Navigation – Plan du site

De l’utopie à la réalité : la mise en route des nouvelles institutions écossaises au début des années Blair

Gilles Leydier

Résumé

Le premier mandat du New Labour (1997-2001) a constitué une période charnière historique pour l’Écosse. Il a en effet correspondu à la mise en route des nouvelles institutions décentralisées résultant du processus de dévolution, chantier prioritaire du gouvernement Blair à son accession au pouvoir. Avec le recul, il est utile de revenir sur ces quatre années décisives, et d’analyser le décalage entre les attentes de l’opinion et la nouvelle donne politique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Great Expectations ou l’attente de la dévolution

1 Le premier mandat du New Labour a constitué une période charnière historique pour l’Écosse. Il a en effet correspondu à la mise en route des nouvelles institutions décentralisées résultant du processus de dévolution, chantier jugé prioritaire par le gouvernement Blair à son arrivée au pouvoir. Avec le recul, il est utile de revenir sur ces quatre années décisives (mai 1997-juin 2001), qui peuvent être partagées en deux phases chronologiques de durée égale mais bien distinctes.

2 Il y eut en effet en Écosse un avant et un après le 6 mai 1999, date des premières élections au parlement écossais. Pour les Écossais, la première phase des années Blair, allant de la victoire travailliste aux législatives de mai 97 à l’installation de leurs propres institutions « autonomes » à Édimbourg deux ans plus tard, fut celle de l’attente de la dévolution, préparée par la convention constitutionnelle écossaise et reprise à son compte par le parti travailliste.

  • 1  Aux élections législatives de mai 1997, les travaillistes obtinrent en Écosse 45,6% des voix et 56 (...)
  • 2  A la première question (sur l’établissement d’un parlement écossais), 74,1% des votants - soit 44, (...)
  • 3  MSP=Member of the Scottish Parliament (député du parlement écossais).

3 Cette période initiale débuta dans l’enthousiasme par le résultat sans équivoque des élections législatives, qui virent l’effondrement spectaculaire des partisans du statu quo institutionnel et l’effacement complet de la carte électorale écossaise du parti conservateur1. Elle se poursuivit dans la foulée par le soutien sans ambiguïtés et relativement massif des Écossais au double oui à l’occasion du référendum sur la dévolution (septembre 1997)2. Elle fut ensuite rythmée par les différentes étapes de la procédure parlementaire, de l’introduction (en janvier 1998) au vote (en novembre 1998) du Scotland Act à la chambre des Communes, tandis que dans le même temps le Consultative Steering Group, créé en novembre 1997 afin d’étudier les modalités concrètes de mise place des nouvelles institutions décentralisées, rendait public ses conclusions (en janvier 1999). Enfin elle se conclut par la campagne électorale proprement dite préalable aux élections des nouveaux MSPs3 le 06 mai 1999 (cf. tableau ci-dessous).

Le résultat des premières élections au Parlement écossais (6 Mai 1999)

Le résultat des premières élections au Parlement écossais (6 Mai 1999)
  • 4  Cf. Moya Jones & Gilles Leydier, La dévolution des pouvoirs à l’Écosse  et au pays de Galles, Arma (...)
  • 5  Cf. par exemple Peter Jones, « The 1999 Scottish Parliament Elections: from anti-Tory to anti-Nati (...)

4 A l’occasion de cette consultation d’un type nouveau tant par l’enjeu que par l’introduction d’un système électoral inédit et sophistiqué et où, en dépit du caractère historique du scrutin, la participation électorale s’avéra relativement décevante, les Écossais choisirent de confirmer leurs précédents votes. Exprimant pour la deuxième fois en deux ans un soutien clair au nouvel équilibre institutionnel établi entre Westminster et Holyrood, l’opinion écossaise choisit de porter aux leviers de commande les deux partis qui, au sein de la convention constitutionnelle écossaise notamment, avaient été les architectes du nouveau statut de l’Écosse, à savoir les libéraux-démocrates et les travaillistes. En même temps, ces derniers étaient privés d’une position hégémonique4. A travers ce vote qui, à certains égards, a pris la forme d’un nouveau consensus politique transpartisan -cette fois contre les indépendantistes du Scottish National Party (SNP)- les Ecossais indiquaient ainsi leur souhait d’une expérimentation à la fois consensuelle mais effective de la dévolution, en laissant provisoirement hors du jeu toute perspective séparatiste5.

5La deuxième phase des années Blair, commencée en mai 1999, a donc été celle du démarrage des nouvelles institutions décentralisées, et de la mise en application de son programme par la majorité de coalition « lib-lab » issue des élections.

