Navigation – Plan du site

L'insécurité du travail, la sécurité de l'emploi. Une nouvelle dialectique du risque entre deux modèles sociétaux

Jean-Philippe Fons
p. 53-70

Résumés

L’objet de cette contribution est d’étudier le point d’achoppement entre les politiques de l’emploi et la protection sociale depuis l’arrivée au pouvoir du New Labour. On constate en effet très récemment un changement de paradigme fort avec un glissement vers la sécurisation du travail – un concept chimérique pour les promoteurs d’un modèle économique libéral basé sur une flexibilisation de l’emploi incontrôlée.
L’intuition sur laquelle s’appuie cette contribution est que des systèmes différents de sécurisation du travail se sont développés dans différents pays en réponse à la crise du modèle de régulation fordiste. Les mutations qui ont secoué les modèles de sociétés assurantielles ont radicalement modifié les conditions d’emploi d’une large partie de la population. Que reste-t-il, dès lors, de l’État social de la société salariale ? Voit-on émerger une banalisation de l’ « insécurité sociale », comme semble le suggérer nombre de rapports sur la pauvreté des enfants et la précarisation des familles monoparentales ?
C’est en partie ce que cette contribution va chercher à souligner en étudiant les récentes évolutions en Grande-Bretagne.

Haut de page

Texte intégral

“In the era of rapid globalisation, there is no mystery about what works: an open, liberal economy, prepared constantly to change to remain competitive. The new world rewards those open to it” (discours de Tony Blair à la Conférence du Labour Party, Brighton, 27 septembre 2005).

Introduction

1Pas un jour ne passe sans qu’un grand quotidien national français ou un éditorialiste n’y consacre sa chronique entière : le modèle britannique rencontre un vif succès auprès d’un lectorat français qui cherche, dans la réussite de la Grande-Bretagne, des réponses aux symptômes qui grippent l’économie et plus globalement la société française depuis le début de ce qu’il est convenu d’appeler « la crise ». La cote du modèle britannique auprès des représentants de certaines mouvances idéologiques en Europe est en net progrès depuis l’échec du référendum du 29 mai dernier, et est portée à bout de bras par les promoteurs des thèses néo-travaillistes (au premier rang desquels le commissaire européen Peter Mandelson) depuis le début de la présidence de Tony Blair (au 1er juillet dernier).

2 L’objet de cette contribution est d’étudier le point d’achoppement entre les politiques de l’emploi et la protection sociale depuis l’arrivée au pouvoir du New Labour. On constate en effet récemment un changement de paradigme fort avec un glissement vers la sécurisation du travail – un concept chimérique pour les promoteurs d’un modèle économique libéral basé sur une flexibilisation de l’emploi incontrôlée.

3L’intuition sur laquelle s’appuie cette contribution est que des systèmes différents de sécurisation du travail (et de protection des travailleurs) se sont développés dans différents pays en réponse à la crise du modèle de régulation fordiste. Les mutations qui ont secoué les modèles de sociétés assurantielles ont radicalement modifié les conditions d’emploi d’une large partie de la population. Que reste-t-il, dès lors, de l’État social de la société salariale ? Voit-on émerger une banalisation de l’ « insécurité sociale », comme semble le suggérer nombre de rapports sur la pauvreté des enfants et la précarisation des familles monoparentales ?

4C’est en partie ce que cette contribution va chercher à souligner en étudiant les récentes évolutions en Grande-Bretagne.

L’insécurité du travail est le prix que paie le travailleur mobile

  • 1  Voir notamment certaines critiques formulées dans Fons, 2004, p. 38 et suiv.
  • 2  Esping-Andersen, G., The three worlds of welfare capitalism, 1990.
  • 3  Sans entrer dans les détails, le troisième modèle identifié par Esping-Andersen, et dont il ne ser (...)

5Les travaux comparatifs sur les systèmes de protection sociale et les marchés du travail conduisent, très souvent, à opposer la Grande-Bretagne à un ensemble de pays d’Europe continentale. Bien que critiquable (et critiquée1) et perfectible, la typologie proposée par Esping-Andersen articule les paradigmes économique, social et politique2 ; cette articulation entre marché du travail et système de protection sociale a produit le désormais classique triptyque des welfare regimes définis comme « ways in which welfare production is allocated between state, market and households » (Esping-Andersen, 1999 : 73)3.

6Dans un modèle anglo-saxon, qualifié encore de modèle libéral, la priorité est donnée à la répartition économique, gage d’un taux d’emploi élevé, au détriment d’une répartition sociale résiduelle : le montant des allocations et des prestations sociales reste faible, à taux plancher et, dans une logique assistancielle, sont essentiellement soumis à condition de ressources.

7Le régime social-démocrate, dominant dans les pays d’Europe du Nord (Danemark, Suède), se caractérise par une équipondération des répartitions économique et sociale. Les droits sociaux découlent de la citoyenneté – ce principe est notamment énoncé par Beveridge et sous-tend la création du welfare state au sortir de la Guerre. Les montants des prestations sociales sont plus élevés mais, en contrepartie, les autorités exercent un contrôle social fort.

8Dans la société salariale fordiste, les droits inconditionnels du travailleur étaient attachés à sa situation professionnelle. Le couplage droits – protections (entendu comme droit du travail et protection sociale) était défini par le statut de l’emploi. Le fordisme renvoie ici à un mode de régulation macro-économique typique de l’après-guerre. Les « Trente Glorieuses », caractérisées par une situation de plein emploi et l’hégémonie de l’emploi stable, à temps plein et essentiellement masculin, apparaissent, rétrospectivement, comme un « âge d’or » socio-économique. Dans cette société salariale, tous les individus sont couverts par des systèmes de protection construits à partir du travail. La société est salariale lorsque la quasi-totalité de la population (salariée ou pas) accède à la « citoyenneté sociale à partir, d’abord, de la consolidation du statut du travail » (Castel, 2003 : 31).

  • 4  Redéfini par Esping-Andersen en 1999, le concept de « de-commodification » s’entend comme « the de (...)

