Navigation – Plan du site

Les Conservateurs écossais

Edwige Camp-Pietrain
p. 113-129

Résumé

Depuis 1999, les Conservateurs écossais ont retrouvé une représentation minimale grâce aux institutions décentralisées auxquelles ils s’opposaient. Cependant, leur progression est limitée par leurs divisions persistantes, et par les positions qu’ils adoptent, tant lors des campagnes électorales qu’au sein du Parlement écossais.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les Conservateurs écossais perdirent tous leurs sièges parlementaires, en 1994 au Parlement européen, et en 1997 à la Chambre des Communes. Ils obtinrent 7 % des sièges lors de la création des collectivités locales unitaires en 1995. Cet effondrement est dû au rejet des politiques des gouvernements Thatcher et Major. Or le Parti conservateur est, depuis 1945, le seul à avoir obtenu une majorité absolue des suffrages écossais, en 1955. Depuis 1999, il a retrouvé une influence grâce à deux réformes auxquelles il s’opposait, la création du Parlement écossais, et son élection en partie à la représentation proportionnelle.

  • 1  Leur nombre est estimé à 16 000, contre 18 800 pour les Travaillistes, 10 000 pour le SNP, et 5 00 (...)
  • 2  Pour un bilan de la première législature, Camp, E., « Le Parti conservateur en Écosse depuis 1997  (...)

2 Depuis 1999, les Conservateurs écossais recueillent 15-16 % des suffrages (18-19 % aux élections européennes). Au scrutin majoritaire, ils ont obtenu 1 siège sur 59 à la Chambre des Communes en 2005, 10 % (122 sur 1221) des sièges aux élections locales de 2003. Par contre, ils disposent de 14 % des élus au Parlement écossais (18 sur 129), dont 27 % des élus à la représentation proportionnelle, et 2 députés au Parlement européen sur 7 Écossais. Ils demeurent le quatrième parti écossais en sièges, derrière les Travaillistes, le Scottish National Party (SNP) et les Libéraux-démocrates, mais devancent ces derniers en voix (sauf aux élections britanniques). Ils constituent le deuxième parti s’agissant des adhérents1. Pour expliquer ces résultats, leurs campagnes électorales, leurs divisions, et l’attitude de leurs élus seront évoquées, notamment depuis les deuxièmes élections au Parlement écossais en 20032, jusqu’au début de l’année 2006.

Les campagnes électorales

  • 3  Les dépenses des Conservateurs, Travaillistes, Libéraux-démocrates et SNP s’élevaient respectiveme (...)
  • 4  En 2003, les Conservateurs ont dépensé 323 279£, les Travaillistes 726 702£, les Libéraux-démocrat (...)

3 Les Conservateurs écossais adoptent la stratégie d’un grand parti. Aux élections britanniques, leurs dépenses sont comparables à celles des Travaillistes, et supérieures à celles des autres partis3. L’écart est plus faible aux élections à Holyrood ; l’enjeu semble moindre4.

  • 5  Nos calculs d’après ibid. Ces sièges sont Angus, Aberdeenshire West, Argyll&Bute, Ayr, Dumfries, E (...)
  • 6  A Ayr, le conseil a fermé une résidence pour personnes âgées ; les Conservateurs bénéficièrent aus (...)
  • 7  Duncan mena campagne dans la seule région écossaise touchée par la fièvre aphteuse, Dinwoodie, R., (...)

4 Au plan local, ils cherchent à reconquérir une quinzaine de sièges, urbains et ruraux ; ils dépensent plus de 70 % des plafonds autorisés5. Ils ont récupéré Ayr au Parlement écossais lors d’une élection partielle en 2000, l’ont conservé en 2003. Ils ont gagné Galloway & Upper Nithsdale aux élections générales de 2001, et au Parlement écossais en 2003, mais ont perdu le siège, remanié (Dumfries & Galloway), aux élections générales de 2005, où ils ont gagné le siège voisin (Dumfriesshire, Clydesdale, Tweeddale). Ils ont gagné Edinburgh Pentlands à Holyrood en 2003. Les facteurs locaux furent déterminants. John Scott et David McLetchie profitèrent du mécontentement à l’égard des décisions financières des collectivités locales travailliste de Ayr et Edimbourg6. Peter Duncan puis David Mundell se présentèrent comme les défenseurs des intérêts ruraux périphériques négligés à Dumfries7.

  • 8  Nos calculs des coefficients de corrélation entre votes et données socio-économiques issues du rec (...)
  • 9  British Election Study 2001, Keating, M., The Government of Scotland, Edinburgh University Press, (...)
  • 10  MacLeod, M., « Dewar was by Far the Best First Minister Yet », Scotland on Sunday, 20/04/03, Frase (...)

5 Dans le reste de l’Écosse, les Conservateurs ont des résultats faibles ; en 2005 comme en 2003, ils ont obtenu moins de 20 % dans trois-quarts des sièges (pertes de 4 et 1 cautions). La structure de leur vote est comparable à celle du vote libéral-démocrate, plus élevée dans les sièges aisés8. Dans chaque classe sociale, les Conservateurs sont devancés par les Travaillistes, et par le SNP, surtout dans la classe qui leur est la plus favorable, la petite bourgeoisie ; ils sont également talonnés par les Libéraux-démocrates9. En dépit d’un noyau dur de fidèles du parti, David McLetchie était le moins apprécié des leaders écossais, en 2005 comme en 2003, où Malcolm Rifkind, ancien Secrétaire d’État à l’Écosse, lui était préféré10.

  • 11  Mitchell, J., Bennie, L., « Thatcherism and the Scottish Question », in Rallings, C., Farrell, D., (...)
  • 12  Arter, D., The Scottish Parliament, Frank Cass, London, 2004, 241. Douglas-Hamilton n’est pas du m (...)
  • 13  James Douglas-Hamilton, Alex Fergusson, Jamie McGrigor. Les biographies des députés figurent dans (...)
  • 14  Annabel Goldie, Murray Tosh, Margaret Mitchell, Mary Scanlon, Jamie McGrigor, Murdo Fraser, Nanett (...)
  • 15  Outre Gallie en 2001, David Mundell, Jamie McGrigor, Alex Johnstone et Ben Wallace en 2005.

6 Or en 2005, Malcolm Rifkind a choisi de se présenter dans un siège anglais à la Chambre des Communes, confortant l’image anglaise dont les Conservateurs souffrent depuis Margaret Thatcher11. Parmi les députés battus en 1997, seuls deux se présentèrent, et furent élus, au Parlement écossais en 1999 : James Douglas-Hamilton et Phil Gallie, qui continue à le critiquer12. Les 18 députés conservateurs au Parlement écossais se distinguent de tous leurs adversaires, car 4 ont fréquenté Eton13, et 9 s’étaient présentés à une élection à la Chambre des Communes14 ; 5 ont renouvelé leur tentative après avoir été élus à Holyrood, dont Gallie ; Ben Wallace a choisi un siège anglais et omet son élection à Holyrood sur son site Internet15. Le député européen Struan Stevenson s’est présenté aux élections générales.

