Navigation – Plan du site

L’industrie de défense britannique : entre tropisme américain et logique européenne

Jean-Claude Sergeant
p. 25-40

Résumé

Allié privilégié des États-Unis et partenaire particulièrement actif de l’Union européenne, le Royaume-Uni s’efforce depuis près de trente ans de concilier les contraintes liées à ce double adossement international. La même tension se retrouve au niveau se son industrie de défense, tout à la fois fournisseuse d’équipements pour les forces armées nationales, dépositaire de savoir-faire technologiques de pointe et pourvoyeuse d’emplois, lesquels sont, en partie, tributaires des exportations qu’elle génère. La stratégie de développement des grands groupes industriels de défense britannique passe nécessairement par l’élargissement de leur implantation dans le marché américain. Dans le même temps, l’ouverture du marché britannique de la défense à la concurrence internationale a amené les responsables britanniques, surtout depuis 1998, à privilégier, à plusieurs reprises, des fournisseurs européens.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Les nouvelles priorités en matière d’emploi des Forces, définies dans la Strategic Defence Review (...)
  • 2  Sur ce sujet, voir, entre autres, Paul Ingram et Roy Isbister, Escaping the Subsidy Trap, Londres  (...)

1L’industrie de défense d’un pays, ou, selon la nomenclature en vigueur, sa « base industrielle et technologique de défense », est un élément essentiel de son autonomie et, par voie de conséquence, de son statut international. Elle est censée satisfaire les besoins opérationnels, lesquels découlent de la doctrine d’emploi des forces1, tout en permettant de bénéficier des retombées de l’activité des entreprises du secteur en matière d’emploi. Secondairement, l’industrie de défense peut contribuer à équilibrer la balance commerciale du pays grâce aux exportations de matériel militaire, même si la rentabilité économique de ce type d’exportations peut être remise en cause si l’on prend en considération l’ensemble des contreparties, qui vont parfois jusqu’au transfert de technologie, qu’elles entraînent2. Enfin, le maintien d’une base industrielle de défense active permet de préserver les savoir-faire technologiques de pointe qui irriguent l’ensemble du tissu industriel national.

  • 3  Le Rafale, dont les premières unités de la version marine ont été livrées en 2002, confirme l’exis (...)

2  La réduction des budgets militaires consécutive à l’effondrement du système soviétique et à la fin de la Guerre froide s’est traduite par la nécessité de privilégier les solutions les plus économiques s’agissant de l’acquisition de matériels militaires nouveaux de plus en plus coûteux. Cette recherche d’optimisation de la dépense a incité les responsables militaires et politiques à équiper leurs forces armées en s’adressant aux fournisseurs étrangers les moins-disants -  le plus souvent les États-Unis – ou à s’engager dans des programmes d’armement en coopération avec des partenaires au niveau industriel comparable. L’ « achat sur étagère » et la coopération s’imposent d’autant plus que l’augmentation du coût des matériels, de plus en plus sophistiqués, n’en permet plus la fabrication par les pays européens dans un cadre strictement national, sauf cas exceptionnel3. Alors que les budgets de défense font aujourd’hui figure de variable d’ajustement dans les budgets des pays européens, les coûts d’équipement progressent d’environ 10 % chaque année en termes réels, du fait, notamment, de l’intégration de systèmes électroniques toujours plus complexes aux différentes plates-formes militaires.

  • 4  Swedish International Peace Research Institute Yearbook 2005.
  • 5  Il s’agit d’un classement établi en 2004 sur la base des dépenses calculées en dollars constants ( (...)

3  Le Royaume-Uni est l’un des principaux acteurs internationaux dans le domaine de la défense. Selon le dernier inventaire du SIPRI4, le Royaume-Uni figure en deuxième position, après les États-Unis, dans le classement international des États en fonction du montant de leurs dépenses militaires5. Ces dépenses, évaluées à 47,4 milliards de dollars, représentent 5 % du total des dépenses militaires mondiales. Rapporté à la richesse nationale, le budget de défense britannique équivaut à 2,3 % du PIB, ce qui en fait proportionnellement le plus important budget de défense européen qui est, cependant, dix fois inférieur à celui des États-Unis. En outre, à l’inverse du budget américain, le budget de défense britannique tend à se contracter : il ne représentera plus que 2,2 % du PIB en 2005 alors qu’il se situait encore à 2,7 % en 1998.  

4  L’industrie de défense britannique fait vivre environ 300.000 personnes (contre 400.000 en 1998) dont la majorité travaille pour les onze entreprises classées parmi les cent plus importantes sociétés du secteur de la défense répertoriées dans l’annuaire du SIPRI. L’ensemble de ces entreprises, y compris la multitude de sous-traitants, assure au Royaume-Uni des recettes d’exportation dont le montant annuel avoisine les six milliards de livres (9,6 milliards d’euros).

La base industrielle de défense britannique

  • 6  British Aerospace est née d’une fusion opérée en 1977 par le gouvernement travailliste entre BAC, (...)
  • 7  Deuxième missilier mondial après l’américain Raytheon, MBDA, dont les trois partenaires sont EADS, (...)

