Navigation – Plan du site

Les coulisses du pouvoir et la démocratie parlementaire au Royaume-Uni

Susan Finding
p. 11-24

Résumé

Les coulisses du pouvoir, métaphore spatiale pour les hautes sphères des instances politiques, soustraites au regard du public, sont un espace privilégié et réservé. L’analyse du fonctionnement des antichambres des principaux partis politiques britanniques et des rapports en coulisse entre l’exécutif, le législatif et l’administratif fait ressortir le rôle et l’efficacité des coulisses du pouvoir comme lieu de régulation des tensions engendrées dans le jeu des différents composantes des pouvoirs politiques. L’évolution des technologies de la communication, le déplacement de pouvoirs vers des instances « dépolitisées » et le décloisonnement des sphères politiques annoncent une transformation de ce lieu de pouvoir et une redéfinition des coulisses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Thème du XXe congrès de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES) tenu en Avig (...)

1 En politique, l’envers du décor1, les coulisses de la scène publique, sont synonymes des lieux où le jeu du pouvoir s’exerce de façon mystérieuse, peu transparente voire occulte. Dans le présent volume, les études de cas particuliers qui évoquent les couloirs de Westminster et de Whitehall, ainsi que les coulisses des nouvelles instances mises en place depuis 1998, à savoir, le Parlement écossais, l’exécutif gallois et la mairie de Londres, font état de tractations et de compromis. Ces lieux de pouvoir, espace privilégié, réservé et restreint, et souvent mal connus, forment le substrat de la démocratie parlementaire britannique où les réseaux politiques se font et se défont. Ces coulisses forment un labyrinthe – ne parle-t-on pas des arcanes du pouvoir ? – dans lequel les auteurs se sont aventurés pour essayer d’en explorer la structure, le rôle et le fonctionnement.

  • 2  Cambridge International Dictionary of Idioms, 1998.
  • 3  Le terme ‘couloirs du pouvoir’ est cependant utilisé par Yvan Levaï, La République des mots : De M (...)
  • 4  (1905–1980) Physicien à l’université de Cambridge, haut fonctionnaire responsable de la sélection (...)
  • 5  C.P. Snow, Corridors of Power, Londres, Macmillan, 1964 (Penguin, 1966), 7, Author’s note to the o (...)
  • 6 Times Literary Supplement, 7 September 1956, 524 voir Nicholas Tredell, “Corridors of Power”, The L (...)

2 Le terme anglais ‘corridors of power’ désigne les plus hautes sphères du pouvoir exécutif, les lieux où se prennent les décisions de la plus haute importance2 et la notion, traduite en français par l’expression ‘coulisses du pouvoir’3, fut inventée par le scientifique, romancier et haut fonctionnaire britannique, C.P. Snow4, habitué de ces lieux, dans un roman datant de 1956, intitulé Homecomings. Il utilisa à nouveau cette appellation dans le roman éponyme Corridors of Power de 1964, dont l’action se situe à l’époque de la crise de Suez, pendant la Guerre froide. Il est lui-même devenu, de 1964 à 1966, parliamentary secretary du Ministre de la Technologie du gouvernement Wilson, Frank Cousins, incarnant ainsi un des personnages dont il avait esquissé les traits. L’intrigue se déroule dans ce contexte historique et évoque les luttes byzantines dans le cercle fermé des ministres et des hauts fonctionnaires. Sous-jacentes à cette notion sont donc les idées de lieu clos et d’influences secrètes alors que le personnage principal, Roger Quaile, opposé à la course à l’armement nucléaire, tente d’élargir son rayon d’action et d’asseoir le pouvoir qu’il exerce en tant que ministre. Comme l’explique Snow dans son avant-propos5, l’auteur et critique Rayner Heppenstall remarqua le terme, l’utilisa comme titre pour un compte-rendu de Homecomings6. C’est ainsi que le public et Snow lui-même adoptèrent la notion et le choisit comme titre de son futur roman. Le terme est devenu courant avant même la publication de ce dernier. La résonance particulière du terme répondait, sans doute, au besoin de nommer et ainsi de reconnaître l’existence de cette réalité politique, d’identifier en quelque sorte le phénomène comme objet d’étude.

