Navigation – Plan du site

Alliances socialistes : chant du cygne de l’extrême gauche ou menace pour les néo-travaillistes ?

Jeremy Tranmer
p. 199-214

Résumé

Cet article traite de l'attitude de l'extrême gauche à l'égard des gouvernements Blair. Sous la direction de ce dernier, l'évolution du parti travailliste contribua aux regroupements de divers partis d'extrême gauche. Cependant, ces regroupements se révélèrent peu stables, sauf en Écosse. Malgré une visibilité accrue, l’extrême gauche ne profita guère du désarroi d’une partie de la population face à la politique des gouvernements Blair.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Se situant à la gauche du parti démocrate, Nader avait obtenu assez de voix pour nuire au candidat (...)
  • 2  Nous emploierons le terme ‘alliances socialistes’ pour  désigner l’Alliance Socialiste, le parti s (...)

1En 1999 l’historien britannique John Callaghan déclara que « le socialisme sous toutes ses formes est aujourd’hui menacé d’extinction en Grande-Bretagne » et évoqua la « désintégration groupusculaire » de l’extrême gauche (Callaghan, 108). Cependant, en décembre 2000 John Curtice, directeur adjoint du Centre for Research into Elections and Social Trends, affirmait que la gauche radicale constituait un danger croissant pour les travaillistes et faisait référence au cas de Ralph Nader aux Etats-Unis1. Ce constat se fondait sur l’émergence de nouveaux groupements qui rassemblaient des mouvements d’extrême gauche et d’anciens adhérents du parti travailliste : les alliances socialistes2. Ces dernières déclaraient vouloir construire une nouvelle force politique à gauche et présenter des candidats aux élections locales et nationales. Cet article examinera l’impact sur la gauche radicale du néo-travaillisme (c’est-à-dire les changements apportés à l’idéologie et à l’organisation interne du parti travailliste depuis 1994, le programme du parti et la politique des gouvernements Blair). Il cherchera à préciser le rôle du néo-travaillisme dans l’apparition des alliances socialistes et à déterminer dans quelle mesure elles constituent une menace pour les travaillistes. Tout d’abord nous remonterons aux origines des alliances socialistes, puis nous nous pencherons sur les rapports entre l’extrême gauche et le néo-travaillisme. Enfin, en nous attardant sur les résultats des élections législatives de 2001 et de 2005, nous nous efforcerons d’évaluer la nature et l’ampleur du danger que constituent pour les travaillistes ces nouvelles formations.

L’émergence des alliances socialistes

2 Les alliances socialistes se composent principalement de deux types de militants : des membres d’organisations d’extrême gauche et d’anciens adhérents du parti travailliste. Pour comprendre comment ces deux catégories se sont rejointes, il est nécessaire de nous pencher sur l’histoire récente de la gauche de la gauche en Grande-Bretagne.

  • 3  Ce nouvel impôt local instauré par Margaret Thatcher à la fin des années 80 suscita un tollé en Gr (...)

3 La première alliance socialiste fut créée par des adhérents de l’organisation trotskiste Militant en 1992. Militant pratiquait l’entrisme au parti travailliste depuis plus de trente ans. Cette stratégie lui avait permis de constituer un bastion dans le Merseyside, de gérer la municipalité de Liverpool au milieu des années 1980 et de faire élire trois députés en 1987. Cependant, le parti travailliste avait commencé à exclure ses cadres les plus en vue à partir de la fin des années 1980, poussant Militant à remettre en cause sa stratégie. Encouragé par les scores de ses candidats aux élections locales dans le Merseyside et par le succès de ses actions contre la Poll Tax3, Militant décida de se constituer en organisation indépendante en fondant Militant Labour en Angleterre et au pays de Galles, et Scottish Militant Labour en Ecosse.

4 Aux élections législatives de 1992, il n’aurait fallu que 400 voix supplémentaires à l’ancien député Militant de Coventry, Dave Nellist, pour battre le candidat travailliste. Espérant profiter des 10 000 suffrages qu’il avait recueillis et créer une dynamique, Nellist créa une alliance socialiste qui cherchait à rassembler les membres de toutes les organisations d’extrême gauche à Coventry. A partir de 1995, Militant Labour commença à construire des alliances dans toutes les villes où il était présent, et cette nouvelle orientation l’amena à se rebaptiser parti socialiste (Socialist Party) en 1996. Des adhérents du mouvement socialiste (Socialist Movement) et du parti socialiste ouvrier (Socialist Workers Party), principal parti de la gauche radicale, ainsi que d’autres petites formations communistes et trotskystes, commencèrent également à participer à ce regroupement. En 1996, un comité fut créé pour coordonner des actions, et deux ans plus tard une structure plus formelle fut fondée (Network of Socialist Alliances) qui se rebaptisa Alliance Socialiste (Socialist Alliance) par la suite.

  • 4  Au début des années 1990, Militant comptait 4 conseillers municipaux dans cette ville, et en 1994 (...)

5En Ecosse, se déroulait un processus semblable, mais qui évoluait plus rapidement en grande partie à cause de la dynamique du mouvement de masse contre la Poll Tax. Militant avait tissé des liens étroits avec d’autres formations et se trouvait en position de force, particulièrement à Glasgow où Tommy Sheridan s’était fait connaître en menant la lutte contre la Poll Tax4. En 1995, l’Alliance socialiste écossaise fut fondée par les proches de Sheridan, le parti communiste écossais (Communist Party of Scotland) et le mouvement socialiste écossais. En 1998, elle se transforma en parti politique à part entière, le parti socialiste écossais (Scottish Socialist Party).