  • 16  Manifeste 1999, 1.
  • 17  Congrès des Conservateurs écossais, Dinwoodie, R., MacLeod, C., « Tory Leader : Poll Tax was a Mis (...)
  • 18  Communiqué, 4/03/06.

7 Cependant, depuis 1999, les Conservateurs écossais multiplient les excuses. Lors des premières élections au Parlement écossais, ils publièrent un Manifeste intitulé Scotland First, et David McLetchie admettait dans son avant-propos qu’ils n’étaient plus en phase avec l’électorat écossais, suite à la réflexion menée dans toute l’Écosse par la commission Rifkind16. Peu avant l’élection écossaise de 2003, Iain Duncan Smith présenta l’introduction de la poll tax en Écosse comme une erreur17. Début mars 2006 à Perth, lors du dernier Congrès des Conservateurs écossais, leur président Peter Duncan dénonça les excès des réformes de Thatcher et Major limitant les pouvoirs des collectivités locales18.

  • 19  Horsburgh, F., Gordon, T., « SNP Out to Target Sleaze and Voter Cynicism », The Herald, 16/04/03, (...)

8 Néanmoins, en 2003, comme en 2005, les Conservateurs adoptaient des positions peu appréciées des électeurs : ils étaient favorables aux propriétaires fonciers, hostiles aux dépenses publiques pour des services publics trop centralisés. Le renforcement de la sécurité, thème plus populaire, était partagé par les autres partis ; la réduction de la fiscalité sur les entreprises ou la suppression des droits universitaires ne leur permettaient plus de se différencier. Malgré leur volonté de retrouver un affrontement classique avec les Travaillistes, ils sont en concurrence avec les Libéraux-démocrates, et le SNP. Ils les désignent avec mépris comme des partis de gauche, ajoutant que les premiers sont prêts à tous les compromis pour participer à l’exécutif, tandis que les seconds préconisent la rupture du Royaume-Uni19. Pour ces derniers, les Conservateurs demeurent comptables de leur bilan de gouvernement.

  • 20  Henderson, D., « Tories Hopeful as their Battle Van Rolls into Town », The Herald, 1/06/04, 12.

9 Les campagnes électorales britanniques sont dominées par des thèmes anglais qui ne sont pas en phase avec les attentes de l’électorat écossais, notamment l’immigration. Aux élections européennes de 2004, les deux députés écossais Struan Stevenson et John Purvis durent nuancer la position de leur parti20. Aux élections générales de 2005, ce thème a desservi le seul élu sortant conservateur, Peter Duncan, d’autant que l’exécutif et le SNP souhaitaient accueillir des immigrés pour pallier les besoins de main d’œuvre de l’Écosse. Les Conservateurs éprouvent également des difficultés à maintenir leur unité.

Les divisions internes

10 Après leur défaite de 1997, les Conservateurs écossais réformèrent leur structure selon les propositions de la commission Strathclyde. L’objectif était d’unifier les trois composantes du parti, professionnelle, associative, et parlementaire, pour valoriser les membres. Un poste de vice-président fut créé ; élus par les adhérents, ils les représentent dans la gestion quotidienne, face au président nommé par la direction britannique, après consultation locale. Cette restructuration n’a pas clarifié l’image du parti, qui a un président, et un leader à Holyrood, élu par les députés, le plus sollicité par les médias.

  • 21  Horsburgh, F., « Tories to Alter Candidate Selection System », The Herald, 30/03/02, 7, Dinwoodie, (...)
  • 22  Ritchie, M., « Ex-Tory MSP Complains of Candidate List “Fix” », The Herald, 28/10/02, 6, Dinwoodie (...)
  • 23  Fraser, D., Crawford, A., « Small but Perfectly Formed », Sunday Herald, 6/04/03.

11 Cette restructuration n’a pas mis un terme au mécontentement des adhérents, qui s’exprime à chaque élection. En 2002, ils critiquèrent la méthode d’élaboration des listes aux élections écossaises de 2003, proposée par la commission des candidatures présidée par Ian Lang21. La direction accepta de consulter l’ensemble des adhérents par correspondance, et pas seulement les militants assistant à des réunions régionales. Cependant, selon les adhérents, elle aurait favorisé la réinvestiture en tête de listes des dirigeants (David McLetchie) et de leurs proches (Margaret Mitchell)22. Un homme d’affaires aurait acheté sa troisième place sur la liste de Glasgow en finançant des adhésions, aux dépens de militants anciens. Lyndsay McIntosh et Keith Harding, deux élus rétrogradés, qui perdaient tout espoir de réélection, se présentèrent pour un nouveau parti, Scottish People Alliance, avec le soutien de Nick Johnston, qui avait démissionné du Parlement écossais en 2001 ; ils critiquèrent vivement la direction, même si leur score fut négligeable (2 %)23.

  • 24  Fraser, D., Summers, D., « Scots Tories Come Under Internal Fire on Two Fronts », The Herald, 6/06 (...)
  • 25  Hutcheon, P., « UK Tories Shun Scottish Party Over Civil War », Sunday Herald, 6/11/05. Fin octobr (...)
  • 26  Fraser, D., « Grumbles From Right as Goldie Seals Deal to Become Scottish Tory Leader », The Heral (...)

12 Peu après les élections législatives de 2005, Mars Goodman, vice-présidente des Conservateurs écossais, démissionna24. Elle estimait que l’organisation centrale ne répondait pas aux préoccupations des Écossais, notamment leurs difficultés de soins. Elle avait pourtant informé le président Duncan du découragement des militants. Elle avait également dénoncé son laxisme à l’égard du leader David McLetchie, dont la presse rapportait depuis plusieurs mois les notes de frais abusives25. Ce dernier démissionna en octobre 2005. Les députés pressentis pour lui succéder, Annabel Goldie, son adjointe, et Murdo Fraser, s’entendirent pour éviter un vote des adhérents : la première est devenue leader, le second son adjoint26.

  • 27  Stuart Randall fut exclu de la candidature, et apprit par la presse le programme de son parti, Gor (...)
  • 28  Fraser, D., « Tory By-election Candidate Unveiled », The Herald, 21/01/06, 6. Une mère célibataire (...)

13 En janvier 2006, lors de l’élection partielle de Dunfermline & West Fife à la Chambre des Communes, le leader des Conservateurs au sein de la collectivité locale annonça sa retraite en 2007, pour protester contre une direction incompétente qui prenait seule des décisions sur le court terme, concernant le programme et les candidats27. Carrie Ruxton, mère célibataire, sélectionnée aux dépens de militants anciens, était présentée comme la nouvelle image du parti28. Mais celui-ci a poursuivi son déclin (de 10,3 % en 2005 à 7,8 %).

  • 29  Cela le distinguait de Jackson Carlaw, qui occupait le poste depuis le départ de Goodman, Fraser, (...)
  • 30  Ils avaient un autre candidat, Dinwoodie, R., « Tory Split over Section 28 Stance », The Herald, 8 (...)

14 En réaction, en février 2006, les adhérents ont élu à la vice-présidence Bill Walker, qui avait critiqué la stratégie des dirigeants écossais pendant la campagne de mai 2005, et qui n’était pas candidat à une élection29. Cet ancien député, qui avait pris des positions europhobes et homophobes, avait déjà occupé ce poste de 2000 à 2002, contre le souhait de la majorité des députés à Holyrood30. Ce vote contrariait l’image modernisatrice du parti.

