Navigation – Plan du site

La Troisième Voie dans le débat électoral britannique (1997-2005)

François-Charles Mougel
p. 71-86

Résumé

Subliminale ou exprimée, la 3e Voie apparaît comme le ressort essentiel de la conquête et de l’exercice du pouvoir menés par T. Blair. Outil de programmation, guide de l’action et vecteur d’influence, elle a permis au New Labour de remporter trois victoires électorales successives tout en s’imposant comme le référent principal du débat idéologique au Royaume-Uni et dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point les principaux textes de T.Blair lui même : Change and national renewal, London : (...)

1Si l’on assimile la 3e Voie à une via media entre le socialisme et le capitalisme, cette philosophie n’est pas neuve qui puise ses fondements aussi bien dans la doctrine sociale de l’Eglise catholique ou le folkhem suédois que dans le New Deal de F.D. Roosevelt ou l’économie sociale de marché allemande. Par contre si on l’oppose à la première voie, celle de la gauche travailliste (Old Labour) et à la seconde, le néo-libéralisme thatchérien (New Right), la 3e Voie est avant tout britannique et plus précisément la base d’une nouvelle conception du politique incarnée par le New Labour auquel T. Blair a attaché son nom1.

  • 2 Marlière, P. - La 3e Voie dans l’impasse, Paris : Syllepse, 2003 ; Mougel, F.C. - Tony Blair, le Ne (...)

2Telle quelle, la 3e Voie présente quatre caractéristiques principales2 :

  1. elle est subliminale, puisqu’on ne la trouve quasiment jamais citée dans les programmes et manifestes électoraux qui ont jalonné les scrutins de la période qu’ils soient locaux, nationaux ou européens. Et pourtant elle en forme bien, tout au long des années 1997-2005, le filigrane essentiel et pérenne ;

  2. elle est construite, puisqu'entre chaque séquence électorale elle a fait et continue de faire l’objet d’adaptations et de modifications doctrinales : c’est bien une philosophie en devenir. Dans le même temps sa mise en œuvre concrète permet à tous les types d’électorat de vérifier la cohérence existant entre le projet et l’action. En se projetant sans cesse dans la nouveauté et l’avenir, théorie et pratique permettent toutes les inflexions possibles ;

  3. elle est offensive, puisqu’elle constitue un véritable instrument de pouvoir aussi bien pour sa conquête que pour sa conservation, tant sur le plan britannique que sur le plan international et principalement européen. Elle forme bien la base de l’idéologie du New Labour, l’élément décisif dans la bataille des idées qui n’a pas cessé au Royaume-Uni depuis 1979, tant au sein du Parti travailliste que dans la société tout entière ;

  4. elle est aussi historiquement connotée : la 3e Voie s’impose en Grande Bretagne au lendemain de la chute des régimes socialistes qui ont souligné l’échec d’une alternative au modèle occidental, elle s’articule sur une longue phase de domination d’une doctrine, le thatchérisme, qui lui sert tout à la fois d’adversaire et de soubassement, enfin elle est portée par un parti qui, seul à gauche, doit définir son projet pour le Royaume-Uni du XXIe siècle .

  • 3 Sur le parcours du New Labour, voir Mougel, F.C. - Le Royaume-Uni : les années Blair, Paris : La Do (...)

3Pour mesurer l’interaction entre philosophie, action et prospective, au long des huit années du gouvernement du New Labour, nous adopterons un plan chrono-thématique en étudiant successivement le rôle de la 3e Voie dans l’enjeu électoral de 1997, sa place de référent dans le cours de la vie politique intérieure britannique entre 1997 et 2005 et, enfin, sa fonction dans la projection du modèle blairiste au sein de la compétition idéologique internationale3.

La Troisième Voie et l’enjeu électoral de 1997

  • 4 NEC: Democratic socialist aims and values, London, Labour Party, 1988; Labour Party: Meet the chall (...)

