Navigation – Plan du site

Les syndicats et les gouvernements Blair : de la soumission stratégique au bras de fer ?

Anne-Marie Motard
p. 173-197

Résumé

Les changements idéologiques et la nouvelle stratégie électorale du parti travailliste au cours des années 1990 ont contribué à la redéfinition de ses liens avec le mouvement syndical. Depuis l’arrivée de Tony Blair au pouvoir, cette évolution s’est accélérée, transformant la nature même de l’action syndicale.Tony Blair a insisté, depuis son élection à la tête du parti, sur le projet fédérateur du New Labour qui doit représenter l’ensemble de la nation et non plus seulement les catégories sociales qui ont longtemps constitué son électorat traditionnel. Les exemples sont nombreux qui montrent à quel point Tony Blair veut convaincre les Britanniques qu’il n’est pas inféodé aux syndicats.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Statistiques du Department of Trade and Industry, 2006.
  • 2  McIlroy, John, Trade Unions in Britain today, Manchester University Press, 2ème édition 1995 et Ta (...)

1L’évolution du mouvement syndical britannique au cours des trente dernières années s’inscrit dans un contexte historique marqué par plusieurs phénomènes parallèles et cumulatifs : déclin du secteur industriel traditionnel qui constituait le bassin de recrutement essentiel des syndicats, augmentation du travail à temps partiel et du travail féminin qui concernent des catégories moins enclines à se syndiquer, crise économique du début des années 1980 avec ses conséquences désastreuses en matière d’emploi. Par ailleurs, la mise en place d’une législation anti-syndicale par les gouvernements Thatcher successifs a également contribué à la baisse du taux de syndicalisation pendant les années 1980 et 1990 : de 56.9 % en 1979 à 39 % en 1989 et 29 % en 2005.1 Le nombre d’adhérents au Trade Union Congress, quant à lui, est passé de plus de 12 millions en 1979, niveau le plus élevé jamais atteint par le mouvement, à moins de 7 millions au début du 21ème siècle.2 

  • 3  Motard, Anne-Marie, « Les syndicats : les meilleurs ennemis du New Labour ? » in Whitton, Timothy (...)

2Parallèlement, l’évolution idéologique et la nouvelle stratégie électorale des travaillistes amorcée avec l’élection de Neil Kinnock à la tête du parti en 1983, à la suite d’une cinglante défaite électorale, ont eu pour conséquence la redéfinition des relations du parti travailliste avec le mouvement syndical. Le relâchement des liens entre parti et syndicats est apparu nécessaire pour changer l’image des travaillistes souffrant des souvenirs des années 1970, présentées par les media britanniques comme une période marquée par la toute-puissance d’un mouvement syndical jugé irresponsable et extrémiste. Ce phénomène de distanciation commence sous le leadership de Neil Kinnock, avec le soutien des syndicats (qui participent donc eux-mêmes à leur relative mise à l’écart) mais s’accélère lorsque Tony Blair prend la tête du parti en 1994, transformant la nature même de l’action syndicale. Vers la fin des années 1990, le TUC lance une campagne réformatrice intitulée ‘New Unionism’ visant à promouvoir une action syndicale non plus fondée sur la confrontation mais sur l’idée de partenariat avec le patronat, nouvelle stratégie dont on peut se demander si elle est le signe d’un véritable renouvellement idéologique ou un aveu de faiblesse.3

  • 4  Blair, Tony, New Britain, My Vision of a Young Country, London, Fourth Estate, 1996, p. 35.

3Lors de sa conquête du pouvoir, Tony Blair a, à maintes reprises, insisté sur le projet fédérateur du New Labour qui doit représenter l’ensemble de la nation et non plus seulement les catégories sociales qui ont longtemps constitué son électorat traditionnel : « We are the mainstream voice in politics today ».4 Les exemples sont nombreux qui montrent à quel point Tony Blair a voulu convaincre les Britanniques qu’il n’était pas inféodé aux syndicats ; il semble bien qu’il ait réussi et que le bon vieux temps où gouvernement travailliste et leaders syndicaux partageaient « beer and sandwiches » au 10 Downing Street soit définitivement révolu. Il paraît peu probable, à la fin de l’année 2006 marquée par nombre de conflits internes et rivalités personnelles –et alors que le moment de la succession à la tête du parti s’approche- que Gordon Brown envisage d’entretenir des relations plus privilégiées avec les syndicats que ne l’a fait son rival. Au contraire, le rapprochement entre legouvernementet les milieux d’affaires initié au milieu des années 1990 perdure et, tout en ayant pris un certain nombre de mesures visant à aider les plus démunis (enfants défavorisés par exemple) New Labour semble s’attacher prioritairement à la défense des intérêts des classes moyennes. En conséquence, bon nombre de syndicalistes ont du mal à percevoir le message des dirigeants travaillistes, ou du moins, ils n’en retiennent souvent que les aspects favorables aux milieux patronaux et financiers et s’inquiètent d’un renoncement à la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

4La fraîcheur de la réception accordée à Tony Blair par le TUC lors de son congrès annuel début septembre 2006, marqué notamment par le boycott fortement médiatisé du discours du Premier Ministre par quelques dizaines de délégués, illustre la tension croissante entre le mouvement syndical et le chef du gouvernement. Au-delà de l’exaspération croissante et réciproque exprimée tant par les représentants syndicaux que par Tony Blair lors du congrès, se fait jour une fracture politique, idéologique et structurelle grandissante entre les deux ailes du mouvement travailliste –nonobstant des rapports plus cordiaux et apparemment plus aisés entre les leaders syndicaux et le successeur annoncé du Premier Ministre.

  • 5  Monks, John, Secretaire Général du TUC : « We don’t want to rock the boat », entretien octobre 200 (...)

5Au cours de la campagne électorale de 1997, la stratégie du mouvement syndical dans son ensemble avait été d’aider le parti travailliste à gagner les élections. Tout en ne se projetant pas sur le devant de la scène, sans nul doute afin de ne pas réactiver le spectre des années 1970, les syndicats et le TUC avaient pesé de tout leur poids dans l’élection, tant par leur soutien financier que par les ressources humaines mises à la disposition des états-majors de campagne. Pendant le premier mandat de Tony Blair, calme et prudence ont dominé chez les syndicats qui ont, pour la plupart, apporté un soutien loyal, quoique circonspect, au gouvernement. Leur souci était de laisser à ce gouvernement travailliste attendu depuis 18 ans toutes ses chances de mener à bien son programme réformateur.5

  • 6  En particulier les syndicats GMB ou TGWU.

6Un certain nombre de promesses propres à satisfaire les revendications des syndicats ont été tenues entre 1997 et 2001 –même si leur mise en place a donné lieu à quelques conflits : signature de la Charte Sociale Européenne, adoption du salaire minimum, allongement de la durée des congés de maternité, amélioration de la protection des employés, allègements d’impôts pour les familles. Ce bilan est loin d’être négligeable, mais il reste limité, ce qui explique les relations tendues entre le gouvernement et les syndicats sur quelques questions essentielles. A titre d’exemple, lors du débat autour du projet de loi sur l’emploi, Fairness at Work Bill, en 1998, deux questions ont provoqué de vives réactions syndicales : les modalités de la reconnaissance syndicale obligatoire au sein des entreprises et le montant du plafond des indemnités pour licenciement abusif. De plus, l’attitude réservée du gouvernement vis-à-vis de l’euro a été critiquée par certains syndicats.6

7 Après le deuxième triomphe électoral de Tony Blair en juin 2001, la pression syndicale, relativement discrète pendant la campagne, s’est accentuée. Un infléchissement de la stratégie du mouvement syndical a été perceptible, si ce n’est un véritable changement de cap pour quelques syndicats qui ont affirmé haut et clair vouloir désormais se faire entendre, comme UNISON, GMB ou TGWU qui se trouvent en position dominante par le poids de leurs adhérents. La question qui domine l’agenda politique depuis plusieurs années et qui cristallise les difficultés relationnelles entre le gouvernement et le mouvement syndical concerne l’amélioration des services publics, et plus particulièrement les modalités de cette amélioration que tous, hommes politiques, syndicats, usagers, salariés, s’accordent à reconnaître comme une priorité. De fait, les milieux syndicaux s’inquiètent des projets du gouvernement visant à faire appel au secteur privé pour réformer les services publics. Ce qu’ils considèrent comme la privatisation insidieuse et croissante des biens et des services constitue à leurs yeux une atteinte à la notion même de service public dont elle ne permet pas de résoudre les difficultés de financement et d’organisation.