  • 31  « Why Scotland’s First Minister Had to Go », The Herald, 9/11/01, 22, Gordon, T., Summers, D., « M (...)
  • 32  Il avait quitté le Cabinet fantôme écossais en juin. « Taking a Back Seat », The Herald, 1/11/05, (...)
  • 33  « MSP Monteith Returns £250 in Taxi Expenses », The Herald, 3/02/06, 5.

15 La démission du leader McLetchie illustre d’autres difficultés des Conservateurs écossais. Leurs comportements se trouvent parfois en contradiction avec les valeurs qu’ils affichent. McLetchie s’était fait rembourser par le Parlement des courses de taxi à des fins personnelles. Or il avait mis en cause la probité des Premiers ministres écossais, tant la sous-location des permanences électorales d’Henry McLeish (entraînant sa démission en novembre 2001), que les vacances passées par son successeur Jack McConnell avec la famille de la journaliste Kirsty Wark en décembre 200431. Le député Brian Monteith, qui critiquait son leader, dut reconnaître sa responsabilité dans sa chute, et démissionna du parti, tout en conservant son siège32. Qui plus est, il dut lui aussi revoir ses notes de frais33.

  • 34  Il avait voté sa réforme au Parlement européen. Dinwoodie, R., « Backlash over MEP’s Expenses Clai (...)
  • 35  Gordon, T., « McLetchie Quits Law Firm after Row over “Interests” », The Herald, 19/02/05, 1.
  • 36  Hutcheon, P., « Tory MEP Accused of Having “Conflicts of Interests”’, Sunday Herald, 19/02/06.

16 En 2004, au début de la campagne européenne fondée sur la lutte contre la corruption, Struan Stevenson fut accusé d’abuser des défraiements, mais en profita pour dénoncer le système34. En 2005, David McLetchie dut quitter son cabinet de juristes, soupçonné de favoriser ses clients au Parlement35. Début 2006, il est apparu que John Purvis avait des intérêts dans des fonds spéculatifs, dont il avait pris la défense au Parlement européen36.

  • 37  Dinwoodie, R., « MSP will Escape Discipline on Press Claims », The Herald, 31/01/05, p. 6
  • 38  Il a changé de siège comme Murdo Fraser, « Tory List MSP Dumped in Selection Vote », Edinburgh Eve (...)

17 En janvier 2004, David Davidson, soupçonné d’entretenir une liaison avec une adversaire nationaliste à Holyrood, abandonna ses responsabilités en matière de santé, car il défendait l’unité de la famille37. Il n’a pas obtenu la réinvestiture de son association locale38. Peu avant les élections législatives de 1997, Michael Hirst avait démissionné de la présidence en raison de rumeurs sur sa vie privée, et avait été remplacé par Annabel Goldie.

18 Les Conservateurs rendent les médias responsables de ces démissions, mais les journalistes se contentent de rapporter les dénonciations internes au parti. De plus, de 1995 à 2005, le Scotsman racheté par les frères Barclay et dirigé par Andrew Neil, défendit des thèmes proches de leurs préoccupations, à défaut de les soutenir ouvertement.

  • 39  Ritchie, M., « Internal Upheaval Certain as Scots Tories Plan Survival Strategy », The Herald, 4/0 (...)

19 En outre, à l’issue de chaque défaite depuis 1997, certains membres prônent la création d’un Parti conservateur écossais en alliance permanente avec les Conservateurs britanniques : Arthur Bell, à gauche, en 1997, Murdo Fraser et Brian Monteith, à droite, en 2005. L’objectif serait d’entériner leur autonomie dans les structures sur le modèle de la CDU/CSU en Allemagne39. David McLetchie s’opposa à ces réformes.

  • 40  McWhirter, I., « It’s the Economy Stupid, but Holyrood Can’t Fix It », Sunday Herald, 6/04/03.
  • 41  Settle, M., « Tories Plan to Send £204 bn Tax on Profits to Holyrood », The Herald, 13/02/06, 2.

20 De plus, chaque défaite est suivie de projets d’autonomie fiscale du Parlement écossais. En 2003, il était question de créer une commission d’enquête40. McLetchie demeurait réticent, estimant représenter les milieux financiers. Murdo Fraser, partisan de cette évolution, est désormais leader-adjoint, et David Mundell approuve cette réflexion41.

  • 42  Murray Tosh fut reconduit. Taylor, B., Scotland’s Parliament, Edinburgh University Press, Edinburg (...)
  • 43  Warner, G., « Forget Devolution, it’s Deselection or Die for Scots Tories », Scotland on Sunday, 1 (...)
  • 44  Fraser, D., « Tory Calls for SNP Pact », The Herald, 4/11/05, 1, Hutcheon, P., « Top Scots Tories (...)

21 La droite conserve une influence. Brian Monteith, Murdo Fraser, Phil Gallie, élus au Parlement écossais, Struan Stevenson à Bruxelles, sont favorables aux idées néo-libérales que les Écossais avaient rejetées. En 2001, la droite essaya de neutraliser Annabel Goldie, en la proposant pour la vice-présidence du Parlement, mais elle refusa42. Début 2006, cette tendance juge Goldie, leader du parti, moins habile que McLetchie lors des questions au Premier ministre43. Les commentateurs s’interrogent sur l’unité de la direction. Goldie s’est gardée d’afficher un programme, Fraser a des convictions arrêtées. Goldie et Mundell refusent une coalition avec le SNP, envisagée par Fraser, et Stevenson44. En mars 2006, Peter Duncan a lancé une consultation sur le programme, auprès des membres et de personnes extérieures.

  • 45  MacLeod, C., Settle, M., « Howard Sacks his Shadow Scottish Secretary », The Herald, 20/05/05, 1.
  • 46  Time for Common Sense in Scotland, Manifeste 2001, chapitre 10.
  • 47  Il percevait un affaiblissement du Scotland Office intégré à un ministère des affaires constitutio (...)
  • 48  Tempest, M., « Cameron Pledges to Work with Scottish Executive », The Guardian, 20/12/05.

22 Les Conservateurs ont accepté la décentralisation. David McLetchie eut une influence prééminente. Il intégra dans son équipe Brian Monteith, qui avait mené la campagne d’opposition au référendum de 1997. En mai 2005, il obtint de Michael Howard le remplacement de James Gray, porte-parole pour l’Écosse au sein du Cabinet fantôme, car il remettait en cause la décentralisation45. Les Conservateurs ont proposé des aménagements institutionnels, tel l’exercice de la fonction de Secrétaire d’État à l’Écosse par un ministre du Cabinet46. Cette réforme fut appliquée par le gouvernement Blair en 2003, mais Peter Duncan en a dénoncé les modalités47. David Cameron a rendu visite aux institutions écossaises dès son élection en décembre 2005, pour démontrer sa volonté de coopération48.