9Les marchés internes qui caractérisent cette période du bel âge du capitalisme industriel sont définis par les auteurs segmentationnistes comme des unités institutionnelles à l’intérieur desquelles le prix et l’allocation du travail sont déterminés par des procédures administratives – par opposition au marché externe où rémunération, formation et allocation du travail sont déterminées par les ajustements marchands résultats de la confrontation de l’offre et de la demande. Un marché interne peut être considéré comme une institution de régulation, c'est-à-dire un ensemble de règles de fonctionnement souvent issues de conventions collectives, de procédures administratives de gestion de employés, etc. Dans un marché interne, le salarié est défini par la place qu’il occupe dans un ordre hiérarchique ; sa sécurité est assurée sur la base de l’appartenance directe à une communauté. C’est ainsi que l’appartenance à des corps de métiers, guildes et autres corporations garantit au salarié un certain nombre de « protections rapprochées » – les employés sont inscrits dans des systèmes de contraintes et de protections qui « assurent leur sécurité au prix de leur dépendance par rapport au groupe d’appartenance » (Castel, 2003 : 11). De la même manière, les marchés internes assurent une sécurité en contrepartie d’une disponibilité aux exigences de l’entreprise. Cet espace protégé résulte de décisions largement unilatérales, hiérarchiques et gestionnaires, et non de transactions marchandes. Le marché interne constitue en quelque sorte un espace de solidarité dans lequel les salariés sont protégés des fluctuations du marché. Tout fonctionne donc comme si l’organisation en marché interne participait à la dé-marchandisation du travail4.

10Depuis les bouleversements entamés à partir des années 1970, le couplage droits – protections s’étiole et s’effrite. Le ralentissement de la croissance et les mutations technologiques provoquent la déstabilisation des marchés internes. Celle-ci se traduit par une re-marchandisation du travail : le travailleur est rémunéré en fonction de sa valeur marchande. La déstabilisation des marchés internes dans les grandes économies capitalistes s’est accompagnée d’un bouleversement de la relation d’emploi fordiste inapte à répondre aux nouvelles exigences technologiques et économiques post-fordistes (Marsden, 2001). Au niveau de l’organisation de la production, le travail est, selon le terme d’Ulrich Beck, « déstandardisé » (Beck, 1992), atomisé. L’individualisation des tâches, le rappelle Castel (2003), impose de nouvelles normes : mobilité, adaptabilité et disponibilité des opérateurs. Dans cet espace de flexibilité générale – marqué par la segmentation accrue du marché du travail, la paupérisation de certaines classes de travailleurs peu qualifiés et à la rémunération faible, le développement des formes de travail atypiques, etc. – les « termes fondateurs du statut salarial – subordination contre sécurité – sont bouleversés » (Supiot, 1999). Les entreprises exigent plus d’autonomie et de souplesse de gestion mais garantissent moins la sécurité de l’emploi, alors que le compromis fordiste reposait sur la subordination de l’employé en échange d’une stabilité de la relation salariale. Le compromis social des années de croissance était un équilibre subtil négocié par branche et par profession, fruits d’accord entre les partenaires sociaux sous l’égide de l’État.

  • 5  L’auteur réfute l’idée pourtant répandue selon laquelle les mutations de la norme d’emploi post-fo (...)
  • 6  Voir notamment la contribution d’Ulrich Beck, IPPR, 1998.
  • 7  Menger, P.M., Portrait de l’artiste en travailleur, Le Seuil, La République des Idées, Paris, 2002
  • 8  Le concept de « portfolio careers » est développé, entre autres, par Handy, C. dans son ouvrage Th (...)
  • 9  L’idéal de référence est désormais le « travailleur flexible », selon les canons des tenants du no (...)

11Avec l’affaiblissement des marchés internes5, les parcours individuels et les trajectoires professionnelles deviennent mobiles. Les carrières se déroulent de moins en moins de façon linéaire, respectant une échelle de promotion dans le cadre d’une même entreprise jusqu’à la retraite. Le travailleur mobile prend dès lors en charge la construction de son parcours professionnel : c’est le « modèle biographique » (Beck, 1992). L’insécurité devient une composante à par entière du marché du travail ; elle s’apparente à l’ « imprévoyance » que dénonçaient les moralistes du XIXe siècle : ne pas pouvoir maîtriser le présent, ni anticiper positivement l’avenir, les aléas (Castel, 2003 : 29). Dans cet espace, il s’agit de concilier deux paradigmes antinomiques dans une relation salariale de type fordiste : il s’agit d’articuler flexibilité du système productif et sécurisation des trajectoires professionnelles. Il s’agit, comme le souligne le rapport Supiot (1999), de dépasser la logique de « protection passive contre l’aléa » vers un comportement de « sécurité active face à l’aléa ». On encore, chaque individu est incité à prendre en charge lui-même les aléas de son parcours professionnel devenu discontinu et périodisé en opérant des choix stratégiques et en anticipant les reconversions nécessaires à son maintien en emploi. On comprend dès lors l’importance cruciale accordée au maintien de l’employabilité par les néo-travaillistes et les think-tanks tels que l’IPPR (Institute for Public Policy Research)6. Le travailleur se fait l’ « entrepreneur de lui-même » (Castel, 2003 : 44) et construit sa carrière hors des schémas linéaires standardisés de la firme fordiste7. L’employabilité naît d’un constat d’échec des fonctionnements des marchés du travail : l’entreprise ne peut plus garantir l’emploi et ne peut plus prendre seule la responsabilité des carrières et des compétences de ses employés. C’est donc à chacun de prendre en main son propre « portefeuille de compétences »8, d’être acteur de son destin et d’adopter en la matière des comportements entrepreneuriaux, c’est-à-dire d’assurer sa propre compétitivité et d’investir dans les voies nouvelles pour en récolter les fruits au travers d’un emploi (bien ou mieux) rémunéré9. L’employabilité contribue ainsi à re-marchandiser le travail : il est impératif d’être mobile et vendable sur le marché du travail.

  • 10  Hillage, J., Pollard, E., Employability : developing a framework for policy analysis, Department f (...)

12Ce processus d’individualisation et de décollectivatisation de l’organisation du travail induit une forte responsabilisation de l’individu, célébrée dans et par l’esprit d’entreprise. Avec les changements introduits dans la nature du lien employeur-employé, c’est bien l’employabilité qui est offerte en lieu et place de la sécurité de l’emploi, remarque l’Institute for Employment Studies en 199810.

  • 11  Giddens, A., 1998, p. 36.

