Navigation – Plan du site

Tony Blair et les Etats-Unis : une vision du monde partagée

Pauline Schnapper
p. 41-52

Résumé

Tony Blair, malgré sa volonté de jouer un rôle actif et positif dans l'Union européenne, a fait le choix de suivre le gouvernement américain en Irak en 2003, créant de graves fractures avec ses partenaires européens. Cette priorité accordée à la « relation spéciale » avec les États-Unis n'est pas nouveau pour un Premier Ministre britannique, mais il l'a poussé plus loin que ses prédécesseurs, au risque d'une grande impopularité dans son propre pays. Cette décision s'explique par le parcours idéologique de Blair depuis 1997, qui a élaboré une doctrine de l'intervention humanitaire dès 1999 et l'a étendue à l'Irak. L'investissement passé (politique, économique et militaire) dans la relation spéciale était tel qu'il était peut-être difficile pour le Premier Ministre de faire un autre choix.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’importance attachée par Tony Blair à la relation transatlantique est apparue de façon fracassante sur la scène publique internationale à l’occasion de la guerre en Irak et des graves frictions qu’elle a provoquées entre les pays de l’Union européenne et au sein de l’opinion publique britannique. On sait que la relation spéciale avec les États-unis est au coeur de la politique étrangère britannique depuis 1945. Indépendante de la couleur politique des gouvernements de Londres comme de Washington, elle a traversé la seconde moitié du vingtième siècle, malgré quelques crises, dont la plus célèbre est Suez. Fondée sur une même analyse de la guerre froide et une communauté d’intérêts stratégiques, elle a toujours été prisée par les gouvernants et diplomates britanniques, qui voyaient en elle un moyen de contrer le déclin historique de leur pays et de conserver un rôle de quasi-grande puissance malgré l’affaiblissement économique et la fin de l’empire. Ce qui est plus remarquable, c’est que la relation spéciale a résisté à la fin de la guerre froide et s’est maintenue, non sans frictions parfois (comme à propos du conflit en ex-Yougoslavie) après 1989. La première guerre du Golfe en fut l’illustration, sous Margaret Thatcher puis John Major. Le refus d’envisager une véritable défense européenne autonome par ce dernier en fut une autre, (même si des premières concessions sur ce sujet furent faites en 1996).

  • 1  N’oublions pas que l’Italie, l’Espagne du gouvernement Aznar, la Pologne et d’autres ont choisi le (...)

2Le ralliement apparent de Blair à la doctrine Bush d’intervention préventive et de coalitions ad hoc a marqué le glas des ambitions affirmées par le Premier Ministre, qui se voyait comme le « pont » entre l’Europe et l’Amérique, à la fois leader au sein de l’Union et partenaire écouté à Washington. Cette stratégie avait jusque-là semblé couronnée de succès. Bien qu’ayant renoncé à faire entrer la livre sterling dans la zone euro, le gouvernement Blair avait incontestablement rétabli l’influence britannique dans l’Union européenne, après dix-huit ans de relations difficiles sous Thatcher et Major, grâce à une grande activité à Bruxelles et un jeu d’alliances bilatérales avec l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie ou la France, selon les dossiers. Il avait également profité, bien sûr d’une majorité confortable, et à peu près sourde aux sirènes eurosceptiques, au Parlement, ce qui n’avait pas été le cas de son prédécesseur. Cette influence se faisait sentir tant dans les domaines économiques et sociaux (avec l’agenda de Lisbonne, par exemple) que dans la défense, à la suite du sommet franco-britannique de Saint-Malo en décembre 1998. Dans le même temps, Blair avait consolidé son alliance avec le gouvernement Clinton à Washington, grâce à des affinités de génération et le partage de convictions politiques exprimées par Blair sous le titre de « troisième voie ». L’arrivée de George W. Bush n’avait pas, dans un premier temps, rompu cet équilibre. Mais les événements intervenus à partir de janvier 2002 ont conduit le Premier Ministre à « basculer » dans le camp de Washington au dépens de certaines au moins des alliances européennes traditionnelles du Royaume-Uni1.