  • 7  Il n’est pas du ressort de ce présent volume d’examiner ce point particulier. Les think tanks font (...)
  • 8  Selon le Online Etymology Dictionary le sens de « grande entrée d’un bâtiment public » du terme lo (...)

3Sous le libellé de coulisses du pouvoir, on évoque la machinerie du gouvernement élu et celle de son support administratif dans les ministères, mais aussi, et surtout, ses aspects cachés, l’envers de la scène publique : les conseillers officiels et officieux des hommes et femmes de pouvoir, qu’ils soient fonctionnaires, éminence grise ou ‘spin doctor’, ainsi que les divers types de groupes de pression7. Le terme même de lobby8 fait référence aux couloirs des Chambres du Parlement où les députés sont sollicités, où des négociations, dont le contenu et la manière peuvent être tendancieux, sont conduites. En français « faire antichambre » ne signifie-t-il pas attendre une faveur ?

4À Westminster comme à Whitehall, mais aussi dans d’autres lieux de pouvoir, délocalisés, « dévolus », le pouvoir s’exerce dans les lieux de débat public et dans des lieux moins accessibles. L’exercice du pouvoir dans les parlements écossais et gallois, les autorités locales et régionales, les mairies, les partis politiques, les syndicats, les entreprises, les organisations fédératrices (comme le Trade Union Congress, la Confederation of British Industry ou l’Union Européenne), ou encore les organisations non-gouvernementales, à l’intérieur même des lobbies, est ainsi plus ou moins transparent selon la tradition, la politique et les mœurs de ces instances.

5 Le travail présenté ici, sans prétendre être exhaustif, nous amène à examiner les rapports de pouvoir, les stratégies diverses, les conflits d’intérêts, la négociation et les compromis, la transparence ou non de la démocratie élective et les pouvoirs occultes qui s’y exercent. Certains épisodes parlementaires évoqués dans ce volume – les débats sur Maastricht en 1993, sur l’Irak en 2003, sur les droits du citoyen et les libertés individuelles en 2005 – illustrent ce propos. Ces questions, posées depuis une vingtaine d’années, ont suscité un débat de fond sur la réforme des institutions britanniques, réforme qui concerne plusieurs composantes de la constitution, comme en témoignent les réformes entreprises depuis dix ans par le gouvernement Blair. Celles-ci comprennent la décentralisation des pouvoirs, « devolution », (1998), les droits de l’homme (1998), la Chambre des Lords (1999), la gestion des partis politiques et des élections (2000), l’accès à l’information (2000), le pouvoir judiciaire (2005). Un certain nombre de ces réformes sont évoquées directement ou indirectement dans les contributions qui suivent, toutes liées par la même interrogation sur les lieux de pouvoir dans une démocratie moderne. On évoquera tour à tour les composantes du pouvoir politique que sont les partis politiques, l’administration centrale et les nouvelles institutions démocratiques mises en place dans les régions depuis 1998.

Dans les coulisses des instances politiques

6Dans le présent volume plusieurs contributions analysent les rapports à l’intérieur des partis politiques britanniques et la modernisation de ceux-ci. Les partis historiques, Parti travailliste et Parti conservateur, mais aussi le Parti libéral, font l’objet d’études particuliers. Emma Bell et Véronique Molinari mettent en lumière certains aspects des rapports des deux premiers avec leur électorat. La question de la représentativité des élus est analysée à travers les efforts des partis pour répondre aux souhaits et aux soucis de leurs électeurs. L’étude des aléas et des retournements de situation lors de l’investiture pour les candidatures du Parti travailliste et du Parti conservateur à la mairie de Londres (Timothy Whitton) révèle d’autres facettes de la machinerie interne des partis politiques britanniques contemporains. La discipline interne des partis, assurée dans les coulisses de Westminster par les ‘Whips’, contribue à maintenir la cohésion et le cap des partis politiques sous la direction de leurs appareils politiques. Agnés Alexandre-Collier évoque le rôle controversé des Whips lors d’enjeux parlementaires notables. Muriel Cassel-Picot livre une analyse des rapports en coulisse entre deux partis politiques, le Parti travailliste et le Parti libéral, étude qui révèle les buts et les difficultés des alliances électorales dans le système politique britannique.

