Navigation – Plan du site

Les politiques de l’emploi depuis 1997 : miracles et mirages

Jean-Philippe Fons
p. 133-153

Résumé

Au début des années 1990, la Grande-Bretagne souffrait d’un chômage endémique qui touchait un actif sur dix. Près de quinze ans plus tard, le taux de chômage du pays est régulièrement acclamé par les experts continentaux, faisant du « modèle britannique » une panacée – l’illustration in vivo de réformes structurelles et de lutte contre le chômage.
Cette contribution propose une étude des politiques de l’emploi déployées depuis 1997 par l’équipe de Tony Blair et suggère une lecture différente des « performances » du modèle britannique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Notons cela dit que cette stabilité n’est qu’en partie imputable aux succès des gouvernements Blai (...)

1De prime abord, vue du continent, la santé du marché du travail outre-Manche apparaît enviable et exceptionnelle : les chiffres de la croissance témoignent, depuis 1994, d’une relative stabilité (4 % en 1994, 2,5 % en 1995, 2,4 en 1996, et entre 2,5 et 3 % depuis 1997) tout en jugulant les taux d’inflation. Depuis 1997, les travaillistes ont ainsi poursuivi une stratégie d’assainissement des finances publiques, avant de conduire une politique budgétaires expressionniste. L’économie du pays, qui connaissait des cycles de croissance puis de stagflation d’ampleur importante, est présentée sur le continent comme un modèle de stabilité macroéconomique1. Le taux de chômage, quant à lui, après avoir atteint un niveau record en 1993 (10,3 %) est envié par de nombreux pays européens. Les faits semblent bien établis et la Grande-Bretagne peut être présentée comme un modèle en matière d’emploi qu’il conviendrait, recommandent certains économistes ou leaders politiques, de méditer, voire d’imiter. Les études sur les performances macroéconomiques et la relative « bonne santé » de l’économie britannique sont nombreuses et tendent, très généralement, à montrer du doigt l’incroyable élasticité (entendue comme la flexibilité) du marché du travail et de l’emploi face aux variations de demande et aux chocs exogènes depuis les années quatre-vingt et les réformes des gouvernements de Margaret Thatcher.

  • 2  Dans ce domaine, bien des composantes devraient également être abordées : la question de la format (...)

2Cette contribution propose d’étudier, sur les dix dernières années, les politiques de l’emploi prônées par le New Labour. Trois aspects de la politique de l’emploi retiendront particulièrement notre attention : le développement des emplois à temps partiel dans une société britannique très nettement dominée par une forme de « capitalisme cognitif » ; la constante activation du marché du travail sur des segments spécifiques, ciblés et isolés (les jeunes, les chômeurs de longue durée, les parents isolés) qui rappelle très distinctement les politiques scandinaves d’activation du marché ; enfin, nous proposons de mettre en exergue les possibles leçons qu’il est possible tirer à partir de l’exemple (du modèle) britannique en matière d’emploi2.

Le travail à temps partiel : une forme de travail au féminin ?

  • 3  OECD, « Labour Market Flexibility: a Report by a High-Level Group of Experts to the Secretary-Gene (...)

3 Le travail à temps partiel est défini comme un des nombreux verrous d’action de la flexibilité. L’OCDE distingue en effet dès 1986 plusieurs aspects du phénomène3 : au paramètre numérique (flexibilité du temps de travail ; temps partiel ; contrats à durée déterminée ; flexibilité des rémunérations), l’étude menée par l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économique ajoute un paramètre fonctionnel (polyvalence des employés ; mobilité dans la structure ou encore mobilité inter structurelle). Le travail à temps partiel est la forme la plus commune de flexibilité externe numérique (ou quantitative). Celle-ci renvoie aux différents procédés d’ajustement de la main-d’œuvre qui permettent aux employeurs de limiter ou d’accroître la masse salariale en fonction des exigences du marché (mutations technologiques ; bouleversements économiques, etc.).

4 L’OCDE constate l’impact du développement du travail à temps partiel sur un grand nombre d’économies européennes en soulignant avec véhémence les répercussions sur la création d’emplois, liant intrinsèquement développement et ajustement compétitif, d’une part, et verrou social, d’autre part. Le travail à temps partiel concerne surtout le secteur tertiaire et peu l’industrie : dans presque tous les pays de l’Union, moins d’un salarié de l’industrie sur dix travaille à temps partiel. De ce fait, le travail à temps partiel est moins fréquent dans les économies restées plus industrielles comme l’Allemagne ou l’Italie. Par ailleurs, le recours au travail à temps partiel dans le tertiaire est très variable selon les pays.

  • 4  Fourmont, N., Gallioz, S., Pichon, A., Flexibilité du travail et de l’emploi. Contextes, pratiques (...)

5 La demande de temps partiel est particulièrement forte dans les secteurs où l’activité dépend de pics de travail – cette particularité justifie notamment la pratique des vacations dans le secteur des services. En revanche, dans le secteur de l’industrie, le recours à cette forme de flexibilité du temps de travail se justifie beaucoup moins. Les raisons du recours au temps partiel sont, avant tout, structurelles : dans l’industrie « le lancement d’une session productive n’est jamais engagé pour quelques heures seulement. [Ainsi] la logique de procès, justifiée par la volonté d’un retour sur investissement rapide des machines, favorise l’usage des horaires décalés »4 et moins le recours au travail à temps partiel.

6 Opposer deux réalités d’emploi (l’une masculine – un emploi salarié à temps plein, hautement productif –, j’autre féminine – travail à temps partiel en complément des tâches domestiques et de l’éducation des enfants) s’avère peu fructueux. La littérature abonde en effet de clichés soulignant les inégalités entre les sexes en matière d’accès au travail à temps partiel. Comme le remarquent Fagan et O’Reilly:

  • 5  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), Part-time Prospects: an International Comparison of Part-time Work (...)

Men’s labour became increasingly associated with waged work and market production, while women remained responsible for combining household work with any paid employment which they undertook5.

7Une des explications avancées par les auteurs est purement fonctionnelle : le travail à temps partiel féminin est universellement productif, efficace et fonctionnellement intégré au sein des ménages et des sociétés tout entières.

8L’analyse que proposent les auteurs est également biologique, faisant de la propension à travailler à temps partiel une partie intégrante du génome féminin :

  • 6  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), Part-time Prospects: an International Comparison of Part-time Work (...)

(…) women anticipate future labour market interruptions associated with raising children and running a home (…) while men prepare for a more continuous and intense labour market involvement in their role as household breadwinner6.

9Leurs arguments ne s’arrêtent pas là et les auteurs concluent :

  • 7  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), Part-time Prospects: an International Comparison of Part-time Work (...)

Part-time work is essentially a (…) gender compromise across national boundaries: women are able to enter the labour market and meet the particular labour requirements of service sector employees without disrupting men’s traditional ‘breadwinner’ status at the workplace or at home7.

