhaité en finançant des places dans des garderies (332 en 1998) et des centres de loisirs, holiday play schemes, pour les enfants des employés (1 350 places dans 53 centres) (Meeting the Childcare Challenge, 1998 : 5.39). Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que ce soit les services publics qui aient mis en place des solutions de rechange et aient été les plus compréhensifs envers les parents, alors que le secteur privé laisse encore beaucoup à désirer (BBC News, 2001). Il semblerait que les pourcentages d’employeurs adoptant différents modes de travail flexibles et des pratiques tournées vers les familles aient augmenté de façon significative de 1996 à 1998 bien que, paradoxalement, le pourcentage où le télétravail était toléré ait diminué (Dex, 1999, Tableau 9.1). 32 % des salariés tous secteurs confondus, profitaient d’horaires aménagés, 16 % du partage de postes de travail, ‘jobshare’, 9 % du télétravail, et 4 % de crèches ou garderies financées par l’employeur. Seuls 28 % des salariés profitaient du congé parental. Cependant, en 1998, 46 % des employées ne bénéficiaient d’aucun de ces aménagements. Il serait difficile de déterminer la responsabilité des politiques introduites depuis 1997 dans cette évolution. On peut néanmoins constater que certaines avancées – tel le congé parental - n’existaient pas légalement auparavant, et restaient l’apanage d’entreprises éclairées qui en acceptaient le coût. On remarquera l’effort entrepris par le gouvernement pour infléchir la culture d’entreprise en Grande-Bretagne et lutter contre l’idée selon laquelle de longues heures de travail sont synonymes de productivité.

25Changer la culture et les mentalités n’est pas chose aisée. L’annonce de la décision de diligenter une enquête sur les politiques de congé et de travail flexible et de leur impact par le ministère du commerce et de l’industrie (Department of Trade and Industry) en juin 2000 ressemblait à un signal d’alarme. Les avantages accordés aux mères de familles auraient eu un effet contraire en décourageant l’embauche des femmes et renforcé les stéréotypes hommes/femmes. Les médias ont même critiqué la décision personnelle du Premier ministre de ne pas prendre de journées de congé lors de la naissance de son quatrième enfant et de montrer ainsi un mauvais exemple. Cette mauvaise impression fut quelque peu effacée par son ministre de la santé, Yvette Cooper, et son époux conseiller du premier ministre Ed Balls, lorsqu’ils prirent des congés lors de la naissance de leur fils un an plus tard. Le ministre de la santé, il est vrai, avait droit à un congé de maternité sans perte de salaire de 18 semaines (Industrial Society, 2000 ; Lewis, 1998).

26Pour favoriser ces évolutions, une association indépendante mise sur pied par le gouvernement en coopération avec la Fondation Joseph Rowntree, le National Family & Parenting Institute, travaille depuis novembre 1999 à une mission d’information et de conseil auprès des milieux politiques et sociaux (BBC News, 30 novembre 1999), un exemple de plus de cette « économie mixte » version New Labour. Le gouvernement a également réservé sept millions de livres pour les associations et réseaux qui aident les familles. Un numéro d’appel Parentline (reprenant l’idée des Childline et NHS Direct) un site web et une campagne, Work-Life Balance ont été inaugurés. Ont de même été envisagées des actions pour aider les jeunes filles et les garçons, ainsi que les jeunes adultes, à dépasser les stéréotypes en encourageant les filles à s’intéresser aux métiers scientifiques et techniques et les garçons aux tâches éducatives et ménagères et à soutenir les pères en collaboration avec l’association Fathers Direct.