  • 49  Entretien avec un journaliste, Taylor, B., op.cit., 194.
  • 50  Site internet www.scottishtories.org.uk
  • 51  Scottish Parliament (constituencies) act, c.13, le 4/05/04, col.1237, pour dissocier le nombre de (...)

23 Cette acceptation demeure nuancée. En 2001, McLetchie indiqua qu’il aurait préféré qu’il n’y ait pas de décentralisation49. L’appel aux dons des Conservateurs écossais est motivé par l’opposition aux institutions décentralisées, dirigées par une élite de gauche, qui gaspille l’argent public, est source d’instabilité pour les entreprises, d’insécurité pour la population50. Ils proposaient de réduire le nombre de ministres et de députés à Holyrood, en 2003 comme en 2005, malgré le vote de la Chambre des Communes, auquel Peter Duncan s’est opposé51. Ils ont dénoncé le coût du siège du Parlement, surnommé Follyrood.

  • 52  Lettre, The Herald, 26/07/99, 12. Il s’était opposé à la décentralisation en 1997 (mais pas en 197 (...)
  • 53  Chambre des Lords, Hansard, 1/02/05, col.186.
  • 54  Lang, I., Blue Remembered Years, Politico’s, London, 2002, chapitre 9.

24 Des adversaires de la décentralisation ne désarment pas. Struan Stevenson dénonce les décisions rurales du Parlement écossais52. Michael Forsyth estime qu’il devrait être remplacé par une commission de la Chambre des Communes53. Ian Lang juge l’Écosse marginalisée54. Ces deux derniers furent Secrétaires d’État à l’Écosse, et siègent à la Chambre des Lords. Or le Parlement écossais permet aux Conservateurs d’exercer une influence.

Les élus conservateurs écossais

  • 55  Manifeste 2001, op.cit., chapitre 10, Manifeste 2005, op.cit., 22.

25 L’élu conservateur à la Chambre des Communes exerce une influence limitée, fait seulement partie de la commission des affaires écossaises. Dès 2001, Peter Duncan déclara qu’il ne voterait pas sur les sujets « anglais », qui en Écosse sont décentralisés, en conformité avec les Manifestes de 2001 et 200555. Il n’était pas porte-parole principal pour l’Écosse au Cabinet fantôme de Iain Duncan Smith mais le devint avec Michael Howard. Son successeur David Mundell, proche de David Cameron, est responsable des questions écossaises.

  • 56  Selon lui, l’Union européenne menaçait la cornemuse, les tracteurs agricoles, Fraser, D., « He’s a (...)
  • 57  Fraser, D., « Tories Refuse to Join “Fascists” », The Herald, 13/12/05, 8.

26 Au Parlement européen, les deux Conservateurs écossais occupent des positions stratégiques pour l’Écosse. Struan Stevenson, qui a des intérêts agricoles, appartient à la commission de la pêche qu’il a présidée jusqu’en 2004 et fait partie (comme suppléant) de la commission de l’agriculture. Ces secteurs attirent l’attention des médias, qu’il cultive56. Malgré ses divergences avec son groupe, le parti populaire européen, favorable à l’intégration européenne, il refuse de le quitter comme l’y incite David Cameron57. John Purvis, ancien banquier d’affaires, fait partie de la commission des affaires monétaires et financières.

  • 58  Dépendants de l’héritage de leurs prédécesseurs en 2006, ils ont pris des engagements de modératio (...)
  • 59  Local Governance (Scotland) act 2004, asp 9, le 23/06/04, col.9457, David Mundell ; deux députés o (...)

27 Les Conservateurs ne détenant aucune collectivité locale à l’issue des élections de 2003, ils constituent au mieux des forces d’appoint (Aberdeen, Dundee, Perth&Kinross, et surtout Borders). Depuis janvier 2006, suite à la perte d’un siège par les Travaillistes, ils sont majoritaires dans la collectivité de South Ayrshire, leur principale cible en 2003. Ils veulent en faire un exemple au plan fiscal58. Ils devraient progresser en 2007, grâce à l’introduction de la représentation proportionnelle sur décision du Parlement écossais. En 2004, ils votèrent pourtant contre cette réforme, pour maintenir le lien entre l’électeur et l’élu59.

  • 60  Ils ont un membre sur 7 ou 9, voire 2 sur 9 et 7 pour l’économie et la justice (n° 1).

28 Au Parlement écossais, les Conservateurs disposent d’une vice-présidence, confiée depuis 2001 à Murray Tosh, qui était favorable à la décentralisation. Ils détiennent la présidence de la commission de la justice n° 2 (Annabel Goldie, puis David Davidson), et la vice-présidence de la commission des pétitions (John Scott). Ils ont des représentants dans chaque commission60, qui ont un rôle important en l’absence de seconde chambre.

29 D’après leurs positions lors de l’adoption finale des textes, ils accompagnent le consensus social-démocrate écossais, en l’adaptant à leur idéologie.

  • 61  Ethical Standards in Public Life etc (Scotland) act 2000, asp 7, le 21/06/00, col.596, Keith Hardi (...)
  • 62  Family Law (Scotland) act 2006, asp 2, le 15/12/05, col.21946, Margaret Mitchell, l’un des six élu (...)
  • 63  Trois ont voté pour, Annabel Goldie s’est abstenue. Le parti n’a pas adopté de dispositif de promo (...)

30 Ils se veulent les gardiens de la morale familiale. Ils furent quasiment les seuls à rejeter en 2000 l’abolition de la section 28 de la loi de 1986 qui interdisait d’évoquer l’homosexualité comme relation familiale stable dans les écoles, car l’exécutif avait concédé la rédaction de directives sur la valeur du mariage, mais refusait de les inscrire dans la loi61. Fin 2005, ils se divisèrent sur la loi facilitant le divorce ; en commission, ils avaient fait approuver un amendement pour allonger la période de séparation nécessaire, que l’exécutif a refusé, et certains ont estimé qu’il s’agissait d’un motif de rejet du texte62. Leurs quatre élues ne faisaient pas partie de ces derniers63.

  • 64  Protection of Wild Mammals (Scotland) act 2002 asp 6, le 12/02/02, col.6499, Alex Fergusson, Land (...)
  • 65  Manifeste 2003, op.cit., chapitre 6, Manifeste 2005, op.cit., 23.
  • 66  Alex Johnstone utilisa son vote prépondérant en l’absence d’un élu travailliste, McDonell, Hamish, (...)

31 Les députés conservateurs défendent les propriétaires ; cinq d’entre eux ont des intérêts fonciers. Ils furent les seuls à s’opposer en 2002 à l’interdiction de la chasse à courre, et en 2003 aux réformes facilitant l’achat des domaines par les fermiers et les résidents (lors de leur mise en vente), et surtout par les crofters (à tout moment) ; ils jugeaient ces mesures néfastes pour les communautés rurales car les propriétaires cesseraient d’investir64. Ils promettaient la révision des textes en 2003, proposition limitée à la chasse à courre en 200565. Lors de la première législature, la présidence de la commission des affaires rurales leur permit de mobiliser des majorités, pour imposer l’élection des conseils des Parcs nationaux, ou rejeter l’interdiction de la chasse à courre, rejet remis en cause en session plénière66.