8 L’étude qui suit est centrée sur cet aspect des rapports entre le gouvernement et les syndicats car il constitue un enjeu majeur qui conduit à une réflexion sur le modèle de société proposé par le gouvernement New Labour. Il semble bien que l’on assiste maintenant à l’amorce d’un bras de fer entre les syndicats et le gouvernement travailliste : les syndicats ont fait preuve de patience et de modération pendant les premières années du mandat de Tony Blair mais ils semblent maintenant prêts à se battre pour prévenir ou limiter le processus de privatisation des services publics. Par ailleurs, au-delà de cette question controversée, apparaît une tentative de revalorisation de la place des syndicats dans la société britannique.

Le gouvernement Blair, dans la continuité de l’héritage thatchérien ?

9 Le financement des services publics est un problème de longue date, qui est apparu dès la mise en place du Welfare State après la deuxième guerre mondiale mais qui a pris une acuité particulière dans les années 1970, puis 1980. Sous les différents gouvernements de Margaret Thatcher, caractérisés par un mouvement accéléré de privatisation de l’économie et de la société, censé juguler le problème du déficit budgétaire de l’État, la crise des services publics s’est accentuée. Des critères de comparaison européens ont montré, à l’aube du troisième millénaire, le retard de la Grande-Bretagne dans le domaine de la santé, par exemple un taux de guérison du cancer moindre que dans les autres pays européens, ou, dans celui de l’éducation, un taux d’illettrisme plus élevé. L’héritage thatchérien était mis en cause, encore en 2001, pour expliquer les difficultés du National Health Service dont les media, les usagers du service de santé britannique et les observateurs pouvaient donner maintes illustrations : listes d’attente, services surchargés, bâtiments décrépits. Alan Milburn, Ministre de la Santé, soulignait ainsi le retard pris par la Grande-Bretagne au cours des années 1980 :

  • 7  Department of Health Press Release, 15/02/01.

For too long investment in NHS infrastructure has been a low priority when it should have been a high priority. Capital investment in the NHS was lower at the end of the last Parliament than it was at the beginning. The consequences are plain for all to see. Buildings that are shoddy, equipment that is unreliable, hospitals that are out of date. In too many places the environment that staff work in and patients receive care is simply unacceptable 7

10Pendant les années 1980, plusieurs formes de privatisation de l’économie sont apparues :

  • des privatisations « conventionnelles » comme par exemple celle du réseau ferroviaire, Railtrack ;

    • 8  Procédure de « contracting out ».

    des concessions8 accordées à des entreprises privées pour la sous-traitance de certaines missions de service public (maintenance, restauration, collecte des ordures ménagères, etc.) ;

  • des partenariats entre le secteur public et le secteur privé (Public Private Parnership) dont la modalité la plus courante est l’Initiative de Financement Privé (Private Finance Initiative).

  • 9  Lister, John, PFI in the NHS, A Dossier, London Health Emergency, GMB, Londres, Août 2001, p.3.

11L’Initiative de Financement Privé est une idée qui voit le jour en 1992 lorsque John Major est Premier Ministre. Kenneth Clarke, alors Chancelier de l’Echiquier, décrit cette procédure comme le moyen privilégié d’accroître les dépenses d’investissement dans le NHS : « Privatising the process of capital investment in our key public services, from design to construction to operation ».9 Selon le principe de PFI, le secteur public fait appel à des capitaux privés pour procéder aux dépenses d’investissement nécessaires pour améliorer, rénover ou développer rapidement des infrastructures de services publics. Après un appel d’offre, les autorités locales (municipalités, Trusts, etc.) laissent le soin à une entreprise privée ou à un consortium de mener les opérations de financement et de réalisation du projet (emprunt, suivi des travaux, etc.) et, dans de nombreux cas, d’assurer pour une large part la gestion de l’établissement une fois la construction ou la rénovation terminées. La collectivité locale verse alors un « loyer », dans le cadre d’un bail à long terme (de 25 à 30 ans minimum), pour l’utilisation de l’infrastructure réalisée par le secteur privé, les profits réalisés étant alors versés aux actionnaires des entreprises impliquées.

  • 10  Les investissements privés pour des services publics n’apparaissent pas dans le Public Sector Borr (...)

12Un des principaux avantages d’une telle procédure de financement provient essentiellement du fait que l’État limite ainsi le montant de ses emprunts et, par là même, de son taux d’endettement.10 A long terme, cependant, l’État (et donc le contribuable) doit assurer le remboursement des emprunts réalisés par cet intermédiaire que constitue le secteur privé et le financement des dépenses de fonctionnement. Cet aspect du PFI est au cœur de la critique syndicale.

  • 11  Ed Balls, principal conseiller économique du Chancelier de l’Échiquier, souligne que le gouverneme (...)
  • 12  Comme elle l’a indiqué au congrès du TUC en septembre 2001, son approche des rapports gouvernement (...)

13 Dès leur arrivée au pouvoir en 1997, tout en faisant de l’amélioration des services publics une priorité, les dirigeants travaillistes ont mis l’accent sur la rigueur budgétaire nécessaire à la stabilité économique. Lors du premier mandat de Tony Blair, la démarche du gouvernement a témoigné d’une grande prudence : il convenait d’éviter une augmentation des dépenses publiques afin de ne pas réactiver les craintes (supposées) de l’électorat en matière fiscale. Gordon Brown, Chancelier de l’Échiquier, annonça en 1997 qu’il s’engageait à respecter les contraintes budgétaires fixées par le gouvernement conservateur de John Major (et il va effectivement les respecter, diminuant considérablement la dette de l’État).11 Parallèlement à sa volonté affichée d’améliorer les services publics et de les transformer en « world class public services », le gouvernement insiste sur la réforme des structures et du fonctionnement des services publics et sur la nécessité de s’ouvrir à d’autres modes de financement et de gestion, en l’occurrence sur le modèle du secteur privé. Le refus d’une approche considérée comme ‘idéologique’ constitue un type d’argumentation régulièrement utilisé par les membres du gouvernement, qu’il s’agisse de Gordon Brown, Ministre des Finances, et de son équipe ou de Stephen Byers, Ministre des transports et du gouvernement local, ou de Patricia Hewit, Ministre du commerce et de l’industrie12.