13Là où la régulation collective et les accords de branches assuraient une fonction cohésive, le discours sur l’employabilité se recentre autour de l’individu défini – dans le fil de la tradition libérale – par ses deux qualités fondamentales : la responsabilité (indissociable du libre arbitre) et la prévoyance (l’une des conditions de l’autonomie). Les défenseurs des thèses néo-travaillistes s’appuient sur ce constat pour justifier leur politique de l’emploi. Le couple responsabilité-prévoyance est au cœur de la rhétorique sur la « troisième voie » : « People are invited to constitute themselves as individuals [and] to plan, understand, design themselves as individuals […] », nous rappelle Giddens11. Pour le parti de Tony Blair, cette agentivité (ou mise en action) des travailleurs mobiles accompagne la flexibilisation du marché du travail et propose une nouvelle éthique du travail :

  • 12  Manifeste électoral du parti travailliste, “New Labour because Britain deserves better”, 1997.

New Labour believes in a flexible labour market that serves employers and employees alike. But flexibility alone is not enough. We need 'flexibility plus' [including] higher skills and higher standards in our schools and colleges (…) policies to ensure economic stability (…) [and] an imaginative welfare-to-work programme to put the long-term unemployed back to work and to cut social security costs12.

La société du risque

  • 13  Source : Eurostat, BIT. Pour une appréciation plus détaillée des performances économiques du Royau (...)
  • 14  Le lecteur trouvera une lecture critique des performances économiques et sociales de la France, à (...)
  • 15  Sous-emploi français, plein-emploi britannique : un paradoxe bien peu cordial, Cercle d’Outre-Manc (...)
  • 16  Directeur général, Accor Services UK & Ireland, cité dans ibid.
  • 17  “Housing costs, housing benefits and work disincentives”, in Housing Research 185, juillet 1996.

14Avec un taux de chômage en deçà des 5 % (taux normalisé et corrigé en fonction de variations saisonnières, BIT), un taux de croissance de 72 % et un taux de croissance de l’emploi de près de 1 %, la Grande-Bretagne est devenue, pour beaucoup d’observateurs, une terre promise13. Là où un grand nombre de pays européens s’attachent à protéger le droit à l’emploi, la Grande-Bretagne cherche principalement à améliorer l’offre de travail afin d’accroître la compétitivité et l’attractivité du pays. Contrairement au cycle économique dominant dans les pays d’Europe continentale, c’est, outre-Manche, l’emploi qui créé la croissance14. Le travail y représente une norme intégrée par l’ensemble des agents économiques15. A en croire nombre d’employeurs britanniques, le travail est encore aujourd’hui perçu comme un facteur d’intégration sociale, qui permet à chaque individu de trouver sa place dans un modèle de société basée sur l’activité. Ainsi, par exemple, les seniors ou les personnes handicapées sont-elles décrites par un grand patron britannique comme « les employés les plus fidèles et les plus consciencieux »16. De récentes études sur les incitations au retour à l’emploi révèlent que « le facteur économique n’intervient que de façon secondaire dans la décision de travailler » outre-Manche17. Ce constat tranche radicalement avec la situation française, par exemple, où la valeur du travail, fustigent les experts, est mise à mal au profit de celle de loisir. Les réactions des grands ténors de la droite française ne se sont pas faites attendre : « nous vivons dans une société de pétanqueurs », lâchait, il y a peu, Jacques Barrot, commissaire européen et ancien ministre du travail du gouvernement d’Alain Juppé. Il est grand temps de « siffler la fin de la récréation » répétait Ernest-Antoine Seillière à la même époque.

  • 18  La législation en France est plus restrictive. Conformément au code du travail, est considéré comm (...)
  • 19  L’Enterprise Allowance Scheme (EAS), remplacée en 1993 par le programme Business Start Up Scheme, (...)
  • 20  Pour une étude sur l’essor du travail indépendant en Angleterre sur la période 1980-2003, voir Fon (...)

15Avec les mesures d’incitation au retour à l’emploi (les politiques actives du marché du travail), dont les New Deals sont les fleurons, le New Labour entend convaincre l’ensemble de la société britannique : there is no such thing as a ‘bad job’. Malgré les efforts faits par les gouvernements Blair successifs en matière de politique sociale (avec notamment la signature de certains éléments de la Charte sociale du traité de Maastricht), la législation britannique continue d’entretenir le flou autour de la notion d’emploi convenable et ne fixe pas de critères permettant d’identifier quel type d’emploi un chômeur ne peut refuser. Les exigences du demandeur d’emploi sont examinées lors du premier entretien et il définit lui-même le type d’emploi qu’il juge convenable. Plus le chômage se prolonge, moins le demandeur d’emploi peut se montrer exigeant18. Libre de ses choix, autonome, l’individu est encouragé à entreprendre, notamment par le biais de dispositifs d’aide à la création d’entreprises (les ready-made companies19) ou d’incitation financières pour les travailleurs indépendants20.

16Dans l’anthropologie d’Emmanuel Todd, les états d’esprit sont liés à la culture, à la famille et aux traditions locales, et il n’est pas facile de les modifier. De fait, l’emploi indépendant procède, pour partie, d’un phénomène d’imitation. Une culture qui valorise et récompense l’effort individuel encourage grandement l’activité entrepreneuriale et la prise de risques.

  • 21  Ewald, F. - L’État providence, Grasset, Paris, 1986.

17La « société du risque » repose sur une perception du risque comme un événement prévisible, qui peut donc être anticipé, dont on peut estimer la probabilité qu’il se réalise ainsi que son coût et ses conséquences. L’assurance a été le grand principe fondateur du modèle de société industrielle « assurantielle » qui a permis, avec la répartition des effets induits au sein de collectifs d’individus solidaires, la maîtrise des risques et des menaces prévisibles. Ce grand principe repose sur le modèle solidariste et mutualiste ; le rôle social de l’État est alors d’agir comme réducteur de risques. Pour les tenants des théories d’Ewald, l’État lui-même fonctionne comme une vaste assurance21.

  • 22  On se réfèrera plus précisément à Murray, C. - The Emerging British Underclass (London, 1990) ; Un (...)

