Navigation – Plan du site

Le New Labour sur la scène européenne : leader ou ‘odd man out’ ?

Pauline Schnapper
p. 261-273

Résumé

L'équipe du New Labour est arrivée au pouvoir en 1997 en promettant de rompre avec la marginalisation du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne, tout en se gardant bien de défendre le fédéralisme en Europe. Le bilan du gouvernement Blair au bout de dix ans est en demi-teinte : d'un côté il a effectivement remis son pays au coeur du débat européen, tant à propos des réformes économiques que des dossiers institutionnels, et donné une nouvelle impulsion au développement de l'Europe dans certains domaines, comme la défense. Mais, de l'autre, il n'a pas réussi à convaincre son Chancelier, et le pays en général, d'adopter l'euro et n'est pas parvenu à réconcilier son opinion publique avec l'Europe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 La politique européenne du New Labour, après presque dix ans au pouvoir, reste marquée par l'ambiguïté et, pour ceux qui espéraient le grand retour du Royaume-Uni en Europe, une relative déception. Avant 1997, la rhétorique de la « troisième voie » ne comprenait pas vraiment de dimension européenne, dont on trouvait peu d'échos dans les ouvrages qui ont tenté de théoriser cette idée. Dans la mesure où le thème était développé, il l’était selon une ligne assez conventionnelle, axée sur l’idée d’une Europe des Etats-nations, choisissant de coopérer dans les domaines où ceux-ci pouvaient y trouver un intérêt et déclinant de le faire lorsque ce n'était pas le cas – on était loin donc de l’idéal fédéraliste. La démarche intergouvernementale pour faire avancer l’Europe restait clairement à l’ordre du jour. Cependant, le ton général des travaillistes était beaucoup plus positif à l’égard de la construction européenne que lors de la période précédente, en particulier lors des dernières années du gouvernement Major. Le parti s'était même prononcé en faveur de l'adoption de la monnaie unique européenne qui devait être mise en place en 1999. L’ambition de remettre le Royaume-Uni au « cœur de l’Europe » et d’orienter le débat au sein de l’Union européenne dans le sens qui semblait souhaitable au gouvernement était réelle. Il s’agissait de devenir ou de redevenir leader en Europe, terme devenu récurrent dans les discours officiels sur le sujet.

2 La question que l'on se pose donc ici est de savoir si cette ambition a été couronnée de succès. Peut-on dire que le Royaume-Uni occupe désormais une place centrale à la fois dans les débats en cours sur l’avenir de la construction européenne et au sein des institutions communautaires ? Pour y répondre, nous rappellerons tout d’abord quels étaient les objectifs affichés par l’équipe Blair pour l’Europe à son arrivée au pouvoir en mai 1997, qui dessinaient une vision cohérente de l’Union, ainsi que les nuances qui pouvaient exister en son sein. Nous verrons ensuite dans quels domaines les travaillistes britanniques sont parvenus à imprimer leur marque sur le développement de l’Union européenne, aussi bien dans le domaine économique et militaire qu’institutionnel. Enfin nous ferons apparaître les limites de ce volontarisme, qui concernent au premier plan l’exclusion volontaire de la zone euro, ainsi que les différences de vision à long terme entre Londres et ses principaux partenaires.

“ We will give Britain leadership in Europe ”

3Un des principaux reproches adressés en toutes occasions par le nouveau gouvernement en 1997 à ses prédécesseurs fut d’avoir laissé marginaliser le Royaume-Uni en Europe. Les clauses d’exemption concernant la monnaie unique et la Charte sociale du traité de Maastricht, puis la crise de l’ESB (dite de la « vache folle ») à partir de 1996 avaient conduit le gouvernement Major à s’exclure ou à refuser de coopérer avec ses partenaires sur un certain nombre de sujets pourtant cruciaux pour l’avenir du pays. Tony Blair, Gordon Brown et Robin Cook, les principaux ministres qui devaient gérer les dossiers européens, répétèrent que cette marginalisation était contraire à l’intérêt national et avait été une erreur politique profonde qu’il s’agissait de corriger au plus vite. Dès lors, le discours dominant chez les dirigeants du parti devint celui de « constructive engagement », de « partnership » et de « fresh start » dans l’UE. Il s’agissait non de se draper dans le refus de l’intégration européenne, mais d’orienter celle-ci dans une direction propice aux intérêts nationaux britanniques, toujours prioritaires. Quatre directions étaient mises en avant, sur lesquelles nous allons revenir successivement : les réformes économiques, l’élargissement de l’Union et le renforcement de la politique étrangère et de sécurité commune y compris sur le plan militaire, enfin une architecture institutionnelle qui continue de garantir la primauté des Etats nationaux dans des domaines essentiels tels que la fiscalité, la politique étrangère et de sécurité commune, et la révision des traités. Tout cela devait aboutir à une Europe forte sur le plan international, mais fermement intergouvernementale. C'est une vision du vieux continent que Tony Blair a résumée d’une phrase devenue célèbre dans son discours de Varsovie : « a superpower, but not a superstate ».