  • 13  Health Service Journal, 01/06/95.
  • 14  Health Service Journal, 22/08/96.
  • 15  Department of Health Press Release, 07/04/98 (SEE website)

14C’est ainsi que le gouvernement de Tony Blair a repris l’idée de PFI, alors qu’au moment de son lancement, cette politique avait été dénoncée par le Cabinet Fantôme. Margaret Beckett, Ministre Fantôme de la Santé, s’était élevée contre le PFI qu’elle considérait alors (1995), ainsi que la plupart de ses collègues travaillistes, comme le début d’un vaste et dangereux processus de privatisation des services publics en Grande-Bretagne : « As far as I am concerned PFI is totally unacceptable. It is the thin end of the wedge of privatisation ».13Mais, dès 1996, quelques mois avant les élections législatives, les signes manifestes d’une évolution rapide apparaissent : le secrétaire d’État Fantôme aux Finances, Mike O’Brien, déclare : « This idea must not be allowed to fail. Labour has a clear programme to rescue PFI ».14 Finalement, en 1998, cette politique se trouve au cœur du programme de réforme du NHS : « A key part of the Government’s 10 years modernisation programme for the health service ».15

15Le débat sur la participation du secteur privé au financement et au fonctionnement du NHS a pris une acuité croissante en Grande-Bretagne au cours des dernières années. En octobre 2000, par exemple, Alan Milburn, Ministre de la Santé, signe un « concordat » très controversé avec des cliniques privées au terme duquel le service public financera le traitement de patients sur listes d’attente du NHS dans les établissements privés offrant des disponibilités. La préférence du gouvernement va clairement aux financements privés pour ce qui est présenté comme « the biggest ever programme of hospital building in the NHS » : depuis 1997, seuls six projets financés par le secteur public ont obtenu le feu vert du Ministère de la Santé (représentant moins de 300 millions de livres) alors que 38 projets financés par le PFI ont été acceptés (pour un montant de près de 4 milliards de livres). Le plan pour le NHS présenté en juillet 2000 prévoyait un total de 100 projets financés par le PFI, visant ainsi à accroître la participation du secteur privé dans la construction de nouveaux hôpitaux. Dans le domaine de l’éducation, le même mouvement en faveur d’une participation croissante du secteur privé aux dépenses d’investissement et de fonctionnement des établissements scolaires est perceptible. Maints documents du Ministère de l’Éducation soulignent l’apport du privé au public en termes d’innovation, d’efficacité et de rentabilité : « The private sector can bring new and innovative ideas to public sector projects ».16 Les chiffres de 2006 confirment que c’est dans les secteurs de l’éducation et de la santé que les projets financés par PFI sont les plus nombreux : 144 et 149 respectivement.17 Le total des sommes investies (tous projets confondus) dans le cadre de cette procédure est colossal, atteignant en 2006 près de 5 milliards de livres.18

16Les syndicats, tout en étant conscients du fait que le gouvernement doit faire face à une situation grave, résultant de près de 20 ans de sous investissement, déplorent que l’amélioration des services publics n’ait pas constitué la priorité des dirigeants travaillistes dès 1997 et que l’appel au secteur privé soit présenté comme la meilleure, ou même la seule, solution possible.

Une argumentation pragmatique pour le mouvement syndical

17Déjà en septembre 1998, lors de son congrès annuel, le TUC avait voté contre le projet ‘Private Finance Initiative’ et la plupart des grandes centrales syndicales se sont mobilisées depuis contre ce type de projets. Après avoir contenu leur mécontentement lors de la campagne électorale de 2001, les syndicats ont envoyé un message clair au gouvernement lors du congrès travailliste de Brighton (septembre 2001) :

  • 19  Unison-Labour Link, Unison, London, September 2001.

Our main dispute with the government still lies with their investment strategy for rebuilding the country’s infrastructure, which is reliant on the use of the private finance initiative. We have first hand experience of PFI and the results, which are often cuts in level of services to the public, staff numbers and pay and pensions. Such an approach is contrary to the overall aim of improving services and inefficient when direct public investment would be quicker and cheaper 19

18Les syndicats, en cherchant à démontrer que le rapport coût-avantages des opérations PFI est défavorable, fondent leur opposition sur une argumentation de type pragmatique. Leur démarche se veut rigoureuse, s’appuyant sur des statistiques, études universitaires et rapports d’experts : les syndicats se défendent de faire preuve d’un militantisme borné qui serait motivé par un attachement irrationnel au secteur public. Ils dénoncent les implications à long terme de PFI, en particulier dans les deux secteurs sensibles de la santé et de l’éducation, et cherchent à montrer que les avantages à court terme (absence d’endettement immédiat du secteur public) sont largement contrebalancés par les coûts à long terme (‘loyer’ versé par les National Health Trusts, les établissements scolaires ou les municipalités) présentés comme exorbitants. Le GMB dénonce le manque de cohérence financière de la procédure :

  • 20  Lister, John, PFI in Education, A Dossier, Researched for the GMB in association with Labour Resea (...)

… the spurious notion that PFI is injecting ‘extra’ capital into the public services. In reality every penny of PFI investment has to be paid back from public sector budgets. PFI merely switches the cost of capital investment onto the revenue accounts of public sector purchasers –and spreads the payments of principle and interest over a much longer time-frame. 20

  • 21  Pollock, Allyson, Will primary care trusts lead to US-style health care ?British Medical Journal, (...)
  • 22  Department and Treasury Project Review Group.
  • 23 Centre for Public Services, Private Finance Initiative and Public Private Partnerships : what futur (...)
  • 24  Lister, John, PFI in Education, A Dossier, Researched for the GMB in association with Labour Resea (...)

19Une étude d’Allyson Pollock avance des estimations selon lesquelles le coût annuel de ces projets, dans le seul domaine de la santé, s’élèverait pour la collectivité à quelques 4,5 milliards de livres.21 Entamé plus tardivement que dans le National Health Service, le mouvement de privatisation du système éducatif est à l’ordre du jour depuis juillet 2001 lorsque le secrétaire d’État à l’Éducation, Stephen Timms, annonça devant la Chambre des Communes que 56 projets PFI avaient été acceptés par la Commission chargée de l’examen des dossiers.22 Les syndicats émettent le même type de réserves qu’à l’égard des projets du NHS 23 et s’inquiètent, en particulier, de la priorité donnée à la rentabilité qui va, selon eux, à l’encontre de la pédagogie.24

20Les syndicats dénoncent d’autres faiblesses du système comme :

  • le dépassement des estimations budgétaires initiales : les 14 premiers projets PFI ont en moyenne dépassé de 72 % le budget initial envisagé (en raison, entre autres, de la préférence des entreprises privées pour des constructions neuves plutôt que des opérations de rénovation, de dépenses imprévues telles que des frais d’expertise ou d’avocats, etc.) ;

    • 25  Gaffney, Declan, Pollock, Allyson, Price, David, PFI in the NHS –is there an economic case ? Briti (...)

    les dépenses accrues des National Health Trusts : en moyenne 12 à 16 % de dépenses d’investissement annuelles pour les opérations de type PFI, contre seulement 8 % dans le cas des opérations financées par l’État. Ce phénomène s’explique tant par la marge bénéficiaire des entreprises privées (estimée à 15-25 % par an) que par le fait que ces dernières n’ont pas la possibilité d’emprunter à un taux aussi bas que le secteur public25 ;

  • la détérioration des conditions de travail des personnels ;

  • le manque de transparence dans les procédures d’appels d’offre ;

    • 26  « Under PFI the public sector is set to foot a mounting annual bill to service over-priced loans, (...)

    et surtout le danger inhérent à la procédure qui conduit à hypothéquer l’avenir en signant des baux à très long terme, difficilement révisables.26

  • 27 « Education appeals to the private sector because it provides a steady income stream ».Etude du cen (...)
  • 28  Cf. l’ouvrage de Monbiot, George, « Captive State : the corporate takeover of Britain » : « The pr (...)