3Jusqu’à l’invasion de l’Irak, la relation spéciale faisait l’objet d’un consensus au sein de l’opinion britannique, qui a volé en éclat en 2002-2003. Blair est allé plus loin que ses prédécesseurs dans la défense absolue de l’alliance anglo-américaine, en s’engageant, auprès de l’administration Bush, dans l’invasion d’un pays souverain, sans accord de l’ONU, sans le soutien de certains de ses plus proches alliés européens, ni d’une majorité de son parti, ni de la majorité de son opinion publique. Est-il allé trop loin, sortant des termes habituels de la relation spéciale ? Ou n’a-t-il fait que pousser jusqu’à son terme la logique de la « relation spéciale », devenue constitutive de la politique étrangère britannique au point de relever de son identité, prenant le risque de se couper de ses alliés et d’enfermer sa politique étrangère dans une impasse ? Pour répondre à ces questions, on verra, en reprenant le fil des événements, comment Blair a développé une vision singulière de la politique internationale, dans l’ensemble très différente mais sur certains points similaire à la nouvelle doctrine américaine dite néo-conservatrice. Mais sa façon très personnelle de mener et d’imposer sa politique a aliéné un grande partie du pays. Dans le même temps, sa volonté d’influencer de l’intérieur la politique américaine, comme d’autres Premiers Ministres avant lui a été peu efficace, laissant le pays dans une position difficile sur la scène internationale.

Une doctrine personnelle

4Pour comprendre le partenariat a priori incongru entre un président républicain influencé par les « néo-conservateurs » et le chantre de la nouvelle social-démocratie en Europe, il faut revenir sur la vision de la politique étrangère exprimée par Blair dès son arrivée au pouvoir. La vision blairienne de l’ordre mondial s’est mise en place au début de son mandat, bien avant l’élection de G. Bush et les événements du 11 septembre 2001. Dès novembre 1997, dans un discours à Londres, le nouveau Premier Ministre affirmait sa volonté de (re)mettre le Royaume-Uni au coeur de la scène internationale et lui donner un rôle mondial, comme pont entre l’Europe et l’Amérique. La volonté de renforcer ces deux axes traditionnels de la politique étrangère britannique était soulignée, et particulièrement le rôle que pouvait jouer son pays auprès de Washington :

Our aim should be to deepen our relationship with the US at all levels. We are the bridge between the US and Europe. Let us use it. When Britain and America work together on the international scene, there is little we can't achieve. We must never forget the historic and continuing US role in defending the political and economic freedoms we take for granted. Leaving all sentiment aside, they are a force for good in the world. They can always be relied on when the chips are down. The same should always be true of Britain2.

  • 3  Peter Riddell, Hug Them Close : Blair, Clinton, Bush and the ‘Special Relationship’, Londres, Poli (...)

5Ces propos auraient pu être tenus par à peu près tous les Premiers Ministres depuis 1945 et confirment que Blair était autant attaché à la relation spéciale que ses prédécesseurs. La première confirmation concrète de cet engagement eut lieu l’année suivante, alors que Bill Clinton était encore à la Maison Blanche, lorsque le Royaume-Uni fut le seul pays à accepter de participer avec les Américains à une opération de bombardements en Irak, Renard du Désert, et ce quelques jours seulement après avoir signé avec Jacques Chirac un accord sur la création d’une force de défense européenne à Saint-Malo. Dès cette époque, Blair considérait déjà à ce moment-là, comme Bill Clinton, que Saddam Hussein posait un grave problème et représentait un danger, à la fois pour sa population et pour tout l’équilibre de la région3.

  • 4  John Kampfner, Blair’s Wars. Londres, Simon & Schuster, 2003, p. 36 et suiv.

6L’autre événement qui joua un rôle important dans l’élaboration d’une vision blairienne de la politique internationale fut la guerre au Kosovo, en 1999. Devant les attaques serbes contre les Albanais et les déplacements massifs de population qu’elles engendrèrent, Blair et son gouvernement furent très vite favorables à une intervention militaire. A cette époque, le Premier Ministre se heurta pendant de longs mois aux réticences de l’administration Clinton. Il réussit finalement à la convaincre, et une longue campagne de bombardements fut lancée, on s’en souvient, par l’OTAN, avec le soutien politique de l’Union européenne mais, déjà, sans mandat de l’ONU, puisque la Russie était opposée à cette intervention. Blair avait considéré à l’époque que ce mandat n’était pas nécessaire, car l’unanimité des pays de l’OTAN et de l’UE suffisaient à assurer la légitimité de l’opération4. Cette crise lui donna l’occasion, dans un discours prononcé à Chicago, d’exprimer pour la première fois sa doctrine de l’intervention humanitaire dans le monde de l’après-guerre froide et de la globalisation de l’économie et de l’information. Il s’agissait bien là d’une vision personnelle, car ce discours n’avait pas été rédigé par les diplomates du Foreign Office – déjà une préfiguration des événements ultérieurs. Il y reprenait des thèmes chers à la théorie libérale des relations internationales, dans la droite ligne de Gladstone :