27Ce dosage de public et de privé caractéristique de la « troisième voie » blairienne, peut être une manière de se défausser d’un échec au bout du compte. L’éparpillement des projets sur le terrain, l’introduction progressive des mesures - testées sur une échelle réduite, puis étendues - sont tels que le mélange de remèdes appliqués, est à chaque fois, dans chaque entreprise, dans chaque localité, différent. À force de varier et doser les composants, on ne sait plus ce qui marche, critère d’efficacité appliqué par le gouvernement lui-même, et ce qui ne marche pas ! Un gouvernement qui veut modeler l’opinion et les comportements, qui veut s’extraire de l’ornière des pratiques routinières pour ‘moderniser’ les approches, prête le flanc à la critique qui fustige la vacuité de son discours et le flou de ses actes. Agir sur la famille, sur les comportements des parents et des enfants, est une facette de l’investissement social prôné par Giddens, héraut de la troisième voie. Une telle transformation sociale, surpassant à la fois l’individualisme endémique et socialement irresponsable du capitalisme sans cœur et le collectivisme dépassé du socialisme sans prospérité des années soixante-dix, est un travail de longue haleine, que les deux premiers gouvernements de Tony Blair ont entamé selon leurs dires.

Moderniser la politique sociale

28La modernisation de la politique sociale britannique pousse le gouvernement New Labour à occuper un terrain jusqu’alors laissé à ses opposants, la défense de la famille. Famille et modernité sont de nouveau conjuguées alors que les deux termes ont subi un glissement sémantique. Redéfinir la famille et reformuler la signification de « modernité » sont donc deux tâches auxquelles s’est attelé le gouvernement New Labour (Trouvé, 2004).

  • 8  Le nom du ministre des Affaires étrangères est passé à la postérité dans la phrase ‘doing a Robin (...)

29 C’est la famille, et non le mariage, qui a été qualifié d’agent de cohésion sociale. Les avantages fiscaux aux couples mariés furent abolis par Brown et redistribués aux familles par les crédits d’impôts (Toynbee, Walker, 2001 : 34). Ce sont les couples mariés sans enfants qui en supportèrent les frais. Des mesures pénalisantes (retrait des allocations) ont été imposées aux familles monoparentales, mais New Labour s’est vite rendu compte des difficultés que de telles mesures soulèvent. Le sens du terme « famille » a été légèrement infléchi par rapport à l’ancienne définition : du couple marié avec enfants on est allé vers une conception plus souple. Mais vouloir agir sur les maux de la société en agissant sur la famille, en entrant dans la sphère privée est un exercice périlleux comme en témoignent les réactions au document de consultation du ministère de l’intérieur, Supporting Families, de novembre 1998. Straw reconnut lui-même combien il était en ‘terrain miné’ (Family Policy Studies Centre, 1999). A chaque pas, en effet, des scandales qui compromettaient soit un ministre soit un député travailliste risquait d’éclater à la figure de ceux qui rêvaient d’une société composée de familles stables8. A tel point qu’on entendit des « soupirs de soulagement » lorsque le sujet de la famille fut magistralement évitée lors du débat de la rentrée parlementaire en novembre 1998, alors même que c’était l’un des axes principaux de l’action gouvernementale à ce moment-là.

30 Avant les élections de juin 2001, la famille resurgit de nouveau. Les deux principaux partis politiques se la disputaient. Blair, comme Clinton auparavant, mettait l’accent sur la famille dans la campagne pour le renouvellement de son mandat. Le nouveau « paterfamilias » de la nation, le chancelier Brown, promettait d’augmenter la durée du congé de maternité, et le taux de l’allocation unique de maternité, riposte au programme du Parti conservateur, « putting the family first »’, qui promettait de recentrer la famille sur le mariage et d’aider les mères qui ne souhaitent pas travailler. Le Parti conservateur ne pouvait qu’assister impuissant à la mise en place et au développement de ce programme, avant de se ressaisir et de tenter de reprendre l’initiative dans ce domaine à partir de 2003 et avant les élections de 2005. Ne pouvant critiquer les nouvelles aides aux familles sur le fond, le leader conservateur Michael Howard, et son ministre fantôme de la famille, Theresa May, annoncèrent un retour vers le collectif et le social dans les priorités du Parti conservateur. Aux mesures en faveur des familles introduites par les Travaillistes, qu’ils ne pouvaient critiquer au vue du succès qu’ils remportaient, ils opposèrent le coût, en proposant moins d’imposition pour les familles et moins de gabegie dans les services publics, y compris, ceux fournissant des aides aux familles.

