Navigation – Plan du site

Le New Labour et les enseignants

Jean-Noël Evanno
p. 117-132

Résumé

Pendant la campagne électorale de 1997, Tony Blair se démarque fortement de ses adversaires conservateurs sur le chapitre des enseignants, prétend leur abandonner l'invective pour lui préférer le dialogue et la collaboration. Outre les traditions, qui font des travaillistes les champions de la profession, le style et le ton des nouveaux arrivants – et la promesse solennelle d'une attention neuve aux problèmes du système éducatif – tranchent donc avec les pratiques des conservateurs au point de soulever souvent, chez les enseignants, l'espoir d'une réhabilitation. A travers l'analyse du fonctionnement actuel de la profession, des rapports qu'elle entretient avec le pouvoir politique du jour, , et des politiques qui lui sont imposées depuis quelques années, cet article permet de comprendre pourquoi l'état de grâce que connurent les nouveaux travaillistes fut si bref, et pourquoi la maladie qui touche le corps enseignant connaît aujourd'hui une recrudescence.

Haut de page

Texte intégral

1Début 2001, le système éducatif anglais connaît un exceptionnel remue-ménage : ici, des établissements scolaires imposent à leurs élèves de rester chez eux une journée par semaine ; là, des chefs d’établissement abandonnent leurs tâches administratives pour retourner faire la classe ; ailleurs, on regroupe les élèves de deux classes dans une seule. La grave pénurie d’enseignants qui en est la cause immédiate n’est, en réalité, que le dernier symptôme d’une maladie qui frappe durement, depuis une quinzaine d’années, les personnels du système éducatif anglais. La grande loi Thatcher de 1988 sur l’enseignement marquait le début d’une succession rapide et ininterrompue de réformes dont les enseignants subirent le poids dans le contexte du dénigrement continu des compétences et de l’action des agents de l’Etat en général, des maîtres en particulier. Aux yeux de très nombreux maîtres, la sape conservatrice minait les fondements mêmes de la culture enseignante.

2Pendant la campagne électorale de 1997, Tony Blair se démarque fortement de ses adversaires conservateurs sur le chapitre des enseignants, prétend leur abandonner l’invective pour lui préférer le dialogue et la collaboration. Outre les traditions, qui font des travaillistes les champions de la profession, le style et le ton des nouveaux arrivants - et la promesse solennelle d’une attention neuve aux problèmes du système éducatif - tranchent donc avec les pratiques des conservateurs au point de soulever souvent, chez les enseignants, l’espoir d’une réhabilitation.

3L’alternance suscite bien entre les nouveaux arrivants et les enseignants anglais une sorte de lune de miel ; mais, sans doute, le marié en aime une autre : fin 1998, le premier ministre durcit le ton à l’égard du système éducatif, et n’a plus un mot pour le mérite ou la qualité des enseignants. David Blunkett, le ministre de l’éducation, a beau, dans le même temps, applaudir leur travail, à l’occasion des congrès des grandes organisations syndicales, beaucoup y voient un double langage destiné davantage à poursuivre des fins électoralistes qu’à reconstruire la confiance et la collaboration.

4L’analyse du fonctionnement actuel de la profession, des rapports qu’elle entretient avec le pouvoir politique du jour, des politiques qui lui sont imposées depuis quelques années, permet de comprendre pourquoi l’état de grâce que connurent les nouveaux travaillistes fut si bref, pourquoi la maladie qui touche le corps enseignant connaît aujourd’hui une recrudescence, au lieu d’une atténuation.

Les conditions de travail et de rémunération

  • 1  C’est l’œuvre du School Teachers’ Pay and Conditions Act de 1991.

5C’est dans un étroit carcan, sans véritable équivalent dans les autres professions, que la loi anglaise enserre certaines des conditions de travail des enseignants. Le nombre de jours et d’heures de travail qu’ils doivent à l’État, notamment, est prescrit avec rigueur1 : ils doivent être à la disposition du chef d’établissement pendant 1265 heures annuelles, réparties sur 195 journées - ce qui implique une présence dans l’école de 6 heures 1/2 par jour. Encore ce seuil inférieur ne trouve-t-il aucun pendant dans un quelconque plafond ; une autre clause stipule d’ailleurs que les enseignants doivent s’acquitter par surcroît de « toute autre tâche nécessaire à la mise en œuvre de leurs responsabilités professionnelles ».

6Comment ces contours ont-ils pu recevoir une telle rigidité ? En 1987, les conservateurs abolissent les forums paritaires où se négociaient conjointement depuis 1965, entre les représentants des personnels, des employeurs et du gouvernement, les conditions de travail et de rémunération (la Burnham Commission), et où s’élaboraient les programmes scolaires et les modalités d’examens (le Schools Council). Ils leur substituent, en 1991, une instance dont le gouvernement nomme la totalité des membres, chargée de « formuler des recommandations » au ministre sur les salaires et les services. C’est dans ces circonstances que paraît le School Teachers’ Pay and Conditions Act, qui établit ces services. Tel est en fait, depuis sa naissance, la soumission de ce School Teachers Review Body aux préférences officielles que les conservateurs pouvaient en général, les yeux fermés, faire mine de s’y plier.

