Navigation – Plan du site

Le Parti conservateur et l’Europe depuis 1997

Karine Tournier-Sol
p. 95-111

Résumé

La conversion du Parti conservateur à l’euroscepticisme a été opérée par William Hague dès 1997, en adéquation avec l’équilibre des forces entre anti et pro-européens au sein du parti. Cependant, l’obsession européenne de Hague lui a valu un véritable fiasco électoral aux élections législatives de 2001. Le mandat de Iain Duncan Smith s’est contre toute attente caractérisé par une grande discrétion sur l’enjeu européen et par la disparition des divisions conservatrices de la scène politique britannique. Michael Howard a, quant à lui, dû faire face à la montée de la menace électorale incarnée par le UKIP, avant d’évacuer complètement la question européenne des législatives de 2005, marquées par une absence totale de l’enjeu européen de la campagne. L’arrivée de David Cameron donne aujourd’hui lieu à un véritable recentrage politique du parti qui laisse a priori peu de place à toute nouvelle radicalisation eurosceptique.

Haut de page

Texte intégral

1parti conservateur, enjeu européen, eurosceptique, leader conservateur, William Hague, Iain Duncan Smith, Michael Howard, David Cameron

2La débâcle électorale enregistrée par le Parti conservateur en mai 1997 doit beaucoup aux fortes dissensions du parti sur l’Europe. Ce sujet de discorde s’est révélé omniprésent dans l’ère Major, fragilisant l’autorité d’un Premier ministre qui n’a eu de cesse que d’empêcher son parti d’imploser. La ratification du traité de Maastricht entre 1992 et 1993 a démontré l’ampleur des tensions internes au Parti conservateur sur la question européenne.

3 Au lendemain de la défaite, John Major démissionne, laissant un Parti conservateur dévasté par l’enjeu européen. Les dégâts sont considérables et profonds, à tel point qu’on peut se demander comment le Parti conservateur va parvenir à se rassembler pour se reconstruire, et autour de quelle approche de l’Europe il va le faire. Vu les rapports de force entre pro et anti-européens au sein du parti, un virage eurosceptique semble alors inévitable. La question est, d’une part, de savoir quelle en sera l’ampleur, et d’autre part d’en évaluer les répercussions sur l’unité du parti et sur ses performances électorales.

Le tournant eurosceptique du Parti conservateur

4 L’élection de William Hague marque la prise de contrôle de la direction par l’aile eurosceptique du parti. Au début de sa campagne pour le leadership, Hague s’efforce d’incarner une approche modérée et intermédiaire entre le pro-européen Kenneth Clarke et les candidats eurosceptiques convaincus que sont John Redwood, Peter Lilley et Michael Howard. Il se contente d’abord d’afficher son scepticisme sur la monnaie unique sans toutefois aller jusqu’à la rejeter définitivement. Puis, au fur et à mesure de la campagne, Hague radicalise sa position dans le but de s’allier le vote des eurosceptiques. Il s’engage alors officiellement à exclure une adhésion britannique à la monnaie unique lors des prochaines élections législatives.

5 La composition de son contre-gouvernement vient confirmer le virage à droite entrepris par le Parti conservateur. La présence de quelques membres de l’aile gauche du parti ne suffit pas à garantir un équilibre des forces au sein du Cabinet fantôme. La balance penche largement du côté eurosceptique.

  • 1  « In the foreseeable future », The Times, 9 octobre 1997.
  • 2  The Daily Telegraph, 24 octobre 1997.

6 Peu après, la tentative de William Hague de revenir sur sa promesse de campagne en optant pour une formule plus vague1 sur son opposition à la monnaie unique entraîne une vague de protestations chez les eurosceptiques. Le leader conservateur est alors taxé d’indécision et d’esquive, à l’image de son prédécesseur. Il refait donc machine arrière et s’empresse de préciser qu’il ne s’agit là que d’une formule temporaire, en attendant de pouvoir rassembler les membres de son contre-gouvernement autour d’une position plus précise – et aussi plus ouvertement sceptique. En quête d’autorité, il agit vite : le 23 octobre, à l’issue d’une réunion de l’ensemble du Cabinet fantôme, l’opposition conservatrice précise officiellement sa position : « [The Shadow Cabinet] supported William Hague’s intention to oppose British membership of a single currency at the next election subject to the agreement of party members nearer the time2 ».

7 C’est ainsi que le Parti conservateur choisit de faire un pas de plus sur la voie de l’euroscepticisme et de durcir sa position sur la monnaie unique. Les rôles sont désormais inversés : les rebelles ne seront plus les eurosceptiques mais les europhiles. La ligne officielle a changé de camp. Ajoutons que quelques jours plus tard, c’est au tour du gouvernement travailliste de préciser sa position sur la monnaie unique et d’annoncer, par la voix de Gordon Brown à la chambre des Communes, son accord de principe. Suite à ces prises de position officielles, et diamétralement opposées, les réactions ne tardent pas, et très vite, les dissensions conservatrices sur l’enjeu européen reviennent sur le devant de la scène politique.