4En s’imposant, le 21 Juillet 1994, comme Leader du Parti travailliste dans les trois collèges qui en composent le corps électif, Tony Blair affiche une triple attitude : celle d’héritier du réformisme radical, incarné aussi bien par Lloyd George que par Attlee, celle de pourfendeur des thèses extrêmes de la gauche marxisante comme de la nouvelle droite thatchérienne, celle de continuateur de l’évolutionnisme doctrinal instauré par ses prédécesseurs immédiats, N. Kinnock et John Smith4.

5Pour conserver à cette attitude philosophique toute sa plasticité tout en limitant ses ambiguïtés ou contradictions virtuelles, le nouveau Leader va adopter une stratégie de l’adaptabilité, soutenue par une rhétorique incantatoire de la nouveauté. Le test de l’efficacité de cette stratégie sera le succès électoral, le vecteur en sera la 3e Voie.

  • 5 Le texte de 1918 exigeait « que soit assurée aux travailleurs manuels et intellectuels la jouissanc (...)
  • 6 Shaw, E.- The Labour Party since 1979, crisis and transformation, London : Routledge, 1994
  • 7 Blair, T. - New Britain, opus cité p. 13

6La première cible de cette offensive de la 3e Voie sera la gauche travailliste, récusée pour son maximalisme idéologique et rendue responsable des quatre échecs électoraux successifs du Labour entre 1979 et 1992. C’est par le vote des militants, le 29 Avril 1995, que T. Blair obtient l’abandon de la version marxisante de la Clause IV de la Constitution du parti, et son remplacement par une pétition de principe en faveur non pas de la social démocratie mais d’une conception démocrate-socialiste du pouvoir5. Cette nouvelle formulation permet à Blair de revendiquer le triple patronage du réformiste Attlee, du « révisionniste » Crosland et du maximaliste Bevan et, partant, non seulement l’héritage des réformes accomplies au cours des années 1945-51 mais aussi les mutations doctrinales accomplies par la suite, notamment depuis 1988 : acceptation de l’économie de marché, réconciliation avec l’idée européenne, répudiation de l’unilatéralisme et rejet de toute doctrine socialiste de l’économie6. Mais comme le dira Blair lui-même, « pour transcender le labourisme sans trahir le labour interest7 », il va aussi se lancer à l’attaque du thatchérisme dénoncé comme réactionnaire, inégalitaire et incompétent, fondé sur les concepts erronés de l’individualisme absolu, du règne de l’argent et du marché. Le succès du Labour aux élections locales de 1995 et de 1996 prouvent déjà l’efficacité de ce combat dans la préparation du scrutin national de 1997.

  • 8 ibid. pp 30-1

7Mais remporter des sièges et mettre le gouvernement Major sur la défensive électorale et idéologique ne suffit pas. Encore fallait-il bâtir un corps de doctrine. Rejetant simultanément l’old (la minuscule est significative) Labour et la New Right, T. Blair crée le New Labour (la majuscule est aussi significative) sur la base du centrisme radical et de la modernité. Il s’agit de faire du parti travailliste un parti de la gauche et du centre non pas en lui donnant un programme supplémentaire mais en l’investissant d’une mission de « national renewal »8. Il s’agit donc d’être radical à double sens :

  1. idéologique : retrouver les valeurs du libéralisme avancé défendu par Lloyd George, Keynes et Beveridge ;

    • 9 ibid, pp 30-1

    étymologique : retourner aux racines d’un travaillisme fondé sur le respect de chacun dans le cadre d’une communauté solidaire, l’équilibre entre les droits et les devoirs, la cohésion sociale associée à la promotion de l’innovation, l’effort et surtout le travail, condition éthique incontournable du progrès collectif et du redressement national. C’est le sens de la démonstration que T.Blair décline dans son ouvrage-programme de 1996 -« New Britain, my vision of a young country »- au travers de quatre propositions : améliorer le niveau de vie grâce à la croissance économique, construire un nouvel ordre social établi sur le solidarité, développer la décentralisation et rendre le système politique responsable devant l’électorat, renforcer la position du Royaume-Uni dans le monde9.

