Navigation – Plan du site

Libéraux et Libéraux Démocrates : dans l’ombre des Travaillistes ?

Muriel Cassel-Piccot
p. 67-88

Résumé

Sur un échiquier politique britannique dont le centre est de plus en plus encombré, les Libéraux démocrates, comme les Libéraux avant eux, éprouvent bien des difficultés à maintenir leur position médiane. Dans les années 90, le tout jeune parti fondé en 1988 rompt avec les ambitions de l’Alliance et devient membre d’une coalition anti-conservatrice officieuse, renonçant dans le même temps à son principe d’équidistance entre les deux grands partis. Cet article se propose d’analyser les relations de coopération formelle et informelle entre Libéraux démocrates et Travaillistes, entre Tony Blair et Paddy Ashdown et de voir comment un tiers parti tente d’accéder au pouvoir dans un système résolument bipartite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Hurst, G., Charles Kennedy, A Tragic Flaw, London, Politico’s, 2006, 125.

As he did on every such occasion, Kennedy insisted they enter by a side route via 70 Whitehall, as Ashdown had for his clandestine assignations, and then along corridors in the Cabinet Office […]1.

  • 2  Ashdown P., The Ashdown Diaries, 1997-1999, London, Penguin Books, 2000, 519.

I [Paddy Ashdown] had a chat with Robin [Cook] afterwards in the corridor of the Shadow Cabinet room2.

Introduction

  • 3  Walter D., The Strange Rebirth of Liberal England, London, Politico’s, 2003, 117.

1L’expression « coulisses du pouvoir » prend tout son sens lorsque l’on s’intéresse à un parti qui n’est pas à la tête de l’Etat mais rêve d’y parvenir. En effet, bien qu’ils jouent un rôle non négligeable sur une scène politique bipartite de nature confrontationnelle, les Libéraux démocrates ont peu de chances de remporter une majorité de sièges à la Chambre des Communes. Dans ce contexte, si l’on entend par pouvoir, l’aptitude d’un groupe d’individus donné à exercer les plus hautes fonctions de l’Etat, à appliquer des décisions et à entreprendre des actions d’ordre politique, les « coulisses du pouvoir » sont alors, pour un tiers parti, une manière indirecte d’accéder à celui-ci, un moyen de l’influencer de façon formelle ou informelle, ouverte ou secrète, voire de le partager, en attendant peut-être de s’en emparer. Quel que soit le cas, toute proximité du pouvoir implique alors les notions de tractations, négociations, collaborations, coopération, voire coalition. En outre, une étude des relations que les Libéraux démocrates ont entretenues avec le pouvoir sous la présidence de leur premier leader s’avère d’autant plus intéressante que les valeurs, les principes et les moyens d’action du parti, et notamment de sa base, sont en contradiction avec l’idée de manœuvres se tramant dans l’ombre et le secret au plus haut niveau. On se rappelle alors l’image d’Epinal des « barbus en sandales » qui colle aux Libéraux ou encore la comparaison de David Walter3 qui les décrit tels des « herbivores » qui « tranquillement » ne s’occupent que des sous-bois - la politique de proximité - et des feuillages élevés - l’idéologie -.

2Si les Libéraux démocrates, héritiers d’abord des Libéraux puis de l’Alliance, sont devenus une réelle force politique plus ou moins proche du pouvoir dont ils peuvent hanter les « coulisses », tel n’a pas toujours été le cas. En effet, ce parti et ses prédécesseurs avant lui ont connu des fortunes diverses, tentant périodiquement, depuis leur relégation au rang de troisième sur l’échiquier politique, de se rapprocher des instances dirigeantes, voire de les regagner.

Héritage libéral et pouvoir

  • 4  Les Conservateurs remportent 344 sièges, les Travaillistes 142 et les Libéraux 62. Cf. http://www. (...)

3C’est en 1922 lors des élections législatives que le Parti libéral, devancé pour la première fois par le tout jeune Parti travailliste, perd son rôle de parti de gouvernement4, même s’il prend part encore à la gestion de l’Etat en participant à des coalitions en 1924 et en 1929 avec Ramsay MacDonald et durant la Seconde Guerre mondiale avec Winston Churchill. Plus tard, entre 1945 et 1955, c’est la question même de l’existence de parti, sous la direction de Clément Davies (1884-1962), qui se pose.

  • 5  Cette stratégie consiste en une redistribution des forces sur l’échiquier politique, créant une no (...)
  • 6  Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Libéraux étaient perçus comme étant proches des Conservate (...)
  • 7  Walter D., op.cit., 17.
  • 8  Ibid., 18.
  • 9  Par exemple, Jo Grimond, “Coalition Offer to Labour by Mr Grimond”, The Guardian, 24 juin 1965.
  • 10  Les Travaillistes obtiennent 317 sièges, les Conservateurs 304 et les Libéraux 9 lors de l’électio (...)
  • 11  Dutton D., op.cit., 207.

4Le Parti libéral doit sa renaissance à l’élection d’un nouveau leader très charismatique, Joe Grimond (1913-1993), qui adopte une stratégie de réalignement5, opère un repositionnement idéologique au centre gauche6 et défend la décolonisation, la démocratie industrielle, l’adhésion du Royaume-Uni à la Communauté Economique Européenne et la dévolution des pouvoirs à l’Ecosse et au pays de Galles7. Pour Jo Grimond, le Parti libéral ne doit pas se limiter à jouer le rôle d’une cellule de réflexion mais doit avoir des ambitions et s’intéresser directement à la sphère du pouvoir8. D’ailleurs entre 1964 et 1966, le leader, qui voit en la coopération une occasion pour les Libéraux d’être reconnus comme un courant politique incontournable ainsi qu’un moyen de promouvoir la cause du libéralisme, annonce la possibilité d’une collaboration avec les Travaillistes9, ces derniers n’ayant obtenu qu’une étroite majorité à la Chambre10. Mais il se heurte rapidement à certains membres de son parti ardemment attachés à leur indépendance. En outre, Harold Wilson ne témoigne alors d’aucune volonté de participation à un accord formel entre les deux partis. Si la stratégie adoptée par Jo Grimond ne porte pas ses fruits de manière concrète, elle permet néanmoins aux Libéraux d’envisager leurs relations avec les autres partis en termes non pas de survie mais de rapprochement du pouvoir11.

  • 12  Birmingham Ladywood le 26 juin 1969, Rochdale le 26 octobre 1972, Sutton & Cheam le 7 décembre 197 (...)
  • 13  Community politics.
  • 14  Organisation au sein du Parti libéral pour les militants âgés au plus de 29 ans.
  • 15  Il s’agit notamment de Jo Grimond, David Steel et Lord Byers. Cf. Walter D., op.cit., 50.
  • 16  Les Libéraux obtiennent 13 sièges avec 18,32 % des votes.