This is a just war, based not on any territorial ambitions but on values. We cannot let the evil of ethnic cleansing stand. We must not rest until it is reversed. We have learned twice before in this century that appeasement does not work. If we let an evil dictator range unchallenged, we will have to spill infinitely more blood and treasure to stop him later.

7Il s’agissait alors de Milosevic, mais l’argument fut repris ensuite à propos de Saddam. Il citait ensuite cinq tests ou conditions sur lesquelles il fallait s’interroger avant d’envisager une intervention qui violait la souveraineté d’un État :

First, are we sure of our case? War is an imperfect instrument for righting humanitarian distress, but armed force is sometimes the only means of dealing with dictators. Second, have we exhausted all diplomatic options ? We should always give peace every chance, as we have in the case of Kosovo. Third, on the basis of a practical assessment of the situation, are there military operations we can sensibly and prudently undertake ? Fourth, are we prepared for the long term ? In past we talked too much of exit strategies. But having made a commitment we cannot simply walk away once the fight is over ; better to stay with moderate numbers of troops than return for repeat performances with large numbers. And finally, do we have national interests involved5 ?

8La première condition affirmait le caractère moral de la décision d’entrer en guerre. La seconde, évoquant l’épuisement de toutes les autres solutions, fut bien sûr au coeur de la controverse sur l’Irak. La faisabilité et la préparation, troisième et quatrième conditions, relèvent de décisions militaires plus que politiques. La dernière, enfin, celle des intérêts nationaux, a été posée également avec acuité dans le cas du pétrole irakien. On peut remarquer par ailleurs que, parmi ces conditions, ne figurait pas la nécessité d’avoir un mandat des Nations Unies, même si Blair s’est toujours affiché, dans la même tradition libérale, comme un fervent défenseur des institutions multilatérales, y compris auprès des États-Unis. Néanmoins, ce texte préfigure et explique beaucoup des décisions prises par Blair dans les années qui suivirent, en particulier à propos de l’Irak.

  • 6  John Kampfner, op. cit.
  • 7  Cité dans John Kampfner, op. cit, p. 53.

9Il faut cependant souligner que cette doctrine dite de la communauté internationale et des interventions humanitaires était alors à mille lieux de la vision qu’avaient commencé à définir, plusieurs années auparavant, ceux que l’on appelle les néo-conservateurs américains, autour de Paul Wolfowitz, William Kristol, David Rumsfeld et Dick Cheney. Pour eux, la politique américaine devait se construire autour de l’affirmation de la primauté de la puissance des États-unis, facteur d’équilibre et de stabilité dans le monde. Devant la menace potentielle de certains États possesseurs d’armes de destruction massive et de certains groupes terroristes, les États-Unis devaient, par ailleurs, se donner le droit d’intervenir militairement de façon préventive, sans s’encombrer du droit international ni des institutions internationales. Il y avait là une révolution complète dans la conception de la politique étrangère américaine, fondée sur une affirmation nationaliste, que Blair, qui se définissait comme internationaliste, ne partageait pas du tout. Il différait également sur l’approche du conflit Israël/Palestine, prioritaire pour lui, alors que les Américains appuyaient sans conditions la politique israélienne et se désintéressaient de la question6. En revanche, il craignait par-dessus tout des actions unilatérales (mais aussi, à l’inverse, un retrait isolationniste) des États-Unis, et estimait qu’ils ne fallaient donc pas les laisser agir seuls. Blair et les néo-conservateurs se rejoignaient aussi sur un point, crucial pour comprendre les événements qui ont suivi : la facilité à porter un jugement moral sur des régimes politiques et à diviser le monde entre « bons » et « mauvais » États, dans une attitude quasi-messianique. Au Kosovo, dans un camp de réfugiés, Blair avait déjà dit à propos du régime de Milosevic : ‘It’s a battle between good and evil, between civilization and barbarity’7.