6Si les alliances socialistes se réduisaient à une recomposition de l’extrême gauche, elles n’auraient qu’un intérêt tout relatif. Cependant, leur émergence coïncida avec l’apparition de scissions au sein du parti travailliste. En 1996, Arthur Scargill lança le parti travailliste socialiste (Socialist Labour Party). Puis en 1998 les députés européens Ken Coates et Hugh Kerr créèrent le réseau travailliste indépendant (Independent Labour Network). Enfin, en 2000, Ken Livingstone fut élu maire de Londres, battant le candidat travailliste officiel. On retrouve la même tendance au niveau local. Par exemple, en 1996 l’ancien dirigeant de la municipalité de Walsall, Dave Church, fonda le parti travailliste démocratique (Democratic Labour Party), qui regroupait des dissidents habitant cette ville, et en 1999 l’Alliance de gauche de Leeds (Leeds Left Alliance) vit le jour. Quoique Livingstone et Scargill aient refusé de collaborer avec l’Alliance Socialiste, la plupart des groupes locaux s’y associèrent.

7En 1999 des forces politiques à la gauche des travaillistes présentèrent plusieurs candidats aux élections européennes en Angleterre et au pays de Galles, tandis que le parti socialiste écossais était présent dans toutes les circonscriptions écossaises. Ces élections marquèrent un tournant puisque la gauche radicale commença à présenter des candidats systématiquement à tous les scrutins, comme aux élections locales à Londres en 2000 par exemple. Elle attira ainsi des membres de l’aile gauche du parti travailliste, dont le plus connu est l’ancien membre du comité exécutif national, Liz Davies. Elle quitta le parti travailliste avant la campagne pour les élections législatives de 2001. Plus de 50 anciens conseillers municipaux et plus de 60 anciens cadres la rejoignirent (www.socialistalliance.net/about/supporters.htm).

  • 5  Même le quotidien communiste Morning Star, habituellement hostile à tout rassemblement à la gauche (...)

8Parallèlement, l’Alliance Socialiste réussit à obtenir un soutien plus large dans toute la gauche radicale. Elle publia une liste de ses sympathisants qui se lit comme un véritable who’s who de la gauche non-travailliste. Parmi eux se trouvaient Hilary Wainwright (rédactrice en chef de la revue Red Pepper), Michael Barrett-Brown (ancien dirigeant de la Nouvelle Gauche de la fin des années 1950), Bruce Kent (ancien dirigeant de la Campagne pour le Désarmement Nucléaire), Tariq Ali (ancien dirigeant du mouvement de solidarité avec le Vietnam), Peter Tatchell (militant de la cause des droits des homosexuels), et le cinéaste Ken Loach. Des syndicalistes de premier plan, comme Mark Serwotka, secrétaire général du syndicat des fonctionnaires PCS, ou Bob Crow, dirigeant adjoint du syndicat des travailleurs des transports RMT, participèrent également à la campagne de l’Alliance Socialiste. Cette dernière et le parti socialiste écossais présentèrent ensemble 170 candidats aux élections législatives de 2001. A la suite de ce scrutin, d’anciens eurocommunistes comme Monty Johnstone exprimèrent leur soutien à l’Alliance Socialiste, et les écologistes de gauche du réseau socialiste vert (Green Socialist Network) s’y affilièrent5.

  • 6  Lindsay German, membre du comité central du parti ouvrier socialiste, est un des porte-paroles de (...)
  • 7  Le nom complet de cette organisation est : Respect : the unity coalition. Respect est un acronyme  (...)

9Cependant, l’Alliance Socialiste ne transforma pas en parti politique et connut un certain effritement dans les deux années qui suivirent. Le parti socialiste s’en retira, Liz Davies démissionna, et le parti socialiste ouvrier privilégia sa participation à d’autres mouvements comme l’organisation altermondialiste Globalize Resistance et la Stop the War Coalition qui s’oppose à la guerre en Irak6. Lors de la campagne de manifestations contre la guerre en Irak, des liens étroits se tissèrent entre le parti ouvrier socialiste, des organisations musulmanes et George Galloway, l’opposant travailliste le plus virulent. Suite à l’expulsion de Galloway du parti travailliste, ils lancèrent ensemble en 2004 une nouvelle formation politique : Respect7. Aux élections législatives de 2005 Galloway fut élu député de la circonscription londonienne de Bethnal Green et Bow.