31 Les difficultés du Parti conservateur à se positionner clairement sur ce terrain viennent de cette appropriation par le gouvernement New Labour de la rhétorique et de l’action politique en matière familiale. Travailler mais élever ses enfants correctement, s’occuper de ses enfants ou travailler, profiter des possibilités de garde, de soins, de conseil offertes par les collectivités mais garder la responsabilité finale de ses choix, sont toutes des solutions proposées. La polyvalence est également apparente dans la rhétorique. Il s’agit d’améliorer (enhance), sans dicter, d’ouvrir des choix pour les parents qui choisissent librement (‘parental choice’). Selon le gouvernement Blair, ce sont les parents eux-mêmes qui doivent aussi bien déterminer ce qui est convenable que se le procurer. Les choix doivent être facilités, mais ce sont les parents qui prennent les décisions et font des choix, non le gouvernement. Ce dernier encourage ceux-ci à se prendre en main, leur en donnent certains moyens, mais leur laisse la responsabilité de leurs propres choix.

New Labour rhetoric has promoted the image of the citizen worker whilst recognising the conflicting demands parents can face… a clear move away from a strong male breadwinner model towards more gender equity in government policy it is still far from collectivised state childcare, in fact it remains a private arrangement (parents find their own childcare, make their own ‘choices’ from what services are available) but with some fiscal assistance from the state. (Marchbank, 2000 : 86)

32 On reconnaît les droits des individus et les droits des familles, mais on insiste sur les devoirs qui leur incombent : la responsabilité des choix –fonder une famille, travailler et élever des enfants- incombent aux parents et non à la société. On conçoit que les accusations de manque de fermeté, voir de volonté, et ce à l’intérieur même du Parti travailliste. De plus, des ministres femmes (Harriet Harman, ministre des affaires sociales limogée, et Baroness Jay, ministre de la condition féminine) émirent des réserves quant à l’efficacité des mesures et l’engagement même du gouvernement notamment en ce qui concerne les femmes et les mères. Ce manque de fermeté et d’engagement serait peut-être dû à la méthode « moderne » préférée par New Labour qui s’interdit toute incursion pratique de l’Etat dans le domaine privé et individuel, mais qui se permet d’indiquer, de façon assez autoritaire, la façon d’élever ses enfants. Ce renversement des rôles de l’État et de la famille maintient un semblant d’action sans obliger le gouvernement à s’en donner les moyens.

Bilan

33La famille, longtemps vilipendée par ceux qui la rendaient responsable des maux de la société, oubliée dans les politiques sociales, avait retrouvé des champions. Les résultats de la politique familiale de New Labour furent comparés favorablement aux promesses vides des années de gouvernement conservateur pendant la période précédant les élections de 2001. Des « bornes » (policy milestones) érigées pour indiquer le tracé de la troisième voie dans le troisième millénaire furent annoncées : refonte des « crédits pour enfant » en 2003, Sure Start étendu à 500 localités, l’école gratuite pour tous les enfants de 3 ans dès 2004. Le député conservateur modéré, Ian Gilmour, voit dans le domaine social les plus grand succès du premier gouvernement New Labour, citant le soutien financier aux familles(augmentation des allocations familiales et crédit d’impôt pour enfants) (Gilmour, 2001 : 16). Au terme du premier mandat on reconnaissait que « Labour has made family issues mainstream policy issues » mais on a pu critiquer le manque d’homogénéité des stratégies parallèles (Lewis, 2001 : 491).

34La mise en place d’une panoplie complète de services coordonnés, structurés, contrôlés, avait pris trois ans de 1998 à 2001. Les études chiffrées publiées à partir de 2003 prirent l’année scolaire 2001-2002 comme année de référence, l’an zéro du nouvel État-providence. Il s’agissait non seulement d’étendre et de consolider ces nouveaux services à la famille qui venaient d’être créés mais aussi d’envisager sous un angle nouveau en premier lieu les rapports entre l’État et la famille et, en deuxième lieu, le financement des services ainsi créés. La réforme des crédits d’impôt en 2002, effective à partir de 2003, et la création des fonds d’investissement pour les enfants subventionnés par l’État entérinèrent cette nouvelle approche. En même temps, la dispersion des services à l’enfance devenait de plus en plus criante. La création en 2003 d’un département ministériel, et en 2004 et 2005 la nomination de Commissaires aux enfants, chargés de la coordination des politiques concernant les enfants, la jeunesse et les familles vinrent couronner cette remise en cause du fonctionnement d’un ensemble de services restés encore trop disparates et morcelés.

