Navigation – Plan du site

Good for me, good for my neighbour

Quelles politiques sociales pour les Conservateurs de David Cameron ?
Jean-Philippe Fons
p. 155-168

Résumé

Cette contribution analyse les possibles orientations que les conservateurs, sous la direction de David Cameron, impulseront aux politiques sociales dans leurs campagnes à venir. Elle s’attachera notamment à souligner la part d’héritage des précédents gouvernements conservateurs sous la direction de Margaret Thatcher et les repositionnements souhaités par les dirigeants successifs depuis 1997.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  “We will not tear up the legacy we receive from Labour …There are reforms Mr Blair and Mr Brown ha (...)
  • 2  Ces récents désaveux interviennent alors que David Cameron souscrit aux analyses de l’éditorialist (...)

1Le Parti conservateur de David Cameron s’apprête, début 2007, à jeter les bases d’un programme pour le Parti, alors que Gordon Brown semble tout désigné pour succéder à Tony Blair d’ici le début de l’été prochain. Après dix années passées dans l’Opposition, la tâche du nouveau dirigeant du Parti conservateur, qui se décrit bien volontiers comme tout autant l’héritier de Margaret Thatcher que comme l’héritier de Tony Blair1, est bien de rassembler les forces vives de son parti, quitte à ratisser très largement, en s’adressant, d’une part, à l’électorat traditionnel conservateur, aux déçus des nouveaux Travaillistes, ou aux désillusionnés des LibDems. Cette stratégie de repositionnement du Parti sur l’échiquier politique a toutefois ses limites, comme le prouvent les récentes désertions de deux éminents membres du Parti conservateur (Lord Pearson of Rannoch et Lord Willoughby de Broke) qui, contrariés par les prises de position de David Cameron sur la question européenne, ont rejoint le parti radical souverainiste UKIP (United Kingdom Independence Party). Au même moment, c’est l’économiste (et très thatchérien) Tim Congdon qui se déclarait prêt à rendre sa carte du Parti « unless the Tories drop Mr Cameron and all his misguided baggage (a badly rationalised environmentalism, third world do-goodism, holier-than-thou ‘social inclusiveness’ and the rest »2.

  • 3  Built to Last. The aims and values of the Conservative Party, The Conservative Party, 2006.
  • 4  Voir également le chapitre introductif dans J.Ph. Fons (dir.), 2007.

2La nouvelle ligne directrice du Parti (voulue plus large, donc) est exposée dans un document de travail publié en août 20063. Le document fait la part belle à certains thèmes de campagne qui semblaient avoir été délaissés sous les directions précédents : l’éducation, la santé, la protection de l’environnement, la promotion des énergies renouvelables, les politiques de la famille, la lutte contre la pauvreté, la promotion de la justice et de l’équité sociale ou le rôle du secteur associatif dans la Grande-Bretagne du 21e siècle. En quelques pages David Cameron y expose la nouvelle voie du Parti : une voie modernisée, empreinte de compassion et de bienveillance4.

3Cette contribution s’attachera à étudier les possibles orientations que les conservateurs, sous la houlette de David Cameron, impulseront aux politiques sociales. Le Parti est, à l’heure actuelle, bien loin de s’être doté d’un programme ; ces analyses porteront donc essentiellement sur les nombreux discours d’intention des principales voix conservatrices.

La famille : nouvel objet de toutes les attentions5

L’héritage des années dans l’Opposition

  • 6  Voir F.C. Mougel (2005) ou J.Ph. Fons, « Le bilan social de Tony Blair », in Liaisons Sociales Mag (...)

4 Dès leur arrivée au pouvoir en 1997, les nouveaux travaillistes entendaient occuper le terrain (électoralement sensible mais stratégique) de la famille. Le gouvernement devait ainsi étendre les congés parentaux, augmenter le nombre de places en crèche, favoriser l’accueil des tout-petits en maternelle. Pour atteindre l’objectif fixé par Tony Blair d’éradication totale de la pauvreté infantile d’ici à l’horizon 2010, l’incitation à l’emploi et la fiscalité ont été les principaux leviers activés par le gouvernement. De fait, le nombre des parents qui travaillent a crû depuis 1997, en grande partie grâce aux programmes ciblés Sure Start et les New Deals6. Il appartenait donc aux Conservateurs de se saisir au plus vite de ce thème de campagne, d’autant plus qu’une large part de l’électorat féminin (qui majoritairement soutenait les Conservateurs) s’était reporté vers le New Labour.