5En 1967, Jérémy Thorpe (1929- ), davantage tacticien qu’idéologue, prend la direction du parti. Le bilan des neuf années qu’il passe à ce poste est contrasté. Tout d’abord, cette période est marquée par des succès électoraux12 surprenants pour un parti qui semble manquer de direction et de conviction. Les Libéraux remportent des élections partielles grâce à une politique de proximité13 initiée par les Young Liberals14. Cette stratégie, qui consiste à briguer un siège de député en faisant campagne sur des thèmes et des problèmes propres à une circonscription donnée, qui nécessite une forte implication et d’importants efforts au niveau local, et qui vise à asseoir le parti sur une base communautaire solide, est en rupture avec un rapprochement entre les instances dirigeantes libérales et les autorités en place. En effet, c’est pendant l’année 1974 que Jérémy Thorpe approche le pouvoir au plus près. Invité par Edward Heath après l’élection législative de février 1974 dont le résultat est un parlement sans majorité, il se voit proposer une coalition avec les Conservateurs, qu’il refuse sous la pression des cadres de son parti15. Heath n’ayant pas réussi à former une coalition, la Reine a fait appel aux Travaillistes. Plus tard, il est question d’une coalition avec les Travaillistes lorsque les Libéraux semblent susceptibles de modifier l’équilibre des forces à la Chambre des Communes. Mais les résultats de l’élection législative d’octobre sont décevants16 et le Parti libéral, divisé, perd de son influence.

  • 17  Jo Grimond assure l’intérim jusqu’à l’élection du nouveau leader qui oppose David Steel à John Par (...)
  • 18  Douglas R., Liberals, London, Hambledon & London, 2005, p. 281.
  • 19  Demande de prêt au Fonds Monétaire International.
  • 20  Steel D., Against Goliath, London, Pan Books, 1989, 156-157.
  • 21  Par exemple entre Denis Healey, le Chancelier de l’Echiquier, et John Pardoe ; Roy Hattersley and (...)
  • 22  Dutton D., op.cit., 229.
  • 23  Bartram P., David Steel, His Life and Politics, London, W.H. Allen, 1981, 10.
  • 24  Ibid., 165.

6Après un scandale retentissant et une accusation de meurtre, Jérémy Thorpe démissionne le 9 mai 1976 et est remplacé par David Steel (1938- ) 17 qui hérite alors d’un parti en difficulté. Pour le nouveau leader, l’existence des Libéraux n’est justifiée que s’ils ont pour objectif le pouvoir, ce qui signifie inévitablement, pour un tiers parti, collaborer avec l’un des deux grands partis18. L’occasion de coopérer avec les Travaillistes se présente rapidement car ces derniers se trouvent dans une situation difficile : Harold Wilson démissionne de son poste de Premier ministre ; l’économie britannique est en perte de vitesse19 ; l’inflation s’envole ; les résultats aux élections partielles sont un échec et le gouvernement finit par se retrouver minoritaire. En guise de réponse à la motion de censure déposée par Margaret Thatcher qui souhaite une nouvelle élection législative, James Callaghan et David Steel scellent, le 23 mars 1977, un accord connu sous le nom de Lib-Lab Pact20. Les Libéraux soutiennent le gouvernement et le maintiennent au pouvoir. En échange ils obtiennent, entre autres, la création d’une commission consultative paritaire (Joint Consultative Committee) dont le but est d’examiner la politique du gouvernement ; l’organisation de rencontres entre James Callaghan et David Steel mais aussi entre hommes et femmes politiques en charge des mêmes questions21 ; un projet de loi pour des élections directes au Parlement Européen accompagné d’une promesse de prise en compte du système proportionnel ; la promesse d’avancer la cause dévolutionniste22. La position de David Steel est motivée par l’idée que représentation proportionnelle et coalition sont des concepts interdépendants23 et qu’un accord avec les Travaillistes mènera son parti au pouvoir grâce d’une part à la modification du système de représentation et d’autre part à une coalition formelle. Mais le Lib-Lab Pact ne dure que 18 mois et prend fin lorsqu’un nombre insuffisant de députés travaillistes votent en faveur du système proportionnel pour les élections européennes. Si les retombées de cet accord sur le Parti libéral sont contestables, il est indéniable que durant cette période les Libéraux, pour la première fois depuis 1945, renouent réellement avec le pouvoir24 en influant sur la politique du gouvernement.

  • 25  Le Conservateurs remportent 339 sièges, les Travaillistes 269, et les Libéraux 11.
  • 26  “Go back to your constituencies and prepare for power”, phrase prononcée lors du congrès du Parti (...)
  • 27  Lors de l’élection législative de 1983, l’Alliance reçoit 25,4 % des suffrages exprimés contre 27, (...)

7Les résultats aux élections de 1979 sont mauvais pour le Parti libéral25 qui, en raison de son association avec le Parti travailliste, est perçu négativement. Plus tard, lorsqu’en 1981 quatre travaillistes dissidents, David Owen, Roy Jenkins, Shirley Williams et Bill Rodgers, fondent le Social Democratic Party (SDP), David Steel choisit de coopérer avec ce dernier et conclut un accord électoral connu sous le nom de The Alliance. Les Libéraux ont l’expérience du terrain, le SDP celle du gouvernement. La coopération entre les deux partis est si fructueuse que David Steel juge que le pouvoir est à portée de main26, si proche même qu’il demande à ses députés quels postes ministériels ils seraient susceptibles d’accepter. Cependant même si, lors des législatives de 1983, l’Alliance bénéficie, au centre de la scène politique, d’un espace suffisamment large créé par le fossé entre Conservateurs et Travaillistes, elle ne réussit pas à accéder au pouvoir27 en raison de dissensions (la choix, en cas de victoire, de Roy Jenkins (1920-2003) comme futur Premier Ministre et des problèmes de partage des sièges entre les deux partis), d’un manque de précision dans les politiques présentées, et d’un regain de soutien aux Conservateurs durant la guerre des Malouines.

8Tous les espoirs d’une percée se portent alors sur l’élection de 1987. David Steel déclare lors du congrès du Parti libéral en 1983 :

Of course we still have a long way to go before we reach power - the power to implement Liberal policies, but another leap forward at the next election, of course of the same size as the last one, will see us there.

  • 28  Butler D., Butler G., British Political Facts since 1979, London, Palgrave Macmillan, 2006, 126-12 (...)

9Entre mai 1985 et avril 1986, l’Alliance est au plus haut dans les sondages avec des intentions de votes proches des 30 %28. Mais une nouvelle fois, les résultats électoraux sont décevants : l’Alliance ne recueille que 23 % des suffrages et 22 sièges, notamment en raison d’un désaccord entre le Parti libéral et le SDP sur la politique d’armement, d’un repositionnement du Parti travailliste moins à gauche avec Neil Kinnock, et d’une impopularité des Conservateurs moins grande. Cette déconvenue conduit, en 1988, à la fusion relativement laborieuse des deux partis alliés à laquelle s’oppose le leader du SDP, David Owen. Après une période d’intérim durant laquelle le nouveau parti est dirigé conjointement par David Steel et Robert Maclennan (1936- ), Paddy Ashdown (1941- ) affronte Alan Beith pour le poste de direction. Le premier est partisan d’une gestion du parti par la direction alors que le second est favorable à la consultation et au consensus.

Stratégie libérale démocrate et pouvoir

  • 29  Le parti change de nom lors de sa première année d’existence à la suite d’un débat entre le chef d (...)