Bush et l’Irak

  • 8  Voir le récit de la première rencontre Blair/Bush par Peter Riddell, op. cit, p. 123 et suiv.

10 L’arrivée au pouvoir de George W. Bush et de son entourage néo-conservateur fut perçue d’abord avec inquiétude à Londres, mais Blair réussit très rapidement à instaurer une relation de confiance avec le nouveau président républicain, malgré ses liens bien connus avec Bill Clinton8. Le partenariat privilégié entre les deux pays fut réaffirmé, avant même les événements du 11 septembre 2001. Il prit cependant une nouvelle ampleur après cette date, qui a scellé l’aventure commune entre l’administration Bush et le gouvernement Blair. Tous deux ont perçu dans les attaques terroristes une révolution dans la nature du système international, qui nécessitait des moyens d’action beaucoup plus dynamiques et proactifs que la diplomatie traditionnelle et les institutions multilatérales ne le permettaient. Pour Blair, il était indispensable de ne pas laisser l’Amérique seule mener ce nouveau combat, par principe et aussi parce qu’il fallait s’assurer que la riposte américaine serait mesurée. Ce souci était alors premier par rapport à la coordination avec les autres pays européens. Mais l’échec des services de renseignement à prévoir les attaques terroristes avant le 11 septembre était aussi la preuve, pour lui, qu’on devait agir en amont, et empêcher des dictatures de développer des armes de destruction massive.

  • 9  Voir le discours de Blair au congrès annuel du Parti travailliste le 21 septembre 2001, disponible (...)

11Le discours sur l’état de l’Union de janvier 2002, dans lequel George W. Bush dénonçait et menaçait les pays de « l’axe du mal », Irak, Iran et Corée du Nord, prit les Européens par surprise, y compris Blair lui-même. Mais, là où la plupart des chancelleries européennes, et le Foreign Office, furent consternés par cette déclaration, Blair s’y rallia aisément, pour les raisons que l’on vient d’évoquer. En même temps, il escomptait, par sa proximité avec le président américain, exercer une influence modératrice sur les actions américaines, et s’appuyant sur le Secrétaire d’État Colin Powell, réduire l’influence des « faucons » de l’administration. Il souhaitait conserver un cadre multilatéral à toute intervention militaire, contre l’Afghanistan puis l’Irak, et avait l’ambition de résoudre en même temps les grands fléaux de l’humanité, sur les quels prospéraient le terrorisme : la pauvreté dans le monde, les inégalités, le conflit au Proche-Orient, etc.9.

  • 10  Voir ses sévères critiques sur le style de gouvernement de Blair dans son livre, An Honourable Dec (...)

12Il faut noter ici l’isolement du Premier Ministre dans les décisions cruciales de 2002 et 2003 : court-circuitant les réseaux traditionnels du Foreign Office (beaucoup plus prudent concernant l’administration américaine et l’engagement militaire des Britanniques) et du Cabinet, Blair s’est entouré d’un petit groupes d’individus, comprenant Jack Straw, Jonathan Powell, Alistair Campbell, David Manning et le Joint Intelligence Committee. Le Cabinet, et surtout le comité ad hoc du Cabinet, n’a pratiquement pas été informé ni consulté, ce dont ne se sont plaints que Robin Cook et Clare Short10. Les informations militaires et de renseignement n’ont pas circulé au sein du gouvernement, qui a renoncé à faire appliquer la doctrine de la responsabilité (et donc de la décision) collective. Le Cabinet, dans son ensemble, a laissé carte blanche à quelques personnes, pas toujours élues, loin de là, pour qui les convictions l’emportaient visiblement sur la réalité des preuves. On peut ainsi avancer que ce mode de decision making « présidentiel » explique probablement, pour partie au moins, le manque de prudence et les erreurs faites sur la présence d’armes de destruction massive en Irak, et ne peut manquer d’étonner quand on songe à la gravité et à l’impopularité de ces choix.

  • 11  Voir le discours de Robin Cook à la Chambre des Communes 17 mars 2003, Parliamentary Debates, vol. (...)

