Navigation – Plan du site

La démocratisation interne du Parti conservateur ou comment (re)devenir un « parti attrape-tout »

Agnès Alexandre-Collier
p. 35-47

Résumé

Longtemps considéré comme un « parti de cadres », le Parti conservateur semble progressivement évoluer vers une structure moins centralisée plus proche de la structure d’un parti « attrape-tout » dont la formation se caractérise en premier lieu par la démocratisation de l’organisation partisane puis par la recherche de la variété doctrinale. Si depuis 1997, on constate au sein de l’organisation partisane une volonté réelle de franchir cette première étape en démocratisant les pratiques internes, le processus a été simultanément ralenti par le changement intempestif de leaders dont certains ont favorisé au contraire une droitisation de l’idéologie partisane, choix qui s’est avéré incompatible avec la stratégie organisationnelle d’ouverture et de recherche du compromis. Il semblerait toutefois que depuis l’élection de David Cameron à la tête du parti le 6 décembre 2005, le Parti conservateur subirait actuellement une étape de modernisation idéologique qui pourrait l’aider à parachever sa transformation complète en « parti attrape-tout ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Duverger M., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1976, 572 p.
  • 2  Charlot J., Le phénomène gaulliste, Paris, Fayard, 1970, 63-65.

1 Pour reprendre la typologie bien connue de Maurice Duverger1, le Parti conservateur britannique a longtemps été considéré comme une sorte d’idéal-type du « parti de cadres », dominé par l’élite dirigeante. Jusqu’à une période assez récente, son leader émergeait du « cercle magique » à l’issue de réunions informelles rassemblant une oligarchie composée de personnalités élues ou non élues, qui exerçaient une influence considérable au sein des conseils du parti. Désormais élu depuis 1965, ce leader concentre toujours l’essentiel des pouvoirs entre ses mains. Ceci constitue sans doute un obstacle majeur à l’évolution de l’organisation partisane vers une structure « attrape-tout », qui demeure un véritable gage de victoire électorale en l’absence d’un leader suffisamment charismatique pour attirer les soutiens au-delà de l’électorat traditionnel. L’évolution en « parti attrape-tout » (catch-all party) selon l’expression d’Otto Kirchheimer, ou « parti d’électeurs » selon celle de Jean Charlot2, se caractérise par une double stratégie, qui constitue deux étapes simultanées ou successives : d’une part, la démocratisation de l’organisation partisane et d’autre part, la variété doctrinale, dont l’objectif est de ratisser le plus large possible dans toutes les couches de la société.

  • 3  Charlot J., Ibid.

2 Pour Jean Charlot, « le parti d’électeurs récuse le dogmatisme idéologique qui en ferait une Église, voire une chapelle. Il se contente d’un fonds commun de valeurs assez large pour réunir autour de lui un maximum de supporters. Dans ce sens, l’idée nationale, à droite, l’idée d’égalité sociale, à gauche, sont les meilleurs fondements d’un tel parti. L’exemple du conservatisme et du travaillisme en Grande-Bretagne illustre assez bien ce fait »3. Or si cette définition a pu prévaloir pour le Parti conservateur pendant la période dite du consensus d’après-guerre, pendant laquelle conservatisme et travaillisme ont convergé autour d’un certain nombre de grands principes, il semble que la période thatchérienne et a fortiori les années 1990 ont donné l’apparence d’un parti qui s’est nettement radicalisé, d’abord centré sur une idéologie, celle de la Nouvelle Droite, puis sur un enjeu, non plus l’idée nationale, comme le déclarait Jean Charlot, mais la défense opiniâtre des intérêts nationaux, pour ne pas dire le nationalisme. En observant le Parti conservateur britannique depuis 1997, on est en effet immédiatement frappé par sa tendance suicidaire à se marginaliser en apparaissant, aux yeux de l’opinion, comme un parti obsessionnel, voire extrémiste, et incapable de se trouver un dirigeant digne de ce nom. Or si on l’examine de plus près, on constate que les apparences sont trompeuses et qu’au sein de l’organisation partisane est apparue une volonté réelle mais sans doute inaboutie de démocratiser les pratiques. Dans l’opposition depuis neuf ans, l’organisation partisane évolue en effet, lentement mais sûrement, vers une structure moins centralisée, visant à mieux encadrer le noyau de son électorat et à donner plus de pouvoir à ses adhérents. Cette volonté de démocratisation pourrait être perçue comme la première étape d’une évolution bénéfique vers un « parti attrape-tout », mais ce processus a été ralenti depuis 1997 par le changement intempestif de leaders dont certains ont favorisé au contraire une droitisation de l’idéologie partisane. Ce choix s’est avéré incompatible avec la stratégie organisationnelle d’ouverture nécessitant au contraire de favoriser la variété doctrinale et la recherche du compromis. On serait tenté de penser toutefois, qu’avec l’élection de David Cameron à la tête du parti le 6 décembre 2005, le Parti conservateur subirait actuellement cette deuxième étape de modernisation idéologique qui pourrait l’aider à parachever sa transformation complète en « parti attrape-tout ».