5Ancienne grande puissance coloniale, le Royaume-Uni n’a jamais renoncé à se présenter sur la scène internationale comme l’un des principaux acteurs au sein du concert des nations. Il dispose pour ce faire de moyens budgétaires supérieurs à ceux que ses voisins européens, à l’exception de la France, consacrent à leur défense et d’une gamme de constructeurs couvrant l’ensemble de ses besoins militaires. Dans le courant des années 1960, chacune des branches du secteur comptait un champion britannique de renommée internationale. Depuis lors, la palette des fournisseurs britanniques s’est considérablement resserrée. Parmi les dix plus grandes sociétés opérant en 1989, six ont été absorbées par BAE Systems6 et par Thales UK (filiale britannique de l’ex-Thomson-CSF). En fusionnant sa division missiles avec celle de Matra, préalablement à l’intégration de la nouvelle société au sein du consortium européen MBDA7, BAE Systems a renoncé à maintenir dans un périmètre strictement national une capacité missilière. Le groupe n’en reste pas moins le principal fournisseur de matériels de défense aux Forces armées britanniques. Présente dans le secteur de l’aéronautique, de la construction navale, de l’électronique, de l’artillerie et des véhicules blindés, BAE Systems intervient, le plus souvent en qualité de maître d’œuvre, dans 80 % environ des contrats d’armement passés par le ministère de la Défense britannique (MoD).

La tentation américaine de BAE Systems

6 La stratégie de développement de BAE Systems est la parfaite illustration des tensions contradictoires qui travaillent l’industrie de défense britannique que résument deux chercheurs du centre d’analyse BASIC en ces termes :

  • 8  Paul Ingram et Roy Isbister, op. cit., p. 23.

Les États-Unis constituent pour les sociétés du secteur de la défense qui veulent réussir le marché déterminant. Celles qui n’y ont pas accès sont exclues de la compétition, à l’exception de quelques créneaux ultra-spécialisés.8

  • 9  Financial Times, 10 juin 2003.

7  Partenaire d’Airbus à hauteur de 20 %, du consortium Eurofighter et du missilier MBDA, BAE Systems s’est refusée à consolider son ancrage européen en recherchant une alliance avec le groupe allemand DASA ou Thomson-CSF comme elle en avait la possibilité à la fin des années 1990. Encore récemment, les dirigeants ne cachaient pas leur intention de trouver de préférence un partenaire américain : « Nous avons toujours dit que nous souhaitions participer à la restructuration du secteur si cela se produisait. Mais il est vraisemblable qu’il s’agira d’un rapprochement avec un partenaire américain plutôt qu’européen9. » Le rachat de la branche défense de GEC et, par voie de conséquence, de ses filiales américaines, avait déjà permis à BAE de s’implanter aux États-Unis où le groupe britannique réalisait en 2003 36 % de ses ventes contre 24 % au Royaume-Uni. C’est au cours de la même année que BAE Systems a vainement tenté de se rapprocher des géants américains - Boeing, Lockheed Martin et General Dynamics – en vue d’une fusion qui se serait nécessairement traduite par une absorption de l’industriel britannique par son partenaire américain.

8  Pour autant, BAE Systems n’entendait pas laisser aux groupes américains le champ libre en Grande-Bretagne. Lorsque General Dynamics, qui fabrique le char Abrams, a voulu, en 2004, prendre le contrôle d’Alvis-Vickers, unique constructeur britannique de véhicules blindés, BAE Systems , qui détenait déjà 29 % du capital de la société, a contré l’offre américaine par une proposition plus élevée qui a finalement été acceptée. La perspective d’obtenir du MoD le contrat de fabrication du futur véhicule blindé de transport (Future Rapid Effects System) a vraisemblablement pesé dans la décision de BAE Systems de s’engager dans le secteur des véhicules blindés auquel il se contentait jusqu’alors de fournir l’équipement électronique nécessaire. Poursuivant sa logique de développement dans ce secteur, l’industriel britannique s’est porté acquéreur en mars 2005 pour 4,2 milliards de dollars de United Defense Industries, dix-neuvième groupe de défense mondial, qui fabrique aux États-Unis le char léger Bradley, activement engagé en Irak et en Afghanistan. Propulsé grâce à ce rachat au deuxième rang mondial des constructeurs de véhicules blindés après General Dynamics, BAE Systems devient, par la même occasion, le sixième plus gros fournisseur du Pentagone, ce qui n’est sans doute pas pour déplaire aux trois fonds de pension américains qui sont parmi les plus importants actionnaires de BAE Systems. Concrétisée en 2004 par la nomination de deux membres américains supplémentaires au conseil d’administration du groupe, la focalisation de BAE Systems sur le marché américain n’est pas de nature à faciliter la consolidation d’une industrie européenne de défense à laquelle les dirigeants politiques britanniques se disent pourtant attachés.

Le marché de défense le plus ouvert du monde

  • 10  Ministry of Defence/DTI, Defence Industrial Policy, octobre 2002, par. 11.

9L’exemple de la stratégie de développement de BAE Systems, mais on pourrait également citer celle du motoriste Rolls-Royce ou de Thales, illustre la pertinence du constat établi en 2002 conjointement par le MoD et le ministère du Commerce et de l’Industrie britannique. Selon les experts des deux ministères, la nationalité de l’entreprise importe peu, dès lors que son activité au Royaume-Uni se traduit par l’enrichissement de l’innovation technologique, des investissements, des dépôts de brevets et la création d’emplois10. L’étude précise que ces apports sont conditionnés par la création d’un environnement économique favorable à l’entreprise qui doit pouvoir être affranchie au maximum des contraintes qui entravent sa liberté. C’est dans cet esprit que le gouvernement a revu en avril 2002 la réglementation qui prévoyait une limitation à hauteur de 49,5 % du total de la participation globale d’investisseurs étrangers au capital de BAE Systems et de Rolls-Royce. A compter de cette date, seul subsiste un seuil maximal de 15 % applicable à toute participation étrangère au capital de ces entreprises. Par la même occasion, le gouvernement a également supprimé l’obligation de nationalité qui interdisait à des non Britanniques de siéger au conseil d’administration de ces deux sociétés.