Theory into practice : la mise en place de la dévolution

  • 6  Le nouveau parlement, conçu par l’architecte catalan Enric Moralles, devait être initialement livr (...)

6 Dire que le climat de relative sérénité et d’optimisme raisonnable qui avait caractérisé les deux premières années s’est poursuivi après mai 1999 serait largement exagéré. En effet, l’élection du parlement écossais a été immédiatement suivie d’une controverse publique portant sur le montant des indemnités parlementaires des députés, tandis que parallèlement s’amplifiait la polémique sur le coût -exponentiel- et l’architecture -controversée- du nouveau parlement6.

  • 7   Il y eut des escarmouches épisodiques entre l’exécutif écossais et le ministre des affaires écoss (...)

7 Dans le même temps, la mise en place de l’exécutif écossais bipartisan était retardée par l’attente du résultat des difficiles négociations engagées par les travaillistes et les libéraux-démocrates en vue de la constitution d’un gouvernement de coalition, tandis que se posait également le problème d’une définition claire des structures administratives ainsi que des compétences respectives des différents ministères. Une partie de la presse écossaise s’en donna ainsi à cœur joie pour stigmatiser pêle-mêle la cupidité et l’amateurisme des nouveaux élus, ainsi que les tensions ponctuelles entre les composantes de la coalition gouvernementale ou entre l’exécutif écossais et Westminster7.

  • 8  « A moment anchored in history », selon le mot de Donald Dewar.

8 Par la suite, si la cérémonie solennelle de transfert de pouvoirs et l’inauguration officielle du parlement le 1er juillet furent l’occasion de revenir à un climat plus apaisé et consensuel dans l’opinion8, ce court moment d’euphorie collective autour du nouveau parlement ne dura guère. D’autant que ce dernier, à la grande fureur des médias écossais, décida de se mettre immédiatement en vacances pour deux mois, en conformité avec ses principes de fonctionnement.

  • 9  Selon l’expression de Jacques Leruez, cf. J. Leruez, 2000, opus cité, p. 306.

9 Pour ce qui est de l’exécutif écossais, il n’y eut pas non plus d’état de grâce, mais beaucoup « d’états d’âme »9. Le premier trimestre du gouvernement écossais nouvellement installé fut ainsi largement obéré par la question de l’exonération des droits universitaires, exigée dès le début par les libéraux-démocrates comme condition incontournable de leur participation au gouvernement de coalition, à côté de travaillistes écossais beaucoup plus en retrait sur la question. Le problème ne fut finalement réglé qu’au début de l’année 2000, suite aux conclusions du rapport de la commission Cubie. Dans le même temps deux mini scandales secouaient la tête de l’exécutif, obligeant le First Minister Donald Dewar à se débarrasser sans ménagement de deux de ses conseillers les plus proches.

  • 10  A cette occasion, le Cardinal Winning qualifiera le nouveau parlement écossais de désastre absolu (...)
  • 11 L’homme d’affaires millionnaire écossais Brian Souter, PDG de Stagecoach, l’une des plus importante (...)

10 A peine ces épreuves initiales passées pour le gouvernement écossais, que ce dernier eut à gérer une nouvelle longue controverse, cette fois autour de sa volonté de remise en cause de la section 28 du Local Government Act de 1998, interdisant la « promotion » -en fait la mention- de l’homosexualité dans les écoles. A cette occasion, l’exécutif écossais dut faire face à de violentes attaques venant de la hiérarchie catholique (en l’occurrence le Cardinal Winning, primat de l’Église catholique en Écosse10) en même temps que de la presse populaire (le pourtant pro-travailliste – Daily Record prenant la tête de la « campagne morale » Keep the Clause). Un référendum officieux sur la question fut même organisé au mois de mai 2000, rassemblant selon son promoteur11 un million de votants, soit un Écossais sur cinq.

11 Ces polémiques autour de la section 28 étaient juste retombées qu’une nouvelle controverse, certes moins violente, allait marquer le début de l’été 2000, cette fois concernant la Scottish Qualification Agency, les problèmes de gestion rencontrés par cette dernière entraînant un long et préjudiciable retard ainsi que des erreurs dans la délivrance des diplômes aux élèves des écoles écossaises.

12 Une fois ces problèmes évacués, la deuxième année de la dévolution allait commencer par un coup de théâtre -la démission aussi soudaine qu’inattendue d’Alex Salmond de la présidence du SNP- puis continuer par une tragédie nationale, le décès brutal du chef du gouvernement écossais Donald Dewar. Ainsi en quelques semaines la scène politique écossaise perdait-elle ses deux poids lourds et principales têtes pensantes, associés par le passé en différentes occasions -quoique avec des objectifs distincts- pour la défense de la cause dévolutionniste, notamment à l’occasion du référendum de 1997. Tandis que s’effaçait le leader avisé du SNP, chef de l’opposition à Holyrood et candidat potentiel crédible à la direction de l’exécutif écossais, la dévolution perdait soudainement son principal architecte, inlassable promoteur du Scotland Act de 1998 et incontournable leader de l’exécutif écossais.