  • 7  S. Trouvé-Finding, op.cit.

5 A plusieurs reprises, les ténors du Parti conservateur ont reconnu avoir échoué, ne s’intéressant qu’à la politique extérieure ou à l’économie « au détriment de soucis plus terre à terre, plus proches de leur électorat »7. En 2001 déjà – au lendemain de la réélection du gouvernement de Tony Blair – les Conservateurs s’interrogeaient sur les changements stratégiques (et les changements d’image) à adopter. Sous la férule de Iain Duncan Smith, une « taskforce » était constituée, rassemblant tous les courants du Parti : Michael Howard, Bill Cash, Kenneth Clarke, Michael Portillo, Olivier Letwin, David Willetts ou encore Theresa May. Le diagnostic était sévère :

  • 8  Iain Duncan Smith, Danny Kruger, “Good for me, good for my neighbour. The Conservative way to soci (...)

[Michael Portillo] saw that unless radical surgery was taken to correct the public’s perception of us as reactionary, out-of-touch and nasty, the Party would never recover (…) We had to offer an updated Conservatism, rooted in the aspirations of modern Britain8.

6Les Conservateurs devaient donc rapidement se ressaisir et occuper à leur tour un terrain largement conquis et occupé par le New Labour. La nouvelle cible des Conservateurs fut désignée à l’occasion de la conférence annuelle du Parti de 2002 : tous les efforts, toutes les attentions seraient désormais dirigés vers la famille.

  • 9  Discours de David Willetts, Conservative Party Conference, 2002. Le discours du Ministre du travai (...)

The Tory war on lone parents is over. The real Tory battle is to support and strengthen the nation’s families. They come in all shapes and sizes … When they are not being ignored, they are being blamed. When they are not being blamed, they are being taxed. Our approach will be very different [from New Labour’s]. We’ll support them and value them and, above all, we’ll back them9.

7C’est très certainement Theresa May, dans un discours au congrès du Parti en 2004 qui restera, à n’en point douter, dans les annales des discours politiques, faisant de la famille la pierre angulaire du nouveau projet conservateur. Dans un discours aux tonalités wagneriennes, la ministre de la famille dans la Cabinet fantôme claironnait : « the family is back at the heart of the Conservative Party », admettant à demi-mot son délaissement dans les campagnes précédentes. A bien des égards, ce discours de Theresa May préfigure les renouvellements idéologiques et rhétoriques impulsés par David Cameron. May encense le mariage hétérosexuel (sans toutefois s’être opposée au projet de pacte civil), définit comme « le meilleur de tous les environnements pour l’éducation d’un enfant ». Mais avant tout elle désacralise l’héritage de Margaret Thatcher et offre devant le congrès du Parti une première ébauche de cet « updated Conservatism » que Iain Duncan Smith cherchait à proposer aux électeurs : « There is such a thing as society. And at the heart of society lies the family ».

La famille comme ciment social

8Depuis son élection en décembre 2005 à la tête du Parti conservateur, David Cameron s’est empressé d’occuper le terrain quitte à empiéter très largement sur les traditionnels bastions du New Labour. Dans le droit fil des jalons posés par Theresa May, David Willetts ou Iain Duncan Smith, David Cameron consacre la famille, seule institution à pouvoir pleinement jouer un rôle de « ciment social ». Les références aux valeurs victoriennes sont nombreuses et on ne peut plus explicites, en témoignent les regrets de Dominic Grieve, Procureur Général du gouvernement fantôme :

  • 10  “Bring Back Victorian Values, say Key Tory”, The Observer, 10/12/2006.

Our Victorian forebears succeeded in achieving something very unusual between the 1850s and 1900 in changing public attitudes by – dare one use the word – instilling moral codes. There was a much greater sense of shame in respect of transgressions10.

  • 11  Après l’intervention de Andrew Lansley devant le congrès du Parti, c’est au tour de Philip Hammond (...)