  • 10 Mandelson, P; Liddle, R. -: The Blair revolution, can New Labour deliver? London: Faber & Faber, 19 (...)
  • 11 cf. le postulat développé dans le discours de T. Blair à la Chambre de commerce anglo-américaine de (...)

8Comme le diront P. Mandelson et R Liddle10, il s’agit d’une véritable « révolution ». Mais le Labour était-il en mesure de la faire aboutir ? En s’affichant comme le défenseur du monde des affaires, des classes moyennes comme du monde du travail, T. Blair propose une stratégie de la « grande tente » qu’il souhaite assimiler à un nouvel électorat néo-travailliste de centre et de centre-gauche, au nom d’un humanisme fortement teinté de christianisme, d’un communautarisme solidariste et d’un idéal de progrès collectif11.

  • 12 Labour Party, New Labour because Britain deserves better, Labour Party, 1997, p. 4
  • 13 ibd pp 1 et 39. Les dix thèmes proposés s’énoncent ainsi: « make education our number one priority, (...)

9Cette vision, Blair va la faire ratifier par son parti qui adopte en 1996 le projet « New life for Britain ». Fort du soutien massif, à 95 %, du Congrès, Blair va ensuite le proposer à l’électorat dans le cadre du programme « New Labour because Britain deserves better ». Ce texte est caractéristique de l’utilisation par le leader du thème de la 3e Voie. En effet, l’expression ne figure pas dans le texte même si tout sa mise en scène et la déclinaison des propositions reflètent de très près les thèmes évoqués précédemment par Blair. Tout d’abord dans la philosophie d’ensemble: « New Labour is a party of ideas and ideals but not of outdated ideology. What counts is what works. The objectives are radical, the means will be modern... we will be a radical government but the definition of radicalism will not be that of doctrine whether of left or right but of achievement12 ».Cette volonté pragmatique a un objectif : laisser la place à des évolutions et éviter toute contrainte par des cadres idéologiques trop rigoureux. Car les grands thèmes proposés aux électeurs sont plutôt consensuels et les cinq promesses sur lesquels le New Labour s’engage13 sont volontairement limitées. Il s’agit donc de rassurer les classes moyennes tout en répondant aux attentes des classes populaires. En se cantonnant à des engagements concrets et atteignables, le New Labour se donne les moyens de réussir tout en pouvant replacer ces buts simples dans une perspective que l’on peut sans cesse justifier et dépasser.

10Le résultat fut à la hauteur des espérances -419 sièges et 43,2 % des voix contre respectivement 165 et 30,7 % pour les Tories et 46 et 16,8 % pour les Libéraux démocrates, les autres sièges allant aux partis gallois, écossais et nord-irlandais. Non citée par les autres partis qui préfèrent évoquer l’image d’un travaillisme dépassé, la 3e Voie s’est révélée comme un formidable machine de guerre qui donne à T. Blair, vainqueur dans toutes les régions, dans toutes les générations et quasiment dans toutes les classes sociales, un clair mandat pour accomplir les réformes. En proclamant : « Mon gouvernement a l’intention de gouverner dans l’intérêt de la nation tout entière », le discours du Trône du 8 Mai 1997 donne le ton : la 3e Voie entrait dans les faits, tout à la fois subliminale et obvie. Qu’allait-il en advenir ?

La Troisième Voie dans le débat politique interne britannique (1997-2005)14

  • 14 Sur l’ensemble de la période voir: Coates, D. - Prolonged Labour, the slow birth of New Labour Brit (...)
  • 15 Seldon, A. (dir.). - The Blair effect, the Blair government 1997-2001, London: Little Brown, 2001

11La première législature de la période, 1997-200115, est effectivement celle de la « révolution tranquille » que Blair annonce devant le congrès de Brighton d’Octobre 1997 où il se fait plébisciter. Pour en mesurer la portée effective et théorique, il faut se reporter au programme électoral de 2001, « Ambitions for Britain ». En le lisant on comprend qu’en devenant réalité, la 3e Voie n’a pas changé de fonction dans le débat politique : elle a pour but de rassurer l’électeur par des promesses précises, peu nombreuses et consensuelles, de vérifier l’adéquation entre propositions et réalisation et surtout de préparer les étapes suivantes qui se résument à deux objectifs essentiels : obtenir une nouveau mandat électif et définir les nouvelles priorités de la réforme complète du Royaume-Uni.

