Navigation – Plan du site

La représentation des femmes dans le Parti conservateur depuis 1997 : sélections et élections, candidates et élues

Caroline Lebon
p. 49-73

Résumé

En remportant les élections législatives de 1997 les Travaillistes marquèrent l’histoire des femmes en politique tout autant que les Conservateurs le firent en élisant la première femme Premier ministre en 1979. L’élection de plus de cent députées travaillistes à ces législatives et le fait que les femmes votèrent pour la première fois plus nombreuses pour le Parti travailliste que pour les conservateurs, ont contraint ces derniers à reconsidérer et à altérer leur culture. A la fois par souci électoraliste - regagner le pouvoir - et démocratique - représenter au mieux la nation - les Tories ont sous chaque leader successif, tenté d’aller vers un positionnement plus affirmé en faveur des femmes, tout en continuant de prôner la méritocratie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 1997, les femmes permirent au Parti travailliste de remporter les élections législatives en étant pour la première fois plus nombreuses à voter pour eux que pour les Conservateurs ; elles ont, depuis, contribué à les maintenir au pouvoir. A ce changement de favoritisme, s’ajouta une amorce de féminisation politique visible et médiatisée ; celle-ci souligna une défaillance dans la représentation du Parti conservateur et illustra de ce fait un paradoxe : si peu de femmes élues alors que la première femme Premier ministre fut conservatrice. Les listes de candidats exclusivement composées de femmes (all-women shortlists), qui furent déboutées en 1996 par le procès Jepson et pourtant grâce auxquelles les Travaillistes élirent plus de cent députées, devinrent des procédés de sélection légaux grâce au vote de la Sex Discrimination (Election Candidates) Act en 2002.

2Cet article se propose de considérer la représentation électorale féminine au sein du parti en regardant les tentatives de changement à la base et en analysant la répartition des élues aux quatre niveaux d’élection – local, régional, national et européen. Dans un premier temps, nous tenterons, ainsi, de retracer les efforts entrepris par le parti pour augmenter ses chances de représentativité ; nous nous concentrons alors sur les initiatives de réformes du mode de sélection des candidats parlementaires. Dans un second temps, nous verrons si leur représentation est homogène ou bien s’il y a une localisation des élues dans certaines institutions ; nous ferons des comparaisons au sein du parti entre les candidats et les élus, entre les hommes et les femmes et enfin avec ses adversaires.

Candidates : tentatives de réforme du mode de sélection sous chaque leader1

  • 1  Concernant les articles cités dans cette partie, nous avons utilisé la base de données LexisNexis. (...)

3Pour pouvoir se présenter à une élection de Westminster, les aspirants candidats doivent franchir deux étapes constitutives du mode de sélection du parti. Dans un premier temps, il leur faut se qualifier sur la liste nationale des candidats présélectionnés (Approved list) dont le mode de recrutement est centralisé et incombe aux quartiers généraux du Parti, Central Office/Conservative Campaign Headquarters. Dans un second temps, les candidats présélectionnés doivent postuler auprès des associations de circonscription dont le siège est ouvert et doivent ensuite parvenir à se faire sélectionner sur la liste des candidats parlementaires (Prospective Parliamentary Candidate, PPC) ; la sélection finale est décentralisée et revient aux représentants des associations de circonscription.

William Hague

  • 2  Conservative Party. Blueprint for Change, Conservative Central Office, Londres, 1997, 28 : ‘Provid (...)
  • 3  Conservative Party, op.cit., 28 et cf. Buxton, F., Equal Balance, Bow Group, Londres, 32.
  • 4  Conservative Party. « Fresh Future » Reform Document, Conservative Central Office, Londres, 1998, (...)
  • 5  Squires, J., Wickham-Jones, M., Women in Parliament: A Comparative Analysis. Equal Opportunities C (...)

4A partir de 1997, le discours des conservateurs concernant les femmes semble s’être d’une manière enrichi grâce, probablement, à l'initiative travailliste d'élire plus de cent femmes au Parlement britannique. Dans le projet de réformes du parti, Blueprint for Change, commandé par le leadership, ‘fournir un nombre représentatif de femmes candidates est un test d’efficacité de [leur] organisation’ et il leur semble que cela soit « peu probable d’y parvenir à moins que des mesures ne soient prises à tous les niveaux ».2 Les premières tentatives de William Hague se retrouvent dans ce document ; il proposait alors que 25 % des postulants interviewés par les circonscriptions soient des femmes.3 Dans une autre publication, qui se fonde sur ce premier document, et qui a servi de base pour les réformes internes et structurelles du parti entreprises dès 1998, cette proposition n’a pas été bien considérée par la base militante. Elle a en effet été rejetée assez massivement : un sondage, mené auprès de 580 associations de circonscriptions, – 418 ayant répondu –, montrait que plus de 65 % d’entre elles étaient contre cette recommandation4. Elle fut également rejetée par le conseil central du parti en mars 1998, le conseil central étant le conseil d’administration de l’Union Nationale du parti, soit sa branche militante.5

  • 6  Ces publications ne représentaient pas une vue officielle du parti, mais fonctionnaient comme reco (...)
  • 7  Keswick, T., Pockley, R., Guillaume, A. op.cit., ii.

5Par la suite,certains Conservateurs se mirent à dénoncer leur parti et à appeler à l’action, sans pour autant défendre la discrimination positive et sa mise en pratique. Une certaine forme d’action était préconisée et appelait à changer de culture et à réformer à l’intérieur du parti. Deux publications par des groupes de réflexion conservateurs allaient dans ce sens.6 Fiona Buxton, dans Equal Balance, bien que décrivant le Parti conservateur comme étant une organisation à large prédominance masculine, restait totalement opposée à la discrimination positive ; elle accentuait, en revanche, la nécessité pour le parti de recruter des jeunes femmes, ceci afin d’obtenir un plus grand choix de candidates à l’avenir. Tessa Keswick, dans Conservative Women, recommandait, quant-à elle, qu’une ‘nouvelle stratégie basée sur la pleine et équitable participation des femmes’ soit soutenue par le leader et son équipe ministérielle, et, finalement, qu’un certain nombre d’objectifs soient rendus publics et qu’ils fassent l’objet d’un suivi : elle proposait que 30 % des candidats soient des femmes aux législatives de 2001, 40 % aux élections suivantes, et 40 % des postulantes dans chaque circonscription cherchant un candidat.7

  • 8  Communiqué de presse, Theresa May et Andrew Lansley, 25 juillet 2001 : ‘We call on our colleagues (...)

6En juillet 2001, le Parti se dirigea vers une position semi-officielle lorsque deux membres du contre-gouvernement, Theresa May et Andrew Lansley, firent circuler un communiqué de presse dans lequel ils proposaient de changer le système de sélection des candidats. Les deux parlementaires proposaient d’instaurer une liste complémentaire de présélectionnés distincte de la liste principale ; elle serait constituée d’autant d’hommes que de femmes et d’un certain pourcentage de candidats issus de minorités ethniques, lesquels seraient des candidats prioritaires. Ce communiqué appelait par ailleurs l’ensemble du groupe parlementaire à agir.8 Cette initiative restait en suspens alors que Iain Duncan Smith venait d’être élu chef du Parti conservateur en septembre 2001.

Iain Duncan Smith

  • 9  Kite, M., Baldwin, T., Miles, A., ‘Only women can save us, says Duncan Smith’, The Times, 19 janvi (...)
  • 10  Brown, M., My verdict on the Tory Leader? Well, at last he’s keeping silent...; ‘He has ended, at (...)
  • 11  Kite, M., Baldwin, T., Miles, A., ‘Only women can save us, says Duncan Smith’, The Times, 19 janvi (...)
  • 12  Craknell, D., ‘Tory candidates to reflect racial mix of constituencies’, The Times, 3 février 2002 (...)
  • 13  Watt, N., ‘Hague admits error over ethnic minority candidates’, The Guardian, 21 janvier 2002, p.6 (...)
  • 14  Kite, M., Baldwin, T., Miles, A., ‘Only women can save us, says Duncan Smith’, The Times, 19 janvi (...)