4 Le thème des réformes économiques revenait en réalité à vouloir faire adopter par l’Union européenne l’essentiel des politiques mises en œuvre par le New Labour à l’intérieur du pays. Le gouvernement britannique souhaitait particulièrement mettre l’accent sur la nécessité de rendre les marchés du travail plus flexibles en Europe pour réduire un chômage très élevé en 1997, d’accroître l’ « employabilité » des salariés par la formation continue et la lutte contre l’exclusion sociale. L’achèvement du grand marché unique était également considéré comme un moyen essentiel de relancer la croissance en Europe. En revanche, l’adoption de la monnaie unique, à laquelle le gouvernement se disait favorable, était repoussée à court terme en raison de divergences entre les cycles économiques du Royaume-Uni et ceux du reste du continent. Les considérations d’ordre politique intérieur n’étaient pas officiellement prises en compte, mais en réalité elles étaient dans une large mesure à l’origine du choix de ne pas décider avant un deuxième mandat si cinq conditions économiques étaient remplies pour abandonner la livre sterling. En particulier, l'opinion publique telle qu'elle s'exprimait dans les sondages, et l'essentiel de la presse nationale, y étaient fermement opposées.

5 Le soutien à l’élargissement de l’Union, principalement aux pays d’Europe centrale et orientale, ne distinguait pas a priori le nouveau gouvernement de ses partenaires, qui depuis la chute du mur de Berlin s’étaient déclarés prêts à accueillir tous ces nouveaux membres et avaient entamé les négociations d’adhésion avec une douzaine d’entre eux. Mais là où la France, l’Allemagne, mais aussi l’Autriche et les pays du sud et de la périphérie, (ceux qui avaient largement profité de la manne financière des fonds structurels), avaient commencé à se soucier, plus ou moins publiquement, des conséquences de cet élargissement pour les finances de l’Union, pour son efficacité et pour la libre circulation des personnes, Tony Blair s’est fait le champion des pays candidats, plaidant pour un élargissement rapide de l’Union tout au long de son premier mandat :

Nobody who considers the role that open markets have played in generating wealth and prosperity in the EU can doubt the benefits of creating a market of half a billion consumers.

People can always find good reasons for delay. (..) But let me be frank. Without enlargement, Western Europe will always be faced with the threat of instability, conflict and mass migration on its borders.

6Cette attitude avait trois avantages : elle était consensuelle sur le plan intérieur ; elle permettait de s'attirer la sympathie des pays candidats, qui pourrait permettre la construction de nouvelles alliances une fois qu'ils seraient entrés dans l'Union européenne ; elle donnait une image dynamique de la politique britannique par rapport à des partenaires plus réticents, tout en pensant empêcher une intégration trop poussée d'une Union à vingt ou vingt-cinq, dont les Britanniques ont toujours pensé qu'elle serait plus diluée qu'à douze ou quinze.