9La famille hétérosexuelle (anoblie par le mariage) devient le « meilleur environnement qui puisse être pour élever un enfant ». Ces propos de Andrew Lansley devant le congrès du Parti en octobre 2006 rappellent étrangement les déclarations de Theresa May sept ans plus tôt11. Un premier document de travail est publié par le Parti conservateur en août 2006. « Built to Last » – un document somme toute assez sommaire qui liste, les unes après les autres, les grandes orientations du Parti – annonce très clairement les nouvelles politiques en matière de famille : « we will support family and marriage ». « We will support the family, not supplant the family » scandait le même Andrew Lansley à la tribune du congrès du Parti. Et d’ajouter : « Family is the bedrock which gives children confidence … The State is a poor parent ». Il s’agit bel et bien d’encourager et de soutenir les familles (dans la tradition socio-économique de l’empowerment) tout en réduisant l’intervention directe de l’État.

The root of all evil

10 En décembre 2006, un an après l’élection de son nouveau leader, le Parti publie Breakdown Britain. Interim report on the state of the nation. Le rapport est le produit d’enquêtes de terrain, d’entretiens et d’études diverses menés par le Social Justice Policy Group (SJPG), un groupe de travail créé par David Cameron et présidé par l’ancien dirigeant du Parti, Iain Duncan Smith. Figurent également dans le conseil consultatif de ce groupe de travail des personnalités emblématiques du Parti conservateur : Michael Howard, Oliver Letwin ou David Willetts. Le rapport du SJPG encense le « conservatisme compatissant » (compassionate conservative) de David Cameron et cherche à se distancier sensiblement de l’héritage thatchérien pour séduire l’électorat. Il est ainsi fait référence à de nombreuses reprises à l’enthousiasme réformateur du Parti :

  • 12  Breakdown Britain, Social Justice Policy Group, p. 60.

The Conservative Party has always been at the forefront of the reform[s] (…) It is the party of Shaftesbury, the defender of poor children of the factories, the friend of the homeless and the founder of the Ragged Schools: Wilberforce set out to “renew society” by providing all children with regular education in reading, personal hygiene and religion and Butler whose Education Act of 1944 provided that school and education should be free for all children regardless of parents’ ability to pay12.

  • 13  Les Ragged Schools, écoles pour les enfants les plus pauvres, sont nées en 1818 de la volonté de J (...)

11Le renouvellement de l’image du Parti s’accompagne d’autant de références à l’époque victorienne et aux institutions caritatives13. Au moment de la publication du rapport du SJPG, les déclarations de son président, Iain Duncan Smith, chantent les louanges d’un conservatisme paternaliste (un conservatisme social) qui rappelle étrangement le « One nation Toryism » d’un Benjamin Disraeli en 1874. Montrer son empathie avec les nombreuses familles britanniques qui vivent dans le désarroi ou le dénuement : telle est la mission centrale du SPJG :

  • 14 Social Justice Policy Group, op.cit., p. 20.

The goal of improving life for the most vulnerable people and disadvantaged communities has been central to the Group’s efforts to identify the true causes of breakdown in Britain through rigorous analysis of the best evidence … Government and society have a shared responsibility to give our most damaged families a second chance14.

12Tous les indicateurs de privations sociales, note le rapport, sont dans le rouge : pauvreté, taux d’endettement des ménages, grossesses d’adolescentes, addictions, consommation de drogues et d’alcool, etc. Le SJPG identifie cinq facteurs aggravants (Five pathways to poverty) qui précipitent bon nombre de familles vers le chômage, et d’enfants dans le dénuement. Au premier rang de ces facteurs figure la décomposition de la famille (family breakdown). Cette déliquescence des valeurs familiales s’accompagne, pour les auteurs du rapport, d’un abandon précoce de la scolarité, ce qui favorise la dépendance économique des familles, leur endettement et, de fait, des « comportements à risques » (tels que la consommation de drogues). La leçon a valeur de démonstration : criminalité, communautarismes, abus d’alcool et de drogues, comportement déviants de certaines adolescentes, dépendance envers l’État … Les maux de la société britannique contemporaine sont à chercher dans la dissolution et la désagrégation de la famille :

  • 15 Social Justice Policy Group, op.cit., p. 15.

Children from a broken home are twice as likely to have behavioural problems, perform worse at school, become sexually active at a younger age, suffer depression and turn to drugs, smoking and heavy drinking. Yet it is also known that a parent who has a serious drug problem or is addicted to alcohol can exhibit very destructive behaviour patterns which can destroy the quality of life for the other parent and children, leading in turn to family breakdown15.