7Cette emprise de l’État favorise sans conteste l’alourdissement progressif de la charge de travail des maîtres depuis quinze ans. Sans doute la mise à l’écart des enseignants était-elle d’ailleurs un préalable indispensable aux profonds remaniements médités par les conservateurs, et amorcés dans la foulée, en 1988. Aux programmes nationaux obligatoires, aux tests dont ils s’assortissent, subis par les élèves aux âges de 7, 11 et 14 ans - aux variations déroutantes que ces nouveaux dispositifs connaissent pendant des années -, succèdent en s’y superposant, depuis quatre ans, des inspections plus fréquentes, plus exigeantes et universelles, de nouvelles adjonctions aux programmes, ou encore l’apparition d’une nouvelle strate d’examens, présentés comme facultatifs mais déjà adoptés par 90% des établissements, destinés à la mesure continue, chaque année que dure le parcours scolaire, des progrès accomplis. L’avalanche même des directives officielles qui commandent les mutations perpétuelles du système éducatif est citée par la majorité des enseignants comme le plus lourd des fardeaux qu’ils ont à supporter depuis 15 ans, et plus encore depuis que le New Labour est au pouvoir

  • 1
  • 3  C’est nous qui soulignons.

8On commence à disposer d’enquêtes officielles sur la charge de travail réelle des enseignants anglais, capables d’interroger les préjugés divers, ou de confirmer l’expérience individuelle des personnels. Une telle étude, commandée par le ministère sous la pression des enseignants, est aujourd’hui en cours. Elle débouche, à mi-chemin de ses investigations - en août 2001 -, sur les premiers constats dont le ministère a bien dû reconnaître l’irréfutabilité. Les enseignants du secteur primaire travaillent en moyenne 54 heures par semaine, ceux du secondaire 55, soit respectivement 5 et 6 heures de plus qu’il y a seulement 7 ans, en 19942. C’est, dans les termes du rapport, un horaire hebdomadaire « supérieur à celui de la plupart des autres professions », mais - et l’on croirait presque entendre le bruit des verres sur le zinc - « comparable à ceux des cadres et des professions libérales, si l’on tient compte des vacances »3. Sur cet horaire global massif, les instituteurs passent 22 heures dans la classe, les professeurs 19. L’hypertrophie des travaux annexes, préparations, certes, mais surtout servitudes administratives et tâches multiples relatives à la « vie scolaire », apparaît donc nettement.

9Aujourd’hui, la grave pénurie d’enseignants qui touche l’Angleterre vient peser davantage sur les personnels en poste. Leur contrat stipule certes qu’ils ne peuvent être contraints de se substituer à un collègue sur un poste vacant pendant plus de trois jours. Cependant - et c’est un nouveau signe de l’absence des syndicats lors de la rédaction du texte -, il se trouve dans les clauses rédigées en petits caractères une condition restrictive, un verrou petit, mais assez fort pour défendre aux enseignants la porte de sortie : pourvu que l’employeur ait « effectué sans succès toutes les démarches raisonnables » pour occuper la vacance, les enseignants en poste dans l’établissement sont forcés d’assurer les heures manquantes. Dans le contexte actuel, les employeurs - les autorités locales d’éducation, et certains établissements eux-mêmes - n’ont aucune difficulté à établir que toutes leurs tentatives de recrutement sur un poste ont échoué ; et les nouveaux travaillistes n’ont pas dédaigné ce proviso pour reculer l’examen de solutions authentiques à la crise des vocations.

10Le seul volume du travail nécessaire à une adaptation de tous les instants ne représente qu’une part des griefs des enseignants. D’autres facteurs considérables entrent en jeu depuis quinze ans, sans que l’arrivée au pouvoir des nouveaux travaillistes y ait apporté le moindre adoucissement : le stress que génère la mutabilité du travail, le sentiment de la destruction de l’autonomie professionnelle des personnels, et la disparition de la confiance des pouvoirs publics envers les enseignants, désormais comptables de leur travail jusqu’au détail.

  • 4  « L’éducation - et d’autres services publics – seront comptables de leur performance ». « Un objec (...)

11Le système d’inspection actuel, en vigueur depuis une dizaine d’années, reflète parfaitement cette rupture. En 1992, les conservateurs, privatisaient l’inspection scolaire, confiée, sous l’égide d’une nouvelle organisation non ministérielle (Ofsted, Office for Standards in Education), à des équipes nomades concourant pour des contrats précis et rétribuées par chaque établissement inspecté. Les travaillistes entérinent ces mutations, et élargissent les compétences de Ofsted - premier instrument de l’audit permanent auquel ils entendent soumettre l’éducation -, à raison de l’influence et de la sévérité qu’ils souhaitent lui prêter. Les représentants du gouvernement et les documents officiels évoquent constamment l’idée que le système éducatif sera désormais comptable de ses résultats, et la notion, très en vogue dans l’industrie et les services, de « tolérance zéro envers l’échec » ou « zéro défaut »4.

  • 5  Voir par exemple « Teacher’s suicide after school inspection », BBC News, 6 avril 2000, et « Ofste (...)

12Cette surveillance étroite sert sans doute, entre autres ambitions, celle d’accroître le niveau scolaire (mais aussi, par ailleurs, la privatisation du service public : un établissement incapable de satisfaire aux exigences draconiennes de progrès récemment établies, par exemple, risque de devoir déléguer au secteur privé la gestion de certaines activités), mais elle a ses défauts : la forte fréquence des inspections - tous les quatre ou cinq ans -, leur ampleur - les équipes d’inspecteurs prennent leurs quartiers dans une école pour au moins une semaine, et sont censées remuer ciel et terre -, la composition même des équipes d’inspection - en majorité des professionnels de l’enseignement, mais souvent retraités, ou sans expérience d’une situation sociale et éducative particulière à un établissement, auxquels s’ajoutent un ou deux « candides » -, tout cela suscite très nettement chez les enseignants nervosité, méfiance, ou rejet. D’autant que les enjeux ne sont pas anodins. Une mauvaise inspection suffit à imprimer sur l’ensemble d’une équipe pédagogique une grave flétrissure. En-deça de l’ensemble d’un établissement, chacun des enseignants est d’ailleurs concerné. Les nouveaux travaillistes ont résolu la simplification et l’accélération des procédures de congédiement de ceux d’entre eux qui sont jugés incompétents. Le gouvernement peut bien exciper des bénéfices que l’ensemble des enseignants devraient recueillir d’une telle « épuration » de la profession ; pour nombre d’entre eux, ce qu’ils éprouvent comme un flicage débouche d’abord sur une sérieuse démotivation. Jusqu’aux faits divers : les médias rapportent de nombreux cas de dépressions nerveuses, et quelques-uns de suicides, que les inspections auraient entraîné5.