8 A peine élu, le nouveau leader conservateur doit faire face à une véritable crise politique au sein de son parti. Son approche de la monnaie unique ne cesse d’être remise en cause par les pro-européens : les démissions se succèdent au sein du contre-gouvernement, tandis que les interventions des ténors pro-européens du parti tels que Kenneth Clarke ou encore Michael Heseltine se multiplient pour transgresser la ligne officielle fraîchement définie par leur parti et soutenir la monnaie unique. Néanmoins, William Hague s’efforce de rester ferme et affirme son intention de ne pas céder à ces pressions. Malgré tout, la rébellion continue, s’étalant sur plusieurs mois. On assiste alors à une forme de dialogue indirect via les colonnes des journaux entre les pro-européens et leur leader,où les uns attaquent tandis que l’autre se défend et joue la carte de l’inflexibilité dans l’espoir d’asseoir son autorité.

9 Après une accalmie passagère, durant l’été 1998 des rumeurs circulent selon lesquelles les pro-européens seraient en train de préparer une offensive contre la ligne eurosceptique de leur leader. Face à la fragilité grandissante de sa situation, William Hague décide de frapper un grand coup, espérant sans doute que cela sauve le peu d’autorité dont il dispose sur un parti toujours aussi divisé par l’enjeu européen. Il décide de prendre de vitesse ses détracteurs. Le 7 septembre 1998, il lance un processus de consultation de l’ensemble des membres du Parti conservateur sur la monnaie unique en vue d’obtenir leur approbation sur la ligne politique fixée presque un an auparavant avec l’accord du Cabinet fantôme. Les résultats de ce scrutin postal devront être annoncés la veille du congrès du parti.

10 Cette tactique a plusieurs objectifs : à très court terme, William Hague veut tuer dans l’œuf la mini-révolte que les pro-européens seraient en train de mettre sur pied d’après les rumeurs. A plus long terme, le dirigeant conservateur espère que cette consultation va mettre fin aux dissensions qui continuent de secouer son parti depuis l’annonce de sa position officielle sur la monnaie unique. Mais ce que Hague conçoit comme la clé de la réunification du Parti conservateur déclenche aussitôt de vives protestations. Les avis divergent sur le bien-fondé et l’efficacité de la démarche. Encore une fois, les deux camps – eurosceptique et pro-européen – s’affrontent au grand jour, contribuant à donner du parti une image désespérément divisée. Quoi qu’il en soit, William Hague obtient sans surprise le soutien de la grande majorité des votants : 84,4 % des suffrages exprimés approuvent sa position sur la monnaie unique.

William Hague : champion de la livre sterling

  • 3  « The national changeover plan is part of a national handover plan ». House of Commons, Parliament (...)
  • 4  « The national changeover plan is part of a national handover plan ». House of Commons, Parliament (...)

11 Le 23 février 1999, un an et demi après l’accord de principe prononcé par Gordon Brown, le gouvernement travailliste passe la vitesse supérieure sur l’euro. Cette fois-ci, Tony Blair s’engage personnellement pour la monnaie unique et présente aux Communes son plan national de passage à l’euro. Comme on pouvait s’y attendre, William Hague condamne vivement l’intervention du Premier ministre sur ce plan de passage, qui équivaut à ses yeux à « un plan de passation »3 des pouvoirs économiques et politiques britanniques à Bruxelles. Mais son autorité est une fois de plus publiquement ébranlée lorsque quatre de ses députés prennent la parole pour le contredire : Kenneth Clarke, Edward Heath, Ian Taylor et Michael Heseltine se félicitent tour à tour de ce « net pas en avant »4 du gouvernement. Voici donc les divisions internes au Parti conservateur de retour sur le devant de la scène politique britannique.

12 Dès lors, et à quelques mois des élections européennes, William Hague entreprend de se positionner comme le défenseur de la livre sterling. Parce qu’une telle position laisse augurer des tensions avec les pro-européens décidés à faire campagne aux côtés de Tony Blair, un pacte est conclu : si Clarke, Heseltine et les autres restent dans le rang jusqu’aux élections européennes du 10 juin, ils seront libres de promouvoir l’euro après cette date sans craintes de récriminations.

  • 5  « A mix and match approach ».
  • 6  Hague, W., « No to a Federal Europe », 13 Mai 1999.

13 A quelques jours du lancement de la campagne, William Hague expose son programme en matière européenne dans un discours à l’Université de Budapest le 13 mai 1999. S’adressant à un auditoire hongrois, il insiste tout particulièrement sur la nécessité de concrétiser enfin les promesses d’élargissement de l’Union Européenne. Si cette volonté reflète sans conteste l’internationalisme de la vision conservatrice de l’Union, c’est aussi un excellent motif pour préconiser une plus grande souplesse en termes d’intégration politique. Car enfin, nous dit William Hague, la clé de l’élargissement, c’est la flexibilité. D’où la notion d’une Europe « à la carte »5, au sein de laquelle les nouveaux comme les anciens membres pourraient choisir les aspects de l’intégration qui leur conviennent et refuser les autres. A cet effet, il propose donc l’introduction « of a new Treaty provision which would allow countries not to participate in new legislative actions at a European level which they felt they wished to handle at a national level »6.