13Leurs conséquences, en tout cas, sont bien connues. Si le renversement du régime taliban en 2002 fit l’objet d’un assez large consensus, à la fois au niveau international et au Royaume-Uni, la décision, prise dès l’origine par l’administration américaine, d’envahir l’Irak et de renverser le régime de Saddam Hussein, provoqua de graves fractures au sein de l’ONU, de l’Union européenne (entre la « vieille » et la « nouvelle » Europe) et au Royaume-Uni. Le débat se noua autour du bilan des inspecteurs de l’ONU envoyés de nouveau en Irak à l’automne 2002 pour repérer et détruire d’éventuelles armes de destruction massive, et plus généralement sur la question de savoir s’il fallait poursuivre la politique d’endiguement de l’Irak, avec les sanctions, menées depuis la fin de la première guerre du Golfe, ou comme le voulaient les Américains et Tony Blair, passer à une stratégie plus offensive. Une première résolution de l’ONU fut votée en novembre, qui pour la coalition anglo-américaine suffisait à légitimer une future action militaire, tandis que la France, l’Allemagne et la Russie exigeaient une seconde résolution, après le rapport des inspecteurs, si une telle action était alors décidée. On sait ce qu’il en fut : la seconde résolution, à laquelle le Premier Ministre tenait tant, ne vit jamais le jour, la France ayant menacé de la boycotter, ce qui provoqua la fureur de Tony Blair. Il voyait là sa grande stratégie s’écrouler : il ne pouvait plus amarrer la politique américaine à l’ONU, ni faire le lien entre Washington et Bruxelles. L’unilatéralisme qu’il avait redouté des États-unis était à présent inévitable. Sur le plan intérieur, sa situation était rendue très difficile, car l’opinion britannique était majoritairement défavorable à l’entrée en guerre de ses troupes sans mandat explicite de l’ONU. Le 14 février 2003, plus d’un million de Britanniques défilèrent dans les rues de Londres pour s’opposer à la guerre, ce qui ne s’était jamais vu depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Lors des deux votes sur la guerre à la Chambre des communes, le 26 février et le 18 mars, il y eut respectivement 121 et 139 députés travaillistes qui votèrent contre le gouvernement (ainsi que l’ensemble des députés libéraux démocrates et une poignée de conservateurs). C’était la plus grande fronde parlementaire que le gouvernement ait eu à subir depuis son arrivée au pouvoir. Elle fut suivie par deux démissions importantes du Cabinet, Robin Cook puis Clare Short11. Quelques mois plus tard, la crise prit une dimension dramatique, avec le suicide de l’expert en armement irakien David Kelly, qui avait exprimé à un journaliste de la BBC ses doutes sur le « dossier » sur les armes de destruction massive produit par le gouvernement en septembre 2002. Le scandale qui suivit entama encore le crédit du Premier Ministre, même si celui-ci fut à peu près exonéré par le rapport de Lord Hutton sur le sujet.

La relation spéciale à quel coût ?

14Le prix à payer par Blair pour son soutien sans faille (publiquement au moins) à l’administration américaine fut apparemment élevé sur le plan politique intérieur, ce dont semble attester la réduction de la majorité parlementaire à 67 lors des élections législatives12. Par ailleurs, il n’est pas certain que Blair ait engrangé des bénéfices, directs ou indirects, de cette politique – en tout cas jusqu’à présent. Les Britanniques n’ont guère pesé sur le déroulement des opérations militaires en Irak, ni surtout sur la « reconstruction » – à la grande frustration de diplomates comme Sir Jeremy Greenstock, détaché à Bagdad auprès de l’administration provisoire américaine. Blair n’a pas non plus obtenu des États-unis d’initiative probante pour régler le problème du Proche-Orient, pas plus que la fermeture du camp de Guantanamo Bay, ou de changement de politique sur d’autres dossiers internationaux comme l’opposition américaine au tribunal pénal international ou la signature du protocole de Kyoto sur le réchauffement climatique. Le seul résultat tangible dont puisse se targuer le Premier Ministre est d’avoir obtenu certaines concessions américaines lors du sommet du G8 à Gleneagles en juillet 2005. Le gouvernement Bush a accepté pour la première fois l’idée que les êtres humains étaient en grande partis responsables de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, elles-mêmes responsables du réchauffement de la terre. Par ailleurs, il a accepté l’engagement de doubler l’aide du G8 à l’Afrique d’ici 2001 et d’annuler la dette des pays les plus pauvres13. Ce sont là des résultats modestes par rapport aux coûts de la guerre, à tous les sens du terme, à la situation de grande instabilité qui règne sur le terrain et à la perte de crédit des États-Unis et du Royaume-Uni dans tout le monde arabe. La stratégie d’influence discrète de la politique américaine n’a pas pour l’instant donné de grands résultats, laissant Blair perdant sur le front international comme sur le front intérieur.