21Que ce soit dans le domaine de l’éducation ou de la santé, dans les collectivités territoriales, les institutions pénitentiaires ou autres services publics, les syndicats dénoncent par ailleurs le fait que les projets PFI sont présentés comme la seule option possible par les différents ministères concernés, comme le montre un rapport du GMB publié en septembre 2001 : « PFI at the end of the day sells itself to councillors, head teachers and others because with strict limits on the availability of public funding, there is no genuine alternative : it has been deliberately made to seem ‘the only game in town’« .27 Il y aurait une très forte pression de la part de l’administration centrale pour que les collectivités locales choisissent ce mode de financement.28 

22Il est évident que l’opposition syndicale aux projets PFI correspond également à la défense d’intérêts catégoriels. Les syndicats défendent le statut et les conditions de travail et de rémunération de leurs adhérents, à leurs yeux menacés par la privatisation partielle des services. En effet, les salariés qui passent de la responsabilité d’un employeur public à un employeur privé connaissent généralement des modifications de leurs conditions de travail, couverture sociale et cotisations retraite. Pour les syndicats, le fait que les entreprises privées cherchent à maximiser leurs profits en minimisant les coûts salariaux pose un réel problème de protection des salariés, notamment ceux et celles (les femmes sont nombreuses dans le secteur de la santé, de la restauration ou de l’éducation par exemple) qui sont au bas de l’échelle des rémunérations.

23Leur opposition aux projets gouvernementaux témoigne d’une approche réaliste de leurs propres intérêts structurels car la majorité des syndiqués sont salariés dans le secteur public : 60 % contre seulement 19 % dans le privé. Il est malaisé pour les syndicats de maintenir leur influence dans le cadre de services éclatés, les personnels passant sous la responsabilité de nouveaux employeurs avec des statuts diversifiés. Le maintien des adhérents du secteur public est d’autant plus cruciale que les syndicats ont du mal à recruter de nouveaux adhérents dans les secteurs en plein essor comme le tertiaire ou les activités commerciales. A court et moyen terme, une baisse des effectifs syndicaux dans le secteur public auraient des conséquences désastreuses pour certains des plus grands syndicats comme UNISON, GMB ou TGWU. Ce conflit sur les services publics contribue ainsi à amorcer un renouveau du militantisme syndical. 

L’amorce d’un renouveau syndical ?

  • 29  Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, (...)
  • 30  Pollard, Stephen, Meet the people who make Tony Blair sweat, New Statesman, 18 juin 2001, p.10.
  • 31  Prosser, Margaret, Let’s work together, Fabian Review, Volume 113, n°3, Autumn 2001, p.11.

24A l’occasion des conflits engendrés par la réforme des services publics, on peut se demander dans quelle mesure les syndicats peuvent retrouver un rôle et une légitimité politiques, non seulement vis-à-vis du gouvernement mais plus largement au sein de la ‘société civile’. Le mouvement Unions 21 n’en doute pas : « The recent public/private debate has seen unions make a return to the centre stage in politics ».29C’est également le point de vue de l’hebdomadaire de gauche, New Statesman : « … the manifesto’s hints of further contracting with private companies have given the unions the perfect vehicule for re-establishing themselves as a force in the land ».30De fait, il semblerait qu’un mouvement de rééquilibrage des forces entre le parti travailliste et les syndicats soit perceptible. Depuis la re-élection du gouvernement travailliste en 2001, les syndicats sont passés de la position défensive qu’ils avaient maintenue au cours des années 1990 à une position plus offensive. Tout en faisant certes preuve de mesure, la plupart d’entre eux ont adopté une attitude critique vis-à-vis des dirigeants travaillistes et même les plus modérés ne leur apportent plus un soutien inconditionnel comme en témoignent les déclarations de Margaret Prosser, secrétaire générale adjointe du TGWU : « We will continue to voice our strong support when we believe the government gets it right. We will argue strongly with ministers, lobby them and campaign when we believe they are wrong ».31

  • 32  Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, (...)
  • 33  Entretien, Labour Conference, Brighton, 3 October 2001.

25En 2001, John Monks, alors secrétaire général du TUC, prit une position encore plus radicale, prônant un changement de cap pour le gouvernement New Labour et faisant pression pour que celui-ci mette en œuvre un programme véritablement réformateur : « A strong majority and a weak opposition should give a new government a real opportunity to move from competence to social justice, from reassurance to radicalism » (Congrès de Unions 21, 10 mars 2001).32 Lors du congrès du parti travailliste d’octobre 2001, tout en assurant à Tony Blair le soutien du TUC, et du mouvement syndical dans son ensemble, à sa politique internationale, John Monks n’hésita à parler de « home front ». Pour lui, l’amélioration et le renforcement des services publics, la lutte pour l’amélioration des conditions de travail (revalorisation du salaire minimum, entre autres) constituaient des objectifs prioritaires. Mais il plaçait également sur l’agenda politique des années à venir l’application de la directive européenne sur le droit à l’information et à la consultation pour les salariés qui rencontrait beaucoup de réticences de la part des employeurs et peu d’enthousiasme de la part du gouvernement. Cette insistance sur le droit à l’information est fondée sur une notion centrale du syndicalisme contemporain : faire des salariés de véritables acteurs de la vie économique. Selon l’ancien secrétaire général du TUC, une fracture entre syndicats et travaillistes était possible, si ce n’est probable, et il a souvent eu recours, dans son bras de fer avec le gouvernement, à des termes lourds de sens : « frustration... », « anger... », « fracture in the relationships between the government and the trade union movement...33

26Il semble que vers la fin de l’année 2001 le gouvernement, conscient de ces risques, ait cherché à moduler ses prises de position afin de calmer la colère montante des syndicats. Tony Blair a multiplié les déclarations apaisantes, comme le montre le discours qu’il a prononcé lors du congrès du parti travailliste le 2 octobre 2001 (ainsi que celui qu’il devait faire devant le TUC le 11 septembre 2001) où il affirmait que, s’il fallait arbitrer entre des investissement dans le secteur public et des réductions d’impôts, priorité serait donnée à l’investissement public. Alan Milburn, Ministre de la Santé, et Estelle Morris, Ministre de l’Éducation, ont multiplié les déclarations en faveur du secteur public, et le Chancelier de l’Échiquier, Gordon Brown, a accepté d’introduire un peu plus de flexibilité budgétaire. L’attitude de Patricia Hewit, chargée du commerce et de l’industrie, une des ‘idéologues’ de la ‘Troisième Voie’, est révélatrice : maniant avec prudence les euphémismes, elle a parlé, par exemple, de « constructive criticism » pour tenter de désamorcer les conflits. Elle a notamment insisté sur l’idée de partenariat, citant, entre autres, la participation du TUC et de la confédération patronale (Confederation of British Industry) à la commission sur les bas salaires (Low Pay Commission), sur le partenariat au niveau local entre sections syndicales et employeurs ou encore sur les services que les syndicats peuvent apporter à leurs adhérents (information, services bancaires, juridiques, etc.). En fait, apparaît là une vision réductrice et instrumentale du rôle des syndicats : alors que la neutralité de leur action est mise en avant, leur rôle véritablement politique tend à être minimisé. Dans ce cadre d’intervention partenariale les syndicats seraient cantonnés dans un rôle ‘fonctionnel’, contribuant à la bonne marche du système, sans remise en question idéologique du système économique et social actuel.

  • 34  Entretien, Labour Conference, Brighton, 3 October 2001.