  • 7  Loc.cit.
  • 8  Loc.cit.

14Enfin, un gouvernement conservateur ne se laisserait pas entraîner contre son gré dans la voie de l’intégration politique : « We will be in Europe but not run by Europe »7. La Grande-Bretagne se limitera aux mesures nécessaires au libre-échangisme. Elle ne sacrifiera pas sa souveraineté nationale : « We shall never compromise our democracy ; we shall never bargain with our independence »8. Le ton est encore plus nationaliste que dans le discours de Bruges de Margaret Thatcher. William Hague choisit d’avance l’option de la résistance.

15 Quelques jours plus tard sort le manifeste électoral conservateur : l’approche préconisée est minimaliste et le ton essentiellement négatif. Le message qui en ressort est clair : il faut freiner l’intégration européenne. Si le titre du paragraphe sur la monnaie unique est sans ambiguïté : « Keeping the pound », les Conservateurs se gardent bien d’exclure définitivement l’adhésion à la monnaie unique. La position adoptée ne change pas, et se limite à une exclusion pour la prochaine législature.

16 Ces élections européennes voient également l’arrivée d’un nouveau parti dissident du Parti conservateur, the Pro Euro Conservative Party, créé en février 1999 par deux députés européens conservateurs John Stevens et Brendan Donnelly. N’ayant pas été sélectionnés sur la liste conservatrice pour les élections à venir en raison de leur soutien à la monnaie unique, les deux hommes décident de monter leur propre parti, favorable à l’euro. Celui-ci n’implique toutefois aucune figure nationale du parti, William Hague ayant clairement prévenu que tous ceux qui soutiendraient les dissidents se verraient expulser du Parti conservateur.

  • 9  The Daily Telegraph, 9 juin 1999.

17 Alors que les Travaillistes s’efforcent d’éviter que ces élections ne se transforment en un référendum sur l’euro avant l’heure, côté conservateur au contraire, au fur et à mesure de la campagne, William Hague se montre de plus en plus déterminé à placer la monnaie unique au cœur du débat. Durant la dernière semaine avant le scrutin, il se présente comme le champion de la livre sterling. Le slogan conservateur devient  alors plus radical : « The pound is only safe with the Conservatives »9.

18Le 10 juin 1999, le Parti conservateur sort victorieux de ces élections avec près de 36 % des voix, soient 8 points de mieux que le parti travailliste. Toutefois, il convient de relativiser l’ampleur de la victoire conservatrice en raison d’un taux d’abstention record de 77 % qui semble avoir bénéficié à l’euroscepticisme. On notera d’ailleurs la percée du UK Independence Party qui, avec 7 % des suffrages, remportent 3 sièges au Parlement européen sur un programme axé sur le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Précisons enfin que les dissidents du Pro Euro Conservative Party essuient une large défaite avec seulement 1,4 % des suffrages.

  • 10  The Daily Telegraph, 15 juin 1999.

19 Ces résultats viennent conforter William Hague dans son approche eurosceptique et en particulier dans son opposition à l’euro. Il décide donc de poursuivre l’exploitation de ce créneau porteur en termes électoraux : « Our campaign to keep the pound continues. We are going to give that campaign even greater momentum10 ». A l’inverse, c’est un coup dur pour les pro-européens du Parti conservateur qui en ressortent affaiblis et marginalisés davantage.

  • 11  Voir par exemple l'article du Times, 14 août 1999. On pense à Lady Thatcher, Lord Tebbit ou encore (...)
  • 12  Maples, J., The Sterling Guarantee : Discours au congrès annuel du Parti conservateur, 5 octobre 1 (...)

20 Forts de cette victoire électorale, les eurosceptiques font pression sur William Hague pour qu’il adopte un discours plus proche de l’anti-européanisme11. Le congrès annuel qui suit va répondre à leurs attentes et marquer une nouvelle radicalisation du discours officiel. Cette fois, il ne s’agit plus seulement de la monnaie unique, mais du rôle du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne. Le Parti conservateur émet une nouvelle proposition : « One of our first acts in government will be to negotiate an amendment to the Treaty of Rome, to allow each country the freedom to decide for itself whether or not to apply new European legislation outside that core. This will stop the slide to a superstate »12. Cette fois, les mots sont lâchés : le Parti conservateur veut renégocier les termes de sa participation à l’Union européenne dont il veut apparemment se désengager jusqu’à ne conserver que des liens commerciaux. Il ne s’agit plus simplement de la monnaie unique. C’est une remise en question fondamentale des relations entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne.