7 C’est cependant dans le domaine extérieur que le gouvernement Blair manifesta le plus clairement son intention de faire de l’Union européenne une « superpuissance », avec ce que cela suppose d’influence politique et de capacité de projection militaire, et dans laquelle bien sûr son pays jouerait un rôle central. Pour la première fois depuis 1945, un Premier Ministre britannique, à l’exception d’Edward Heath, ne voyait pas de contradiction irréductible entre sa « relation spéciale » avec les Etats-Unis, à laquelle Blair n’était pas moins attaché que ses prédécesseurs, et un accroissement du rôle de son pays au sein de l’Union européenne et de celle-ci sur la scène internationale. Il voyait pour son pays un rôle tout trouvé, celui de pont entre l’Amérique et l’Europe. Dans le discours qu’il prononça à l’Assemblée Nationale à Paris en 1998, il déclarait déjà : « Strong in Europe. Strong with the United States. That should be our goal ». L’idée était reprise et explicitée dans le discours de Varsovie :

For Britain (..) being at the centre of influencing Europe is an indispensable part of influence, strength and power in the world. (..) In particular, there is no doubt in my mind, that our strength with the US is enhanced by our strength with the rest of Europe and vice versa.

8On avait là, du moins jusqu’en 2003, une véritable rupture dans le mode de pensée du gouvernement, qui correspondait peut-être aussi à un changement de génération, et qui a entraîné dans son sillage le Foreign Office. Il faut dire aussi que le conflit du Kosovo, qui se déroulait au même moment et montrait aux Européens leur impuissance militaire et leur dépendance vis-à-vis des Américains, comme cela avait déjà été le cas plus tôt en Bosnie, avait ulcéré le Premier Ministre et accéléré sa réflexion sur ce que les Français appellent l’Europe-puissance. Il entendait que l’Union puisse projeter une puissance collective et soit capable d'assumer un rôle autre que purement économique dans son « arrière-cour ». Un autre élément qui joua certainement un rôle décisif dans ce changement d’attitude fut la volonté de ne pas être exclu une nouvelle fois d’une initiative européenne majeure à laquelle le Royaume-Uni pouvait jouer un rôle central grâce à sa tradition d’engagement diplomatico-militaire dans le monde. Comme le dit Blair lui-même :

If we had simply opted out of this debate as the Conservatives wish us to do, it would not have stopped. You would still have had an initiative going forward in Europe about a common foreign policy but it would have been without any British involvement.

9En revanche et dernier point, en ce qui concerne l’architecture institutionnelle qui devait permettre à ces ambitions de se réaliser, la doctrine du New Labour s’est avérée nettement moins originale : refusant à la fois une vision « limitée » de l’Europe et le fédéralisme qui conduirait à l’instauration d’un « super-État », le mot d’ordre a été le pragmatisme, qui devait conduire à plus d’intégration lorsqu’elle est dans l’intérêt du Royaume-Uni (les ministres citent volontiers l’environnement, la lutte contre la criminalité, le commerce international, bref des domaines transnationaux, et bien sûr le marché unique) mais au maintien jaloux de la primauté des États, seuls détenteurs de la légitimité populaire, dans tous les autres cas. Lors des premières discussions sur la constitution européenne, Blair s’était d’abord affirmé favorable à la création d’une deuxième Chambre du Parlement européen qui serait composée de membres des Parlements nationaux et à une réduction du nombre de commissaires européens, deux réformes qui iraient dans ce sens.

10 On voit donc dessinée une vision cohérente, sinon très originale, de l’avenir de la construction européenne et de la place que devrait y occuper le Royaume-Uni, développée par les principaux leaders du parti travailliste. Cette cohérence apparente masque cependant des divergences réelles, quoique fluctuantes dans le temps, entre les dirigeants. Ainsi un Peter Mandelson s’est toujours montré plus enthousiaste vis-à-vis de la construction européenne que Robin Cook, par exemple. Encore celui-ci y est-il devenu plus favorable une fois Secrétaire au Foreign Office, tandis que Gordon Brown semble avoir endossé l’habit de l’eurosceptique (relatif) au sein du gouvernement, du moins pour ce qui concerne l’euro. Il souligne à l'envi les obstacles économiques à son adoption. La position exacte de Tony Blair dans cette configuration n’est d’ailleurs pas des plus claires, même si les derniers signaux envoyés se sont voulus positifs.