  • 8  Esping-Andersen, G. (1990), The Three World of Welfare Capitalism, Londres.

10Si les féministes ont fortement critiqué ces thèses, ce n’est que pour y substituer un ensemble de facteurs coercitifs référant, purement et simplement, aux aspirations et aux choix des personnes concernées. Une telle explication volontariste – ne tenant aucunement compte des contraintes structurelles et économiques – ne suffit pas à justifier les différences internationales. Depuis les travaux d’Esping-Andersen (19908), de nombreux chercheurs ont tenté d’expliquer la féminisation de l’emploi à temps partiel à travers des différences structurelles. Les divergences de politiques sociales (l’absence ou la faiblesse des structures accueillant les enfants dès leur plus jeune âge) pourraient ainsi expliquer partiellement la structuration de l’emploi féminin.

11 Central à la catégorisation que propose Esping-Andersen est le concept de « de-commodification » ou « dé-marchandisation », une distension du statut de commodité (marchandise). Pour l’auteur, la « dé-marchandisation » intervient :

  • 9  Esping-Andersen, G. (1990), The Three World of Welfare Capitalism, Londres, p. 21-22.

(…) when a service is rendered as a matter of right, and when a person can maintain a livelihood without reliance on the market9.

12En cela, le concept proposé par Esping-Andersen peut être réduit au degré d’intervention d’un État, sous la forme de prestations sociales ou de structures d’aide. Des variations profondes subsistent alors entre différents pays.
Ainsi, un État social-démocrate présentant un fort degré de « dé-marchandisation » (c’est notamment le cas de la Suède) aura, naturellement, tendance à offrir une gamme de services de prise en charge des enfants plus étendue qu’un pays correspondant à la matrice libérale dans le triptyque d’Esping-Andersen, comme les États-Unis ou le Royaume-Uni.
Les différences structurelles et organisationnelles des systèmes de protection sociale nationaux (accès à une place en crèche ; congé de maternité ; prestations sociales diverses) peuvent donc rendre compte de ces disparités nationales. La proportion d’emploi à temps partiel pour les jeunes mères est d’autant plus élevée que l’État mène une forte politique de la famille.
Dès la première naissance, les femmes britanniques quittent progressivement le marché du travail. Ce phénomène est moindre en France (pour la première et la seconde naissance), même si, globalement, une française et une britannique sur deux optent pour le travail à temps partiel dès le troisième enfant.

  • 10  Mattioli, M.A., « Chômage et France et en Grande-Bretagne, 1990-2000 : la situation spécifique des (...)
  • 11  Pour Mattioli, M.A., « les solutions de gardes collectives se sont (…) développées beaucoup plus v (...)
  • 12  « In Great-Britain », note Tim Whitton, « the institutional framework tends to encourage women wit (...)

13Au-delà des solutions de garde d’enfants proposées aux mères de part et d’autre de la Manche, ce sont « les mentalités britannique et française qui, à ce sujet, ont longtemps divergé »10. Les thèses de Jean-Jacques Rousseau, développées dans l’Émile ou de l’Éducation n’ont à aucun moment trouvé leur équivalent en Grande-Bretagne11. Au contraire, la garde d’enfants a très longtemps relevé de la seule sphère privée, selon les préceptes dictés par Bawlby, dans les années soixante-dix et quatre-vingt.
Plus que le simple effet d’un cadre institutionnel, comme le note Timothy Whitton12, c’est là encore la prévalence de règles culturelles « intériorisées » (pour reprendre un terme propre à l’anthropologie d’Emmanuel Todd) qui peut expliquer les disparités observées. Si depuis les études d’Esping-Andersen de plus en plus d’économistes et d’experts en sciences sociales intègrent dans leurs modélisations les variations du comportement des marchés du travail, c’est que ces dernières sont profondément liées aux politiques sociales mises en place par les États.

  • 13  Crompton, R., Sanderson, K. (1990), Gendered Jobs and Social Change, Londres. Le terme employé ori (...)

14 Une des dernières thèses justifiant la féminisation du travail à temps partiel relève des théories comportementalistes et considère le « levier éducatif » (ou « levier de l’instruction »13) comme un paramètre influant grandement sur les inégalités endogènes.
Ainsi leurs études démontrent-elles que les femmes hautement qualifiées ou titulaires d’un diplôme universitaire demeurent globalement plus actives pendant la maternité (et les premières années qui suivent la naissance de l’enfant) que les femmes d’un niveau d’instruction inférieur.
L’instruction – pour les théoriciens comportementalistes – favorise, non seulement la recherche d’un emploi mieux rétribué, mais elle participe d’une profonde mutation vers des aspirations égalitaires en matière de rémunération notamment.

15 Ces théories, bien que contribuant à l’analyse de la féminisation du travail à temps partiel, n’expliquent cependant pas complètement les différences qui demeurent entre les pays, malgré les recherches d’Esping-Andersen que nous mentionnions plus haut. Ces différences surviennent et survivent:

  • 14  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), 1998, op.cit., p. 6.

(…) because the influence of supply-side characteristics is mediated by state policies and other institutions which affect both the conditions under which women supply their labour and the organisation of labour demand14.

16A coût nul ex post pour les finances de l’État, les aides publiques (et les incitations financières à l’embauche de salariés à temps partiel) doivent être égales à la somme des économies liées à la baisse du chômage (prestations chômage, RMI en France ; Job Seekers’ Allowance et National Minimum Wage en Grande-Bretagne) et des recettes supplémentaires liées aux prélèvements fiscaux et sociaux sur l’augmentation de la masse salariale.

17 La diffusion du travail à temps partiel s’inscrit dans une logique de réduction des coûts de production qui améliore les conditions de l’offre, et produit des effets bénéfiques sur les effectifs occupés, tant au niveau micro-économique que macro-économique. Elle répond à l’objectif d’une plus grande flexibilité de l’emploi poursuivie par les entreprises. Mais la diffusion du travail à temps partiel conduit également à faire porter les coûts de l’aménagement du temps de travail sur certaines catégories particulières de travailleurs. Contrairement à la réduction collective du temps de travail, elle demeure sous cet angle une forme inégalitaire de réduction et d’aménagement du temps de travail.

  • 15  Conseil Supérieur de l’Emploi, des Revenus et des Coûts, « Durées du Travail et Emploi. Les 35 heu (...)