  • 67  Criminal Justice (Scotland) act 2003 asp 7, le 20/02/03, col.18541, James Douglas-Hamilton (absten (...)
  • 68  Ils votèrent contre le Breastfeeding etc (Scotland) act 2005 asp 1, le 18/11/04, col. 12110, Nanet (...)

32 Les Conservateurs écossais refusent l’ingérence de l’Etat dans la vie privée. Ils furent les seuls à refuser l’interdiction de gifler les enfants (sur la tête ou à l’aide d’instruments) en 200367, et l’interdiction d’empêcher l’allaitement maternel dans les lieux publics en 200468.

  • 69  Ils votèrent contre le NHS Reform (Scotland) act 2004 asp 7 le 6/05/04, col.8163, David Davidson, (...)
  • 70  Ils votèrent contre le Standards in Scotland’s Schools (etc) act 2000 asp. 6, le 7/06/00, col.85, (...)
  • 71  Ils s’opposèrent avec le SNP et le SSP au School Education (Ministerial Powers and Independent Sch (...)
  • 72  Ils s’abstinrent, Charities and Trustee Investment (Scotland) act 2005 asp.10, col.17883, Mary Sca (...)
  • 73  Manifeste 2005, op.cit., 9.
  • 74  Il collaborait avec l’exécutif pour financer des associations caritatives pour les enfants sortant (...)

33 Ils souhaitent préserver leurs réformes néo-libérales en matière de santé et d’éducation. En 2004, ils s’opposèrent à la loi supprimant les trusts, assimilée à une recentralisation, et jugèrent insuffisant le projet ministériel de contrats avec le secteur privé dans les domaines déficitaires ; leurs modèles de référence sont les foundation hospitals mis en place par le gouvernement Blair69. Ils défendent l’autonomie des écoles : ils furent les seuls à rejeter l’abolition de la possibilité, pour les écoles publiques, de s’affranchir de la tutelle des collectivités locales, peu utilisée (en 2000)70, et le renforcement des pouvoirs ministériels d’intervention auprès d’écoles en échec (en 2004)71. En 2005, ils furent les seuls à critiquer la réforme des organismes à but non lucratif ouvrant droit aux avantages fiscaux, car les écoles privées pourraient en être exclues en raison des droits qu’elles appliquent72. Les Conservateurs prônent les écoles spécialisées qui ont les faveurs du gouvernement Blair73. Or l’exécutif écossais a accepté en 2005 d’impliquer des chefs d’entreprise dans des écoles en échec, mais sans leur autoriser une influence pédagogique. Malgré ces limites, le principal bailleur de fonds des Conservateurs, Irvine Laidlaw, manifesta rapidement son intérêt74.

  • 75  17/06/99, col.601-602, Brian Monteith.
  • 76  Ils votèrent contre, le SNP s’abstint, sur le Education and Graduate Endowment & Student Support)( (...)
  • 77  Ils s’abstinrent et le SNP vota contre le Further and Higher Education (Scotland) act 2005 asp 6, (...)

34 Les Conservateurs écossais sont favorables à l’abolition des droits d’inscription universitaire au nom de la gratuité de l’enseignement75, et rejetèrent en 2001 le paiement d’une somme fixe et modeste à l’entrée dans la vie active, considéré comme un impôt sur les diplômés, limité aux étudiants écossais en Écosse76. En 2005, lorsque l’exécutif fit voter une loi lui permettant d’augmenter les droits pour certaines catégories d’étudiants et de matières, pour limiter l’afflux prévisible d’étudiants anglais, ils se montrèrent réservés, car cela pouvait être une étape vers l’adoption des droits anglais, variables et élevés77.

  • 78  Community Care & Health (Scotland) act 2002 asp. 5, le 6/02/02, col.6098, Mary Scanlon.
  • 79  Alex Fergusson à Dumfries&Galloway et David McLetchie à Edimbourg s’intéressent notamment aux repa (...)
  • 80  Free School Meals bill, première lecture le 20/06/02, col.12986, Brian Monteith, col.13001, Murdo (...)

35 Ils approuvèrent, avec leurs adversaires, les principes universalistes pour la prise en charge publique des frais de soins personnels des personnes âgées dépendantes, car elle leur permet de choisir leur mode de vie78 ; en fait, comme l’abolition des droits d’inscription, cette loi bénéficie aux plus aisés, exclus des aides jusque-là. Depuis son entrée en vigueur, ils veillent à son application uniforme par les collectivités locales79. Cependant, ils refusèrent, avec la majorité, la proposition de loi du SSP sur la gratuité des repas scolaires, soulignant que les enfants en tant que consommateurs pouvaient ne pas aimer la cantine80.

  • 81  Débat du 30/09/04, organisé par les Conservateurs, col.10748, David Davidson, sur les hôpitaux. Vo (...)
  • 82  Manifeste 2005, op.cit., 9 et 12.
  • 83  Denholm, A., « Parent Power Saves Rural Schools », The Herald, 11/08/05, 1.

36 Ils ont réagi à l’opposition des citoyens aux fermetures ou regroupements d’écoles et d’hôpitaux, manifestées à l’aide de pétitions adressées au Parlement écossais. Ce dernier demande des comptes à l’exécutif, qui s’affirme incompétent sur des décisions de collectivités locales élues ou de conseils régionaux de santé. Les Conservateurs ont utilisé la tribune parlementaire pour s’opposer aux fermetures81, les jugeant impossibles si une réelle influence était accordée aux parents et aux patients, ainsi qu’aux professionnels de santé et d’éducation, comme ils le proposaient en 2003 et en 200582. Irvine Laidlaw a exercé des pressions dans sa collectivité d’origine (Moray) et obtenu une suspension de la fermeture d’une école83.

  • 84  Débat déjà cité, 20/02/03, col.18537, Bill Aitken.
  • 85  Seuls le SSP et les Verts ont voté contre le Antisocial Behaviour etc (Scotland) act 2004 asp 8, l (...)
  • 86  Adams, L., Briggs, B., « More Asbos on the Way for Under-16s », The Herald, 21/09/05, 1.
  • 87  Ils s’abstinrent le 11/09/03, col.1591, Annabel Goldie.
  • 88  22/09/05, col. 19378, Mary Scanlon. Bill Aitken critiqua l’impuissance de l’exécutif, 23/11/05, co (...)
  • 89  Hutcheon, P., ‘Cameron Ally Urges U-Turn on Opposition to Fresh Talent », Sunday Herald, 15/01/06.

37 En matière sécuritaire, s’ils estimaient insuffisante la loi de 200384, ils approuvèrent la loi de 2004 qui étend aux jeunes de 12 à 15 ans les anti-social behaviour orders (arrêtés visant à prévenir les délits, mis en place par le gouvernement Blair), loi qui prévoit aussi le port de bracelets électroniques par des adolescents et des sanctions pour les parents85. A l’automne 2005, ils se félicitaient des premières applications par les collectivités locales86. S’agissant des enfants de demandeurs d’asile placés en rétention, ils ont rejoint le consensus écossais. En 2003, ils estimaient que la responsabilité incombait aux comportements des parents et rappelaient qu’il s’agissait d’un domaine réservé aux institutions britanniques87. Mais en septembre 2005, ils dénoncèrent les méthodes des services britanniques de l’immigration lors de l’interpellation des familles déboutées88. David Mundell a proposé de soutenir la politique de l’exécutif visant à encourager le travail en Écosse des étrangers diplômés des Universités écossaises89.