7 En janvier 2002, The Times nous apprenait que Iain Duncan Smith s’apprêtait à lancer une campagne pour que le Parti conservateur paraisse plus ‘normal’ en faisant en sorte que, pour les prochaines législatives, des femmes soient davantage sélectionnées dans des circonscriptions acquises (safe seats).9 Le parti n’indiqua pas s’il avait un objectif numérique, mais les officiels concédèrent qu’un nombre conséquent d’entre elles devrait être choisies si le leader voulait corriger l’actuel déséquilibre. David Davis, alors Président du parti, ainsi que Trish Morris et Gillian Shephard, promue Vice-Présidente en charge des candidats au siège du parti fin 2001,10 devaient faire une tournée des associations afin d’encourager celles-ci à choisir des candidats sortant des stéréotypes conservateurs – ceux d’hommes aux costumes rayés (pin-striped Tory males).11 Par ailleurs, un rapport établi par Sir Brian Mawhinney, un ancien Président de parti, émit une série de propositions, favorablement accueillies par Iain Duncan Smith et Gillian Shephard, parmi lesquelles les associations seraient amenées à produire une série d’études sur leur électorat – ils mettraient en exergue la présence des minorités ethniques et la proportion de femmes.12 Dans le même temps, Iain Duncan Smith restait toujours opposé à l’utilisation de quotas,13 une position qui fut critiquée par une figure importante du Parti, Francis Maude, ancien ministre fantôme au Ministère des Affaires Etrangères, pour qui il semblait que, en effet, s’il était dommageable d’intervenir dans le mode de sélection, cela l’était encore plus de ne pas être représentatif d’une société et ainsi de se priver d’un moyen d’y parvenir.14

  • 15  White, N., Watt, N., ‘Tories appoint first chairwoman: Theresa May takes over from Davis in reshuf (...)
  • 16  Pierce, A., ‘Tories’ sister act should keep the men on their toes’, The Times, 9 août 2002, 6.

8L’été 2002 marqua historiquement le parti quand deux femmes furent promues dans des postes qui n’avaient auparavant été tenus que par des hommes. Le leader féminisa le quartier général du Parti en nommant deux députées aux postes de Président et de Vice-Président du Parti. David Davids fut remercié, en partie à cause de son manque d’enthousiasme à vouloir promouvoir les femmes et les personnes issues de minorités ethniques, et Iain Duncan Smith désigna, en juillet, Theresa May15 pour prendre sa relève en tant que Président. Un mois plus tard, il institua de nouveau le poste de Vice-Président du parti, aboli en 1987, pour y nommer Gillian Shephard.16

  • 17  Watt, N., ‘After a year of modernising, here is the new-look Tory party same as the old one: Blow (...)
  • 18  Grice, A., Woolf, M., ‘Conservative Party Conference: selection: leaders pressed to advance women (...)
  • 19  Grice, A., Conservative Party Conference: fringe : leaders are taking into oblivion, say activists (...)
  • 20  Crackwell, D., ‘Hello, voters’, The Sunday Times, 13 octobre 2002, 15.

9A partir de septembre 2002, malgré l'opposition du parti à la discrimination positive, des systèmes incorporant des quotas étaient évoqués si des résultats n’étaient pas suffisamment satisfaisants.17 Andrew Lansley lança un appel en octobre pour proposer que 50 % des candidats présentés pour une sélection par les associations soient des femmes sans pour autant que des candidats particuliers soient imposés aux associations. De son côté, Sir Malcolm Rifkind, bien qu’opposé à un système par quotas, suggéra qu’au moins une femme soit présente sur la shortlist.18 D’autre part, des mesures évoquées en interne par la Présidente du parti suscitèrent certaines critiques. Ainsi, Michael Normington, président du Charter Movement, craignait que ces mesures ne réduisent les droits des associations et rétorquait que la responsabilité incombait au Central Office,allant jusqu’à demander que les hauts responsables du parti soient remerciés pour ne pas avoir réussi à proposer plus de femmes sur la liste traditionnelle des présélectionnés (Approved List).19 Dans le même temps, Iain Duncan Smith faisait rédiger des directives destinées aux associations pour les encourager à choisir des candidats représentatifs de leur région.20

  • 21  Woolf, M., ‘Tories in disarray over female candidates’, The Independent, 23 janvier 2003, 4.

10Le 22 janvier 2003, le quotidien The Independent nous informait que le Parti conservateur, soucieux du nombre limité de femmes se présentant à Westminster, suspendait les sélections de candidats et qu’elles ne reprendraient qu’après les élections locales du mois de mai. Durant ce temps, le parti se proposait de réviser le processus de sélection. Une proposition alors considérée consistait à « jumeler » (twinned) des sièges gagnables avec l’un d’eux revenant à une femme. Theresa May, par ailleurs, se pencha sur les sièges libérés par des députés ne se représentant pas ; même si elle s’opposait alors aux listes composées exclusivement de candidates (all-women shortlists), elle n’exclua pas totalement l’utilisation de quotas suggérant comme éventualité qu’un des trois candidats sur la liste finale pour chaque siège soit une femme.21 En août 2003, la Présidente était critiquée par certains modernisateurs (modernisers) du parti ; ils lui reprochaient d’avoir préféré à la discrimination positive des mesures moins radicales comme l’utilisation d’un système apparenté aux primaires américaines.

Michael Howard

  • 22  Woolf, M., “Tories face call for positive discrimination”. The Independent, 15 janvier 2005, 21.
  • 23  La journaliste, par la même occasion, mentionna que des 50 sièges gagnables ayant sélectionné leur (...)
  • 24  BBC, Radio 4. Woman’s Hour, “What do the Conservatives do to win women’s votes?”, 25 février 2005. (...)

11 En janvier 2005, Michael Howard devait faire face aux vindicatives d’une députée, Julie Kirkbride, qui exhortait le leader à changer les règles de sélection des candidats comme il lui semblait vital, dorénavant, de prendre des mesures de discrimination positive afin d’augmenter le nombre de députées parlementaires.22 Interrogé par Martha Kearney, journaliste de la BBC,23 sur les propos de la députée, Michael Howard exprima clairement, lors du programme Woman’s Hour, son désaccord avec la discrimination positive et réaffirma à la fois la nécessité que les candidates soient choisies sur le critère du mérite et que la démocratie locale opérant au sein du parti dans son mode de sélection des candidats restait un aspect fondamental de leur fonctionnement.24

David Cameron

12 L’élection d’un nouveau chef de parti, fin 2005, donna de nouveau l’occasion aux Conservateurs à la fois de proposer un nouveau système de sélection des candidats parlementaires, la A-List, également nommée Priority list, et de lancer un nouveau groupe de pression et sa campagne, Women2Win, le 23 novembre 200525 ; leur but commun était d’augmenter le nombre de femmes parlementaires. Le plan de réforme de David Cameron s’adressait également aux minorités ethniques et personnes avec des handicaps, tandis que Women2Win était une campagne spécifique destinée aux femmes.

  • 26  Jones, G., ‘Push for more Tory women MPs will be based on merit’, The Daily Telegraph, 12 décembre (...)

13 Dans le cas de la réforme du système de sélection des candidats, David Cameron annonça, pour son plan d’action en cinq points (« five-positive point action » plan), présenté en décembre 2005, que les procédures en cours étaient gelées afin de mettre en place le nouveau système ; il annonça par ailleurs que, d’une part, les candidats seraient toujours choisis selon le principe du mérite, éliminant les listes exclusivement constituées de femmes (all-women short-lists), et que, d’autre part, les associations de circonscription, auxquelles revenait la sélection et le choix final du candidat parlementaire, conserveraient leur autonomie dans cette décision ultime. Le système présentait une liste A (A-List) en plus de la traditionnelle liste des présélectionnés (Approved List) – toutes les deux établies par le Central Office, la première présentait des candidats présélectionnés que le quartier général voulait promouvoir. A cette même époque, le Daily Telegraph indiquait que le Parti conservateur devait gagner 140 sièges s’il voulait être au pouvoir de nouveau et le quotidien estimait que 20 à 30 sièges détenus par les Conservateurs chercheraient à sélectionner de nouveaux candidats.26

  • 27  Branigan, T., ‘Cameron reiterates Tory transformation pledge: Birmingham hosts first shadow cabine (...)