  • 6  Il démissionne de ses fonctions à la fin de l’année 2000.
  • 7  « An element of threat is not necessarily a bad thing. The education system has been immune to any (...)

13Un homme incarne parfaitement l’esprit nouveau qui préside au système d’inspection, au moins jusque fin 2000. C’est Chris Woodhead, promu directeur de Ofsted par les conservateurs en septembre 1994, et reconduit dans ses fonctions par le gouvernement travailliste en 19986. Ses attaques incessantes lui valurent très tôt l’inimitié d’une majorité des enseignants, qui virent dans son maintien aux commandes de Ofsted par M. Blunkett un nouveau signe des volte-face travaillistes. « Les menaces ont un rôle à jouer, soutenait-t-il en prenant ses fonctions. Le système éducatif est resté trop longtemps à l’abri des menaces. » Il déclarait dans le même souffle 15 000 enseignants anglais « incompétents », et clamait que « l’obstacle majeur à la hausse du niveau scolaire est la culture de la profession enseignante et sa résistance au changement »7. Il fustigeait les institutions de formation des maîtres, l’indolence dont les enseignants seraient coupables, ou l’indiscipline qu’ils laisseraient s’installer dans leurs classes… Il démissionne fin 2000, tardivement lâché par l’équipe Blair, mais son régime aura laissé chez les enseignants une empreinte profonde.

14Aux côtés du système d’inspection, les « palmarès » éducatifs représentent souvent chez les maîtres un motif de fort mécontentement. La création de ces « league tables » par les conservateurs fut l’une des dispositions les plus controversées qu’ils conçurent jamais ; les nouveaux travaillistes les récupèrent sans se frapper. Mais le classement des établissements d’un secteur sur une échelle unique ignore les situations particulières, les difficultés pédagogiques spécifiques des enseignants d’un établissement, les progrès même qu’ils peuvent conquérir dans des circonstances défavorables. Pourquoi s’évertuer, pourquoi concourir, finalement, se disent nombre d’entre eux, si la ligne de départ n’est pas tracée pour tous au même endroit - et puisque les premiers à franchir la ligne d’arrivée semblent aujourd’hui mériter seuls les applaudissements, dans ce nouvel avatar d’une pseudo-méritocratie héritée du thatchérisme  ?

15C’est sur le chapitre de la rémunération des enseignants que les nouveaux travaillistes sont les plus entreprenants - les plus novateurs. M. Blunkett et ses collaborateurs mettent d’abord sur pied un statut spécial destiné à des enseignants chevronnés. Le grade de  Advanced Skills Teacher (« enseignant émérite »), vite surnommé « Super Teacher », voit le jour à la rentrée 1998. Cette initiative, selon le ministère, possède deux avantages significatifs : d’abord, gratifier d’une récompense financière des enseignants doués de compétences supérieures pour les encourager à rester à leur poste plutôt que de briguer d’autres carrières ; ensuite, attirer vers l’enseignement, notamment dans les disciplines déficitaires, des jeunes diplômés qui se tourneraient ordinairement vers d’autres secteurs. Si cette nouveauté provoque la colère et le rejet des syndicats les plus représentatifs, qui évoquent un éclatement de la profession ruineux des ambitions d’amélioration du service éducatif, c’est que les conditions de travail et de rémunération alors communes à tous les enseignants ne s’appliquent pas aux nouveaux promus. Ils se voient soumis, en premier lieu, à une échelle de salaire spécifique, et leur traitement annuel peut atteindre 400 000 francs.

16Mais ce n’était qu’un galop d’essai. Le gros morceau, c’est l’introduction, à l’automne 2000, d’une forme à peine déguisée, pour l’ensemble des enseignants, de « salaire au mérite », le « performance related pay ». Il s’agirait cette fois d’enrayer la « fuite des cerveaux » vers l’industrie ou l’administration. Celle-ci existe bel et bien. Mais il faut dire que le contrôle de l’Etat sur les conditions de rémunération et de service, depuis une quinzaine d’années, favorise le creusement progressif des inégalités entre le revenu des enseignants et celui d’autres professions, déjà entamé auparavant. On peut même, pour se faire une idée de l’évolution du salaire des enseignants, revenir 35 ans en arrière : en 1965, la rémunération d’un maître s’approchait des honoraires d’un médecin généraliste, et dépassait le double du traitement d’un officier de police. En 2001, le médecin gagne le double de l’enseignant, et le policier tout autant.

  • 8  Une partie des sommes allouées aux établissements scolaires, et, par conséquent, de la rémunératio (...)