35Pendant l’hiver 2004-2005, dans deux discours clés, annonçant le début de la campagne électorale, le premier ministre et le ministre des finances soulignèrent les importantes réalisations du gouvernement travailliste dans le domaine de l’enfance. Le Premier ministre Tony Blair considérait que la réforme du système de protection sociale britannique passait par un soutien aux parents qui leur permettrait d’équilibrer vie privée et travail. Il réaffirma le choix de son gouvernement de laisser libre cours à toutes les formes d’accueil des enfants, de laisser aux parents les décisions concernant leur mode de vie et de travail mais de leur faciliter cette responsabilité en leur proposant une gamme de solutions. La liste chiffrée des réalisations était longue : congé de maternité prolongé, crédit d’impôt, congé de paternité, subventions pour la garde des enfants, aménagement du temps du travail, congés parentaux, préscolarisation (Discours du 11 novembre 2004). A tel point, que le Chancelier de l’Échiquier Gordon Brown compara les réalisations du gouvernement travailliste dans le domaine de l’enfance avec celles du gouvernement Attlee, qui, après la Deuxième Guerre mondiale, avait créé un système national de santé (Discours du 15 avril 2005). L’extension de l’accueil des enfants était, pour Brown, l’un des plus grands succès du gouvernement depuis 1997. Pour le Premier ministre, il s’agissait d’une « nouvelle frontière » que l’État-providence britannique devait explorer et défricher. Dans cette perspective, selon une allocution du Premier Ministre en novembre 2004, le Royaume-Uni, autrefois détenteur de la cuillère de bois en matière de politique de la famille, se plaçait dorénavant parmi les pays les plus avancés (Discours du 11 novembre 2004). Des commentateurs extérieurs au gouvernement reconnurent le bien fondé de ces affirmations : « Au cours de sa deuxième législature, le Labour a mis les enfants au cœur de l’ensemble de ses espoirs de justice sociale. Les enfants ne sont pas seulement l’avenir, ils seront l’ultime épitaphe du Labour. » (Toynbee, Walker, 2005 : 311)

36Au vu de la kyrielle de mesures dans de nombreux domaines, des mesures prises en matière de politique européenne, de politique du travail, en matière de politique des revenus, de politique fiscale, de prestations sociales, de traitement de la criminalité, il n’est pas surprenant, qu’au terme du premier mandat, ce bilan n’ait pas été aussi clair.Comme nous l’avons vu, les méthodes et les moyens ont effectivement été diffus, multiples et peu visibles. Ces traits ont ajouté à la confusion autour de la politique de la famille et aux difficultés posées pour en cerner l’essence. On pourra aussi objecter que le gouvernement ne faisait que suivre les changements et non les précipiter. Les statistiques montrent une progression constante de la scolarisation des enfants de trois et quatre ans sur les trente-cinq dernières années. Tel n’est pas le cas pour le message. La conviction de la pérennité de la famille et les croyances en certaines valeurs centrales, à contre-courant de l’idée que la famille avait vécu, ont été proclamées haut et fort.

37La réaffirmation du rôle de la famille, institution sociale en perte de vitesse, malade et discréditée à la fin du XXème siècle, a bien eu lieu, mais peut-être pas par ceux de qui on l’attendait.

Haut de page

Bibliographie

BBC News, 1999, 9 mars “Child care still a burden for couples”,http://newsvote.bbc.co.uk/hi/english/events/budget_99/real_lives/

BBC New, 1999, 19 mai “Grandparents take strain …”

BBC News, 2001, 29 août “Uk business ‘fails working mothers”, http://newsvote.bbc.co.uk/hi/english/business/

Blair, T. - The Express, 3 novembre 1998, “Family : Is it the government’s business ?”.