Succès européens

11Si l’on garde en mémoire les objectifs affichés ci-dessus et qu’on les compare aux réalisations du gouvernement Blair depuis 1997, on peut noter un certain nombre de succès et un incontestable regain d’influence du Royaume-Uni sur la scène européenne. Trois domaines se détachent nettement : l’économie, la défense et les institutions. Mais avant de les reprendre plus en détail, on peut noter que le gouvernement Blair a réussi à rétablir rapidement des liens bilatéraux privilégiés avec ses principaux partenaires, sur une base que l’on pourrait appeler ad hoc. Ainsi Londres a trouvé des échos d’abord à Berlin, auprès du Chancelier Schröder, puis surtout à Madrid, auprès du Premier Ministre pourtant conservateur Aznar, sur le thème des réformes économiques, tandis que l’axe Londres-Paris a été privilégié dans le domaine de la défense et dans celui des institutions. Tony Blair a aussi entrepris, comme on l'a vu, d’affermir les liens avec les principaux pays candidats à l’adhésion, contribuant à replacer son pays au cœur du débat.

12Le New Labour a incontestablement réussi à mobiliser ses partenaires de l’Union européenne autour des thèmes de la modernisation des marchés du travail et de la lutte contre le chômage, même si ces thèmes étaient déjà à l’ordre du jour des travaux de la Commission européenne dans son Agenda 2000. La présidence britannique de l’Union au second semestre 1998 permit cependant de donner une nouvelle impulsion à ces réflexions, qui aboutirent au sommet européen de Cardiff, dont les conclusions insistaient sur l’importance de l’ « employabilité », la cohésion sociale, la formation permanente et autres thèmes chers aux Travaillistes. Le sommet de Lisbonne, en mars 2000, approuva un plan d’action pour renforcer les technologies de l’information et encouragea les États nationaux à évaluer mutuellement leurs efforts en matière de modernisation de l’économie. Le bilan concret de ces initiatives est pourtant limité, et l’économie européenne (notamment la zone euro) ne montre pas vraiment les signes d’une profonde régénération. Quoi qu’il en soit, elles témoignent du retour de l’influence des conceptions britanniques en matière de flexibilité du marché du travail au sein de l’Europe. Blair a, dans le même ordre d’idées, eu le mérite de soulever la question du budget de l’Union européenne et de son utilisation, en remettant sur le tapis l’épineux dossier de la politique agricole commune. Il a finalement obtenu, lors de la seconde présidence britannique de l’UE, au deuxième semestre 2005, que la question soit rediscutée en 2008 plutôt qu’en 2013.

13 En ce qui concerne la défense, le changement de point de vue amorcé par le New Labour aboutit à des initiatives spectaculaires. Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement se montra favorable au renforcement des capacités du Secrétariat du second pilier (politique étrangère et de sécurité commune) prévu dans le traité d’Amsterdam, qu’il signa quelques semaines après son arrivée au pouvoir. Mais surtout, Tony Blair surprit ses alliés en se prononçant au sommet de Pörtschach (octobre 1998) en faveur de la création d’une force de réaction rapide européenne capable d’intervenir sur le continent ou ailleurs lorsque l’OTAN ne souhaitait pas s’engager. Deux mois plus tard, court-circuitant au moins dans un premier temps le troisième grand partenaire européen, l’Allemagne, il signait au sommet franco-britannique de Saint-Malo (décembre 1998) une déclaration avec le président Chirac, qui représentait la première initiative majeure des deux pays dans le domaine politico-militaire depuis la crise de Suez. Dans des termes soigneusement pesés, il était écrit qu’afin de mettre en œuvre les objectifs contenus dans le traité d’Amsterdam, l’Union européenne devait pouvoir disposer d’une capacité d’action autonome, qui n’affaiblirait en aucune manière l’OTAN.

14Cette initiative fut étendue à l’Union dans son ensemble aux sommets européens de Cologne (juin 1999) puis Helsinki (décembre 1999). C’est là que les Quinze prirent la décision de créer une force de réaction de 50,000 à 60,000 soldats, qui puisse se déployer en 60 jours et se maintenir un an sur le terrain. Cette force serait commandée par le commandant en second des forces de l’OTAN, qui est traditionnellement un Européen. En novembre 2000, lors d’une réunion à Bruxelles, les ministres de la défense de l’UE étudièrent les contributions de chaque pays à cette force, et le Royaume-Uni s’engagea à hauteur de 12 500 soldats, auxquels s’ajoutaient 18 navires de guerre et 72 avions de combat, soit au total à peu près le quart de la force prévue. Dernière étape du processus d’élaboration, le sommet européen de Nice en décembre approuva l’objective d’acquérir une capacité de décision et d’action autonome dans le domaine de la sécurité et de la défense. Un comité politique et un comité militaire ont été mis en place à Bruxelles, et l’UE a lancé depuis plusieurs opérations militaires, même si elles sont de faible envergure, notamment en Bosnie, Macédoine et au Congo.