  • 12  Cf. par exemple Kisrty Milne, « McLeish debacle a poor advertisement for devolution », Scotland on (...)

13Le décès du premier First Minister de l’histoire écossaise, aussitôt « canonisé » comme « Father of the Scottish Parliament », a contribué à alimenter par la suite des doutes quant à la crédibilité et l’autorité du gouvernement écossais, des doutes que Dewar, au cours de sa première année de mandat et en dépit de sa grande aura et de sa longue pratique de la scène écossaise, n’avaient d’ailleurs pas complètement levés. Le remplaçant de Donald Dewar, Henry McLeish, auparavant Ministre de l’industrie et de la formation permanente, a eu beaucoup de mal à s’imposer comme leader crédible aux yeux de certains observateurs, et a vu sa compétence gestionnaire régulièrement contestée par les média écossais. Ainsi par exemple le Scotsman brocarda à maintes reprises la politique sociale généreuse mais selon lui financièrement irresponsable du nouvel exécutif écossais en l’affublant du vocable des « Henrynomics » En novembre 2001, un nouveau coup de théâtre se produisit sur la scène politique écossaise avec la démission soudaine de Henry McLeish, suite à une campagne de presse mettant en évidence des pratiques financières illégales dans l’utilisation des bureaux de sa circonscription électorale. Le poste de First Minister changeait d’occupant pour la deuxième fois en un an12.

« An Utter Failure » ? Les critiques à l’encontre de la dévolution

14 On voit donc à partir de ces quelques épisodes que la phase d’installation et de démarrage des nouvelles institutions décentralisées en Écosse n’a pas été facile, relevant plutôt du steeple chase plutôt que du plain sailing.

  • 13  Plusieurs sondages ont régulièrement testé le pouls de l’opinion écossaise sur la nouvelle situati (...)

15 Les Écossais, à l’occasion de divers sondages d’opinion, ont exprimé une forme de déception, voire un certain désenchantement devant la nouvelle situation institutionnelle13. Une bonne partie de la presse, qui fait l’opinion autant qu’elle la reflète, n’a pas été indulgente avec les nouvelles institutions, passant en un rien de temps de l’optimisme et la confiance au dénigrement et au cynisme. Ainsi le Daily Record, avant de s’illustrer par la suite à l’occasion du débat sur la section 28, s’en était pris dès l’été 1999 aux membres du nouveau parlement, entraînant une intervention publique du président du parlement écossais David Steel, qui réclamait dès le début septembre 1999 « qu’on laisse une chance au parlement écossais ».

  • 14  Cf. Sunday Herald, 2/07/2000. L’expédition de Darien, de sinistre mémoire dans l’opinion écossaise (...)
  • 15   En un laps de temps très court, le First Minister écossais s’est ainsi engagé à financer le progr (...)
  • 16   David Mc Crone, « Opinion polls in Scotland, May1999-June 2000 », Scottish Affairs, n°32, Edinbur (...)

16Mais les diatribes antiparlementaires aux relents démagogiques n’ont pas été l’apanage de la presse populaire. Les deux journaux pro-dévolutionnistes de qualité ont également très rapidement joint leurs voix aux critiques et participé au lynchage médiatique. Ainsi, effectuant le bilan de la dévolution après un an de fonctionnement, le Herald, d’ordinaire mesuré, assimilait le nouveau parlement rien moins qu’à un second « Désastre de Darien »14. Le Scotsman pour sa part s’est signalé par des attaques en règle et régulières contre la gestion de l’exécutif écossais -dont l’invective raillant « Scotland the broke », stigmatisant la gabegie financière des « Henrynomics »15.Il s’est également illustré par une interprétation très tendancieuse d’un sondage d’opinion. Ainsi en février 2000, à la question « quelle appréciation portez-vous sur l’action du nouveau parlement ? », 5 % des Écossais interrogés par l’institut ICM répondaient que selon eux le parlement avaient accompli « beaucoup » (a lot), et 64 % « un peu » (a little), tandis que 27 % répondaient « peu ou rien du tout » (little or nothing). L’interprétation du Scotsman consista à rapprocher les deuxième et troisième catégories : ainsi, arrivant au total artificiel de 91 % de personnes qui estimaient que les nouvelles institutions avaient fait peu ou rien du tout, le journal titra de façon lapidaire « Devolution achieved nothing, say voters »16.