  • 13  Hague, W., Discours au congrès annuel du Parti conservateur, 7 octobre 1999.

21 Il semble donc que William Hague ait fini par céder à la pression de l’aile droite de son parti. Deux jours plus tard, il confirme ce qui ressemble fort à une dérive extrémiste du Parti conservateur en concluant par une tirade ultra-nationaliste : « If you believe in an independent Britain, then come with me, and I will give you back your country »13. Cette fois, il semble que le paroxysme de l’euroscepticisme ait été atteint au sein du Parti conservateur, voire dépassé, puisque ce type de discours confine à l’anti-européanisme. C’est incontestablement un tournant de la politique européenne conservatrice. Concrètement, il est très improbable que les partenaires de la Grande-Bretagne accèdent à une telle demande de renégociation. William Hague ne peut pas ne pas en être conscient. Dans ce cas, la seule issue serait le retrait britannique de l’Union européenne.

  • 14  Hague, W., Discours de lancement de la campagne, 15 février 1999.

22 La nouvelle radicalisation du discours officiel provoque une levée de boucliers au sein du Parti conservateur : les pro-européens s’empressent de dénoncer cette dérive dangereuse. La polémique fait rage et conduit William Hague à tenter de désamorcer la situation et à recentrer le débat sur la monnaie unique alors que s’ouvre la campagne en faveur de celle-ci orchestrée par Britain in Europe. En février 2000, Hague réendosse son costume de champion de la livre sterling en lançant une tournée nationale « Keep the Pound campaign », qu’il n’hésite pas à qualifier de « Battle for Britain »14 – référence qui vient souligner encore davantage le caractère nationaliste de cette croisade.

Le fiasco des législatives de 2001

23 En matière de politique européenne, le manifeste conservateur pour les législatives de 2001 reprend les idées déjà développées. Globalement, la vision conservatrice est essentiellement négative et restrictive. Le ton est alarmiste et dramatique sur les risques que la politique travailliste fait courir au Royaume-Uni. Le Parti Conservateur publie là son manifeste le plus eurosceptique pour des élections législatives depuis l’entrée de la Grande-Bretagne dans l’Europe en 1973.

  • 15  Hague, W., BBC1 Interview, 24 mai 2001.

24 Tandis que les divisions conservatrices sur l’Europe font la une des journaux, parallèlement, William Hague procède à une amplification de la campagne de dramatisation du Parti conservateur sur l’Europe et plus particulièrement sur la monnaie unique. Aux yeux du leader conservateur, l’élection à venir n’est ni plus ni moins qu’un référendum sur l’euro. Il inaugure en grande pompe une horloge qui décompte les jours, les minutes et les secondes jusqu’au jour du scrutin législatif – « last chance to save the pound »15 selon lui. Les critiques s’élèvent à l’intérieur du Parti conservateur face à cette stratégie électorale que les pro-européens désapprouvent, ne serait-ce que parce qu’ils jugent dangereux de faire de l’Europe l’enjeu clé de ces législatives.

25 Les résultats vont leur donner raison en offrant aux Travaillistes une deuxième victoire écrasante sur les Conservateurs. La stratégie de William Hague n’a donc pas payé. Même si une majorité des Britanniques restent sceptiques sur la monnaie unique, l’Europe n’est de toute évidence pas l’enjeu central que le dirigeant conservateur a essayé d’en faire ; les électeurs se préoccupent davantage des sujets de politique intérieure. En outre, la stratégie de William Hague omettait un point crucial : le référendum sur l’euro promis par le gouvernement travailliste. Les Britanniques auront l’occasion d’exprimer leur position sur le sujet en temps voulu.

26 Cette défaite cuisante est un véritable échec personnel pour William Hague. Le leader conservateur a eu tort de penser qu’en reproduisant la campagne de dramatisation des européennes de 1999 il obtiendrait les mêmes résultats. C’était oublier qu’il s’agissait cette fois d’élections législatives. Le Parti Conservateur n’a encore une fois pas su répondre aux attentes des électeurs qui ne se sont pas reconnus dans l’obsession de William Hague pour l’enjeu européen. Le leader conservateur annonce aussitôt sa démission.

27 Au terme de son mandat de dirigeant, force est de constater que William Hague n’a pas su rallier l’ensemble de son parti à la ligne profondément eurosceptique, aux accents parfois europhobes, qu’il a adopté. Son obsession grandissante pour l’enjeu européen s’est avérée une grave erreur stratégique. Les circonstances de son départ font que l’Europe ne peut qu’être au cœur de l’élection de son successeur.

Un ex-rebelle anti-Maastricht à la tête du parti

28 L’accession de Iain Duncan Smith à la tête du Parti conservateur marque le parachèvement de la conversion du parti à l’euroscepticisme. Elle confirme le virage pris par William Hague et s’inscrit dans la continuité d’une constante radicalisation dont on peut se demander où elle s’arrêtera.

