Navigation – Plan du site

Stratégies disciplinaires des whips : pressions et intimidations dans les coulisses de la Chambre des communes

Agnès Alexandre-Collier
p. 47-66

Résumé

À la Chambre des Communes, le succès du maintien de la cohésion partisane dépend considérablement des mesures disciplinaires adoptées par les chefs de file des principaux partis, les whips. Ceux-ci doivent notamment, au sein de leur propre parti, renseigner les dirigeants sur les sentiments des députés de base, lorsque pèse par exemple la menace d’une rébellion, et transmettre aux députés les mots d'ordre du parti, en particulier les consignes de vote. Ils disposent à ce titre d'un nombre considérable de moyens variés pour faire pression sur les députés en cas de désaccord majeur entre les dirigeants du parti et eux.

À partir d'une étude de deux épisodes parlementaires récents, à savoir la ratification du traité de Maastricht en 1993 et l'intervention militaire en Irak en 2003, cet article se propose de montrer comment les whips conservateurs et travaillistes n'ont pas hésité à recourir à des pratiques peu conventionnelles, qui ont parfois dépassé le cadre de la bienséance et les règles du jeu démocratique, pour contraindre les députés de leur parti à la loyauté et tenter de restaurer ou de préserver l'unité partisane.

Haut de page

Texte intégral

1 Le maintien de la cohésion d'un parti dépend généralement des mesures disciplinaires adoptées par leurs chefs de file au sein de la Chambre des Communes, les whips. Emprunté au vocabulaire de la chasse, le terme “whipper-in” dont ils tirent leur origine, désigne selon l'Oxford Dictionarya huntsman's assistant who keeps the hounds from straying by driving them back with the whip into the main body of the pack”. Mais c'est une autre métaphore animale qui fut utilisée par Enoch Powell dans les années 1960. Illustrant non seulement leur omniprésence dans les coulisses de la Chambre des Communes, leurs pratiques parfois douteuses (du moins méconnues du grand public) pour arriver à leur fins, et en fin de compte, leur incontestable pouvoir, le député conservateur déclara que les whips étaient aussi inévitables que des rats dans des égouts.

2Depuis la fin du dix-huitième siècle, les whips possèdent un certain nombre d'attributions : ils doivent rester en contact permanent avec les députés de l’opposition pour assurer le bon fonctionnement de la Chambre, renseigner les dirigeants de leur propre parti sur les sentiments des députés de base et enfin transmettre aux députés les mots d'ordre du parti, notamment les consignes de vote. Comme l’explique Tim Renton, l'ancien chef des whips de Margaret Thatcher :

  • 1  Renton T., Chief Whip, People, Power and Patronage in Westminster, Londres, Politico's, 2004, 23.

The whips, like the spies that kept Philip II's enormous empire together, listen everywhere in the House of Commons – in the tea room, in the dining room, in the bars and on the front bench while ministers are speaking and questions are being asked and answered1.

  • 2  Jackson R., "Parliament and Party Discipline". Rebels and Whips, Part III, chap. 9, Londres, Macmi (...)

3Lorsque pèse la menace d'une rébellion parlementaire, c'est-à-dire, lorsqu'un certain nombre de députés s'apprêtent à voter à l'encontre des instructions de leur propre parti, les whips disposent d’un certain nombre de moyens souterrains pour reprendre la métaphore du rat d'égout, pour faire pression sur les députés de base en cas de désaccord majeur entre les dirigeants du parti et eux2. Les moins efficaces consistent dans l’octroi de récompenses (voyages, encouragements, promotions,...) aux députés les plus méritants pour créer une émulation au sein de la base parlementaire ou bien aux rebelles les plus intransigeants pour les convertir à la loyauté. Outre ce type de procédé plutôt bienveillant, il peut même exister des méthodes plus répressives qui vont du simple avertissement individuel à des formes de dissuasion plus collectives en passant par la convocation impérative (ou three-line whip) :

  • les premiers avertissements ;

  • la convocation impérative (ou three-line whip, qui signifie que la référence au projet ou au débat est soulignée trois fois et que le député a affaire à une discipline de vote maximale) ;

  • la méthode du pairing qui consiste à s’entendre avec un député de l’opposition pour une absence simultanée, l’absence parallèle d’un député de chaque camp ne changeant rien au rapport de forces au sein de la Chambre ;

  • l’intimidation individuelle - c’est-à-dire en direction d’un seul député -, notamment le risque de la démission forcée, de la retraite anticipée, de la suspension ou de l’exclusion du parti (withdrawal or resignation of the whip), ou encore la dissuasion collective - c’est-à-dire dirigée contre plusieurs députés.

4En comparant deux épisodes cruciaux de rébellion parlementaire sous les gouvernements de John Major et de Tony Blair, c'est-à-dire le vote sur la ratification du traité de Maastricht et sur l'intervention en Irak à dix ans d'intervalle, que certains députés ont appréhendé comme de véritables cas de conscience, on observe que les stratégies secrètes des whips conservateurs et travaillistes ont finalement peu divergé, malgré quelques spécificités dont nous parlerons. Nous verrons comment leurs approches initialement paternalistes ont rapidement dérivé vers des méthodes plus répressives qui ont parfois dépassé le cadre de la bienséance, avant d'observer dans un dernier temps comment les whips, ayant épuisé les moyens dont ils disposaient ont fini par s'effacer pour laisser la place au Premier ministre dont l'intervention a eu des conséquences différentes en 1993 et en 2003.