10Il est clair que l’extrême gauche vit une période de recomposition. Le parti socialiste écossais, l’Alliance Socialiste et Respect ont donc cherché, non sans succès, à fédérer plusieurs familles politiques de la gauche britannique. Il y avait déjà eu d’autres tentatives de promouvoir une plus grande unité au sein de la gauche radicale. Par exemple, des candidats aux élections locales de 1978 et législatives de 1979 s’étaient présentés sous l’étiquette Unité Socialiste (Socialist Unity), et une mouvance s’était formée autour du livre féministe Beyond the Fragments au début des années 1980. Néanmoins, ces tentatives n’avaient pas connu la même ampleur. Les alliances socialistes constituent donc la recomposition la plus significative de l’extrême gauche depuis la fondation du parti communiste de Grande-Bretagne en 1920/21. Il y avait également déjà eu des efforts pour jeter un pont entre la gauche travailliste et l’extrême gauche. Ainsi, le parti communiste avait courtisé l’aile gauche travailliste pendant des décennies, la Socialist Society avait rassemblé au début des années 80 des intellectuels de divers courants de la gauche, et la réunion de Chesterfield de 1988 avait conduit à la fondation du mouvement socialiste et à la création de la revue Red Pepper. Mais ces efforts avaient été suivis de peu d’effet. Par conséquent, c’est la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale que des membres de l’aile gauche du parti travailliste quittent leur parti en nombre non négligeable pour rejoindre une organisation se situant plus à gauche.

Le néo-travaillisme : facteur de recomposition de la gauche radicale

11Pour comprendre les raisons qui ont poussé l’extrême gauche à se rassembler ces dernières années et à tendre la main à l’aile gauche du parti travailliste, il faut d’abord rappeler brièvement les changements profonds qui eurent lieu sur les scènes politiques nationale et internationale à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ensuite il est possible d’évaluer les conséquences pour l’extrême gauche de l’émergence du néo-travaillisme.

12L’effondrement du communisme en Union Soviétique et, en Grande-Bretagne, son éclatement, revêt une importance certaine. Des débats autour de la nature exacte du système soviétique avaient divisé l’extrême gauche pendant des années, et les diverses analyses avaient acquis une valeur totémique qui constituait un obstacle à toute coopération sérieuse entre les différentes formations. Avec la disparition de l’URSS, ces débats n’étaient plus autant d’actualité, créant ainsi des conditions plus propices à un regroupement de l’extrême gauche. Le parti communiste avait dominé la gauche non-travailliste depuis sa fondation, mais il était politiquement discrédité à cause de ses relations avec l’Union Soviétique. Son effritement à partir de la fin des années 1970 et surtout son éclatement à partir de la fin des années 80 avaient rendu l’extrême gauche beaucoup moins figée. Ces événements ouvrirent la voie à de nouvelles alliances et marquèrent le début d’une période de recomposition. Les tentatives de rassemblement décrites plus haut ont également été encouragées par la baisse des effectifs des formations d’extrême gauche. La plupart des organisations perdaient plus de membres qu’elles n’étaient capables d’en recruter. Ainsi par exemple, à la fin des années 1980, Militant revendiquait plus de 8 000 adhérents, mais dix ans plus tard ce chiffre était descendu en dessous de 3 000. Le parti ouvrier socialiste faisait état de 10 000 adhérents au milieu des années 90, mais ce chiffre baissa sensiblement dans les années qui suivirent. Ces organisations se trouvèrent donc obligées de se tourner vers l’extérieur et d’envisager une coopération renforcée dans un contexte idéologique et politique plutôt favorable à un rapprochement.

13Cependant, les éléments évoqués ici n’étaient pas suffisants pour entraîner à eux seuls un développement aussi rapide des alliances socialistes. Il semble bien que le facteur déterminant ait été l’évolution du parti travailliste suite à l’élection de Tony Blair à sa tête en 1994. L’attitude traditionnelle de l’extrême gauche à l’égard des travaillistes était empreinte d’ambivalence en raison des objectifs du parti et de ses liens avec le mouvement syndical.

14En effet, la Clause IV des statuts du parti lui fixait comme but ultime la propriété collective des moyens de production et d’échange. Ce but extrêmement vague, pouvait être interprété comme la volonté de rompre avec le capitalisme. Ainsi, il n’était pas très éloigné des diverses visions du socialisme élaborées par l’extrême gauche. Le rôle joué par les syndicats dans la vie quotidienne du parti constituait, aux yeux de l’extrême gauche, un lien organique avec la classe ouvrière qui accordait aux travaillistes une certaine légitimité. A cause de ces deux éléments, une partie importante de l’extrême gauche avait toujours refusé de rejeter complètement le parti travailliste. Par conséquent, la décision des néo-travaillistes de remplacer la Clause IV et de distendre les rapports avec les syndicats fut considérée par l’extrême gauche, ainsi que par bon nombre de travaillistes de gauche, comme un renoncement définitif au socialisme et une altération du véritable caractère du parti travailliste pour en faire un parti bourgeois (Bambery).

15Le programme préélectoral New Labour, New Life in Britain de 1996 venait confirmer cette appréciation (Greenaway). Il fixait un cadre strict pour les dépenses et les dettes publiques, ne contenait pas d’engagement en vue du plein emploi, et ne prévoyait aucune augmentation significative des retraites. La publication de ce programme décida l’Alliance socialiste écossaise à présenter des candidats aux élections législatives de 2001 afin de proposer une alternative de gauche au parti travailliste.

16En raison de la politique du premier gouvernement Blair, en particulier son refus d’envisager une large redistribution des richesses et son attitude à l’égard des demandeurs d’asile, l’Alliance Socialiste en Angleterre et au pays de Galles en arriva à la même conclusion. De surcroît, elle citait fréquemment deux éléments comme preuves du bien-fondé de sa stratégie électorale. Elle affirmait, sondages à l’appui, que l’opinion publique était plus à gauche que les travaillistes sur certains sujets, comme par exemple les chemins de fer, que la majorité des Britanniques voulait re-nationaliser. Deuxièmement, elle déclarait qu’une part non négligeable de la jeunesse britannique ne se reconnaissait pas dans les travaillistes, participant par exemple à des mouvements de contestation contre la mondialisation libérale.