15 On voit donc ici un domaine où non seulement le gouvernement Blair a pris une initiative majeure et inattendue, mais où il a pu la mener à bien jusqu’à un résultat tangible, visible dans les structures de l’Union à Bruxelles et pouvant avoir à terme des conséquences concrètes pour la défense de l’Europe et pour le développement de sa politique étrangère. Cette évolution ne fut possible que grâce à un rapprochement avec la France, qui avait été entamé avant 1997, mais auquel les Travaillistes ont donné une impulsion décisive malgré leurs désaccords sur d’autres aspects de la politique européenne (notamment économique et sociale). Elle n’a cependant pas permis de lever toutes les ambigüités des positions respectives du Royaume-Uni et de ses partenaires, particulièrement le gouvernement français, sur le rôle de l’Europe par rapport aux États-Unis et de la défense européenne vis-à-vis de l’OTAN. Ces problèmes sont réapparus à propos de la crise irakienne en 2003, qui vit les gouvernements de l’Union européenne partagés entre ceux, menés notamment par Blair, Aznar (pour l’Espagne) et Berlusconi (pour l’Italie) qui ont soutenu l’administration américaine dans son choix d’envahir l’Irak et ceux, emmenés par la France et l’Allemagne, qui s’y sont opposés. On ne saurait sous-estimer l’impact de ces divisions, exacerbées au moment où le gouvernement français annonça son refus, fin janvier 2003, de voter la seconde résolution de l’ONU qui autorisait le recours à la force contre le régime irakien. L’avenir de la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne, y compris dans sa composante de défense, semblait alors bien mal engagée, puisque les partenaires européens n’avaient pas réussi à adopter une position commune dans une grave crise internationale. Contre toute attente dans un tel contexte, les années 2004-2006 ont vu une poursuite de l’engagement britannique en faveur de la défense européenne, avec l’adoption d’un concept stratégique commun, la création d’une agence européenne de l’armement et la mise en place des groupements tactiques interarmes notamment.

16 Enfin, le gouvernement Blair a obtenu un succès incontestable à l’issue des deux grandes négociations sur la réforme des institutions européennes au sommet de Nice (décembre 2000) puis dans le projet de constitution. Les points officiellement à l’ordre du jour du sommet de Nice étaient au nombre de trois, à savoir les « reliquats » du traité d’Amsterdam : la pondération des votes au sein du Conseil européen après l’élargissement, le nombre de Commissaires européens dans le future Union et l’extension du vote à la majorité qualifiée dans un certain nombre de domaines. Les objectifs du gouvernement britannique pour les négociations étaient de maintenir la primauté des grands États après l’élargissement (à travers une répartition judicieuse du nombre de voix aux Conseils européens), ce que souhaitait aussi la délégation française ; de limiter le nombre de Commissaires européens ; et de limiter l’extension du vote à la majorité qualifiée aux domaines qui semblaient dans l’intérêt des Britanniques (principalement le marché unique), en s’opposant particulièrement aux deux projets en cours, qui touchaient à certains aspects de la politique sociale et de la fiscalité, et que soutenait au contraire la France.

17 La répartition des votes sur laquelle un accord fut finalement trouvé après quatre jours de laborieuses tractations, à savoir 29 voix pour chacun des quatre grands pays de l’UE sur un total de 237, et l’instauration d’une « double majorité » démographique assurant à une coalition de grands pays de pouvoir bloquer toutes les décisions, illustra la victoire du gouvernement britannique. Celui-ci obtint aussi que la défense reste en dehors du domaine des coopérations renforcées et que le droit de veto soit conservé en matière fiscale et sociale. On peut cependant regretter que l’influence retrouvée du Royaume-Uni se soit exercée en l’occurrence dans une direction très « conservatrice », dans un but étroitement national et sans véritablement prendre en compte un intérêt supérieur « européen », contrairement à ce qu’ont tenté de faire à cette occasion les chefs de gouvernement allemand et belge. L’évolution actuelle de la construction européenne va bien dans le sens souhaité par Londres, c’est-à-dire assez clairement intergouvernemental.