14 Le nouveau système recouvrait deux aspects clés, l’un en amont, l’autre en aval. En amont, le Parti proposait, d’une part, une campagne de recrutement qualifiée de plus professionnelle et, d’autre part, une chasse accrue aux candidats et un programme fondé sur le soutien aux candidats par des mentors. En aval, 100 associations de circonscription, choisies soit parce qu’il s’agissait de sièges tenus par le Parti conservateur, soit parce qu’il s’agissait de sièges visés par celui-ci, étaient fortement encouragées à choisir des candidats à partir d’une liste comptant autant de postulants – elles avaient néanmoins toujours l’option de choisir à partir de la traditionnelle Approved List qui ne comportait pas de pourcentage préétabli ou requis de femmes ; ces associations seraient par ailleurs incitées à inclure, lors du processus de sélection, des personnes n’étant pas membres. Ce nouveau système devait être révisé après trois mois de mise à l’effet ; si les associations visées ne suivaient pas les nouvelles indications, alors ce plan de réforme comporterait des actions plus radicales : il leur serait demandé de créer des commissions communautaires (‘community panels’) pouvant inclure des groupes locaux, des médecins, des policiers, des hommes et femmes d’affaires qui intervieweraient des candidats potentiels et feraient un rapport aux associations ; il serait également envisagé que des militants affiliés au parti, ou tout simplement des électeurs, pas nécessairement conservateurs, puissent voter pour des candidats à partir d’une liste de présélectionnés émise par l’association, fonctionnant ainsi comme des primaires.27

  • 28  BBC, Radio 4. Woman’s Hour. “The Conservative A-List”, 2 juin 2006, http://www.bbc.co.uk/radio4/wo (...)
  • 29  Oakeshott, I., ‘Cameron set to ‘parachute in’ Tory women’, The Sunday Times, 20 août 2006. http:// (...)
  • 30  Hurst, G., ‘Campaign for more women MPs boosted’, The Times, 21 août 2006. http://www.thetimesonli (...)
  • 31  McSmith, A., ‘Cameron hails rise in women candidates’, The Independent, 23 novembre 2006, 26.

15 En juin 2006, Martha Kearney indiqua qu’une enquête menée pour le compte de la BBC montrait que sur 35 associations consultées et sur les 23 ayant répondu, une seule affirmait qu’elle choisirait avec certitude un candidat de la A-List, 18 n’étaient pas certaines qu’elles choisiraient en alternant entre candidats de la A-List et candidats de l’association.28 De même, The Sunday Times indiqua, en août 2006, que, depuis son introduction, de nombreuses associations n’en avaient, semble-t-il, pas tenu compte et que des 22 candidats sélectionnés jusque là, 7 étaient des femmes ; que de 12 sélections résultant de cette liste, 10 associations avaient court-circuité la liste, 9 des 10 candidats choisis à partir d’une autre liste que la A-List étaient des hommes – Londres et la région du Sud Est semblaient être les plus récalcitrants. Dans le même temps, le nombre de candidats sur la liste prioritaire augmentait ainsi que la proportion de femmes, passant de 100 à 150 candidats, 60 % desquels devraient être des femmes.29 David Cameron mettait alors en place, comme cela avait été envisagé, des mesures plus radicales : les membres des associations feraient partie d’un processus de sélection en créant une liste (shortlist) à partir de laquelle un candidat serait choisi et ils procéderaient à un vote pour soutenir un candidat quel que soit le choix final des représentants de l’association ; les membres devraient inclure deux femmes pour chaque shortlist constituée de quatre candidats ; enfin, les associations locales de moins de 300 membres seraient forcées d’utiliser un système de primaires dans lequel n’importe quel électeur pourrait participer au choix du candidat parlementaire.30 Alors que le leadership semblait satisfait des résultats que produisait la A-List, celle-ci paraissait toujours susciter la controverse au sein du parti en fin d’année 2006, non seulement auprès des associations, mais également auprès de figures importantes. Le Conseil du Parti devait en effet discuter d’un article rédigé par trois importants militants qui demandaient que la A-List soit abolie. L’un d’eux expliquait que ce nouveau système permettait aux hommes d’être davantage sélectionnés : comme il leur demandait plus d’efforts, ils en devenaient de meilleurs candidats que les femmes.31 Dans le même article, on apprenait que Anne Widdecombe, députée et ancien ministre fantôme au Ministère de l’Intérieur, exprimait son désaccord avec cette A-List.

  • 32  http://www.women2win.com/support.php
  • 33  Site internet de Women2Win : Set in place a culture change within the party ; Appoint more women (...)
  • 34  L’existence d’un forum est mentionné sur la page Internet ‘Our work’ du site Women2Win, mais ne se (...)

16 Le second aspect de cet élan de réforme était caractérisé par la création d’une nouvelle campagne, Women2Win. Dans leur déclaration, les signataires s’engageaient à augmenter le nombre de femmes parlementaires de trois façons afin de « représenter au mieux la Grande-Bretagne en lui ressemblant davantage ». La première serait de faire campagne pour obtenir plus de nominations pour les femmes dans des fiefs conservateurs ou dans des sièges « gagnables » ; la deuxième serait de pousser à proposer toutes formes de réformes radicales et positives des procédures de sélection des candidats à l’exception de mesures obligatoires du genre des all-women shortlists ; enfin, la troisième serait d’offrir un soutien et des conseils aux femmes désirant entrer au Parlement.32 Afin d’atteindre son but, ce groupe d’élus se fixait quatre priorités : mettre en place un changement de culture à l’intérieur du parti ; nommer plus de femmes dans des postes à responsabilités au sein du parti ; sélectionner plus de candidats femmes dans des sièges détenus par les Conservateurs ou bien dans des sièges cibles ; et développer des politiques à l’attention des femmes et d’une Grande-Bretagne moderne.33 Women2Win cherchait à soutenir les candidates de trois façons principales : leur offrir des mentors, leur proposer des formations et entraînements, et leur fournir des fonds (mentoring, training, funding). L’utilisation d’un forum sur leur site Internet, permettant aux candidates de développer des idées et de faire des propositions politiques, ainsi que d’échanger des conseils et des informations, semblait être l’aspect le plus novateur de cette campagne.34 La majorité de ces mesures, en effet, étaient déjà pratiquées aux différents niveaux de l’organisation du Parti, peut-être plus largement au sein des branches de l’Organisation des femmes conservatrices (CWNC), la création d’un site Internet rendait ces différentes mesures pour le moins plus visibles – le site Internet de l’Organisation des femmes conservatrices (CWNC) a lui aussi un forum, ainsi qu’un blog.

17En définitive, il y a eu beaucoup de tentatives d’action et un changement de cap dans l’attitude naturelle du parti. La nécessité de mener des actions pour accueillir plus de femmes au sein du parti semble être un vrai débat d’actualité et ce depuis 1997. A priori, le souci majeur pour les conservateurs est de reconnaître toute forme d’action positivement discriminatoire publiquement. Il semble dur de mobiliser et de convaincre le parti de soutenir les quelques tentatives d’action parfois officielles, et il apparaît qu’il y a une difficulté pour le leadership et les représentants de la base militante à trouver un consensus. Deux forces s’opposent donc et semblent entraver un mouvement vers l’avant : défendre d’un côté le principe de méritocratie et d’un autre côté celui de démocratie, tous les deux inhérents au mode de fonctionnement du parti. Dans le premier cas, hommes comme femmes au sein du parti peuvent être soit en faveur, soit en défaveur de mesures affirmatives ou positivement discriminatoires. Dans le second cas, c’est une défense farouche du droit des associations à être libres de leur choix et une responsabilité reportée sur le quartier général du parti.

  • 35  Watt, N., ‘Hague admits error over ethnic minority candidates’, The Guardian, 21 janvier 2002, 6.
  • 36  Bennett, R., ‘Theresa May out of favour with Tory inner circle’, The Times, 4 août 2003, 4.

18Enfin, le leader a un rôle crucial dans l'avancée réelle que le Parti pourrait réaliser. Il reste le garant d’un changement radical applicable. En janvier 2002, William Hague admettait que l’une de ses plus grandes erreurs était d’avoir résisté aux pressions l’incitant à prendre des mesures de discrimination positive et de ne pas avoir eu recours à l’action positive pour augmenter le nombre d’élus issus de minorités, qu’il s’agisse de femmes ou bien de candidats issus de minorités ethniques.35 De même, lorsque Theresa May, alors Présidente, fut critiquée par les « modernisateurs » du parti parce que ses mesures n’étaient pas jugées suffisamment radicales, ses supporters arguèrent que sans le soutien plein et entier de Iain Duncan Smith, opposé à la discrimination positive, il semblait difficile de mettre en place des réformes radicales.36

Élues : représentation effective des femmes aux quatre niveaux d’élection37

  • 37  Nous ne sommes pas parvenus à rassembler tous les chiffres nécessaires pour réaliser une comparais (...)