17La gauche radicale en conclut qu’elle était en phase avec d’importantes sections de l’électorat qui pourraient se tourner vers une formation se situant clairement à la gauche des travaillistes. Le corollaire logique de ce tournant dans sa stratégie était la recherche d’une plus grande unité au sein de l’extrême gauche et au-delà, afin de disposer de plus de moyens et de générer un mouvement d’opposition le plus large possible. L’extrême gauche accueillit donc à bras ouverts d’anciens travaillistes qu’elle aurait probablement dénoncés comme réformistes quelques années auparavant. L’interaction de plusieurs éléments, dont le plus important est l’émergence du néo-travaillisme, amena donc l’extrême gauche à modifier considérablement sa stratégie.

18La stratégie habituelle de l’aile gauche du parti travailliste avait consisté en un travail de longue haleine à l’intérieur du parti pour le transformer. Elle s’était organisée à cette fin, mais rappelons qu’elle n’avait jamais été un groupe homogène et cohérent, et était composée de plusieurs groupements. Malgré sa défaite à propos de la Clause IV, la gauche avait reconduit sa stratégie traditionnelle. Par exemple, le groupement autour du magazine Labour Briefing avait déclaré que la campagne défensive en faveur du maintien de la définition traditionnelle du socialisme pourrait jeter les bases d’un renforcement de la position de l’aile gauche (Marqusee, juillet 1995). Cette approche semblait avoir porté ses fruits dans les années qui suivirent malgré le départ d’un certain nombre d’adhérents vers le parti travailliste socialiste et le réseau travailliste indépendant. En 1998, quatre membres de l’aile gauche, Mark Seddon, Liz Davies, Cathy Jamieson and Pete Willsman, furent élus par les militants de base au comité national exécutif. Ils faisaient partie de Grassroots Alliance, un groupede militants qui critiquaient l’orientation du parti et le néo-travaillisme.

  • 8  Davies relate son expérience de membre du comité national exécutif dans son livre de 2001 Through (...)

19Néanmoins, Liz Davies en vint rapidement à la conclusion qu’il n’y avait plus de place pour elle au parti travailliste. Choisie en 1995 pour se présenter dans la circonscription nord-est de Leeds avant que la direction nationale refuse sa candidature, Davies s’en prit en particulier à la démocratie interne du parti. Elle arguait que les droits des adhérents avaient été sévèrement mis à mal par exemple par la modification du rôle du congrès national dont le pouvoir de décision se trouvait limité dans l’élaboration de la politique du parti8. Elle critiquait aussi le fait qu’il était impossible aux tendances minoritaires d’avoir du poids dans les instances dirigeantes du parti. Elle vilipendait la politique du premier gouvernement Blair, affirmant que « quand je critique le gouvernement néo-travailliste, je ne dis pas qu’il va trop lentement dans la bonne direction, mais qu’il va trop vite dans la mauvaise direction » (Davies, 29.3.2001). Elle attaquait l’attitude du gouvernement envers les demandeurs d’asile, le fossé grandissant entre riches et pauvres, le refus de rétablir la correspondance entre les salaires et les retraites, la privatisation du contrôle du trafic aérien et le rôle des entreprises privées dans les écoles et le système de santé. Pour résumer, elle déclara que « le parti a changé, pas moi » (Davies, 31.3.2001).

20 Mike Marqusee, anciennement du magazine Labour Briefing, alla plus loin, en ajoutant que le parti subissait des changements d’ordre social, politique et idéologique qui conduisaient à la marginalisation définitive de l’aile gauche (Marqusee, Future of the Labour Left). Selon lui, ceci était déjà perceptible en 2000 quand les candidats de la Grassroots Alliance avaient perdu du terrain dans les élections internes. Ainsi, une partie de l’aile gauche travailliste pensait que Tony Blair avait fait main basse sur le parti et que ce processus était irréversible. Par conséquent, certains étaient prêts à participer à des organisations composées majoritairement de personnes qu’ils considéraient encore récemment comme des extrémistes.

21On voit bien que l’opposition au néo-travaillisme est le principal dénominateur commun entre l’extrême gauche et certains travaillistes de gauche. On le remarque aussi dans la façon dont on a réglé le problème potentiellement posé par le manifeste électoral de l’Alliance Socialiste. Il se focalisait sur une liste de « mesures prioritaires » qui comprenaient la renationalisation des chemins de fer, la semaine des 35 heures, un meilleur financement du système de santé et de l’enseignement public, le rétablissement de la correspondance entre les salaires et les retraites, l’abolition des frais d’inscription universitaire, et de meilleures conditions pour les demandeurs d’asile. Ces propositions devaient être financées par une augmentation de l’impôt sur le revenu pour les plus gros salaires, et une augmentation de l’impôt sur les sociétés. Considérées en bloc, ces mesures prioritaires constituaient de toute évidence une critique du gouvernement travailliste qui permettait d’unir les différentes tendances de l’Alliance Socialiste. Respect est également le fruit du large mouvement regroupant réformistes et révolutionnaires qui se constitua pour protester contre la décision du deuxième gouvernement Blair de participer à la guerre en Irak.