10C’est Paddy Ashdown qui sort vainqueur de ce duel, devançant Alan Beith avec 71,9 % des votes. L’homme qui se retrouve à la tête des Démocrates sociaux libéraux (Social and Liberal Democrats) puis, un an plus tard en 1989, à la tête des Libéraux démocrates (The Liberal Democrat Party)29hérite alors d’un parti désuni, insignifiant et en grande difficulté financière.

  • 30  Ashdown P., op.cit. 1997-1999, London, Penguin Books, 2000, 7.

I described the position as I saw it – that we were an organizational shambles, financially bankrupt, electorally irrelevant and inherently split between the two old parent parties, the Liberals and the SDP30.

  • 31  Ibid., 50.
  • 32  Dutton D., op.cit., 273.

11Il craint même que le parti qui naquit sous Gladstone au XIXè siècle ne disparaisse avec lui31. Néanmoins, dès sa candidature au poste de chef du parti32, sa position et ses intentions sont claires : devenir avant tout un parti de gouvernement, concurrencer le Parti travailliste au centre gauche de l’échiquier politique et le remplacer pour devenir le principal parti d’opposition aux Conservateurs.

  • 33  Ashdown P., op.cit. 1997-1999, 493.

And the thing that drove me through my leadership of the Liberal Democrats was getting the Party into power.[…]My aim – some would say my obsession – was to make the Liberal Democrats sufficiently confident in themselves to win power33.

  • 34  Les Libéraux démocrates ne reportent aucun siège aux élections européennes de 1989 et arrivent der (...)

12Mais, avec en mémoire les résultats de l’élection législative de 1987 et la remontée des Travaillistes, présentés par les commentateurs politiques comme susceptibles de remporter les élections au début des années 1990, Paddy Ashdown est bien conscient que ces ambitions se doivent d’être plus réalistes34. Comment alors approcher le pouvoir, y participer ou l’influencer ? Comment devenir crédible et faire passer des lois de nature libérale démocrate ? De quel grand parti se rapprocher ? Tout est alors question d’idéologie et stratégie.

  • 35  Ashdown P., op.cit.1988-1997, 567.
  • 36  Le 28 mars 1990 le groupe parlementaire libéral démocrate décide de ne pas précipiter les choses.
  • 37  Député pour Stoke on Trent Central, porte-parole de l’opposition pour la culture et la communicati (...)
  • 38  Ashdown P., op.cit. 1988-1997, 100.
  • 39  Ibid., 100.

13En janvier 1990, dans son rapport sur la position du parti qui doit à tout prix être renforcée, Paddy Ashdown ne voit pas l’avantage d’une collaboration avec le SDP ou avec les Verts mais considère un partenariat avec le Parti travailliste comme la seule solution possible35, même si à cette époque Neil Kinnock ne semble pas prêt à envisager une telle éventualité. Il faut dans ce cas faire preuve de patience36 et de prudence. D’ailleurs lorsque le 28 novembre 1990, le frontbencher travailliste Mark Fisher37 confie à Paddy Ashdown et Bob Maclennan son désir de voir les deux partis travailler ensemble38, les deux Libéraux démocrates ne se dévoilent guère ; ils lui répondent que le temps n’est pas encore venu en avançant comme argument le retard du Parti travailliste en matière de constitution. En outre, le remplacement de Margaret Thatcher par John Major nuit à Neil Kinnock et l’idée, tenace entre 1983 et 1987, de remplacer le Parti travailliste comme parti d’opposition responsable resurgit pour Paddy Ashdown. Il peut alors envisager la possibilité de modifier sa position et sa tactique39. D’ailleurs lorsqu’il rencontre, en janvier 1991, John Smith, dont l’ambition est de remplacer le chef travailliste, il lui indique qu’une collaboration avec les Conservateurs, même difficile, n’est pas impensable. Dès lors, il est clair que pour avoir accès au pouvoir, le tiers parti adopte une stratégie qui dépend des décisions, des actions, de la popularité, et même des fortunes des deux partis principaux. Au pire, les Libéraux démocrates peuvent être perçus comme des opportunistes ballotés au centre de l’échiquier politique ; au mieux, comme des idéologues soucieux de jouer un rôle de premier rang au niveau national. Quoi qu’il en soit, le chef du Parti libéral démocrate tente de manœuvrer le plus habilement possible dans un contexte difficile, d’anticiper toutes les éventualités, de se préparer à tous les cas de figure, et de passer à l’action ou aux déclarations aux moments les plus propices.

  • 40  Cf. http://www.bbc.co.uk/election97/background/pastelec/92keyiss.htm pour cet élément dans le déro (...)
  • 41  Cf. Dunleavy P., Gamble A. , Holliday I., Peele G. (Eds), “The Political Parties”, Developments in (...)
  • 42  Homme d’affaires britannique qui a d’abord soutenu le SDP puis les Travaillistes et qui a été nomm (...)
  • 43  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 34.
  • 44  Ibid.,131.
  • 45  The Times, 6 avril 1992.

14Lors de la campagne pour les élections législatives de 1992, les Libéraux démocrates se retrouvent sous les feux des projecteurs car aucun des deux principaux partis ne semble capable de remporter une majorité à la Chambre des Communes40. Le concept d’équidistance entre Travaillistes et Conservateurs, cher au Parti libéral démocrate, et la quête du pouvoir poussent Paddy Ashdown à adopter une stratégie qu’il élabore avec Robert Maclennan dès février 1991 et qui fera l’objet de critiques41 : premièrement utiliser leur position centriste comme une arme en refusant de se prononcer en faveur d’une coalition avec l’un ou l’autre des deux principaux partis dans l’éventualité où le gouvernement serait minoritaire ; deuxièmement obtenir un accès au pouvoir en réclamant un système de représentation proportionnelle pour les élections à Westminster comme monnaie d’échange. Malgré ce refus de trancher entre les deux grands partis, il est clair que, sur un certain nombre de points comme l’éducation et la dévolution des pouvoirs à l’Ecosse et au pays de Galles, les Libéraux démocrates sont plus proches des Travaillistes que des Conservateurs. Mais cette stratégie permet de grandir l’importance de l’enjeu de la proportionnelle auprès du Parti travailliste, même si John Major se déclare opposé à cette dernière. Cette tactique prend d’ailleurs une coloration légèrement différente lorsque l’on sait : premièrement que le 11 janvier 1989, Paddy Ashdown et les députés libéraux démocrates décident de ne pas pactiser avec les Travaillistes ; deuxièmement, que le 16 mars 1989, lors d’un dîner tenu secret avec David Sainsbury42 et David Owen, Paddy Ashdown affirme qu’un rapprochement avec les Travaillistes ne peut être envisagé dans l’immédiat43 ; troisièmement que le Times début avril porte à la connaissance de ses lecteurs les portefeuilles ministériels auxquels il pense depuis janvier 199244 et qu’il aurait déjà négociés pour David Steel, Alan Beith, Menzies Campbell et lui-même45.

  • 46  Les Libéraux démocrates remportent 20 sièges à la Chambre des Communes avec 17,8 des suffrages exp (...)
  • 47  Conseiller de David Steel puis de Paddy Ashdown.
  • 48  Conseiller de David Steel lors de la création du Parti libéral démocrate.
  • 49  Par exemple, les 13 et 27 avril 1992, le 13 septembre 1992.
  • 50  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 160.
  • 51  Ibid.,119.