27Néanmoins, les syndicats ne semblent pas vouloir se contenter du rôle limité que leur avait assigné Patricia Hewit et n’ont pas renoncé à constituer des ‘laboratoires d’idées’, à être des initiateurs du changement. Ils ne manient d’ailleurs pas l’euphémisme... John Edmonds, ancien secrétaire général du GMB, a comparé PFI à la ‘poll tax’ qui a marqué la fin du règne de Margaret Thatcher et a qualifié cette procédure de « utter disaster », « total failure », dénonçant cette vision capitaliste de la Grande-Bretagne, « UK plc ».34 Bill Morris (TGWU) est allé jusqu’à parler de chantage pour faire pression sur le gouvernement, « classic blackmail », en agitant la menace d’un accord entre son syndicat et les Libéraux-Démocrates et en ayant des mots très durs à l’encontre du gouvernement. Par exemple, il a souligné les risques de la privatisation de la santé en ayant recours à un parallèle qui ne pouvait que frapper l’imagination des malheureux usagers du système ferroviaire britannique : « privatisation will make the NHS look like Railtrack on a bank holiday » 

  • 35 Fringe meeting TGWU-UNISON-T&G, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.
  • 36  Par exemple, Antony Giddens, dans son ouvrage  The Third Way ne fait aucune mention des syndicats, (...)
  • 37 Motard, Anne-Marie, op.cit. 1999.
  • 38  Inhibitions provoquées à la fois par la politique anti-syndicale de M. Thatcher, le rejet fortemen (...)

28On assiste donc depuis 2001 à un changement dans le rapport de force entre syndicats et gouvernement –qu’il ne faut pas surestimer mais qui est révélateur d’une évolution de l’attitude syndicale –évolution qui s’est accélérée avec un changement générationnel à la tête de nombreux syndicats, maintenant dirigés par des leaders plus jeunes, plus militants, moins proches du parti travailliste et donc moins enclins à ménager le gouvernement. Le premier ministre est maintenant dans une position défensive –aggravée par la fragilisation de son autorité et de sa légitimité depuis qu’il a été contraint d’annoncer qu’il quitterait son poste avant le prochain congrès du parti travailliste (prévu en septembre 2007) : il doit justifier les choix de son gouvernement, il est mis au défi par les syndicats de prouver la validité de son argumentation et de son action. Dave Prentis (UNISON) procède ainsi à une dénonciation en forme de défi au gouvernement de Tony Blair : « If the private sector is the solution, then prove it… ».35 Semble être en train de s’opérer un retournement de situation pour les syndicats qui, eux, ont longtemps été obligés de justifier leur action et leur rôle même dans la société.36Plus largement, il semblerait que les syndicats reprennent confiance en eux et retrouvent une image d’eux-mêmes plus forte. L’idée de partenariat adoptée dans les années 1990 –sans doute faute de pouvoir s’affirmer dans le rapport de force avec le patronat,37 reste certes d’actualité, ainsi qu’une approche gradualiste et relativement consensuelle du changement social, mais ils se débarrassent peu à peu de leurs inhibitions politiques.38

  • 39  Par exemple, conflit au sujet du transfert de NHS Logistics (fourniture des équipements du NHS) à (...)

29 Avant les élections législatives de 2005, le gouvernement a été contraint de faire un certain nombre de concessions aux syndicats afin que ceux-ci n’entravent pas le bon déroulement de la campagne et continuent de soutenir financièrement le parti. L’« Accord de Warwick », signé à l’Université de Warwick en juillet 2004, à l’occasion d’un forum s’inscrivant dans le cadre de la politique de consultation et de débat mise en place par la direction du parti travailliste depuis plusieurs années, marque l’aboutissement de longues discussions et dures négociations entre les représentants des grands syndicats affiliés au Parti Travailliste et les représentants du gouvernement. L’accord répond à un certain nombre de revendications syndicales en matière d’emploi, de protection des salariés (notamment du secteur public), de représentation syndicale et de formation professionnelle. Si, à la suite de ce forum, les syndicats s’estimèrent satisfaits, deux ans plus tard, les relations sont à nouveau extrêmement tendues, avec des menaces de grève de plus en plus fréquentes. Des leaders syndicaux comme Mark Serwotka, du Public and Commercial Services Union, ou Dave Prentis, de UNISON, critiquent toujours la politique du gouvernement dans le secteur public qui, selon eux, tend à intensifier le processus de privatisation des services39 et à réduire les dépenses salariales. Le coup d’éclat du syndicat des employés du secteur ferroviaire et maritime (RMT) et de celui des pompiers (FBU), dont les délégués ont bruyamment quitté la salle au moment où Tony Blair s’apprêtait à faire son discours lors du dernier congrès du TUC de septembre 2006, est un exemple, largement relaté dans les media, de cette tension croissante.

Les syndicats et la ‘société civile’ : vers un rééquilibrage des relations ?

30Parallèlement à l’évolution de leurs rapports avec le gouvernement travailliste, les syndicats seraient-ils en train de renouer avec une ‘société civile’ dont ils semblaient coupés depuis des décennies ? Assisterait-on à un rééquilibrage de leur place dans la société britannique ?

  • 40  Motard, Anne-Marie, « Le Trade Union Congress et la construction européenne » dans Le Royaume-Uni (...)

31Après avoir commencé à jouer un rôle sur la scène européenne dans la deuxième moitié des années 1990 (la plupart d’entre eux adoptant maintenant une position proeuropéenne40), les syndicats semblent prêts à faire un retour en force sur la scène nationale –les actions qu’ils mènent pour la défense du service public s’inscrivant dans une stratégie plus globale. Un climat généralement plus favorable aux syndicats britanniques est perceptible au début du 21ème siècle : parallèlement aux changements législatifs (comme la procédure de reconnaissance syndicale obligatoire et la mise en place du salaire minimum) et à l’adoption de la Charte sociale européenne, le nombre d’employés, de cadres et de femmes parmi les nouveaux adhérents a légèrement augmenté. On assiste à une stabilisation du taux de syndicalisation. Cependant, certains éléments conduisent à relativiser le phénomène :

  • le taux de syndicalisation s’est stabilisé à un moment où l’emploi a augmenté fortement dans certains secteurs de l’économie (commerce de détail, hôtellerie, services bancaires) ;

  • l’influence des représentants syndicaux sur les processus de prise de décision, de gestion, de recrutement de nouveaux personnels, reste restreinte au sein de l’entreprise (souvent limitée aux questions de rémunération et de sécurité professionnelle).

32En conséquence, une diversification de l’action syndicale et un renouvellement des modes d’intervention sont importants pour l’avenir des syndicats. Par ailleurs, il convient pour eux de changer leur image, encore très stéréotypée (persistance des images caricaturales des années 1970). Nigel Stanley, responsable de la communication et des campagnes au TUC, est particulièrement conscient de cette priorité :

  • 41  Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, (...)

When asked about unions the spontaneous responses are normally negative, and based on media stereotypes. Arthur Scargill is the union leader most likely to be cited. Union imagery is about clenched fists, brass bands, miners and heavy industry. Unions are seen as male and stale. People think that unions are looking for a good fight and pining the ‘good old days’ of the 1970s when they were more powerful. Unions officials are expected to be men in their late 50s who probably keep whippets. These are depressing hangovers from the anti-union images of the 1970s and are held by people too young to have remembered them first hand 41

  • 42  Unions 21, ibid.

33Margaret Prosser, secrétaire générale adjointe du TGWU, insiste également sur la nécessité du changement de la perception de l’action syndicale : « …how can we help people understand that unions are about so much more than causing trouble at work ? ».42Les dirigeants syndicaux s’accordent sur la nécessité de mieux faire passer le message syndical auprès des salariés de tous les secteurs, en recrutant notamment de nouvelles catégories de salariés du privé, des jeunes et des femmes travaillant à temps partiel, etc. Le rôle pédagogique des syndicats est essentiel pour montrer l’impact possible de l’action syndicale sur la vie quotidienne des salariés. Dans cette perspective, ils doivent élargir leur champ d’action et ne plus se limiter à la défense des salaires, mais s’attacher à l’amélioration de l’ensemble des conditions de travail des salariés (formation professionnelle, plans de carrière, accès à l’information, participation aux processus décisionnels, etc.). Peu à peu, dans le discours syndical, l’accent est mis sur une approche qualitative plutôt que quantitative, amenant une redéfinition de la fonction du représentant syndical.