Une structure plutôt autocratique

  • 4  Duverger M., op. cit., 123.

3 En réalité, les partis de droite en général et les partis conservateurs en particulier ont longtemps été exclusivement et abusivement assimilés à des partis de cadres ou de notables – pour reprendre la typologie de Maurice Duverger – c’est-à-dire créés par des élites bourgeoises et aristocratiques issues du parlementarisme naissant, à l’inverse des partis de masse qui puisent leurs racines dans la société civile. Dès le début du XIXe siècle, ces partis de notables se caractérisaient par une structure très peu centralisée et formalisée reposant sur la recherche de soutiens essentiellement qualitatifs comme la notoriété et le prestige que leur apporteraient la bourgeoisie et l’aristocratie, et non quantitatifs comme le recrutement massif de nouveaux adhérents. Dès lors, les militants ont, à cette époque, rarement constitué pour ces partis une ressource essentielle dont ils tiraient leur légitimité. Parallèlement, l’électorat est apparu avec l’extension du suffrage universel comme une ressource non négligeable au moment des échéances électorales mais dont le pouvoir d’initiative s’amenuisait considérablement une fois le parti élu. « L’avènement du suffrage universel, explique Maurice Duverger, n’a pas entraîné du premier coup l’avènement de partis de masse véritables. Les partis de cadres ont simplement essayé d’assouplir leur structure, en feignant de s’ouvrir aux masses »4.

  • 5  Faucher F., La « démocratisation » des conservateurs britanniques ?, Projet majeur du CEVIPOF sur (...)
  • 6  Charlot J., Le phénomène gaulliste, op. cit., 63-65.

4 Dans une certaine mesure, le Parti conservateur britannique, d’essence exclusivement parlementaire, caractérise parfaitement ce type de parti. Reprenant la théorie génétique d’Angelo Panebianco qui insiste sur l’origine parlementaire des organisations privilégiant l’autonomie des dirigeants et des élus sur la participation des militants et des électeurs, Florence Faucher montre ainsi comment le Parti conservateur s’illustre par une conception singulière de la démocratie : une « démocratie du consentement », pour reprendre l’expression de Samuel Beer, qui donne aux électeurs un pouvoir de contrôle mais pas d’initiative5. Parallèlement, la recherche de la démocratie interne au sein de l’organisation partisane ne constitue pas une priorité et la transition vers un « parti d’électeurs » qui, lui, explique Jean Charlot, « admet pleinement la démocratie de masses, la solidarité de groupe et récuse l’individualisme »6, peut donc constituer un véritable défi.

  • 7  Rose R., The Problem of Party Government, London, Macmillan, 1974, 154.

5 Cette tradition, inhérente à l’organisation interne du Parti conservateur, explique beaucoup l’importance accordée au leader et non aux adhérents dans les procédures de décision interne. En 1976, Richard Rose comparait le leader conservateur à un monarque entouré d’une cour de conseillers personnels mais en réalité, seul et unique maître à bord7, une vision largement entérinée par certains des membres les plus éminents du Central Office qui déclaraient en 1989 :

  • 8  Charter News, Beckenham, September 1989. Cité par : Garner R. & Kelly R., British Political Partie (...)

Power in the Conservative Party is still excessively centralised and dominated by one person…We place enormous trust in that one person. We place huge responsibilities on that person – to run the government when we are in power, to choose the members of the government, to be the sole author of party policy and to be in ultimate control of the party’s central organisation and its resources. Hardly surprising that we tend to glorify that person…it [the party organisation] is not only undemocratic, it is feudal8.