10  Pour le MoD, le caractère strictement national des entreprises de défense opérant sur le territoire britannique n’est plus un dogme. On en a eu confirmation lors de la prise de contrôle en mars 2004 de l’hélicoptériste Westland par la société italienne Finemeccanica déjà partenaire de Westland par l’intermédiaire de sa filiale Agusta. Le gouvernement britannique ne s’est pas opposé à cette opération dans la mesure où il avait l’assurance que la nouvelle société, passée au second rang des hélicoptéristes mondiaux, maintiendrait en Angleterre les 4 000 emplois existants. Tout conscient qu’il soit du caractère inexorable de l’internationalisation de l’industrie de défense, le MoD entend toutefois conserver la maîtrise de certaines filières d’armement sensibles, notamment dans le domaine du nucléaire, de la construction navale, de la cryptographie et de l’électronique de défense. Il a, pour ce faire, besoin de mobiliser le soutien des champions nationaux dans ces différents secteurs, sans pour autant paraître entretenir avec eux des relations excessivement privilégiées.

Les procédures d’acquisition

11Le recours aux fournisseurs nationaux les plus performants trouve cependant une limite dans l’impératif de rentabilité (value for money) qui constitue le principe cardinal du système d’acquisition de matériels militaires (procurement) défini dans la Strategic Defence Review. Ce système, baptisé Smart Procurement, puis Smart Acquisition, vise à optimiser les relations entre le client – le MoD – et les fournisseurs grâce à la mise en place pour chaque programme d’une équipe de gestion intégrée (Integrated Project Team) associant experts du ministère et représentants du contractant industriel. En instaurant une coopération systématique entre client et fournisseur, le MoD a cherché à améliorer la synchronisation entre l’expression des besoins et leur satisfaction par l’industriel. Un autre changement notable s’est opéré dans la définition des contrats qui ne concernent plus seulement l’acquisition d’un matériel particulier mais qui prennent également en compte sa maintenance tout au long de son utilisation. Le nombre des étapes de confirmation des contrats a, par ailleurs, été réduit à deux : Initial Gate, qui est l’étape de première validation du projet et Main Gate, étape cruciale de confirmation qui précise les spécifications du matériel requis, ses performances, son coût, ainsi que le calendrier de fabrication et la date prévisible d’entrée en service.

12  Fort de son expérience, le MoD a également décidé de financer plus largement – jusqu’à 15 % du coût estimé du projet – l’étude des risques susceptibles de ralentir la menée à bien du projet dans les conditions requises. Cette meilleure prise en compte des contraintes des industriels s’accompagne d’une plus grande souplesse concernant les modalités de financement des contrats passés avec eux. Si le type de contrat stipulant un prix fixe non révisable a naturellement la préférence du MoD, celui-ci est aujourd’hui plus disposé à aménager les contrats portant sur des matériels complexes susceptibles d’évoluer au cours de la phase de développement. En revanche, le MoD a instauré un renforcement du contrôle de l’avancement des projets en liant strictement le déblocage des fonds au respect par l’industriel des étapes prévues au contrat.

  • 11  Intervention de Sir Peter Spencer, directeur de la DPA, devant le Committee of Public Accounts, 43(...)

13  Si l’appel d’offres est la règle en ce qui concerne l’attribution de contrats d’armement, le MoD se réserve la possibilité de déroger à ce principe lorsqu’il s’agit de maintenir dans une entreprise un savoir-faire technologique qui, faute de commandes régulières de l’Agence d’acquisition de matériels militaires (Defence Procurement Agency), serait voué à disparaître. C’est ainsi que la commande portant sur quatre navires logistiques (ALSL) destinés à la Royal Fleet Auxiliary a été répartie par moitié en 2001 entre les chantiers de Swan Hunter et ceux de BAE Systems au motif que l’Agence souhaitait « préserver la base industrielle en matière de construction navale »11, ce qui impliquait que les deux constructeurs concurrents soient alimentés sur une base d’égalité.

14  La prise en compte de la situation générale de l’emploi au niveau national peut également influer sur les décisions du MoD et l’amener à renoncer à procéder à un appel d’offres pour l’attribution d’un contrat important. On en a eu la confirmation lorsqu’en mai 2005, à la suite du licenciement des 6.000 employés de MG Rover, l’Agence d’acquisition (DPA) a passé un contrat d’une valeur d’un milliard de livres (environ 1,6 milliard d’euros), sans appel d’offres préalable, avec Westland–Agusta pour la fourniture de machines destinées à remplacer les flottes d’hélicoptères Sea King, Puma, Gazelle et Lynx.

Le paramètre transatlantique dans les choix de matériel

  • 12  A la suite d’un appel d’offres du MoD, GEC, rachetée par la suite par BAE Systems, a obtenu en 199 (...)
  • 13 Committee of Public Accounts, 33e rapport, session 2003-4, HC 383, Ev. 16, Q. 140, The Stationary O (...)