12Le texte de 2001 énumère au fil de ses pages et dans un tableau récapitulatif attractif les acquis de la période, en conformité avec le programme de 1997, à savoir, en matière de réformes institutionnelles, la dévolution au pays de Galles et en Ecosse, les accords du Vendredi Saint en Irlande du Nord, l’amorce de régionalisation en Angleterre, la création d’une autorité centrale pour Londres avec un maire élu, la réforme de la Chambre des Lords, l’amélioration générale des pratiques de l’administration, du gouvernement, du Parlement et des autorités locales ; en matière économique, la semi-indépendance de la Banque d’Angleterre, la rigueur fiscale et budgétaire, la poursuite des privatisations et la croissance ; en matière sociale et culturelle, les programmes Welfare to Work et New Deal de retour à l’emploi, de salaire minimum, de baisse du chômage, de promotion de l’éducation et de la culture. Au passage on notera que nombre de ces engagements ont reçu l’aval du suffrage universel tels les référendums « dévolutifs » d’Ecosse, de Galles, d’Ulster et de Londres suivis de votes destinés à désigner les nouvelles assemblées. Même si Blair a parfois essuyé quelques désagréments comme l’élection de K. Livingstone à Londres, il a montré que la 3e Voie, respectueuse de la démocratie, était soutenue par une majorité, créant ainsi une marque irréversible dans le paysage politique puisque les partis d’opposition s’y sont, sans toujours l’avouer, ralliés. Mais c’est surtout vis-à-vis du Labour que T. Blair a pu accréditer le succès de la 3e Voie. S’il ne l’a pas fait directement dans son programme de 2001, il l’a fait tout au long de la législature comme au congrès de Blackpool de 1998 où il invite son parti et le pays à le suivre sur le chemin des réformes. À chaque fois, les votes du Congrès et du Comité Exécutif National ont donné leur soutien à Blair, à ses idées et à ses hommes.

  • 16 cf Le Monde, 30 Septembre 1999 p 3 De la même manière A.Giddens affirmait dans le New Statesman, en (...)
  • 17 Le Monde 30 Septembre 1999, p 3
  • 18 Les Echos, 25 Mars 1998, p 6 voir aussi Marlière, P. – « Le blairisme, un thatchérisme à visage hum (...)
  • 19 Le Monde, 21 Août 1998, p 2

13C’est donc toute une opération pédagogique et électoraliste qui a été menée aussi bien par le Premier Ministre dans ses multiples discours, interviews et articles que par ses conseillers et mentors tels P. Mandelson, D. MacShane ou A. Giddens. Quels en ont été les grands thèmes ? D’abord replacer en continu la politique menée dans le cadre de la 3e Voie, comme le martèle Blair lors du Congrès de Bournemouth en 1999 : « La 3e Voie n’est pas une nouvelle voie entre les progressistes et les conservateurs. C’est une politique progressiste qui se distingue de tous les conservatismes, de droite ou de gauche16 ».Ayant affirmé dès le congrès de Brighton de 1997 que sa révolution tranquille était « fondée sur les valeurs de l’équité, de la justice et de la responsabilité », il la place ensuite dans la perspective du long terme : « patience, prudence et modernisation » sont les maîtres-mots du discours au congrès de Bournemouth de 199917. Les piliers en sont la bonne gestion de l’économie et la réforme de l’Etat-Providence. Là encore pragmatisme et idéologie vont de pair. Dans sa célèbre adresse au Parlement français en mars 1998 Blair affirme : « L’économie n’est ni de gauche ni de droite, elle est bonne ou mauvaise. Ce qui compte c’est ce qui marche.. aujourd’hui l’économie est bien gérée par la gauche18 ». À quoi répond le Livre Vert de réforme du Welfare State de 1998 qui constate que « la réforme nous redonne une véritable cause nationale, elle nous ouvre une perspective plus large qui fera de notre pays le modèle de la nation développée du XXIe siècle, avec une gestion stable et saine de l’économie, le dynamisme et l’esprit d’entreprise.. un niveau d’éducation et de créativité sans égal dans le monde et un Etat Providence fait pour encourager les projets et la réussite19 ».