18 Cette direction a été confirmée par le projet de constitution élaboré en 2004, qui allait dans le sens des souhaits britanniques. Les principales innovations prévues allaient dans le sens d’un renforcement du Conseil européen, avec la mise en place d’une présidence sur plusieurs années, la création d’un ministre des affaires étrangères de l’Union et d’un corps diplomatique. Les votes négatifs de la France et des Pays-Bas lors de la ratification par référendum du traité ont entraîné un arrêt de ces réformes, mais il est possible qu’elles soient adoptées à l’avenir, avec ou sans traité.

‘Odd man out’

19 Les succès de l’équipe Blair sur la scène européenne, si indéniables soient-ils, ne doivent pas faire oublier une autre réalité, qui est celle de son refus de participer au projet le plus ambitieux de l’Union européenne actuellement, la mise en place d’une monnaie unique. Le Royaume-Uni reste le seul grand pays de l’Union à refuser d’y participer alors qu’il remplit aisément les fameux critères économiques de Maastricht. A ce titre il mérite toujours, semble-t-il, les qualificatifs de odd man out ou awkward partner.

20 La politique du New Labour vis-à-vis de l’euro est restée étonnamment stable depuis 1997. Les cinq « conditions » économiques pour une participation à l’euro énoncées par le Chancelier Gordon Brown en octobre 1997 aux Communes (qui devaient assurer une convergence de l’économie britannique avec les économies continentales et empêcher tout impact négatif de l’euro sur l’emploi et l’ investissement) sont restées le credo officiel jusqu’à aujourd’hui. En pratique, ils ont exclu tout référendum pendant le premier mandat, puisque l'examen de ces critères a été repoussé à 2002. Ainsi tout débat de fond sur l’opportunité de la nouvelle monnaie était évacué de la communication gouvernementale, ce qui avait pour effet heureux d'escamoter les divisions au sein des partis (y compris le parti travailliste). Mais cela a aussi laissé libre cours aux adversaires les plus stridents de l’union économique et monétaire. Au même moment la campagne de l'organisation « Britain in Europe » en faveur d'un engagement plus ardent dans le projet européen tournait court, faute d'un soutien actif du gouvernement.

21 Les désaccords entre membres du gouvernement au sujet de l'euro, notamment entre le Chancelier et le Secrétaire au Foreign Office (Robin Cook), n’ont pas non plus incité les hommes politiques à clarifier la situation ni à encourager un vaste débat sur cette question pourtant cruciale. En 2002-2003, les services du Treasury, sous la houlette de Gordon Brown, se sont livrés à un vaste exercice d’évaluation des fameux cinq critères. La conclusion tirée fut qu’un seul des cinq critères était pour l’instant positif, et donc qu’il n’était pour l’instant pas dans l’intérêt de l’économie britannique de l’adopter. Il faut dire que la faiblesse relative des économies de l’euro par rapport à l’économie britannique ne militait pas apparemment pour l’euro.

22 L’impopularité de l’euro dans l’opinion publique britannique est restée obstinément supérieure à 60 % d'opposition. Tout indique pourtant que cette opinion négative sur l’euro n’était pas très intense et qu’elle s’accompagnait d’un certain fatalisme sur l’inévitabilité à terme de rejoindre la zone euro. On peut penser également qu’elle était susceptible d’être modifiée si un véritable débat s’instaurait. Il est d'autant plus dommage qu'il n'ait pas eu lieu.

23 Le refus de participer pour l’instant à la monnaie unique n’est pas sans conséquences pratiques pour la position de Londres au sein de l’Union : le gouvernement Blair est exclu du processus de décision affectant les 12 pays de la zone euro, qui est disjoint des réunions des ministres de l’économie et des finances de l’UE. Au deuxième semestre 1998, on a ainsi pu assister au spectacle paradoxal d’une présidence britannique de l’Union finalisant les détails du passage à l’euro auquel elle ne participait pas. Devoir quitter les lieux de réunion des ministres de la zone euro est non seulement humiliant pour un ministre britannique, mais peut avoir des conséquences néfastes pour l’économie britannique, qui est affectée par les décisions prises par les Douze. A terme, Londres court aussi le risque d’être exclu d’un possible gouvernement économique européen.