18Les aménagements et les réformes du welfare state depuis l’arrivée au pouvoir du New Labour en 1997 ont, à maintes reprises, été décrites par les observateurs britanniques et étrangers. Les influences des cercles de pensées de la nouvelle droite britannique au sein des gouvernements successifs depuis 1997 ne sont plus à démontrer : l’idéologie néo-travailliste a été profondément marquée par le passage au gouvernement de Frank Field puis de Alistair Darling. Les pamphlets de l’Institute of Economic Affairs sur la réforme du welfare state, notamment l’ouvrage de Field, Making Welfare Work, paru en 1995 sous l’égide de l’IEA, empruntent régulièrement aux sociologues et politologues d’outre Atlantique, tel que Charles Murray22. Chez Field, comme chez Gordon Brown, le mimétisme est parfois troublant ; les influences des think-tanks ultra-libéraux emmenés par Charles Murray les ont marqué au fer rouge. Pour le politologue américain :

  • 23  Murray, C. - In Pursuit of Happiness and Good Government, New York, 1988, p. 130.

The long term welfare recipient (…) cannot feel self respect, no matter what is done on behalf of her dignity23.

19Et Frank Field de reprendre en canon :

  • 24  Field, F. - Stakeholder Welfare, p. 111
  • 25  Jones, C. ; Novak, T. - Poverty, Welfare and the Disciplinary State, 1999, p. 15.

One of welfare's roles is to reward and to punish. The distribution of welfare is one of the great teaching forces open to advanced societies24.
Welfare should openly reward good behaviour and it should be used to enhance those roles which the country values25.

20Au lendemain de la victoire du New Labour en 1997, Gordon Brown déclarait au quotidien The Observer :

  • 26  The Observer, 11 mai 1997.

Developing a welfare state built around the work ethic is [the Prime Minister’s] self proclaimed primary objective26.

  • 27  On renverra le lecteur vers Whitton T. - « Welfare to Work : politique progressiste ou miroir aux (...)

21La réaction du nouveau Gouvernement est immédiate : un groupe de travail présidé par le PDG de Barclays Bank est chargé de moderniser le système de prélèvements obligatoires et de prestations sociales. Les deux objectifs de la taskforce sont de lutter contre l’assistance à outrance (welfare dependency) et de redonner toutes ses lettres de noblesse au travail. Pour reprendre les termes exacts employés par Gordon Brown dans son introduction au Working Families Tax Credit (émulation de la version américaine, Earned Income Tax Credit) : « Work now pays – now go to work ». Parallèlement, avec la mise en place du New Deal for Young People, tout jeune âge de 18 à 24 ans et sans emploi qui refuse l’une des options du programme cessera de percevoir ses prestations sociales27. Le Ministère des Finances exulte :

  • 28  Partiellement repris dans “Go to Work or I'll freeze your giro, warns Brown”, The Observer, 5 sept (...)

This is a real landmark in welfare reform (…) There will now be no excuse not to get a job28.

22Cette nouvelle dialectique s’accompagne d’importants glissements conceptuels et sémantiques. Au cœur de cette rhétorique, une redéfinition de la relation entre l’individu-citoyen et la collectivité. « No rights without responsibilities », martèle Giddens. Cet axiome est notamment repris dans un Livre Blanc du Department of Social Security :

  • 29  Secretary of State for Social Security and Minister for Welfare Reform, New Ambitions for Our Coun (...)

It is the government's responsibility to promote work opportunities and to help people take advantage of them. It is the responsibility of those who can take them up to do so (…) For example, the New Deal for Young People provides high quality options, all of which include education and training, designed to attract accredited qualifications. Those who unreasonably refuse an offer or fail to take up a place will be sanctioned29.

23L’attractivité de l’emploi passe par une incitation financière. Le versement de prestations est conditionné à la recherche active d’un emploi :

  • 30  Giddens, A., 1998, p. 65.

Unemployment benefits (…) should carry the obligation to look actively for work, and it is up to governments to ensure that welfare systems do not discourage active search30.

24On constate ici une proximité tant stylistique qu’idéologique avec les groupes de travail et les think-tanks qui guident une large partie de la politique économique et de la politique de l’emploi de la Maison Blanche. Le welfare state n’est plus le garant d’une « sécurité pour tous » voulue par le père fondateur de l’État providence britannique (Beveridge). En lieu et place les néo-travaillistes ont substitué progressivement une logique du « dernier recours », l’assistance pour les inemployables :

  • 31  DSS, New Ambitions for Our Country : A new contract for welfare, Cm 3805. London : The Stationery (...)

The welfare state now faces a choice of futures. A privatised future, with the welfare state becoming a residual safety net for the poorest and most marginalised ; the status quo, but with more generous benefits ; or the Government’s third way – promoting opportunity instead of dependence, with a welfare state providing for the mass of the people, but in new ways to fit the modern world31.

  • 32  Giddens, op.cit., p. 100.

[A dynamic economy] is not compatible with a society where taken-for-granted habits dominate, including those generated by welfare systems. Social democrats have to shift the relationship between risk and security (…) to develop a society of ‘responsible risk takers’ (…)32.

25Mais pour les néo-travaillistes, la sécurité du travail (employment security) passe inévitablement par la prise de risque. La « culture du risque », dont Anthony Giddens, Ulrich Beck, François Ewald ou Denis Kessler chantent les louanges, devient le nouveau paradigme ; les dispositifs classiques de protection des individus sont dénoncés comme obsolètes, et les États Providence impuissants face à la nouvelle conjoncture économique.

  • 33  Op.cit., p. 63.

26Les portes paroles de la Troisième voie vont rapidement encenser la culture du risque en en soulignant les vertus et en faisant tomber les tabous. « Risk is not a negative phenomenon (…) It is the energizing principle of a society » (…), affirme Giddens33. Le gourou de la Troisième voie élabore, dans son pamphlet de 1998, une matrice du risque qui articule quatre paramètres fondamentaux : innovation, responsabilité, opportunité et sécurité. Ce modèle réconcilie prise de risque et sécurisation des individus ; Giddens, l’anthropologue, fait de cette prédisposition au risque une composante essentielle de la nature humaine :

  • 34  Ibid.

(…) A positive engagement with risk is a necessary component of social and economic mobilization34.