  • 9  « [It is the function of Conservative Central Office] to guide, inspire and co-ordinate the work o (...)

6L’exemple le plus flagrant est celui de Margaret Thatcher, dont le style autocratique reste emblématique de cette race de leaders qui, dans la lignée de Winston Churchill, ont réussi à établir un contrôle absolu sur les affaires internes du parti et, une fois le pouvoir acquis, sur les décisions politiques du gouvernement. Même lorsque, à cette époque, s’est manifestée une volonté farouche de devenir un « parti attrape-tout », visant essentiellement les classes moyennes dont Margaret Thatcher se targuait d’être la digne représentante, ces adhérents ont été perçus comme une ressource à entretenir sur le plan quantitatif mais dont le rôle ne devait pas empiéter sur celui des instances dirigeantes. La division traditionnelle entre le groupe parlementaire regroupant les députés, la National Union rassemblant les associations militantes et l’appareil partisan du Central Office, a longtemps illustré ce cloisonnement des fonctions. Compte tenu des nombreux verrous existant au sein de l’armature partisane, on comprend que le parti ait attendu si longtemps pour entreprendre sa rénovation. Car depuis les réformes introduites par la Commission Maxwell-Fyfe9 de 1948-49 sur relations entre le centre et les associations locales, aucune réforme interne n’a été envisagée avant les années 1990, c’est-à-dire au moment où le Parti conservateur de John Major, alors en perte de vitesse après la démission de Margaret Thatcher, cherchait un second souffle.

Démocratiser la participation militante

  • 10  Conservative Central Office, One Party : Reforming the Conservative Party organisation, Review Rep (...)

7 Dès 1993, le successeur de Margaret Thatcher, John Major, avait exprimé le besoin de réformer l’organisation partisane. Le Président du parti, Norman Fowler, qui fut officiellement chargé de cette tâche, déclara : « there is a general recognition in the Party that our organisation must once again change so that we can forward our record successfully in the future »10. Mais empêtré dans ses divisions internes et miné par les scandales et l’usure du pouvoir, le parti n’eut pas le temps de mettre en œuvre une réforme aboutie. John Major se contenta toutefois d’en poser les jalons en créant des policy groups au sein desquels toutes les sections du parti devaient être représentées, afin d’examiner les différents enjeux politiques qui seraient défendus par le parti à l’avenir. Il s’agissait là d’une réforme audacieuse car le rôle des militants se cantonnait jusqu’alors à sélectionner les candidats qui eux, allaient exercer un véritable pouvoir décisionnaire dans le choix de ces politiques. En règle générale, toute l’organisation interne du Parti conservateur est traditionnellement caractérisée par une culture de la déférence des militants et des élus, habitués à suivre scrupuleusement les consignes de vote des dirigeants du parti. Mais dans les années Major, l’augmentation massive de rébellions parlementaires audacieuses autour de sujets très sensibles comme l’intégration européenne sur lesquels le Premier Ministre engageait sa légitimité, a peut-être incité les adhérents à revendiquer une meilleure prise en compte de leurs opinions et de leurs souhaits. Toutefois, la vaste consultation, que John Major avait fini par leur concéder, mit deux ans à se concrétiser puisque le Premier ministre n’en dévoila les premiers résultats que lors du Congrès annuel d’octobre 1995. Mais déjà, la perspective des prochaines élections générales et la préparation de la campagne balayèrent le projet d’une profonde restructuration de l’organisation partisane.

8 La défaite électorale de 1997 précipita cette nécessité et le nouveau leader, William Hague, ancien consultant formé à la gestion d’entreprise, se présenta immédiatement, sous l’influence de Robin Hodgson, le nouveau président de la National Union, comme l’instigateur de la rénovation à la fois organisationnelle et idéologique du parti. Il décida qu’Archie Norman, le nouveau vice-président du parti, doté d’une solide expérience dans les affaires mais tout juste élu député de Tunbridge Wells, en serait l’architecte, malgré l’hostilité des ténors du parti soucieux du coût éventuel de la réforme et des réactions qu’elle pourrait engendrer auprès des adhérents. Cette nouvelle équipe dirigeante, jeune et issue des milieux d’affaires, permit à William Hague, lui-même âgé de 36 ans, d’entreprendre de dynamiser l’image d’un parti divisé et vieillissant en se concentrant essentiellement sur la base militante. Son objectif était double : favoriser la participation des militants aux processus de décisions en démocratisant les procédures internes et organiser de vastes campagnes d’adhésion pour recruter de nouveaux membres.