19La période 1997-2005 a vu certains changements dans ses institutions et instances d’élus. Le gouvernement local a été réformé dans les années 90 ; deux nouvelles assemblées ont vu le jour au niveau régional ; la Sex Discrimination (Election Candidates) Act a été votée par le Parlement Britannique faisant des listes de candidats exclusivement composées de femmes (all-women shortlists) des procédés de sélection légaux ; et un nouveau système d’élection a été utilisé pour les élections européennes à partir de 1999.

Niveau local

  • 38  Pour certaines élections et certaines années, certains noms de candidats et d’élus n’ont pu être i (...)
  • 39  Les années d’élection sont les suivantes : English Shire Unitary Authorities : 1997-2006 ; les Met (...)

20 Nous utiliserons les données concernant l’Angleterre qui nous ont été fournies par le Local Government Chronicle Centre de l’Université de Plymouth.38 Nous étudierons les élections locales pour les English Shire Unitary Authorities, les Metropolitan Authorities, les London Boroughs – ces trois font partie des Single Tier Authorities ; les County Councils et les Districts Councils – ces deux font partie des two-tier Authorities.39

  • 40  Entre un quart et un tiers pour les Libéraux Démocrates et les Travaillistes.
  • 41  Respectivement à peu près 27,5%, 28% et 29%.
  • 42  Soit respectivement à peu près 31%, 28,5% et 26,5% du total des candidats.
  • 43  Un cinquième chez les Travaillistes en 1997 et 2001, et entre le quart et le tiers chez les Libéra (...)

21 Près d’un quart des candidats conservateurs sont des femmes aux élections des County Councils.40 Les Conservateurs ont, semble-t-il, présenté moins de femmes que les Travaillistes et les Libéraux Démocrates41, et donc plus d’hommes que ses deux adversaires.42 En termes d’élus, moins du quart de ceux-ci sont des femmes chez les conservateurs.43 Le Parti a néanmoins élu, pour chacune des trois élections, plus de femmes – ainsi que d’hommes – que ses deux opposants – près d’une centaine d’élues de plus que les Travaillistes en 2001 et 2005. Ainsi, les Conservateurs présentent moins de candidates, mais ils parviennent à en élire plus que les Travaillistes et les Libéraux Démocrates. Sur les trois élections de la période 1997-2005, les Conservateurs ont élu près de 44 % du total des femmes alors que, approximativement, les Travaillistes n’en ont élu que 27 % et les Libéraux Démocrates 26,5 %.

  • 44  Plus de 31% du total des femmes, presque 29% pour les Travaillistes et à peu près 28% pour les Lib (...)
  • 45  Celle-ci est approximativement la suivante :30% de femmes et 70% d’hommes ; respectivement les Tra (...)

22 Au niveau des District Councils, sur la période 1998-2006, les Conservateurs sont ceux qui ont présenté le plus de candidates,44 pourtant ce sont eux qui ont la proportion de candidates la moins bonne.45 En ce qui concerne les élus, ils sont ceux qui en ont le plus – hommes comme femmes ; en moyenne, les conservatrices représentent à peu près 40 % du total des élues – presque 26 % pour les Libéraux Démocrates et plus de 24 % pour les Travaillistes. Pour toutes les élections, à l’exception de 1998, ils sont ceux à avoir élu le plus de femmes. Néanmoins, ce sont aussi eux qui ont, de nouveau, la moins bonne proportion de femmes ; en effet, au sein de chaque parti, les femmes comptent pour 27 % du total des élus conservateurs, 28 % chez les Travaillistes et 33 % chez les Libéraux Démocrates. Ainsi, les Conservateurs sont ceux qui ont à la fois présenté le plus de candidates et ont élu le plus de femmes, mais c’est aussi celui des grands partis qui a la moins bonne représentation proportionnelle de femmes.

  • 46  Les chiffres pour les hommes sont respectivement 30,5%, 31% et 23,5%. Au total les Conservateurs o (...)
  • 47  Les Travaillistes près de 47% des femmes, 46% des hommes et 46% du total des élus ; les Libéraux D (...)
  • 48  Pour ces élections les Conservateurs sont ceux qui obtiennent le plus de candidats élus alors qu’e (...)
  • 49  Pour les premiers les femmes représentaient presque 30% des élus Travaillistes en 1998 et 2002 et (...)

23 Aux élections des London Boroughs, un tiers des candidats conservateurs sont des femmes en moyenne. Sur les trois élections, les Conservateurs ont présenté à peu près 27 % des candidates, les Travaillistes à peu près 29 % et les Libéraux Démocrates 28 %.46 Ils ont par ailleurs élu près de 32 % des femmes, 35 % des hommes et 35 % du total des élus.47 Si les Conservateurs présentent moins de femmes que les Travaillistes et les Libéraux Démocrates, ils parviennent pourtant à en élire plus que les Libéraux Démocrates et aux dernières élections, en 2006, ils avaient presque autant d’élues que les Travaillistes.48 De même, alors que le nombre des élues pour les Conservateurs augmente à chaque élection, celui des Travaillistes diminue, tandis que celui des Libéraux Démocrates reste stable. Ainsi, en 1998, près de 55 % des élues représentent le Parti travailliste, presque 50 % en 2002 et presque 40 % en 2006 alors que les chiffres pour les Conservateurs sont respectivement et approximativement 25 %, 33 % et 38 %. La proportion de femmes élues au sein du parti augmente à chaque élection depuis 1998 passant de presque 27 % à près de 30 %. Cette proportion reste néanmoins inférieure à celles des Travaillistes et des Libéraux Démocrates.49

  • 50  Les Conservateurs ont présenté à peu près 29,5% du total des candidates, les Travaillistes près de (...)
  • 51  Avec un peu plus de 29% de femmes et un peu plus de 70% d’hommes correspondant à la répartition pa (...)
  • 52  Tandis que respectivement ils représentent 30%, 22% et 42% des hommes élus.
  • 53  Les chiffres sont les suivants : 26% sont des femmes chez les Conservateurs, 26,5% chez les Travai (...)

24 Sur la moyenne de la période concernant les Unitary Authorities, la proportion de candidates sur l’ensemble des candidats est quasiment identique entre les trois partis majoritaires à savoir à peu près 30 %.50 Les Conservateurs sont ceux à en avoir le plus présenté pour les élections de 1997, 1999, 2000 et 2001, et ceux à en avoir le moins présenté en 1998, 2002, 2004 et 2006 – pour les élections de 2003 et 2005 ils se classent deuxièmes. Par ailleurs, le Parti Conservateur a une moins bonne proportion de candidates par rapport aux Libéraux-Démocrates, mais celle-ci est meilleure que celle des Travaillistes.51 En termes d’élus, ils ont obtenu moins de femmes que les Libéraux Démocrates – mais plus d’hommes – et les Travaillistes ; les premiers, en effet, représentent à peu près 27 % des élues sur la période, les deuxièmes 29 % et les troisièmes presque 39 %.52 Enfin, au sein de leur parti et par rapport aux Travaillistes et aux Libéraux Démocrates, ils ont proportionnellement moins de femmes que d’hommes étant élus.53

  • 54  Avec plus de 31% de candidates contre presque 29% pour les Travaillistes et presque 27% pour les L (...)

25 Sur l’ensemble des élections pour les Metropolitan Authorities, le Parti conservateur est le parti politique à avoir présenté le plus de candidates et de candidats après les Travaillistes. C’est aussi celui qui a la meilleure proportion de candidates avant les Travaillistes, puis les Libéraux Démocrates54. Au niveau des élus, les Conservateurs ne comptent qu’approximativement 19,5 % du total de ceux-ci sur la période, presque 20 % des hommes et près de 18,5 % des femmes. Ils sont nettement devancés par les Travaillistes qui, avec plus de 50 % du total des élus – pour les hommes comme pour les femmes – surpassent également les Libéraux Démocrates, beaucoup plus proches des Conservateurs avec 22 % du nombre total des élus. Sur les sept élections, ils ont presque toujours élu moins de femmes que les Travaillistes et les Libéraux Démocrates, et il n’y a qu’en 2000 et 2006 qu’ils semblent avoir élu autant de femmes que les Libéraux Démocrates.

  • 55  Les pourcentages entre parenthèses indiquent une moyenne des hommes et des femmes arrondie au supé (...)