7La formation et l’existence de sous-groupes, d’associations, de ‘clubs’, à l’intérieur des partis politiques, lieux informels de débat et de pression dans les coulisses du palais de Westminster, sont évoquées dans le contexte des débats sur la féminisation du Parti conservateur depuis 2001 (Molinari) et sur l’immigration de 1962 (McKay). Véronique Molinari analyse la place des femmes dans les coulisses du Parti conservateur et l’émergence d’un groupe en son sein afin de promouvoir la parité et la rénovation d’un parti qui s’était figé et n’avait pas su accompagner les transformations de la société britannique des dernières vingt années. La nature réelle du pouvoir des députés au sein de leur parti et leur capacité à faire infléchir des politiques mises en place par un gouvernement dont ils forment la majorité parlementaire font l’objet de l’étude de James McKay d’où ressort l’importance et l’impuissance des députés sans portefeuille dans les comités parlementaires à la Chambre et dans les comités de l’appareil des partis. Les groupes informels à l’intérieur des partis, tels que le ‘Monday Club’, le ‘Tory Cornerstone Group’, ‘Women2Win’ au sein du Parti conservateur, des ‘Labour Party Young Socialists’ ou encore des ‘Young Liberals’ (Cassel), travaillent dans ce qu’on peut appeler les coulisses, en dehors des lieux de débat public.

8Les coulisses du pouvoir, qui sont elles-mêmes des lieux privilégiés, des endroits protégés, sont-elles ouvertes à l’extérieur ? Doivent-elles subir des transformations pour les mettre au diapason des tendances contemporaines ? Si le Parti conservateur n’a pas su évoluer, si l’électorat s’est éloigné des partis politiques (les travaillistes dans les années quatre-vingt, les conservateurs depuis 1995), si les politiques suivies semblent ne pas correspondre à la volonté populaire, tous ces phénomènes sont-ils imputables au fait que le pouvoir et ses coulisses sont calfeutrés et fermés ? Traditionnellement réservées à une élite politique composée d’une majorité d’hommes issus des couches sociales favorisées, les coulisses sont-elles dorénavant investies par les femmes, les minorités ethniques, les classes sociales défavorisées ?

9 Resituant les débats sur l’immigration au début des années soixante au Royaume-Uni dans le contexte social et historique du déclin de l’Empire britannique, James McKay explique le processus et les négociations qui ont permis la législation sur l’immigration, du passage de la loi devant les chambres, jusqu’à sa promulgation en 1962. Malgré des débats houleux dans la Chambre, dans les comités et commissions parlementaires, mais surtout dans les comités du Parti conservateur, alors au gouvernement, la proposition initiale controversée fut en fin de compte peu altérée dans sa forme législative. Dans ce cas, l’influence des députés du parti au pouvoir, à la fois auprès de leur gouvernement et auprès du Parti conservateur dans son ensemble, s’est révélée peu efficace. Le pouvoir discret mais puissant exercé dans les coulisses par les députés sur le conseil des ministres, est donc un pouvoir de contrôle limité qui s’exerce sur l’exécutif.

10Les « whips », chargés de l’organisation des votes et de la discipline des partis politiques parlementaires, sont apparentés à un service d’ordre voire de renseignement. Ils veillent non seulement à ce que les députés soient présents pour voter mais servent également à faire remonter aux dirigeants de leur parti l’opinion de la base. Dans le sens inverse, ils informent les députés des instructions concernant la position du parti sur un sujet donné et donnent les consignes de vote. Relais et rouages, ils assurent la cohésion interne du parti et traquent les députés indisciplinés qui pourraient faire basculer un vote. Ces tractations ont lieu, pour une grande part, dans les coulisses du parlement au sens propre. Ses travaux précédents sur la politique étrangère avaient permis à Agnès Alexandre-Collier de mesurer l’importance de la fonction des ‘whips’ et l’étendue des pressions que subissent les députés. Ici elle dévoile les méthodes, parfois controversées, utilisées par les ‘whips’ lors de temps forts de l’activité parlementaire où le gouvernement de l’époque aurait pu être mis en difficulté par ses propres députés. Elle met en évidence une activité peu visible de la vie politique au sein des assemblées parlementaires. Cependant, de telles pratiques amèneraient, paradoxalement, un renforcement de la démocratie, en soulignant l’indépendance des députés et en facilitant l’émergence de consensus par des discussions en coulisse, hors des séances plénières. Les coulisses sont ici essentielles au processus démocratique, au maintien du pouvoir par les leaders des partis et à la survie du gouvernement en place mais aussi à la libre expression des élus.