22Il s’agit donc d’une situation sans précédent. La direction du parti et les gouvernements travaillistes avaient toujours été critiqués par des opposants internes pour qui le décalage était trop important entre le programme du parti et la politique du gouvernement, ou entre les objectifs du parti et le bilan du gouvernement. Mais la virulence des attaques, le fait qu’elles commencèrent avant même l’arrivée au gouvernement des néo-travaillistes, et le nombre considérable de démissions constituent des spécificités de l’opposition contre le néo-travaillisme. Il apparaît que l’orientation générale du parti travailliste depuis 1994 a créé un espace militant à sa gauche dans le mouvement ouvrier. Elle a ainsi largement contribué au rassemblement de l’extrême gauche et d’une partie de l’aile gauche travailliste. Comme le parti travailliste n’abrite plus la même diversité que par le passé, les alliances socialistes sont devenues de petits pôles d’opposition capables d’attirer non seulement les sympathisants habituels de l’extrême gauche, mais aussi certains déçus du néo-travaillisme.

Les alliances socialistes : menace pour les néo-travaillistes ?

  • 9  En raison de la place accordée aux élections par la gauche radicale depuis 1999, nous nous limiter (...)

23Cependant, l’émergence d’un espace pour des militants de gauche ne signifie pas forcément qu’il existe une menace pour les travaillistes. Le départ de quelques centaines d’adhérents, même expérimentés et actifs, ne risque pas de mettre en danger le parti travailliste, bien que, conjugué à une baisse générale de ses effectifs, il puisse affaiblir son dynamisme et sa présence dans certaines villes. Il est donc utile d’évaluer le type de menace posée par les alliances socialistes ainsi que son ampleur9.

  • 10  Cependant, il faut noter que les résultats aux élections locales et aux élections partielles sont (...)

24Les scores de l’extrême gauche dans les élections sont habituellement très bas, le système électoral britannique rendant difficile toute percée d’une petite formation. Les meilleurs chiffres jamais obtenus le furent par le parti communiste juste après la Seconde Guerre Mondiale. Il fit élire deux députés en 1945 et 200 conseillers municipaux en 1945-46. Cependant, il perdit ses députés ainsi que la plupart de ses conseillers municipaux en 1950. Il est vrai qu’il y eut trois députés de Militant entre 1987 et 1991, mais ils avaient été élus sous l’étiquette travailliste. Dans l’histoire de l’extrême gauche un score de plus de deux pour cent ou de plus de 1 000 suffrages dans une circonscription peut être considéré comme un résultat élevé10.

25 Aux élections législatives de 1997 l’Alliance Socialiste ne présenta aucun candidat en Angleterre ni au pays de Galles, mais le précurseur du parti socialiste écossais présenta 22 candidats. Ces derniers obtinrent 11 % des suffrages exprimés dans les circonscriptions de Glasgow et entre 4 % et 5 % dans les autres grandes villes. Aux élections au parlement écossais de 1999, le parti socialiste écossais arriva à 2 % en moyenne, mais à 8 % à Glasgow et 22 % dans la circonscription de Glasgow Pollack. En raison de la dose de proportionnelle, Tommy Sheridan fut ainsi élu au parlement écossais. Pour profiter de ce succès, le parti se présenta dans toutes les circonscriptions des élections européennes de 1999, et ses candidats recueillirent en moyenne 4 % des voix. Dans les élections partielles tenues entre 1999 et 2001, ces résultats ont régulièrement oscillé entre 4 % et 5 %.

  • 11  Sept pour cent pour Cecilia Prosper dans la circonscription du nord-est, 6,2% pour Theresa Bennett (...)
  • 12  Par exemple, à Hickney Wick en octobre 2000, son candidat arriva troisième, remportant 11% des voi (...)
  • 13  Voir www.cpgb.org.uk/worker/388/vote2001.html pour la liste complète des résultats des candidats d (...)
  • 14  A l’occasion de ces élections, le parti travailliste se trouva confronté au défi le plus important (...)

26En Angleterre, l’Alliance Socialiste lança sa première véritable campagne en 2000 pour les élections à l’Assemblée du Grand Londres. Ses 14 candidats récoltèrent en moyenne 2,9 % des voix, mais deux d’entre eux obtinrent plus de 5 %11. Dans une série de quatre élections partielles qui suivirent le scrutin londonien, l’Alliance Socialiste atteignit plus de 5 %. Dans des élections partielles dans plusieurs quartiers de Londres, elle réalisa des résultats encore plus élevés12. Aux élections législatives de 2001, les 98 candidats de l’Alliance Socialiste ont remporté 57 553 voix, c’est-à-dire 587 voix par candidat en moyenne et 1,69 % des suffrages exprimés dans les circonscriptions où ils se présentaient13. Le meilleur résultat fut celui de Dave Nellist dans la circonscription nord-est de Coventry (7,08 %). Au total, 9 candidats enregistrèrent plus de 1 000 voix et 24 candidats plus de 2 %. Le parti socialiste écossais était présent dans toutes les circonscriptions et obtint en moyenne 3,4 % des suffrages, c’est-à-dire 1 007 voix par candidat14. Il réalisa son meilleur score à Glasgow Pollock où Keith Baldassara recueillit 2 522 voix (juste en dessous de 10 %). En tout, 31 candidats remportèrent plus de 1 000 voix et 55 plus de 2 % des suffrages.