26 Ainsi, on peut conclure qu’au niveau local, il n’y a que pour les élections des District Councils que les Conservateurs sont à la fois celui des grands partis à présenter le plus de candidates et à obtenir le plus d’élues. Leurs élus, femmes et hommes, sont en plus grand nombre dans les Districts Councils (45 %), puis dans les District Councils (42 %), puis dans les London Boroughs (35 %), puis les Unitary Authorities (29 %), et enfin dans les Metropolitan Authorities (19,5 %).55 En moyenne il y a une différence de deux à trois points en faveur des hommes pour chaque type d’élection.

27 C’est dans les County Councils que la proportion de femmes est la moins importante au sein du parti tant pour les candidates que pour les élues ; les premières représentent un peu plus de 25 % des candidats conservateurs et les secondes un peu plus de 23 % des élus conservateurs. Elles sont les mieux représentées proportionnellement en tant que candidates dans les Metropolitan Authorities où elles constituent un peu plus de 31 % des candidats conservateurs et c’est dans les London Boroughs qu’elles sont les mieux représentées proportionnellement en tant qu’élues – elles représentent un peu plus de 28 % des élus conservateurs.

28 Sur la période, en prenant la moyenne de chaque type d’élection et en terme de femmes élues, les Conservateurs se classent premiers dans les County Councils et District Councils, deuxièmes dans les London Boroughs et troisièmes dans les Unitary Authorities et les Metropolitan Authorities. C’est d’ailleurs dans celles-ci que les Conservateurs ont la moins bonne représentation féminine avec à peu près 18,5 % du total des élues. En termes de candidates, leur positionnement est différent puisque ce sont eux qui ont présenté le plus de femmes pour les District Councils, mais qu’ils arrivent deuxièmes pour les Unitary Authorities et les Metropolitan Authorities et troisièmes pour les County Council et les London Boroughs, les différences en termes de pourcentage sont néanmoins minimes et moins marquées que pour les élues.

Niveau régional56

29 Le système électoral adopté est l’Additional Member System. Il s’agit d’un système mixte qui combine un système électoral majoritaire et un système électoral proportionnel. Dans le premier cas, les candidats élus le sont suivant le first-past-the-post système en vigueur pour Westminster et sont élus au niveau de la circonscription. Dans le second cas, les candidats sont sur des listes régionales de parti et ils sont élus à la proportionnelle : les électeurs ont alors deux votes, l’un pour le représentant de la circonscription, l’autre pour la liste d’un parti.57 Par ailleurs, pour les élections de ces institutions, des systèmes pour augmenter le nombre de représentantes, le twinning et le zipping, ont été utilisés par certains partis.58 Le premier système s’applique pour l’élection des candidats dans les circonscriptions : des circonscriptions considérées comme ‘gagnables’ sont jumelées (twinning) avec dans l’une d’elles un candidat et dans l’autre une candidate.59 Le second système concerne les listes régionales de partis ; celles-ci peuvent alterner hommes et femmes de sorte qu’à mesure qu’ils obtiennent des voix les membres sont élus en suivant un ordre décroissant. Aucun de ces systèmes n’a été adopté par le Parti conservateur.

  • 60  Leeke, M., Cracknell, R., Scottish Parliament Elections : 1 May 2003, Research paper 03/46, House (...)

30 En 1999 et 2003, le Parlement Écossais élisait pour chacune de ces élections 73 représentants de circonscription et 7 représentants pour chacune des huit régions60 soit 146 élus de circonscription et 112 élus de régions pour les deux élections et un total de 258 élus. Sur les deux élections, les Conservateurs sont parvenus à élire 29 hommes et 7 femmes que ce soit des élus de circonscription ou des élus de région ; cela équivaut à plus de 80 % d’hommes et moins de 20 % de femmes au sein du parti et 11,2 % du total des hommes élus sur les deux élections et 2,7 % des femmes. Pour chacune des deux élections, le Parti conservateur n’a réussi à élire aucune femme dans des circonscriptions, mais en a élu sept au niveau régional, 3 en 1999 et 4 en 2003. Pour les premières élections, aucun homme n’a été élu dans une circonscription tandis que 15 l’ont été sur des listes régionales et, alors que ce dernier chiffre a chuté à 11 en 2003, celui des élus de circonscription est passé à 3. Par rapport à ses adversaires, ils sont nettement devancés par les Travaillistes qui arrivent largement premiers, avec plus de femmes que d’hommes élus sur les deux élections ; dans ce parti, elles sont plus nombreuses que les hommes autant dans les circonscriptions que dans les régions avec respectivement 52 et 4 élues et 48 et 2 élus. Le Parti travailliste surpasse tous les autres partis, néanmoins les Conservateurs ont 7 élues de région contre quatre chez les Travaillistes sur le total de 1999 et 2003 – ces derniers ont néanmoins une différence écrasante avec les Tories de 52 élues dans des circonscriptions. Les Conservateurs sont derniers en ce qui concerne le nombre d’élues de circonscription et seconds pour les élues de régions sur le total des élues de 1999 et 2003 – derrière le Scottish National Party pour ces dernières ; sur le total de femmes élues (circonscription et région), ils arrivent troisièmes derrière les Travaillistes et le Scottish National Party, mais devant les Libéraux Démocrates.

  • 61  Young, R., Welsh Assembly Elections : 1 May 2003, Research paper 03/45, House of Commons Library, (...)

31 L’Assemblée Galloise, quant à elle, a élu à chaque élection 40 représentants de circonscription et quatre représentants pour chacune des cinq listes régionales61 c’est-à-dire 20, soit 80 élus de circonscription et 40 élus de région pour les deux élections soit un total de 120 élus. Sur les deux élections, les Conservateurs ont fait élire 20 candidats au total, hommes et femmes, de circonscription ou de région ; de ceux-ci 18 étaient des hommes, 2 de circonscription et 16 de région, et 2 des femmes, toutes les deux des élues de région. Cela signifie que les hommes ont représenté 90 % des élus conservateurs pour les deux élections et les femmes seulement 10 % et que les premiers comptaient pour 15 % du total des élus et les secondes pour 1,7 %. Par rapport aux autres partis, alors que les Conservateurs arrivent, sur les deux élections, deuxièmes concernant le nombre d’élus hommes, ils sont derniers concernant les élues femmes. Pour ces dernières ils sont classés derniers pour les élues de circonscription, les Travaillistes étant premiers avec notamment une différence de 34 élues – les Conservateurs n’ont pas d’élues à ce niveau– tandis qu’ils sont deuxièmes ex-aequo avec les Libéraux Démocrates, derrière Plaid Cymru, avec 9 élues, et devant les Travaillistes n’ayant aucune élue au niveau des régions.

32 Pour les deux assemblées régionales, le pourcentage de femmes élues a augmenté en 2003 par rapport à 1999. D’ailleurs, en 2003 les femmes représentaient 50 % de l’Assemblée Galloise. Elles sont plus nombreuses numériquement au Parlement Ecossais, mais proportionnellement mieux représentées à l’Assemblée du pays de Galles sur la moyenne des deux élections. Si les Travaillistes sont nettement en tête pour chacune des institutions régionales, les Conservateurs sont en dernière position sur la totalité des élues de l’Assemblée Galloise et du Parlement Ecossais sur les deux élections avec seulement 9 élues sur 153 ; c’est au pays de Galles qu’ils se classent derniers derrière les Libéraux Démocrates et avant derniers devant ceux-ci pour le Parlement Ecossais.