11En retraçant l’histoire du rapprochement entre le Parti Liberal-Democrate et les Travaillistes à la fin des années 1990, Muriel Cassel souligne l’importance des coulisses, « moyen pour un tiers parti d’accéder au pouvoir » dans un système biparti, lieu où il devient possible d’influencer non seulement le débat politique mais aussi les stratégies et les choix politiques. Le rôle prépondérant des leaders des deux partis, l’importance de contacts discrets, à l’abri du regard du public et des membres de leurs propres partis, dans ces tractations sont soulignés, révélant un aspect de l’exercice du pouvoir par les dirigeants des partis politiques souvent resté dans l’ombre.

Du rôle et de l’efficacité des coulisses

12Les coulisses sont par nature des lieux où les désaccords, les hésitations et les difficultés rencontrées lors de projets plus ou moins contestés sont exprimés sans encombre, de façon officieuse et non publique, « off the record ». Ce sont des lieux où l’on tente de ramener au bercail les brebis égarées, des ouailles récalcitrantes, mais aussi où on sollicite le soutien aux investitures politiques aux fonctions électives d’importance capitale dans le pays et dans les partis. Dans deux cas, évoqués ici, des combats épiques à l’intérieur du parti au pays de Galles et à Londres ont été suscités par le refus de la direction du Parti travailliste d’agréer le candidat le mieux placé à gauche. Moya Jones nous fait part de l’amertume et des négociations âpres à l’intérieur du Parti travailliste à Westminster et au sein du gouvernement lors de l’adoption du projet de décentralisation et par la suite lors des tentatives par le Parti travailliste d’imposer le candidat du gouvernement à la tête de l’exécutif gallois. De même, Timothy Whitton analyse les tractations et menaces lors de la création de la fonction de maire de Londres et des élections qui suivirent. Les pressions exercées par les leaders du Parti travailliste, et surtout par le premier ministre Tony Blair, donnent une indication de l’importance des enjeux de ce poste-clé dans l’échiquier politique britannique. Au lieu de réunir les membres du parti derrière le candidat officiel, ces manoeuvres ne font qu’affaiblir ce dernier et accroître le soutien et la position du candidat rebel. La procédure de sélection des candidats par les partis travailliste et conservateur devient ainsi une série de pirouettes exécutées dans les coulisses qui ne font que couvrir de ridicule les principaux protagonistes et renforcer les victimes de ces tentatives de mise à l’écart.

13Kenneth O. Morgan nous livre son analyse du pouvoir de la Chambre des Lords dans le contexte des réformes constitutionnelles entreprises depuis dix ans au Royaume-Uni et dans une perspective élargie qui replace l’évolution de la « upper house » dans sa continuité historique. Lord Morgan, membre à vie de la chambre, participe activement aux débats et sa réflexion est nourrie à la fois par son expérience politique au sein du parti Travailliste et par sa carrière d’historien à l’Université d’Oxford. La Chambre des Lords ne serait-elle plus qu’une coulisse du pouvoir se demande-t-il, en suggérant que le pouvoir des Lords se trouve amenuisé au point de ne plus avoir d’issue. Selon lui, être membre de la Chambre pourrait ainsi être assimilé à se trouver dans une voie sans issue. Simple chambre d’enregistrement, formalité administrative – tout comme le rôle du souverain britannique – ou contre-pouvoir efficace, tels sont les rôles alternatifs que propose Kenneth Morgan pour la chambre haute britannique tout en se félicitant d’un certain regain d’autorité depuis 1998.