5Notons que cette comparaison doit toutefois tenir compte de différences notables entre les deux partis. Si la plupart des spécialistes s'accordent à constater une augmentation récente des rébellions parlementaires chez la plupart des députés conservateurs et travaillistes depuis la fin de l'ère thatchérienne, il semblerait en revanche qu'à la différence du Parti conservateur de John Major, le Parti travailliste de Tony Blair n'en avait pas le profil au premier abord. Grand spécialiste de la rébellion parlementaire, Philip Cowley explique ainsi :

  • 3  Cowley P. & Stuart M., "When Sheep Bark : The parliamentary Labour Party since 2000", British Elec (...)

If the complaint used to be that Labour leaders were not in control of their party, after 1997 it soon became that they were too much in control. Labour MPs were routinely described as timid, gutless, sycophantic and cowardly. They acquired a reputation for excessive cohesion, excessive loyalty and an overall lack of backbone. They were variably described as sheep, poodles, clones, robots or - most bizarrely of all- daleks3.

  • 4  Entretien cité par Seldon A. (with Chris Ballinger, Daniel Collings and Peter Snowdown), Blair, Lo (...)

6Mais ces différences s’expliquent essentiellement par le fait que si le Parti conservateur de John Major avait été élu en 1992 avec une très courte majorité de 21 sièges, le New Labour a connu, en 1997, un véritable raz-de-marée électoral, bénéficiant d’une majorité confortable de 147 sièges qui permettait au nouveau Premier ministre d’imposer son autorité sans craindre d’obstacle majeur. Malgré cette différence essentielle, l'ampleur de la rébellion partisane a également affecté les députés travaillistes puisque 197 d'entre eux ont voté contre les instructions de leur parti pendant les deux premiers mandats de Tony Blair, en particulier au moment du vote sur l'intervention en Irak considérée comme la rébellion la plus importante depuis celle sur les Corn Laws au milieu du dix-neuvième siècle. Au cours de la crise irakienne, un proche de Blair identifia clairement la « décision d'affronter un vote parlementaire, d'une façon très ouverte » comme la seconde décision la plus importante de la crise4.

Les stratégies paternalistes

7En 1992-93, les whips étaient au nombre de quatorze, parmi lesquels on distinguait trois vétérans, le chef whip Richard Ryder, David Heathcoat-Amory et David Lightbown ainsi que David Davis l’assistant du chef whip, chargé des relations avec la Presse, Sydney Chapman réputé pour son sens de la diplomatie et Greg Knight qui disposait du droit de pairing, précédemment décrit. Tout au long du processus de ratification du traité de Maastricht, les whips ont utilisé des stratégies tantôt classiques, tantôt insolites, oscillant, parfois avec succès, entre le paternalisme et la réprimande, entre la carotte et le bâton. Selon Tim Renton,

  • 5  Renton T., Chief Whip, op. cit., 20.

A good whip, is not just a sergeant major. He is also a counsellor and a nanny. Giving tea to some and gin and tonic to others, the Chief Whip has an overall responsibility for the health and sanity of his flock5.

  • 6  Roth A., Parliamentary Profiles, vol. A-D. London, Parliamentary Profiles Services Ltd, 1994, 546- (...)

8La fonction disciplinaire que possèdent les whips les oblige par définition à exercer leur activité au cours de chaque procédure législative, sachant que la loyauté absolue et unanime des députés n’existe que très rarement au sein de partis qui revendiquent la liberté d’expression de leurs membres. Ainsi, au moment de la ratification du traité de Maastricht, les whips commencèrent à exercer leur pression, dès le mois de juin 1992, sur les 84 signataires de la première motion du « nouveau départ » (Fresh Start Early Day Motion) qui représentaient à leurs yeux une menace pour le bon fonctionnement du processus de ratification. Ils ciblèrent leur action non pas sur les 22 rebelles qui s’étaient opposés à la deuxième lecture du projet de loi, le 1er mai 1992, mais sur les 62 Conservateurs restant. Usant de leur influence au sein du groupe parlementaire, ils tentèrent de s’immiscer dans les activités de ces rebelles en puissance afin de cerner le mieux possible leurs motivations et leurs stratégies. Dès le mois de juin, David Davis participa ainsi à de nombreuses réunions du No Turning Back Group et il put informer Richard Ryder et Douglas Hurd de la volonté des membres du groupe de s’opposer au projet de ratification du traité de Maastricht à la suite du premier référendum danois6.

9S’appuyant sur la précarité des conditions dans lesquelles sont habituellement recueillies les signatures des Early Day Motions et dans la mesure où la procédure n’avait pas encore abordé les étapes les plus critiques de la ratification, les whips utilisèrent tout d’abord les procédés les plus inoffensifs, en particulier les recommandations individuelles, et ils réussirent, par ce simple biais, à convaincre la plupart des 62 députés soit de se retirer avant la publication de la motion, soit de voter comme le gouvernement lors des stades ultérieurs du processus de ratification. Ils parvinrent même à convertir ponctuellement quatre rebelles (Rupert Allason, Michael Carttiss, Harry Greenway et Andrew Hunter), lors de la « résolution préparatoire » (paving motion) déposée par le Premier ministre le 4 novembre 1992.

  • 7  Roth A., Ibid., 595.
  • 8  Cowley P., The Rebels. How Blair misled his majority, London, Politico's, 2005, 119.