  • 43  D’après une étude du GMB le secteur privé assure l’entretien (ou plutôt le manque d’entretien) des (...)

34Il y a là un ‘fossé culturel’ qui risque d’être difficile à franchir pour les représentants de la base syndicale mais ce nouvel agenda paraît refléter les attentes de la société britannique. Les syndicats des services publics par exemple se présentent comme les porte-parole des usagers tout autant que des employés. Dans leur lutte contre le financement PFI dans le National Health Service, ils insistent sur un certain nombre de points auxquels l’ensemble des usagers du service de santé est sensible, comme la détérioration de l’offre du service de santé (diminution des places disponibles pour les patients et du nombre de personnel médical en raison d’une stratégie de diminution des coûts), la fragmentation des services (liée à la sous-traitance de beaucoup d’entre eux : restauration et entretien en particulier) ou encore les surcoûts payés par les patients pour des prestations annexes (TV, parking, etc.).43

35Les syndicats s’adressent aussi aux citoyens en tant que contribuables en cherchant à démontrer que le transfert de coût du public au privé n’est qu’un leurre et que l’Etat, donc le contribuable, devra à terme payer la note –plus élevée selon les syndicats que si le secteur public lui-même avait procédé aux dépenses d’investissement nécessaires. Pour eux, la procédure PFI hypothèque l’avenir du pays et impose de fait la résolution des problèmes de financement actuels aux générations futures. Bill Morris, lors du débat sur les services publics au congrès 2001 du parti travailliste, a souligné la responsabilité collective de l’Etat vis-à-vis des usagers et des contribuables et posé la question du contrôle démocratique des dépenses publiques. Il a clairement soulevé le problème des objectifs et des priorités de la fiscalité, ainsi que des modalités de leur définition.

  • 44  New Statesman, 18 juin 2001, p.10.

36Les syndicaux se font aussi l’écho d’autres groupes de pression, par exemple d’associations professionnelles opposées au mouvement de privatisation comme le Royal College of Nursing dont Christine Hancock, secrétaire générale sortante, a dénoncé la détérioration du NHS pendant la campagne électorale de 200144 : « third-world medical facilities ». Expression reprise par David Hart, secrétaire général de National Association of Head Teachers qui affirme qu’elle peut aussi s’appliquer au système scolaire.

  • 45  Fringe meeting TGWU-UNISON-TGWU, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.
  • 46  Analyse qui semble corroborée par une série de sondages indiquant qu’une majorité de britanniques (...)

37Bill Morris (TGWU), lors du lancement de la campagne Keep Public Services Public lors du congrès 2001 du parti travailliste, a mis l’accent sur le rôle des syndicats comme porte-parole des citoyens : « We speak for all society […] for the civil society ».45 Dave Prentis (UNISON) insiste également sur cet aspect de l’action syndicale : « we know that the public is with us ; we know that we are in a strong position ».Il se plait à rappeler le goût du New Labour pour les « focus groups » dont la consultation permet de mieux appréhender les attentes de l’électorat : il conseille au gouvernement de prêter attention aux derniers sondages sur les services publics qui témoignent d’une inquiétude croissante des britanniques face à la détérioration de leurs services publics et d’une évolution rapide des points de vue sur la fiscalité.46

Les syndicats britanniques au 21ème siècle : de l’action à l’idéologie ?

38Ainsi les syndicats semblent redevenir des acteurs à part entière du processus démocratique, phénomène qui se manifeste de plusieurs façons. Tout d’abord, ils mènent diverses actions contre le gouvernement et pour la défense du service public. Ce regain de militantisme se traduit aussi par un rapprochement entre différents syndicats, comme la réunion rassemblant plusieurs centaines de personnes organisée par GMB, UNISON et TGWU pour le lancement de la campagne ‘Keep Public Services Public’ en marge du congrès de Brighton en 2001. Ce type de rassemblement donne lieu à une expression plus libre et plus virulente des opinions des militants que lors des séances plénières bien orchestrées du congrès travailliste.

39Un autre exemple d’activisme politique est le soutien apporté par les syndicats au député indépendant, Richard Taylor (dans la circonscription de Wyre Forest) qui a ravi un siège travailliste sur un programme de défense du NHS et de lutte contre les opérations de privatisation. L’élection de ce parlementaire à la Chambre des Communes, avec une majorité confortable, indique, aux yeux du mouvement syndical, que les électeurs ne partagent peut-être pas le même enthousiasme que le gouvernement de Tony Blair pour le secteur privé. Par ailleurs, certains syndicats n’hésitent pas à envisager une collaboration avec d’autres partis, en l’occurrence les Libéraux-Démocrates sur la question des services publics, ou à réduire leur soutien financier au parti travailliste comme le GMB qui a considérablement diminué sa contribution en 2002.

  • 47  Tract du GMB distribué lors du congrès du parti travailliste à Brighton, septembre 2001, pour le l (...)
  • 48  Dave Prentis. Fringe meeting TGWU-UNISON-TGWU, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.

40Un aspect particulièrement intéressant de l’action politique des syndicats est le fait qu’ils se posent en défenseurs du fonctionnement démocratique de la société britannique. Un certain nombre d’entre eux, parmi les plus influents, se présentent comme les garants à la fois de l’éthique du service public et de la transparence démocratique. Pour le GMB, les collectivités locales doivent être responsables devant les électeurs car le processus de privatisation fait courir le risque d’un déficit démocratique de la gestion des services : « replacing accountability with accountants and consultation with consultants ».47 Le recours de plus en plus fréquent à des consultants privés fortement rémunérés, alors que le gouvernement prône le contrôle des dépenses et que des restrictions de personnels affectent certains services, soulève la colère des syndicats qui dénoncent à la fois gaspillage et incohérence. L’opposition à la privatisation de services publics s’exprime également au nom de principes démocratiques : « this government doesn’t have a mandate to privatise our public services ».48

  • 49  Ils étayent leurs critiques par les études ou commentaires d’universitaires ou observateurs. Cf. R (...)
  • 50  Lister, John, PFI in the NHS, A Dossier, London Health Emergency, GMB, Londres, Août 2001, p.14.
  • 51  « Public Sector Comparator ». Lister, ibid. p.17.

41Les syndicats dénoncent, dans le cadre de PFI, le manque de transparence des modalités de négociation des contrats et des sommes effectivement arrêtées pour le versement annuel effectué par les collectivités publiques au secteur privé.49 Il semblerait que même les parlementaires ne parviennent pas à avoir toutes les informations nécessaires pour comprendre et contrôler les opérations : à titre d’illustration, dans le cas du projet Norfolk & Norwich PFI, les membres de la Commission de la Santé de la Chambre des Communes ont reçu des exemplaires du contrat avec un certain nombre de paragraphes manquants sous prétexte de ‘confidentialité commerciale’ !50 Les syndicats s’inquiètent ainsi d’une éventuelle manipulation des responsables politiques locaux par le gouvernement central qui présente PFI comme la seule option possible, tout d’abord en n’accordant pas, ou rarement, de financement public aux projets présentés et en utilisant des critères de comparaison biaisés pour juger des qualités respectives des projets publics et privés.51

  • 52  TUC backs public sector strikes. Guardian Unlimited, 11/09/2006.