17Cependant, les adversaires de la forme de salaire au mérite refusent de la voir comme une panacée pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les motivations du gouvernement peuvent paraître ambiguës. L’histoire enseigne qu’il s’agit en réalité d’une vieille idée, déjà mise en œuvre en Angleterre de 1862 à 1897, aux termes du « Code Révisé »8, et dont l’ambition première résidait dans la compression des dépenses publiques, via la réduction de la masse salariale. Quant aux prédécesseurs immédiats de M. Blair, ils n’avaient trouvé ni le temps ni l’énergie nécessaires pour mener à son terme, au niveau des enseignants, leur logique de transformation du système éducatif en un marché soumis aux axiomes libéraux ordinaires. Cette fois, un coup d’œil alentour semble suffire à y voir l’un des éléments destinés à conformer la marche du système éducatif aux modèles proposés par le secteur privé, tenu pour le dépositaire unique d’un pragmatisme salvateur.

  • 9  « Smarten up if you want a pay rise, teachers warned », Electronic Telegraph, 14 janvier 2000 http (...)

18La seconde série de réserves tient au fonctionnement des nouveaux dispositifs. Ce sont les chefs d’établissements, dont les conservateurs s’appliquaient déjà à faire des apôtres de leur doctrine et de leurs remaniements, qui ont mission d’apprécier, par le biais d’un contrôle régulier, le titre des enseignants à l’accès à une échelle de rémunération supérieure, spécialement créée, puis à leur progression sur ces nouveaux barreaux. Les syndicats, démontés par un dispositif qui paraît alléchant à certains de leurs membres, déplorent pourtant plusieurs éléments. D’abord, l’arbitraire et le favoritisme qui peuvent régler les choix des directeurs. On conçoit leurs réserves, par exemple, à entendre le secrétaire de la National Association of Head Teachers  clamer très vite que ses collègues ne pourront accorder cette promotion à des enseignants qui porteraient au travail jeans, tee-shirts, ou blousons râpés, et que la cravate et la flanelle seront les meilleurs sésames9. Ensuite, il faut souligner qu’il n’existe pas d’instrument fiable ni universel pour mesurer la « valeur ajoutée » apportée par un enseignant, c’est-à-dire sa contribution propre aux progrès de ses élèves. Sur quoi, alors, le chef d’établissement peut-il fonder son évaluation, alors qu’une partie du « performance related pay » est censée y tenir ? Enfin, un amendement tardif au projet, destiné à en accroître l’incertaine viabilité, stipule que les chefs d’établissements peuvent s’entourer, pour leurs évaluations, des collègues enseignants de leur choix. Difficile de concevoir plus efficace que ces dispositifs pour miner le crédit d’un chef d’établissement, et le travail en équipe, qui sont pourtant des préalables essentiels à l’élévation du niveau scolaire - l’une des obsessions du gouvernement du jour -, davantage encore dans les secteurs défavorisés.

  • 10  Certains chercheurs, en invoquant par exemple les inégalités d’accès aux postes de direction et de (...)
  • 11  « Teaching », Times Educational supplement, 19 mars 1999.

19D’autres problèmes liés à l’application d’un salaire au mérite sont faciles à découvrir. D’une part, les expériences d’autres pays en la matière – dont les États-Unis, à l’initiative de Ronald Reagan dans les années 80 –, presque chaque fois, d’ailleurs, avortées, attestent que la méthode s’exerce toujours au détriment des mêmes catégories de personnels : les femmes, les enseignants de couleur10 - déjà fortement désavantagés dans l’Angleterre contemporaine -, et les maîtres du secteur primaire. D’autre part, l’hostilité des syndicats au projet et le scepticisme de la majorité des chefs d’établissement ont contraint le gouvernement à une adaptation majeure : la plupart des enseignants qui réunissent les conditions pour se porter candidats à l’échelle de rémunération supérieure doivent y être admis. Cependant, dans ces conditions, « comment est-ce-que je m’y prends pour déterminer ceux qui avancent tout en gardant intacte la motivation de ceux qui restent sur le carreau ? », s’interroge le directeur d’une école de Birmingham dans le Times Educational Supplement11. Le travail en équipe des enseignants a décidément du plomb dans l’aile.

Les relations entre le gouvernement et la profession

20Nous l’avons dit : les instances paritaires de négociation supprimées par les conservateurs en 1987, l’une des modalités du « partenariat triangulaire » en vigueur depuis 1944 - qui associait pleinement les enseignants aux politiques éducatives -,  ne sont pas ressuscitées par le gouvernement travailliste. Le School Teachers Review Body, instauré par les conservateurs, ne lui messied pas. Les travaillistes, depuis 1997, vont même plus loin que leurs prédécesseurs : à plusieurs reprises, ils prennent le contre-pied de cette pâle commission, et règlent la question toujours plus loin des revendications syndicales. Ils entérinent donc franchement la mainmise du pouvoir sur les conditions de travail et de rémunération, vécue il y a quelques années par les enseignants comme une grave spoliation.

  • 12  « Puttnam’s call to ‘love’ teachers », BBC news, 9 février 2000.

21En 1998, ils créent cependant une instance nouvelle - dont se défient les syndicats, qui y voient un illégitime concurrent direct à leur propre représentativité. C’est le General Teaching Council - dont une majorité des 64 membres émane de la profession -, qui doit tenir lieu tout à la fois, en toute indépendance, de conseil de l’ordre, d’intercesseur entre la profession et sa tutelle gouvernementale, et de gardien des intérêts des enseignants. Le premier président de cette organisation, le producteur de cinéma Lord Puttnam, semble certes bien déterminé à jouir de la latitude promise. Il fustige d’emblée, par exemple, le directeur de l’inspectorat scolaire évoqué plus haut, Chris Woodhead, bête noire des enseignants, qu’il accuse de faire régner sur la profession « un régime d’intimidation et de terreur »12. Les attributions de ce conseil sont pourtant, une nouvelle fois, soigneusement circonscrites à celles d’un simple organisme consultatif. Alors, faute de lieux de concertation satisfaisants, certains conflits se règlent désormais par le truchement des tribunaux.