  • 90  Fraser, D., « Tories Talk Up Labour Coalition Offer », The Herald, 5/06/06, 6.
  • 91  Barnes, E., « Cameron Faces Big Scottish Questions », Scotland on Sunday, 18/12/05.
  • 92  Fraser, D., « Scottish Tories Rethink Manifesto to Fall In Behind Cameron Policies », The Herald, (...)

38 Les Conservateurs ont perdu un député au Parlement écossais, ce qui réduit à 16 leurs députés actifs. Ils semblent considérer cette enceinte comme subalterne, tant par leurs dépenses que par le choix des personnes, malgré leurs discours officiels. Cependant, c’est par son intermédiaire qu’ils pourront retrouver un réel pouvoir en Écosse. Annabel Goldie comme Murdo Fraser en sont tous deux conscients, à tel point qu’en juin 2006, ils n’excluent plus d’apporter leur soutien, selon les enjeux, tant au SNP qu’aux Travaillistes90. Ils ont par ailleurs des positions divergentes. A ces difficultés internes s’ajoute la nécessité de conciliation avec le leader britannique David Cameron. Ce dernier inquiète des adhérents relativement âgés, que Goldie rassure. Ses directives concernant le choix des candidats ne s’appliquent pas à l’Écosse. David Mundell, président de la commission qui supervise les candidatures, leur est favorable, mais Goldie est opposée à la promotion des minorités91. De même, Cameron a abandonné deux politiques auxquelles les Conservateurs écossais sont attachés, le choix des patients et le rejet des droits d’inscription universitaires92.

Haut de page

Notes

1  Leur nombre est estimé à 16 000, contre 18 800 pour les Travaillistes, 10 000 pour le SNP, et 5 000 pour les Libéraux-démocratesqui déclarent ces chiffres,MacLeod, M., « Panic within Labour as Membership Falls », Scotland on Sunday, 5/03/06. L’élection de David Cameron en décembre 2005 aurait entraîné une recrudescence des adhésions (2000 selon le leader au Congrès de Perth le 3/03/06), notamment chez les étudiants (400 selon Bussey, K., « Party Claims Students Flocking to Join Them », The Scotsman, 28/12/05).

2  Pour un bilan de la première législature, Camp, E., « Le Parti conservateur en Écosse depuis 1997 », in Charlot, M. (ed.), Le Parti conservateur en Grande-Bretagne, Ophrys-Ploton, Paris, 2003, 102-120.

3  Les dépenses des Conservateurs, Travaillistes, Libéraux-démocrates et SNP s’élevaient respectivement à 1 317 192£, 1 636 450£, 435 406£, 193 987£ en 2005, d’après Electoral Commission, Register of Campaign Expenditure, et à 254 829£, 188 582£, 57 964£, 93 304£ en 2004, d’après Electoral Commission, 2004 European Parliament Election in the United Kingdom. Campaign Spending.

4  En 2003, les Conservateurs ont dépensé 323 279£, les Travaillistes 726 702£, les Libéraux-démocrates 130 360£, et le SNP 473 107£, Electoral Commission, Parliament Election 2003. Campaign Spending.

5  Nos calculs d’après ibid. Ces sièges sont Angus, Aberdeenshire West, Argyll&Bute, Ayr, Dumfries, Eastwood, Edinburgh Pentlands, Edinburgh South, Edinburgh West, Fife North-East, Galloway&Upper Nithsdale, Gordon, Moray, Perth, Stirling, Tayside North, Tweeddale. En 2005, selon le SNP, les Conservateurs ont dépensé 45000£ pour l’envoi de courriers et DVD dans quatre sièges cibles, avant le début de la campagne Fraser, D., « Marginal Focus on the Silver Tay Sees all the Parties Throwing in Resources », The Herald, 2/05/05, 6.

6  A Ayr, le conseil a fermé une résidence pour personnes âgées ; les Conservateurs bénéficièrent aussi de leur campagne nationale d’opposition à la section 28, mais s’en défendaient, Steele, D., « Candidate Tackled on Cuts Stance », The Herald, 10/03/00, 6, Dinwoodie, R., « Ayr Raises Hague’s Hopes for Election », The Herald, 18/03/00, 1. A Édimbourg, le conseil proposait un péage urbain, The Herald, 3/05/03, supplément, 6.

7  Duncan mena campagne dans la seule région écossaise touchée par la fièvre aphteuse, Dinwoodie, R., « Tory Political Virgin with a Weight on Broad Shoulders », The Herald, 9/06/01, 4. En 2005, il n’a pas su exploiter la pénurie de dentistes du secteur public, et affrontait deux anciens députés, Fraser, D., « Tories Make Independence Pitch to Sway Voters », The Herald, 2/05/05, 6. David Mundell utilisa son implantation locale, en tant qu’élu de la région à Holyrood depuis 1999, The Herald, 7/05/05, supplément, 8.

8  Nos calculs des coefficients de corrélation entre votes et données socio-économiques issues du recensement de 2001 (proportion de propriétaires occupants, possession de voitures, revenus…), 2001 Census of Population Statistics for Parliamentary Constituencies, House of Commons, London, 2004.

9  British Election Study 2001, Keating, M., The Government of Scotland, Edinburgh University Press, Edinburgh, 2005, 43.

10  MacLeod, M., « Dewar was by Far the Best First Minister Yet », Scotland on Sunday, 20/04/03, Fraser, D., « McLetchie Tops List of Worst Leaders », The Herald, 1/04/05, 9.

11  Mitchell, J., Bennie, L., « Thatcherism and the Scottish Question », in Rallings, C., Farrell, D., Denver, D., Broughton, D. (eds.), British Elections and Parties Yearbook, Frank Cass, London, 1996, 99.

12  Arter, D., The Scottish Parliament, Frank Cass, London, 2004, 241. Douglas-Hamilton n’est pas du même avis, in Watson, M., Year Zero, Polygon, Edinburgh, 2001, 177. Gallie s’est présenté aux élections générales de 2001, de même que Malcolm Rifkind et Raymond Robertson ; il a annoncé son retrait en 2007 au profit du Parlement européen. Gordon, T., « Phil Gallie to Quit Holyrood Seat », The Herald, 25/02/06, 4.

13  James Douglas-Hamilton, Alex Fergusson, Jamie McGrigor. Les biographies des députés figurent dans Hassan, G., Fraser, D., The Political Guide to Modern Scotland, Politico’s, London, 2004, 568 p.

14  Annabel Goldie, Murray Tosh, Margaret Mitchell, Mary Scanlon, Jamie McGrigor, Murdo Fraser, Nanette Milne, ainsi que Gallie et Douglas-Hamilton. Brian Monteith fit une tentative en 1992.