15La politique d’acquisition de nouveaux armements engagée depuis 1998 est fondée sur la recherche de relations plus apaisées avec les industriels qui ont eu parfois dans le passé le sentiment que leurs contraintes n’étaient pas pleinement prises en compte par le ministère. Les relations entre le MoD et BAE Systems ont été notoirement houleuses. Lors d’une intervention récente devant le Public Accounts Committee (Commission des finances de la Chambre des communes), le directeur général de la société faisait observer avec aigreur que les contrats de construction du sous-marin nucléaire d’attaque Astute et du Nimrod12se sont traduits par une perte d’un milliard de livres (1,6 milliard d’euros) pour BAE Systems. Il ajoutait : « L’industrie [de défense] a pris trop de risques dans le passé et BAE Systems ne commettra pas la même erreur à l’avenir. Il existe aux États-Unis un marché plus intéressant et si le MoD ne modifie pas ses procédures commerciales … »13. La menace, à peine voilée, ne fait que refléter les priorités stratégiques de l’entreprise déjà évoquées.

  • 14 House of Commons Debate, 3 novembre 2003, col. 518.

16  Cette stratégie n’est pas aussi contradictoire qu’il y paraît par rapport à la position du MoD qui fait une place importante à la coopération avec les États-Unis. Au cœur de la doctrine militaire britannique figure l’intervention conjointe de troupes britanniques et américaines en cas d’opération extérieure majeure. Geoff Hoon, alors ministre de la Défense, déclarait aux Communes quelques mois après le début de l’intervention en Irak : « Dans les opérations les plus lourdes, il est inconcevable que les États-Unis ne soient pas impliqués »14, d’où il découle que forces britanniques et américaines doivent pouvoir disposer de moyens de collecte, de transmission et de traitement d’informations compatibles, sinon analogues. Le concept de mise en réseau en temps réel des différents acteurs, tant au niveau décisionnel que sur le terrain, incarné par la formule « network-enabled capability », est aujourd’hui au centre de la doctrine militaire britannique qui vise à atteindre des objectifs spécifiques au moyen d’opérations adaptées – « effects-based operations » - n’impliquant pas nécessairement le recours à la force. Proche du concept américain de « network centric warfare », cette mise en réseau des systèmes d’information et de commandement, telle que la conçoivent les stratèges britanniques, vise à réduire le délai entre le recueil de l’information, son traitement et le passage à l’action. L’interopérabilité entre systèmes britannique et américain s’impose comme une exigence qui ne concerne d’ailleurs pas que les moyens de communication, de contrôle et de commandement. A l’évidence, la meilleure façon de garantir cette interopérabilité – ainsi que le Pentagone ne cesse de le répéter – consiste à acquérir des matériels américains. C’est précisément ce que les Britanniques ont décidé de faire en s’engageant, par l’intermédiaire de BAE Systems et de Rolls-Royce, dans le programme F-35/Joint Strike Fighter (JSF) dont Lockheed Martin est le maître d’œuvre.

Les aléas de la coopération transatlantique : le cas du JSF

  • 15  Le Harrier était déjà le fruit d’une collaboration transatlantique entre McDonnell Douglas (rachet (...)
  • 16 House of Commons Defence Committee,Future Capabilities, 4e rapport, session 2004-5, HC 45-II, Q.533 (...)

17Devant procéder à brève échéance au remplacement de leurs Harriers15 , actuellement en service dans la RAF (GR7) et dans la Royal Navy (FA2), les responsables militaires britanniques ont porté leur choix sur le F-35, dont la version navalisée à décollage vertical répond aux besoins de la Royal Navy qui sera dotée en 2012, en principe, de deux nouveaux porte-aéronefs. Le MoD prévoit d’acquérir 150 exemplaires de cet appareil auquel les officiels britanniques ont donné le nom provisoire de Joint Combat Aircraft. Il vaut d’être noté que les caractéristiques des deux futurs porte-aéronefs ont été définies par référence à celles des bâtiments américains de même type. Dans sa déposition devant la Commission de la Défense de la Chambre des communes, l’amiral Sir Alan West, chef d’état-major de la Marine, évoquait une conversation avec son homologue américain au cours de laquelle ce dernier se réjouissait que les Britanniques puissent s’intégrer aux groupes aéronavals américains. Il avait également exprimé le souhait que le nombre d’appareils embarqués sur chacun des porte-aéronefs soit identique à celui emporté par les porte-avions américains, soit 36, permettant 75 sorties par jour16. C’est effectivement en fonction de ce nombre d’appareils qu’ont été, en grande partie, calculés les dimensions et le tonnage des deux bâtiments du programme CVF.

  • 17  Les autres partenaires – Pays-Bas, Norvège, Danemark, Canada et Italie – ont rang de partenaires a (...)

18  Compte tenu de l’ampleur du programme JSF – il est question de produire au total entre 3.500 et 5.000 appareils – Lockheed Martin a souhaité s’associer à des partenaires extra-américains, au premier rang desquels le Royaume-Uni qui a seul le statut de partenaire privilégié17 (Full Collaborative Partner) justifié par le montant de sa contribution financière à la phase de développement et de démonstration en cours. Moyennant deux milliards de dollars, dont le versement est échelonné entre 2002 et 2012, le Royaume-Uni s’est assuré une place au sein de l’équipe de gestion du projet (Joint Programme Office) et a pu ainsi intervenir dans la définition du cahier des charges. En outre, BAE Systems et Rolls-Royce ont été retenus par Lockheed Martin comme co-maîtres d’œuvre du programme.