  • 11  Butler D. & Kavanagh D., The British General Election of 2001, London, Palgrave, 2002, 42.
  • 12  Olson M., Logique de l'action collective, Paris PUF, collection sociologies, 1978, 199 p.
  • 13  Faucher F., op. cit., 11.

9 La réalisation du premier objectif commença au sein même de l’organisation partisane, dès le 23 juillet 1997, soit quelques jours après l’élection de William Hague à la tête du parti. Lors d’un discours au Central Office, celui-ci énonça en effet six principes qui allaient présider à la réforme de l’organisation partisane : l’unité, la démocratie, la participation, la décentralisation l’intégrité et l’ouverture. Le document de travail, Our Party, A Blueprint for Change sur lequel le leadership allait s’appuyer fit l’objet d’une vaste consultation auprès des militants. 22 exemplaires de ce document et 150 000 fiches résumés furent distribués. Un questionnaire détaillé fut adressé à chaque association locale par le Central Office et 418 d’entre elles y répondirent, tandis que plus de 3000 adhérents participèrent à 26 réunions consultatives dans tout le pays. Cette consultation fut largement suivie par la base militante qui réagit en adressant un total de 12000 lettres pour faire leur bilan de leurs réactions. Si l’aspect révolutionnaire de cette réforme fut souligné de manière parfois excessive - même s’il s’agissait sans doute, pour reprendre le commentaire de David Butler, de la réforme la plus audacieuse depuis celles de Maxwell-Fyfe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale11 -, il semblait indéniable que les progrès annoncés constituaient un changement majeur pour les militants. Parmi ces progrès, trois mesures retiennent particulièrement l’attention. La première (« unity ») a consisté à mettre un terme à la division traditionnelle entre les trois organes précédemment cités : le groupe parlementaire, la National Union et le Central Office, au profit d’une direction plus démocratique, qui s’appuie sur les adhérents puisque le nouveau Bureau (Board) reste dirigé par le président du parti, nommé par le dirigeant, mais est désormais secondé par le président de la National Union. Par ailleurs, le Bureau, dont six membres sont nommés et neuf élus par les adhérents, se réunit au minimum six fois par an et dispose de pouvoirs renforcés quant à la gestion et l’administration du parti. La seconde mesure (baptisée « democracy ») a considérablement étendu la pratique de la consultation interne des adhérents qui bénéficient désormais d’un rôle accru dans le processus décisionnel. Sur le modèle du principe One Member One Vote appliqué au sein du parti travailliste, chaque membre cotisant dispose désormais d’une voix pour l’élection du leader puisque ce sont les adhérents qui départagent en dernier ressort les deux candidats retenus par le groupe parlementaire. Les adhérents votent aussi pour sélectionner les candidats à Westminster, à Strasbourg et à la mairie de Londres. Par ailleurs, la pratique du référendum interne, que William Hague voulait systématiser, s’est en effet développée : en septembre 1997, les adhérents ont été invités à valider son élection. En février 1998, 80 % ont approuvé les réformes structurelles au sein du parti. Le 5 octobre de la même année, 84,4 % d’entre eux ont approuvé la ligne officielle d’opposition à l’euro et à l’automne 2000, le programme pour les élections de 2001, sur lesquels les militants n’avaient jusqu’à présent presque aucun droit de regard, fut soumis à leur approbation. C’est pour faire face à cette pratique systématique de consultation interne que fut créé un fichier national, malgré l’hostilité des présidents d’associations locales, méfiants à l’égard d’une ingérence jugée excessive du Central Office. Un nouveau service, le Membership and Marketing Department fut créé dans ce sens et le fichier central permit également de créer un nouveau magazine Heartland pour mieux diffuser l’information à ses membres. Florence Faucher souligne bien les stratégies proprement commerciales, véritables rétributions matérielles pour reprendre l’expression du sociologue Mancur Olson12, mises en œuvre pour séduire les adhérents : campagnes promotionnelles et prix réduits sur des assurances automobiles, des voyages et autres produits ou récompenses des adhérents les plus généreux13. Troisième mesure : l’élaboration d’un espace de dialogue et d’écoute des militants pour favoriser leur implication au sein du parti. La campagne « Listening to Britain » lancée par Peter Lilley, leader-adjoint, en juillet 1998, en fut l’illustration la plus symbolique mais aussi la plus ponctuelle. Parallèlement, la création du Conservative Policy Forum (CPF), version actualisée du Conservative Political Centre créé en 1945, devait permettre de faciliter les échanges entre les dirigeants et la base, en organisant régulièrement au sein des circonscriptions des débats sur différents sujets notamment dans la perspective du Congrès annuel d’octobre.