13Dans un récent entretien au Telegraph, David Cameron estimait le coût de la dislocation des familles à plus de vingt milliards de livres par an. L’une des premières mesures concrètes que pourrait ainsi proposer le Parti conservateur dans son prochain manifeste électoral consisterait en une série d’allègements d’impôts (sous la forme de dégrèvements ou de crédits d’impôt) pour les couples mariés avec enfants, accentuant plus avant la stigmatisation des parents célibataires ou des couples homosexuels. Sur ce point, le Parti reprend l’étendard de Margaret Thatcher en défendant sans complexe les valeurs du mariage et de la famille que le Premier ministre britannique considérait comme « the fundamental unit of society » à protéger et à chérir :

  • 16  Thatcher, M., The Path to Power, HarperCollins, 1995, p. 563.

Divorce itself is bad for children, leading to lower educational achievement, and worse employment and emotional prospects …16

14Les mises en garde de Margaret Thatcher semblent donc avoir trouvé un écho favorable au sein du Social Justice Policy Group qui consacre une section de son rapport aux conséquences, pour un jeune adolescent, de l’absence de son père (dadlessness) :

  • 17  Thatcher, M. The Downing Street Years, HarperCollins, 1993, p. 628-9.

All the evidence … [point] to the breakdown of families as the starting point for a range of social ills … Boys who lack the guidance of a father are more likely to suffer social problems of all kinds … Children from unstable family backgrounds are more likely to have learning difficulties … They are also more likely to run away to our cities and join the ranks of the young homeless where, in turn, they fall prey to all kinds of evil.17

Rolling back the frontiers of the State and rolling forward society?

The making of a good society depends not on the state
but on the citizens, acting individually or in free association with one another
.

(William Beveridge, Voluntary Action, 1948, p. 320)

The more we trust people, the stronger they and society become.
We’re all in this together (…) we have a shared responsibility for our shared future (…) There is such a thing as society ; it’s just not the same thing as the state.
We will stand up for the victims of state failure and ensure that social justice and economic opportunity are achieved by empowering people and communities.

(David Cameron, 28 février 2006)

  • 18  Des analyses essentiellement relayées par l’entremise du World Socialist Web Site.
  • 19  « A tax con not a tax cut », consultable sur le site Internet du Parti conservateur, http://www.co (...)
  • 20  Voir notamment l’ouvrage sulfureux et polémique de Murray et Herrnstein : The Bell Curve. Intellig (...)

15 Les publications des Conservateurs et les rapports des organismes qui gravitent autour du Parti annoncent clairement un retour à ce que les commentaires d’extrême gauche qualifient de « valeurs traditionnelles des Tories »18. Les propositions en matière de politique sociale ne sont toujours pas, en l’état actuel des choses, arrêtées. Il faut dire que l’Opposition s’est, depuis l’élection de David Cameron, appliquée à critiquer essentiellement la proposition du gouvernement d’introduire un système de carte d’identité, les coupes sombres opérées dans le budget du NHS ou, plus récemment, le discours du budget présenté par Gordon Brown19. Toutefois, le Parti semble s’être réorganisé autour d’une consensuelle tradition droitière thatchérienne, inspirée par le darwinisme social (raciste ou tout du moins ségrégationniste) de Charles Murray20 et qui reposait en grande partie sur la condamnation de l’underclass, responsable de toutes les afflictions dont souffrait la société. Les discours des ténors du Parti qui ont entouré la publication du rapport Breakdown Britain fourmillaient, non sans surprise, d’allusions directes aux comportements déviants et dangereux pour la société britannique de la classe ouvrière ; des comportements eux mêmes stimulés par un État providence universaliste et protecteur qui encourage la welfare dependency :

  • 21 Breakdown Britain, SJPG, op.cit., p. 36.

We found evidence of a widening gap between middle-class and working-class behaviour with regard to family formation, as the latter have experienced the most marked rise in births outside marriage since 1960. There has been a shift in social norms which has been influenced in no small measure by the establishment of a comprehensive welfare state which has provided government support for lone mothers21.

16A ce titre, les Conservateurs opèrent une distinction entre l’État providence (welfare state) – qu’ils accusent tout bonnement de faciliter l’étiolement et la désagrégation de la famille – et la société providence (welfare society) à qui il incombe désormais de protéger les individus « du berceau à la tombe ». Cette « société assurantielle » transcende et supplante l’État protecteur (nanny State) :

The welfare society is that which delivers welfare beyond the State. At the heart of the welfare society is the family. I think of a wife caring for a sick husband, a son caring for an ageing mother, or even an extended family rallying round to help a young relation tackle their drug addiction. The welfare society remains the largest deliverer of care in Britain today, dwarfing the state and without which the state would be overwhelmed. From birth to death it has an enormous bearing on all our lives.