  • 20 Ambitions for Britain, ouv cité, pp 3-5
  • 21 ibid p 3
  • 22 C’est déjà ce qu’annonçait A.Giddens en 1998 : « l’objectif de la 3e Voie est d’aider les citoyens (...)

14Mais T. Blair ne fait pas que réaffirmer ses convictions et justifier ses politiques. Dans le manifeste de 2001, il affirme que non seulement ses promesses de 1997 ont été réalisées mais qu’il lui faut un nouveau mandat pour poursuivre et amplifier l’œuvre déjà engagée. Considérant que les Tories se sont encore « droitisés », il offre, sur la base de sa propre crédibilité, la voie du changement : « Now is the chance to build the future properly, to make the second term the basis for a radical program of British renewal » fondé sur une « inclusive society » plus forte et sur une révolution scientifique qui permettra au Royaume-Uni de devenir « a global centre in the knowledge economy20 ». La 3e Voie sert ainsi de point de passage pour établir la continuité entre 1994, 1997 et 2001 et même au delà puisque le manifeste électoral affiche d’emblée dix objectifs pour 2010 au sein desquels s’affichent de nouvelles priorités, elles mêmes annonciatrices d’une inflexion radicale de la 3e Voie : le rétablissement des services publics (santé, éducation, justice), le renouveau de la démocratie locale, l’Europe et les enjeux nouveaux de la mondialisation tels la pauvreté ou le changement climatique21. La vision prospective et prophétique de la 3e voie est ainsi posée. Ayant avancé d’un an le terme légal de la législature, T. Blair veut engager la révolution du Millénaire dans une double approche d’efficacité et de moralisme22. Sans donc qu’elle soit nommée mais tout en étant fortement prégnante, la 3e Voie va se révéler payante : la Labour obtient une claire victoire avec 412 élus et 40,7 % des voix contre, respectivement, 166 et 31,7 % aux Tories, 52 et 18,3 % aux Libéraux-démocrates, les 28 autres sièges, avec 9,3 % des voix, allant aux partis des « franges celtiques ».

  • 23 Sur toute cette période voir Seldon, A. - Blair, London: Free Press, 2004; Stephens, P. - Tony Blai (...)
  • 24 Article au Monde, le 8 Novembre 2003
  • 25 Mandelson, P. - The Blair revolution revisited, London: Politico’s, 2002
  • 26 Le Monde , 11 Février 2003, pp 1 et 17
  • 27 Ibid, p 17
  • 28 Pour une justification anticipée voir : Mandelson, P. - « Notre révolution en marche » in Le Monde, (...)