15Le résultat des élections législatives de 1992 offre une satisfaction toute relative à Paddy Ashdown : son parti perd des voix mais gagne des sièges46. Cette quatrième victoire conservatrice, qu’il souhaitait car elle diviserait les Travaillistes, l’incite à l’instar de Jo Grimond, son prédécesseur, à opter pour un réalignement sur lequel il réfléchit déjà en septembre 1992 avec Richard Holme47 et Alec McGivan48. Très vite, il fait circuler un document exposant sa stratégie parmi ses collègues parlementaires et il les consulte49. Alors qu’il est déterminé à entretenir avec les Travaillistes un dialogue susceptible de se transformer en partenariat voire en pacte électoral50, ils sont eux en majorité fortement attaché à l’indépendance et à la spécificité de leur parti. Un peu plus tard le 9 mai 1992, un mois après le scrutin, il aborde publiquement, lors d’un discours qu’il fait à Chard (prévu depuis juillet 199151) la possibilité d’instituer une coopération avec d’autres et l’éventualité de construire une nouvelle opposition non-socialiste aux Conservateurs :

What is, however, in both our interest and that of the country, is to work with others to assemble the ideas around which a non-socialist alternative to the Conservatives can be constructed, with Liberal Democrats at the centre of the process and a reformed voting system as the starting point52.

  • 53  Par exemple, Liz Lynne et Simon Hughes.
  • 54  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 164-165.
  • 55  Cf. Le congrès des Libéraux démocrates à Harrogate, du 13 au 17 septembre 1992.
  • 56  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 196.
  • 57  Le 4 juin 1992.
  • 58  A1 signifie Alliance First. Ce groupe, composé d’anciens Libéraux et membres du SDP, joua un rôle (...)

16Ses déclarations entrainent d’une part un mécontentement des députés libéraux démocrates53 et d’autre part une division chez les Travaillistes qui le ravit54. Dans ces mois qui suivent l’élection, Paddy Ashdown a bien des difficultés à progresser dans la direction qu’il a choisie pour se rapprocher du pouvoir : d’une part, il se heurte à son parti qui résiste à ses choix stratégiques55, et d’autre part, il rencontre l’opposition du nouveau chef du Parti travailliste, John Smith, élu le 18 juillet et défavorable à l’idée d’une coopération56. Néanmoins lorsqu’il s’entretient avec les pairs libéraux démocrates du royaume sur le discours qu’il a prononcé, ils sont tous acquis à sa cause57, notamment Roy Jenkins, Bill Rodgers, Conrad Russell et Emlyn Hooson. De la même manière, le A1 Group58, le soutient dans l’orientation qu’il a choisie pour son parti.

17Ainsi, l’initiative de ce rapprochement dont doute parfois le leader :

  • 59  Ashdown P., op.cit. 1988-1997, 169.

I have never felt so uncertain about where to go and how to lead the Party at present59

18reste ce qu’il juge être la meilleure solution pour son parti :

  • 60  Ibid., 171.

I am quite clear that this is in the best interest of the Party and if I don’t do it I will have wasted my leadership 60.

  • 61  Ibid., 226.
  • 62  Dutton D., op.cit., 281.
  • 63Meanwhile, Labour has stolen our ground comprehensively”, in Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 324.

19Face à un John Smith peu réceptif, Paddy Ashdown a deux objectifs pour les Libéraux démocrates : ouvertement faire preuve d’esprit de coopération envers le Parti travailliste et promouvoir la collaboration lorsque cela est possible ; secrètement favoriser les divisions entre progressistes et traditionalistes au sein de ce dernier61. Il pense alors en termes de fragmentation du parti concurrent62 mais est conscient que sa stratégie doit être souple et non pas figée afin de tirer avantage des occasions qui se présentent. Preuve en est : à la mort soudaine du leader travailliste en avril 1994, il prend la décision personnelle d’abandonner le principe d’équidistance entre les deux principaux partis. Face à un Tony Blair moderniste, qui vient se positionner sur l’échiquier politique à l’endroit même qu’il vise63 et qui, par conséquent, lui fait abandonner tout espoir de devenir le principal parti d’opposition, il s’engage dans un nouveau type de relation avec les Travaillistes même si pendant quelque temps encore il doit prétendre publiquement que l’équidistance est toujours de mise.

Mise en œuvre de la stratégie de pouvoir

20Pour mettre en œuvre sa stratégie de rapprochement, Paddy Ashdown passe à l’action et établit des liens qui s’organisent en plusieurs temps. D’abord s’opèrent des prises de contact indirectes et secrètes afin de tâter le terrain. Après une intensification de ces contacts très informels, une relation entre les deux principaux acteurs, les deux chefs des partis concernés, se construit. Elle entraîne dans son sillage et toujours dans la confidentialité des rencontres entre un nombre restreint de personnages clefs des deux bords. Ces étapes s’accompagnent de la mise en place d’outils afin de faciliter le travail de collaboration.

  • 64  Paddy Ashdown le surnomme son agent secret.
  • 65  Député travaillé pour Hartlepool, élu pour la première fois en 1992.
  • 66  Député travailliste pour Edimbourg.
  • 67  Hurst G., op.cit., 85.

21En effet, homme de terrain et d’action en tant qu’ancien officier de la Royal Navy, Paddy Ashdown cherche à anticiper les événements. Pour ce faire, très tôt, il sonde les intentions des Travaillistes et tente de connaître leur position. Menzies Campbell est chargé d’entrer en relation avec Donald Dewar et John Smith dès juillet 1991. En parallèle David Stephen, ancien candidat de l’Alliance et ancien conseiller de James Callaghan, a pour mission d’établir, de manière tout à fait confidentielle64, des contacts avec les Travaillistes (Charles Clarke) et les Conservateurs (Andrew Turnbull) afin d’obtenir des informations sur les options envisagées par les deux grands partis en cas de gouvernement minoritaire. Après le scrutin de 1992, les contacts s’intensifient : Roger Liddle côtoie Peter Mandelson65 et Robin Cook66 qui sont plutôt favorables à un rapprochement entre les deux partis. Il ne faudrait cependant pas croire qu’il s’agisse d’une démarche unilatérale. D’après le biographe de Charles Kennedy (1959- ), ce dernier aurait été utilisé simultanément par certains travaillistes dont il était proche pour sonder la position de son propre parti face à eux67.

  • 68  Spécialiste des Droits de l’Homme.

22 Paddy Ashdown rencontre John Smith en octobre 1992 et même s’il n’est pas question de coopération entre eux, ils s’accordent sur un travail en commun de leurs porte-paroles. Au printemps 1993, par l’intermédiaire d’Anthony Lester, avocat progressiste68 et ancien conseiller de Roy Jenkins, il entre en contact avec Tony Blair qui, lors de leur rencontre le 14 juillet 1993, se dit favorable au réalignement. En décembre 1993 à l’issue d’une nouvelle rencontre, Paddy Ashdown constate que leurs vues politiques sont très proches :

  • 69  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 226.

I found Blair engaging, very intelligent and constructive. There is very little difference between his thinking and mine. We have come to the same analysis from different directions69.