  • 9  Marr, op.cit., p. 246.
  • 10  Florence Faucher-King, Patrick le Galès, Tony Blair 1997-2007 : le bilan des réformes, Paris, Pres (...)
  • 11  Julie Hyland, Britain : “The “loans for peerages” scandal and the terminal decline of New Labour”, (...)
  • 12  Sir Hayden Phillips, Strengthening Democracy : Fair and Sustainable Funding of Political Parties, (...)

14Il reste néanmoins vrai qu’être membre de la vénérable institution reste un honneur que certains sont prêts à acheter. En 2006, le cas de riches philanthropes ayant contribué au financement de la campagne électoral du Parti travailliste qui furent ensuite nommés à la Chambre des Lords fut porté à la connaissance du public. Ce cas souleva à nouveau des questions sur des tractations qui auraient eu lieu en coulisse, des titres honorifiques achetés comptant, ‘cash for honours’. Cette première comparution d’un Premier ministre britannique en exercice devant les autorités judiciaires en décembre 2006 fut suivie d’une enquête parlementaire. Ne devrait-on pas considérer ces développements comme la conséquence logique de « l’interpénétration du gouvernement et du monde des affaires9 » qui, serait devenue monnaie courante pendant l’ère Thatcher10 ? L’analyse des lobbies de David Miller et William Dinan souligne ce problème. À ce titre, l’évolution du Parti travailliste est éloquente. Le parti, en se transformant en parti des classes moyennes, s’est coupé de sa base traditionnelle et des syndicats. Il a perdu, par cette transformation, une source principale de son financement, question essentielle, devenue son talon d’Achille11. Le rapport d’enquête sur le financement des partis politique12 a souligné les ajustements nécessaires pour le rendre transparent et pour sortir cet aspect de la vie démocratique de l’ombre. Les coulisses du pouvoir sont-elles le lieu de négociations occultes, de promesses de récompenses en termes financiers ou de pouvoir ? Le scandale des titres accordés moyennant une contribution significative au financement de la campagne électorale d’un parti semblerait également nuire à la crédibilité du système politique britannique et de la démocratie parlementaire et confirme la persistance de coulisses peu fréquentables.

  • 13  Peter Osborne, “Corridors of power : A CEO without the power to hire and fire” managementtoday.com (...)

15Le pouvoir s’exerce non seulement dans les chambres ou les coulisses des instances élues, mais aussi dans celles des partis politiques. L’administration joue un rôle important dans la transmission et l’exécution des projets politiques. Nicolas Sowels analyse le rôle déterminant du ministère des finances britannique au « cœur de l’exécutif ». Dans les coulisses du ministère, le rôle des hauts fonctionnaires aux finances est attesté dans l’opposition à la politique monétariste de Thatcher. De même, les luttes de pouvoir entre les fonctionnaires, leur ministre, et le Premier ministre, notamment pour garder le contrôle sur le recrutement de la haute fonction publique, témoignent d’une activité intense en coulisse pour exercer un contre-pouvoir professionnel au pouvoir politique élu. Alors que la confiance entre le pouvoir politique et les haut fonctionnaires semble avoir souffert des méthodes utilisées par le premier ministre Tony Blair13, Sowels constate qu’une « dépolitisation » du pouvoir dans le domaine des finances se confirma lors de la décision de rendre indépendante la Banque d’Angleterre, « déplacement majeur du pouvoir vers une instance ‘dépolitisée’. Par ricochet, le rôle du Trésor dans la formulation de la politique économique est aussi diminué et, de fait, le ministère se trouve amputé d’une dimension importante de ses fonctions traditionnelles. » (Sowels).

  • 14  Osborne, op.cit..
  • 15  Jonathan Lynn, Anthony Jay, The Complete Yes Prime Minister, Londres, BBC Books, 1989, Couverture.
  • 16  Osborne, Peter, “Corridors of power : A CEO without the power to hire and fire”, managementtoday.c (...)