Cabinet Office Strategy Unit - Delivering for children and families : Inter-departmental childcare review, London, Stationery Office : 2002

Coates, D., Lawler, P. - New Labour in power, Manchester : Manchester University Press, 2000

Crowley, J. - Tony Blair, le nouveau travaillieme et la troisième voie, La Documentation Française, « Problèmes politiques et sociaux », n.°824.

Desai, T., Gregg, P., Steer, J., Wadsworth, J. - “Gender and the labour market”, Gregg, P., Wadsworth, J., (dir.) - The State of Working Britain, Manchester : 1999

Dex, S., (dir.) - Families and the Labour Market, Family Policy Study Centre, Joseph Rowntree Foundation : 1999

Esping-Andersen, G. - Les trois mondes de l’État-providence : essai sur le capitalisme moderne, Paris : PUF : 1999

Etzioni, A. - The Parenting Deficit, Londres, Demos : 1993

Family Circle, septembre 2000, ‘Money’s too tight to mention ?’

Family Policy Studies Centre - Supporting Families A Consultation Conference 25 January 1999 Conference Report FPSC Working Paper 7, Londres, FPSC : 1999

Family Study Centre, University of Newcastle, étude non publiée, “Grandparents take strain of childcare”, BBC News, 19 mai 1999, http://newsvote.bbc.co.uk/hi/english/uk/

Fitzgerald, T. - “The New Right and the Family”, Loney, M., Boswell D., Clarke, J., Social Policy and Social Welfare, Milton Keynes, Open University Press : 1983

Gilmour, I. - “Little Mercians”, London Review of Books, 5 juillet 2001

Hodge, M. Employment and Equal Opportunities Minister, - Déclaration du 25 janvier 1999, http://www.dfee.gov.uk/news/99/30.htm

Home Office - Supporting Families, Nottingham, Stationery Office : 1999

The Industrial Society, Mothers versus Men, 2000

Keep, G. - Is Britain Family-Friendly ? The Parents’ View, Londres,National Family & Parenting Institute : 2000

Kids’ Clubs Network, Creating childcare for a new millenium, Annual Review 1999

Kid’s Club Network and Brunel University - The Childcare Revolution, Facts and figures for 1999, Executive Summary of a Research Report , Kids’ Club Network : 2000

Labour Party Tackling the Causes of Crime, Labour Party Policy Document, : 1996

Lewis, J. - ‘Politique familiale et marché du travail : le cas de la Grande Bretagne dans une perspective européenne’, dans Margaret Maruani, Les nouvelles frontières de l’inégalité, Hommes et femmes sur le marché du travail, Paris, La Découverte/Mage : 1998

Jane Lewis, ‘Women, Men and the Family’, Seldon A., (dir.) - The Blair Effect, The Blair Government 1997-2001, Londres, Little & Brown : 2001

Marchbank, J. - Women, Power & Policy, Comparative Studies of Childcare, Londres, Routledge : 2000

Meeting the childcare challenge : a framework and consultation document, Cmd. 3959, 19 mai 1998

Morgan, P. - Farewell to the Family ? Public policy and Family breakdown in Britain and the USA, Londres, Institute of Economic Affairs : 1999

Moss, P., Deven, F., (dir.) - Parental Leave : Progress or pitfall ? NIDI CBGS : 1999

National Statistics Bulletin, Department for Education & Employment, 08/00, octobre 2000 Children’s Day Care Facilities at 31 March 2000 England’ ;

National Statistics Bulletin, Department for Education & Employment, 01/01, janvier 2001, ‘Provision for children under five years of age in England – January 2000’.

