Navigation – Plan du site

Avant-propos

Agnès Alexandre-Collier et Bernard d’Hellencourt
p. 11-14

Texte intégral

  • 1  Voir l’article sur les théories du consensus appliquées aux Travaillistes et Conservateurs et leur (...)

1 Quelques mois après la nouvelle victoire de Tony Blair, en mai 2005, un sondage MORI du 18 juin 2006 indiquait que 41 % des Britanniques se disaient prêts à voter pour les Conservateurs contre 34 % pour les Travaillistes. 41 % d'entre eux estimaient même que le nouveau dirigeant conservateur, David Cameron correspondait mieux à leurs attentes que Gordon Brown et Tony Blair qui ne recueillaient respectivement que 37 % et 27 % d'opinions favorables. Mais à quelques jours du remplacement de Tony Blair par son Chancelier de l'échiquier Gordon Brown, on peut encore s'interroger sur la capacité réelle de David Cameron à mobiliser le parti dans son effort de recentrage et de modernisation1 et à s'attirer les soutiens d'un électorat, dont l'attitude, très fluctuante, sera nécessairement amenée à évoluer au cours des prochaines années en fonction des circonstances et de la popularité du futur Premier ministre travailliste.

2 Malgré l'optimisme qui semble actuellement conférer au Parti conservateur un nouvel élan, celui-ci subit encore les affres de la crise post-thatchérienne qui a conduit à sa défaite en 1997 et à une traversée du désert dont la fin semble encore difficilement perceptible. Plusieurs spécialistes français et britanniques, réunis lors de la journée d'étude organisée par le CREC le 18 mars 2006, ont tenté d'analyser les raisons de cette crise et d'explorer les motifs d'espoir qui s'offrent néanmoins aux Conservateurs.

3 Parmi les raisons de cet échec figurent des causes à la fois conjoncturelles et structurelles. Pour Vernon Bogdanor, il est clair que les déchirures internes sur l'Europe qui ont culminé avec la ratification du traité de Maastricht en 1992 et 1993 mais puisent leurs sources dans l'euroscepticisme intransigeant de Margaret Thatcher, sont le fruit de circonstances que les Conservateurs ont été incapables de gérer. Karine Tournier-Sol revient de manière approfondie sur les causes et les conséquences de ce virage europhobe qui, de l'implosion du Parti conservateur à l'approche des élections de 1997 à sa marginalisation consécutive, a certainement signé sa perte électorale. Malgré l'espoir que semble représenter David Cameron, tous les leaders conservateurs depuis John Major ont brillé par leur incapacité à gérer cette crise européenne, recourant à différentes stratégies qui, de l'obsession à l'évacuation de l'enjeu européen en passant par une relative discrétion sur cette question, semblent toutes avoir échoué. La création d'un Parlement écossais et d'une Assemblée galloise, promue par Tony Blair en 1997, aurait pu également avoir de lourdes conséquences sur le sort d'un Parti conservateur qui persiste à faire l'éloge de l'unionisme, malgré l'impact de la dévolution sur la configuration actuelle du Royaume-Uni. Mais contre toute attente, explique Edwige Camp, ce parti, qui était depuis longtemps en position de faiblesse dans les nations périphériques du Royaume-Uni, notamment en Écosse, semble avoir retrouvé une représentation minimale au Parlement écossais, malgré les divisions persistantes sur de nombreux enjeux. Il semblerait que le déclin du Parti travailliste dans ces régions, associé à une percée des partis nationalistes, permette d'expliquer ce succès tout relatif.

4 Certains facteurs explicatifs de la crise conservatrice demeurent toutefois résolument structurels et résident dans l'évolution à la fois idéologique et organisationnelle du parti. Andrew Gamble montre comment ce déclin idéologique repose sur l'érosion progressive, depuis 1992, des cinq piliers constitutifs de l'hégémonie conservatrice : l'Union, l'Empire, les services publics, la propriété et l'aide sociale. Agnès Alexandre-Collier analyse l'incapacité organisationnelle du parti conservateur à sortir du carcan élitiste de « parti de notables » pour s'efforcer de redevenir un « parti attrape-tout », puisque ses tentatives de démocratisation interne ont été généralement contrecarrées par un discours de plus en plus néo-libéral, nationaliste et sécuritaire, du moins jusqu'en 2005. Toujours sur le plan de l'organisation partisane, Caroline Lebon et Sarah Pickard observent que les efforts indéniables du parti pour attirer un électorat jeune et féminin, et apparaître ainsi plus en phase avec la structure démographique de la société britannique, sont restés vains, en raison, notamment, de l'ancrage persistant d'un militantisme traditionnellement masculin et sexagénaire.