18 La diffusion du temps partiel va généralement de pair avec une flexibilité accrue dans la gestion du temps de travail. Le recours au temps partiel est en effet un moyen de fractionner une durée du travail que les entreprises voudraient plus individuelle et diversifiée15. En améliorant les conditions de l’offre, le développement du travail à temps partiel produit donc des effets favorables sur les effectifs occupés, mais il exerce également des effets défavorables en termes d’inégalités de situation au sein des salariés. Le travail à temps partiel, en tant que forme individuelle et sexuée de réduction et d’aménagement du temps de travail, a donc pour effet d’accroître les inégalités dans les conditions d’emploi. Il conduit en effet à faire porter, sur certaines catégories particulières de main-d’œuvre, les conséquences de la flexibilité accrue du temps de travail. Les femmes, les jeunes, les employés du tertiaire, les travailleurs peu qualifiés sont les plus concernés par le développement du travail à temps partiel, qui a été le vecteur principal de l’aménagement du temps de travail en Grande-Bretagne (et dans une moindre mesure en France sur les quinze dernières années). Ils assument donc l’essentiel de ses effets négatifs, en termes d’intensification des rythmes de travail ou de variabilité des horaires.

19Dans l’étude consacrée au Royaume-Uni à la fin des années 1980, l’OCDE note, à l’inverse :

  • 16  Conseil Supérieur de l’Emploi, des Revenus et des Coûts, « Durées du Travail et Emploi. Les 35 heu (...)

Le développement du travail à temps partiel est l’une des caractéristiques des trente dernières années au Royaume-Uni. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène récent (…) [De plus] dans l’accroissement observé depuis les années cinquante, une partie est due à des emplois à caractère permanent occupés par des femmes16.

20Contrairement au statut du travail à temps partiel en France, le temps partiel ne correspond pas systématiquement à un emploi précaire ou à des contrats de travail à temps partiel variable et bien souvent irrégulier.
Le temps partiel féminin est déjà fortement développé au Royaume-Uni dans l’immédiat après-guerre. Ainsi, à la fin des années soixante-dix, l’emploi à temps partiel représente plus de 16 % de l’emploi total (contre 8 % en France seulement) et la féminisation de ce type d’emploi est très nettement marquée avec près de 93 % des emplois à temps partiel occupés par des femmes (82 % en France).

21Le temps partiel recouvre des situations très diverses qui interdisent de considérer les travailleurs à temps partiel comme une catégorie homogène. Lesdites catégories sont sous-tendues par trois logiques de l’emploi à temps partiel : une logique d’accès à l’emploi, une logique de retrait d’activité, et une logique d’emploi. Ces trois logiques permettent d’identifier deux types de temps partiel : un temps partiel « choisi » (ou volontaire), d’une part, et un temps partiel « subi » (ou contraint) d’autre part.
Un grand nombre de jeunes hommes salariés (moins de 25 ans), par exemple, occupent en France des emplois atypiques. Ce sont principalement des stages et des contrats aidés destinés aux personnes dont les caractéristiques individuelles défavorables limitent l’accès à l’emploi « typique » (le contrat à durée indéterminée à temps complet). Le temps partiel constitue donc pour eux un mode d’insertion dans l’emploi, largement contraint : 80 % des hommes de moins de 25 ans en France souhaitent travailler davantage selon les enquêtes de la DARES (la Direction de l'Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques).
Le travail à temps partiel en France est globalement interprété comme un temps partiel « subi ». L’emploi à temps partiel donne accès à l’emploi à des salariés masculins fragilisés sur le marché du travail par une faible qualification ou une transition par le chômage. Quant aux jeunes femmes de moins de 25 ans, leur insertion dans l’emploi se fait via le temps partiel parce qu’elles entrent dans des professions qui y recourent massivement (emploi du secteur tertiaire majoritairement).

  • 17  Ruskin propose en effet sa théorie des « deux sphères » dès 1864.
  • 18  Daune-Richard, A.M., « Les femmes et la société salariale. France, Royaume-Uni, Suède », Document (...)

22 Depuis le début des années quatre-vingt-dix en France, la proportion de personnes à temps partiel qui, dans les enquêtes nationales, déclarent souhaiter travailler davantage s’accroît fortement au point que la proportion de temps partiel contraint en France est la plus forte dans l’ensemble des pays européens. Plus d’un actif à temps partiel sur trois souhaite travailler davantage en France. A l’opposé, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni où le temps partiel est particulièrement développé, moins d’un actif à temps partiel sur dix déclare souhaiter travailler davantage.
Quel que soit le pays étudié, une constante s’impose : les femmes ont tendance à se retirer du marché du travail quand elles se marient et deviennent mères selon les principes élaborés au cours du dix-neuvième siècle par Ruskin17. Dans le même temps, les économistes développent la théorie du « salaire familial », selon laquelle l’homme assure seul non seulement sa propre subsistance, mais aussi celle de la famille. La théorie élaborée par les économistes repose sur une division sexuée et fonctionnelle du travail. La production des femmes n’avait alors, note Anne-Marie Daune-Richard, « pas de valeur économique puisque le salaire [du soutien de famille] rémunérait la production de valeur et donnait en même temps à celui-ci le statut de créateur de valeur de la maisonnée »18.

23 Le modèle de la « mère-épouse » se retrouve ainsi à grands traits en France et en Grande-Bretagne, mais s’inscrit cependant dans des histoires et des terreaux idéologiques fort différents. Les configurations et les évolutions du modèle en seront tout autant modifiées – ces différences tiennent principalement à des modes et à des temporalités variables de l’industrialisation et du développement du salariat dans les deux pays.

  • 19  Les droits sociaux des femmes occupant un emploi salarié ont été fortement limités. L’assurance ch (...)

24En Grande-Bretagne, l’industrialisation s’est faite directement sur le modèle de la « grande industrie ». Le développement d’une société salariale et la séparation des lieux d’activité professionnelle par rapport aux lieux de vie de famille se fait ainsi beaucoup plus tôt qu’en France. L’organisation de la famille sur le modèle d’un seul soutien de famille se met donc en place dans le même temps. La prégnance du modèle de la « mère-épouse » s’inscrit en cohérence avec la construction de Ruskin dans le contexte d’industrialisation galopante. Les femmes mariées ont ainsi été longtemps éloignées du marché du travail, éloignement renforcé par deux règles.
Le « marriage bar », dans un premier temps, s’inscrit dans le contexte de la seconde moitié du dix-neuvième siècle. Défendu bec et ongles à la fois par les employeurs et par les syndicats, il impliquait que les femmes renoncent à leur emploi une fois mariées.
La seconde règle institutionnalisée est la « married women’s option », qui permet aux femmes qui occupent un emploi salarié de dépendre des droits sociaux de leur mari. Instituée au début du vingtième siècle, cette option était très largement reprise dans le National Insurance Scheme de 194619.

25L’activité professionnelle des femmes mariées demeure ainsi très faible en Grande-Bretagne jusqu’au début des années trente.

26 Les spécificités idéologiques et culturelles sont également soulignées par la European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions et permettent de rendre compte très globalement des répartitions de l’emploi féminin d’un pays à l’autre. Ainsi,

  • 20  Fagan, C., “Working-time preferences and work-life balance in the EU: some policy considerations f (...)