15Dans le même temps, il peut être utile d’aborder la question dans des termes inverses. Tony Blair avait-il vraiment le choix ? Compte tenu de la puissance américaine, de l’imbrication des économies américaines et britanniques, des liens politiques, diplomatiques et militaires entre les deux pays, le Premier Ministre pouvait-il prendre le risque de s’aliéner durablement l’administration américaine – ce que n’a jamais fait aucun de ses prédécesseurs ? Le coût à long terme d’une dispute avec Paris et Berlin (avec lesquels les relations sont beaucoup plus égales qu’avec les États-unis) n’était-il pas bien moins grand qu’avec Washington, ne serait-ce qu’à cause du rôle joué par le Royaume-Uni au sein de l’Union européenne. Sur le plan intérieur, la popularité de Blair a été entamée, mais pas au point de perdre les élections, grâce à la faiblesse du Parti conservateur, qui l’a d’ailleurs soutenu sur l’Irak.

16A certains égards, l’attachement, de Tony Blair à la relation spéciale n’est ni nouveau ni surprenant. Elle a été un élément constitutif de la politique étrangère britannique depuis 1945, et les gouvernements travaillistes, d’Attlee à Callaghan en passant par Wilson, n’ont jamais été en reste par rapport aux Conservateurs sur ce sujet. La logique consistant à cacher tout désaccord entre les deux pays en public et à chercher à influencer discrètement l’autre en privé n’est pas nouvelle non plus, même si elle a deux inconvénients : sur la forme, elle donne à l’opinion l’impression que le Premier Ministre n’est que le « caniche » de l’administration américaine, ce qui n’est pas très positif en terme d’image ; sur le fond, elle n’apparaît pas forcément plus efficace que l’expression publique de désaccords, quand il y en a. De plus, Blair l’a poussée beaucoup plus loin que ses prédécesseurs (on pense notamment au refus de Wilson de participer à la guerre du Vietnam) , au point de se couper, pendant un certain temps au moins, de ses alliés européens et de son opinion publique. Son parcours personnel depuis 1997 permet de comprendre cette décision. Il conduit à penser que l’influence idéologique en provenance de l’Amérique n’a pas été aussi forte qu’elle n’apparaît au premier abord, car Blair et Bush ont partagé dès le départ une même analyse du « danger » irakien et des menaces terroristes. S’il y a eu influence, elle fut réciproque. Mais nombreux furent ceux, au Foreign Office, au Parlement et ailleurs, qui ont trouvé que la relation spéciale avait été trop loin en Irak, même si on peut se demander si Blair avait vraiment le choix. L’inertie, voire le carcan, de la relation spéciale s’impose à tous les Premiers Ministres, même s’ils y ajoutent (ou pas) une dimension personnelle.

17On pourrait imaginer, avec le départ futur de Tony Blair, un retour vers une conception plus traditionnelle de la relation spéciale, qui n’exclut pas des désaccords avec le gouvernement américain, même s’ils sont gérés avec délicatesse, et une réappropriation par le Foreign Office de ses attributs traditionnels de conduite de la politique étrangère. Ceci ne pourrait survenir que si Gordon Brown adopte un style moins présidentiel, ce qui est loin d’être acquis pour l’instant, si l’on en juge d’après le style qu’il a adopté comme Chancelier de l’Échiquier.

Haut de page

Bibliographie

Blair, T., « Discours au Lord Mayor’s Banquet, 10 novembre 1997.

Blair, T., « Discours sur la doctrine de la communauté internationale », Chicago, 22 avril 1999.

Blair, T., « Discours au congrès annuel du parti travailliste », 21 septembre 2001.