10En 2003, les whips travaillistes, soutenus et relayés par Blair, Brown et Prescott, s'employèrent activement, voire « rageusement » selon certains commentateurs7, à convaincre les réticents au cours du week-end des 15 et 16 mars qui précéda le vote du 18, en particulier Hilary Armstrong nommée Chief Whip en 2001. Les stratégies déployées ne furent pas très différentes de celles qui sont couramment utilisées. La première étape consiste à recueillir des informations sur les opinions des différents députés. Cette étape appelée “ring-round”, selon Philip Cowley, est généralement réalisée par les whips régionaux qui, en fonction de leur personnalité respective, s'avèrent plus ou moins intuitifs dans le décryptage des positions supposées de leurs députés. Puis ils établissent une liste à quatre colonnes : oui, non, abstention et absence autorisée. L'étape suivante consiste alors à essayer de faire passer progressivement les députés d'une colonne à l'autre : du vote négatif à l'abstention, de l'abstention au soutien. C'est alors que commencent les stratégies d'intimidation et les offres de promotion. “It was the good guys, the nice guys, who we submitted to the most pressure”, se souvient l'un d'entre eux8. Les whips savent pertinemment qu'il subsiste toujours un clan d'irréconciliables sur lesquels les pressions n'ont aucun effet. Philip Cowley raconte à ce sujet :

  • 9  Cowley P., Ibid. 119.

One Labour MP firmly in the anti-war camp went up to his whip and asked. 'why aren't you bothering me ? I'm feeling ignored.' He received a two-word answer. Jeremy Corbyn was approached by his regional whip, who simply said, 'I've got you down in the anti-war camp.' Corbyn replied, ‘well your intelligence does you credit'. So ended the lobbying of J. Corbyn MP9.

11Dans le cas travailliste, les whips n'ont pas hésité à faire vibrer chez leurs collègues récalcitrants la corde patriotique ou religieuse, recourant parfois au bon vieux sentiment anti-français, notamment au moment où le Président Chirac indiqua que la France voterait contre une nouvelle résolution de l'ONU, ou à la foi chrétienne pour stigmatiser ces « forces du mal », que le discours du Président Bush avait pointées du doigt. La conviction religieuse de députés rebelles a parfois été utilisée par certains whips pour faire de la guerre en Irak un cas de conscience individuelle et pour exercer des pressions morales et éthiques. C'est ce que raconte Peter Stothard dans son ouvrage sur les trente jours qui ont précédé la décision gouvernementale :

  • 10  Stothard P., 30 Days. A Month at the Heart of Blair's War, London, HarperCollins Publ., 2003, 94-9 (...)

Morgan leafs through one of Armstrong's lists and points at a name. 'Is he religious ?' she asks. 'If he is, I'll put Paul Boateng onto him'. Gordon Brown's deputy, the only black face in the Cabinet, is put on standby for Christian persuasion10.

  • 11  Cowley P., The Rebels. op. cit., 111.

12Toutefois, la plupart d'entre eux ne dissimulèrent pas leurs propres hésitations vis-à-vis de la décision gouvernementale espérant une nouvelle résolution de l'ONU qui viendrait apporter une sanction légale à cette initiative et légitimerait ainsi leur action11.

  • 12  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 29.
  • 13  Entretien avec un député conservateur. Source confidentielle.
  • 14  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 197.

13Dans cette logique paternaliste, il convient également pour le gouvernement d’offrir aux députés les plus réticents des gages de reconnaissance. Certaines promesses, sectorielles, furent accordées à des députés par le biais de leur circonscription : au moment de la ratification sur le traité de Maastricht, le député conservateur Rupert Allason reçut ainsi, en juillet 1993, la garantie que sa circonscription de Torbay bénéficierait d’un statut spécifique d’assistance financière12. Mais en définitive, peu d’entre elles furent réellement mises à exécution car l’opiniâtreté des rebelles résista en fin de compte à la plupart des tentations. Il y eut également des espoirs de promotion individuelle, auxquels même les eurosceptiques les plus aguerris ne restèrent pas insensibles. Ce fut le cas de William Cash qui, la veille de la motion de confiance déposée par le Premier ministre le 23 juillet 1993, se vit proposer par Douglas Hurd un futur poste important dans le domaine des affaires européennes au sein du Parti. Le lendemain, les rebelles, William Cash en tête, annoncèrent qu’ils soutenaient le gouvernement13. Un autre député, Hartley Booth, signataire de la première motion du « nouveau départ », se rangea aux côtés du gouvernement, lorsqu’on lui offrit, pour motiver sa discipline, le poste d'attaché ministériel de Douglas Hogg, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, en novembre 1992, au moment même de la « résolution préparatoire »14.

  • 15  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 406.

14Ces récompenses ne parvinrent pourtant pas toujours à réduire au silence les députés qui se tournèrent vers la Presse pour rendre public ce que la responsabilité de leur nouveau poste leur interdisait d’exprimer. D’autres, en revanche, qui avaient laissé transparaître leurs opinions au tout début de la procédure de ratification, acceptèrent d'observer le mutisme le plus absolu en échange d’une récompense gouvernementale. Ce fut le cas de Geoffrey Clifton-Brown, autre partisan de la motion du « nouveau départ », qui, à la suite d’une promotion à la Commission sur l’Environnement, n’accorda plus aucun entretien sur des sujets liés, de près ou de loin, à l’intégration européenne15.