  • 70  Charles Kennedy, Menzies Campbell, Jim Wallace, Don Foster, Simon Hughes et Nick Harvey pour les L (...)

23Neuf mois plus tard, en septembre 1994, alors que Tony Blair est devenu chef du Parti travailliste, les deux hommes s’accordent sur un certain nombre de points. Pendant que leurs partis s’affrontent, ils décident de s’appuyer sur leurs membres centristes pour travailler ensemble et ils s’engagent à tisser des liens informels entre certains cadres70 de leurs partis respectifs.

24C’est à cette date que Paddy Ashdown constitue un comité de pilotage connu sous le nom de Jo Group. Rassemblant ses très proches collaborateurs, la formation comprend à l’origine Tom MacNally, Alan Leaman, Nick South, Richard Holme et Jo Phillips, membre éponyme de son secrétariat, en charge de la communication. Par la suite, cet organe s’élargit à une dizaine de membres. Sa fonction est de conseiller le leader sur sa démarche de coopération avec Tony Blair, de planifier et de contrôler les relations entre les deux partis. Dès octobre 1994, le comité, surpris par l’avancement des discussions entre les deux chefs de parti, recommande la prudence et l’application de la stratégie du donnant-donnant. Certains restent même opposés au travail en commun préconisé par Paddy Ashdown. Ils réitèreront leur mise en garde, tenteront même de le convaincre de faire marche arrière jusqu’à la veille de l’élection législative. Cependant, conscient des risques encourus, le leader reste persuadé du bien-fondé de sa décision qu’il considère être la meilleure solution dans le contexte politique de l’époque :

  • 71  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 473.

I know you are trying to get me to abandon this now. It is a vain effort. I am not prepared to do so.[…] It may be that I have to abandon this project in due course. But you are not helping me or yourselves by pushing me into trying to do so now. I won’t. […] I still remain intuitively of the view that this will do us a lot of good71.

  • 72  “He[Roy Jenkins] told me [Paddy Ashdown] that Blair had said in August [1995], ‘I would prefer to (...)

25Néanmoins, lors de leurs entrevues tenues secrètes, le chef des Libéraux démocrates revient régulièrement sur les intentions réelles de son homologue si son parti remporte les élections. Les réponses que celui-ci lui donne à maintes reprises soit directement en mai 1995 en présence de Robin Cook, soit indirectement par l’intermédiaire de Roy Jenkins72, en cas de gouvernement avec ou sans majorité le rassure et le conforte quelque peu :

PA: If you got a majority, do you still see us working together in government?

TB : Yes.

  • 73  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 287.

PA : In which case I think we have the opportunity to do something really historic in politics73.

26Et plus tard encore, alors que Paddy Ashdown doute encore, Tony Blair affirme :

  • 74  Ibid., 429.

I repeat what I have said to Roy. The preferred option is very clear. It is to have you in the Government, even if there is a majority. There are two reasons for that, the first is because we can rely on you more in those circumstances, and the second, if I were to be blunt, is because you have some good talent that ought to be in government74

27Pour le leader du tiers parti, le pouvoir semble alors à portée de main et l’entreprise dans laquelle il s’est désormais lancé prend le nom de The Project.

  • 75  La réunion du 3 mai 1995 se déroule non pas chez Tony Blair, mais chez Lord Irvine of Lairg pour d (...)
  • 76  MP pour Roxburgh et Berwickshire de 1983 à 2003, membre de la Chambre des Lords depuis 2005.
  • 77  Le correspondant libéral démocrate est Alex Carlile.
  • 78  Commission travailliste mise en place par John Smith.
  • 79  Commission libérale-démocrate.

28 En 1995, les choses s’accélèrent. Les rencontres, toujours tenues secrètes75, s’intensifient ; le nombre de personnes concernées augmentent avec Gordon Brown et John Prescott pour les Travaillistes, Menzies Campbell, Archy Kirkwook76 et Richard Holme pour les Libéraux démocrates ; la coopération se concrétise en termes d’alliance anti-conservatrice et s’articule autour d’une réflexion et d’un programme politiques communs. Les différents domaines identifiés sont notamment la réforme de la constitution, la justice sociale77 avec la commission Borrie78 et l’économie avec la commission Dahrendorf79. Ces avancées dans le domaine confidentiel s’accompagne de prises de position au sein du parti et en public. En mai 1995, Paddy Ashdown force la main de son groupe parlementaire toujours réticent, allant jusqu’à l’intimidation :

  • 80  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 319.

If you duck this decision [the abandonment of equidistance] you will lose much more than you will by taking it. You will lose members and will certainly lose voters. And you will be made to look very foolish. My second thing is more difficult. So I had better put it bluntly. If you want a leader who will argue the myth of equidistance at the next election, it can’t be me. You‘ll have to get someone else to do it80.

29Et le 25 mai, il rédige une lettre annonçant la fin du principe d’équidistance :

  • 81  Ibid., Appendix C, 595.

It should surprise no one when we say that if the Conservatives lose their majority in Parliament and seek our support to continue in office, they will not receive it. People must know that if they kick the Tories out through the front door, we Liberal Democrats will not allow them to sneak in through the back81.

  • 82  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 347, 427.
  • 83  Ibid., 401..
  • 84  Ibid., 410..

30Tandis que le Parti libéral démocrate devient officiellement un parti anti-conservateur, s’amorce une nouvelle phase, une période marquée par la création d’un climat de coopération entre les deux partis notamment avec la décision d’avancer les travaux sur la réforme constitutionnelle sous la direction de Robin Cook pour les Travaillistes et Robert Maclennan pour les Libéraux Démocrates. Ces derniers s’accordent en octobre 1995 pour former un groupe de travail de 16 puis de 10 personnes82. La situation pour Paddy Ashdown est délicate car selon lui, un partenariat effectif ne peut être réellement entrepris que si Tony Blair prend officiellement position en faveur d’un système de représentation proportionnelle pour Westminster. Avec le soutien et l’aide de Roy Jenkins, il entre alors dans une série de longues négociations pour convaincre le chef du Parti travailliste de la pertinence de sa proposition : coopération et soutien libéraux démocrates en échange de la proportionnelle pour les élections à Westminster. Ce système électoral assurerait au Parti travailliste un gouvernement stable, un second mandat et l’occasion de mettre les Conservateurs en déroute et de les rejeter dans l’opposition pour longtemps. Il garantirait au Parti libéral démocrate une présence incontournable sur la scène politique et une participation au pouvoir. Paddy Ashdown cherche à obtenir l’assentiment de Tony Blair et consent à un référendum qui comporterait deux questions dont la seconde proposerait le choix de système électoral. Lors de ces tractations émerge l’idée d’un Project se déclinant de deux façons différentes. La première option que Paddy Ashdown nomme The Big Thing83et qu’il préfère consiste pour les deux partis à se présenter aux élections comme deux entités différentes mais à s’accorder sur trois ou quatre grandes questions (la réforme de la constitution, le système d’aide sociale, l’éducation, l’économie). Cette première option aurait pour conséquence une redistribution des forces sur l’échiquier politique britannique et donc une refonte de la scène politique. La seconde option, The Small Thing, implique une élection conventionnelle sans partenariat, “an election with a sligthly warmer glow to it”84, un simple rapprochement stratégique, un esprit de conciliation beaucoup moins marqué et le maintien des attaques libérales démocrates contre les Travaillistes.