19  Le fait d’être partenaire privilégié ne résout pas pour autant toutes les difficultés inhérentes à un programme en coopération d’une telle complexité sur lequel Lockheed Martin entend garder la haute main. Il n’est, pour l’instant, prévu qu’une seule ligne d’assemblage à Fort Worth (Texas) malgré les pressions de BAE, relayées par le MoD, pour obtenir la mise en place d’une structure de montage au Royaume-Uni. Il ne s’agit pas tant de maintenir l’emploi dans les usines du constructeur britannique, encore que cette considération ne soit pas négligeable, que de pouvoir plus facilement adapter le JCA aux besoins opérationnels de la Navy et d’assurer sur place les opérations de maintenance nécessaires. Les transferts de technologie qu’implique ce type de coopération semblent poser un problème encore plus insurmontable.

20  Chantre de l’ouverture des marchés, les États-Unis ne s’en sont pas moins dotés de solides défenses permettant de protéger leur industrie d’armement. A ce réflexe protectionniste consacré par la tradition s’ajoute une extrême attention aux risques inhérents à la diffusion de technologies sensibles, exacerbée depuis les attentats de septembre 2001.

21  Toujours en vigueur, le Buy American Act, adopté en 1933, prévoit que les entreprises doivent pouvoir être en mesure de certifier que leurs produits sont américains, ce qui suppose qu’ils aient été fabriqués aux États-Unis et qu’ils intègrent au moins 50 % de composants nationaux ou originaires de pays « qualifiés » autorisés à les fournir. Le Pentagone a, toutefois, la faculté de faire jouer une clause d’exemption au tire de l’intérêt national en faveur de fournisseurs établis dans des pays ayant signé avec les États-Unis une convention permettant l’accès réciproque au marché de défense de chacun des États signataires. Le Royaume-Uni, ainsi que les autres partenaires extra-américains dans le programme JSF, ont signé une convention de ce type et figurent, en outre, sur la liste des pays « qualifiés ». Il reste que l’Administration américaine a eu beaucoup de peine à faire repousser par le Congrès l’amendement Hunter, du nom du président de la Commission des Forces armées de la Chambre des représentants, déposé en mai 2003, visant à durcir les dispositions du Buy American Act. Paradoxalement, les industriels américains du secteur de la défense n’ont pas soutenu cet amendement en faisant valoir qu’il risquait de remettre en cause la participation des partenaires européens, ce qui se traduirait immanquablement par une augmentation du coût du programme.

  • 18 House of Commons Defence Committee, HC 45-II, op. cit., Q. 163.
  • 19  Financial Times, 23 novembre 2005.

22  Si le Royaume-Uni n’a pas lieu de redouter un éventuellement renforcement du Buy American Act, dans la mesure où BAE Systems est directement impliquée dans la maîtrise d’œuvre du programme, il est, en revanche, affecté par les dispositions des International Traffic in Arms Regulations (ITAR) qui interdisent le transfert aux pays étrangers, à l’exception du Canada, d’informations technologiques non classifiées mais sous contrôle intéressant le domaine de la défense. L’obtention d’une licence d’exportation permet de contourner l’interdiction, mais, outre que celle-ci n’est accordée qu’au terme d’une procédure particulièrement longue, rien ne garantit qu’elle sera accordée. Le Royaume-Uni et l’Australie demandent depuis cinq ans à pouvoir bénéficier du même régime d’exemption que le Canada. Le sujet a été régulièrement abordé au cours des nombreuses rencontres entre Tony Blair et Georges Bush, sans que ce dernier parvienne à vaincre la résistance de la Commission des Relations internationales de la Chambre des représentants et, en particulier, de son président, le républicain Henry Hyde. Celui-ci justifie son hostilité à l’assouplissement des ITAR, réclamé tant par G. Bush que D. Rumsfeld, par l’insuffisance des garanties britanniques concernant l’identité des pays vers lesquels s’effectuent les exportations britanniques de matériels militaires susceptibles d’inclure un composant ou une technologie sensibles d’origine américaine. Ce blocage est particulièrement pénalisant pour le Royaume-Uni qui ne peut avoir accès à l’ensemble de la technologie nécessaire à l’adaptation et à la maintenance du futur JCA. Ces opérations sont, pour l’heure, compromises faute d’un assouplissement de l’application des Technical Assistance Agreements qui régissent l’accès aux « codes sources » permettant de modifier les logiciels commandant les contrôles de vol et l’utilisation des systèmes d’armes. En octobre 2004, le président de la Commission de la Défense de la Chambre des communes n’hésitait pas à dénoncer en termes virulents la discrimination dont le Royaume-Uni faisait l’objet : « Je trouve parfaitement absurde qu’un pays comme le Royaume-Uni, qui a prouvé de façon éclatante qu’il était l’allié le plus loyal des États-Unis, en soit réduit à se traîner à leurs pieds et à quémander les informations dont il a besoin18. » La situation n’a guère évolué depuis lors, au point que l’Administration américaine se demande aujourd’hui comment contourner l’obstruction de la Chambre des représentants qui ne semble plus guère disposée à transiger sur l’exemption réclamée par le Président au bénéfice du Royaume-Uni et de l’Australie. Prenant acte pour la déplorer de l’intransigeance américaine, le Financial Times laissait entendre dans un éditorial intitulé « No way to treat allies »19 qu’il faudrait peut-être y regarder à deux fois avant de s’adresser aux États-Unis lorsque le moment sera venu de procéder au remplacement des missiles nucléaires Trident actuellement en service.