Les approches répressives

15À première vue, les stratégies répressives semblent avoir été beaucoup plus courantes chez les Conservateurs que chez les Travaillistes. Faut-il attribuer ce constat à la loyauté légendaire des députés de Tony Blair, qu'évoquait Philip Cowley, ou au désir d'émancipation des députés conservateurs, muselés par onze ans de thatchérisme et bien moins admiratifs de son successeur, John Major ? En témoigne peut-être la facilité des rebelles conservateurs à évoquer Maastricht dans leurs mémoires ou les entretiens qu'ils m'ont accordés, alors que leurs homologues travaillistes se sont avérés beaucoup moins prolixes dix ans plus tard.

  • 16  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 547.

16Quoi qu'il en soit, dans les deux cas, les whips adoptèrent une approche beaucoup plus radicale qu'après avoir épuisé l’ensemble des témoignages de sympathie dont ils pouvaient faire preuve vis-à-vis des rebelles. Tout au long de la procédure de ratification du traité de Maastricht, les whips ont joué un rôle très actif en usant parfois de pratiques que beaucoup de députés se sont efforcés de dénoncer. L’insistance des whips s’est même fait sentir jusqu’au bal annuel des Conservateurs où, en juillet 1992, David Davis apparaissait armé d’un téléphone portable et décidé à poursuivre les rebelles jusqu’à ce qu’ils finissent par céder16.

  • 17  Entretien avec Bill Walker MP, Chambre des Communes, 25/04/95.

17Quelques ministres et secrétaires d’Etat ont accepté d’assumer cette tâche délicate. Certains députés bénéficiant d’un poste spécifique au sein du parti se virent menacés de démission forcée, comme par exemple Bill Walker qui faillit perdre la présidence de la Commission sur les Affaires écossaises17. D’autres furent prévenus que leur action était susceptible de conduire à leur exclusion de l’organisation parlementaire :

  • 18  Entretien avec Rupert Allason MP, Chambre des Communes, 21/02/95.

I had a meeting with the minister who told me that I would lose the whip if I abstained. I can't tell you who it was but somebody that I respected and I said "then, I shall lose the whip !" me confia Rupert Allason18.

18Mais c'est surtout par l'intermédiaire du siège du parti et des circonscriptions que les menaces de retrait d'investiture (deselection) ont été les plus fortes. Le député Walter Sweeney, élu en avril 1992 a été notamment victime de ce type d'intimidation :

  • 19  Entretien avec Walter Sweeney MP, Chambre des Communes, 23/02/95.

They [les critiques] were in part hostaged by someone from the Central Office in Cardiff, who visited my constituency in my absence and spoke to the meeting of the Executive Committee of the local Conservative Party. I could have attended the meeting except that I had to be here in Wesminster. I was voting for the Government on a three-line whip on a totally unrelated subject. And without prior warning to me, this man went to my constituency and told my executive that if I persisted then I was likely to bring the Government down. And that wasn't true because if we had been defeated on the particular occasion, the result would have been that there would have been a vote of confidence the next day and I would have supported the Government and they would have survived.19

19Le député Nicholas Budgen a également fait la triste expérience de ces pressions locales. En novembre 1992, il s’était plaint du fait que son whip, David Lightbown, avait téléphoné à la Présidente de son association favorable à John Major et à Maastricht pour fomenter un complot contre lui à la veille du vote sur la résolution préparatoire. Mais quatre mois plus tard, Roseanne Williams, la présidente en question, publia une lettre affirmant « la loyauté et le soutien total de son association » au Premier ministre.

  • 20  Westminster's Secret Service, émission télévisée réalisée par Michael Cockerell et diffusée sur la (...)

20Les ultimes ressources dont disposaient les membres du gouvernement furent de recourir à des pratiques peu conformes aux règles de cette organisation disciplinaire. Toutefois, il faut les considérer avec précaution dans la mesure où le manque de sources objectives - la majorité de ces sources provenant des témoignages personnels des députés rebelles - empêche de vérifier la validité de ces informations même si la plupart d’entre elles se recoupent et laissent présumer leur véracité. Ainsi, certains rebelles prétendent avoir été soumis à un véritable chantage. C'est le cas du Dr Michael Clark, député de Rochford, que le sous-secrétaire d’Etat Mark Lennox-Boyd, a menacé d’empêcher de se rendre au Canada pour une conférence, s’il ne votait pas avec le gouvernement. D’autres rebelles ont déclaré avoir subi toutes sortes de pressions. On les a menacés, notamment, de révéler de sombres affaires secrètes ou des indiscrétions sur leur vie privée. Le chef whip avait en effet la réputation de consigner sur une « liste noire » ou « carnet à ragots » (“Black Book” ou “Dirt Book”) soigneusement gardé dans son coffre-fort, tous les problèmes personnels des députés afin de pouvoir exercer sur eux un chantage éventuel20.

  • 21  Voir Gorman T., No Prime Minister !, London, John Blake publ. Ltd, 2001, 249-250.
  • 22  Cité par Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 281.

21Certains députés déclarèrent également avoir été l’objet d’insultes et de calomnies diverses, comme Teresa Gorman qui s'épancha sur ce sujet dans son ouvrage au titre éloquent The Bastards en référence à l'expression utilisée par John Major pour qualifier les rebelles. Elle se plaignit d’avoir été traitée de « canaille » et de « Judas » et d’avoir subi un véritable harcèlement sexuel de la part de certains whips21. Ces pratiques furent dénoncées à de nombreuses reprises par les rebelles, comme Nicholas Budgen qui les compara avec celles du Parti Communiste dans un article du Times en mars 199322. Walter Sweeney me confia qu'il fut, quant à lui, littéralement insulté par David Lightbown en plein milieu du salon de thé de la Chambre des Communes. :

  • 23  Entretien avec Walter Sweeney MP, Chambre des Communes, 23/02/95.