  • 14  Lors de sa campagne électorale de 1997, Hague s'était engagé à doubler le nombre d'adhérents dans (...)
  • 15  Seldon A. et Snowdown P., « The Conservative campaign », Parliamentary Affairs, vol. 54, n° 4, oct (...)
  • 16  «Cameron boosts party members by 16, 000», Daily Telegraph, 6 janvier 2006.

10 Le second objectif de cette vaste réforme a été externe, comme nous l’avons évoqué précédemment, puisqu’il s’agissait d’attirer impérativement de nouveaux adhérents. Une vaste campagne de recrutement a été organisée, relayée au sein des circonscriptions par les militants mis à contribution pour tenter de séduire les sympathisants, nouveaux adhérents potentiels. L’inexorable déclin des adhésions enregistré par les partis politiques européens en général et britanniques en particulier a beaucoup affecté le Parti conservateur qui s’est toujours targué d’attirer le plus grand nombre d’adhérents : environ 2,5 millions dans les années 1950, puis 1,2 millions en 1970 pour atteindre moins de 350 000 en 1998. L’équipe dirigeante s’est efforcé d’attirer de nouveaux adhérents, en cherchant à cibler une population négligée par le parti, en particulier les femmes de tous âges et de tous milieux et les jeunes cadres dynamiques14 à travers les Conservative Networks et en faisant valoir les deux principaux bénéfices liés à la réforme structurelle de l’organisation interne, à savoir la consultation et la participation d’un côté, l’élection du leader de l’autre. Ce vaste effort de « modernisation » fut symboliquement poursuivi sous Michael Howard lorsqu’en 2004, le Central Office fut rebaptisé Conservative Campaign Headquarters et installé dans de nouveaux locaux tout près du Palais de Westminster. Mais de nouvelles propositions de réforme émises par le président du parti, Francis Maude, comprenant la fusion d’associations locales moribondes dans des zones urbaines, l’élargissement du nombre d’adhérents et surtout l’abolition du système créé par Hague permettant aux adhérents d’avoir le dernier mot dans l’élection du leader, furent massivement rejetées par les députés conservateurs en juin 200515. En dépit de ces tentatives audacieuses, le nombre d’adhérents a continué à chuter pour atteindre 290 000 adhérents au début de l’année 2006, chiffre tout de même supérieur au nombre d’adhérents travaillistes (200 000) et libéraux-démocrates (70 000) réunis16. En l’absence d’un vivier d’adhérents suffisant, l’électorat traditionnel, et a fortiori flottant – c’est-à-dire constitué de tous les hésitants qui peinent à faire leur choix au moment des élections – constitue l’ultime solution possible pour un parti qui cherche, par tous les moyens, à reconquérir le pouvoir.

Séduire les électeurs flottants

  • 17  Kirchheimer O., « The Transformation of Western European Party Systems » in La Palombara J. et Wei (...)
  • 18  En témoigne le conflit ayant opposé en 2002 le leader, Iain Duncan Smith, et la Présidente du part (...)