29 Il est important de rappeler que Duncan Smith a été élu dans le cadre de la nouvelle procédure mise en place en 1998 sous William Hague, et selon laquelle les députés conservateurs votent pour sélectionner deux candidats, ensuite soumis au vote de l’ensemble des membres du parti à qui revient donc la décision finale. L’un des inconvénients occasionnés par cette réforme a été que cette élection a traîné en longueur, s’étalant sur trois mois au cours desquels les Conservateurs se sont affrontés publiquement – une publicité négative qui a desservi le parti encore davantage en termes d’image.

30 Le duel final qui a opposé Kenneth Clarke à Iain Duncan Smith a placé l’Europe au cœur du débat. Face au pro-européen notoire qu’est Kenneth Clarke, les antécédents européens de Duncan Smith parlent d’eux-mêmes : ancien rebelle anti-Maastricht, il a par le passé évoqué l’éventualité d’un retrait de la Grande-Bretagne de l’Europe. Cet eurosceptique de l’aile droite radicale fait campagne sur un refus de la monnaie unique, assorti d’un engagement à renégocier les termes de la participation britannique à l’Union européenne. Enfin, il remet en question l’appartenance des députés européens conservateurs au Parti populaire européen (PPE) à Strasbourg, trop fédéraliste à ses yeux.

31 Malgré la radicalité de sa position sur la monnaie unique, il est intéressant de souligner qu’au cours de sa campagne, Duncan Smith s’est dit disposé à inclure des pro-européens dans son contre-gouvernement, à la condition qu’ils s’en retirent temporairement dans le cadre d’une campagne référendaire. Il s’efforce donc de projeter une image de tolérance et de rassemblement, contrairement à William Hague qui, lui, avait déclaré tout à fait le contraire au cours de sa campagne pour le leadership en 1997. Cette attitude, qui contraste avec l’image que Duncan Smith véhicule par ailleurs, vise certainement à ne pas effrayer l’aile gauche du parti.

32 Cependant, cela ne l’empêche pas de nommer un contre-gouvernement plus eurosceptique que jamais, officiellement parce qu’un certain nombre de pro-européens aurait décliné l’invitation. Parmi la liste impressionnante de figures eurosceptiques conservatrices, on trouve plusieurs rebelles anti-Maastricht. Mais la nomination qui fait le plus grand bruit est celle de Bill Cash, archétype de l’eurosceptique s’il en est, ex-rebelle anti-Maastricht lui aussi et Président fondateur de la European Foundation qui milite activement contre l’intégration politique de l’Union européenne. Ce choix suscite de vives critiques chez les pro-européens pour qui il est la preuve flagrante de la dérive du Parti conservateur vers la droite extrême. D’autres se veulent plus rassurants en y voyant un moyen de contrôler un député dont les interventions intempestives sur la question européenne ne font que mettre l’accent sur les dissensions conservatrices.

33 Quoi qu’il en soit, le constat est le même : l’élection de Iain Duncan Smith marque le triomphe des eurosceptiques et un déplacement supplémentaire vers la droite du parti. Cela laisse augurer une exacerbation des tensions au sein du Parti conservateur.

Un silence inattendu

34 Mais contre toute attente, Duncan Smith prend le contre-pied de ce qu’on attendait de lui, en optant pour le silence sur l’Europe. Le sujet de discorde préféré des Conservateurs est mis en quarantaine pour la première fois depuis ce qui semble une éternité. Les querelles conservatrices ne font plus les gros titres des journaux.

35 En fait, Iain Duncan Smith semble avoir tiré les leçons du fiasco électoral de 2001 et entend bien mettre un terme à l’obsession autodestructrice de son parti pour l’Europe. Il veut se concentrer sur les sujets qui rassemblent les Conservateurs plutôt que sur ce qui les divise, et sur ce qui préoccupe vraiment les Britanniques, à savoir les services publics.

  • 16  Duncan Smith, I., « Britain's place in a changing world », discours à Chatham House, 31 janvier 20 (...)

36 Et si quelques mois après son élection il évoque la question européenne, ce n’est que de manière très secondaire, au milieu d’un discours consacré à la politique étrangère conservatrice et principalement axé sur le terrorisme suite aux attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. Il rappelle très brièvement sa position sur la monnaie unique : « We shall strongly, and I believe successfully, argue for the retention of the Pound in any Referendum which is called »16.

  • 17  Loc. cit.
  • 18  Loc.cit.