15  Outre Gallie en 2001, David Mundell, Jamie McGrigor, Alex Johnstone et Ben Wallace en 2005.

16  Manifeste 1999, 1.

17  Congrès des Conservateurs écossais, Dinwoodie, R., MacLeod, C., « Tory Leader : Poll Tax was a Mistake », The Herald, 18/05/02, 6.

18  Communiqué, 4/03/06.

19  Horsburgh, F., Gordon, T., « SNP Out to Target Sleaze and Voter Cynicism », The Herald, 16/04/03, 7, Dinwoodie, R., Settle, M., « Hague is Chiffed by Half-Welcome », The Herald, 3/05/05, 8.

20  Henderson, D., « Tories Hopeful as their Battle Van Rolls into Town », The Herald, 1/06/04, 12.

21  Horsburgh, F., « Tories to Alter Candidate Selection System », The Herald, 30/03/02, 7, Dinwoodie, R., « Tory Rank and File Defeat Leaders », The Herald, 17/06/02, 6.

22  Ritchie, M., « Ex-Tory MSP Complains of Candidate List “Fix” », The Herald, 28/10/02, 6, Dinwoodie, R., « Tory Election Candidate Resigns », The Herald, 31/10/02, 6.

23  Fraser, D., Crawford, A., « Small but Perfectly Formed », Sunday Herald, 6/04/03.

24  Fraser, D., Summers, D., « Scots Tories Come Under Internal Fire on Two Fronts », The Herald, 6/06/05, 8.

25  Hutcheon, P., « UK Tories Shun Scottish Party Over Civil War », Sunday Herald, 6/11/05. Fin octobre 2005, la motion de défiance d’une association locale avait été bloquée au conseil national, qui réunit les députés et les adhérents quatre fois par an, Hutcheon, P., « “Taxigate” Crisis Deepens », Sunday Herald, 3/10/05.

26  Fraser, D., « Grumbles From Right as Goldie Seals Deal to Become Scottish Tory Leader », The Herald, 3/11/05, 1.

27  Stuart Randall fut exclu de la candidature, et apprit par la presse le programme de son parti, Gordon, T., « Senior Tory Councillor to Quit over “Frustation” at Party Leadership », The Herald, 31/01/06, 6.

28  Fraser, D., « Tory By-election Candidate Unveiled », The Herald, 21/01/06, 6. Une mère célibataire de couleur fut présélectionnée, Hutcheon, P., « Power Struggle in the Kingdom », Sunday Herald, 5/02/06.

29  Cela le distinguait de Jackson Carlaw, qui occupait le poste depuis le départ de Goodman, Fraser, D., « Walker Goes to Tory Party Headquarters in Second Stint as Deputy Chairman », The Herald, 28/02/06, 1, Swanson, I., « Cameron Brings Big Guns in Hope of Scots Fightback », Edinburgh Evening News, 2/03/06.

30  Ils avaient un autre candidat, Dinwoodie, R., « Tory Split over Section 28 Stance », The Herald, 8/06/00, 6, Dinwoodie, R., « Tory Split Widens as Top Party Worker Quits », The Herald, 24/06/00, 1.

31  « Why Scotland’s First Minister Had to Go », The Herald, 9/11/01, 22, Gordon, T., Summers, D., « McConnell Breaks Silence over Wark », The Herald, 7/01/05, 9.

32  Il avait quitté le Cabinet fantôme écossais en juin. « Taking a Back Seat », The Herald, 1/11/05, 15, Dinwoodie, R., « New Broom Goldie in Swipe at Holyrood’s Pampered Inmates », The Herald, 9/11/05, 6.

33  « MSP Monteith Returns £250 in Taxi Expenses », The Herald, 3/02/06, 5.

34  Il avait voté sa réforme au Parlement européen. Dinwoodie, R., « Backlash over MEP’s Expenses Claim Overshadows Tory Manifesto Launch », The Herald, 30/04/04, 1

35  Gordon, T., « McLetchie Quits Law Firm after Row over “Interests” », The Herald, 19/02/05, 1.

36  Hutcheon, P., « Tory MEP Accused of Having “Conflicts of Interests”’, Sunday Herald, 19/02/06.

37  Dinwoodie, R., « MSP will Escape Discipline on Press Claims », The Herald, 31/01/05, p. 6

38  Il a changé de siège comme Murdo Fraser, « Tory List MSP Dumped in Selection Vote », Edinburgh Evening News, 30/11/05, Fraser, D., « Fight for the Safe Holyrood Seat Begins », The Herald, 4/01/06, 10.

39  Ritchie, M., « Internal Upheaval Certain as Scots Tories Plan Survival Strategy », The Herald, 4/06/01, 8, Dinwoodie, R., « Tories Claim Backing for Breakaway », The Herald, 24/05/05, 1.

40  McWhirter, I., « It’s the Economy Stupid, but Holyrood Can’t Fix It », Sunday Herald, 6/04/03.

41  Settle, M., « Tories Plan to Send £204 bn Tax on Profits to Holyrood », The Herald, 13/02/06, 2.

42  Murray Tosh fut reconduit. Taylor, B., Scotland’s Parliament, Edinburgh University Press, Edinburgh, 2002, 196.

43  Warner, G., « Forget Devolution, it’s Deselection or Die for Scots Tories », Scotland on Sunday, 19/02/06. Fraser, D., « Challenge is to Find a New New Labour in Scotland’, The Herald, 1/03/06, 14.

44  Fraser, D., « Tory Calls for SNP Pact », The Herald, 4/11/05, 1, Hutcheon, P., « Top Scots Tories Split over a Deal with SNP », Sunday Herald, 5/03/06.

45  MacLeod, C., Settle, M., « Howard Sacks his Shadow Scottish Secretary », The Herald, 20/05/05, 1.

46  Time for Common Sense in Scotland, Manifeste 2001, chapitre 10.

47  Il percevait un affaiblissement du Scotland Office intégré à un ministère des affaires constitutionnelles, MacLeod, C., « Liddell Ousted as Reshuffle Sweeps Away Scotland Office », The Herald, 13/06/03, 1.

48  Tempest, M., « Cameron Pledges to Work with Scottish Executive », The Guardian, 20/12/05.

49  Entretien avec un journaliste, Taylor, B., op.cit., 194.

50  Site internet www.scottishtories.org.uk

51  Scottish Parliament (constituencies) act, c.13, le 4/05/04, col.1237, pour dissocier le nombre de sièges écossais à la Chambre des Communes (réduit) et à Holyrood (maintenu). Manifeste 2003, Time to Do Something about it, chapitre 1. Manifeste 2005, Are You Thinking what We’re Thinking, 21.

52  Lettre, The Herald, 26/07/99, 12. Il s’était opposé à la décentralisation en 1997 (mais pas en 1979).

53  Chambre des Lords, Hansard, 1/02/05, col.186.

54  Lang, I., Blue Remembered Years, Politico’s, London, 2002, chapitre 9.

55  Manifeste 2001, op.cit., chapitre 10, Manifeste 2005, op.cit., 22.

56  Selon lui, l’Union européenne menaçait la cornemuse, les tracteurs agricoles, Fraser, D., « He’s an Ayrshire Farmer who Whips Up Storms in the European Parliament », Sunday Herald, 9/05/04. 