A useful concept for describing national differences in women’s employment patterns is the extent to which the ‘male breadwinner’ assumption shapes the gender division of labour within the family and in state policies that influence women’s employment patterns20.

27Il faut, pour situer la question familiale outre-Manche, revenir aux conditions de la constitution de l’État moderne. Les traits libertaires isolés dans l’anthropologie d’Emmanuel Todd (et, par opposition, avec l’accent mis, en France, sur la notion d’égalité) rejoignent, in fine, la séparation des sphères : la famille doit donc être soustraite à l’intervention de l’État, et ce dernier est perçu comme une menace potentielle pour les libertés individuelles et la vie privée. Dans la cité marchande, le marché est l’institution centrale par laquelle les comportements s’ajustent. L’intervention publique demeure minimale, et s’effectue sous forme de prestations, d’allocations, de subventions capables de créer les conditions satisfaisantes de fonctionnements du marché.

28 Les thèses développées plus récemment par les auteurs féministe s’accordent pour s’interroger sur la permanence d’un « modèle andocentré » dans lequel :

  • 21  Séhili, D., La Castration Sociale, Le Présent Avenir (coll.), Syllepse, Paris, 2003, p. 11.

Le poids des valeurs ancestrales d’une société (…) s’évertue à distinguer et à hiérarchiser les individus selon des modalités qui, si elles peuvent nous paraître modernes, n’en sont pas moins liées aux origines des représentations du sexe et du genre des individus21.

  • 22  Séhili, D., La Castration Sociale, Le Présent Avenir (coll.), Syllepse, Paris, 2003, p. 13. Pour D (...)

29Pour les mêmes auteurs, le rôle existentiel du travail salarié ne semble pas revêtir la même valeur pour les hommes et pour les femmes. Les représentations stéréotypées du travail « aliènent [ainsi] la gent féminine à organiser la vie quotidienne et la gent masculine à assumer cet ordinaire matériel en se faisant une place dans le monde professionnel »22, se faisant l’écho des thèses de Ruskin.

  • 23  En France, les allocations familiales ont été conçues d’un côté par les employeurs dans le cadre d (...)

30 L’importance et les modalités du travail à temps partiel en Grande-Bretagne expriment cette position des femmes dans la société salariale britannique contemporaine. Lorsqu’elles se sont tournées vers le marché du travail, le travail à temps partiel était la seule forme envisageable, combinée à l’interruption d’activité tant que les enfants ne sont pas en âge d’être scolarisés.
Les femmes britanniques ont ainsi été structurellement prises dans une contradiction qui n’a cessé de grandir entre, d’un côté, des droits civils acquis très tôt (le droit de vote est accordé aux femmes en 1929, par exemple), et une dépendance économique par rapport à leur mari.
Outre-Manche, la place de la femme sur le marché du travail n’a finalement pas été le cheval de bataille des féministes britanniques. Leurs revendications ont plutôt visé à réduire la dépendance économique et financière évoquée plus haut en rémunérant la mère, notamment avec le versement d’allocations familiales23. L’accès à l’autonomie et à l’individualité économique par le salariat n’a pas été un débat d’importance ; les femmes semblent avoir acquis leurs droits civiques par la reconnaissance de leur valeur sociale en qualité de mères et d’épouses.
Insuffisance ou carences des structures d’accueil scolaires et péri-scolaires pour les jeunes enfants ? Développement identitaire fondé sur autre chose que l’emploi salarié et l’éthique du travail ? Les raisons qui motivent les choix des femmes de part et d’autre de la Manche sont, encore aujourd’hui, bien difficiles à cerner en matière d’emploi à temps partiel et d’accès à l’emploi. Cependant, les différences observées entre les deux pays semblent ne pas être superficielles mais révèlent, au-delà des spécificités structurelles des marchés du travail, des formes de valorisation du travail féminin différentes. Celles-ci prennent appui sur des conceptions variables du rôle de la femme dans la famille et dans la société. Ce sont ainsi des formes distinctes d’encastrement des comportements féminins qui justifient ces dissemblances. Elles rendent compte de dissimilitudes profondes des évaluations faites du travail féminin, qui structurent, dans un pays et pour une époque donnés, les normes de comportement de la majorité des ménages. La France et le Royaume-Uni ne sont progressivement détachés d’une représentation purement domestique du rôle de la femme, mais ces dynamiques sont nées de principes de nature radicalement différente, débouchant sur des formes distinctes de valorisation du travail féminin.

L’activation du marché du travail

  • 24  Gautié, J., Gazier, B., Silvera, R., Anxo, D., Auer, P., Lefresne, F., Les Subventions à l’Emploi  (...)
  • 25  Dans une situation de concurrence parfaite (un marché concurrentiel dans l’acception libérale du t (...)

31La plupart des pays occidentaux ont, peu ou prou, une expérience des subventions en faveur de l’emploi. Cet instrument peut être défini comme « la prise en charge par les pouvoirs publics d’une partie du salaire direct ou indirect, souvent pour une période donnée et une catégorie spécifiée d’emplois ou de salariés »24.
La mise en place de tels programmes reflète partiellement les imperfections du marché ; ces market failures entraînant les gouvernements à intervenir dans le but de favoriser l’accès de catégories ciblées (les jeunes, les chômeurs de longue durée, etc.) à l’emploi par divers dispositifs. On parle alors conventionnellement d’insertion aidée – par opposition à l’insertion régulée par le marché25.

L’expérience du Welfare to Work

  • 26  Le New Deal, en tant que active labour market policy, résume les pilliers d’une politique : « work (...)

32Le programme New Deal a été introduit nationalement le 6 avril 199826. Ce programme d’aide à l’embauche concernait, à sa création, les jeunes de 18 à 24 ans, sans emploi. Les publics cibles se sont progressivement élargis pour englober successivement les chômeurs de longue durée (en juin 1998) puis les parents isolés (en octobre 1998). En avril 2000, la couverture du programme est étendue aux personnes de 50 ans et plus (New Deal for 50+). Cette dernière version du programme vise les personnes bénéficiant d’indemnités d’incapacité de travail, d’un complément de revenu ou d’une allocation de demandeur d’emploi depuis plus de 6 mois.
En 1999, un nouveau programme, annoncé dès le budget de 1998, est créé, ciblant les conjoints des demandeurs d’emploi bénéficiant du Job Seekers Allowance.

  • 27  Le caractère hautement contraignant du programme incite à modaliser fortement cette assertion. Ain (...)

33Tout jeune sans emploi ou chômeur de longue durée recevant une allocation chômage sous condition de ressources (la Jobseeker’s Allowance) peut participer au programme New Deal for Young People27. Il entre alors dans une phase probatoire (Gateway period) de quatre mois au maximum, durant laquelle les agences pour l’emploi et leurs partenaires auront pour but d’accroître ses chances de trouver un emploi non subventionné par l’État (unsubsidised job).