  • 35  Interview, Risques, n° 43, septembre 2000, repris dans Castel, Le Monde, 2001.
  • 36  Voir sur ce point l’abondante littérature outre-Manche et outre-Atlantique sur le burn out.
  • 37  Are you a risk taker at work ? propose, par exemple, au lecteur d’accroître son potentiel et son a (...)

27Et les individus ne sont pas égaux devant la capacité à prendre des risques. Il y a, pour emprunter les termes de l’ex-patron du MEDEF, Ernest-Antoine Seillière, des « risquophiles » et des « risquophobes »35. L’insistance mise sur la prolifération des risques accompagne une célébration de l’individu atomisé, « dés enchâssé » (disembedded dans la terminologie employée par Giddens), détaché des appartenances collectives36. La propension à prendre des risques est glorifiée par les employeurs. On voit de plus en plus se multiplier dans les rayons spécialisés des grandes librairies (Waterstones, WH Smith) des manuels de management à l’attention des candidats au recrutement ou des personnes à la recherche d’un emploi37. La presse s’est rapidement emparée du phénomène, et ce n’est pas anodin si le grand test du mois d’août 2004 dans le magasine Psychology Today s’intitule précisément « Are you a risk taker ? ».

  • 38 “We all need protection against risk, but also the capability to confront and take risks in a produ (...)

28Si les risques se multiplient et si l’individu est seul pour y faire face, comme semble le suggérer Giddens38, c’est donc à l’individu de s’assurer lui-même. La place et le rôle de l’État est désormais de permettre à l’individu de prendre les risque qui sont nécessaire pour maintenir la continuité de son parcours professionnel (c'est-à-dire, essentiellement, garantir son salaire). L’État devient un « risk manager » (Giddens, 1998 :77). Prendre un risque peut être, qui plus est, un bien collectif qui participe à la promotion de l’esprit d’entreprise :

  • 39  Ibid., p. 116.

Deciding to go to work and give up benefits, or taking a job in a particular industry, are risk-infused activities – but suck risk taking is often beneficial both to the individual and to the wider society39.

29Les propos de Giddens rappelle étrangement la perception du risque par Condillac qui, au XVIIe siècle, le définit comme « le hasard d’encourir un mal avec l’espérance, si nous en échappons, d’obtenir un bien ».

L’articulation entre marché du travail et protection sociale à l’épreuve de la Troisième Voie

  • 40 “Labour’s welfare to work programme, for instance, may have an American-style label, but arguably d (...)

30Dans la préface à l’édition de 1998 de son ouvrage The Third Way, the Renewal of Social Democracy, Giddens reconnaît à demi-mot la forte prégnance des influences américaines sur le jeune Premier ministre britannique (Giddens, 1998 : viii). En matière de politique de l’emploi, cependant, les différences sont grandes entre le type de workfare promu outre-Atlantique et le welfare to work du New Labour qui, malgré l’apparente proximité terminologique, s’inspire davantage des politiques d’activation du marché du travail scandinaves40. Néanmoins, les plus sceptiques perçoivent dans les politiques d’activation du New Labour les mêmes valeurs individualistes et libérales (classiques) qui soutenaient la toute première politique sociale britannique : la punitive et dissuasive Poor Law de 1834.

  • 41  Le gouvernement de Tony Blair veut encourager le développement d’ « une main-d’œuvre qualifiée et (...)
  • 42  Le pays se classe en queue de peloton, en 27e position sur les 30 pays que compte l’OCDE (la Grand (...)
  • 43 21st century skills : realising our potential, Cm 5810, DfES, HMSO, London, 2003.

31Contrairement aux politiques du workfare américain dans sa version punitive telle que prônée par l’Institute of Economic Affairs dès la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, le New Deal met l’accent sur la formation des chômeurs dans le but d’accroître leur employabilité41. Devant la fragmentation des parcours professionnels, on comprend aisément que le maintien de l’employabilité et le droit à la formation des travailleurs soit devenu des thèmes centraux dans les politiques sociales contemporaines, faisant de la formation l’État-Providence de demain. Devant les faibles performances de la Grande-Bretagne en matière de taux de scolarisation des adultes de plus de 17 ans42, le Gouvernement a déposé, en juillet 2003, un livre blanc qui prévoit la création d'un droit individuel à la formation pour tous les adultes qui n'ont pas reçu de qualification de niveau deux du NVQ (technique) ou pour les jeunes adultes voulant atteindre le niveau trois (professionnel)43. Les propositions du Gouvernement pour la formation des travailleurs sous qualifiés reposent sur une simple équation : « a better skilled workforce is a more prodcutive workforce ». Une allocation hebdomadaire de 30 £/semaine est prévue afin de subventionner la formation de niveau NVQ 2. Des projets pilotes ont commencé la même année – l’Employer Training Pilot a permis d’assurer la formation de quelque 130 000 adultes.

  • 44  Skills : getting on in business, getting on at work, Cm 6483-1, DfES, HMSO, London, 2005.

32Le 22 mars 2005, le ministère de l’éducation a publié un nouveau livre blanc ; il complète le précédent et expose les stratégies du Gouvernement en matière de formation, afin que les employeurs trouvent les compétences dont ils ont besoin chez les travailleurs et que ces derniers puissent obtenir la formation requise pour être embauchés44. Les propositions du Gouvernement s’appuient sur la création de Skill Academies, sortes de pôles de compétitivité, mis en place dans les grands secteurs clés de l’économie, ou la création d’un National Employer Training Programme offrant une formation de niveau NVQ 2 gratuite.

  • 45 Supporting young people to achieve : towards a new deal for skills, DWP, DfES, HM Treasury, HMSO, m (...)
  • 46  Discours de Tony Blair à la Chambre des Communes, présentation du livre blanc cité ibid.

33Dernière innovation du Gouvernement Blair, l’instauration d’un New Deal for Skills, né des recommandations du rapport du National Employment Panel45. Le New Deal for Skills propose aux bénéficiaires de prestations chômage une aide financière à la prise en charge de la formation – le but étant de « remove the obstacles that people face in gaining access to training when moving from welfare to work »46.

34Le Gouvernement britannique entend bien s’inspirer très largement du succès danois (avec la mise en place de dispositifs législatifs dans un cadre de flexicurité) et de tirer les leçons du learnfare, ou l’assistance par la formation pour assurer le retour à l’emploi en améliorant les qualifications et les compétences des travailleurs. Ce modèle, qui repose conjointement sur la stimulation de l’offre de travail et sur la motivation des individus par la formation (« leaning begets learning »), remplace le modèle de workfare autoritaire et punitif tel que mis en place dans les pays où domine une idéologie libérale, de type anglo-saxonne.