« Devolution achieved nothing » ? Les premiers résultats de la dévolution

17 Or, pas plus que ce titre racoleur du Scotsman ne correspondait à l’état de l’opinion écossaise à ce moment-là, il ne résiste à une analyse quelque peu sérieuse de la situation écossaise de l’après mai-99. Une autre lecture des événements, moins systématiquement négative, est en effet possible, qui met en évidence une conjonction d’éléments intéressants.

18 Ce qui frappe en effet l’observateur non partisan est tout d’abord la quantité de travail entrepris par des institutions totalement inédites -en dépit de l’élément de continuité représenté par le Scottish Office- en un laps de temps finalement très court. Ainsi en matière législative a été présenté en un peu plus de deux ans au parlement écossais une trentaine de projets de loi. Si l’on rappelle qu’avant la dévolution, le parlement de Westminster étudiait en moyenne bon an mal an deux voire trois projets de loi spécifiques à l’Écosse, on mesure le changement d’échelle.

  • 17  On peut aussi ajouter à cette longue liste le fait que l’incorporation de la Convention européenne (...)

19 Au plan du contenu, ces lois ont concerné l’essentiel des domaines correspondant aux compétences des nouvelles institutions décentralisées : de la qualité de l’enseignement au financement des études supérieures ; de l’assistance médicale à domicile aux personnes âgées à la question cruciale du logement ; de la réforme de la propriété terrienne à l’abolition de la « tenure » féodale (feudal tenure) ; de la régulation du trafic routier à la gestion du secteur de l’eau ; de la liberté de l’information à la question des droits de l’homme ; de la protection des enfants et des adultes handicapés à la lutte contre les délits sexuels ; le tout sans oublier l’interdiction de la chasse à courre17.

  • 18  Si l’accès à l’université est gratuit, les étudiants écossais doivent payer une somme fixe de 2000 (...)

20D’autre part, dans ce large éventail de textes de lois et d’initiatives, l’Écosse a à plusieurs reprises exprimé sa différence vis-à-vis du reste du Royaume-Uni. On peut citer évidemment en premier lieu la suppression des student fees18 préalablement décidés par le gouvernement de Tony Blair, ce qui a d’ailleurs provoqué la fureur de l’association des étudiants britanniques (NUS) ; mais il y a eu également l’abrogation de la section 28, malgré -ou grâce à ?- la longue controverse publique suscitée ; l’attention portée aux droits des enfants ; le système de nomination des juges écossais, qui est désormais beaucoup plus ouvert qu’auparavant ; la loi sur la liberté d’information, plus poussée qu’en Angleterre ; le traitement des questions de mœurs -telles l’éducation sexuelle ou le mariage- dans un sens plus progressiste que dans le Sud de la Grande Bretagne ; l’accord global négocié avec les enseignants du secondaire, prévoyant notamment une revalorisation salariale substantielle ainsi qu’une autonomie pédagogique accrue pour la profession ; le programme envisagé d’aide médicale gratuite pour les personnes âgées dans leur ensemble, en contradiction avec le principe New Labour d’aide ciblée envers les plus nécessiteux ; enfin d’une façon générale les questions de politique sociale, où l’Écosse a continué de manifester son penchant pour le service public plutôt que pour des solutions faisant appel au secteur privé.

Consultation, cooperation and control : un autre modèle de gouvernement

21 Troisièmement, ce qui frappe également au plan institutionnel, c’est la rapidité avec laquelle un contre modèle alternatif aux institutions londoniennes s’est mis en place.

22 L’introduction de la représentation proportionnelle aux élections des députés écossais et la place faite aux femmes par la plupart des partis ont débouché sur l’avènement d’un parlement pluriel plus représentatif de la population que celui de Westminster. Conséquence du système électoral mixte, l’idée d’un gouvernement de coalition, illustrée par le caractère systématiquement transpartisan des commissions parlementaires, est, après quelques tâtonnements initiaux, assez rapidement entrée dans les mœurs.

23 Le mode de fonctionnement du parlement, avec un mandat fixe, des horaires « civilisés » plus family-friendly, un style moins compassé et une volonté réelle de transparence et de diffusion de l’information au public notamment par le biais d’un site web exemplaire, tranchait assez nettement avec la pratique de Westminster.

  • 19  Cf. par exemple Peter Lynch & Steven Birrell, « Linking Parliament to the People: the Public Petit (...)