  • 28  Le concept, décrit par Tony Blair au lendemain du premier sommet du Conseil Européen à Amsterdam, (...)

34Contrairement aux politiques du workfare, le New Deal met l’accent sur la formation des chômeurs dans le but d’accroître leur « employabilité »28. Les termes du programme sont à ce propos sans équivoque :

  • 29  « New Deal for Young People and Long-term Unemployed People aged 25+ », 29 novembre 2001, National (...)

Employment Service and their partners will work with [those joining New Deal] to improve their employability and to find unsubsidised jobs for as many as possible29.

35Un bilan des compétences du jeune chômeur permet ainsi, à l’issue de la Gateway, d’orienter la recherche active d’un emploi. La volonté d’agir sur l’adaptabilité des inactifs au regard du marché de l’emploi n’est pas chose nouvelle. L’introduction du Youth Training Scheme, en 1989, s’accompagne – sous l’impulsion de Norman Fowler, alors Ministre de l’emploi – d’une forme de soutien pédagogique pour les chômeurs. Conseillers d’insertion et d’orientation et services pour l’emploi proposaient alors aux chômeurs des stages de formation dont le but était d’améliorer leur employabilité. Le demandeur d’emploi se voyait ainsi proposer des séminaires de recherche d’emploi (les Job search seminars) sur une durée de quatre semaines. La participation aux Job review workshops – véritables ateliers de bilan – avait alors pour vocation de dresser un inventaire des compétences du demandeur d’emploi et à envisager une réorientation professionnelle.

  • 30  Voir Whitton, T., 2000, op.cit., p. 266.

36En souhaitant agir activement sur l’employabilité des inactifs, le New Deal s’attache à modifier les comportements de ces derniers afin de créer un meilleur équilibre entre la demande du patronat et l’offre du salariat30. En cela le programme britannique traduit les pratiques de social engineering d’un Mead ou encore d’un Charles Murray.

37 Le New Deal for Young People se présente comme une combinaison d’aide à la recherche d’emploi personnalisée, accompagnée de sanctions et de mesures visant à favoriser l’employabilité des jeunes par la formation ou par l’expérience de travail en milieu associatif notamment. Les programmes d’activation s’inspirent des idées développées par Anthony Giddens et relayées par Richard Layard, intronisé conseiller économique au DfEE par Tony Blair en 1997. Le très provocateur directeur du Centre for Economic Performance (LES) y assure que les jeunes chômeurs peu qualifiés et les chômeurs de longue durée ne sont pas assez « compétitifs » sur le marché du travail.

Quel bilan ?

38 Il est vrai que le NDYP semble avoir un impact sur le taux de sortie du chômage vers toutes les destinations, mais son impact sur le taux de sortie du chômage vers l’emploi normal (non subventionné) n’est pas aussi important et significatif. En d’autres termes, une partie des bénéficiaires se dirigent vers des emplois subventionnés ou vers l’inactivité. Pis encore, 22,6 % des sortants du NDYP s’évaporent littéralement ; aucun suivi n’est donc possible. Moins d’un jeune sur deux trouve un emploi non subventionné à l’issue du programme ; et une grande partie de ces emplois sont des emplois peu qualifiés, peu rémunérateurs, et très souvent des CDD de moins de 13 semaines ou des emplois à temps partiel courts qui ne donnent pas droit à une couverture sociale.

  • 31  OCDE, 2002, p. 67. Les statistiques du Trades Union Congress font état d’un vif recul du chômage c (...)

39Pour l’OCDE, le programme ciblé NDYP a contribué au « vif recul du chômage des jeunes » et semble, en cela, être « très encourageant »31. Cependant, les effets du programme se font de moins en moins ressentir.
Le recul du nombre d’allocataires d’une prestation chômage a vivement décru au lancement du New Deal (39 000 allocataires en moins), pour s’épuiser peu à peu (27 000 puis 12 000 respectivement 12 mois et 18 mois après).

  • 32  Van Reenen, J., “No more skivvy schemes? Active labour market policies and the British New Deal fo (...)

40Néanmoins, note l’OCDE, la baisse du nombre de jeunes chômeurs n’est pas entièrement attribuable au New Deal et le dynamisme de la situation macroéconomique y a certainement contribué. Les études de Van Reenen et de Riley et Young32 concluent que les différents New Deals se traduisent par d’importantes « pertes sèches ». Pour les auteurs, la probabilité de trouver un emploi pour les participants au New Deal augmente de 20 pour cent pour les jeunes et 50 à 80 pour cent des personnes qui ont trouvé un emploi l’auraient fait en l’absence du programme. Le bilan est bien maigre selon les auteurs : seulement 15 000 jeunes auraient directement trouvé un emploi grâce au New Deal.Le coût net supporté par les finances publiques pour chaque emploi créé grâce au New Deal est également sévèrement critiqué. Tout en tenant compte des changements structurels qu’a connu la Grande-Bretagne entre 2000 et 2002 (introduction d’un salaire minimum national, réforme du système d’imposition et de transferts, ou encore la National Childcare Strategy), l’OCDE avance le chiffre de 4 000 livres par emploi. Les estimations du Centre for Policy Studies sont, elles, largement plus élevées, avec un coût net par emploi estimé à 14 300 livres. Pour le TUC, le coût du New Deal se reflète positivement à l’échelle de la richesse nationale avec un bénéfice estimé à 500 millions de livres par an.

41En dernière analyse, le Deal Deal s’inspire grandement des politiques de l’emploi mises en place par les précédents gouvernements, avec, par exemple, le contrôle systématique de la recherche active d’un emploiet la participation obligatoire à certains programmes (des mesures introduites dès 1986).

Quelles leçons tirer du modèle de l’emploi britannique ?

  • 33  Voir la tribune de l’auteur dans Liaisons Sociales, novembre 2006.

42Depuis l’arrivée au pouvoir du New Labour (1997), la situation a été bouleversée à de nombreux égards. On notera notamment la rupture de doctrine du New Labour avec le travaillisme des années 1960. Désormais, l’orientation dominante, sous l’influence d’économistes comme R. Layard, est en faveur de la promotion de l’emploi comme unique moyen de lutter contre la pauvreté et de réduire la « dépendance de l’assistance »33.

Le New Labour a-t-il rendu le travail payant ?

  • 34  En 2006, il existe trois niveaux de référence pour le salaire minimum horaire : £3,30 pour les 16- (...)
  • 35  L’indicateur retenu est celui du Family Resources Survey et s’entend comme 60% du salaire médian.