  • 47  Castel, 1995.
  • 48  Le CTF s’inspire assez largement des mesures expérimentées dans plusieurs états américains (Indivi (...)

35On comprend dès lors l’insistance des gouvernements Blair de voir se développer une alternative au welfare state négatif (c'est-à-dire simplement protecteur47) ; la solution proposée par le New Labour vient tout droit de l’un des think tanks les plus actifs et des plus proches du cercle de Blair, l’IPPR (Institute for Public Policy Reform). L’État social patrimonial (ou asset-based welfare, proche du modèle de social investment state souhaité par Giddens) encourage l’individu à se doter de capitaux (techniques, culturels, sociologiques, etc.) qui vont lui permettre d’agir en véritable acteur sur un marché du travail en profonde mutation. Ainsi, outre-Manche, un individu peut-il bénéficier de subventions publiques par le biais des comptes de formation individuels (Individual Learning Account)48. Au 1er septembre 2002, le gouvernement Blair inaugurait le Child Trust Fund, un compte épargne co-alimenté par les pouvoirs publics et dont le montant des attributions varie avec les ressources des familles.

  • 49  Deux termes absents du vocabulaire de la protection sociale classique et qui prennent une place de (...)

36L’articulation des mesures d’activation est double. L’État agit en amont du marché en aidant chaque individu à mener à bien son projet de vie49. Il intervient également en aval, par le biais de filets de sécurité et de dispositifs de redistribution. Le modèle du learnfare n’efface donc pas l’un des principes fondamentaux du workfare : la « contrepartie », ou la part de devoirs de tout individu responsable vis-à-vis de la société (« no rights without responsibilities »).

Conclusion

  • 50  Une « entreprise approach » d’une part ; un « social model » d’autre part (John Major, discours au (...)

37Il semble, après analyse, que le nouveau compromis social impulsé par les gouvernements Blair soit, au-delà de la perception duale de John Major qui distinguait deux approches de la protection sociale et des politiques de l’emploi50, de nature infiniment plus complexe. Plusieurs indices dans le modèle de régulation sociale britannique convergent vers l’idéaltype d’une articulation entre marché du travail et protection sociale de type libéral (fort taux d’emploi à temps partiel choisi, taux de rotation élevé, moyenne de l’ancienneté dans l’emploi faible, etc.).

  • 51  L’employabilité est devenu un enjeu crucial. Elle constitue, pour Perilleux, « l’exigence clé de j (...)
  • 52  L’Employment Act 2002 (chapitre 22, section 8A, 80F et 80G « Flexible Working ») et le Flexible Wo (...)

38La mise en place d’une logique de learnfare et les discours tenus sur l’éducation tout au long de la vie et l’employabilité51 prônent, pour leur part, les vertus salvatrices de l’enrichissement des savoirs et des capacités individuelles et collectives pour tenter de résoudre le hiatus de la flexibilité : concilier performances de l’appareil productif et les exigences légitimes de sécurité des travailleurs52.

39Tel est le nouveau souffle que Tony Blair entend apporter à l’Europe et qu’il défendra le 8 décembre prochain à Bruxelles, en s’appuyant principalement sur les objectifs de l’agenda de Lisbonne. Cette stratégie s’est fixée l’objectif ambitieux de parvenir à un taux d’emploi de 70 % dans toute l’Union d’ici 2010. Ce taux d’emploi faisait partie du projet consistant à faire de l’Europe l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde. Augmenter les taux d’emploi est la meilleure manière de préserver les niveaux de protection sociale dont bénéficient aujourd’hui les Européens. D'autre part, donner aux personnes la possibilité d’être financièrement indépendantes réduit le risque de les voir devenir des indigents une fois à la retraite.

40Ce n’est qu’au terme de la présidence britannique que la « Blairisation » de la Stratégie Européenne pour l’Emploi pourra être évaluée.

Haut de page

Bibliographie

Beck, U. - Risk society: towards a new modernity, London: Sage Publications, 1992

Castel, R. - Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris : Fayard, 1995

Castel, R. - « Risquophiles, risquophobes : l'individu selon le Medef », in Le Monde, 6 juin 2001

Castel, R. - L’insécurité sociale : qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris : Seuil, 2003

DfES. - Supporting young people to achieve : towards a New Deal for skills, London : HM Treasury, 2004

Esping-Andersen, G. - The three worlds of welfare capitalism, Cambridge : Polity Press, 1990

Esping-Andersen, G. - Social foundations of post-industrial economies, Oxford : Oxford University Press, 1999

Fons, J.P., Meyer, J.L. - « Les logiques d’organisation et de gestion de l’emploi public enseignant dans trois pays européens », in : Formation – Emploi. Revue française de sciences sociales, Centre d’Études et de Recherches sur les Qualifications (CEREQ), Paris : La Documentation Française, automne 2005(a)

Fons, J.P. ; Meyer, J.L. - La flexibilité de l’emploi dans la fonction publique en Angleterre, en Allemagne et en France. Débats, enjeux, perspectives,Paris : La Documentation Française, DGAFP, 2005(b)

Fons, J.P. - Stratégies de gestion de l’emploi public et flexibilité en Grande-Bretagne et en France : analyse qualitative et comparative des régimes de mobilisation et des modes d’usage de la main-d’œuvre enseignante, Thèse : Université de Bordeaux III – Michel de Montaigne : 2004

FONS, J.P., « L’insécurité du travail, la sécurité de l’emploi. Une nouvelle dialectique du risque entre deux modèles sociétaux », in Observatoire de la Société Britannique, n° 1, janvier 2006.

FONS, J.P., “Managing flexibility and security : active labour market polices and flexicurity”, in Observatoire la Société Britannique, n° 2, juin 2006.