37Il faudra attendre en fait presque deux ans, peu avant son éviction de la tête du Parti conservateur, pour l’entendre articuler clairement sa vision de l’Europe. Le 10 juillet 2003, il choisit Prague pour prononcer un discours qui reprend l’opposition établie par le Ministre de la Défense américain Donald Rumsfeld entre la nouvelle Europe et l’ancienne Europe. Cette source d’inspiration est d’ailleurs en parfaite adéquation avec les accents atlantistes dont résonne son discours. Duncan Smith contraste une ancienne Europe fédéraliste « obsessed with building a United States of Europe17 » à une nouvelle Europe « where sovereign democracies work together in a spirit of enterprise18 ».Il s’inscrit sans grande surprise dans la lignée du discours de Bruges, préférant l’internationalisme à l’européanisme. Il réitère son opposition de principe à l’euro et dénonce vivement le projet de constitution européenne et le refus de Tony Blair de procéder à un référendum sur le sujet.

  • 19  Loc.cit.

38 Cependant, le leader conservateur se défend d’incarner une approche négative de l’Europe ; au contraire, il se veut positif. L’un des objectifs de son intervention est d’ailleurs de balayer les accusations d’extrémisme et d’établir clairement que « the Conservative Party does not want Britain to leave the European Union. We want to make it work. Anyone who says differently is telling a lie19 ». En fait, ce discours n’est pas très surprenant, on aurait même pu attendre une approche européenne plus radicale de la part de Iain Duncan Smith. Si le ton est ferme et la vision fondamentalement eurosceptique, on est encore loin de l’europhobie crue aux accents parfois apocalyptiques de William Hague.

39 Globalement, le leadership de Iain Duncan Smith n’a pas correspondu à ce qu’on pouvait en attendre sur la question européenne. Finalement, l’une des principales réussites de son mandat de dirigeant aura été de mettre fin aux dissensions publiques de son parti sur l’Europe – ce qui ne signifie pas évidemment qu’elles ont disparu. C’est en soi un net progrès, nécessaire bien qu’insuffisant, en direction de la reconquête du pouvoir.

40 L’une des motivations qui avaient poussé William Hague à axer son discours sur l’Europe était que c’était en fait le seul sujet sur lequel il parvenait à se différencier nettement du gouvernement travailliste. En se privant de cela, et en choisissant d’aligner sa position sur la guerre en Irak sur celle de Tony Blair, Iain Duncan Smith a bien du mal à se distinguer de son adversaire. Celui qui s’était autoproclamé « the quiet man » a fini par s’enfermer dans cette image au point de peiner à se faire entendre dans les médias. Perçu comme un handicap électoral, il est finalement évincé par ses députés en octobre 2003. Le système électoral qui l’avait porté au pouvoir était conçu de telle façon que Duncan Smith était parvenu à ce poste sans le soutien d’une majorité de ses députés, et donc sans une légitimité suffisante pour exercer son leadership.

Michael Howard face à la menace UKIP

41 C’est sans doute pour éviter de revivre l’étalage public des luttes fratricides de l’été 2001 que les députés conservateurs ont choisi de se rassembler autour de la candidature de Michael Howard, qui a été élu sans opposition et donc sans l’intervention des membres – d’ailleurs frustrés par le procédé. Dans un souci d’unité du parti, aucun pro-européen n’a voulu se présenter contre cet eurosceptique convaincu. La trêve amorcée sous Iain Duncan Smith semblait vouloir durer.

  • 20  Howard, M., « A New Deal for Europe », discours prononcé à la fondation Konrad Adenauer de Berlin, (...)

42 A l’approche des élections européennes de juin 2004, Michael Howard ne tarde pas à exposer sa vision de l’Europe. Cela se passe à Berlin en février 2004. Soucieux de ne pas paraître négatif, il insiste sur l’héritage conservateur en matière d’engagement européen, depuis la première candidature sous Macmillan jusqu’au Marché unique cher à Margaret Thatcher. Mais en fait, l’approche est minimaliste : Howard reprend l’idée de flexibilité, la rebaptisant « made to measure Europe » ou encore « live and let live policy »20. L’objectif est de se désengager progressivement de l’intégration européenne. L’idée de renégociation, née sous William Hague, se voit donner des contours bien plus précis, puisque Howard l’illustre par un exemple concret : ainsi, un gouvernement conservateur renégocierait sa participation à la politique commune de la pêche afin de recouvrer le contrôle de ses zones de pêches.

43 Précisons que ce discours résolument eurosceptique s’accompagne d’une décision importante et pour certains contradictoire : Michael Howard revient sur la politique amorcée par son prédécesseur et annonce le maintien des eurodéputés conservateurs au sein du groupe du Parti populaire européen. Il réconcilie ainsi les deux franges de son parti sur l’Europe, dans le but de faire perdurer la trêve.

44 L’échéance des européennes conduit cependant inévitablement au retour de l’enjeu européen sur la scène politique britannique. Les risques de voir ressurgir les divisions conservatrices augmentent donc. Michael Howard se lance dans la campagne en engageant un futur gouvernement conservateur à organiser un référendum sur chaque traité impliquant un transfert de pouvoirs significatif. Cette annonce ne manque pas d’inquiéter les pro-européens que Michael Howard tente de rassurer en leur rappelant son credo : flexibilité et tolérance. Son intention est apparemment d’éviter de retomber dans la campagne alarmiste et extrémiste menée par William Hague.