Niveau national

33 Sur la période 1997-2005, les Conservateurs ont élu 44 femmes, dont 11 nouvelles, et 485 hommes, soit un peu plus de 8 % du groupe parlementaire. Ils ont présenté à chaque nouvelle élection législative plus de femmes – 67 en 1997, 92 en 2001 et 122 en 2005 – mais ne sont pas parvenus à augmenter de manière significative le nombre de leurs élues puisqu’elles étaient 13 en 1997, 14 en 2001 et 17 en 2005. Si le Parti conservateur a présenté 281 candidates et en a élu 44, les Travaillistes ont présenté 193 candidates supplémentaires et réussi à élire 294 députées et les Libéraux Démocrates ont présenté 124 candidates de plus que les Tories mais n’en ont élu que 18. Ainsi, sur la période, 12 % du total des élues sont conservatrices et 30 % du total des élus sont conservateurs et les femmes représentent une moyenne de 8 % du groupe parlementaire conservateur ; par contraste les Travaillistes rassemblent 80 % du total des élues et presque 56 % du total des élus et une moyenne de 25 % des élus travaillistes tandis que les Libéraux Démocrates regroupent presque 5 % du total des élues et presque 9 % du total des élus, mais plus de 11 % de leur groupe parlementaire. Les Conservateurs ont un meilleur pourcentage d’élues que les Libéraux Démocrates, mais une moins bonne proportion que ces derniers dans leur groupe parlementaire sur la moyenne de la période 1997 - 2005, avec 8,3 % pour les premiers et 11,2 % pour les seconds. En 1997, les Conservateurs avaient encore une meilleure proportion d’élues dans leur groupe parlementaire que les Libéraux Démocrates ce qui n’est plus le cas en 2001 et 2005. En effet, si la proportion de femmes au sein du groupe parlementaire conservateur tend à stagner, celle au sein du Parti Libéral Démocrate tend à augmenter puisqu’en 1997 les députées sont donc 7,4 % des conservateurs et 6,5 % des Libéraux Démocrates et qu’en 2001 et 2005 elles ne représentent respectivement que 8,4 % et 8,6 % des conservateurs et 9,6 % puis 16,1 % des Libéraux Démocrates ; en nombre l’écart s’est réduit passant de 10 députées supplémentaires chez les Conservateurs à 9 en 2001 et enfin 7 en 2005.

Niveau européen

34 En 1999 et 2004, le Parti conservateur obtient le plus grand nombre de députés européens et il est la formation qui a le plus de représentants masculins à chacune de ces deux élections. Ce sont aussi les Tories qui ont la moins bonne représentation féminine au sein de leur parti puisque les femmes ne constituent que 8,3 % de leurs élus en 1999 et 7,4 % en 2004 – alors qu’elles sont respectivement 34,5 % et 36,8 % des représentants Travaillistes et 50 % des Libéraux Démocrates aux deux élections. En 1999, 3 des 36 députés européens conservateurs sont des femmes, 10 des 29 députés travaillistes et 5 des 10 députés Libéraux Démocrates sont des femmes. En 2004, les Conservateurs et les Travaillistes ont perdu des élus, quel que soit leur sexe, tandis que les Libéraux Démocrates ont gagné un élu et une élue supplémentaires ; les Conservateurs ont perdu plus d’hommes et moins de femmes que les Travaillistes, 8 et une pour les premiers et 7 et 3 pour les seconds ce qui signifie que 2 femmes sont élues pour le Parti conservateur, 7 pour les Travaillistes et 6 pour les Libéraux Démocrates. Pour ces dernières élections, les Travaillistes ont présenté quasiment autant de femmes que d’hommes, 37 et 38 respectivement, les Libéraux Démocrates ont présenté onze hommes de plus que de femmes et les Conservateurs 42 hommes de plus que de femmes. Ainsi, la proportion de femmes candidates au sein du parti est plus importante que celle de femmes élues, respectivement 21,6 % et 7,4 % ; ces chiffres contrastent nettement avec ceux des Travaillistes – 49,3 % de femmes candidates et 36,8 % de femmes élues – et des Libéraux Démocrates – avec 42,7 % de ses candidats et 50 % de ses élus étant des femmes.

35En comparant les résultats à chaque niveau, il n’y a que pour les élections locales que le Parti conservateur a obtenu plus d’élues que les deux autres partis majoritaires – sauf dans cette catégorie pour les sous-totaux London Boroughs, Unitary Authorities et Metropolitan Authorities – et c’est aux niveaux régional et surtout européen qu’ils en ont élu le moins. En effet, 34,5 % des femmes sur le total d’élues locales sont du Parti conservateur contre presque 33,5 % pour les Travaillistes et presque 25 % pour les Libéraux Démocrates ; à peine 6 % des élues régionales contre presque 60 % pour les Travaillistes et 6,5 % pour les Libéraux Démocrates ; 12 % des élus au niveau national contre plus de 80 % pour les Travaillistes et presque 5 % pour les Libéraux Démocrates ; et enfin 12,5 % des élues au niveau européen contre 42,5 % des élues Travaillistes et 27,5 % des élues Libéraux Démocrates.

36 A mesure que l’on va vers des institutions d’élus à plus grande échelle territoriale, la proportion de femmes au sein du parti tend à être moindre ce qui n’est pas le cas des deux autres partis majoritaires. Ainsi, elles sont 26,7 % des élus locaux, 16,1 % des élus régionaux, 8,3 % des élus nationaux et 7,9 % des élus européens conservateurs. Le Parti conservateur est celui des grands partis qui a la moins bonne proportion de femmes élues à tous les niveaux, les Travaillistes étant les meilleurs sauf pour les élections européennes où ce sont les Libéraux Démocrates qui ont une parité absolue hommes - femmes. D’ailleurs, les conservateurs sont toujours en dessous de la moyenne proportionnelle hommes - femmes concernant les élues tandis qu’ils sont toujours au dessus de celle-ci concernant le pourcentage d’élus hommes.

  • 62  Les pourcentages des tableaux 1 et 2 sont des calculs personnels établis à partir des sources auxq (...)

Tableau 1 : Proportion des élus, hommes et femmes, par partis politiques pour chaque niveau d’élection, 1997-2006, %62

LOCAL

REGIONAL

NATIONAL

EUROPEEN

F

H

F

H

F

H

F

H

Con.

34,5

37,3

5,9

20,9

12

30,3

12,5

46,5

Trav.

33,4

34,5

58,8

32,9

80,3

55,7

42,5

24,8

Lib Dem

25

20,6

6,5

15,5

4,9

8,9

27,5

8,8

Autres

6,6

7,6

28,7

30,7

2,7

5

17,5

20

TOTAL

99,5

100

99,9

100

99,9

99,9

100

100,1

Tableau 2 : Proportion par genre au sein de chaque parti pour chaque niveau d’élection, 1997-2006, %

LOCAL

REGIONAL

NATIONAL

EUROPEEN

F

H

F

H

F

H

F

H

Con.

26,7

73,3

16,1

83,9

8,3

91,7

7,9

92,1

Trav.

27,6

72,3

54,9

45,1

24,8

75,2

35,4

64,6

Lib Dem

32,4

67,6

22,2

77,8

11,2

88,8

50

50

Autres

25,6

74,3

38,9

61,1

11,1

88,9

21,9

78,1

TOTAL

28,3

71,7

40,5

59,5

18,6

81,4

24,2

75,7

Conclusion

37Les positions plus récentes du parti sur la réforme de leur système de sélection des candidats semblent se répéter tandis que les conservateurs paraissent être plus enclins à vouloir changer de rhétorique et finalement d’action.63 Celle-ci semble pourtant rester incertaine. Ceci est peut-être en partie dû au fait que de telles réformes impliqueraient un changement structurel et identitaire du parti. Même si le mot quota est entré plus facilement dans le langage de certains conservateurs, il reste limité en pratique et le Parti continue de fonctionner principalement sur l’encouragement et l’incitation. Un autre problème qui se pose aux conservateurs est probablement leur définition de la discrimination positive, car certains Tories, désireux de prendre des mesures, ne veulent pas qu’elles soient assimilées à ce concept. Les conservateurs sont ainsi scindés en deux camps : celui des modernisateurs (modernisers), enclins à réformer radicalement le parti pour obtenir un nombre plus important de femmes, et celui des traditionalistes (traditionalists) opposés à toutes mesures obligatoires. Leur position actuelle semble être reflétée par l’opinion publique. En décembre 2005, ICM, pour le Sunday Telegraph montra que les électeurs, sans distinction de genre, pensaient à une majorité évidente (60 %) que le parti devait corriger la sous-représentation des femmes parmi ses parlementaires sans pour autant qu’il lui faille imposer des candidates à ses associations. Ainsi, 36 % étaient ‘tout à fait d’accord’ et 24 % ‘plutôt d’accord’ avec cette idée, 17 % ne se disant ni d’accord ni pas d’accord, 9 % n’étant ‘pas trop d’accord’ et 6 % ‘absolument pas d’accord’, et enfin 8 % ne sachant pas ; tandis qu’à 47 %, contre 40 % ne le souhaitant pas, les électeurs pensaient que si les associations de circonscription ne sélectionnaient pas en plus grand nombre des femmes, alors le leadership devrait leur imposer des candidates.64

  • 65  Site internet YouGov. Octobre 2006.