24 L’union monétaire n’est pas le seul domaine où le Royaume-Uni reste toujours volontairement en retrait d’un processus de coopération « renforcée », même si c’est aujourd’hui le plus spectaculaire. Tony Blair n’a pas renversé la politique britannique en vigueur dans le « troisième pilier » du traité de Maastricht (justice et affaires intérieures) depuis la signature du traité de Schengen en 1987, qui a abouti à la disparition des frontières entre plus d’une demi-douzaine de pays européens. Arguant de son insularité, les gouvernements successifs, y compris Tony Blair à Amsterdam, ont obtenu de conserver le contrôle national des frontières et de l’immigration, et rien n'indique un changement d'attitude dans l'avenir proche sur cette question, même si, après le 11 septembre 2001, le gouvernement britannique a accepté au coup par coup un certain nombre de mesures destinées à renforcer la coopération policière, notamment dans la lutte anti-terroriste.

25 A présent que le principe des coopérations renforcées a été institutionnalisé dans le traité de Nice, Londres peut craindre d’autres initiatives, politiques et économiques, qui pourraient ne pas lui agréer et qui le marginaliseraient de nouveau. En ce sens le maintien d'un statut à part, libre de coopérer « à la carte », a un coût.

Conclusion

26Au total, la position de Londres sur la scène européenne a incontestablement changé depuis 1997, faisant suite à un volontarisme certain de la direction du parti, et de Tony Blair en particulier, qui s'est affiché de façon très « présidentielle » auprès de ses partenaires. L'influence du Royaume-Uni se fait de nouveau sentir à Bruxelles, notamment pour appuyer les réformes économiques indispensables sur le continent, même si c'est aussi pour défendre des intérêts nationaux. Londres est aujourd’hui en position d'orienter ou de contribuer à orienter l'avenir de la construction européenne d’une façon inégalée depuis le milieu des années 1980. La situation est d’autant plus confortable, d’un point de vue britannique, que l’évolution récente de l’UE, accentuée par l’échec de la constitution, va dans le sens d’un renforcement de sa dimension intergouvernementale, au détriment de la Commission européenne. Cependant, le recul sur l’adoption de l'euro reste le principal dossier qui empêche Londres d'être vraiment au cœur de l'Europe, et qui a déçu les europhiles les plus convaincus outre-manche. Le gouvernement Blair n’a pas, contrairement à ce qu’il avait affirmé, entrepris une réelle démarche auprès de son opinion publique pour la convaincre des mérites de l’Union européenne, dont la popularité n’a cessé de baisser au Royaume-Uni (comme dans le reste de l’Union). Faute de référendum sur l’euro et sur la constitution européenne, le débat fondamental et attendu n’a pas eu lieu. Le pro-européen convaincu qu’est incontestablement Blair laisse donc un bilan en demi-teinte dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Deighton, Anne, “ European Union policy ” dans Anthony Seldon (ed.), The Blair Effect, Londres, Little, Brown and Company, 2001.

Howorth, Jolyon, “ Britain, France and the European Defence Initiative ”, Survival, vol. 42, no. 2, Summer 2000.

Leruez, Jacques (dir.), Londres et le monde, Paris, CERI/Autrement, 2005.

Rawnsley, Andrew, Servants of the People : The inside story of New Labour, Londres, Hamish Hamilton, 2000.

Riddell, Peter, « Europe », dans A. Seldon et D. Kavanagh (eds), The Blair Effect 2001-2005, Cambridge University Press, 2005.

Schnapper Pauline, « Le New Labour et la construction européenne : le changement dans la continuité ? » dans Timothy Whitton (ed.), Le New Labour, rupture ou continuité, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

Schnapper Pauline, La Grande-Bretagne et l'Europe : le grand malentendu, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Schnapper, « Le New Labour sur la scène européenne : leader ou ‘odd man out’ ? », Observatoire de la société britannique, 3 | 2007, 261-273.

Référence électronique

Pauline Schnapper, « Le New Labour sur la scène européenne : leader ou ‘odd man out’ ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/324 ; DOI : 10.4000/osb.324

Haut de page

Auteur

Pauline Schnapper

Professeur de civilisation britannique à l'université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org