  • 13  « Warning over teacher action », BBC news, 17 mars.

22Le National Union of Teachers, déterminé à la faire chavirer, mène l’affaire du « salaire lié à la performance » devant les juges. La mise en œuvre du dispositif est repoussée, après que le tribunal a dénoncé l’irrégularité de la consultation bâclée par le ministère - ni le School Teachers Review Body ni le Parlement n’ayant été consultés dans les règles. Ce que la justice condamne, c’est donc un gouvernement néo-travailliste qui outrepasse ses prérogatives, en tentant d’imposer une autorité sans partage, en délaissant le pouvoir législatif comme les représentants des personnels. La méthode peut sans trop d’efforts de mémoire évoquer le règne de Mme Thatcher. Et les similitudes ne s’arrêtent pas là. On se rappelle la propension de cette dernière à légiférer pour borner aussi étroitement que possible le champ de l’action syndicale, et à déployer partout l’arsenal législatif ainsi fabriqué. Cette œuvre thatchérienne, cette pénalisation de l’action syndicale, trouve aujourd’hui des résonances dans les méthodes des nouveaux travaillistes. C’est, par exemple, lorsque les syndicats, en mars 2001, proclament leur refus de voir les personnels contraints d’assurer des heures de cours correspondant à des postes que les établissements n’ont pas pu pourvoir. Avant de lâcher du lest, David Blunkett, comminatoire, invoque la clause de leur contrat évoquée plus haut, et prévient qu’une action des syndicats recevrait de la part du gouvernement une réponse « qui pourrait les surprendre »13. La porte des tribunaux s’entrouvre.

  • 14  C’est nous qui soulignons.

23Si les choses en sont là, si le dialogue semble parfois aussi parfaitement rompu, c’est aussi parce que les nouveaux travaillistes, aux yeux des enseignants, ont multiplié les inconséquences, les rebuffades et même les gestes de provocation. Estelle Morris, alors ministre déléguée, ironise en mars 2001 sur la pénurie d’enseignants, que les autorités, pourtant pressées d’agir par les syndicats, refusent encore de reconnaître : les écoles ont plus à craindre du virus de la grippe que du manque de maître. Trois mois plus tard, alors que Tony Blair lui a confié les commandes du ministère, elle affirme lors de sa première entrevue avec la presse que la crise des vocations sera l’un des défis majeurs du nouveau gouvernement. Retour au mois d’avril, où l’on assiste à l’union des quatre principaux syndicats d’enseignants - qui les représentent en quasi-totalité -, aussi exceptionnelle qu’éloquente - rarement les pouvoirs publics ne leur auront paru aussi intraitables. Ils réclament ensemble l’instauration graduelle pour les enseignants d’une semaine de 35 heures, qui vient d’intervenir en Écosse. Estelle Morris rejette immédiatement cette revendication, qu’elle qualifie d’« anti-professionnelle ». David Blunkett tente, à la façon d’un Kenneth Baker - ministre de l’éducation de Mme Thatcher de 1986 à 1990 - de monter l’opinion contre les maîtres, en  employant, pour la flatter, l’un des lieux communs les plus blessants : le public ne souscrira pas aux souhaits des enseignants, alors qu’il jouissent d’aussi longues vacances14. Il lui faut bien pourtant, parce que cette forme d’intoxication ne prend pas, et que l’union syndicale tient, concéder aux enseignants l’enquête évoquée plus haut, qui désamorce la crise.

  • 15  « Blair blamed over ‘excuses culture’ », BBC news, 21 octobre 1999.

24Les plus vifs assauts proviennent parfois du plus haut niveau. En 1999, c’est bien Tony Blair qui donne le ton, lors d’un colloque de chefs d’établissements. S’érigeant en parangon du progressisme et de la modernité, il y dénonce la « culture de l’excuse » qui « corrompt encore certains éléments de la profession enseignante »15 et expliquerait l’essentiel des insuffisances du système éducatif ; il fustige les « forces conservatrices » qui freineraient les remaniements qu’il entend opérer, dans un amalgame qui réunit enseignants, médecins et infirmières. Son ministre de l’éducation, quelques jours plus tôt, avait envoyé un ballon d’essai, déplorant la « culture de l’échec » et la « culture de la main tendue » qu’on aurait laissé s’installer dans certaines zones. L’État-Providence, au moins sous sa forme traditionnelle, rejoint dans la même condamnation oblique le travail des enseignants.

25Pareils discours puisent directement dans la nouvelle philosophie travailliste. En un mot : le chômage, la misère, la marginalisation sociale et économique, ne doivent plus être invoqués comme des facteurs déterminants de l’échec scolaire ni social. L’école, plutôt qu’une organisation de la société incapable de réparer les problèmes, devient toujours plus comptable des destins individuels comme du devenir collectif. Comme dans de nombreux pays, elle est faite tantôt bouc émissaire, tantôt panacée sociale. Les gouvernements successifs, les parents, l’Église même ont échoué à résoudre les problèmes des inner cities ? C’est l’indolence ou la complaisance des enseignants que l’on accuse ; les Anglais ne votent plus ? L’« éducation à la citoyenneté » est ajoutée au National Curriculum ; observe-t-on chez les adolescentes une proportion alarmante de grossesses ? On infléchit les programmes scolaires pour le combattre. On croirait le gouvernement contaminé par les thèses des journaux populaires, qui, par exemple, imputaient la contre-performance de l’équipe nationale de football lors de la Coupe du monde de 1998 à l’horaire insuffisant du sport à l’école…

La crise des vocations

  • 16  Voir par exemple « No gain without strain », Electronic Telegraph, 1er avril 2000 http://www.inter (...)
  • 17  « Teaching profession ‘cannot be sustained’ », Electronic Telegraph, 1er septembre 2001 ; « Teache (...)
  • 18  Voir par exemple « Blunkett's magic tricks and the £19bn boost for education that doesn't exist », (...)