Doter l’Europe des moyens militaires dont elle a besoin

  • 20  Le 21 novembre 2005, les ministres de la Défense des 25 pays de l’Union ont adopté un « code de bo (...)

23  Dans le même éditorial, le Financial Times saluait l’initiative des gouvernements de l’Union européenne qui venaient d’accepter l’ouverture de leur marché de défense à la concurrence des industriels des pays membres de l’Union20. Cette initiative est à porter à l’actif de l’Agence européenne de défense établie en juillet 2004 suite aux conclusions du Sommet européen de Thessalonique de juin 2003. Cette agence, dirigée par un Britannique – Nick Whitley – a pour mission de développer les capacités militaires européennes en collaboration avec les autres instances spécialisées européennes, le Comité militaire de l’UE notamment, de servir de catalyseur aux efforts des différents États-membres en matière de recherche et de technologie et surtout de promouvoir les coopérations dans le domaine des équipements militaires, en partenariat avec l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement) chargée de développer les programmes de ce type.

24  L’Agence est l’instrument de la volonté de l’UE de se doter des moyens militaires nécessaires pour mener à bien, éventuellement de façon autonome, les missions de plus en plus ambitieuses qu’elle se donne : Macédoine, Congo et, depuis décembre 2004, relève des forces de l’OTAN en Bosnie. C’est à l’Agence, en liaison avec l’OCCAR, qu’il appartient de combler les lacunes qu’a fait apparaître le Plan d’action européen sur les capacités (PAEC) adopté en novembre 2001, notamment en matière de projection de forces par air et par mer.

  • 21  Intervention du 12 mars 2005.

25  Tout en prenant soin de préciser rituellement que le développement par l’UE de ses propres moyens militaires doit s’effectuer dans un esprit de complémentarité par rapport à ceux de l’OTAN, le Royaume-Uni joue pleinement le jeu de la coopération européenne. Dans un récent discours à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), l’ ambassadeur britannique Sir John Holmes déclarait : « L’Agence européenne existe et doit être le moteur du développement des capacités en Europe21. » Le Royaume-Uni a très rapidement rejoint l’OCCAR créée en 1996 dans le prolongement d’une initiative franco-allemande. L’organisation, qui compte aujourd’hui cinq membres après que l’Italie et la Belgique l’ont rejointe, gère une demi-douzaine de gros programmes en coopération dont deux intéressent plus particulièrement le Royaume-Uni, celui de l’A400M, destiné à combler les besoins de l’UE en matière de transport aérien militaire et le programme PAAMS, système d’armes antiaériennes qui équipera les futures frégates franco-italiennes Horizon ainsi que les destroyers britanniques Type 45.

26  Cette participation britannique à l’effort collectif européen, consacrée par la Déclaration de Saint-Malo (décembre 1998) qui reconnaissait l’urgence de doter l’UE d’une « capacité autonome d’action » s’accompagne d’arbitrages politiques qui confirment la volonté britannique de ne pas se laisser enfermer dans une relation de dépendance à l’égard des États-Unis, sans cesser de ménager l’allié privilégié. L’attribution des contrats concernant la construction des deux futurs porte-aéronefs (programme CVF), destinés à remplacer les trois bâtiments actuels de la classe Invincible, constitue une bonne illustration de cette politique toute en nuances.

27  Il était hors de question que le principal acteur de la construction navale militaire britannique, BAE Systems, qui emploie 7.000 personnes sur ses trois sites écossais, soit tenu à l’écart du programme CVF d’un montant estimé à quatre milliards de livres (environ 6,5 milliards d’euros). L’annonce en novembre 1999 de la mise en concurrence du champion national et de Thales UK au niveau de la phase de définition du projet était conforme à la pratique traditionnelle de la DPA soucieuse d’acquérir les matériels au meilleur coût. Plus surprenante fut la décision, annoncée en janvier 2003, de partager le contrat relatif aux phases suivantes du contrat entre les deux entreprises, Thales étant chargé de la conception des bâtiments et BAE de leur construction. La constitution d’une « alliance » pour gérer un programme de cette ampleur n’est pas dans la tradition du MoD qui préfère choisir un chef de file unique portant la responsabilité d’un projet. Plus inattendu encore fut le choix, intervenu en décembre 2004, de l’entreprise Kellogg, Brown and Root, filiale de la firme américaine Halliburton au centre d’une polémique sur ses activités en Irak, pour assurer l’intégration physique des éléments des deux porte-aéronefs. La modestie du montant du contrat – 15 millions de dollars – ne permet pas de dissiper l’idée que le choix de cette entreprise, dont l’expérience dans le domaine n’est pas probante, répond à des considérations politiques, à quoi il faut ajouter que la détérioration des relations entre BAE Systems et le MoD au sujet du retard pris par les programmes Astute et Nimrod n’incitait pas le ministère à confier à l’industriel britannique le rôle d’intégrateur physique des deux bâtiments.