Well, my whip I went to him and said that I was minded to abstain because I read the Treaty, was worried about it. Instead of seeking to persuade me through use of rational arguments, he swore at me, raised his voice and suggested to me that I had finished my political career. And I was rather shocked by that. (...) He's a nice chap but he felt he had to do his job. And that's the way he does his job.23.

22Surnommé par la presse le Frankenstein des whips, le même David Lightbown fut gratifié d'un portrait sans complaisance par Teresa Gorman tout aussi choquée par des pratiques sans doute favorisées par un physique impressionnant :

  • 24  Gorman T., No Prime Minister !, op. cit., 247-8.

The chief bully boy was David Lightbown. Six feet tall and three foot wide, he had a walk like a bull elephant. At one stage he picked up a member by the lapels to get face to face with him – a terrifying experience. Others were offered the prospect of a knighthood if they were prepared to sacrifice their principles. Even parliamentary wives were leaned on to persuade their husbands to toe the line. It is often said that whips know more about MPs' sex lives than they know themselves and are prepared to use this information when necessary24

23La plupart des députés rebelles dénoncèrent la cruauté de certains whips, notamment les plus jeunes, fraîchement élus et particulièrement zélés à défendre les mérites du traité de Maastricht. Ils leur reprochaient surtout d’exercer leurs talents avec une telle hypocrisie que le public ne pouvait pas se douter de la supercherie. Teresa Gorman expliquait que le 4 novembre 1992,

  • 25  Gorman T., The Bastards, 127.

there were two debates going on that day: one in the chamber under parliamentary rules of courtesy and decorum and another in the corridors, tea rooms and terraces where four-letter words, bribery and bitter insults were being traded between the Whips and the rebels25.

24Dans son autobiographie, publiée huit ans plus tard, Teresa Gorman revient sur cet épisode visiblement traumatisant de sa carrière parlementaire utilisant le même type de vocabulaire pour décrire les whips de son parti :

  • 26  Gorman T., No Prime Minister !, op. cit., 247.

They are as secretive as the Masons and as ruthless as Rottwilers. They look for the most vulnerable part of your anatomy and sink their teeth in26.

25Certains whips ont parfois même confirmé qu'il existait et bien dans leurs pratiques « une tradition de brutalité » à la fois verbale et physique. Dans les rangs travaillistes, l'une des nouvelles recrues parmi les whips du second mandat de Tony Blair, sommé de convaincre les rebelles potentiels à l'aide d'arguments plus intellectuels, aurait même rétorqué : “Does that mean that we can't beat people up anymore ?27

  • 28  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 353.

26En recourant aux sanctions, les whips indiquaient qu’il ne fallait désormais plus concevoir la rébellion parlementaire comme une simple activité ludique détournée de ses règles habituelles. Certaines sanctions furent ponctuelles et sans effet majeur sur la carrière des rebelles. Mais d'autres eurosceptiques se retrouvèrent régulièrement exclus des activités quotidiennes du parti et virent par exemple leurs invitations à des réunions subitement annulées à la dernière minute. En septembre 1993, le siège du parti annonça ainsi à l’association des Jeunes Conservateurs qui avaient invité William Cash à une de leurs réunions que leurs dépenses courantes ne leur seraient remboursées que s’ils annulaient ce projet28.

27Les chefs de file du parti n’hésitèrent pas à sanctionner certaines carrières, comme celle de William Cash qui très tôt, c’est-à-dire le 13 novembre 1991, fut congédié de sa fonction de président de la Commission parlementaire sur les Affaires européennes au sein de laquelle il commençait déjà à faire valoir des opinions personnelles. Roger Knapman, un autre rebelle, dut également quitter son poste d'attaché ministériel. Mais ce fut au sein du Cabinet que le Premier ministre imposa un certain nombre de démissions. Il procéda à plusieurs remaniements ministériels au cours desquels il élimina certains membres du gouvernement, comme par exemple Norman Lamont, le Chancelier de l'Echiquier le 26 mai 1993 après sa violente réaction contre l’entrée de la livre dans le mécanisme de change du S.M.E.

28D’autres sanctions résultèrent en revanche de l’inobservation des règles strictes imposées par les whips. Ainsi, lorsqu’un député n’obéit pas à la convocation urgente (three-line whip), il peut encourir une peine considérable telle que la suspension ou l’expulsion du parti. Cette sanction, extrêmement rare au sein du Parti conservateur, fut toutefois partiellement appliquée le 27 juillet 1993 au député de Torbay, Rupert Allason. Celui-ci, absent du vote de confiance du 23 juillet qui avait fait l’objet de cet avertissement maximal, fut temporairement suspendu du groupe parlementaire.

  • 29  Entretien avec Rupert Allason MP, Chambre des Communes, 21/02/95.

I have to admit that I never thought it would happen because there was going to be six or seven of us, déclara-t-il. I didn't really imagine that six or seven of us would lose the whip and also in the Conservative Party, nobody's lost the whip over a political issue and you can perfectly have political differences.29.