11 Iain Duncan Smith et Michael Howard, successeurs de William Hague à la tête du parti respectivement élus en 2001 et 2003, ont eu tendance à négliger l’organisation interne pour se concentrer essentiellement sur l’agenda électoral, en accélérant la droitisation idéologique du parti pour tenter de pallier les divergences intrapartisanes. En revanche, comme nous venons de le voir, William Hague et, dans une moindre mesure, David Cameron ont respectivement privilégié la base militante et surtout électorale du parti pour contribuer à le faire évoluer vers une structure plus englobante et plus conforme à celle du « parti attrape-tout » qu’il a clairement cessé d’être dès le début des années 1990. Car explique Otto Kirchheimer à propos de ce type de parti, « s’il ne peut espérer capter toutes les catégories d’électeurs, il peut s’attendre, raisonnablement à attirer davantage d’électeurs dans les catégories dont les intérêts ne sont pas fondamentalement opposés »17. Même s’il est sans doute trop tôt pour se prononcer sur la stratégie du nouveau leader, David Cameron, il semblerait toutefois qu’à l’instar de William Hague, sa volonté de diversifier les principes et de moderniser les valeurs du parti pour recruter des électeurs dans toutes les couches de la société, y compris chez les minorités (sexuelles ou ethniques notamment) jusque là délaissées par les dirigeants du parti18, puisse porter ses fruits.

  • 19  En témoigne son vote en 1994 pour faire baisser à 16 ans l'âge légal pour avoir des relations homo (...)
  • 20  En témoigne le débat sur le PACS en France et les divisions qu'il a occasionnées au sein du RPR et (...)
  • 21  Cité par Nadler J.-A., William Hague in his own right, London, Politico's, 2000,  201.

12 William Hague avait déjà esquissé cette stratégie en 1997 en proposant un programme axé sur une plus grande tolérance envers l’homosexualité19 et le multiculturalisme sans pour autant renier une politique résolument sécuritaire, tournée notamment vers les demandeurs d’asile. Toutefois, cette incursion inattendue du libéralisme culturel dans les principes conservateurs, sous la pression d’un groupe de députés auto-proclamés « libertaires sociaux » et emmenés par Michael Portillo qui avait avoué à la presse avoir eu autrefois des relations homosexuelles, a aussi été perçue comme une dangereuse dérive populiste. En réalité, il s’agit, à l’échelle européenne, d’une stratégie récente d’adaptation nécessaire aux valeurs dites post-matérialistes de nos sociétés actuelles, que l’on retrouve assez fréquemment dans les partis de droite européens20. Dans le cas conservateur, elle témoigne surtout d’une volonté audacieuse d’apparaître comme un parti attrape-tout résolu à séduire les électeurs a priori les plus réfractaires à ce parti. Au Congrès de Harrogate de mars 2000 Hague déclara : « I will achieve unity by making sure the Conservative Party is a broad and tolerant party in the mainstream. I have no interest in leading a bunch of Blue Trotskyites into the wilderness »21.

  • 22  Glover J., «Cameron urges Tories to back him against right», The Guardian, 28 février 2006.

13Depuis son élection à la tête du parti le 6 décembre dernier, David Cameron a bien compris cette nécessité d’ouverture doctrinale. Dans un document rendu public le 27 février 2006, il n’a pas hésité à renier l’héritage thatchérien en inversant la fameuse expression de l’ancien Premier ministre « there is no such thing as society » et en plaçant la lutte contre la pauvreté au cœur de ses priorités. En affirmant « the right test for our policies is how they help the most disadvantaged in society, not the rich », Cameron se réclame ainsi de la tendance disraélienne d’un conservatisme plus favorable à la cohésion sociale. L’un des trois grands objectifs de Benjamin Disraeli dans son fameux discours de Crystal Palace en 1872 n’était-il pas « d’élever la condition du peuple » (« to elevate the condition of the people ») ? Par ailleurs, le nouveau leader semble également s’intéresser à de nouveaux enjeux jusqu’à présent ignorés par les Conservateurs, comme la protection de l’environnement, appelant, je cite, à « a long-term, cross-party consensus on sustainable development and climate change »22. Cette étonnante combinaison de One Nation Toryism et de post-matérialisme constitue l’ingrédient principal de ce nouveau conservatisme et peut-être la recette de son futur succès.

  • 23  Roberts B., « Exclusive: Cameron is new Thatcher », The Mirror, 31 January 2006, http ://www.mirro (...)
  • 24  Pour plus de détails, voir : Seldon A. et Snowdown P., Parliamentary Affairs, op. cit., 739.