15La législature 2001-2005, elle aussi raccourcie d’un an, a-t-elle permis de concrétiser toutes ces promesses et tous ces objectifs23 ? En ce qui concerne la gestion intérieure, l’heure n’est plus aux grandes réformes institutionnelles, si l’on met à part les ébauches de nouveau statut de la Chambre des Lords et les tentatives avortées de règlement de la Question d’Irlande, mais à la poursuite du développement économique et au redressement des services publics. Si les principes fondamentaux de la politique économique et sociale restent les mêmes – croissance, flexibilité, employabilité, travail, initiative, priorité au tertiaire et à la mondialisation- leur déclinaison se fait plus incitative. Comme le souligne D. MacShane en 2003, le « réformisme permanent24 » du gouvernement s’appuie de plus en plus sur le rôle de l’Etat au travers de ce que l’on appelle le « libéralisme social » qui n’est rien d’autre qu’une approche keynésienne des politiques publiques : le recours aux emprunts, l’acceptation des déficits et les investissements massifs dans les services publics sont ainsi présentés comme le moyen de moderniser une société ouverte aux grands vents de la mondialisation. C’est ce que justifie P. Mandelson dans son bilan de l’action menée25 et que légitime T. Blair lui-même. Dans un article au Monde, « renouveler la 3e voie », le Premier Ministre souligne que la permanence des objectifs — justice sociale, égalité, solidarité (on notera que la liberté n’est plus au premier rang) — requiert de nouveaux outils, notamment le « pouvoir collectif du gouvernement26 ». Cette inflexion majeure de la perspective idéologique est d’ailleurs bien balisée : il ne s’agit pas d’un retour au vieux travaillisme mais d’un rétablissement du réformisme radical : « Certains ont présenté la politique de la 3e voie comme n’étant ni de droite ni de gauche. Effectivement. C’est la social-démocratie moderne fermement inscrite dans la tradition de la gauche progressiste mais puisant autant dans l’héritage de Keynes, Beveridge et Lloyd George que dans celui de Attlee, Bevin et Bevan27 ». Le contraste est net avec les positions plus œcuméniques du premier mandat et la substitution de Bevin, pionnier de l’intégration du syndicalisme dans l’élite du pouvoir national, au révisionniste Crosland n’est sans doute pas sans signification : l’objectif est de revenir à l’esprit du « pacte de 1945 », celui qui a doublement fondé la démocratie politique et la démocratie sociale. On le voit, la 3e Voie, par son pragmatisme, permet de modifier l’axe de la réforme et de justifier les changements de la stratégie du pouvoir, moins libérale et plus interventionniste28.

16C’est cette même perspective moralisatrice et flexible qui a été appliquée à l’événement majeur de la législature qu’a été l’irruption du terrorisme dans la vie intérieure britannique suite aux attentats du 11 Septembre et aux deux guerres qu’ils ont motivés, celle d’Afghanistan à l’automne 2001, celle d’Irak au printemps 2003. En replaçant ces événements dans le contexte des valeurs globales de la 3e Voie – droit international, protection des peuples opprimés, construction de nouvelles démocraties, développement durable -, déjà fortement évoqué dans son discours prophétique de Chicago d’Avril 1999, T.Blair affirme la justesse de ses engagements : « It was the right thing to do ». De ce fait il élargit la stratégie de la « grande tente » aux Républicains de l’administration Bush comme il l’avait déjà fait vis-à-vis des Nouveaux Démocrates de la présidence Clinton et souligne la portée universelle de la 3e Voie.

  • 29 Britain forward not back, Labour Party manifesto, 2005, préface de T. Blair, p. 5
  • 30 Ibid. Ces neuf engagements restent classiques: « economy: rising prosperity in an opportulity socie (...)
  • 31 Ibid p. 9: « So now I fight my last election as Leader of my party and Prime Minister of our countr (...)

17Cette inflexion de la 3e Voie a-t-elle réussi ? La forte poussée de l’opposition de gauche au sein du New Labour, visible aussi bien aux Communes que dans les instances du parti (Congrès, Comité Exécutif National) de même que le recul sensible des candidats travaillistes aux élections locales, sans parler de la multiplication des manifestions populaires (des marches rurales aux marches anti-guerre) ont bien montré que la capacité de conviction du chef du gouvernement n’avait pas été totale. Si la 3e Voie s’est toujours construite en s’accomplissant, il y a eu un net changement entre la première et la seconde législature : de 1997 à 2001, elle précédait le changement en l’expliquant, de 2001 à 2005 elle l’a plus suivi pour le justifier a posteriori qu’elle ne l’a véritablement organisé. Pour autant si l’on en juge par le contexte électoral de 2005, la situation n’est pas catastrophique pour le Premier Ministre et son projet politique. En effet la lecture des programmes des partis d’opposition montre que l’agenda idéologique dans lequel ils se placent reste bien celui de la 3e Voie blairiste : réforme de l’Etat central, amélioration des services publics, contrôle de l’immigration, poursuite de la croissance et des partenariats public-privé, réforme de l’Etat Providence… Seule la fiscalité et l’Europe constituent des points de divergence, principalement entre les Tories et le Labour, les autres partis étant plus en phase avec les projets gouvernementaux. C’est dans ce cadre qu’il faut lire le programme présenté par le gouvernement Blair en 2005, « Britain forward not back ». L’approche reste la même, celle d’un « new social contract: on the firm foundations we have laid since 1997 our programme will embed a new progressive consensus in our country29 ».Chacun des neuf grands objectifs annoncés est ainsi replacé entre trois dates : 1997, 2005 et 201030. Ce qui change c’est que cette continuité proclamée s’accompagne d’un enjeu personnel : le terme de la mission de T. Blair lui-même. De ce fait la 3e Voie, toujours subliminale, s’articule sur l’appel à un soutien de la personne même du Premier Ministre dans la perspective d’un ancrage définitif de la 3e Voie dans le paysage idéologique britannique31.