45 Mais à mesure que la campagne progresse, le Parti conservateur voit se préciser une menace de plus en plus sérieuse sous les traits du UK Independence Party (UKIP). A 10 jours du scrutin, Howard décide l’exclusion de quatre lords conservateurs qui appellent à voter pour le parti europhobe. A leurs yeux, une bonne performance électorale du UKIP pousserait leur leader à durcir davantage sa politique européenne.

  • 21  The Guardian, 2 juin 2004.

46 Pour l’instant, même si l’inquiétude monte face à cette menace, le Parti conservateur choisit de se distancer du UKIP et s’efforce d’incarner une position eurosceptique rationnelle, entre ce qu’il brandit comme deux extrêmes – les travaillistes et les Libéraux-Démocrates d’un côté, et le UKIP de l’autre. Michael Howard tente de marginaliser le parti, les qualifiant d’extrémistes, de « Little Englanders » et de « cranks and political gadflies »21. On notera cependant qu’en parallèle, il ne s’interdit pas d’emprunter un thème de campagne cher au UKIP, à savoir celui de la fraude et de la corruption, espérant sans doute séduire une partie de son électorat.

47 A l’approche du scrutin, l’inquiétude tourne à la panique et les divisions réapparaissent au grand jour : alors que les eurosceptiques pressent Howard de durcir le ton pour contrer le UKIP, les pro-européens lui demandent au contraire de résister à la tentation et de ne pas entrer dans une compétition dangereuse qui pourrait le conduire sur la voie du retrait de l’Union européenne. Le UKIP aura donc eu raison de la trêve conservatrice sur l’Europe.

  • 22  The Guardian, 15 juin 2004.

48 Si le Parti conservateur obtient le meilleur score de ces européennes, c’est en fait le UKIP qui sort véritablement victorieux de ce scrutin : il se place en effet en troisième position devant les libéraux-démocrates et voit sa représentation quadrupler pour atteindre 12 sièges au Parlement européen. A posteriori, l’inquiétude des Conservateurs face au UKIP s’avère tout à fait justifiée puisque qu’une enquête a montré que 45 % des électeurs du UKIP aux européennes de 2004 avaient voté Conservateur lors des législatives de 200122.

Le retour de John Redwood

49 Au lendemain des résultats, la pression monte sur Michael Howard pour qu’il radicalise davantage sa position. Mais il se dit décidé à maintenir le cap qui lui a permis de temporiser les tensions au sein du parti. Pourtant, peu après, le retour de John Redwood, eurosceptique radical, au sein du contre-gouvernement après un long exil, envoie un signal tout à fait contraire : sa nomination apparaît comme la preuve de la peur suscitée par la menace UKIP et témoigne d’une volonté de contrer celle-ci par un durcissement de la position conservatrice.

  • 23  « We'll bin EU treaties, Redwook tells Ukip », The Guardian, 16 octobre 2004.

50 D’ailleurs, c’est tout à fait clair lorsque John Redwood envoie un mail aux membres du UKIP dans lequel il affirme que son parti entend se retirer de la Politique agricole commune et de la pêche, par la renégociation d’abord, mais si cela s’avère impossible, de façon tout simplement unilatérale23. Cet appel à violer les traités régulant l’Union fait grand bruit dans la presse et semble montrer la voie vers le retrait de l’Union.

51 De son côté, Michael Howard radicalise aussi sa position dans son discours au Congrès annuel du parti : un gouvernement conservateur se retirera non seulement de la politique de la pêche mais aussi de l’Europe sociale, et son objectif sera tout simplement de rapatrier des pouvoirs de Bruxelles. Alors que s’annoncent des élections législatives pour le printemps suivant, le but est clairement d’attirer les électeurs du UKIP, qui plus est au lendemain d’une élection partielle qui a vu le Parti conservateur relégué à la quatrième place derrière le parti europhobe.

52 John Redwood assume d’ailleurs complètement ce rapprochement avec les idées du UKIP et n’hésite pas à courtiser ouvertement leurs électeurs :

  • 24  John Redwood sur Radio 4, The Guardian, 2 octobre 2004.

All sensible UKIP voters will see that they must vote Conservative because we are offering them something closer to what they want on Europe. I don’t regard UKIP people as irritant. I think they are people who desperately care about their country and I think they are intelligent people who will want to vote Conservative at the general election.24

53Finalement, les élections législatives de 2005 seront marquées par une absence totale de l’enjeu européen de la campagne. Conscient de son potentiel destructeur mais aussi de son faible rendement en termes de votes, les principaux partis ont préféré transférer la question européenne sur le référendum alors promis par Tony Blair sur la Constitution. Mais si le Parti conservateur a eu le bon sens de se défaire de son obsession pour l’Europe lors de cette élection, c’est en fait pour en adopter une autre, pas si éloignée : l’immigration, sur laquelle les Conservateurs ont sans doute abusivement axé leur campagne, et qui leur a valu d’être encore perçu comme extrémiste.