14 Mais la recherche du compromis et la captation d’un plus large électorat, qui passent par un effort pour se positionner au centre, fait sourire bon nombre d’observateurs, y compris au sein même du Parti conservateur. Interviewé sur BBC Radio 4 le 30 janvier, le président du parti, Norman Tebbit, qui n’hésita pas à comparer David Cameron à un Pol Pot décidé à purger la mémoire même du Thatchérisme, déclara : « The centre ground has always been a morass. If all the parties mill around in the centre ground and the elector feels it doesn’t matter which one he votes for he will probably stay at home. (…) We have about 18 million people that don’t vote and that is close to the total number who vote Conservative and Labour together. That is dangerous »23. Cette stratégie centriste continue à être une source de divisions au sein du Parti conservateur entre les thatchériens qui appellent à un retour aux « principes essentiels » et ceux, comme Malcolm Rifkind, Ken Clarke, Alan Maude ou encore l’ancien Premier Ministre John Major, qui soutiennent l’initiative du nouveau leader24.

  • 25  Kirchheimer O., « The Transformation of Western European Party Systems », op. cit.

15 La transition vers un « parti attrape-tout » requiert, de la part d’un parti qui a perdu le pouvoir et cherche à le reconquérir, à la fois un long cheminement introspectif et la recherche de la meilleure opportunité possible. En sombrant dans l’opposition en 1997, le Parti conservateur s’est longtemps mépris sur les raisons de sa situation, en croyant en effet que ses divisions internes n’étaient qu’une situation provisoire ou que la victoire du New Labour était le fruit du hasard. C’est précisément ce qu’Otto Kirchheimer analysait avec une clairvoyance déconcertante lorsqu’il écrivait en 1966 : « La conversion en partis attrape-tout constitue un phénomène de concurrence. Un parti est apte à s’adapter au style plus efficace de ses rivaux dans l’espoir de bénéfices ou la crainte de pertes électorales. Inversement, plus un parti se convainc de ce que les bons résultats électoraux sont dus à des circonstances purement fortuites et que sa capacité à surmonter ses dissensions internes est un phénomène temporaire, plus petite sera sa chance de transformation et, partant, plus forte sera son inclination à se reposer sur sa clientèle, fidèle mais limitée »25. Quant au Parti conservateur, il lui aura donc fallu attendre plusieurs années et des circonstances favorables telles que la baisse de popularité de Tony Blair et l’élection d’un nouveau leader, qui semble incarner un nouvel espoir, pour entreprendre son auto-critique et s’apercevoir que cette stratégie était vouée à l’échec.

Conclusion

16 On définit volontiers les principes idéologiques du Parti conservateur par une grande flexibilité, accrue par le pragmatisme des dirigeants et leur volonté d’adapter leurs idées aux circonstances. Si cette tendance récurrente a pu lui être parfois préjudiciable – lorsque John Stuart Mill qualifiait jadis le Parti conservateur de « stupid party » – elle lui permet également de rebondir en cas d’échec tant qu’il bénéficie d’un mode de scrutin qui lui assure son maintien au sein du bipartisme.

  • 26  Nadler J.-A., op. cit., 196.

17 Comme nous venons de le voir, cette adaptabilité idéologique a un pendant organisationnel : la grande réforme organisationnelle entreprise par William Hague fut motivée par la nécessité impérieuse de rationaliser la machine partisane et d’accroître son efficacité dans une perspective de reconquête du pouvoir, et non par une volonté philanthropique d’accorder plus de voix aux adhérents. Il s’agissait clairement, selon la biographe de William Hague, d’une stratégie plébiscitaire destinée finalement à asseoir son autorité : « Selling the reform, écrit-elle, as a democratising move was also a brilliant way of invoking the rights of the members to outflank intransigent MPs while actually strengthening the role of leader »26. Cette instrumentalisation de la participation militante ne trompe personne puisque, comme nous l’avons vu, les adhésions au parti ne cessent de diminuer depuis 1997 mais elle a permis à Hague d’introduire dans l’organisation partisane deux notions qui jusqu’à présent lui étaient peu familières : celles de démocratie interne et de participation militante.