26Voilà donc les principaux éléments du décor où se joue le drame de la pénurie d’enseignants. Certains phénomènes, dans ce domaine, sont parfaitement documentés. Ainsi de l’hémorragie qui touche le secteur : les chiffres officiels eux-mêmes montrent l’arrivée de 15 500 enseignants nouveaux en 1999, mais le départ de 29 800 autres ; tandis qu’abondent, en se recoupant, les enquêtes et les sondages qui font apparaître la proportion des maîtres qui projettent de quitter l’enseignement à court ou moyen terme : c’est le cas de plus de la moitié d’entre eux16. On sait aussi que 40% des enseignants stagiaires n’entrent jamais dans la profession, et que 40% des nouvelles recrues font défection dans les trois ans, 50% dans les cinq ans qui suivent leur première embauche. Ces derniers chiffres proviennent notamment de Ofsted, l’inspectorat scolaire, et sont corroborés par les enquêtes d’un think-tank proche du Premier ministre17. Ils sont pourtant rejetés par le ministère, rompu à opposer à toute autre ses propres statistiques ; mais la propension du gouvernement à la manipulation de certains chiffres n’est plus à démontrer18. Cet exode massif, en tout cas, est évidemment de fort mauvais augure.

27La pénurie d’enseignants, poursuit l’inspectorat, atteint aujourd’hui son plus grave niveau depuis 35 ans. L’expérience du terrain - celle des chefs d’établissements, responsables du recrutement des personnels - le confirme et, à nouveau, infirme les données du ministère. Le nombre d’élèves par classe dans le primaire a certes diminué - les évolutions démographiques l’ont favorisé ; dans le secondaire, faute de professeurs, il n’aurait jamais été aussi élevé depuis 20 ans. Depuis quelques années, la presse rapporte continûment l’incapacité de chefs d’établissements à pourvoir des postes, notamment en sciences et en mathématiques, en informatique, mais aussi en langues vivantes et en histoire. La pléthore d’offres d’emploi dans la presse spécialisée éclaire l’ampleur du phénomène : en avril 2001, le Times Educational Supplement publie dans une seule de ses livraisons hebdomadaires 7 700 petites annonces, sur 647 pages ; le numéro, s’amuse un syndicat, atteint le poids respectable d’un kilo et demi. Et la livraison suivante est du même métal ; en deux semaines, 17 000 offres d’emploi différentes sont ainsi publiées, soit 80% de plus qu’à la même période un an plus tôt. Ces chiffres ne font que refléter le nombre record de postes vacants ou en passe de l’être. Il faut noter que les chefs d’établissement eux-mêmes, qui devaient être les chouchous du gouvernement, connaissent une évolution similaire : pour eux, les offres d’emploi s’accroissent de 25%. Pour finir, et faire voir qu’aucun des secteurs du système éducatif n’y échappe, notons que les universités rencontrent elles aussi, dans de nombreuses disciplines, de graves difficultés de recrutement. Quitte à ne pas bénéficier de la sécurité de l’emploi - puisque Mme Thatcher a inventé pour les universitaires, en 1988, le siège éjectable -, les candidats potentiels se tournent vers le privé, où les salaires sont souvent, à niveau de qualification égal, deux ou trois fois supérieurs.

28Signalons aussi une nouveauté très commentée, tant elle paraît fâcheuse. Le recours aux personnels suppléants, dans les établissements secondaires, atteint des niveaux inédits. Les chefs d’établissement, forcés d’y faire appel, déplorent pourtant leur manque d’expérience, leur fréquente impréparation, et, d’évidence, leur faible motivation. En outre, la loi de l’offre et de la demande emporte sur les coûts des répercussions directes. Une journée d’un enseignant suppléant revient en 2001-2002 à l’établissement de 160 à 180 livres, contre 120 en 1999-2000 ; ce coût est désormais supérieur à celui de l’emploi d’un jeune titulaire.

  • 19  « golden handcuffs ».

29Dans cette situation de crise, certaines des dispositions prises par le gouvernement pourraient sembler bienvenues. Le coût du logement à Londres détermine une situation particulière : les postes vacants, d’après plusieurs études, y seraient trois fois plus nombreux que dans le reste du pays. En 2000, les enseignants travaillant dans le centre de Londres reçoivent une rallonge salariale annuelle de 2 241 livres, ceux qui exercent en banlieue, 1 476 livres. La crise traduit l’insuffisance de ces indemnités. En 2001, le ministère prend deux initiatives concourantes : d’abord, il débloque 33 millions de livres qui devront servir à des établissements de la capitale - mais aussi du sud-est du pays - à soulager leurs personnels enseignants d’une part des coûts de résidence, de transport, ou de garde des enfants. Cette somme doit aussi permettre la création de « menottes dorées »19 - des compléments de salaire versés aux maîtres qui s’engageront à demeurer trois ans au mois dans un établissement. Ensuite, 250 millions de livres sont allouées pour financer, à l’usage d’enseignants des mêmes régions qui souhaitent acquérir un logement, des emprunts sans intérêt et des apports initiaux, d’ailleurs remboursables. Cependant, les critiques de ce programme parlent d’un rideau de fumée : 2 000 enseignants environ, dans une partie seulement des zones géographiques où les coûts du logement sont prohibitifs, doivent en bénéficier, et le montant des prêts ne dépasse pas 100 000 francs.