43 Depuis 1998, le nombre des parents qui travaillent a crû nettement, en grande partie grâce aux programmes ciblés : New Deal for Lone Parents et New Deal for Partners. Ces mesures d’activation ont été largement complétées par d’importants investissements dans les solutions de garde d’enfants – participant ainsi à la lutte contre les « effets de trappe ». La réforme des cotisations sociales pour les bas salaires et la création en avril 2003 d’un crédit d’impôt soumis à conditions de ressources (Child Tax Credit) constituent le levier fiscal de l’action du gouvernement et complètent également les hausses du complément de revenu Income Support, et les revalorisations successives du salaire minimum34 – instauré en 1999 sur les recommandations de la Low Pay Commission afin de rendre le travail plus rémunérateur que l’assistance et de permettre à un plus grand nombre de sortir du dénuement.
Dans le même temps, le nombre d’enfants qui vivent dans des « foyers sans ressources » a diminué nettement. La moitié des enfants touchés par le dénuement vivent encore dans des foyers sans travail. La fondation Joseph Rowntree révèle, dans son enquête de 2006, que le taux de pauvreté des enfants a graduellement diminué depuis 1997 pour revenir à des taux observés au début des années 90. On estime que 10 à 15 millions d’individus, dont près de 5 millions d’enfants, sont touchées par la pauvreté35. L’incitation à l’emploi et la fiscalité ont été, une nouvelle fois, les principaux leviers activés par les Travaillistes pour combattre ce fléau (et atteindre l’objectif fixé par Blair dès 1999 : l’éradication totale de la pauvreté qui touche directement les enfants à l’horizon 2010). En décembre 1997, soit quelques mois seulement après son élection, le gouvernement Blair met en place la Social Exclusion Unit ; celle-ci doit permettre une meilleure interaction entre les principaux acteurs de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

44 Si l’incitation au travail pour les deux membres d’un couple a constitué l’essentiel de l’action du New Labour depuis 1997, les effets de trappe (selon l’appellation des économistes – c'est-à-dire les effets de seuil) n’ont pas totalement été supprimé. Un couple de deux actifs peut ainsi trouver la situation défavorable : d’une part le supplément de crédit d’impôt associé à la prise d’emploi (in-work benefit) est versé aux familles sous condition de ressources ; d’autre part, l’accent mis sur la lutte contre la pauvreté des enfants et l’accroissement du soutien financier versé aux ménages dont les membres ne travaillent pas, réduit paradoxalement l’incitation au travail.

Et la flexibilité dans tout ça ?

45 Pour beaucoup d’observateurs, en Grande-Bretagne comme en France, le miracle de l’emploi britannique serait le seul fruit d’une dérégulation et d’une flexibilisation du marché du travail. La flexibilité serait ainsi à l’origine du nombre d’emploi créés depuis 1997, du taux de croissance (nettement supérieur à celui de la France, par exemple), de la hausse des taux d’emploi et de la baisse des taux de chômage.

46Deux points méritent notre attention à ce sujet.

  • 36  Cf. intervention de Nicholas Sowels au congrès de la SAES à Nantes (2006), atelier du CRECIB (sous (...)
  • 37  F. Lefresne, Observatoire de la Société Britannique, n°2, juin 2006 (préface).
    Voir également l’ar (...)

47La création d’emplois et le maintien de la croissance depuis 1997 ont en grande partie été favorisés et soutenus par des politiques de dépenses publiques de type keynésiennes36. Deux emplois sur trois créés depuis l’arrivée au pouvoir de l’équipe de Tony Blair l’ont été dans le secteur de l’emploi public, soit près de 560 000 emplois (dont 260 000 dans le seul secteur éducatif, et 240 000 dans la santé)37.

  • 38  Voir la première section de cette contribution.
  • 39  Il faut bien dire que les critères d’éligibilité à l’Incapacity Benefit sont aussi variés que suje (...)

48Second point, le miracle du chômage peut en partie s’expliquer par la « perméabilité » des frontières entre emploi et inactivité. Cette porosité se traduit essentiellement de deux manières. Les femmes ont tendance à se retirer du marché du travail pour y revenir aussitôt qu’un emploi, majoritairement à temps partiel, se présente38. Deuxième aspect de cette volatilité, le nombre de titulaires de l’indemnité d’invalidité (Incapacity Benefit) qui atteint en janvier 2006 2,7 millions de bénéficiaires, soit 7 % de la population en âge de travailler. Leur nombre est désormais deux fois et demie plus élevé que celui des bénéficiaires de l’indemnisation chômage dont le régime a été rendu de plus en plus restrictif et draconien. De plus, le montant des prestations invalidité est nettement supérieur à la Jobseekers’ Allowance. Selon les statistiques officielles, 1 titulaire sur 2 a plus de 50 ans, et 2 titulaires sur 5 sont des femmes ; en outre, 1 million de bénéficiaires de l’Incapacity Benefit sont des chômeurs de longue durée « déguisé ». Le gouvernement estime ainsi que les deux tiers des bénéficiaires seraient en réalité capable de travailler39. Le New Labour propose deux réponses à cette situation :

  • le New Deal for Disabled, qui vise la remise au travail des bénéficiaires par le biais d’emplois dans le secteur marchand ou associatif, assorti, le cas échéant, d’une formation ;

  • une réforme alliant « le bâton et la carotte » : The right to enter the world of work, proposée en 2006 et dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2008. En réformant en profondeur le régime d’indemnisation, le New Labour espère réduire de plus d’un million le nombre de bénéficiaires et économiser £7 milliards par an.

Conclusions

49Le New Labour prône la flexibilité de la relation salariale depuis son arrivée au pouvoir et les politiques conduites dans le cadre de la « troisième voie » ; mais la véritable caractéristique du marché du travail britannique est sa profonde segmentation. La mobilité dans l’emploi y figure parmi les plus élevée de l’Union mais avec une part importante de mobilité non volontaire ou « subie ». Le marché de l’emploi du pays se caractérise par de puissants effets de « trappes » associés aux bas salaires : si les transitions entre contrat temporaire et contrat permanent y sont relativement élevée, la probabilité de sortir d’un bas salaire est parmi les plus faibles de l’Union. De son côté, le temps partiel, à 77 % féminin, représente le quart de l’emploi.

  • 40  Voir Lefresne, F., op.cit.

50La création d’un salaire minimum en 1999 constitue un « rempart institutionnel important »40 puisque environ 1 million et demi de travailleurs en ont bénéficié, dont 70 % de femmes. Cependant, les contournements du salaire minimum sont régulièrement dénoncés par les syndicats, et la presse en fait un écho assez large. Certains secteurs sont réputés pour bafouer la législation, notamment ceux où la syndicalisation est particulièrement faible et la négociation collective inexistante.