18 De la même manière, David Cameron semble appliquer aux électeurs une stratégie équivalente de séduction. Une fois acquise la démocratisation de l’organisation partisane, la modernisation et, en l’occurrence, la modération des principes et des valeurs - avec l’élaboration d’un « Compassionate Conservatism » qui cible essentiellement les classes moyennes - pourrait s’avérer payante. Car après tout, pourquoi cette stratégie, si bénéfique au parti travailliste en 1997, ne pourrait-elle pas également porter ses fruits chez les Conservateurs ?

Haut de page

Notes

1  Duverger M., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1976, 572 p.

2  Charlot J., Le phénomène gaulliste, Paris, Fayard, 1970, 63-65.

3  Charlot J., Ibid.

4  Duverger M., op. cit., 123.

5  Faucher F., La « démocratisation » des conservateurs britanniques ?, Projet majeur du CEVIPOF sur la démocratisation des partis de droite, 2.

6  Charlot J., Le phénomène gaulliste, op. cit., 63-65.

7  Rose R., The Problem of Party Government, London, Macmillan, 1974, 154.

8  Charter News, Beckenham, September 1989. Cité par : Garner R. & Kelly R., British Political Parties Today, Manchester, University Press, 1993, 100.

9  « [It is the function of Conservative Central Office] to guide, inspire and co-ordinate the work of the party throughout the country, to advise and assist Constituency Associations and Area Councils and to provide such services as can best be organised centrally », Maxwell-Fyfe Report, 1948.

10  Conservative Central Office, One Party : Reforming the Conservative Party organisation, Review Report, London, February 1993, Introduction.

11  Butler D. & Kavanagh D., The British General Election of 2001, London, Palgrave, 2002, 42.

12  Olson M., Logique de l'action collective, Paris PUF, collection sociologies, 1978, 199 p.

13  Faucher F., op. cit., 11.

14  Lors de sa campagne électorale de 1997, Hague s'était engagé à doubler le nombre d'adhérents dans les deux ans et à faire en sorte que 50% d'entre eux soient plus jeunes que lui, alors âgé de 36 ans.

15  Seldon A. et Snowdown P., « The Conservative campaign », Parliamentary Affairs, vol. 54, n° 4, octobre 2005, 738.

16  «Cameron boosts party members by 16, 000», Daily Telegraph, 6 janvier 2006.

17  Kirchheimer O., « The Transformation of Western European Party Systems » in La Palombara J. et Weiner M., Political Parties and Political Development, Princeton, University Press, 1966, 184-188. Traduit par Charlot M. et J. et cite par Charlot J., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1971, 214.

18  En témoigne le conflit ayant opposé en 2002 le leader, Iain Duncan Smith, et la Présidente du parti, Teresa May qui avait déclaré qu'il était urgent de recruter des candidats aux milieux sociaux et aux origines ethniques variées. En décembre 2005, David Cameron a annoncé que les partis locaux devraient désormais sélectionner en priorité leurs candidats à partir d'une liste priorité uniquement composée de femmes et de candidates issus des minorités ethniques.

19  En témoigne son vote en 1994 pour faire baisser à 16 ans l'âge légal pour avoir des relations homosexuelles consentantes.

20  En témoigne le débat sur le PACS en France et les divisions qu'il a occasionnées au sein du RPR et de l'UDF. Pour plus de détails, voir Alexandre-Collier A. et Jardin X., Anatomie des droites européennes, Paris, Armand Colin, 2004, 264 p.

21  Cité par Nadler J.-A., William Hague in his own right, London, Politico's, 2000,  201.

22  Glover J., «Cameron urges Tories to back him against right», The Guardian, 28 février 2006.

23  Roberts B., « Exclusive: Cameron is new Thatcher », The Mirror, 31 January 2006, http ://www.mirror.co.uk

24  Pour plus de détails, voir : Seldon A. et Snowdown P., Parliamentary Affairs, op. cit., 739.

25  Kirchheimer O., « The Transformation of Western European Party Systems », op. cit.

26  Nadler J.-A., op. cit., 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Alexandre-Collier, « La démocratisation interne du Parti conservateur ou comment (re)devenir un « parti attrape-tout » », Observatoire de la société britannique, 4 | 2007, 35-47.

Référence électronique

Agnès Alexandre-Collier, « La démocratisation interne du Parti conservateur ou comment (re)devenir un « parti attrape-tout » », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/347 ; DOI : 10.4000/osb.347

Haut de page

Auteur

Agnès Alexandre-Collier

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org