  • 85  Rawnsley A., Servants of the People : The Inside Story of New Labour, London, Hamish Hamilton ltd, (...)
  • 86  Pour les Travaillistes : Robin Cook MP, Donald Dewar MP, Jack Straw MP, Ann Taylor MP, George Robe (...)

31Durant le premier semestre 1996, Paddy Ashdown est soucieux de faire avancer le travail en commun entre les deux partis. Entrevues, incitations et tractations se poursuivent sur le type de proportionnelle à adopter. Il souhaite une prise de position nette de la part de Tony Blair avant les élections législatives. Mais celui-ci, avec à ses côtés un Gordon Brown désapprobateur et un John Prescott hostile aux Libéraux démocrates85, n’accepte de se prononcer qu’en faveur du vote alternatif (AV) et n’adhère ni au scrutin à vote unique transférable (STV), ni au scrutin proportionnel plurinominal (AMS). A ce niveau des négociations, alors que la réalisation de The Big Thing reste un objectif dont l’aboutissement n’est pas certain, Paddy Ashdown cherche à garder la plus grande souplesse d’action possible, d’autant que son parti vit l’annonce d’un référendum sur la dévolution à l’Ecosse et au pays de Galles comme une trahison. A l’automne 1996, le leader libéral démocrate entretient une relation de relative confiance avec Tony Blair mais se retrouve quelque peu isolé au sein de son parti pour défendre la voie qu’il a choisie. C’est à ce moment-là, le 29 octobre 1996, qu’est faite l’annonce officielle de la mise en place, sous la double direction de Robin Cook et Robert Maclennan, d’une commission consultative mixte sur une réforme de la constitution (Joint Consultative Committee on Constitutional Reform)86qui s’intéressera notamment à la réforme du Parlement, la dévolution des pouvoirs à l’Ecosse et au pays de Galles, la gestion du Grand Londres, les ‘quangos’, le système électoral, et la loi sur la liberté d’information.

32Avec l’approche des élections au début de 1997, les relations entre les parties intéressées se tendent. Alors que leurs collègues sont de plus en plus réservés voire réprobateurs, les deux chefs de parti restent le moteur de la coopération même si les discussions sont parfois âpres et les intérêts divergents. En effet, ils doivent maintenir un équilibre délicat entre eux deux, entre leurs partis, entre eux-mêmes et leur parti, entre leur parti et leurs électeurs et pour Paddy Ashdown entre une politique de coopération et une politique de différenciation, notamment en ce qui concerne l’impôt. En outre, ce dernier désapprouve le désengagement de Tony Blair lorsqu’il propose la mise en place d’une commission électorale après les élections et amorce une marche arrière en ce qui concerne l’application de la proportionnelle pour les élections européennes de 1999. Ce dernier point devait venir en compensation d’un étouffement de l’opposition libérale démocrate au référendum en Ecosse. Tony Blair cherche à gagner : il tient compte de la presse conservatrice qui ne voudrait pas voir les Conservateurs relégués à la périphérie de l’échiquier politique ; il ne veut ni faire de la réforme du système électoral un enjeu, ni se prononcer sur ce problème. A l’opposé, Paddy Ashdown souhaite une prise de position claire de sa part et refuse de voir l’expérience du Lib-Lab Pact se renouveler. En dépit de ces tensions, le Parti libéral démocrate accueille positivement les conclusions de la commission mixte publiées en mars 1997 sous le nom de Cook-Maclennan Agreement87, et Tom MacNally rédige un mémorandum sur la position de son parti après l’élection législative dans le cadre d’une participation au gouvernement. Dans cette éventualité, les Libéraux démocrates n’accepteraient pas de postes ministériels pour mettre en application un programme uniquement travailliste. D’autre part, en cas de raz de marée travailliste, une collaboration au sein d’une commission ministérielle par exemple constituerait une alternative satisfaisante. C’est dans ce contexte que tombent les résultats de l’élection. La grande victoire que remportent les Libéraux démocrates avec 46 sièges à la Chambre des Communes est atténuée par une déferlante travailliste qui va porter un coup fatal au Project88. Même si, en dépit d’une majorité de 179 sièges, Tony Blair semble toujours enclin à coopérer avec les Libéraux démocrates, ces derniers ne réussiront pas réellement à accéder au pouvoir et resteront de manière plus ou moins présente dans ses « coulisses ».

Evaluation et conclusion

  • 89  Ibid., 41.
  • 90  Au sein de cette commission ministérielle, les représentants libéraux démocrates sont : Paddy Ashd (...)

33La coopération entre le Parti travailliste et les Libéraux démocrates après l’élection de 1997 va s’avérer plus modeste que Paddy Ashdown ne l’espérait mais peut-être aussi plus efficace89. Le 22 juillet 1997, le Joint Consultative Committee se transforme en Joint Cabinet Committee90. Cet événement est décrit par le Daily Telegraph de manière quelque peu exagérée comme

  • 91  Daily Telegraph, 22 septembre 1997.

a historic step towards a Lib-Lab Pact […and] the first formal step towards a potential alliance aimed at keeping the Tories out of power for a generation91.

  • 92  The Guardian, “How Ashdown cosied up to his mutual friend”,29 novembre 1999
  • 93  Mandelson P, Liddle, R, The Blair Revolution, London, Faber & Faber, 1996.
  • 94  http://politics.guardian.co.uk/election/story/0,15803,1458614,00.html
  • 95  Daily Telegraph, 17 novembre 1999.
  • 96  BBC, “Lib-Lab Committee Disbanded”, 20 septembre 2001.

34Il n’en reste pas moins que les Libéraux démocrates gagnent ainsi une certaine représentation au sein du gouvernement qu’ils n’avaient pas obtenue avec James Callaghan lors du Lib-Lab Pact de 1977. Révélée par la presse92, l’intention de Tony Blair de nommer deux Libéraux démocrates dans son Cabinet à l’automne 1999 aurait sans doute constitué l’aboutissement du Project auquel tenaient tant Peter Mandelson et Roger Liddle93. En outre, Roy Jenkins est nommé en décembre 1997 à la tête d’une commission indépendante chargée d’examiner une réforme du système électoral qui rend ses conclusions en septembre 1998 et recommande le système AV+, un mélange de vote alternatif et de proportionnelle. Mais là encore aucune action ne sera prise en ce sens en ce qui concerne la Chambre des Communes et dans son manifeste de 2005, le Parti travailliste abandonnera toute référence à la commission Jenkins94. En novembre 1998, la coopération reste à l’ordre du jour avec une déclaration conjointe des deux leaders signalant une extension des compétences du JCC. Cette fois-ci, la réaction négative de nombreux membres du Parti libéral démocrate indique alors à Paddy Ashdown que le Project a atteint ses limites. Cette conclusion sera notamment confirmée par trois éléments : premièrement, la démission en 1999 du leader libéral démocrate qui expliquera plus tard qu’elle résultait de l’incapacité de Tony Blair à tenir sa promesse de lui offrir un portefeuille ministériel95, même s’il affirme aussi dans ses mémoires qu’elle était prévue de longue date ; deuxièmement, par la disparition deux ans plus tard du JCC dont l’utilité et l’efficacité étaient devenues discutables96 ; troisièmement, par une position plus distante adoptée par le nouveau chef du parti, Charles Kennedy, élu en 1999.