24 D’une façon générale, l’ouverture du parlement sur le public s’est traduite au quotidien par le succès de la commission parlementaire chargée de recueillir et de traiter les pétitions publiques19 ; ainsi en deux ans, 400 pétitions environ ont été reçues et débattues dans le cadre de cette commission, trois d’entre elles donnant même lieu à des rapports d’enquêtes parlementaires qui ont ensuite été discutés en séance plénière au parlement écossais.

  • 20  Cf. par exemple Lindsay Paterson, « Does Consultation Work? The Scottish Parliament‘s First Two Ye (...)
  • 21 Selon les données disponibles sur le très complet site web du parlement écossais (www.scottish.parl (...)
  • 22  Cf. Lindsay Paterson, « Scottish Democracy and Scottish Utopias: the First Year of the Scottish Pa (...)

25 On peut donc considérer que le nouveau parlement de Holyrood a joué à plein son rôle de forum démocratique, où peuvent être débattues les questions intéressant les Écossais20. En même temps, il a assumé pleinement sa fonction de contrôle de l’exécutif : ainsi par exemple au cours de ses deux premières années d’existence, le parlement a été à l’origine de 16.000 questions écrites et de 3.600 questions orales posées aux membres du gouvernement écossais, ainsi que de 1.200 questions directement adressées au First Minister21. Enfin les commissions parlementaires qui, contrairement à la Chambre des Communes, sont à la fois des commissions d’enquêtes et des commissions législatives, ont elles aussi rempli leur double rôle : le travail d’examen approfondi des propositions de loi -venant pour l’essentiel de l’exécutif mais aussi pour quelques-unes d’entre elles de députés à titre individuel- a été effectué de façon extrêmement sérieuse, ainsi que le travail d’enquête22. On pourrait aussi évoquer la mise en place début 2001 d’un « quangowatchdog », ayant pour finalité d’évaluer systématiquement le travail effectué par l’ensemble des 120 environ organismes publics écossais. Cerise sur le gâteau institutionnel, pour la première fois au Royaume-Uni, une commission parlementaire a été à l’origine d’une proposition de loi ; en l’occurrence il s’agit de la commission sur la justice, et l’objet de la proposition de loi, qui a atteint le troisième et dernier stade de la procédure parlementaire en octobre 2001, portait sur la protection individuelle contre la violence domestique.

26 Ce qui a donc émergé assez rapidement, c’est un système de gouvernement où le pouvoir législatif apparaissait au moins aussi fort que le pouvoir exécutif -notamment parce que ce dernier n’a pas le droit de dissolution-, ce qui changeait le centre de gravité du pouvoir, et attestait d’une véritable démocratie parlementaire, là aussi de façon décalée par rapport à la « dictature élective de l’exécutif » et à la présidentialisation -à l’américaine ou à la française- qui ont caractérisé l’évolution du système britannique au cours des dernières décennies.

  • 23  Cf. Lindsay Paterson, 2000, opus cité.
  • 24  Cf. par exemple Magnus Linklater, « We are a Nation once again », The Times, 08/05/2000.

27 En conclusion on pouvait estimer à la fin du premier mandat Blair que la dévolution fonctionnait, en conformité globale avec ses principes préalablement revendiqués, à savoir représentativité, ouverture et consultation, responsabilité, équilibre des pouvoirs, recherche du consensus et de la coopération. D’autre part, la gestion par les institutions décentralisées des affaires écossaises signifiait le retour à un mode de gouvernement pluraliste et cohérent qui prévalait en Écosse jusqu’aux années 1970. Elle renouait avec une tradition que trois décennies de centralisation autoritaire et de politiques uniformisatrices et indifférenciées avaient ignorée23. Enfin l’existence du parlement a en quelque sorte rapatrié le débat politique en Écosse, comme les longues et ardentes polémiques sur les examens scolaires ou sur la section 28 l’ont -paradoxalement- illustré24. Ainsi en cette dernière occasion sont certes réapparus à la surface certains aspects plus sombres de la réalité sociétale écossaise (comme le sectarisme, la bigoterie ou l’homophobie), des traits qui auparavant avaient été masqués par le déficit démocratique tout autant que par le caractère attrape-tout du consensus protestataire anti-thatchérien. Mais cette large consultation publique, certes parfois houleuse et outrancière, n’aurait jamais eu lieu en l’absence du parlement. Le débat politique démocratique sur la réalité sociale et identitaire de l’Écosse avait désormais un cadre naturel pour s’exprimer.

Conclusion (forcément provisoire) : l’avenir de la dévolution ou Utopia is still alive 

  • 25  Cf. par exemple le discours-bilan prononcé par sir David Steel, Président du Parlement écossais, à (...)