42 De plus, le mécontentement croissant des salariés syndiqués se traduit par l’augmentation du nombre de grèves dans le secteur public depuis 2005, toujours soutenues par le TUC qui affirme la nécessité de mettre un terme à des réformes considérées comme dangereuses, « destructive reforms », et qui cherche à peser sur l’agenda du successeur de Tony Blair ; de fait, dans le courant de l’année 2006, Gordon Brown a essuyé tout autant de critiques que le Premier Ministre en place comme l’atteste la plaisanterie d’un membre de Unison : « What’s the difference between Gordon Brown and Tony Blair ? One thinks he’s God, the other knows he’s God ».52

43Mérite d’être souligné, au terme de cette étude, un effet positif paradoxal de la législation anti-syndicale de Margaret Thatcher pour les syndicats : dans la mesure où ils peuvent maintenant faire valoir leur fonctionnement démocratique et responsable renforcé par différentes procédures telles que l’obligation d’un scrutin avant le début d’une grève, le vote à bulletin secret, la nécessité d’une démarche volontaire pour cotiser au fonds politique des syndicats affiliés… ils peuvent arguer de leur légitimité démocratique renforcée au sein de la société britannique. Cette évolution les conduit sur la voie d’un repositionnement idéologique

44 Les leaders des grands syndicats se battent maintenant à nouveau sur le terrain idéologique, longtemps abandonné, du moins relégué au second plan. Si l’on reprend l’exemple de la privatisation, Dave Prentis (UNISON) dénonce l’attitude du gouvernement New Labour qui, sous prétexte de refuser tout carcan idéologique, fonde en fait son action politique sur des prémisses strictement idéologiques selon lesquels le secteur privé est jugé supérieur au secteur public. Il renvoie non sans ironie, tout comme John Edmonds (ancien secrétaire général du GMB) encore plus acerbe dans ses critiques, les dirigeants du New Labour à la célèbre petite phrase de Tony Blair : « what matters is what works »… Si une politique sociale doit être jugée à l’aune de son efficacité économique sans aucun a priori idéologique, alors le gouvernement doit être en mesure d’en apporter les preuves tangibles. Pour ce que est du mouvement syndical, non seulement il apporte les preuves du contraire mais il prend la défense des valeurs du travaillisme…

45En conséquence, l’idéologie retrouve une place centrale dans le débat sur les services publics : les syndicats revendiquent le « droit à l’idéologie » et se débarrassent ainsi d’une contrainte longtemps imposée sur le débat interne du mouvement travailliste (par crainte de choquer l’opinion ou de mécontenter les milieux d’affaires) et qui a conduit à l’adoption du langage apparemment neutre de l’efficacité économique. Lors de la réunion pour le lancement de la campagne ‘Keep Public Services Public’ à Brighton en octobre 2001, Bill Morris (TGWU) avait rappelé les réalisations du gouvernement travailliste de 1945 et les valeurs qui ont fondé le Welfare State. Lors d’une intervention devant le congrès du TUC en septembre 2001, il avait également déclaré :

  • 53  Guardian website, Guardian Unlimited Politics, 10/09/01.

The quality of our public services defines not just the quality of our lives but also the moral state of our nation. [...] We need to acknowledge that a society which largely depends on the private sector to deliver public services would be a very different kind of society from that which is required to create equality and social justice. [...] It would be a society in which the priority was shareholder value rather than social need. 53

  • 54  Fringe meeting TGWU-UNISON-TGWU, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.

46Le débat sur les services publics ne traduit donc pas uniquement une controverse politique ou technique sur le fonctionnement des services publics mais bel et bien une interrogation fondamentale sur la société, « a moral statement about our society » comme l’affirme Bill Morris.54 Forts d’une influence et d’une légitimité politiques partiellement recouvrées, les syndicats peuvent-ils effectivement constituer un contre-pouvoir face au gouvernement du New Labour et initier un vrai débat sur les fondements idéologiques d’une « Troisième Voie » qui a du mal à trouver son chemin ?

Haut de page

Bibliographie

Blair, Tony, New Britain, My Vision of a Young Country, London, Fourth Estate, 1996.

British Council, Le Royaume-Uni et la construction européenne, Actes du Colloque de l’Université d’Orléans, Paris, novembre 2000.

Brugidou Mathieu, « Le discours de la revendication et de l’action dans les éditoriaux de la presse syndicale (1996-1998) », R.F.S.P., n° 6, décembre 2000.

Centre for Public Service, Private Finance Initiative and Public Private Partnerships : what future for public services ? Sheffield, 2000.

Driver, Stephen, Martell, Luke, New Labour. Politics after Thatcherism, Politiy Press, Cambridge, 1998.

Fraser, W. Hamish, A History of British Trade Unionism 1700-1998, Macmillan Press, Basingstoke & London, 1999.

Gamble, Andrew, Wright, Tony, ed., The New Social Democracy, The Political Quarterly, Blackwell Publishers, Oxford, 1999.

Giddens, Anthony, The Third Way. The Renewal of Social Democracy, Polity Press, Oxford, 1998.

Giddens, Anthony, The Third Way and its critics, Polity Press, Oxford, 2000.

Jones, Kathleen, The Making of Social Policy in Britain. From the Poor Law to New Labour, The Athlone Press, London and New Brunswick, 2000.

Kessler, Sid, Bayliss, Fred, Contemporary British Industrial Relations, Macmillan, Basingstoke & London, 1998.

Lister, John, PFI in Education, A Dossier, GMB, London, septembre 2001.

Lister, John, PFI in the NHS, A Dossier, GMB, London, Août 2001.

McIlroy, John, Trade Unions in Britain Today, Manchester University Press, (1988) 2ème édition 1995.

Marsh, David, The New Politics of British Trade Unionism. Union Power and the Thatcher Legacy, Macmillan, London, 1992.

Minkin, Lewis, The Contentious Alliance, Edinburgh University Press, 1991.

Morgan, Kenneth O., Britain since 1945, Oxford University Press, new edition 2001.

Pelling, Henry, A History of British Trade Unions, Macmillan, London, 1987.

Perriman, Mark, ed., The Blair Agenda, Lawrence & Wishart, London, 1996.

Pimlott, Ben, Cook Chris ed., Trade Unions in British Politics, the First 250 Years, Longman, London & New York, 1982 (2ème édition 1991).

Seldon, Anthony, ed., The Blair Effect. The Blair Government 1997-2001, Little Brown, London, 2001.

Taylor, Robert, The TUC,From the General Strike to New Unionism, Basingstoke, Palgrave, 2000.

Taylor, Robert, The Fifth Estate, Britain’s Unions in the Seventies, Routledge & Kegan Paul, London, Henley & Boston, 1978.

Trade Union Congress, Glasgow, Winning at Work, Conference Proceedings and General Council’s Report, 2000.

Trade Unionists for Europe, A Trade Union Agenda for Europe, GMB, London, 2000.

Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, London, mars 2001.

UNISON-LABOUR LINK, Unison, London, September 2001.

Whitton, Timothy, Le New Labour, rupture ou continuité ? Presses Universitaires de Rennes, 2000.

Wrigley, Chris, British Trade Unions, 1945-1995, Manchester University Press, 1997.

Young, Hugo, This Blessed Plot, Macmillan, 1998.

Haut de page

Notes

1  Statistiques du Department of Trade and Industry, 2006.

2  McIlroy, John, Trade Unions in Britain today, Manchester University Press, 2ème édition 1995 et Taylor, Robert, The TUC, From the General Strike to New Unionism, Basingstoke, Palgrave, 2000.

3  Motard, Anne-Marie, « Les syndicats : les meilleurs ennemis du New Labour ? » in Whitton, Timothy (dir.), Le New Labour : rupture ou continuité ?  PUR, 1999.