51 Le bilan des politiques de l’emploi depuis 1997 est nettement mitigé. Ce n’est pas en créant plus d’emploi qu’en France que la Grande-Bretagne est parvenu à juguler son taux de chômage. Les évolutions chronologiques montrent clairement que, depuis 30 ans, l’emploi dans les deux pays croît sensiblement à la même vitesse. Les tendances démographiques n’expliquent pas non plus les différences de taux de chômage constatées. En France et en Grande-Bretagne, le pourcentage de personnes en âge de travailler (entre 15 et 64 ans) est comparable (de l’ordre de 65,5 % dans les pays) et n’a pratiquement pas changé depuis 20 ans.

  • 41  Voir Fons, J.P., « La vision britannique de la politique sociale européenne. Un bilan de la présid (...)

52 En dernière analyse, ce sont des éléments de régulation du marché du travail (création d’un salaire minimum, d’importants investissements publics, des droits sociaux élargis, la création d’emplois publics) qui constituent actuellement les atouts de l’économie britannique et de la vitalité de son marché du travail41. Reste l’effrayante situation des inactifs. Le nombre de personnes en âge de travailler en situation de non emploi est estimé à 5,3 millions, soit 17 % de la population active totale. Ceux-ci regroupent les quelque 2,7 millions de bénéficiaires de l’Incapacity Benefit, les titulaires de l’allocation chômage et les parents isolés qui perçoivent une prestation sociale. Il y a fort à penser que le haut niveau de sous-emploi en Grande-Bretagne soit à chercher du côté des faibles performances du système d’éducation et de formation initiale – le pays est en effet régulièrement pointé du doigt par les enquêtes de l’OCDE (PISA) alors qu’un tiers des 25-34 ans a, selon l’étude de l’OCDE, un « faible niveau d’instruction ».

Haut de page

Bibliographie

Boyer, R. (ed.), La Flexibilité du Travail en Europe. Une étude comparative des transformations du rapport salarial dans sept pays de 1973 à 1985, La Découverte, Paris, 1987.

Esping-Andersen, G., The Three Worlds of Welfare Capitalism, Polity Press, Cambridge, 1990.

Fons, J.P., « Managing flexibility and security: active labour market policies and “flexicurity” », in Observatoire de la Civilisation Britannique, n° 2, juin 2006, p. 157-166.

Fons, J.P., « L’insécurité du travail, la sécurité de l’emploi. Une nouvelle dialectique du risque entre deux modèles sociétaux », in Observatoire de la Civilisation Britannique, n° 1, janvier 2006, 53-70.

Fons, J.P., « Stratégies de gestion de l’emploi public et flexibilité en Grande-Bretagne et en France. Analyse qualitative et comparative des régimes de mobilisation et des modes d’usage de la main-d’œuvre enseignante », Université de Bordeaux III – Michel de Montaigne, thèse de doctorat, 2004.

Fons, J.P., « Post-fordisme, flexibilité et segmentation des marchés du travail : quelques repères théoriques et méthodologiques pour l’interprétation de l’histoire contemporaine de la Grande-Bretagne », in Leydier, G. (ed.), La Civilisation : objet, enjeux, méthodes, BABEL, n° 9-2004, Université du Sud Toulon-Var, 2004, 177-202.

Lefresne, F., préface in Observatoire de la Société Britannique, n° 2, juin 2006.

Mougel, F.C., Royaume-Uni : les années Blair, La Documentation Française, Paris, 2005.

Haut de page

Notes

1  Notons cela dit que cette stabilité n’est qu’en partie imputable aux succès des gouvernements Blair puisque la croissance et l’inflation se sont stabilisées dans toutes les grandes économies occidentales.

2  Dans ce domaine, bien des composantes devraient également être abordées : la question de la formation initiale et continue des salariés, la politique sociale du gouvernement (et notamment la politique de la famille) ; les politiques macroéconomiques, ou encore le système d’assurance chômage. Il est cependant impossible de traiter de tous ceux-ci dans cet article.

3  OECD, « Labour Market Flexibility: a Report by a High-Level Group of Experts to the Secretary-General », Paris, mai 1986.

4  Fourmont, N., Gallioz, S., Pichon, A., Flexibilité du travail et de l’emploi. Contextes, pratiques et stratégies, Les Cahiers d’Evry (coll.), Centre Pierre Naville, octobre 2001., p. 28.

5  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), Part-time Prospects: an International Comparison of Part-time Work in Europe, North America and the Pacific Rim , 1998, p. 2.

6  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), Part-time Prospects: an International Comparison of Part-time Work in Europe, North America and the Pacific Rim , 1998, p. 3.

7  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), Part-time Prospects: an International Comparison of Part-time Work in Europe, North America and the Pacific Rim , 1998, p. 23.

8  Esping-Andersen, G. (1990), The Three World of Welfare Capitalism, Londres.

9  Esping-Andersen, G. (1990), The Three World of Welfare Capitalism, Londres, p. 21-22.

10  Mattioli, M.A., « Chômage et France et en Grande-Bretagne, 1990-2000 : la situation spécifique des femmes », in Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 12, n°2, 2003, p. 37.

11  Pour Mattioli, M.A., « les solutions de gardes collectives se sont (…) développées beaucoup plus vite et en plus grand nombre en France qu’en Grande-Bretagne où, en 1999, seulement un enfant sur sept avait une place en crèche » (ibid., p. 37-38).

12  « In Great-Britain », note Tim Whitton, « the institutional framework tends to encourage women with children living with a partner to work part-time rather than dissuading them from working altogether » (in Whitton, T., “The Growth of Precarious Employment in Great-Britain”, in Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 12, n°2, 2003, p. 57).

13  Crompton, R., Sanderson, K. (1990), Gendered Jobs and Social Change, Londres. Le terme employé originellement par les auteurs est « educational lever ».

14  O’Reilly, J., Fagan, C. (eds), 1998, op.cit., p. 6.

15  Conseil Supérieur de l’Emploi, des Revenus et des Coûts, « Durées du Travail et Emploi. Les 35 heures, le temps partiel, l’aménagement du temps de travail », CSERC, janvier 1997, p. 88.

16  Conseil Supérieur de l’Emploi, des Revenus et des Coûts, « Durées du Travail et Emploi. Les 35 heures, le temps partiel, l’aménagement du temps de travail », CSERC, janvier 1997, p. 34 (nous soulignons dans le texte).

17  Ruskin propose en effet sa théorie des « deux sphères » dès 1864.

18  Daune-Richard, A.M., « Les femmes et la société salariale. France, Royaume-Uni, Suède », Document séminaire du LEST, Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix-en-Provence, 2001.
Dans la cité domestique, les partenaires ne se substituent pas l’un à l’autre dans leurs tâches ordinaires. La participation des femmes au marché du travail n’est pas valorisée, seules leurs compétences domestiques sont objet de valeur.

19  Les droits sociaux des femmes occupant un emploi salarié ont été fortement limités. L’assurance chômage et santé créée en 1911 ne couvrait ainsi que les femmes employées à temps plein.