57  Fraser, D., « Tories Refuse to Join “Fascists” », The Herald, 13/12/05, 8.

58  Dépendants de l’héritage de leurs prédécesseurs en 2006, ils ont pris des engagements de modération pour 2007, Gordon, T., « South Ayrshire Raises Council Tax by 4.5 % », The Herald, 10/03/06, 6.

59  Local Governance (Scotland) act 2004, asp 9, le 23/06/04, col.9457, David Mundell ; deux députés ont voté comme eux. Leurs candidats à Holyrood sur les listes régionales se présentent aussi dans les circonscriptions.

60  Ils ont un membre sur 7 ou 9, voire 2 sur 9 et 7 pour l’économie et la justice (n° 1).

61  Ethical Standards in Public Life etc (Scotland) act 2000, asp 7, le 21/06/00, col.596, Keith Harding.

62  Family Law (Scotland) act 2006, asp 2, le 15/12/05, col.21946, Margaret Mitchell, l’un des six élus qui a voté le texte, col.21954, Murdo Fraser, l’un des six élus qui l’a rejeté, deux se sont abstenus. Cette même aile du parti se déclare opposée au projet d’extension de l’adoption aux couples homosexuels, Hutcheon, P., « Judaeo-Christian Deals are Best For Tories, Says Deputy Leader », Sunday Herald, 12/03/06.

63  Trois ont voté pour, Annabel Goldie s’est abstenue. Le parti n’a pas adopté de dispositif de promotion des femmes : Goldie et Margaret Mitchell étaient en première position sur les listes régionales, contrairement à Nanette Milne et Mary Scanlon. Mais elles s’intéressent aux domaines dits féminins, qui correspondent à leur formation : santé (Milne, médecin), communautés (Scanlon, maître de conférences en économie, s’est spécialisée sur le vaccin ROR et la prise en charge des personnes âgées), justice (Mitchell et Goldie, juristes).

64  Protection of Wild Mammals (Scotland) act 2002 asp 6, le 12/02/02, col.6499, Alex Fergusson, Land Reform (Scotland) Act asp. 2, le 23/01/03, col.17465, Bill Aitken, Agricultural Holdings (Scotland) act 2003 asp.11, le 12/03/03, col.19383, Alex Fergusson.

65  Manifeste 2003, op.cit., chapitre 6, Manifeste 2005, op.cit., 23.

66  Alex Johnstone utilisa son vote prépondérant en l’absence d’un élu travailliste, McDonell, Hamish, « 11th-Hour Reprieve for Hunting as MSPs Reject Bill », The Scotsman, 3/05/01. Arter, D., op.cit., 133.

67  Criminal Justice (Scotland) act 2003 asp 7, le 20/02/03, col.18541, James Douglas-Hamilton (abstention).

68  Ils votèrent contre le Breastfeeding etc (Scotland) act 2005 asp 1, le 18/11/04, col. 12110, Nanette Milne.

69  Ils votèrent contre le NHS Reform (Scotland) act 2004 asp 7 le 6/05/04, col.8163, David Davidson, col.8171, Nanette Milne, le projet Fair to all, Personal to each, le 15/12/04, col.12901, David Davidson, col.12934, Bill Aitken (le SNP, le Scottish Socialist Party -SSP- et les Verts s’y sont opposés, pour des raisons inverses).

70  Ils votèrent contre le Standards in Scotland’s Schools (etc) act 2000 asp. 6, le 7/06/00, col.85, Brian Monteith.

71  Ils s’opposèrent avec le SNP et le SSP au School Education (Ministerial Powers and Independent Schools) (Scotland) Act 2004, asp.12, col.10954, James Douglas-Hamilton.

72  Ils s’abstinrent, Charities and Trustee Investment (Scotland) act 2005 asp.10, col.17883, Mary Scanlon.

73  Manifeste 2005, op.cit., 9.

74  Il collaborait avec l’exécutif pour financer des associations caritatives pour les enfants sortant d’une tutelle, et avait investi dans une école (academy) en Angleterre. Il a donné plus de 3 millions aux Conservateurs depuis 2001. Gordon, T., « Laidlaw Promises to Help Failing Schools », The Herald, 21/02/05, 2, Settle, M., « Laidlaw Sings Tory Leader’s Praise and Promises More Cash for Party », The Herald, 8/12/05, 6.

75  17/06/99, col.601-602, Brian Monteith.

76  Ils votèrent contre, le SNP s’abstint, sur le Education and Graduate Endowment & Student Support)(Scotland) act 2001 asp 6, le 29/03/01, col.1079, Brian Monteith.

77  Ils s’abstinrent et le SNP vota contre le Further and Higher Education (Scotland) act 2005 asp 6, col.16196, Murdo Fraser.

78  Community Care & Health (Scotland) act 2002 asp. 5, le 6/02/02, col.6098, Mary Scanlon.

79  Alex Fergusson à Dumfries&Galloway et David McLetchie à Edimbourg s’intéressent notamment aux repas, Lessware, Jonathan, « Care Fees Refunds “To Cost Millions” », The Scotsman, 2/03/06.

80  Free School Meals bill, première lecture le 20/06/02, col.12986, Brian Monteith, col.13001, Murdo Fraser.

81  Débat du 30/09/04, organisé par les Conservateurs, col.10748, David Davidson, sur les hôpitaux. Voir aussi le débat du SNP sur les écoles, 25/03/04, col.7180, David Mundell, col.7189, James Douglas-Hamilton.

82  Manifeste 2005, op.cit., 9 et 12.

83  Denholm, A., « Parent Power Saves Rural Schools », The Herald, 11/08/05, 1.

84  Débat déjà cité, 20/02/03, col.18537, Bill Aitken.

85  Seuls le SSP et les Verts ont voté contre le Antisocial Behaviour etc (Scotland) act 2004 asp 8, le 17/06/04, col.9377, Bill Aitken.

86  Adams, L., Briggs, B., « More Asbos on the Way for Under-16s », The Herald, 21/09/05, 1.

87  Ils s’abstinrent le 11/09/03, col.1591, Annabel Goldie.

88  22/09/05, col. 19378, Mary Scanlon. Bill Aitken critiqua l’impuissance de l’exécutif, 23/11/05, col.21013.

89  Hutcheon, P., ‘Cameron Ally Urges U-Turn on Opposition to Fresh Talent », Sunday Herald, 15/01/06.

90  Fraser, D., « Tories Talk Up Labour Coalition Offer », The Herald, 5/06/06, 6.

91  Barnes, E., « Cameron Faces Big Scottish Questions », Scotland on Sunday, 18/12/05.

92  Fraser, D., « Scottish Tories Rethink Manifesto to Fall In Behind Cameron Policies », The Herald, 6/03/06, 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwige Camp-Pietrain, « Les Conservateurs écossais », Observatoire de la société britannique, 4 | 2007, 113-129.

Référence électronique

Edwige Camp-Pietrain, « Les Conservateurs écossais », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/371 ; DOI : 10.4000/osb.371

Haut de page

Auteur

Edwige Camp-Pietrain

Maître de Conférences à l'Université de Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org