16Paradoxalement, alors que ce déplacement du pouvoir de la haute administration s’effectue, les relations entre l’exécutif et l’administration pendant la période 1997-2007 devinrent bien plus problématiques qu’à l’époque du gouvernement Thatcher14. La représentation du pouvoir et des inepties de la machinerie du gouvernement, en l’occurrence, un Ministère des affaires administratives, inventé de toutes pièces, dans la série télévisée satirique Yes Minister retransmis par la BBC entre 1980 et 1988, remporta un succès d’estime. Le Premier ministre, Margaret Thatcher, y fit une brève apparition. Elle témoigna de la véracité de la fiction : « Its closely observed portrayal of what goes on in the corridors of power has given me hours of pure joy.15 »Le portrait des hauts fonctionnaires cyniques mais compétents qui gèrent le pays et manipulent le ministre crédule et inepte, est devenu une référence : « Yes Minister-style tactics16 ». Cette parodie peu flatteuse n’avait pas l’intention de salir la réputation d’impartialité de la haute administration britannique. Cependant, les relations de travail cordiales et l’estime personnelle ne pouvaient pas masquer l’évolution engendrée par la politique menée par les gouvernements Thatcher et Major.

17En 1995, Andrew Marr publia un « audit constitutionnel », inspiré par le bilan des dix-huit années de gouvernement conservateur, qui fait état de l’importance grandissante d’interrogations concernant l’absence de transparence, de l’inaccessibilité des instances démocratiques, la privatisation des fonctions de l’exécutif, les relations entre le pouvoir politique et le quatrième pouvoir, la presse, le rôle grandissant des lobbies ou encore du manque de contrôles vis-à-vis des élus et de leur action.

  • 17  Andrew Marr, Ruling Britannia, The Failure and Future of British Democracy, Londres, Penguin, 1995 (...)

Many of the questions raised over these past few years about the new corporatism, corruption, the rise of unaccountable quangos, the feebleness of Parliament, the role of ministers and journalists and pressure groups, must now return with doubled force17.

18Cet ensemble de défaillances conduit Marr à faire le constat de la faillite du système politique britannique et à conclure que le pouvoir ne se trouvait plus dans les mains des élus.

  • 18  Marr, p. 15.

Power has moved from people connected to the democratic machine to people who aren’t. It has moved from local councillors to quangos; and from national politicians to the markets or supranational bodies, particularly Brussels18.

19Dans quelle mesure ce déplacement des lieux du pouvoir vers des instances non élues change-t-il la nature et le rôle des coulisses ? Miller et Dinan évaluent la portée de ce changement dans les rapports entre la sphère publique et la sphère privée, entre le monde politique et le monde des affaires, et évoquent « l’ouverture et la privatisation de l’appareil gouvernemental. » L’avènement de parlements décentralisés à Edimbourg et à Cardiff rectifie-t-il le pronostic pessimiste de Marr ?

20Les nouvelles structures dévolues du Parlement écossais et de l’Assemblée du pays de Galles démontrent un souci de parer à ces critiques. Leur création répond au besoin de déplacer, dépolitiser et décloisonner le système politique, centré sur Londres, concentré dans les mains d’une caste politique enfermée dans les bureaux et les coulisses à Westminster et à Whitehall. Délocalisé, sorti des murs de ces institutions vénérables mais immuables, le pouvoir pourrait s’exercer autrement.

21Dans le contexte du pays de Galles, Moya Jones évoque la suppression des organismes non-gouvernementaux semi-privés chargés de gérer des fonctions administratives (QUANGOs) particulièrement puissants dans cette région. Ces institutions furent assimilées à des entreprises, non à des instances issues du pouvoir élu et donc sans comptes à rendre à l’électorat. Les autorités créées pour gérer le développement économique du pays, le tourisme et la langue galloise, furent particulièrement contestées. La décision de l’exécutif gallois d’abolir ces instances fut cependant prise sans discussion préalable par l’assemblée, en l’absence de débat démocratique et leur abolition rendrait possibles un contre-pouvoir constitué, et un forum de discussion public et de débat démocratique supplémentaires. La démission de bon nombre d’experts nommés auprès de ces conseils à la suite de leur réintégration dans l’administration officielle du pays de Galles fut motivée par leur refus de devenir ‘fonctionnaires’ de l’assemblée, inféodés au pouvoir politique, réaction motivée sans doute en partie par l’attitude du gouvernement Blair envers les hauts fonctionnaires de Whitehall.