  • 32 cf Financial Times, 18 Mai 2005, p. 7

18Une fois de plus, la 3e Voie permettra à T. Blair de l’emporter avec 356 sièges et 36,2 % des voix contre, respectivement, 197 élus et 33 % des suffrages aux Tories, 62 députés et 22,8 % des votes aux Libéraux-démocrates, les Verts, les partis nord-irlandais et les nationalistes gallois et écossais s’emparant des 29 sièges restants avec 8 % des voix. Si Blair l’a emporté, offrant ainsi pour la première fois une triple législature successive à son parti, les résultats montrent clairement que la thématique de la 3e Voie a perdu du terrain sur le plan national, sur le plan régional et sur le plan sociologique comme sur celui des générations. D’où la nécessité de la reconstruire en lui assignant pour but une ambition claire : consolider définitivement les acquis du blairisme comme nouvelle conception de l’intérêt général. C’est ce que postule le Discours du Trône du 17 Mai 2005 qui définit, sur le long terme, « a programme for radical public service renewal aimed at achieving an irreversible widening of opportunity in Britain32 ». De ce fait, le projet néo-travailliste se trouve à nouveau relancé, à l’échelle du XXIe siècle.

  • 33 Cette interaction est soulignée par Blair lui même dans l’article « renouveler la 3e Voie » de 2003 (...)

19Mais la dimension intérieure de la 3e Voie n’en épuise pas toutes les vocations. En fait la 3e Voie est aussi un outil opératoire de la politique extérieure britannique et de l’aspiration au leadership européen, voire international, affiché par T. Blair. Ici encore le projet se construit en s’appliquant tout en rejaillissant sur la scène intérieure33.

La 3e Voie comme projection idéologique sur la scène mondiale

  • 34 Cité in Le Monde 2 Octobre 1997. Blair ajoutera : « je veux que le XXI ème siècle soit celui des ra (...)

20Dès le départ la 3e Voie a comporté une dimension internationale et sa proximité avec le projet des Nouveaux Démocrates de B.Clinton ou du Labor australien de Bob Hawke et Paul Keating a été maintes fois mise en exergue. Déjà présente dans les textes programmatiques publiés entre 1994 et 1997 comme dans le manifeste électoral de 1997, cette dimension globale de la 3e Voie est proclamée par Blair lors du Congrès de Brighton le 2 Octobre 1997 qui s’engage dans « la renaissance d’une nation et la nouvelle confiance en elle d’une Grande-Bretagne fondée sur les bonnes vieilles valeurs britanniques. Nous ne pourrons jamais être les plus grands. Nous ne serons sans doute jamais plus les plus puissants. Mais nous pouvons être les meilleurs. Rien de moins que la nation modèle du XXIe siècle, un phare pour le monde34 ».

  • 35 Cette perspective anime déjà les six principes d’une « diplomatie éthique » définis par le Ministre (...)