Franklin, J. (ed.). - The politics of risk society, Cambridge : Polity Press-IPPR, 1998

Gautié, J. - « Des marchés internes au marchés transitionnels », IVe conférence du Centre Saint-Gobin pour la recherche en économie ( « Education, Formation et Emploi »), Paris : 20-21 juin 2002

Giddens, A. - The consequences of modernity, Stanford, Calif. : Stanford University Press, 1991

Giddens, A. - The third way. The renewal of social democracy, Cambridge : Polity Press, 1998

Jones, C. ; Novak, T. - Poverty, Welfare and the Disciplinary State, London : Routledge, 1999

Marsden, D. - « L’adaptation des institutions du marché du travail à la nouvelle donne économique », in Institutions et croissance, Paris : Albin Michel, 2001

Perilleux, T. - Les tensions de la flexibilité. L’épreuve du travail contemporain, Paris : Desclée de Bouwer, 2001

Regan, S. ; Paxton, W. (eds). - Asset-based welfare : international comparisons, London : Institute for Public Policy Research, 2001

Sennett, R. - The corrosion of character, New York : WW Morton and Company, 1998

Supiot, A. (dir.). - Au-delà de l'emploi : transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe : Rapport pour la Commission des communautés européennes, Paris : Flammarion, 1999

Haut de page

Notes

1  Voir notamment certaines critiques formulées dans Fons, 2004, p. 38 et suiv.

2  Esping-Andersen, G., The three worlds of welfare capitalism, 1990.

3  Sans entrer dans les détails, le troisième modèle identifié par Esping-Andersen, et dont il ne sera pas question ici, est le régime continental ou corporatiste-conservateur qui caractérise l’Allemagne, l’Italie ou la France. Conformément aux préceptes bismarckiens, l’assurance et les droits sociaux sont liés à l’emploi et au statut professionnel. Le système de sécurité sociale est principalement financé par des cotisations assises sur les salaires.

4  Redéfini par Esping-Andersen en 1999, le concept de « de-commodification » s’entend comme « the degree to which welfare states weaken the cash nexus by granting entitlements independent of market participation » (Esping-Andersen, 1999 : 43).

5  L’auteur réfute l’idée pourtant répandue selon laquelle les mutations de la norme d’emploi post-fordiste et les nouvelles pratiques flexibles ont précipité la fin des marchés internes. Nous préférons parler ici d’affaiblissement ou de déstabilisation plutôt que d’effondrement – plusieurs secteurs d’activité entiers et certaines grandes entreprises présentent toujours les caractéristiques d’un mode d’organisation en marché interne. C’est le cas, en France, de la fonction publique (voir à ce sujet Fons, 2004 ; Fons, Meyer 2005a et Fons, Meyer, 2005b).

6  Voir notamment la contribution d’Ulrich Beck, IPPR, 1998.

7  Menger, P.M., Portrait de l’artiste en travailleur, Le Seuil, La République des Idées, Paris, 2002.

8  Le concept de « portfolio careers » est développé, entre autres, par Handy, C. dans son ouvrage The Age of Unreason, publié en 1989.

9  L’idéal de référence est désormais le « travailleur flexible », selon les canons des tenants du nouveau management. Face à l’incertitude, le salarié doit faire preuve d’initiative et d’autonomie. Conformément à la doctrine du capital humain, le travailleur flexible – doté de compétences et de connaissances – se définit en termes d’apprentissage cumulé et d’aptitudes à appliquer cet apprentissage à diverses situations. C’est donc en partie à l’école (en amont du marché du travail) à qui il incombe désormais la lourde tâche d’innover pour doter les élèves de « compétences d’organisation, de communication, d’adaptabilité, de travail en équipe, de résolution de problèmes dans des contexte d’incertitude » (Commission Européenne, Livre blanc : Enseigner et apprendre, vers la société cognitive, 1995, p. 44-45). Voir sur ce point, et pour une étude détaillée du concept et de ses diverses acceptions, Fons (2004).

10  Hillage, J., Pollard, E., Employability : developing a framework for policy analysis, Department for Education and Employment, The Institute for Employment Studies, HMSO, London, 1998, p. 4.

11  Giddens, A., 1998, p. 36.

12  Manifeste électoral du parti travailliste, “New Labour because Britain deserves better”, 1997.

13  Source : Eurostat, BIT. Pour une appréciation plus détaillée des performances économiques du Royaume-Uni on renverra le lecteur vers l’Étude Économique du Royaume-Uni, OCDE, Paris, 2005.

14  Le lecteur trouvera une lecture critique des performances économiques et sociales de la France, à contrario, dans le numéro d’été d’Alternatives Économiques, juillet-août 2005, n° 238.

15  Sous-emploi français, plein-emploi britannique : un paradoxe bien peu cordial, Cercle d’Outre-Manche, novembre 2004.

16  Directeur général, Accor Services UK & Ireland, cité dans ibid.

17  “Housing costs, housing benefits and work disincentives”, in Housing Research 185, juillet 1996.

18  La législation en France est plus restrictive. Conformément au code du travail, est considéré comme convenable tout emploi compatible avec la spécialité et la formation du demandeur d’emploi, compatible avec ses possibilités de mobilité géographique et rétribué à un taux de salaire normalement pratiqué dans la profession et dans la région.

19  L’Enterprise Allowance Scheme (EAS), remplacée en 1993 par le programme Business Start Up Scheme, permet aux personnes au chômage depuis plus de 6 semaines de bénéficier d’une aide financière (£40 par semaine pendant un an) à la création d’entreprise.

20  Pour une étude sur l’essor du travail indépendant en Angleterre sur la période 1980-2003, voir Fons (2004), pp. 84-7.

21  Ewald, F. - L’État providence, Grasset, Paris, 1986.

22  On se réfèrera plus précisément à Murray, C. - The Emerging British Underclass (London, 1990) ; Underclass : The Crisis Deepens (London, 1994) ; ou encore la publication de l’IEA, Charles Murray and the Underclass.
Les publications de Field pour l’IEA sont nombreuses et comptent : Stakeholder Welfare (London, 1996) ; (en collaboration avec L M Mead) From Welfare to Work (London, 1997) ; ou encore une contribution à l’ouvrage de Charles Murray Underclass : The Developing Debate (London, 1996).

23  Murray, C. - In Pursuit of Happiness and Good Government, New York, 1988, p. 130.

24  Field, F. - Stakeholder Welfare, p. 111

25  Jones, C. ; Novak, T. - Poverty, Welfare and the Disciplinary State, 1999, p. 15.

26  The Observer, 11 mai 1997.

27  On renverra le lecteur vers Whitton T. - « Welfare to Work : politique progressiste ou miroir aux alouettes ?, in Le New Labour : rupture ou continuité / ed. Whitton, T., Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 263-282.