Bluth, C., ‘The British road to war : Blair, Bush and the decision to invade Iraq’, International Affairs, vol. 80, n° 5, octobre 2005, p. 871-892.

Dunne, T., « ‘When the shooting starts’ : Atlanticism in British security strategy », International Affairs, vol. 80, n° 5, octobre 2005, p. 893-909.

Hennessy, P., ‘Informality and Circumscription : The Blair Style of Government in War and Peace’, Political Quaterly, vol. 76, n° 1, janvier-mars 2005, p. 3-11.

Kampfner, J., Blair’s Wars. Londres, Simon & Schuster, 2003.

Leruez, J., « La démocratie britannique à l’épreuve de la guerre d’Irak », Pouvoirs, n° 110, 2004, p. 171-191.

Naughtie, J., The Accidental American : Tony Blair and the Presidency. Londres, Pan Macmillan, 2004.

Riddell, P., Hug Them Close : Blair, Clinton, Bush and the ‘Special Relationship’. Londres, Politico’s, 2003.

Short, C., An Honourable Deception ? New Labour, Iraq and the Misuse of Power. Londres, Simon & Schuster, 2004.

Stephens, P., Tony Blair : The Making of a World Leader. Londres, Viking Penguin, 2004.

Stothard, P., 30 jours au coeur du système Blair : Downing Street en guerre (trad. française), Saint-Simon, 2003.

Wheeler, N. J., Dunne, T., Moral Britannia ? Evaluating the Ethical Dimension in Labour’s Foreign Policy, Londres, Foreign Policy Centre, 2004.

Haut de page

Notes

1  N’oublions pas que l’Italie, l’Espagne du gouvernement Aznar, la Pologne et d’autres ont choisi le même camp en 2003, ce qui doit nous amener à nuancer notre jugement sur l’isolement britannique.

2  Tony Blair, discours au Lord Mayor’s Banquet, 10 novembre 1997, disponible sur www.number-10.gov.uk/output/Page1070.asp.

3  Peter Riddell, Hug Them Close : Blair, Clinton, Bush and the ‘Special Relationship’, Londres, Politico’s, 2003, chap. 4.

4  John Kampfner, Blair’s Wars. Londres, Simon & Schuster, 2003, p. 36 et suiv.

5  Tony Blair, discours à Chicago le 22 avril 1999, www.globalpolicy.org/globaliz/politics/blair.htm.

6  John Kampfner, op. cit.

7  Cité dans John Kampfner, op. cit, p. 53.

8  Voir le récit de la première rencontre Blair/Bush par Peter Riddell, op. cit, p. 123 et suiv.

9  Voir le discours de Blair au congrès annuel du Parti travailliste le 21 septembre 2001, disponible sur http://www.politics.guardian.co.uk/labour2001/story/0,1414,562006,00.html.

10  Voir ses sévères critiques sur le style de gouvernement de Blair dans son livre, An Honourable Deception ? New Labour, Iraq and the Misuse of Power. Londres, Simon & Schuster, 2004 ; John Kampfner confirme ses accusations, reprises aussi par le rapport Hutton et Peter Hennessy dans ‘Informality and Circumscription : The Blair Style of Government in War and Peace’, Political Quaterly, vol. 76, n° 1, janvier-mars 2005, p. 3-11.

11  Voir le discours de Robin Cook à la Chambre des Communes 17 mars 2003, Parliamentary Debates, vol. 401, col. 726-728.

12  Pour une analyse plus poussée de cette question, voir P. Schnapper, « L’impact de la guerre en Irak sur l’élection », Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 13, n° 3, automne 2005.

13  www.diplomatie.gouv.fr/fr/thematiques_830/onu-organisations-internationales_1032/evenements_5140/sommet-gleneagles-6-8-juillet-2005_5452/sommet-du-g8-gleneagles-6-8-juillet-2005_14537.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Schnapper, « Tony Blair et les Etats-Unis : une vision du monde partagée », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 41-52.

Référence électronique

Pauline Schnapper, « Tony Blair et les Etats-Unis : une vision du monde partagée », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/494 ; DOI : 10.4000/osb.494

Haut de page

Auteur

Pauline Schnapper

Professeur de civilisation britannique à l'université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org