  • 22  Jean-Paul Hébert et Jean Hamiot, Histoire de la coopération européenne dans l’armement, Paris : CN (...)
  • 23  House of Commons Defence Committee, 6e rapport, session 2003-4, HC 572-II, Q. 15, The Stationary O (...)

28  On retiendra toutefois que le MoD n’a pas hésité à confier à un industriel franco-britannique, dont 32 % du capital est encore détenu par l’État français, une responsabilité majeure dans la réalisation de ce programme particulièrement ambitieux. Jean-Paul Hébert rappelle que la participation britannique à des programmes d’armement en coopération ne date pas d’hier. Il dénombre entre 1958 et 1998 vingt-trois participations britanniques aux cinquante-deux programmes coopératifs européens, avec une préférence marquée du Royaume-Uni pour les programmes plurilatéraux22. Ce qui est nouveau, depuis l’accession au pouvoir de l’équipe New Labour, c’est l’ouverture à l’intervention d’industriels européens dans les programmes strictement nationaux et le choix de plus en plus fréquent de solutions coopératives européennes pour satisfaire les besoins des Forces armées britanniques. Certes, du fait de la concentration de l’industrie de défense européenne autour de quelques « leaders », on trouvera inévitablement BAE Systems, Thales ou Rolls-Royce parmi les partenaires, à titre principal ou secondaire, des programmes menés en coopération. Il n’empêche que les décisions du MoD au cours des sept dernières années confirment l’opinion exprimée par le président de BAE Systems, Sir Richard Evans, devant la Commission de la Défense de la Chambre des communes : « Dans le domaine de la défense, le marché britannique est le seul qui soit authentiquement ouvert23. »

29  Un rapide inventaire des principaux arbitrages de la DPA au cours des dernières années permet d’étayer l’affirmation du patron de BAE Systems.

30  En mai 2000, l’Agence choisissait le missile Meteor (Beyond Vision Range Air-to-Air Missile) de MBDA pour équiper les 144 Typhoons ( nom de la version britannique de l’Eurofighter) déjà commandés par le Royaume-Uni. Ce missile a également été retenu pour équiper le Rafale et le JAS 39 suédois. Le coût du programme pour les Britanniques était estimé en 2003 à 1,4 milliard de livres ( environ 2,2 milliards d’euros). En octobre 2003, c’est EADS qui obtenait le contrat d’un montant de 2,5 milliards de livres ( environ quatre milliards d’euros) pour la fourniture d’un équipement de télécommunications sécurisées à usage militaire baptisé Skynet 5. Au début de l’année 2004, le MoD choisissait l’offre d’Airbus, préférée à celle de BAE Systems/Raytheon, pour le renouvellement de sa flotte d’avions ravitailleurs. Enfin, en juillet 2004, Thales remportait le marché d’une valeur de 800 millions de livres ( 1,2 milliard d’euros) portant sur la fourniture de drones d’observation et de combat. Ce programme, baptisé Watch-keeper, pour lequel Thales était en compétition avec Northrop Grumman, permettra la création de 2.500 emplois au Royaume-Uni où Thales s’est engagé à installer ses lignes de montage et à transférer une partie de sa technologie.

  • 24  Ainsi, le Guardian du 21 juillet 2004 rendait compte de la décision du MoD sous le titre : « UK-Th (...)

31  L’attribution de ce contrat a été annoncée le 20 juillet 2004 dans le cadre du salon aéronautique de Farnborough. Le ministre de la Défense, Geoff Hoon, avait profité de l’occasion pour informer les journalistes de son intervention auprès de son homologue américain afin que soient levées les restrictions américaines au transfert de données technologiques vers le Royaume-Uni dans le cadre du programme JSF. La simultanéité des deux annonces n’était pas fortuite et les observateurs ont vu dans le choix de Thales un signe d’irritation adressé aux États-Unis. D’autres ont préféré saluer le choix de Thales comme le symbole de la renaissance de l’Entente cordiale dont on célébrait alors le centenaire24.

32  Ce rapide inventaire, qui semble accréditer l’idée que le Royaume-Uni s’est fermement engagé dans la voie de la coopération européenne en matière d’armement, ne saurait masquer d’autres choix, tout aussi significatifs. Ainsi, les Britanniques sont absents de la politique satellitaire européenne mais ils ont, en revanche, accepté de participer au système de défense anti-missile que les responsables américains tentent de mettre en place. Mais le véritable test interviendra lorsqu’il s’agira pour les responsables britanniques de procéder au remplacement des missiles stratégiques Trident, acquis en 1981 auprès des États-Unis à des conditions avantageuses. Le débat est déjà engagé, même si le retrait des Trident n’est pas envisagé avant 2025. Il paraît exclu que l’actuel gouvernement renonce à sa capacité de dissuasion nucléaire, malgré les pressions dont il est l’objet. Le choix d’une solution franco-britannique, déjà envisagée à l’époque où Charles Hernu était en charge de la Défense en France, marquerait un véritable tournant dans la politique soigneusement dosée d’équilibrage entre les deux môles auxquels est arrimé le Royaume-Uni en matière d’armement.

  • 25  Jean-Paul Hébert et Jean Hamiot, op. cit., p. 217.