30Une autre initiative récente trahit parfaitement, dans l’évolution de ses formes, la double reconnaissance au plus haut niveau de la gravité des problèmes et du frein puissant que constituent souvent l’élimination des bourses d’étudiants et l’introduction de frais d’inscription - criblés de dettes, les étudiants se détournent d’une quatrième année d’études non rétribuée - : c’est l’offre, longtemps retardée, d’un salaire versé aux enseignants stagiaires, après l’obtention de la Licence. Un temps réservée aux diplômés de mathématiques et de sciences - sans grand succès -, puis étendue aux langues vivantes, la mesure est enfin généralisée, par force, fin 2000. Les 6 000 livres ainsi obtenues n’autorisent certes pas le même train de vie que celui des policiers stagiaires (17 000 livres), mais elles placent les futurs enseignants un cran au-dessus des futures infirmières (5 000 livres).

31Le ministère tente par ailleurs de se saisir du porte-voix des médias. Des campagnes de publicité, destinées à exalter l’idée même de la profession (« On n’oublie jamais un bon professeur »), ont été menées à la télévision et au cinéma. Le petit écran retransmet également depuis 1999 une cérémonie désormais annuelle au cours de laquelle des récompenses sont remises à une poignée de membres de la profession pour leur enthousiasme, leur dévouement et leur compétence. L’événement est conçu à l’imitation des grand-messes du show-business, animé par des présentateurs-vedettes, en présence de stars du cinéma ou du sport ; le jury, composé de représentants des syndicats, du monde des affaires et des médias, décerne aux lauréats, dans douze catégories (« Enseignant de l’année », « Meilleur débutant », « Contribution à la vie de l’établissement », etc.) un trophée baptisé « Platon », qui figure le philosophe en buste. Tony Blair applaudit à l’initiative, censée stimuler le moral des enseignants et promouvoir la profession… Un site Internet, enfin, baptisé « Teachers 4 London »20, a été mis sur pied en juin 1999. On y est accueilli par le joli sourire d’une très avenante élève noire, puis on y découvre une sorte de compendium touristique, qui met l’accent sur l’exubérance culturelle de la ville bien plutôt que sur l’encombrement des rues ou le coût de la vie. Rien de tout cela n’a porté de fruits.

32On éprouve en outre de nouveaux arguments et de nouveaux programmes au diapason des préceptes de mobilité et d’« employabilité » chers au gouvernement. Pourquoi, demande la nouvelle ministre de l’éducation, l’enseignement continuerait-il d’être conçu comme le métier de toute une vie ? Alors se fabriquent des ponts qui doivent permettre aux membres d’autres professions de s’essayer à celle-ci. Peu de candidats les traversent pourtant : ils sont 1 500 à l’avoir fait en juin 2001. Et un afflux pourrait s’avérer inopportun : des stagiaires de tout âge, de toute origine professionnelle, en nombre, et passagers, comment pourraient-ils, bombardés dans des classes, dispenser un enseignement qui satisfasse les parents, et suffise aux nouveaux critères de qualité du gouvernement ?

  • 21  « Peckham primary recruits in Russia », BBC news, 5 juin 2001.

33Puisque les mesures du ministère n’apportent rien, ou si peu, les autorités locales d’éducation, et les établissements eux-mêmes en prennent le relais. Mais les dispositions qu’ils prennent, à l’échelon local, relèvent souvent d’un pathétique bricolage. Évoquons les voyages à l’étranger de chefs d’établissements ravalés au rang de sergents recruteurs, qui parcourent l’Afrique du sud, la Jamaïque ou les pays de l’ex-URSS. Le directeur d’une école primaire, qui doit pourvoir 9 postes en septembre 2001, ne reçoit aucune réponse à ses offres d’emploi en Angleterre ; mais 200 Russes et 400 Bulgares lui envoient leur candidature. Il en retient 5, parmi des dizaines d’excellentes propositions21. Aucune statistique officielle ne renseigne sur le nombre d’enseignants sud-africains présents en Angleterre ; mais certains l’estiment à environ 8 000. Le ministre de l’éducation de Pretoria, en février 2001, déplore publiquement les « raids » anglais, qui priveraient son pays de ses meilleurs enseignants - et aussi, d’ailleurs, de médecins et d’infirmières.

  • 22 « 88-year-old ex-scientist works as supply teacher », Times Educational Supplement, 25 avril 2001.
  • 23  « Pupils sent shopping for Teachers at supermarket », Electronic Telegraph, 19 mai 2001.
  • 24  « Pupils sing to save teachers’ jobs », BBC news, 26 novembre 1999.

34Ailleurs, on recrute dans tous les azimuts. Dans l’Essex, les enseignants retraités sont pressés de reprendre du service, et tous ceux qui peuvent grossir les rangs sont les bienvenus. Ainsi trouve-t-on dans une école un ancien scientifique de 88 ans22. Dans le même comté, des jeunes de 11 à 14 ans sont envoyés à tour de rôle dans un supermarché voisin de leur établissement, et abordent les clients dans l’espoir d’y trouver quelqu’un qui voudra bien rejoindre leur équipe d’enseignants. Ils portent un badge où l’on lit « Please Teach Me »23. Un ultime exemple : dans le West Cumbria, les 98 enfants d’une école maternelle enregistrent un disque - grâce au sponsoring d’entreprises locales - vendu pour sauver le poste de deux de leurs instituteurs24.