Parents at Work - The Working Parents Handbook, Londres, Working Mothers Association : 1981 (1997)

Parents at Work - Flexible Working, Factsheet 7 : novembre 2000

Purdy, D. - ‘New Labour and Welfare Reform’, Coates, D., Lawler, P. - New Labour in power, Manchester : Manchester University Press, 2000

Radice, G. (dir.) - What Needs to Change : New Visions for Britain, Londres, Harper Collins : 1996

Savage, S.P. - Public Policy under Blair, Basingstoke, Palgrave : 2001

Seldon A., (dir.) - The Blair Effect, The Blair Government 1997-2001, Londres, Little & Brown : 2001

Sure Start, A Guide for second-wave programmes, Nottingham, DfEE : 1999

Toynbee P., Walker D. - Did Things Get Better ? An Audit of Labour’s Successes and Failures, Londres, Penguin : 2001

Toynbee P., Walker D. - Better or Worse ? Has Labour Delivered ? Londres : Bloomsbury, 2005

Trouvé S. - ‘L’évolution du secteur préélémentaire’ dans Jean-Noël Evanno, dir., Le New Labour et l’éducation, La troisième voie mise à l’essai, Rennes, P.U.R. : 2001, 27-42

Trouvé, S. - ‘Les services publics et la famille : la quadrature du cercle ?’ dans Gilles Leydier, (dir.), Les services publics britanniques, Rennes, PUR : 2004, 241-253

Trouvé-Finding, S. - ‘Le cheval à bascule, cheval de Troie ?’ Observatoire de la Société Britannique, janvier 2006, n° 1, 133-155.

Haut de page

Notes

1  Logement : 600 livres par mois, gardienne : 500 et nourriture : 300.

2  A ce jour il semble que la justice n’ait pas encore été saisie de ce genre de cas.

3  Au final, le congé maternité passe de 14 à 16 semaines alors que le temps rémunéré à 90% du salaire passe de 6 semaines à 16 (et 9 mois en 2007) avant de retomber au taux forfaitaire (les £60 par semaine furent réévalués à £106) pour les 20 semaines suivantes. Les mères peuvent ensuite prendre un congé de 26 semaines non rémunéré. Le congé sans solde fut étendu aux femmes ayant travaillé une année entière (au lieu de deux ans).

4  Durée de 13 semaines, à condition d’avoir un an d’ancienneté dans l’entreprise avec la garantie de retrouver son poste ou l’équivalent. Congé sans solde mais certains parents à revenu modeste pourront bénéficier d’allocations supplémentaires prévus par les conventions de travail.Directive européenne de 1992 « Recommendation on Childcare ». L’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme concernant le droit au respect de la vie privée et familiale est entré en vigueur en Grande-Bretagne à la suite du Human Rights Act de 1998.

5  En juin 2001, £59 de crédit d’impôt étaient accordés aux familles avec un ou plusieurs enfants de moins de 16 ans (19 ans pour les enfants scolarisés), dont les parents travaillent au moins 16 heures par semaine, et n’ont pas plus de £8000 d’épargne. Des crédits supplémentaires sont alloués aux familles qui travaillent plus de 30 heures par semaine et pour chaque enfant. Le crédit d’impôt pour garde d’enfantspermet de rembourser jusqu’à 70% des frais dans la limite de £135 pour 1 enfant et £200 pour 2 et plus.

6  £500 (750€) à la naissance ou l’adoption d’enfants pour les familles qui sont déjà allocataires d’aides (Income Support, Income-based Job Seeker’s Allowance, Working Families Tax Credit).

7  AMP Pearl, HSBC, Calouste Gulbenkian Foundation, T.U.C., T.G.W.U., North West, North East and East Midlands Development Agencies, Yorkshire Forward, Highlands & Islands Enterprise, Leicester, Manchester et Leeds.

8  Le nom du ministre des Affaires étrangères est passé à la postérité dans la phrase ‘doing a Robin Cook’, après sa désertion particulièrement abrupte de sa femme à Heathrow lors d’un voyage officiel. Comme dans le cas de députés et de ministres dont l’homosexualité a été rendue publique de manière sensationnelle, ce n’est pas tant le fait que la manière qui a été sujet à critiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Finding, « Le New Labour : le nouveau parti de la famille ? », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 93-115.

Référence électronique

Susan Finding, « Le New Labour : le nouveau parti de la famille ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/248 ; DOI : 10.4000/osb.248

Haut de page

Auteur

Susan Finding

Maître de Conférences habilitée à l'université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org