17Dans une récente déclaration présentée sur le site Internet du Parti, David Cameron renouvelle, sans ménager ses efforts, la confiance et la foi aveugle qu’il place dans la société et l’individu. Le prompt rétablissement de la société britannique ne sera garanti qu’à la condition que chaque citoyen respecte ses devoirs et qu’il fasse montre de responsabilité – la condition sine qua non pour « activer » (empower) les différents acteurs de la société dans une logique du « toujours moins d’État » :

  • 22  Consulté sur le site Internet du Parti conservateur le 15/01/2007.

Social responsibility means that the state can’t solve everything – that our social problems needs social solutions … Social responsibility means putting trust in people themselves, and in the institutions and associations that they form.22

18Lors de sa première intervention en qualité de dirigeant du Parti, devant le congrès réuni à Bournemouth en octobre 2006, David Cameron avait dors et déjà donné le ton, endossant l’héritage de Margaret Thatcher tout en présentant ce qui devait devenir la (somme toute peu novatrice) ligne du Parti :

  • 23  David Cameron, “The best is yet to come”, 04/10/06.

When our Party was last in power, our task was to restore economic responsibility – putting individuals and businesses in charge of their own affairs. The task for us is different. For years, we Conservatives talked about rolling back the state. But that is not an end in itself. Our fundamental aim is to roll forward the frontiers of society23.

  • 24 Denying the vulnerable a second chance. Undervaluing Britain’s third sector in the fight against po (...)
  • 25  Pour un bilan de l’action du New Labour sur ce point, voir J.Ph., Fons, in Leydier, G. (dir.), 200 (...)
  • 26  HM Treasury, Exploring the role of the third sector in public service delivery and reform : A disc (...)
  • 27  Family breakdown ; educational failure ; addictions ; economic dependence ; indebtedness.
  • 28  Breakdown Britain, op.cit., p. 78. Voir également Denying the vulnerable a second chance. Underval (...)

19Le secteur associatif doit ainsi donc devenir le nouvel allié d’un État dont les prérogatives seront, à terme, amoindries. Ce n’est donc pas une coïncidence si le groupe d’étude Social Justice Policy Group consacre un rapport complet au rôle du secteur associatif dans la prestation de services publics et l’assistance24. Sur ce point, les Conservateurs de David Cameron saluent les premières mesures introduites par le gouvernement de Tony Blair et les propos de Gordon Brown25. Pour le Chancelier, le secteur associatif peut en effet fournir des services publics d’une qualité et d’une efficacité sans commune mesure avec ceux assurés par les services de l’État26. Le groupe de travail du Parti conservateur envisage ainsi d’assouplir la législation et de réduire les charges financières sur les associations à but non lucratif (not-for-profit third sector organistions) qui s’engagent à combattre l’un des cinq nouveaux « Giants » tels qu’identifiés par le Social Justice Policy Group27. Sont ainsi citées à titre d’exemple les associations caritatives mises en place par certaines grandes entreprises : Tomorrow’s People – association créée par le géant de bières, vins et spiritueux, largement soutenue par le European Social Fund de Bruxelles ; Christians Against Poverty ou encore le Citizens Advice Bureau. Les Conservateurs s’appuient sur un ensemble d’enquêtes de terrain et d’entretiens avec des responsables du secteur associatif pour démontrer, chiffres et statistiques à l’appui, l’efficacité et l’efficience des associations : « Work by the third sector in reducing anti-social behaviour through intensive family support has a 92 % success rate, and may save over £200,000 per anti-social family »28.

20Le gouvernement actuel finance 38 % des ressources du secteur associatif, note le rapport du Social Justice Policy Group. Il est essentiel, prescrit cependant le même rapport, qu’un futur gouvernement conservateur ne conçoive plus le secteur associatif comme un accessoire complémentaire du service public mais bien comme un acteur à part entière, indépendant et dont les principales richesses (l’autonomie, la propension à innover, l’enthousiasme de ses bénévoles, ou encore son engagement) sont préservées. C’est bel et bien, une fois encore, du rôle et de la place de l’État qu’il est question – une question qui divise les factions politiques depuis le milieu du XIXe siècle et qui prend tout son sens alors que les deux principaux partis semblent se rejoindre sur de nombreux plans (notamment sur les questions de finances publiques et de politiques macroéconomiques) :

  • 29  David Cameron, “From state welfare to social welfare”, 14/12/2006.