22En même temps, l’évolution des technologies amène une plus grande transparence dans le jeu politique. Sont utilisées à cette fin des méthodes à la fois anciennes, les pétitions, et résolument novatrices, l’internet. La tradition des pétitions, ancrée dans la pratique politique écossaise (Camp-Piétran), réactivée depuis l’avènement du nouveau Parlement écossais, est le « symbole de la volonté d’ouverture des dirigeants écossais », « une nouvelle pratique dans la logique de la notion des coulisses du pouvoir. » Mené à son terme, la logique des pétitions pourrait conduire au contournement du pouvoir du Parlement écossais et de son exécutif, représentant élu du peuple écossais, pour exiger la sécession de l’Écosse, passant par-dessus la volonté du peuple issue des urnes. L’éventuel décloisonnement qui résulterait de l’ère des nouvelles technologies, d’un accès démultiplié à l’information, et des formes d’expression démocratique alternative, entraîne un déplacement des lieux de débat et de décision, qui pourrait rendre caduc l’emploi du terme « coulisses du pouvoir ». L’exemple du forum de discussion ouvert dans le cadre de la campagne pour féminiser le Parti conservateur19 (Molinari) suscite des doutes sur la transparence des procédés démocratiques apportée par l’utilisation accrue des nouvelles technologies de communication. Les nouvelles instances au pays de Galles et en Écosse depuis 1998, par contre, ont su mettre à profit l’informatisation de l’accès démocratique au pouvoir.

23 Les changements dans la politique pénale du Parti travailliste (Bell) semblent laisser présager la mise à l’écart de conseils d’experts traditionnels sans pour autant assurer leur remplacement. Si les intellectuels de gauche ou de droite ont perdu quelque peu leur autorité, ce fut en partie au bénéfice du quatrième pouvoir, la presse, en l’occurrence, la presse populaire, chef de file auto-proclamé d’une ‘opinion publique’ courtisée par les partis politiques. La même volonté de séduire l’électorat motive, pour une part du moins, à la fois la féminisation du Parti conservateur (Molinari) et la politique pénale du Parti travailliste. Cela signifie-t-il un changement radical dans les mécanismes de l’exercice du pouvoir et la perte d’influence des tractations en coulisse ?

24 La dépolitisation des coulisses du pouvoir – amenée par l’emploi des nouvelles technologies de la communication, le discrédit de l’expertise professionnelle attitrée, le déplacement de pouvoirs vers des instances « dépolitisées » et le décloisonnement des sphères politiques – annonce-t-elle une forme de politique nouvelle, post-moderne ? Ou, au contraire, l’évolution récente du pouvoir des lobbies signifie-t-elle, comme Miller et Dinan suggèrent, une mainmise par la ‘démocratie du marché’ sur le système politique ? Les ‘lobbies’ du Palais de Westminster et les couloirs de Whitehall en tant que contre-pouvoir, limitant l’exercice restreint du pouvoir, devraient perdre de l’importance. Les contours des enceintes du pouvoir redessinés font que l’on assiste à une redéfinition de la démocratie parlementaire au Royaume-Uni.

Haut de page

Bibliographie

Faucher-King, Florence, Le Galès, Patrick, Tony Blair 1997-2007 : le bilan des réformes, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

Hyland, Julie, “The ‘loans for peerages’ scandal and the terminal decline of New Labour”, 21 March 2006.

Levaï, Yvan, La République des mots : De Mendès France à Chirac dans les couloirs du pouvoir, Paris, Lafond, 2001.

Lynn, Jonathan, Jay, Anthony, The Complete Yes Prime Minister, Londres, BBC Books, 1989

Marr, Andrew, Ruling Britannia, The Failure and Future of British Democracy, London, Penguin, 1995.

Osborne, Peter, “Corridors of power : A CEO without the power to hire and fire”, managementtoday.com, 1 mai 2004. 