27Dans quelle mesure peut-on considérer ces résultats comme une percée ou une menace pour les travaillistes ? Ils constituent un point d’orgue dans l’histoire de la gauche radicale et sont assurément ses meilleurs résultats depuis 1945. Ils sont, de plus, relativement élevés pour de nouvelles organisations peu connues du grand public. Ils permirent au parti socialiste écossais de confirmer ses avancées précédentes, tandis qu’ils restèrent plus mitigés pour l’Alliance Socialiste pour laquelle on ne peut parler de véritable percée que dans un petit nombre de cas. Ils demeurent inférieurs aux résultats des élections locales et nationales partielles en 2000 et 2001. Les résultats des législatives correspondent ainsi à une tendance déjà ancienne dans l’extrême gauche, tout en se situant à un niveau plus élevé.

28Quand on analyse les élections de 2001, on remarque que les alliances socialistes ne constituent pas actuellement de menace pour les travaillistes lors d’élections législatives. Elles ont enregistré leurs meilleurs résultats dans des régions où le parti travailliste est très implanté et garde une majorité écrasante, comme à Glasgow par exemple. On pourrait même avancer que le parti socialiste écossais est, à court terme, un atout pour les travaillistes car il empêche certains électeurs de voter pour les nationalistes, qui sont des rivaux plus sérieux. Cependant, il est évident que dans des circonstances particulières les alliances socialistes peuvent profiter d’un vote de protestation considérable. Dans la circonscription sud de St Helens, où le candidat travailliste était un ancien membre du parti conservateur, le conseiller municipal Neil Thompson a obtenu 6,88 % des voix. D’ailleurs, dans cette circonscription le résultat de la gauche non-travailliste dans son ensemble a dépassé les 10 %.

  • 15  Respect enregistra ses meilleurs scores dans les circonscriptions à forte population musulmane.

29Il n’est pas aisé de comparer le scrutin de 2005 à celui de 2001. L’Alliance Socialiste était absente du scrutin de 2005, tandis que Respect présentait des candidats pour la première fois. Les 26 candidats de Respect recueillirent 68 094 voix, c’est-à-dire 2 619 voix par candidat (6,85 % en moyenne). Treize candidats obtinrent plus de 1 000 voix, 14 candidats reçurent plus de 2 % des voix exprimées, et George Galloway fut élu15. Les 58 candidats du parti socialiste écossais obtinrent en moyenne 750 voix (2,01 %). Douze candidats recueillirent plus de 1 000 voix, et 19 plus de 2 %. Le meilleur résultat fut celui de John Aberdein dans la circonscription des Iles Orcades et des Iles Shetlands (1 666 voix, 5,59 %).

  • 16  L’aspect mitigé des résultats des alliances socialistes en Angleterre et au pays de Galles est mon (...)
  • 17  Cette crise interne continue à secouer le parti socialiste écossais qui est menacé actuellement d’ (...)

30En 2005 les résultats de Respect sont élevés et supérieurs à ceux de l’Alliance Socialiste en 2001. En plus de l’élection de Galloway, quatre autres candidats obtinrent plus de 15 % des voix dans les circonscriptions où ils se présentèrent. Néanmoins, Respect consacra ses ressources à un relativement petit nombre de circonscriptions par rapport à l’Alliance Socialiste16. Les scores du parti socialiste écossais étaient en baisse. En 2003 ce parti avait réussi à faire élire 6 députés au parlement écossais, mais son image fut ternie par un scandale concernant la vie privée de Tommy Sheridan et par la crise interne qui s’ensuivit17. Ces événements eurent sans doute un impact sur sa prestation aux élections législatives de 2005.

31Que ce soit en 2001 ou 2005, les résultats des alliances socialistes n’étaient pas à la hauteur de leurs espérances et l’on peut se demander pourquoi. Tout d’abord, leurs mesures prioritaires ressemblaient à une liste de revendications plutôt qu’à un véritable projet de société. Mais surtout, il semble bien que les alliances socialistes aient eu une analyse erronée de la conjoncture : ainsi, même si une forte proportion des Britanniques était en faveur de la nationalisation des chemins de fer, elle n’était pour autant pas prête à accorder son suffrage à des organisations peu connues et sans identité claire. D’autre part, bien qu’on ne puisse pas nier l’existence de mouvements altermondialistes, force est de constater qu’ils regroupent relativement peu de participants, en particulier quand on les compare à certains mouvements sociaux du passé comme le féminisme dans les années 1970. De la même façon, le principal mouvement, Globalize Resistance, est loin d’avoir pris l’ampleur d’Attac en France. Dans tous les cas, beaucoup d’anciens électeurs travaillistes ainsi que des jeunes se réfugièrent dans l’abstention. Parmi ceux qui se rendirent aux urnes, certains se prononcèrent pour les Verts, tandis que d’autres choisirent les Libéraux Démocrates qui se positionnaient à gauche des travaillistes. Au sein du mouvement ouvrier beaucoup continuèrent à soutenir les travaillistes par habitude, par manque de confiance en l’alternative proposée par les alliances socialistes, et par crainte de voir revenir aux affaires les conservateurs.