20  Fagan, C., “Working-time preferences and work-life balance in the EU: some policy considerations for enhancing the quality of life”, European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions, Dublin, 2003, p. 30.

21  Séhili, D., La Castration Sociale, Le Présent Avenir (coll.), Syllepse, Paris, 2003, p. 11.

22  Séhili, D., La Castration Sociale, Le Présent Avenir (coll.), Syllepse, Paris, 2003, p. 13. Pour Dajouida Séhili, parce que les femmes contribuent à reproduire et acceptent le modèle andocentré, elles participent au processus de « castration sociale » caractérisé par la « domination masculine » (p. 12-13).

23  En France, les allocations familiales ont été conçues d’un côté par les employeurs dans le cadre de préoccupations de fidélisation de la main-d’œuvre et, de l’autre, par l’État dans le cadre d’une politique nataliste. Le versement d’allocations n’a jamais été, en France, une revendication féministe.

24  Gautié, J., Gazier, B., Silvera, R., Anxo, D., Auer, P., Lefresne, F., Les Subventions à l’Emploi : analyses et expériences européennes, Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, La Documentation Française, Paris, 1994, p. 9.

25  Dans une situation de concurrence parfaite (un marché concurrentiel dans l’acception libérale du terme) les employeurs disposent de la main-d’œuvre en volume et qualifications demandées, aux taux de salaire demandés par chaque catégorie de main-d’œuvre qui s’offre sur le marché du travail. Celles dont la qualification excède la demande des entreprises verraient leurs prétentions de salaire (salaire dit de réservation) diminuer. Inversement, celles dont la qualification est très prisée par les entreprises verraient leurs salaires augmenter.

26  Le New Deal, en tant que active labour market policy, résume les pilliers d’une politique : « work for those who can, security for those who cannot » (par « work » il faut entendre bien entendu « paid work »). Ce principe représente la continuité directe d’un élément fondateur du Third Way tel que défini par Anthony Giddens (2002) : la « [new] balance of rights and responsibilities”. Pour l’auteur de The Third Way : “Government has a whole cluster of responsibilities for its citizens (…) including the protection of the vulnerable (…) Unemployment benefit, for example, should carry the obligation to look actively for work, and it is up to governments to ensure that welfare systems do not discourage active search” (ibid., p. 65).

27  Le caractère hautement contraignant du programme incite à modaliser fortement cette assertion. Ainsi, tout jeune sans emploi ou chômeur de longue durée recevant une allocation chômage doit participer au New Deal. Le programme repose en effet en grande partie sur un ensemble de mesures fortement coercitives et « le candidat qui ne respecte pas son contrat risque de perdre une partie de ses allocations sociales » (Whitton, T., in Whitton, T. (dir.), Le New Labour. Rupture ou Continuité?, Didact Anglais (coll.), Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2000, p. 265).
De même, pour Florence Lefresne, « le programme Welfare to Work (…) relève explicitement du registre de la contrainte, les catégories concernées se voyant menacées de suspension d’indemnisation en cas de non participation » (Lefresne, F., 1997, p. 17).
Pour Eric Le Boucher, le New Deal est « un donnant – donnant : la société offre une formation puis un emploi (…) à la personne, mais celle-ci est contrainte de l’accepter sous peine de perdre tout ou partie de ses indemnités de chômage » (Le Boucher, E., 2003).

28  Le concept, décrit par Tony Blair au lendemain du premier sommet du Conseil Européen à Amsterdam, veut encourager le développement d’ « une main-d’œuvre qualifiée et flexible, mieux armée pour faire face aux changements économiques (…) Il s’agit d’encourager les sorties de l’assurance publique vers le marché du travail » (« [Employability] means creating a more skilled and adaptable workforce, better equipped to cope with economic change. It also means a new emphasis on getting people off welfare and into work », Hansard, col. 314-315, 18 avril 1997).

29  « New Deal for Young People and Long-term Unemployed People aged 25+ », 29 novembre 2001, National Statistics, p. 15.

30  Voir Whitton, T., 2000, op.cit., p. 266.

31  OCDE, 2002, p. 67. Les statistiques du Trades Union Congress font état d’un vif recul du chômage chez les jeunes : 45 000 jeunes chômeurs auraient trouvé un emploi stable à l’issue du New Deal (source : site Internet du TUC, « Briefing Paper n°46  », janvier 2003).

32  Van Reenen, J., “No more skivvy schemes? Active labour market policies and the British New Deal for the Young Unemployed in context”, Institute for Fiscal Studies Working Paper, 2001; Riley, R., Young, G., “The macroeconomic impact of the New Deal for Young People”, NIESR, 2001.

33  Voir la tribune de l’auteur dans Liaisons Sociales, novembre 2006.

34  En 2006, il existe trois niveaux de référence pour le salaire minimum horaire : £3,30 pour les 16-17 ans ; £4,45 pour les 18-21 ans, et £5,35 pour les salariés âgés de plus de 22 ans. 1,3 millions de personnes en bénéficie.

35  L’indicateur retenu est celui du Family Resources Survey et s’entend comme 60% du salaire médian.

36  Cf. intervention de Nicholas Sowels au congrès de la SAES à Nantes (2006), atelier du CRECIB (sous la direction de Marie-Claude Esposito).

37  F. Lefresne, Observatoire de la Société Britannique, n°2, juin 2006 (préface).
Voir également l’article de JP Fons et JL Meyer, « Les logiques de gestion de l’emploi public enseignant dans trois pays européens », in Formation – Emploi. Revue française de sciences sociales, n°92, Centre d’Études et de Recherches sur les Qualifications (CEREQ), La Documentation Française, 2005, p. 5-19.

38  Voir la première section de cette contribution.

39  Il faut bien dire que les critères d’éligibilité à l’Incapacity Benefit sont aussi variés que sujet à critiques. Entre 1997 et 2006, certains critères ont connu une hausse spectaculaire, notamment l’alcoolisme, les « troubles de l’humeur » ou encore les « troubles de compétences scolaires ». On estime que chaque jour environ 20 jeunes supplémentaires de moins de 25 ans bénéficient de l’allocation d’invalidité.

40  Voir Lefresne, F., op.cit.

41  Voir Fons, J.P., « La vision britannique de la politique sociale européenne. Un bilan de la présidence de l’Union », in Alexandre-Collier, A., D’Hellencert, B., (eds), La Grande-Bretagne et l’Europe, Presses de l’université de Bourgogne (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Fons, « Les politiques de l’emploi depuis 1997 : miracles et mirages », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 133-153.

Référence électronique

Jean-Philippe Fons, « Les politiques de l’emploi depuis 1997 : miracles et mirages », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://osb.revues.org/258 ; DOI : 10.4000/osb.258

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Fons

Maître de Conférences à l'université de Rennes 2 - Haute Bretagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org