I believe that the respective roles of the state and of communities in the delivery of social justice will be one of the great philosophical divides between Conservative and Labour … Where Labour think that an individual’s identity consists in being recognised, registered and assisted by the state, Conservatives think that identity is derived through membership in society… We think [social justice] means community, built and maintained by people themselves29.

Naming (blaming) and shaming

21 Malgré les nombreuses références aux valeurs traditionnelles Tories dans lesquelles s’inscrivent les orientations de politique sociale de David Cameron, les déclarations du leader conservateur ainsi que les publications du Parti (dont les documents de travail Built to Last et Breakdown Britain) ont, dans l’ensemble, été bien accueillies par les médias britanniques, y compris dans les éditoriaux des journaux de gauche. Tout comme Polly Toynbee, Martin Kettle, éditorialiste au Guardian, se félicite du travail du groupe de Iain Duncan Smith dont le rapport est « tout le contraire d’un document thatchérien des années 1980 ». Le Social Justice Policy Group a, pour de nombreux observateurs, ratissé bien plus large que les bastions traditionnels (ruraux) des Tories.

22 Hasard du calendrier, inspiration ou mimétisme : quelques jours seulement après a publication du rapport du SJPG, John Hutton annonçait la création d’une nouvelle structure, la Child Maintenance and Enforcement Commission, une commission qui aurait toute latitude pour réprimander les parents qui délaisseraient les responsabilités (et laissent leurs tendres hoodies rôder et errer sans but). L’identité des parents contrevenants (ainsi que leur photo) serait rendue publiques sur les sites Internet du gouvernement.

23 Malgré les différentes tentatives du Parti de se démarquer, voire de se distancer, du legs de Margaret Thatcher et de renouveler l’image des Conservateurs (changement de logo à l’appui), les orientations en matière de politique sociale demeurent fermement ancrées dans la tradition Tory. Certes, en période de relative bonne santé de l’économie britannique, l’accent n’est plus systématiquement porté sur le néolibéralisme économique ou la dérégulation du marché du travail. Ainsi, lorsque les Conservateurs renouvellent leurs discours – en préférant par exemple les analyses de Polly Toynbee à la pensée de Winston Churchill – c’est pour finalement revenir aux sources du conservatisme, s’appuyant tour à tour sur Adam Smith, Henry Willink, Rab Butler, Benjamin Disraeli ou Margaret Thatcher.

Haut de page

Bibliographie

Breakdown Britain. Interim report on the state of the nation, Social Justice Policy Group, Londres, décembre 2006.

Built to Last. The aims and values of the Conservative Party, The Conservative Party, Londres, août 2006.

Cameron, D., “Rolling forward Society”, 15 janvier 2007.

Cameron, D., “The Conservative Approach to Improving Public Services”, 26 janvier 2007.

Cameron, D., “From State Welfare to Social Wefare”, 14 décembre 2006.

Cameron, D., “The Best is Yet to Come”, 04 octobre 2006.

Cameron, D., “We Stand for Social Responsibility”, 01 octobre 2006.

Fons, J.Ph. (dir.), Le Parti conservateur britannique, 1997-2007. Crises et reconstructions, Presses Universitaires de Rennes, Didact Anglais, 2007 (à paraître).

Fons, J.Ph., “Governance, the voluntary sector and the enabling state. Lessons from contemporary France and Great Britain” in Leydier Gilles (ed.), Enjeux contemporains dans le monde anglophone, BABEL, Université du Sud Toulon-Var, BABEL, n° 14-2006, 2006, p. 89-117.

Garnett Mark, Lynch Philip (eds), The Conservatives in Crisis, Manchester University Press, 2003.

Gyimah Sam, From the Ashes … The Future of the Conservative Party, Politico’s Publishing, 2005.

O’Hara Kieron, After Blair. Conservatism Beyond Thatcher, Icon Books Ltd, 2005.

Trouvé-Finding, S., « Sans Famille ? Le Parti conservateur dans l’Opposition et la politique familiale », in J.Ph. Fons (dir.), 2007.

Haut de page

Notes

1  “We will not tear up the legacy we receive from Labour …There are reforms Mr Blair and Mr Brown have introduced that we would want to keep and improve”, discourse de David Cameron, 26/01/2007.