28  Partiellement repris dans “Go to Work or I'll freeze your giro, warns Brown”, The Observer, 5 septembre 1999.

29  Secretary of State for Social Security and Minister for Welfare Reform, New Ambitions for Our Country : A New Contract for Welfare, p. 31.

30  Giddens, A., 1998, p. 65.

31  DSS, New Ambitions for Our Country : A new contract for welfare, Cm 3805. London : The Stationery Office.
1998, p. 19 (nous soulignons). Ceci rapellera au lecteur la preface du même Livre Blanc : “we want to rebuild the system around work and security. Work for those who can ; security for those who cannot” (DSS, 1998, ibid., p.iii).

32  Giddens, op.cit., p. 100.

33  Op.cit., p. 63.

34  Ibid.

35  Interview, Risques, n° 43, septembre 2000, repris dans Castel, Le Monde, 2001.

36  Voir sur ce point l’abondante littérature outre-Manche et outre-Atlantique sur le burn out.

37  Are you a risk taker at work ? propose, par exemple, au lecteur d’accroître son potentiel et son attractivité.

38 “We all need protection against risk, but also the capability to confront and take risks in a productive fashion”, Giddens, 1998, p. 64.

39  Ibid., p. 116.

40 “Labour’s welfare to work programme, for instance, may have an American-style label, but arguably draws its inspiration more from Scandinavian active labour market programmes than from the US” (Giddens, 1998 : viii).
La terminologie a d’ailleurs largement été empruntée aux politiques scandinaves, puis phagocytée par les experts européens dans la Stratégie Européenne pour l’Emploi. Une politique d’ « activation », par exemple, traduit le passage d’individus percevants des indemnités chômage vers le travail rémunéré. Dans les politiques scandinaves, l’activation est couplée à d’autres mesures sociales qui complètent le dispositif d’aide au retour à l’emploi (telle que la formation continue par exemple).

41  Le gouvernement de Tony Blair veut encourager le développement d’ « une main-d’œuvre qualifiée et flexible, mieux armée pour faire face aux changements économiques (…) Il s’agit d’encourager les sorties de l’assurance publique vers le marché du travail » (« [Employability] means creating a more skilled and adaptable workforce, better equipped to cope with economic change. It also means a new emphasis on getting people off welfare and into work », Hansard, col. 314-315, 18 avril 1997).
Les termes du programme New Deal sont à ce propos sans équivoque : "Employment Service and their partners will work with New Dealers] to improve their employability and to find unsubsidised jobs for as many as possible” (New Deal for Young People and Long-term Unemployed People aged 25+ », 29 novembre 2001, Office for National Statistics, p. 15).

42  Le pays se classe en queue de peloton, en 27e position sur les 30 pays que compte l’OCDE (la Grande-Bretagne y talonne la Grèce, le Mexique et la Turquie).

43 21st century skills : realising our potential, Cm 5810, DfES, HMSO, London, 2003.

44  Skills : getting on in business, getting on at work, Cm 6483-1, DfES, HMSO, London, 2005.

45 Supporting young people to achieve : towards a new deal for skills, DWP, DfES, HM Treasury, HMSO, mars 2004.

46  Discours de Tony Blair à la Chambre des Communes, présentation du livre blanc cité ibid.

47  Castel, 1995.

48  Le CTF s’inspire assez largement des mesures expérimentées dans plusieurs états américains (Individual Development Accounts, Universal Capital Grants, Community Funds, etc.).

49  Deux termes absents du vocabulaire de la protection sociale classique et qui prennent une place de plus en plus stratégique dans la nouvelle dialectique du risque sont projet et contrat. Il s’agit in fine de passer de la « consommation passive de prestations sociales délivrées d’une manière automatique et inconditionnelle à une mobilisation des bénéficiaires qui doivent participer à leur réhabilitation » (Castel, 2003 : 70). C’est bien de cela dont il s’agit dans le cadre du New Deal.

50  Une « entreprise approach » d’une part ; un « social model » d’autre part (John Major, discours au forum européen pour l’emploi, Bruxelles, février 1997).

51  L’employabilité est devenu un enjeu crucial. Elle constitue, pour Perilleux, « l’exigence clé de justice dans un monde connexionniste » (Perilleux, T., p. 62). Le développement d’un savoir ou d’un savoir-faire spécialisé permet en effet au salarié de faire valoir ses compétences d’une entreprise à l’autre.

52  L’Employment Act 2002 (chapitre 22, section 8A, 80F et 80G « Flexible Working ») et le Flexible Working (Eligibility, Complaints and Remedies) Regulations 2002, tous deux adoptés le 6 avril 2003 par le gouvernement travailliste en Grande-Bretagne, soulignent ces dissonances. La législation autorise les parents d’enfants de moins de 6 ans (moins de 18 ans dans le cas d’enfants atteints de handicap) à bénéficier d’arrangements flexibles de leur temps de travail, en accord avec les recommandations de la Work and Parents Taskforce, du Trades Union Congress et de la Confederation of British Industry. Les mesures proposées par le Department of Trade and Industry sont nombreuses : volume horaire annualisé ou compressé ; « flexitime » ; « job-sharing » ; travail à domicile ; « self-roastering » ; « term-time working », etc.
Les études menées depuis 1992 par l’OCDE et l’ISSP (International Social Survey Programme) révèlent le fort sentiment d’insécurité qui domine chez une importante partie de la population active en Grande-Bretagne comme en France, suggérant ainsi que les dispositifs légaux et statutaires français ne sont pas, à eux seuls, garants d’une sécurité du travail infaillible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Fons, « L'insécurité du travail, la sécurité de l'emploi. Une nouvelle dialectique du risque entre deux modèles sociétaux », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 53-70.

Référence électronique

Jean-Philippe Fons, « L'insécurité du travail, la sécurité de l'emploi. Une nouvelle dialectique du risque entre deux modèles sociétaux », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/498 ; DOI : 10.4000/osb.498

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Fons

Maître de Conférences à Université de Rennes 2 - Haute Bretagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org