28 Dans ces conditions, où était le problème ? Et comment expliquer le décalage tangible entre d’un côté le bon fonctionnement de la dévolution et la satisfaction d’ensemble affichée par ses acteurs institutionnels25, et de l’autre l’impression mitigée de l’opinion ou très sévère des média ?

29 La première explication tient sans doute au fait que l’activisme parlementaire -réel- n’est pas -en Écosse comme ailleurs- quelque chose qui est en soi susceptible de soulever l’enthousiasme des foules. S’il y a eu beaucoup de travail entrepris, tout cela est demeuré peu spectaculaire et guère excitant pour le non professionnel de la politique. Or il s’agissait désormais pour la société écossaise de passer au stade de la réalité et de la construction, après deux décennies d’utopie transformatrice et de contestation tous azimuts. L’âpreté du combat des années 1980 et 1990, et sa radicalité, ont imprégné durablement les esprits, ce qui peut expliquer que certains réflexes critiques, en particulier dans les média, ont du mal à disparaître du jour au lendemain. La longue marche vers la dévolution au cours des trois dernières décennies a suscité dans l’opinion écossaise un niveau d’attente très élevé, que ce soit en termes de justice sociale, de démocratie participative ou d’affirmation nationaliste identitaire. Ces espérances ambitieuses ne pouvaient être satisfaites dans l’exercice forcément complexe et rébarbatif de la gestion au quotidien, même si cette dernière s’appuie sur la recherche d’un consensus pluraliste et donne fréquemment une touche écossaise distincte à la « norme » londonienne.

30 Deuxièmement, si cette différence écossaise existait bien à nouveau par rapport aux politiques britanniques, elle restait en partie tributaire des compétences allouées aux institutions décentralisées. Or le parlement écossais n’a qu’un pouvoir marginal en matière fiscale et n’en a aucun en ce qui concerne les politiques macro-économiques et notamment la redistribution. Ceci ne serait pas trop problématique si les orientations concomitantes du gouvernement britannique pendant le premier mandat Blair avaient correspondu à une volonté clairement affichée de réduction des inégalités, de rééquilibrage des richesses et d’investissement public, autant de préoccupations qui, selon les diverses enquêtes d’opinion, semblaient conserver l’assentiment de la majorité des Écossais. Or le discours du New Labour a plutôt mis l’accent sur l’idée d’une société sans classes peuplée uniquement de gagnants potentiels, et où la pauvreté des uns ne devait pas être reliée à la richesse des autres. Parallèlement, lors de son premier mandat gouvernemental, le gouvernement Blair, en quête de respectabilité économique, a privilégié une approche monétariste et la recherche fréquente de solutions privées –ou en partie privées- à des questions publiques. En dépit des valeurs d’inclusion qu’il affiche, le New Labour n’a donc pas démontré aux yeux de nombreux Écossais qu’il s’inscrivait bien dans la tradition, certes modernisée mais sans équivoque, de la social-démocratie.

  • 26  Aux élections législatives britanniques de juin 2001, l’extrême gauche écossaise a obtenu une moye (...)
  • 27  Cf. sondage BBC Scotland mai 2000.
  • 28  Cf. par exemple Annie Thiec, Les élections législatives du 7 juin 2001 : un scrutin intermédiaire (...)

31 La conséquence de ce décalage idéologique était double. Au plan électoral, une partie des déçus du New Labour s’est retrouvée dans le soutien à l’extrême gauche. Celle-ci a effectué une percée aux élections écossaises de 1999, obtenant 4,1 % des voix au scrutin majoritaire et 4,3 % au scrutin régional. L’émergence d’une gauche radicale comme cinquième force politique potentielle de la scène écossaise, s’est vérifiée à l’occasion des élections législatives britanniques de 2001 où la Scottish Socialist Alliance, avec 3,1 % des voix sur l’ensemble du territoire et des scores parfois spectaculaires dans certains quartiers populaires de Glasgow, a confirmé son implantation26. D’autre part, au plan institutionnel, les Écossais souhaitaient logiquement une extension des pouvoirs du parlement, afin que ce dernier puisse produire des changements plus significatifs notamment en matière redistributive27. L’émergence lors des élections législatives de 2001 du débat sur l’autonomie fiscale de l’Écosse, envisagé comme le nouvel objectif du processus dévolutionniste, s’inscrivait dans cette perspective28. Les Écossais se projetaient dans un futur où les prérogatives de Westminster seraient progressivement écornées, tandis qu’Holyrood détiendrait la clé du changement social et réinventerait un modèle de régulation socio-économique d’inspiration plus classiquement social-démocrate. L’utopie transformatrice des « années dévolution » continuait son chemin.