Phillips, Hayden, Strengthening Democracy : Fair and Sustainable Funding of Political Parties, The review of the funding of political parties, Norwich, HMSO, March 2007.

Snow, C.P. Corridors of Power, Londres, Macmillan, 1964 (Penguin, 1966).

Haut de page

Notes

1  Thème du XXe congrès de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES) tenu en Avignon en mai 2007 au cours duquel un atelier du Centre de Recherches et d’Études en Civilisation Britannique (CRECIB) fut consacré au coulisses du pouvoir dont sont issues un certain nombre des contributions à ce volume publié avec le concours de la SAES.

2  Cambridge International Dictionary of Idioms, 1998.

3  Le terme ‘couloirs du pouvoir’ est cependant utilisé par Yvan Levaï, La République des mots : De Mendès France à Chirac dans les couloirs du pouvoir, Paris, Lafond, 2001.

4  (1905–1980) Physicien à l’université de Cambridge, haut fonctionnaire responsable de la sélection de personnel scientifique, sa contribution le plus connue à l’histoire des idées est sa définition de l’écart entre la culture scientifique et celle des domaines artistiques dans son essai The Two Cultures and the Scientific Revolution, 1959.

5  C.P. Snow, Corridors of Power, Londres, Macmillan, 1964 (Penguin, 1966), 7, Author’s note to the original edition.

6 Times Literary Supplement, 7 September 1956, 524 voir Nicholas Tredell, “Corridors of Power”, The Literary Encyclopaedia, http://www.litencyc.com/php/sworks.php ?rec =true&UID =5816consulté le 31 janvier 2008.

7  Il n’est pas du ressort de ce présent volume d’examiner ce point particulier. Les think tanks font partie de l’analyse des politiques publiques. Le rôle d’institutions telles que l’Institute of Public Policy Research, le Social Market Foundation, le Centre for Policy Studies, l’ Adam Smith Institute, est connu. Les travaux de Diane Stone et de Raymond Struyk servent de cadre théorique à ce champ d’étude.

8  Selon le Online Etymology Dictionary le sens de « grande entrée d’un bâtiment public » du terme lobby en anglais remonte à 1640. Son sens politique, « ceux qui cherche à influencer la léglisation », est constaté dès 1808 pour ceux qui cherchent se rassemblent dans les halls d’entrée des chambres législatives. Le verbe est attesté en 1850 et le substantif lobbyist en 1863.

9  Marr, op.cit., p. 246.

10  Florence Faucher-King, Patrick le Galès, Tony Blair 1997-2007 : le bilan des réformes, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

11  Julie Hyland, Britain : “The “loans for peerages” scandal and the terminal decline of New Labour”, 21 March 2006, http://www.wsws.org/articles/2006/mar2006/loan-m21.shtml.

12  Sir Hayden Phillips, Strengthening Democracy : Fair and Sustainable Funding of Political Parties, The review of the funding of political parties, Norwich, HMSO, March 2007.

13  Peter Osborne, “Corridors of power : A CEO without the power to hire and fire” managementtoday.com, 1 mai 2004 ; David Richards, New Labour and the Civil Service, Reconstituting the Westminster Model, Londres, Palgrave, 2007.

14  Osborne, op.cit..

15  Jonathan Lynn, Anthony Jay, The Complete Yes Prime Minister, Londres, BBC Books, 1989, Couverture.

16  Osborne, Peter, “Corridors of power : A CEO without the power to hire and fire”, managementtoday.com, 1 mai 2004. 

17  Andrew Marr, Ruling Britannia, The Failure and Future of British Democracy, Londres, Penguin, 1995, p. 3.

18  Marr, p. 15.

19 www.conservativewomen.org.uk/forum/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Finding, « Les coulisses du pouvoir et la démocratie parlementaire au Royaume-Uni », Observatoire de la société britannique, 6 | 2008, 11-24.

Référence électronique

Susan Finding, « Les coulisses du pouvoir et la démocratie parlementaire au Royaume-Uni », Observatoire de la société britannique [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/402

Haut de page

Auteur

Susan Finding

Maître de Conférences habilitée à l'Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org