35L’ambition de Paddy Ashdown pour le jeune Parti libéral démocrate était de reconstruire un parti fort, de regagner le titre de parti du gouvernement à l’instar des Libéraux du début du XXème siècle. Il s’agissait donc d’être au plus proche du pouvoir, voire d’y accéder. Ce grand dessein, visant une modification de la scène politique et en particulier du centre gauche, impliquait selon lui et en fonction de la conjoncture politique du Royaume-Uni entre 1988 et 1997 : un anéantissement des Conservateurs, une participation active à la dynamique de changement qui animait la scène politique britannique, le maintien de l’indépendance et des caractéristiques de son parti ainsi que la poursuite de la progression de ce dernier. Il entreprit donc un rapprochement avec les Travaillistes en tissant, au plus haut niveau du parti, des relations qui furent tenues longtemps secrètes. Ne pas s’associer au renouvellement du Parti travailliste aurait selon lui signifié un net recul pour son parti, voire sa disparition. Du travail de collaboration entre les deux partis résulteront des avancées constitutionnelles importantes dont : la première phase de la réforme de la Chambre des Lords, la Loi sur la liberté d’information (Freedom of Information Act), la dévolution des pouvoirs à l’Ecosse et au pays de Galles qui permettra aux Libéraux démocrates de participer pour un temps à des gouvernements de coalition au niveau régionale ; une réforme des systèmes électoraux incluant une dose de proportionnelle plus ou moins grande pour les élections européennes, au Parlement écossais et à l’Assemblée galloise.

36 Cet épisode de l’histoire des Libéraux démocrates illustre toute la difficulté pour un tiers parti de jouer un rôle au niveau le plus haut de la gestion de l’Etat. Il met en lumière les ballottements auxquels il est soumis et, par conséquent, la nécessité qu’il a d’opérer des rapprochements stratégiques plus ou moins confidentiels, souvent prometteurs, toujours difficiles à gérer, et rarement satisfaisants. Il démontre enfin qu’il s’agit là avant tout d’une histoire de meneurs d’hommes qui, à un moment déterminé, ont su œuvrer ensemble.

Haut de page

Bibliographie

Ashdown P., The Ashdown Diaries, 1997-1999, London, Penguin Books, 2000.

Butler D., Kavanagh D., The British General Election of 1992, London, Macmillan Press, 1992.

Butler D., Kavanagh D., The British General Election of 1997, London, Macmillan Press, 1997.

Cook C. A Short Histori of the Liberal Party, 1900-2001, Basingstoke, Palgrave, 2002.

Douglas R., Liberals, London, Hambledon & London, 2005.

Dutton D., A History of the Liberal Party in the Twentieth Century, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2004.

Hurst G., Charles Kennedy, a Tragic Flaw, London, Politico’s, 2006.

Jenkins, R., A Life at the Centre, London, Politico’s, 2006.

MacIver D., The Liberal Democrats, London, Prentice Hall, 1996.

Mandelson P, Liddle, R, The Blair Revolution, London, Faber & Faber, 1996.

Russell A. Neither Right nor Left, Manchester, MUP, 2005.

Seldon A., The Blair Effect, London, Little and Brown, 2001.

Walter D., The Strange Rebirth of Liberal England, London, Politico’s, 2003.

Haut de page

Notes

1  Hurst, G., Charles Kennedy, A Tragic Flaw, London, Politico’s, 2006, 125.

2  Ashdown P., The Ashdown Diaries, 1997-1999, London, Penguin Books, 2000, 519.

3  Walter D., The Strange Rebirth of Liberal England, London, Politico’s, 2003, 117.

4  Les Conservateurs remportent 344 sièges, les Travaillistes 142 et les Libéraux 62. Cf. http://www.publications.parliamnt.uk/cgi-bin/search.pl

5  Cette stratégie consiste en une redistribution des forces sur l’échiquier politique, créant une nouvelle répartition entre conservateurs et progressistes.
Cf. Dutton D., A History of the Liberal Party in the Twentieth Century, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2004, 194 ; The Times, 17 mars 1962.

6  Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Libéraux étaient perçus comme étant proches des Conservateurs.

7  Walter D., op.cit., 17.

8  Ibid., 18.

9  Par exemple, Jo Grimond, “Coalition Offer to Labour by Mr Grimond”, The Guardian, 24 juin 1965.

10  Les Travaillistes obtiennent 317 sièges, les Conservateurs 304 et les Libéraux 9 lors de l’élection législative de 1964.
Cf. Butler D., Kavanagh D., The British General Election of 2001, London, Palgrave, 2002, 260.

11  Dutton D., op.cit., 207.

12  Birmingham Ladywood le 26 juin 1969, Rochdale le 26 octobre 1972, Sutton & Cheam le 7 décembre 1972, Isle of Ely et Ripon le 26 juillet 1973, et Berwick-upon-Tweed le 8 novembre 1973.

13  Community politics.

14  Organisation au sein du Parti libéral pour les militants âgés au plus de 29 ans.

15  Il s’agit notamment de Jo Grimond, David Steel et Lord Byers. Cf. Walter D., op.cit., 50.

16  Les Libéraux obtiennent 13 sièges avec 18,32 % des votes.

17  Jo Grimond assure l’intérim jusqu’à l’élection du nouveau leader qui oppose David Steel à John Pardoe.

18  Douglas R., Liberals, London, Hambledon & London, 2005, p. 281.

19  Demande de prêt au Fonds Monétaire International.

20  Steel D., Against Goliath, London, Pan Books, 1989, 156-157.

21  Par exemple entre Denis Healey, le Chancelier de l’Echiquier, et John Pardoe ; Roy Hattersley and Nancy Seear ; Bill Rodgers et David Penhaligon ; Richard Wainwright et Eric Varley ; Stephen Ross et Peter Shore.

22  Dutton D., op.cit., 229.

23  Bartram P., David Steel, His Life and Politics, London, W.H. Allen, 1981, 10.

24  Ibid., 165.

25  Le Conservateurs remportent 339 sièges, les Travaillistes 269, et les Libéraux 11.

26  “Go back to your constituencies and prepare for power”, phrase prononcée lors du congrès du Parti Libéral en 1983.

27  Lors de l’élection législative de 1983, l’Alliance reçoit 25,4 % des suffrages exprimés contre 27,6 % pour les Travaillistes. Avec un système proportionnel, elle aurait remporté 160 sièges au lieu de 23. (17 pour les Libéraux et 6 pour le SDP).

28  Butler D., Butler G., British Political Facts since 1979, London, Palgrave Macmillan, 2006, 126-127.

29  Le parti change de nom lors de sa première année d’existence à la suite d’un débat entre le chef du parti et sa base.