32De surcroît, l’émergence du néo-travaillisme n’avait pas fait disparaître les difficultés de fond auxquelles faisait face l’extrême gauche depuis ses origines. Le système électoral reste très défavorable aux petites formations, amenant les électeurs à voter utile en faveur d’un candidat qui a des chances d’être élu. A cet égard, il est révélateur que la percée la plus significative des alliances socialistes se soit faite en Écosse où la représentation proportionnelle est en vigueur aux élections au parlement écossais. L’élection de Galloway au parlement de Westminster est un événement exceptionnel qui est dû en grande partie à sa notoriété et à son rôle de premier plan dans l’opposition à la guerre en Irak. Par conséquent, peu de dissidents travaillistes, surtout les élus, prennent le risque de quitter leur parti. L’apparition du néo-travaillisme n’a pas non plus permis à l’extrême gauche de surmonter ses propres divisions. En effet, quoique l’Alliance Socialiste ait rassemblé presque toute l’extrême gauche aux élections législatives de 2001, cette unité fut de courte durée. La création de Respect divisa profondément la gauche radicale qui se méfiait de la présence d’organisations religieuses ainsi que des objectifs personnels de George Galloway. L’instabilité chronique de l’extrême gauche continue de l’affaiblir.

  • 18  Respect obtint 12 conseillers municipaux à Tower Hamlets, et trois de ses candidats se firent élir (...)

33Les alliances socialistes se posent bien plus comme une menace dans les scrutins locaux lors desquels l’électorat a tendance à être plus volatile. Une personnalité locale peut rassembler bien au-delà des clivages partisans habituels surtout si elle est portée par une campagne unitaire. Remarquons que lors des élections de 2000 à l’Assemblée du Grand Londres, la somme des suffrages des cinq listes à gauche du parti travailliste a dépassé 5 %, ce qui laisse à penser qu’il pourrait existe un espace pour une petite force radicale. Les résultats de Respect dans certains quartiers de Londres aux élections municipales de 2006 semblent confirmer cette possibilité18. Ce type de résultat pourrait contribuer à la fragilisation de la position des travaillistes dans les zones urbaines en Angleterre. Il ne faut pas oublier qu’ils ne dominent déjà plus de grandes municipalités comme Liverpool et Sheffield. Aux élections à Londres en 2000, les travaillistes avaient perdu les sièges de Camden et Barnet au profit de conservateurs en partie à cause des voix qui s’étaient portées sur le candidat de l’Alliance Socialiste.

34Pour conclure, l’impact du néo-travaillisme sur l’extrême gauche a été profond, accélérant et amplifiant les processus de recomposition qui ont mené à la fondation du parti socialiste écossais, de l’Alliance Socialiste et de Respect. L’évolution du néo-travaillisme a créé un espace militant à sa gauche, mais sans vraiment créer d’espace électoral sauf en Ecosse. S’il reste uni, le parti socialiste écossais a des chances de s’installer durablement dans le paysage politique. En faisant campagne sur des thèmes comme la légalisation des drogues douces, il peut mobiliser de jeunes abstentionnistes et renforcer sa position. L’Ecosse ressemblera ainsi à d’autres pays européens où une force radicale existe à la gauche de la principale formation social-démocrate. En Angleterre et au pays de Galles, la situation est plus complexe. N’ayant accompli que partiellement sa propre révolution organisationnelle et culturelle, la gauche radicale devra élaborer un projet susceptible de rassembler au-delà de ses sympathisants traditionnels, si elle veut constituer une vraie menace pour les travaillistes.

Haut de page

Bibliographie

Bambery, Chris, “Shock waves for New Labour”, Socialist Review, mai 2000, 7-11.

Callaghan, John « Une désintégration groupusculaire », dans Patrick Moreau (dir), Les partis communistes et postcommunistes en Europe Occidentale, Problèmes politiques et sociaux, 19 novembre - 10 décembre 1999, 104-108.

Callaghan, John, The Far Left in British Politics, Oxford : Blackwell, 1987.

Carter, John, Morland, David, Anti-capitalist Britain, Cheltenham : New Clarion Press, 2004.

Coates, David, Johnstone, Gordon (dir) Socialist Strategies, Oxford : Martin Robertson, 1983.

Crick, Michael, The March of Militant. Londres : Faber and Faber Limited, 1986.

Curtice, John, “Nationalism and the left are Labour’s big foes”, Independent, 23 décembre 2000, www.socialistalliance.net/media/press/foes.htm

Davies, Liz, “Build Electoral Alternative”, Weekly Worker, 29 mars 2001, 7

Davies, Liz, “Why I Left New Labour”, Socialist Worker, 31 mars 2001, 8-9

Davies, Liz, Through the Looking Glass. A Dissenter inside New Labour. Londres : Verso, 2001.

Fagan, Veronica, “We’ve got a City to win”, Socialist Outlook, mai 2000, 9.

Galloway, George, I’m Not the Only One. Londres : Penguin, 2004.

German, Lindsey, “Raising the socialist voice in London”, Socialist Review, mars 2000, 7.

Greenaway, Paul, “Labour leads the attack”, Weekly Worker, 11 juillet 1996, 1.

Marqusee, Mike, “Briefing AGM”, Labour Briefing, juillet 1995, 10.