4  Blair, Tony, New Britain, My Vision of a Young Country, London, Fourth Estate, 1996, p. 35.

5  Monks, John, Secretaire Général du TUC : « We don’t want to rock the boat », entretien octobre 2000, Brighton.

6  En particulier les syndicats GMB ou TGWU.

7  Department of Health Press Release, 15/02/01.

8  Procédure de « contracting out ».

9  Lister, John, PFI in the NHS, A Dossier, London Health Emergency, GMB, Londres, Août 2001, p.3.

10  Les investissements privés pour des services publics n’apparaissent pas dans le Public Sector Borrowing Requirement.

11  Ed Balls, principal conseiller économique du Chancelier de l’Échiquier, souligne que le gouvernement peut entreprendre une réforme des services publics grâce à la gestion prudente et efficace du Ministre des Finances  au cours du premier mandat de Tony Blair, et que le message de l’électorat ne vise pas à une augmentation pure et simple des dépenses publiques : « It would be a mistake –a deeply complacent mistake- to see the choice the public made as opting simply for more public spending on public services with Labour and rejecting tax cuts ». Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, London, mars 2001, p.2.

12  Comme elle l’a indiqué au congrès du TUC en septembre 2001, son approche des rapports gouvernement-syndicats est pragmatique : « Congress, everyone knows that I believe in British business but I also believe in unions. The new unionism - trade unions who are partners of change, not opponents of change - are part of creating a high-performance economy. Trade unionists are part of my department's partnership, not because of anything you pay, but because of the expertise you bring to the table.” TUC website.

13  Health Service Journal, 01/06/95.

14  Health Service Journal, 22/08/96.

15  Department of Health Press Release, 07/04/98 (SEE website)

16  www.dfee.gov.uk/ppp/contents.htm

17  www.hm-treasury.gov.uk

18 www.hm-treasury.gov.uk

19  Unison-Labour Link, Unison, London, September 2001.

20  Lister, John, PFI in Education, A Dossier, Researched for the GMB in association with Labour Research Department, Londres, septembre 2001, p.16.

21  Pollock, Allyson, Will primary care trusts lead to US-style health care ?British Medical Journal, 21/04/01.

22  Department and Treasury Project Review Group.

23 Centre for Public Services, Private Finance Initiative and Public Private Partnerships : what future for public services ? Sheffield, 2000, p.5.

24  Lister, John, PFI in Education, A Dossier, Researched for the GMB in association with Labour Research Department, Londres, septembre 2001.

25  Gaffney, Declan, Pollock, Allyson, Price, David, PFI in the NHS –is there an economic case ? British Medical Journal, 10/07/99.

26  « Under PFI the public sector is set to foot a mounting annual bill to service over-priced loans, non existent ‘risks’, and to buy support services whose alleged ‘efficiency’ depends upon worsening the pay and conditions of existing public sector staff. The index-linked profits to the private sector will hang like an albratoss around the necks of education authorities and schools governors for decades to come ». Lister, John, PFI in Education, A Dossier, Researched for the GMB in association with Labour Research Department, Londres, septembre 2001, p.18.

27 « Education appeals to the private sector because it provides a steady income stream ».Etude du centre de recherche sur les services publics de Sheffield citée par Lister, John, PFI in Education, A Dossier, Researched for the GMB in association with Labour Research Department, Londres, septembre 2001, p.17.

28  Cf. l’ouvrage de Monbiot, George, « Captive State : the corporate takeover of Britain » : « The private finance initiative is a scam, more hazardous by far than the 1980s privatisations [...] … ministers simply don’t understand what is happening. Getting to grips with the accountancy underpinning the PFI took me months. Civil servants are happy to keep their new masters in the dark, not least because many of them are on secondment from the companies that will profit from the initiative. But the scandal also shows the institutional corruption at the heart of a government that treats companies with deference and voters with contempt ». New Statesman, 1er octobre 2001, p.46.

29  Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, London, mars 2001, p.16

30  Pollard, Stephen, Meet the people who make Tony Blair sweat, New Statesman, 18 juin 2001, p.10.

31  Prosser, Margaret, Let’s work together, Fabian Review, Volume 113, n°3, Autumn 2001, p.11.

32  Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, London, mars 2001

33  Entretien, Labour Conference, Brighton, 3 October 2001.

34  Entretien, Labour Conference, Brighton, 3 October 2001.

35 Fringe meeting TGWU-UNISON-T&G, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.

36  Par exemple, Antony Giddens, dans son ouvrage  The Third Way ne fait aucune mention des syndicats, en quelque sorte ‘jetés aux oubliettes de l’histoire’…

37 Motard, Anne-Marie, op.cit. 1999.

38  Inhibitions provoquées à la fois par la politique anti-syndicale de M. Thatcher, le rejet fortement médiatisé des syndicats par les Britanniques et leur relative mise à l’écart par les dirigeants du New Labour (cf. la remarque de John Monks au cours du printemps 2000 sur le fait que le gouvernement considérait les syndicats comme des alliés un peu gênants : « embarrassing elderly relatives »)

39  Par exemple, conflit au sujet du transfert de NHS Logistics (fourniture des équipements du NHS) à l’entreprise privée allemande DHL.

40  Motard, Anne-Marie, « Le Trade Union Congress et la construction européenne » dans Le Royaume-Uni et la construction européenne, Actes du Colloque de l’Université d’Orléans, Paris, British Council, novembre 2000.

41  Unions 21, From reassurance to radicalism, Challenges facing trade unions in Labour’s second term, London, mars 2001, p.12

42  Unions 21, ibid.

43  D’après une étude du GMB le secteur privé assure l’entretien (ou plutôt le manque d’entretien) des 10 hôpitaux de Grande-Bretagne présentant les problèmes d’hygiène les plus graves. PFI in the NHS, A Dossier. John Lister, London Health Emergency, GMB, Londres, Août 2001, p.9.

44  New Statesman, 18 juin 2001, p.10.

45  Fringe meeting TGWU-UNISON-TGWU, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.

46  Analyse qui semble corroborée par une série de sondages indiquant qu’une majorité de britanniques demeurent méfiants face à la privatisation des services publics mais, par ailleurs, ne craignent pas une éventuelle augmentation des impôts pour financer l’amélioration de ces services  (cf. British Social Attitudes Annual Report).  A Wakefield par exemple, en 1999, syndicats et associations locales ont fait pression (en invoquant un article peu connu de la loi sur le gouvernement local de 1972) pour que soit organisé un référendum sur le financement privé d’un nouvel hôpital : les résultats ont indiqué que 81% des électeurs de cette circonscription y étaient opposés.

47  Tract du GMB distribué lors du congrès du parti travailliste à Brighton, septembre 2001, pour le lancement de la campagne « Keep Public Services Public ».

48  Dave Prentis. Fringe meeting TGWU-UNISON-TGWU, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.

49  Ils étayent leurs critiques par les études ou commentaires d’universitaires ou observateurs. Cf. Richard Smith, éditorialiste au British Medical Journal, décrit les projets PFI comme « Perfidious Financial Idiocy » peuvant conduire à des malversations financières de tous ordres : « they create generous scope for corruption […] The ingredients are all there : big sums of public money ; closed decision making and inadequate accountability ; and ‘consultants’ jumping backwards and forwards from the private to the public secotr. Sooner or later we will have a scandal »

50  Lister, John, PFI in the NHS, A Dossier, London Health Emergency, GMB, Londres, Août 2001, p.14.

51  « Public Sector Comparator ». Lister, ibid. p.17.

52  TUC backs public sector strikes. Guardian Unlimited, 11/09/2006.

53  Guardian website, Guardian Unlimited Politics, 10/09/01.

54  Fringe meeting TGWU-UNISON-TGWU, Labour Party Conference, Brighton, 1 October 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Motard, « Les syndicats et les gouvernements Blair : de la soumission stratégique au bras de fer ? », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 173-197.

Référence électronique

Anne-Marie Motard, « Les syndicats et les gouvernements Blair : de la soumission stratégique au bras de fer ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 20 janvier 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/osb.284

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Motard

Maître de Conférences à l'université Paul Valéry Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org