Haut de page

Notes

1  Aux élections législatives de mai 1997, les travaillistes obtinrent en Écosse 45,6% des voix et 56 sièges, le SNP 22,1% des voix (6 sièges), les conservateurs 17,5% des voix (0 siège) et les libéraux-démocrates 13% des voix (10 sièges). L’ensemble des sièges de la représentation parlementaire écossaise à Westminster se trouva ainsi réparti entre les trois formations favorables au changement institutionnel, tandis que le parti conservateur, favorable au statu quo, n’avait pour la première fois aucun élu en Écosse  (tout comme au pays de Galles d’ailleurs). Cf. par exemple Gilles Leydier, « La question écossaise », Presses universitaires de Rennes, 1998 ; Gilles Leydier, « Des élections historiques pour l’Écosse », Les élections de 1997 en Grande-Bretagne, Annales de l’Université de Savoie, n°23, pp. 131-142.

2  A la première question (sur l’établissement d’un parlement écossais), 74,1% des votants - soit 44,8% des électeurs- répondirent oui ; à la deuxième (sur les pouvoirs budgétaires du parlement), 63,5% des votants - 38,4% des électeurs- répondirent oui. Cf. Leydier, 1998.

3  MSP=Member of the Scottish Parliament (député du parlement écossais).

4  Cf. Moya Jones & Gilles Leydier, La dévolution des pouvoirs à l’Écosse  et au pays de Galles, Armand Colin, Paris, 2006, pp. 82-85. Voir également David Denver & Iain MacAllister, « The Scottish Parliament Elections 1999 », Scottish Affairs, n° 28, Edinburgh, 1999, pp. 10-31 ; Alice Brown, « The Scottish Parliament: Hopes and Aspirations », John MacInnes & David McCrone (eds.), Stateless Nations in the 21st Century, special issue of Scottish Affairs, Edinburgh, 2001, pp. 78-84.

5  Cf. par exemple Peter Jones, « The 1999 Scottish Parliament Elections: from anti-Tory to anti-Nationalist Politics », Scottish Affairs, n° 28, Edinburgh, 1999, pp. 1-9.

6  Le nouveau parlement, conçu par l’architecte catalan Enric Moralles, devait être initialement livré début 2001, mais il ne fut officiellement inauguré qu’en octobre 2004 et son coût total (431 millions de livres) fut plus de dix fois  supérieur à son coût prévisionnel.

7   Il y eut des escarmouches épisodiques entre l’exécutif écossais et le ministre des affaires écossaises dans le gouvernement Blair (à savoir John Reid, puis Helen Liddell). Ainsi par exemple à la fin 1999 John Reid dénonça violemment le « déficit gigantesque » du budget écossais, et au congrès travailliste de septembre 2001, Helen Liddell se félicita publiquement des avancées de la dévolution écossaise sans mentionner Henry McLeish. L’affaiblissement du pouvoir du ministre des affaires écossaises et l’incertitude concernant son rôle institutionnel -conséquences de la dévolution- peuvent également constituer des éléments d’explication de ces frictions avec un « exécutif écossais » - terme officiel - désormais perçu en Écosse  comme un véritable « gouvernement » de l’Écosse .

8  « A moment anchored in history », selon le mot de Donald Dewar.

9  Selon l’expression de Jacques Leruez, cf. J. Leruez, 2000, opus cité, p. 306.

10  A cette occasion, le Cardinal Winning qualifiera le nouveau parlement écossais de désastre absolu (« an utter failure »).

11 L’homme d’affaires millionnaire écossais Brian Souter, PDG de Stagecoach, l’une des plus importantes entreprises écossaises, par ailleurs membre d’une église protestante fondamentaliste.

12  Cf. par exemple Kisrty Milne, « McLeish debacle a poor advertisement for devolution », Scotland on Sunday, 05/11/2001.

13  Plusieurs sondages ont régulièrement testé le pouls de l’opinion écossaise sur la nouvelle situation institutionnelle. Ainsi après quelques mois d’installation des nouvelles institutions, deux sondages, l’un pour Scotland on Sunday en janvier 2000, l’autre pour le Scotsman en février 2000, indiquaient que respectivement 43% et 48% des Écossais considéraient le parlement écossais comme quelque chose de positif pour l’Écosse , tandis que 29% et 13% respectivement  considéraient  son action comme mauvaise. Cette relative satisfaction vis-à-vis de l’existence du parlement s’accompagnait d’une satisfaction bien moindre par rapport à son action: ainsi un autre sondage, effectué par BBC Scotland à l’occasion du premier anniversaire du parlement, indiquait qu’un quart seulement des Écossais jugeaient l’action du parlement écossais de façon positive, tandis qu’un tiers la jugeait de façon négative. A en croire les sondages, ce sentiment négatif vis-à-vis de l’action du parlement au bout d’une année d’existence semble cependant s’être atténué au cours de la deuxième année de fonctionnement des institutions. Cf. David McCrone: « Opinion Polls in Scotland: June 2000-June 2001», Scottish Affairs, n°37, 2001, p. 32.