54 Au lendemain de la troisième défaite électorale conservatrice, Michael Howard annonce sa volonté de quitter la direction du parti.

Conclusion

  • 25  Libération, 6 décembre 2005.

55 Le 6 décembre 2005, David Cameron est élu leader du Parti conservateur sur une plateforme de modernisation. Celui que certains pressentent déjà comme le « Tony des Tories25 » ou « the heir to Blair » a entrepris de ramener son parti vers le centre de l’échiquier politique. En matière européenne, le choix de William Hague en tant que porte-parole de l’opposition pour les Affaires étrangères ne peut que rassurer les eurosceptiques.

56 L’une des premières mesures entreprises par David Cameron a été d’annoncer le retrait des eurodéputés conservateurs du Parti populaire européen – retrait, on s’en souvient, d’abord préconisé par Iain Duncan Smith avant que Michael Howard n’y renonce. En fait, c’est l’une des promesses de campagne que Cameron avait faite pour s’allier le soutien des eurosceptiques. Certains soulignent d’ailleurs volontiers la contradiction entre la volonté de recentrage du parti sur le plan national et une nouvelle dérive à droite sur le plan européen.

  • 26  The Guardian, 14 juillet 2006.
  • 27  Cameron, D., « The Best is Yet to Come », discours au congrès conservateur, 4 octobre 2006.

57 Pour faire aboutir ce projet, le Parti conservateur doit former une alliance avec cinq autres partis de droite issus de cinq pays différents. Dès janvier 2006, William Hague a donc parcouru l’Europe à la recherche de partenaires, sachant que les principaux partis politiques européens de centre-droit appartiennent au PPE. Finalement, en juillet, David Cameron a reporté l’application de sa promesse électorale à 2009 au plus tôt, c’est-à-dire après les prochaines élections européennes. La déception est grande chez les eurosceptiques purs et durs du parti, tel David Heathcoat-Amory qui n’a pas hésité à parler de « trahison »26. Il faut dire que le retrait du PPE cadre mal avec le recentrage que David Cameron entend bien poursuivre, ainsi qu’il l’a confirmé lors de son premier congrès conservateur en tant que leader : « We are back in the centre ground of British politics »27. Reste à savoir comment cela se traduira en matière de politique européenne et quel en sera l’impact sur l’unité du parti – unité si nécessaire à la victoire électorale tant attendue par les Conservateurs.

Haut de page

Notes

1  « In the foreseeable future », The Times, 9 octobre 1997.

2  The Daily Telegraph, 24 octobre 1997.

3  « The national changeover plan is part of a national handover plan ». House of Commons, Parliamentary Debates (Hansard), 23 février 1999, vol. 326, Col. 186.

4  « The national changeover plan is part of a national handover plan ». House of Commons, Parliamentary Debates (Hansard), 23 février 1999, vol. 326, Col. 191.

5  « A mix and match approach ».

6  Hague, W., « No to a Federal Europe », 13 Mai 1999.

7  Loc.cit.

8  Loc.cit.

9  The Daily Telegraph, 9 juin 1999.

10  The Daily Telegraph, 15 juin 1999.

11  Voir par exemple l'article du Times, 14 août 1999. On pense à Lady Thatcher, Lord Tebbit ou encore Bill Cash.

12  Maples, J., The Sterling Guarantee : Discours au congrès annuel du Parti conservateur, 5 octobre 1999.

13  Hague, W., Discours au congrès annuel du Parti conservateur, 7 octobre 1999.

14  Hague, W., Discours de lancement de la campagne, 15 février 1999.

15  Hague, W., BBC1 Interview, 24 mai 2001.

16  Duncan Smith, I., « Britain's place in a changing world », discours à Chatham House, 31 janvier 2002.

17  Loc. cit.

18  Loc.cit.

19  Loc.cit.

20  Howard, M., « A New Deal for Europe », discours prononcé à la fondation Konrad Adenauer de Berlin, 12 février 2004.

21  The Guardian, 2 juin 2004.

22  The Guardian, 15 juin 2004.

23  « We'll bin EU treaties, Redwook tells Ukip », The Guardian, 16 octobre 2004.

24  John Redwood sur Radio 4, The Guardian, 2 octobre 2004.

25  Libération, 6 décembre 2005.

26  The Guardian, 14 juillet 2006.

27  Cameron, D., « The Best is Yet to Come », discours au congrès conservateur, 4 octobre 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Tournier-Sol, « Le Parti conservateur et l’Europe depuis 1997 », Observatoire de la société britannique, 4 | 2007, 95-111.

Référence électronique

Karine Tournier-Sol, « Le Parti conservateur et l’Europe depuis 1997 », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/369 ; DOI : 10.4000/osb.369

Haut de page

Auteur

Karine Tournier-Sol

PRAG à l'Université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org