29Chez les Travaillistes, dix ans plus tard, l'ancien membre du gouvernement, Clare Short, qui démissionna du Cabinet le 12 mai du 2003, dénonça les pratiques des whips dans The Independent du 22 octobre 2006 :

Hilary Armstrong (the former Chief Whip) made threats. She said I must not say that were spying on Kofi Hannan, or that Tony had deceived the country by taking it into war. Because I would not agree, I became a pariah.

  • 30  Woolf M., "Labour whips turned me into a pariah, says Short", The Independent, 22 octobre 2006.
  • 31  Marsden C., "Labour extends antiwar witch-hunt to Tam Dalyell", World Socialist Web Site, 22 mai 2 (...)

30Accusant les whips travaillistes d'être « impitoyables » et de vouloir détruire l'esprit du parti parlementaire travailliste, elle ajouta “although the party did "reasonably well" during its first three years in office, the ‘rot set in’ during Labour's second term30. À l'issue de cet épisode, certains Travaillistes se sont plaints d'avoir subi des dommages collatéraux qu'ils n'ont pas hésité à attribuer à leur positionnement sur la guerre en Irak. Le député vétéran Tam Dalyell fut accusé d'avoir tenu des propos anti-sémites au cours d'une interview dans Vanity Fair, accusant Blair « d'être influencé par une cabale de conseillers juifs, Mandelson, Lord Levy et Jack Straw »31. Si ces propos indirectement rapportés par l'auteur de l'article, David Margolick, peuvent en effet s'avérer polémiques, il ne fait aucun doute, pour Tam Dalyell dont la carrière politique a été notamment marquée par son soutien au sionisme et à l'Etat d'Israël, qu'ils ont été montés de toutes pièces pour le discréditer et le réduire au silence. Le député travailliste, farouche opposant à la guerre en Irak, avait en effet déclaré dans un article du Guardian du 27 mars 2003 :

I also believe that since Mr Blair is going ahead with his support for US attack without unambiguous UN autorisation, he should be branded as a war criminal and sent to The Hague. (…) I have served in the House of Commons as a Labour member for 41 years, I would never have dreamed of saying this about any one of my previous leader. But Blair is a man who has disdain for both the House of Commons and international law.

L'intervention du Premier ministre

  • 32  Entretien avec Vivian Bendall MP, bureau de Londres, 25/04/95.

31L'appel à la solidarité du groupe prit également l’aspect de promesses collectives ou individuelles, qui ne furent pas toujours sans réponse. En 1992, la plus séduisante consistait à offrir aux rebelles la garantie que le vote de la troisième lecture du traité n’aurait pas lieu avant le second référendum danois. Michael Heseltine confirma cette promesse à plusieurs députés, notamment à Michael Carttiss et Vivian Bendall32, qui furent « persuadés » qu’un second résultat négatif au référendum danois rendrait inutile toute tentative de rébellion contre un traité ainsi voué à l’échec. Le Premier ministre, lui-même, dans le souci d’offrir à ses députés rebelles l’image d’un leader compréhensif et chaleureux n’hésita pas à recourir à la stratégie du « bras autour de l’épaule » qui se révéla fructueuse auprès d'un certain nombre d’élus, jeunes ou anciens.

I voted with the Government because John Major saw me personally, one or two ministers saw me personally at the last minute, and I was promised that if I voted for the Government, they would delay the third reading after the Danish referendum,

  • 33  Entretien avec Michael Carttiss MP, Chambre des Communes, 13/06/95.
  • 34  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 347.

32me confia-t-il33. John Major dut même requérir l’aide de la secrétaire d’Etat, Gillian Shephard, pour convertir Michael Carttiss, qui était son ami de longue date34.

33À la différence du traité de Maastricht, la spécificité de la rébellion partisane sur l'intervention en Irak repose sur le fait que le gouvernement travailliste s'appuya bien plus sur les différents ministres et secrétaires d'Etat, recrutés dans l'urgence, que sur les whips pour faire pression sur les rebelles potentiels.

It was an extraordinary sight; ministers and whips out-numbered backbenchers by two to one…There was a lot of tea and jobs on offer,

  • 35  Cowley P., The Rebels. op. cit., 121.
  • 36  Cowley P., The Rebels. op. cit., 115.

34commenta l'un des rebelles35. Les membres du Foreign Office furent ainsi réquisitionnés dans l'urgence pour jouer notamment sur les réseaux d'amitié. Mike O'Brien, ministre de rang intermédiaire, installa son quartier général dans la salle W4, et convoqua les plus sceptiques pour leur apporter d'éventuels éclaircissements (briefing)36. Deux autres éléments illustrent ce constat. En témoigne, tout d'abord, la décision, humiliante pour l'équipe de Hilary Armstrong, qui fut prise par le gouvernement de déménager leurs prestigieux bureaux du 12, Downing Street pour y placer, en 2001, le directeur de la Communication, Alistair Campbell.

  • 37  Renton T., Chief Whip, op. cit., 337.

The downgrading was obvious, estime l'ancien chef des whips conservateurs. I found this a surprising mistake until I remembered that, immediately after Blair won the 1997 election, the story went round Westminster that he intended to govern without appointing any whips at all37.

35Même si la prérogative royale permettait au gouvernement de déclarer la guerre sans le soutien explicite du parlement, Tony Blair lui-même n'hésita pas à engager sa responsabilité initiale dès que la menace de la rébellion devint tangible. Philip Cowley explique :

  • 38  Cowley P., The Rebels. op. cit., 107.