38Par ailleurs, les discours semblent encore loin d’obtenir des résultats probants ou loin d’indiquer un changement de perception de l’électorat. Même si le parti Conservateur est celui parmi les grands partis qui a le plus d’élues femmes au niveau local, aux yeux d’une partie de l’électorat il n’est pas un parti représentatif des femmes, peut-être en partie parce que seulement un peu plus de 8 % de ses parlementaires à Westminster sont des députées. En 2002, une enquête par l’institut de sondage YouGov pour le journal Daily Telegraph révéla que 63 % des sondés estimaient que le Parti n’était pas un parti proche des femmes, 42 % les jugeant ‘pas très proches’ et 21 % ‘absolument pas proches’.65 Enfin, si les femmes ont pour la première fois voté plus pour les Travaillistes que les Conservateurs en 1997, elles ont également été pour la première fois moins nombreuses que les hommes à voter pour eux en 2005. Le cadre politique est en train de changer : Tony Blair devrait se retirer de ses fonctions de Premier ministre pour laisser sa place à Gordon Brown, et David Cameron, contrairement à ses trois prédécesseurs, semble, selon les sondages d’opinion, gagner les faveurs des femmes, qui, plus que les hommes, plébiscitent un leader conservateur.

Haut de page

Bibliographie

Buxton F., Equal Balance : Electing More Women MPs for the Conservative Party. Londres, Bow Group, circa 1999.

Conservative Party. Fresh Future. Reform Document. Londres, Conservative Central Office, février 1998, 35 p.

Conservative Party. Our Party Blueprint for Change A Consultation Paper for Reform of the Conservative Party. Londres, Conservative Central Office, octobre 1997, 39 p.

Keswick T., Pockley R. et Guillaume A., Conservative Women. Londres, Centre for Policy Studies, 1999, 42 p.

Leeke M., Cracknell R. Scottish Parliament Elections : 1 May 2003, Research paper 03/46, House of Commons Library, 14 mai 2003, 23 p.

Local Governemnt Chronicle Centre, Université de Plymouth. http://www.plymouth.ac.uk/pages/view.asp ?page =8230

Morgan B. Scottish Parliament Elections : 6 May 1999, Research paper 99/50, House of Commons Library, 8 septembre 1999, 28 p.

Morgan B. Welsh Assembly Elections : 6 May 1999, Research paper 99/51, House of Commons Library, 12 mai 1999, 18 p.

Scottish Parliament. Cumulative list of Female MSPs : session 2. Scottish Parliament Fact Sheet FS2-10, 17 octobre 2006, 6 p.

Scottish Parliament. Cumulative list of Male MSPs : session 2. Scottish Parliament Fact Sheet FS2-09, 17 octobre 2006, 10 p.

Scottish Parliament. Female MSPs : session 1. Scottish Parliament Fact Sheet FS2-03, 8 septembre 2005, 5 p.

Scottish Parliament. Male MSPs : session 1. Scottish Parliament Fact Sheet FS2-05, 13 décembre 2005, 6 p.

Squires, J. et Wickham-Jones, M., Women in Parliament : A Comparative Analysis. Equal Opportunities Commission, Discussion Series, 2001, 135 p.

The Electoral Commission, Scottish Elections 2003, the official report on the Scottish Parliament and local government elections 1 May 2003, 217 p.

Young R., Welsh Assembly Elections : 1 May 2003, Research paper 03/45, House of Commons Library, 14 mai 2003, 19 p.

Haut de page

Notes

1  Concernant les articles cités dans cette partie, nous avons utilisé la base de données LexisNexis. Dans le cas où nous n’aurions pas eu recours à cette source, la référence Internet, s’il y a lieu, figurera clairement.

2  Conservative Party. Blueprint for Change, Conservative Central Office, Londres, 1997, 28 : ‘Providing a representative number of women candidates is a test of our effectiveness as an organisation.’ ; ‘It is unlikely to be achieved unless deliberate steps are taken at all levels.’

3  Conservative Party, op.cit., 28 et cf. Buxton, F., Equal Balance, Bow Group, Londres, 32.

4  Conservative Party. « Fresh Future » Reform Document, Conservative Central Office, Londres, 1998, 34.

5  Squires, J., Wickham-Jones, M., Women in Parliament: A Comparative Analysis. Equal Opportunities Commission, Discussion Series, 2001, 74.

6  Ces publications ne représentaient pas une vue officielle du parti, mais fonctionnaient comme recommandations éventuelles.

7  Keswick, T., Pockley, R., Guillaume, A. op.cit., ii.

8  Communiqué de presse, Theresa May et Andrew Lansley, 25 juillet 2001 : ‘We call on our colleagues to make this a priority for action after the leadership contest is completed.’ Courriel personnel.

9  Kite, M., Baldwin, T., Miles, A., ‘Only women can save us, says Duncan Smith’, The Times, 19 janvier 2002, page non indiquée.

10  Brown, M., My verdict on the Tory Leader? Well, at last he’s keeping silent...; ‘He has ended, at least momentarily, the more distracting skirmishes in the Tories’ Civil War’, The Independent, 14 décembre 2001, 4.

11  Kite, M., Baldwin, T., Miles, A., ‘Only women can save us, says Duncan Smith’, The Times, 19 janvier 2002, page non indiquée. Cf. Russell, B., ‘Tories in new drive to promote women’, The Independent, 19 janvier 2002, 8.

12  Craknell, D., ‘Tory candidates to reflect racial mix of constituencies’, The Times, 3 février 2002, page non indiquée.

13  Watt, N., ‘Hague admits error over ethnic minority candidates’, The Guardian, 21 janvier 2002, p.6. Cf. également Breakfast with Frost, BBC, 20 janvier 2002 :
“Well I've made it absolutely clear [in] terms of representation in the party we don't set quotas because out there in the country people don't live their lives by quotas but what they want to know is that women who want to become MPs have a fair opportunity to do so. [...] The same goes for those from ethnic backgrounds because we want more of those in, more of them to be able to represent opinions and views and concerns in those parts of the country.”

14  Kite, M., Baldwin, T., Miles, A., ‘Only women can save us, says Duncan Smith’, The Times, 19 janvier 2002, page non indiquée.

15  White, N., Watt, N., ‘Tories appoint first chairwoman: Theresa May takes over from Davis in reshuffle’, The Guardian, 24 juillet 2002, p.2.

16  Pierce, A., ‘Tories’ sister act should keep the men on their toes’, The Times, 9 août 2002, 6.

17  Watt, N., ‘After a year of modernising, here is the new-look Tory party same as the old one: Blow to leader as members of ethnic minorities and women are ignored’, The Guardian, 16 septembre 2002, 3. Egalement : Sylvester, R., ‘We must prove we're not the 'nasty party' The Tories must change some of their social policies to make themselves electable again, Theresa May, the party chairman, tells Rachel Sylvester’, The Daily Telegraph, 5 octobre 2002, 24.

18  Grice, A., Woolf, M., ‘Conservative Party Conference: selection: leaders pressed to advance women candidates’, The Independent, 8 octobre 2002, 7.

19  Grice, A., Conservative Party Conference: fringe : leaders are taking into oblivion, say activists’, The Independent, 10 octobre 2002, 7.

20  Crackwell, D., ‘Hello, voters’, The Sunday Times, 13 octobre 2002, 15.

21  Woolf, M., ‘Tories in disarray over female candidates’, The Independent, 23 janvier 2003, 4.

22  Woolf, M., “Tories face call for positive discrimination”. The Independent, 15 janvier 2005, 21.

23  La journaliste, par la même occasion, mentionna que des 50 sièges gagnables ayant sélectionné leurs candidats jusqu’à présent  seulement 5 étaient des femmes.