30  Ashdown P., op.cit. 1997-1999, London, Penguin Books, 2000, 7.

31  Ibid., 50.

32  Dutton D., op.cit., 273.

33  Ashdown P., op.cit. 1997-1999, 493.

34  Les Libéraux démocrates ne reportent aucun siège aux élections européennes de 1989 et arrivent derrière les Verts avec 6,4 % des suffrages exprimés.

35  Ashdown P., op.cit.1988-1997, 567.

36  Le 28 mars 1990 le groupe parlementaire libéral démocrate décide de ne pas précipiter les choses.

37  Député pour Stoke on Trent Central, porte-parole de l’opposition pour la culture et la communication à cette date.

38  Ashdown P., op.cit. 1988-1997, 100.

39  Ibid., 100.

40  Cf. http://www.bbc.co.uk/election97/background/pastelec/92keyiss.htm pour cet élément dans le déroulement de la campagne.

41  Cf. Dunleavy P., Gamble A. , Holliday I., Peele G. (Eds), “The Political Parties”, Developments in British Politics 4, Basingstoke, Macmillan, 1993, 408, pour une critique de la position du chef des Libéraux démocrates.

42  Homme d’affaires britannique qui a d’abord soutenu le SDP puis les Travaillistes et qui a été nommé à la Chambre des Lords en 1997.

43  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 34.

44  Ibid.,131.

45  The Times, 6 avril 1992.

46  Les Libéraux démocrates remportent 20 sièges à la Chambre des Communes avec 17,8 des suffrages exprimés ; les Conservateurs remportent 336 sièges et les Travaillistes 271.

47  Conseiller de David Steel puis de Paddy Ashdown.

48  Conseiller de David Steel lors de la création du Parti libéral démocrate.

49  Par exemple, les 13 et 27 avril 1992, le 13 septembre 1992.

50  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 160.

51  Ibid.,119.

52  Cf. http://liberalhistory.org.uk/item_single.php ?item_id =82&item =history pour le discours de Paddy Ashdown à Chard, dans son intégralité.

53  Par exemple, Liz Lynne et Simon Hughes.

54  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 164-165.

55  Cf. Le congrès des Libéraux démocrates à Harrogate, du 13 au 17 septembre 1992.

56  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 196.

57  Le 4 juin 1992.

58  A1 signifie Alliance First. Ce groupe, composé d’anciens Libéraux et membres du SDP, joua un rôle important lors de la fusion des deux partis et est en général favorable à l’idée de coopération avec les Travaillistes.

59  Ashdown P., op.cit. 1988-1997, 169.

60  Ibid., 171.

61  Ibid., 226.

62  Dutton D., op.cit., 281.

63Meanwhile, Labour has stolen our ground comprehensively”, in Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 324.

64  Paddy Ashdown le surnomme son agent secret.

65  Député travaillé pour Hartlepool, élu pour la première fois en 1992.

66  Député travailliste pour Edimbourg.

67  Hurst G., op.cit., 85.

68  Spécialiste des Droits de l’Homme.

69  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 226.

70  Charles Kennedy, Menzies Campbell, Jim Wallace, Don Foster, Simon Hughes et Nick Harvey pour les Libéraux démocrates.

71  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 473.

72  “He[Roy Jenkins] told me [Paddy Ashdown] that Blair had said in August [1995], ‘I would prefer to have a Government in which Liberal Democrats were present, than a Government entirely made up of Labour Party – and that applies whether I get a majority of not’” in Paddy Ashdown, op.cit. 1988-1999, 346.

73  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 287.

74  Ibid., 429.

75  La réunion du 3 mai 1995 se déroule non pas chez Tony Blair, mais chez Lord Irvine of Lairg pour davantage de discrétion.

76  MP pour Roxburgh et Berwickshire de 1983 à 2003, membre de la Chambre des Lords depuis 2005.

77  Le correspondant libéral démocrate est Alex Carlile.

78  Commission travailliste mise en place par John Smith.

79  Commission libérale-démocrate.

Minutes of the Federal Policy Committee, FPC/93/12, 28 janvier 1993.

80  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 319.

81  Ibid., Appendix C, 595.

Liberal Democrat News, 26 May 1995.

82  Ashdown P., op.cit. 1988-1999, 347, 427.

83  Ibid., 401..

84  Ibid., 410..

85  Rawnsley A., Servants of the People : The Inside Story of New Labour, London, Hamish Hamilton ltd, 2000, 199.

86  Pour les Travaillistes : Robin Cook MP, Donald Dewar MP, Jack Straw MP, Ann Taylor MP, George Robertson MP, Ron Davies MP, Baroness Symons, Lord Plant.

Pour les Libéraux démocrates : Robert Maclennan MP, Jim Wallace MP, Nick Harvey MP, Lord McNally, John Macdonald QC, Professor Dawn Oliver, Michael Steel, Lord Lester QC.

87  www.unlockdemocracy.org.uk/wp-content/
Extraits de l’accord Cook-Mclennan :
54. There has, throughout this century, been debate about the use of the first past the post electoral system for elections. Liberal Democrats have long standing policy in favour of proportional representation. The Labour Party's Plant commission considered the electoral systems for elections to the House of Commons, devolved assemblies and the European Parliament.
55. Both parties are committed to the use of proportional electoral systems for the Scottish Parliament and the Welsh Assembly.
56. Both parties believe that a referendum on the system for elections to the House of Commons should be held within the first term of a new Parliament.
57. Both parties are also agreed that the referendum should be a single question offering a straight choice between first past the post and one specific proportional alternative.
58. A commission on voting systems for the Westminster Parliament should be appointed early in the next parliament to recommend the appropriate proportional alternative to the first past the post system.
Amongthe factors to be considered by the commission would be the likelihood that the system proposed would command broad consensus among proponents of proportional representation. The commission would be asked to report within twelve months of its establishment.[…]
61. For elections to the European Parliament both parties have supported a proportional system based on regional lists.
This system was considered in the 1970s during the passage of the European Assembly Elections Act. It was also recommended by the Plant Committee on electoral systems which reported in 1993 and was endorsed by Labour Party conference.

88  Russell A., Fieldhouse E., Neither Right nor Left, Manchester, Manchester University Press, 2005, 41.

89  Ibid., 41.

90  Au sein de cette commission ministérielle, les représentants libéraux démocrates sont : Paddy Ashdown, Alan Beith, Menzies Campbell, Lord Holme et Robert Maclennan.

91  Daily Telegraph, 22 septembre 1997.

92  The Guardian, “How Ashdown cosied up to his mutual friend”,29 novembre 1999

93  Mandelson P, Liddle, R, The Blair Revolution, London, Faber & Faber, 1996.

94  http://politics.guardian.co.uk/election/story/0,15803,1458614,00.html

95  Daily Telegraph, 17 novembre 1999.

96  BBC, “Lib-Lab Committee Disbanded”, 20 septembre 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Cassel-Piccot, « Libéraux et Libéraux Démocrates : dans l’ombre des Travaillistes ? », Observatoire de la société britannique, 6 | 2008, 67-88.

Référence électronique

Muriel Cassel-Piccot, « Libéraux et Libéraux Démocrates : dans l’ombre des Travaillistes ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://osb.revues.org/423 ; DOI : 10.4000/osb.423

Haut de page

Auteur

Muriel Cassel-Piccot

Maître de Conférences à l'Université de Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org