2  Ces récents désaveux interviennent alors que David Cameron souscrit aux analyses de l’éditorialiste Polly Toynbee. Nigel Farage, chef de file du UKIP, a d’ailleurs symboliquement remis à David Cameron à cette occasion une récompense pour « his truly exceptional recruiting efforts on UKIP’s behalf » (Bagehot, 20/01/2007).

3  Built to Last. The aims and values of the Conservative Party, The Conservative Party, 2006.

4  Voir également le chapitre introductif dans J.Ph. Fons (dir.), 2007.

5  Cette section poursuit – modestement – la réflexion entamée par Susan Trouvé-Finding dans son article « Sans Famille ? Le Parti conservateur dans l’Opposition et la politique familiale » (in J.Ph. Fons (dir.), 2007).

6  Voir F.C. Mougel (2005) ou J.Ph. Fons, « Le bilan social de Tony Blair », in Liaisons Sociales Magazine, n° 76, novembre 2006, p. 85.

7  S. Trouvé-Finding, op.cit.

8  Iain Duncan Smith, Danny Kruger, “Good for me, good for my neighbour. The Conservative way to social justice”, Centre for Social Justice, 23/05/2005, p. 14.

9  Discours de David Willetts, Conservative Party Conference, 2002. Le discours du Ministre du travail et des pensions dans le Cabinet fantôme fait écho aux déclarations de Theresa May, alors ministre de l’éducation dans le Cabinet fantôme, en 2000 ou encore au discours de Michael Ancram au congrès du Parti la même année (02/10/2000).

10  “Bring Back Victorian Values, say Key Tory”, The Observer, 10/12/2006.

11  Après l’intervention de Andrew Lansley devant le congrès du Parti, c’est au tour de Philip Hammond, le lendemain, d’asséner la même litanie : « The family will be at the heart of our social policy. Because … families provide the best environment for bringing up children ».

12  Breakdown Britain, Social Justice Policy Group, p. 60.

13  Les Ragged Schools, écoles pour les enfants les plus pauvres, sont nées en 1818 de la volonté de John Pounds de permettre aux enfants des classes laborieuses ou des familles dans le dénuement de bénéficier d’une éducation gratuite sommaire. Le mouvement a été repris par Lord Shaftesbury en 1844

14 Social Justice Policy Group, op.cit., p. 20.

15 Social Justice Policy Group, op.cit., p. 15.

16  Thatcher, M., The Path to Power, HarperCollins, 1995, p. 563.

17  Thatcher, M. The Downing Street Years, HarperCollins, 1993, p. 628-9.

18  Des analyses essentiellement relayées par l’entremise du World Socialist Web Site.

19  « A tax con not a tax cut », consultable sur le site Internet du Parti conservateur, http://www.conservatives.com/tile.do ?def =news.story.page&obj_id =135730 (consulté le 21 mars 2007).

20  Voir notamment l’ouvrage sulfureux et polémique de Murray et Herrnstein : The Bell Curve. Intelligence and class structure in American life.

21 Breakdown Britain, SJPG, op.cit., p. 36.

22  Consulté sur le site Internet du Parti conservateur le 15/01/2007.

23  David Cameron, “The best is yet to come”, 04/10/06.

24 Denying the vulnerable a second chance. Undervaluing Britain’s third sector in the fight against poverty, rapport du Third Sector Working Group, Social Justice Policy Group, décembre 2006.

25  Pour un bilan de l’action du New Labour sur ce point, voir J.Ph., Fons, in Leydier, G. (dir.), 2006.

26  HM Treasury, Exploring the role of the third sector in public service delivery and reform : A discussion document, 2004, p. 23.

27  Family breakdown ; educational failure ; addictions ; economic dependence ; indebtedness.

28  Breakdown Britain, op.cit., p. 78. Voir également Denying the vulnerable a second chance. Undervaluing Britain’s third sector in the fight against poverty, chapitre 4.

29  David Cameron, “From state welfare to social welfare”, 14/12/2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Fons, « Good for me, good for my neighbour », Observatoire de la société britannique, 4 | 2007, 155-168.

Référence électronique

Jean-Philippe Fons, « Good for me, good for my neighbour », Observatoire de la société britannique [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/380 ; DOI : 10.4000/osb.380

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Fons

Maître de Conférences à l'Université Européenne de Bretagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org