There was talk that the Prime Minister could be forced to resign if he could not gain sufficient support from his MPs; it was said that he had already written his resignation letter in the event that the vote went against him. The challenge from the Labour whips to any wavering MP was simple and to the point : Do you support regime change in Baghdad or Downing Street ?38

36Cette stratégie fut utilisée de manière récurrente, comme en témoigne l'expérience décrite par l'un des rebelles potentiels Austin Mitchell :

  • 39  Cowley P., The Rebels. op. cit., 125-126.

In the lobby Tommy MacAvoy grabbed me warmly by the throat and took me in the Whips' Office where he gently explained that the media, not him I had to understand, were saying that Tony would step down if more Labour MPs voted against than for him…Did I want to be personally responsible for bringing down the most successful election winner Labour had ever had?39.

  • 40  Entretien cité par Seldon A., op. cit., 602.

37C'est donc en transformant ce vote en un vote de confiance que Tony Blair parvint à faire de l'une des rébellions partisanes les plus importantes de son parti un succès triomphal pour les whips et pour son gouvernement. Contrairement à John Major qui ne jouissait pas d'une réputation équivalente au sein de son propre parti, la popularité indéniable de Tony Blair auprès de ses députés eut une influence décisive sur l'issue du vote. L'enjeu était de taille pour le Premier ministre, comme le suggéra avec tant d'éloquence l'un des proches de Blair en mars 2003 : Forget your contribution to public services, what you'll be remembered for is winning two fucking great election victories and four wars40.

Conclusion

38Tout au long de ces querelles parfois violentes, on a assisté à une substitution des rôles politiques, les whips faisant auprès des rebelles figure d'ennemis alors que ce rôle appartient d'habitude à l'opposition et les rebelles passant auprès des whips pour les hommes ou les femmes à abattre. En brouillant les repères traditionnels et en y ajoutant un zeste de calomnie, les deux épisodes que nous venons d'étudier ont introduit au sein même des Partis conservateur et travailliste le « manichéisme » qui caractérise traditionnellement le bipartisme britannique. Et les limites du jeu parlementaires ont été ponctuellement franchies.

39On pourrait également dire qu'à moyen terme et à long terme, les conséquences des rébellions étudiées ont été dramatiques pour le Premier ministre et le maintien de son parti au pouvoir. Les deux épisodes ont en effet entaché la légitimité du chef de gouvernement. Dans le cas conservateur, la crédibilité de John Major a été si mise à mal qu'il fut contraint de démissionner en juin 1995 de ses fonctions de leader pour regagner la confiance de son parti. Le parallèle serait facile avec le remplacement de Tony Blair par Gordon Brown le 27 juin 2007 même si les circonstances sont différentes dans la mesure où le Parti travailliste de Tony Blair, réputé plus docile si l'on en croit Philip Cowley, a fait preuve d'une bien plus grande loyauté envers son dirigeant. Il n'en reste pas moins que la baisse de popularité de Tony Blair est sans conteste une répercussion directe de l'épisode irakien.

40À plus long terme, le discrédit jeté par Maastricht et la question européenne sur le Parti conservateur, miné par les divisions et les scandales, a sans doute joué un rôle dans sa défaite électorale de 1997. Au moment de la rédaction de cet article, il était encore trop tôt pour savoir si l'épisode irakien aura des conséquences tout aussi fatales sur le Parti travailliste lors des prochaines élections.

  • 41  Cowley P., "Whips : 16 rebels : 197", op. cit., 2.
  • 42  Sans énumérer la liste des arguments avancés par ces critiques, certaines d'entre elles soulignent (...)

41Toutefois, compte tenu de l'ampleur des rébellions considérées, il convient non seulement de relativiser l'impact réel du rôle joué par les whips mais aussi d'en apprécier les effets positifs sur le débat démocratique. Tout d'abord, entre l'insistance parfois excessive sur les pratiques tyranniques des et au contraire, la volonté de mettre en relief leurs vertus diplomatiques et consensuelles, la vérité, selon Philip Cowley, se situe sans doute quelque part entre la carotte et le bâton, ou pour reprendre l'expression d'un député travailliste “not so much as whips as feather dusters41. Ensuite, l'ampleur des rébellions parlementaires et dans le cas conservateur, l'exclusion consécutive du député Rupert Allason, ont certes mis provisoirement un terme à une loyauté légendaire du Parti conservateur, mais elle ont aussi consacré l'indépendance des députés, l'épanouissement de leur liberté d'expression et la promotion d'un débat démocratique interne plus favorable à l'individu qu'au groupe. Malgré les critiques42 concernant l'impact des divisions intrapartisanes sur les attributions de la fonction parlementaire, cet aspect positif reste encore sous-estimé.

42La fonction des whips et le rôle qu'ils exercent dans les coulisses de la Chambre des Communes s'avère certes polémique dans un système politique qui a bien des égards constitue encore un modèle. Mais paradoxalement, ce sont aussi leurs pratiques qui contribuent au fonctionnement démocratique des institutions britanniques. Comme l'explique, Tim Renton,

  • 43  Renton T., Chief Whip, op. cit., vii.

the concept of a freely elected politician being whipped to make him forget his principles and vote instead for a measure that he does not agree with strikes at the heart of representative democracy. It disillusions those voters, a diminishing number, who still listen to or read about Westminster politics. Yet without whipping and the organisation of parliamentary business that goes with it, the Commons would be a shambles43

Haut de page

Bibliographie

Cowley P. & Stuart M., "When Sheep Bark: The parliamentary Labour Party since 2000", British Elections and Parties Review, vol. 14, 2004.