14  Cf. Sunday Herald, 2/07/2000. L’expédition de Darien, de sinistre mémoire dans l’opinion écossaise, consista en une tentative d’implantation d’une colonie écossaise dans l’isthme de Panama au tournant du XVIIIe siècle, tentative qui se solda par un désastre tant au plan humain que financier. L’échec total de cette aventure contribua à préparer les mentalités écossaises à la nécessité de l’Union avec l’Angleterre qui fut scellée en 1707.

15   En un laps de temps très court, le First Minister écossais s’est ainsi engagé à financer le programme social d’aide individuelle gratuite à domicile pour les personnes âgées, l’augmentation substantielle du salaire des enseignants, l’aide d’urgence pour les pêcheurs, enfin le renflouement du service de la dette du secteur du logement à Glasgow.

16   David Mc Crone, « Opinion polls in Scotland, May1999-June 2000 », Scottish Affairs, n°32, Edinburgh, 2000, p. 88-89.

17  On peut aussi ajouter à cette longue liste le fait que l’incorporation de la Convention européenne des droits de l’homme s’est faite presque immédiatement en Écosse , alors qu’elle n’intervint qu’en octobre 2000 pour le pays de Galles et l’Angleterre. Cf. Iain McLean, « The National Question », Anthony Selsdon (ed.), The Blair Effect, Little, Brown and Company, London, 2001, p.442.

18  Si l’accès à l’université est gratuit, les étudiants écossais doivent payer une somme fixe de 2000 livres lorsqu’ils trouvent un emploi

19  Cf. par exemple Peter Lynch & Steven Birrell, « Linking Parliament to the People: the Public Petitions Process of the Scottish Parlament », Scottish Affairs, n°37, Edinburgh, 2001, pp. 1-18.

20  Cf. par exemple Lindsay Paterson, « Does Consultation Work? The Scottish Parliament‘s First Two Years », John MacInnes & David McCrone (eds.), 2001, opus cit, pp. 85-90.

21 Selon les données disponibles sur le très complet site web du parlement écossais (www.scottish.parliament.uk).

22  Cf. Lindsay Paterson, « Scottish Democracy and Scottish Utopias: the First Year of the Scottish Parliament », Scottish Affairs, n° 33, Edinburgh, 2000, pp. 45-61.

23  Cf. Lindsay Paterson, 2000, opus cité.

24  Cf. par exemple Magnus Linklater, « We are a Nation once again », The Times, 08/05/2000.

25  Cf. par exemple le discours-bilan prononcé par sir David Steel, Président du Parlement écossais, à l’occasion de la fin des deux premières années d’existence du Parlement (www.scottish.parliament.uk). Voir également l’analyse du vice-président du Parlement écossais, le nationaliste George Reid, dans « Un nouveau chant pour l’Écosse  », Europe unie, le Royaume désuni? Les enjeux institutionnels et identitaires de la dévolution, Triade, Brest, 2000, pp. 173-182.

26  Aux élections législatives britanniques de juin 2001, l’extrême gauche écossaise a obtenu une moyenne de 7% des suffrages sur la ville de Glasgow, avec des avancées spectaculaires dans certains quartiers populaires comme Maryhill (7,85% des voix et une quatrième place devant les conservateurs) et surtout Pollok (9,98%), Shettleston (6,82%) et Springburn (7,8%), où l’extrême gauche arrivait dans ces trois circonscriptions ouvrières en troisième position, derrière les travaillistes et les nationalistes mais devant les conservateurs et les libéraux-démocrates.

27  Cf. sondage BBC Scotland mai 2000.

28  Cf. par exemple Annie Thiec, Les élections législatives du 7 juin 2001 : un scrutin intermédiaire pour l’Écosse  ? Revue française de civilisation britannique, XI, 4, 2002, pp. 83-94

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le résultat des premières élections au Parlement écossais (6 Mai 1999)
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/298/img-1.png
Fichier image/png, 471k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Leydier, « De l’utopie à la réalité : la mise en route des nouvelles institutions écossaises au début des années Blair », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 28 janvier 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://osb.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/osb.298

Haut de page

Auteur

Gilles Leydier

Professeur de civilisation britannique à l'université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org