24  BBC, Radio 4. Woman’s Hour, “What do the Conservatives do to win women’s votes?”, 25 février 2005. http://www.bbc.co.uk/radio4/womanshour/2005_08_Fri_02.shtml

25  www.conservatives.com News « Conservative women target marginal seats », http://www.conservatives.com/tile.do?def=news.story.page&obj_id=126415

26  Jones, G., ‘Push for more Tory women MPs will be based on merit’, The Daily Telegraph, 12 décembre 2005, 10. Par ailleurs, nous pouvons nous référer à la rubrique ‘News’ du site du Parti conservateur et  lire les cinq points du programme dans l’article ‘Cameron appeals to women and ethnic minorities to become Conservative candidates’, http://www.conservatives.com/tile.do?def=news.story.page&obj_id=126839

27  Branigan, T., ‘Cameron reiterates Tory transformation pledge: Birmingham hosts first shadow cabinet meeting: Support for move to boost number of women MPs’. The Guardian, 13 décembre 2005, 12. Grice, A., ‘Non-Tories may get say in choosing candidates’. The Independent, 13 décembre 2005, 16. Ici aussi nous pouvons utiliser le lien suivant : ‘Cameron appeals to women and ethnic minorities to become Conservative candiates’.
http://www.conservatives.com/tile.do?def=news.story.page&obj_id=126839

28  BBC, Radio 4. Woman’s Hour. “The Conservative A-List”, 2 juin 2006, http://www.bbc.co.uk/radio4/womanshour/02/2006_22_fri.shtml

29  Oakeshott, I., ‘Cameron set to ‘parachute in’ Tory women’, The Sunday Times, 20 août 2006. http://www.thetimesonline.co.uk/article/0,,2087-232068.html

30  Hurst, G., ‘Campaign for more women MPs boosted’, The Times, 21 août 2006. http://www.thetimesonline.co.uk/article/0,,2-2322301.html

31  McSmith, A., ‘Cameron hails rise in women candidates’, The Independent, 23 novembre 2006, 26.

32  http://www.women2win.com/support.php

33  Site internet de Women2Win : Set in place a culture change within the party ; Appoint more women to senior positions in the Party ; Select more women candidates for Conservative held and winnable seats ; Develop policies for women and for modern Britain”. http://www.women2win.com/support.php

34  L’existence d’un forum est mentionné sur la page Internet ‘Our work’ du site Women2Win, mais ne semble pas ou plus disponible.

35  Watt, N., ‘Hague admits error over ethnic minority candidates’, The Guardian, 21 janvier 2002, 6.

36  Bennett, R., ‘Theresa May out of favour with Tory inner circle’, The Times, 4 août 2003, 4.

37  Nous ne sommes pas parvenus à rassembler tous les chiffres nécessaires pour réaliser une comparaison complète entre les candidats dans chaque niveau et entre niveaux, cela est le cas notamment pour les Assemblées régionales, 1999 et 2003, et le Parlement Européen, 1999.

38  Pour certaines élections et certaines années, certains noms de candidats et d’élus n’ont pu être identifiés soit comme étant ceux d’hommes soit comme étant ceux de femmes, ce qui signifie que certains totaux ne correspondent pas à 100% et qu’un petit pourcentage de candidats et d’élus n’est pas pris en compte.

39  Les années d’élection sont les suivantes : English Shire Unitary Authorities : 1997-2006 ; les Metropolitan Authorities : 1998-2000, 2002-2004 et 2006 ; les London Boroughs : 1998, 2002 et 2006 ; les County Councils : 1997, 2001 et 2005 ; les Districts Councils : 1998-2000, 2002-2004 et 2006. Chaque type de Authority a entre un et trois élus.La Greater London Assembly  (GLA) ne fait pas partie de ce système et elle n’a pas été étudiée dans cet article.

40  Entre un quart et un tiers pour les Libéraux Démocrates et les Travaillistes.

41  Respectivement à peu près 27,5%, 28% et 29%.

42  Soit respectivement à peu près 31%, 28,5% et 26,5% du total des candidats.

43  Un cinquième chez les Travaillistes en 1997 et 2001, et entre le quart et le tiers chez les Libéraux Démocrates.

44  Plus de 31% du total des femmes, presque 29% pour les Travaillistes et à peu près 28% pour les Libéraux Démocrates

45  Celle-ci est approximativement la suivante :30% de femmes et 70% d’hommes ; respectivement les Travaillistes totalisent 32% et 68% et les Libéraux Démocrates 35% et 65%.

46  Les chiffres pour les hommes sont respectivement 30,5%, 31% et 23,5%. Au total les Conservateurs ont présenté près de 29% du total des candidats, les Travaillistes près de 30,5% et les Libéraux Démocrates 25%.

47  Les Travaillistes près de 47% des femmes, 46% des hommes et 46% du total des élus ; les Libéraux Démocrates presque 18% des femmes, presque 17% des hommes et un peu plus de 16% du total des élus.

48  Pour ces élections les Conservateurs sont ceux qui obtiennent le plus de candidats élus alors qu’en 1998 et 2001 les Travaillistes arrivaient premiers. Les Travaillistes ont d’ailleurs moins d’hommes élus pour 2006 que les Conservateurs.

49  Pour les premiers les femmes représentaient presque 30% des élus Travaillistes en 1998 et 2002 et 35% en 2006, et en moyenne 33% pour les Libéraux Démocrates.

50  Les Conservateurs ont présenté à peu près 29,5% du total des candidates, les Travaillistes près de 30% et les Libéraux Démocrates à peu près 29%.

51  Avec un peu plus de 29% de femmes et un peu plus de 70% d’hommes correspondant à la répartition par sexe des candidats au sein du Parti conservateur, alors que pour les Libéraux Démocrates ces chiffres sont presque 34% de femmes et plus de 65% d’hommes et pour les Travaillistes environ 29% de femmes et un peu plus de 70% d’hommes.

52  Tandis que respectivement ils représentent 30%, 22% et 42% des hommes élus.

53  Les chiffres sont les suivants : 26% sont des femmes chez les Conservateurs, 26,5% chez les Travaillistes et 34% chez les Libéraux Démocrates.

54  Avec plus de 31% de candidates contre presque 29% pour les Travaillistes et presque 27% pour les Libéraux Démocrates.

55  Les pourcentages entre parenthèses indiquent une moyenne des hommes et des femmes arrondie au supérieur ou à l’inférieur.

56  Les partis retenus pour l’analyse sont les trois partis majoritaires ainsi que le parti régional le plus important pour chacune des deux nations à savoir le Scottish National Party pour l’Ecosse et Plaid Cymru pour le Pays de Galles. Par ailleurs nous n’avons utilisé que les chiffres publiés après les élections et nous n’avons pas tenu compte des démissions, expulsions ou décès au cours de la période. Enfin, les chiffres utilisés proviennent pour le Parlement Ecossais de : www.scottish.parliament.uk, MSPs : Historical Series et en particulier des factsheet FS2-03, factsheet FS2-05, factsheet FS2-09 et factsheet FS2-10 ; www.parliament.uk, Research Paper 99/50 et Research Paper 03/46 et également The Electoral Commission, Scottish Elections 2003,  182-183, http://www.electoralcommission.org.uk/files/dms/Scotlandelectionsreport_final2_11440-8843_S_.pdf ; pour l’Assemblée du pays de Galles : www.parliament.uk, Research Paper 99/51 et Research Paper 03/45

57  Squires, J., Wickham-Jones, M., op. cit., p.118.

58  Squires, J., Wickham-Jones, M., op. cit., p.77.

59  Women and Equality Unit : http://www.womenandequalityunit.gov.uk/public_life/parliament.htm#Twinning

60  Leeke, M., Cracknell, R., Scottish Parliament Elections : 1 May 2003, Research paper 03/46, House of Commons Library, 14 mai 2003, 23. http://www.parliament.uk/commons/lib/research/rp03/rp03-046.pdf

61  Young, R., Welsh Assembly Elections : 1 May 2003, Research paper 03/45, House of Commons Library, 14 mai 2003, 19. http://www.parliament.uk/commons/lib/research/rp03/rp03-045.pdf

62  Les pourcentages des tableaux 1 et 2 sont des calculs personnels établis à partir des sources auxquelles il est fait référence dans cet article.

63  BBC, Radio 4. Woman’s Hour. ‘Women2Win. Campaign for more women candidates’, 24 novembre 2005, http://www.bbc.co.uk/radio4/womanshour/2005_47_thu_04.shtml.

64  ICM pour le Sunday Telegraph, 7-8 décembre 2005 : http://www.icmresearch.co.uk/reviews/2005/sunday%20telegraph%20-%20cameron/sundaytelegraph%20cameron%20poll.asp. Juillet 2006.

65  Site internet YouGov. Octobre 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Lebon, « La représentation des femmes dans le Parti conservateur depuis 1997 : sélections et élections, candidates et élues », Observatoire de la société britannique, 4 | 2007, 49-73.

Référence électronique

Caroline Lebon, « La représentation des femmes dans le Parti conservateur depuis 1997 : sélections et élections, candidates et élues », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/352 ; DOI : 10.4000/osb.352

Haut de page

Auteur

Caroline Lebon

Doctorante à l'Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org