Cowley P., The Rebels. How Blair misled his majority, London, Politico's, 2005.

Gorman T., No Prime Minister !, London, John Blake, 2001.

Gorman T., avec Kirby H., The Bastards - Dirty Tricks and the Challenge to Europe, Pan Macmillan, London, 1993.

Jackson R., "Parliament and Party Discipline". Rebels and Whips, Londres, Macmillan, 1968.

Norton Philip, "Independence Without Entrenchment : The British House of Commons in the Post-Thatcher era", Talking Politics, hiver 1994, vol. 6, n° 2, 80-87.

Renton T., Chief Whip, People, Power and Patronage in Westminster, Londres, Politico's, 2004.

Roth A., Parliamentary Profiles, London, Parliamentary Profiles Services Ltd, 1994.

Seldon A. (with Chris Ballinger, Daniel Collings and Peter Snowdown), Blair, London, the Free Press, Simon & Schuster, 2004.

Stothard P., 30 Days. A Month at the Heart of Blair's War, London, HarperCollins, 2003.

Haut de page

Notes

1  Renton T., Chief Whip, People, Power and Patronage in Westminster, Londres, Politico's, 2004, 23.

2  Jackson R., "Parliament and Party Discipline". Rebels and Whips, Part III, chap. 9, Londres, Macmillan, 1968, 201-252.

3  Cowley P. & Stuart M., "When Sheep Bark : The parliamentary Labour Party since 2000", British Elections and Parties Review, vol. 14, 2004, 211.

4  Entretien cité par Seldon A. (with Chris Ballinger, Daniel Collings and Peter Snowdown), Blair, London, the Free Press, Simon & Schuster, 2004, 595.

5  Renton T., Chief Whip, op. cit., 20.

6  Roth A., Parliamentary Profiles, vol. A-D. London, Parliamentary Profiles Services Ltd, 1994, 546-547.

7  Roth A., Ibid., 595.

8  Cowley P., The Rebels. How Blair misled his majority, London, Politico's, 2005, 119.

9  Cowley P., Ibid. 119.

10  Stothard P., 30 Days. A Month at the Heart of Blair's War, London, HarperCollins Publ., 2003, 94-95.

11  Cowley P., The Rebels. op. cit., 111.

12  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 29.

13  Entretien avec un député conservateur. Source confidentielle.

14  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 197.

15  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 406.

16  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 547.

17  Entretien avec Bill Walker MP, Chambre des Communes, 25/04/95.

18  Entretien avec Rupert Allason MP, Chambre des Communes, 21/02/95.

19  Entretien avec Walter Sweeney MP, Chambre des Communes, 23/02/95.

20  Westminster's Secret Service, émission télévisée réalisée par Michael Cockerell et diffusée sur la B.B.C le 21 mai 1995 à 21 h.

21  Voir Gorman T., No Prime Minister !, London, John Blake publ. Ltd, 2001, 249-250.

22  Cité par Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 281.

23  Entretien avec Walter Sweeney MP, Chambre des Communes, 23/02/95.

24  Gorman T., No Prime Minister !, op. cit., 247-8.

25  Gorman T., The Bastards, 127.

26  Gorman T., No Prime Minister !, op. cit., 247.

27  Cowley P., "Whips : 16 rebels : 197" p. 2, Research Paper : http : www.revolts.co.uk

28  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 353.

29  Entretien avec Rupert Allason MP, Chambre des Communes, 21/02/95.

30  Woolf M., "Labour whips turned me into a pariah, says Short", The Independent, 22 octobre 2006.

31  Marsden C., "Labour extends antiwar witch-hunt to Tam Dalyell", World Socialist Web Site, 22 mai 2003.

32  Entretien avec Vivian Bendall MP, bureau de Londres, 25/04/95.

33  Entretien avec Michael Carttiss MP, Chambre des Communes, 13/06/95.

34  Roth A., Parliamentary Profiles, op. cit., 347.

35  Cowley P., The Rebels. op. cit., 121.

36  Cowley P., The Rebels. op. cit., 115.

37  Renton T., Chief Whip, op. cit., 337.

38  Cowley P., The Rebels. op. cit., 107.

39  Cowley P., The Rebels. op. cit., 125-126.

40  Entretien cité par Seldon A., op. cit., 602.

41  Cowley P., "Whips : 16 rebels : 197", op. cit., 2.

42  Sans énumérer la liste des arguments avancés par ces critiques, certaines d'entre elles soulignent surtout les effets négatifs des rébellions sur la cohésion du groupe parlementaire. Philip Norton quant à lui explique que l'autonomie des députés, plus intense depuis Margaret Thatcher, aurait pu être constructive et aboutir à une réforme de la Chambre des Communes, ce qui n'a pas été le cas. Voir l'article "Independence Without Entrenchment : The British House of Commons in the Post-Thatcher era", Talking Politics, hiver 1994, vol. 6, n° 2, 80-87.

43  Renton T., Chief Whip, op. cit., vii.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Alexandre-Collier, « Stratégies disciplinaires des whips : pressions et intimidations dans les coulisses de la Chambre des communes », Observatoire de la société britannique, 6 | 2008, 47-66.

Référence électronique

Agnès Alexandre-Collier, « Stratégies disciplinaires des whips : pressions et intimidations dans les coulisses de la Chambre des communes », Observatoire de la société britannique [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/420 ; DOI : 10.4000/osb.420

Haut de page

Auteur

Agnès Alexandre-Collier

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org