En conclusion

35Face à la crise, beaucoup réclamaient une augmentation significative des salaires de l’ensemble des enseignants, qu’ils présentent comme le seul remède authentique et durable. Au lieu de cela, ce patchwork d’initiatives étriquées semble trahir l’inquiétude muette d’un gouvernement qui sait qu’une politique efficace dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, produirait avec ses discours ordinaires et la philosophie qu’il s’est donnée une affreuse discordance. Que faire ici, surtout, quand il pratique partout ailleurs le désengagement de l’Etat, la dissémination des pratiques de la libre concurrence jusque dans les recoins du secteur public, et la sacralisation de l’entreprise privée ?

  • 25  La formule est répétée à l’envi parles nouveaux travaillistes depuis 1997.

36La politique des nouveaux travaillistes, qui implique d’abord, sur la lancée des conservateurs, l’accroissement incessant de la charge de travail déjà fort lourde des enseignants, la restriction continue de leur autonomie professionnelle, et, concomitamment, la mainmise accrue du pouvoir central sur toutes les décisions, est mise en œuvre sous couleur de « moderniser la profession »25. « Modernisation », « réforme », « progrès », voilà des leitmotive omniprésents dans les discours officiels. Jamais on ne semble interroger le sens de ces notions, jamais elles ne sont débattues, toujours la politique du gouvernement est présentée comme leur véhicule exclusif et indispensable. Quel progrès faut-il voir, pourtant, s’interrogent bon nombre d’enseignants, dans la fuite ou le désespoir des maîtres, dans la quasi-inexistence du dialogue entre le gouvernement et les professionnels, dans le culte totémique des « 3Rs », le développement des écoles confessionnelles, ou la ségrégation accrue qui naît du démantèlement du lycée unique ?

372  Ces chiffes apparaissent dans le document Teacher Workload Study, Interim Report, August 2001, disponible à cette adresse Internet : http://www.dfes.gov.uk/​pns/​pnattach/​20010326/​1.htm

Haut de page

Notes

1  C’est l’œuvre du School Teachers’ Pay and Conditions Act de 1991.

3  C’est nous qui soulignons.

4  « L’éducation - et d’autres services publics – seront comptables de leur performance ». « Un objectif certes radical, mais réalisable : la tolérance zéro envers les mauvais résultats des écoles ». (« We will expect education - and other public services - to be held accountable for their performance ». « A radical goal, but realisable. Zero tolerance of school underperformance (...) »). Tony Blair, discours à Ruskin College, Oxford, décembre 1996.

5  Voir par exemple « Teacher’s suicide after school inspection », BBC News, 6 avril 2000, et « Ofsted accused over teacher stress », BBC News, 17 avril 2000. http://www.bbc.co.uk/hi/english/education

6  Il démissionne de ses fonctions à la fin de l’année 2000.

7  « An element of threat is not necessarily a bad thing. The education system has been immune to any kind of threat for too long. » « The main barrier to raising standards in schools is the culture of the teaching profession and its resistance to change. »

8  Une partie des sommes allouées aux établissements scolaires, et, par conséquent, de la rémunération des enseignants, reposait sur les résultats obtenus par les élèves soumis à un examen national. L’échec de la méthode est flagrant en 1897, date à laquelle elle est abandonnée.

9  « Smarten up if you want a pay rise, teachers warned », Electronic Telegraph, 14 janvier 2000 http://www.telegraph.co.uk

10  Certains chercheurs, en invoquant par exemple les inégalités d’accès aux postes de direction et de déroulement de carrière, parlent du « racisme institutionnel » du système éducatif.

11  « Teaching », Times Educational supplement, 19 mars 1999.

12  « Puttnam’s call to ‘love’ teachers », BBC news, 9 février 2000.

13  « Warning over teacher action », BBC news, 17 mars.

14  C’est nous qui soulignons.

15  « Blair blamed over ‘excuses culture’ », BBC news, 21 octobre 1999.

16  Voir par exemple « No gain without strain », Electronic Telegraph, 1er avril 2000 http://www.internetforschools.co.uk ; « Teachers ‘consider quitting’ », BBC news, 3 août 2001.

17  « Teaching profession ‘cannot be sustained’ », Electronic Telegraph, 1er septembre 2001 ; « Teacher shortages worst for 35 years, says Ofsted head », Electronic Telegraph, 1er septembre 2001.

18  Voir par exemple « Blunkett's magic tricks and the £19bn boost for education that doesn't exist », Education Guardian, 7 mars 2000 http://education.guardian.co.uk

19  « golden handcuffs ».

20  http://www.teachers4london.com/

21  « Peckham primary recruits in Russia », BBC news, 5 juin 2001.

22 « 88-year-old ex-scientist works as supply teacher », Times Educational Supplement, 25 avril 2001.

23  « Pupils sent shopping for Teachers at supermarket », Electronic Telegraph, 19 mai 2001.

24  « Pupils sing to save teachers’ jobs », BBC news, 26 novembre 1999.

25  La formule est répétée à l’envi parles nouveaux travaillistes depuis 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Evanno, « Le New Labour et les enseignants », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 117-132.

Référence électronique

Jean-Noël Evanno, « Le New Labour et les enseignants », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/252 ; DOI : 10.4000/osb.252

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Evanno

Maître de Conférences à l'université de Lorient Bretagne Sud

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org