5 En dépit d'analyses parfois divergentes mais toujours complémentaires, la question qui se retrouve sur toutes les lèvres est celle de l'espoir que pourrait représenter David Cameron. Tous s'accordent à constater que le nouveau dirigeant déploie d'incontestables efforts pour moderniser le parti. Nicholas Sowels, qui s'interroge sur la politique économique du parti, observe néanmoins que cette initiative n'est pas dénuée de contradictions : si certaines déclarations du nouveau leader s'éloignent diamétralement du néo-libéralisme thatchérien, d'autres engagements vont délibérément dans le sens de la déréglementation et d'une gestion décentralisée des services publics qui permettraient d'alléger les dépenses publiques et, à terme, de réduire les impôts et de renforcer la compétitivité économique. Ce paradoxe, comme d'autres, semblent être au coeur de la controverse actuelle sur la crédibilité de David Cameron. Jean-Philippe Fons, dans son examen des politiques sociales préconisées, souligne que la nouvelle voie du Parti, modernisée et soucieuse d’afficher davantage de compassion, demeure toutefois fermement ancrée dans la tradition Tory et constitue un renouvellement somme toute modeste dans ce domaine.

6 Pour Vernon Bogdanor, les efforts de modernisation ne dépasseront pas le cadre de la simple déclaration d'intention si le parti ne s'emploie pas parallèlement à redonner un sens au mot « Conservatisme » et à accepter que le changement, initié par la révolution thatchérienne, fait désormais partie intégrante de sa philosophie. Pour Andrew Gamble et Agnès Alexandre-Collier, les initiatives de David Cameron pourraient ne pas être seulement rhétoriques. Au risque d'affronter la colère des représentants de la droite du parti, le nouveau leader s'emploie méthodiquement à s'affranchir de l'héritage thatchérien en vantant désormais les vertus du « libéralisme social » et du multiculturalisme. Cette stratégie pourrait bien finir par être payante auprès des femmes et des jeunes, aux dires de Caroline Lebon et de Sarah Pickard, mais elle pourrait lui être fatale si, comme semble le craindre Karine Tournier Sol, le parti persiste à s'enfoncer dans une europhobie qu'il estime nécessaire pour récupérer les voix des électeurs du United Kingdom Independence Party, groupuscule populiste et nationaliste qui semble gagner du terrain, du moins aux élections européennes.

7 Après quatre défaites successives puis trois de leurs leaders privés de l’accès au titre de Premier ministre, il aura fallu aux Travaillistes, pour revenir au pouvoir, qu’ils se dotent d’un leader jeune et soucieux de moderniser son parti en se rapprochant des politiques menées par l'opposition. A leur tour, les Conservateurs ont, depuis 1997, déjà remplacé trois leaders et connu trois défaites d’affilée. David Cameron sera-t-il le Tony Blair des Conservateurs ? Cet ouvrage ne prétend pas répondre à la question mais il fournit sans doute les principaux éléments nécessaires pour comprendre la réponse que l’électorat britannique y apportera et en évaluer les conséquences.

Haut de page

Notes

1  Voir l’article sur les théories du consensus appliquées aux Travaillistes et Conservateurs et leur critique : Kerr P., « Cameron Chameleon and the Current State of Britain’s ‘Consensus’ », Parliamentary Affairs, vol. 60, n° 1, 2007, 46-65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Alexandre-Collier et Bernard d’Hellencourt, « Avant-propos », Observatoire de la société britannique, 4 | 2007, 11-14.

Référence électronique

Agnès Alexandre-Collier et Bernard d’Hellencourt, « Avant-propos », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/338

Haut de page

Auteurs

Agnès Alexandre-Collier

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Dijon

Articles du même auteur

Bernard d’Hellencourt

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org