Marqusee, Mike, “The Future of the Labour Left”, consulté sur le site Internet : www.leftalliance.org.uk/news/marqusee.htm

Murray, Andrew, A New Labour Nightmare. The Return of the Awkward Squad. Londres : Verso, 2003.

Palmer, John, “Take the High Road”, Red Pepper, mars 2001, 24-25.

Sheridan, Tommy, “Unity in the fight to change the system”, Socialist Outlook, mai 2000, 10 - 11.

Taafe, Peter, The Rise of Militant - Militant’s 30 years. Londres : Militant Publications, 1995.

Thompson, Willie, The Good Old Cause. British Communism 1920-1991. London : Pluto Press, 1992.

Wainwright, Hilary, “Hidden cancer behind New Labour’s crisis”, Red Pepper, juillet 2000, 5

Haut de page

Notes

1  Se situant à la gauche du parti démocrate, Nader avait obtenu assez de voix pour nuire au candidat démocrate aux élections présidentielles de 2000. Cependant, la comparaison avec Nader est un peu trompeuse car avant les élections britanniques le parti travailliste jouissait d’une large avance sur les conservateurs.

2  Nous emploierons le terme ‘alliances socialistes’ pour  désigner l’Alliance Socialiste, le parti socialiste écossais et Respect. Bien que chaque formation ait ses propres spécificités, elles présentent des similitudes importantes.

3  Ce nouvel impôt local instauré par Margaret Thatcher à la fin des années 80 suscita un tollé en Grande-Bretagne. Militant joua un rôle déterminant dans le principal mouvement créé pour coordonner l’opposition.  

4  Au début des années 1990, Militant comptait 4 conseillers municipaux dans cette ville, et en 1994 Tommy Sheridan, obtint 12 000 suffrages (7,6%) aux élections européennes.

5  Même le quotidien communiste Morning Star, habituellement hostile à tout rassemblement à la gauche du parti travailliste, se vit forcé d’ouvrir ses colonnes aux dirigeants de l’Alliance Socialiste.

6  Lindsay German, membre du comité central du parti ouvrier socialiste, est un des porte-paroles de la Stop the War Coalition.

7  Le nom complet de cette organisation est : Respect : the unity coalition. Respect est un acronyme : respect, égalité, socialisme, paix, environnement, syndicalisme.     

8  Davies relate son expérience de membre du comité national exécutif dans son livre de 2001 Through The Looking Glass. A Dissenter Inside New Labour.

9  En raison de la place accordée aux élections par la gauche radicale depuis 1999, nous nous limiterons principalement à ce domaine. Néanmoins, rappelons que les alliances socialistes participent à bon nombre de campagnes extraparlementaires et sont actives dans le mouvement syndical. En effet, un processus de recomposition est en cours dans plusieurs syndicats. Par exemple, dans le syndicat de la fonction territoriale, UNISON, un nouveau groupement de gauche (United Left) a été fondé en novembre 2001. Ce type de rassemblement ne peut qu’encourager les efforts de certains syndicalistes pour pousser leur syndicat à n’accorder un soutien financier qu’aux candidats parlementaires qui partagent leurs positions. Les pompiers du FBU n’accordent plus aucun soutien financier au parti travailliste, tandis que le RMT a soutenu le parti socialiste écossais.

10  Cependant, il faut noter que les résultats aux élections locales et aux élections partielles sont généralement supérieurs à ceux des élections législatives.

11  Sept pour cent pour Cecilia Prosper dans la circonscription du nord-est, 6,2% pour Theresa Bennett  à Lambeth et Southwark.

12  Par exemple, à Hickney Wick en octobre 2000, son candidat arriva troisième, remportant 11% des voix. A Marlowe, Lewisham en février 2001 son représentant était en deuxième position avec 18%. Enfin, dans une autre circonscription de Lewisham, un candidat soutenu par l’Alliance Socialiste battit son adversaire travailliste et remporta le siège.

13  Voir www.cpgb.org.uk/worker/388/vote2001.html pour la liste complète des résultats des candidats d’extrême gauche.        

14  A l’occasion de ces élections, le parti travailliste se trouva confronté au défi le plus important venant de sa gauche depuis 50 ans. En plus des 170 candidats de l’Alliance Socialiste et du parti socialiste écossais, le parti travailliste socialiste d’Arthur Scargill était présent dans 114 circonscriptions.

15  Respect enregistra ses meilleurs scores dans les circonscriptions à forte population musulmane.

16  L’aspect mitigé des résultats des alliances socialistes en Angleterre et au pays de Galles est montré par le recul enregistré à Coventry par Dave Nellist. Sous la bannière de l’Alternative Socialiste il perdit deux points par rapport à 2001, descendant à 5,04%.

17  Cette crise interne continue à secouer le parti socialiste écossais qui est menacé actuellement d’une scission.

18  Respect obtint 12 conseillers municipaux à Tower Hamlets, et trois de ses candidats se firent élire à Newham.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeremy Tranmer, « Alliances socialistes : chant du cygne de l’extrême gauche ou menace pour les néo-travaillistes ? », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 199-214.

Référence électronique

Jeremy Tranmer, « Alliances socialistes : chant du cygne de l’extrême gauche ou menace pour les néo-travaillistes ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/289 ; DOI : 10.4000/osb.289

Haut de page

Auteur

Jeremy Tranmer

Maître de Conférences à l'université de Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org