33  Une fois encore, les dirigeants britanniques seront confrontés à ce que Jean-Paul Hébert appelle la « contradiction transatlantique »25 qui, en retardant le passage à une industrie européenne de défense intégrée, interdit à l’Union européenne d’accéder à l’autonomie politique qu’elle revendique.

Haut de page

Notes

1  Les nouvelles priorités en matière d’emploi des Forces, définies dans la Strategic Defence Review de juillet 1998, constituent un élément de référence toujours d’actualité au Royaume-Uni.

2  Sur ce sujet, voir, entre autres, Paul Ingram et Roy Isbister, Escaping the Subsidy Trap, Londres : British American Security Information Council, 2004 et M. Chalmers, N.V. Davies, K. Hartley et C. Wilkinson, The Economic Costs and Benefits of UK Defence Exports, Université de York, Centre for Defence Economics, 2001.

3  Le Rafale, dont les premières unités de la version marine ont été livrées en 2002, confirme l’existence d’une exception française.

4  Swedish International Peace Research Institute Yearbook 2005.

5  Il s’agit d’un classement établi en 2004 sur la base des dépenses calculées en dollars constants (valeur 2003). L’incertitude concernant les données relatives à la Chine, à l’Inde, mais aussi à la Russie, incite à aborder ce classement avec prudence.

6  British Aerospace est née d’une fusion opérée en 1977 par le gouvernement travailliste entre BAC, Hawker Siddeley et Scottish Aviation. L’ensemble a été privatisé en deux étapes par Margaret Thatcher en 1981 et 1985. Après la reprise en 1999 des activités défense de GEC, principal électronicien de défense britannique, BAe a pris le nom de British Aerospace Systems (BAE Systems).

7  Deuxième missilier mondial après l’américain Raytheon, MBDA, dont les trois partenaires sont EADS, BAE Systems et le groupe italien Finemeccanica, concrétise la volonté des industriels de créer des groupes transnationaux européens de taille significative.

8  Paul Ingram et Roy Isbister, op. cit., p. 23.

9  Financial Times, 10 juin 2003.

10  Ministry of Defence/DTI, Defence Industrial Policy, octobre 2002, par. 11.

11  Intervention de Sir Peter Spencer, directeur de la DPA, devant le Committee of Public Accounts, 43e rapport, session 2003-4, HC 831, Ev. 28, Q. 225, The Stationary Office.

12  A la suite d’un appel d’offres du MoD, GEC, rachetée par la suite par BAE Systems, a obtenu en 1995 un contrat portant sur la conception, le développement et la construction de trois sous-marins nucléaires d’attaque de la classe Astute. Faute de personnel qualifié, le programme a pris un retard considérable (47 mois), tandis que son surcoût était estimé à un milliard de livres en 2005.
Le Nimrod MRA4 est un appareil de surveillance maritime doté de moyens de lutte anti-sous-marine. Il est destiné à remplacer le MR2 arrivé en fin de cycle opérationnel. Le contrat à prix ferme originel, passé en 1996, prévoyait la livraison de 21 appareils, nombre réduit par la suite à 18. BAE l’a renégocié en 1999. Du fait de difficultés techniques, commerciales et de gestion, la date d’entrée en service, initialement prévue en avril 2003 a été repoussée en 2009. Le surcoût du programme est évalué à 395 millions de livres.

13 Committee of Public Accounts, 33e rapport, session 2003-4, HC 383, Ev. 16, Q. 140, The Stationary Office.

14 House of Commons Debate, 3 novembre 2003, col. 518.

15  Le Harrier était déjà le fruit d’une collaboration transatlantique entre McDonnell Douglas (racheté par Boeing) et British Aerospace.

16 House of Commons Defence Committee,Future Capabilities, 4e rapport, session 2004-5, HC 45-II, Q.533 et Q. 537, The Stationary Office.

17  Les autres partenaires – Pays-Bas, Norvège, Danemark, Canada et Italie – ont rang de partenaires associés ou de partenaires informés en fonction de l’importance de leur contribution financière à la phase de développement et de démonstration. La Turquie, Singapour et Israël ont également été associés en qualité d’observateurs participants.

18 House of Commons Defence Committee, HC 45-II, op. cit., Q. 163.

19  Financial Times, 23 novembre 2005.

20  Le 21 novembre 2005, les ministres de la Défense des 25 pays de l’Union ont adopté un « code de bonne conduite » régissant les appels d’offres transeuropéens concernant les contrats d’un montant supérieur à un million d’euros.

21  Intervention du 12 mars 2005.

22  Jean-Paul Hébert et Jean Hamiot, Histoire de la coopération européenne dans l’armement, Paris : CNRS Editions, 2004, pp. 202-204.

23  House of Commons Defence Committee, 6e rapport, session 2003-4, HC 572-II, Q. 15, The Stationary Office.

24  Ainsi, le Guardian du 21 juillet 2004 rendait compte de la décision du MoD sous le titre : « UK-Thales revives spirit of entente cordiale ».

25  Jean-Paul Hébert et Jean Hamiot, op. cit., p. 217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Sergeant, « L’industrie de défense britannique : entre tropisme américain et logique européenne », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 25-40.

Référence électronique

Jean-Claude Sergeant, « L’industrie de défense britannique : entre tropisme américain et logique européenne », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/489 ; DOI : 10.4000/osb.489

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Sergeant

Professeur de civilisation britannique à l'université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org