21Trois volets, d’ailleurs articulés, composent cette politique : les liens avec l’Europe, la « relation spéciale » avec les Etats-Unis, les rapports avec le reste du monde35. Ici encore, aspect subliminal et aspect concret caractérisent cette « dialectique de l’enveloppement » propre au blairisme.

  • 36 Blair T. : New Britain, ouv. cité p. 7
  • 37 Cf. Le Monde 21-22 Novembre 1999, p. 2
  • 38 Article in Le Monde, 23 Février 2000 p. 15
  • 39 Cf. la déclaration de T. Blair au Congrès de Brighton de 1997, citée dans Le Monde du 2 Octobre 199 (...)
  • 40 Cf. le Livre Blanc du 9 Septembre 2003 qui rejette toute communautarisation de la fiscalité, de la (...)
  • 41 Cf. la déclaration de Blair : « il n’y a pas pour nous de choix entre l’Europe et l’Amérique. La Gr (...)
  • 42 Le projet est notamment développé dans les programmes électoraux de 2001 et 2005.
  • 43 Le référendum sur le traité constitutionnel annoncé par T. Blair en Avril 2004 a été suspendu le 6 (...)
  • 44 Outre les controverses sur la 3e Voie , réfutées par A. Giddens (The Third Way and its critics, Cam (...)

22La dimension européenne est évidemment centrale ici dans la mesure où elle comporte une dimension électorale : la désignation des représentants britanniques au Parlement de Strasbourg. Le premier objectif est bien entendu de rassembler derrière Blair les représentants du socialisme démocratique : « The ultimate objective is a new political consensus of the left of centre, based upon the key values of democratic socialism and European social democracy, firm in its principles but capable of responding to changing times36 », une manière de poser l’équation New Labour =New Britain =New Europe. D’où, dès le congrès de l’Internationale socialiste à Malmö en Juin 1997, la volonté de Blair de se placer en chef des sociaux-démocrates de l’Europe du Nord-Ouest, notamment néerlandais et scandinaves, et en critique du socialisme dépassé des pays latins. Par la suite le projet blairiste s’élargit aussi bien du côté des socialistes français, portugais et italiens que de celui du SPD allemand et des socio-démocrates des anciens Pays de l’Est. Empruntant à L. Jospin la célèbre formule « oui à l’économie de marché non à la société de marché » en 1998, il passe la même année un accord politique avec le nouveau chancelier Gerhard Schröder qui aboutit à un projet commun -« New Labour-Neue Mitte »- qui sera publié le 8 Juin 1999 à la veille du scrutin européen. Si les résultats du vote sont décevants pour le SPD et plutôt mauvais pour le New Labour qui n’obtient que 28,3 % des voix et 29 élus sur 87, Blair n’en continue pas moins son offensive doctrinale. Il va le démontrer notamment lors du Sommet des réformateurs de Florence de Novembre 1999 qui rassemble les représentants de tous les partis socialistes européens ainsi que le président Clinton. L’accord se fait sur les bases de la 3e voie : « progressism, inclusive society, welfare to work, communities, rights and responsibilities37 ». Si Blair n’a pas réussi à entraîner tous les sociaux-démocrates sur la piste du « libéralisme social » -que d’aucuns préfèrent appeler le « social-libéralisme »- et d’aller plus loin que la social-démocratie puisque son projet de nouvelle internationale de centre-gauche lancé en 1998 avec les Américains, les Allemands, les Italiens, les Brésiliens et les Bulgares achoppe sur la résistance de la IIe Internationale, le blairisme devient le référent du débat idéologique fondamental. À gauche naturellement, comme le souligne R. Cook dans son agenda pour le renouveau de la social-démocratie européenne : « Traduire les valeurs internationalistes en partenariats internationaux, développer une économie fondée sur les connaissances, faire de la justice sociale la condition du progrès économique, construire un Etat actif, garantir une société ouverte nécessaire pour la mondialisation, renforcer et réformer l’Union Européenne38 ». Mais aussi à droite, comme le montre les rapprochements de T. Blair avec les nouveaux dirigeants espagnols (Aznar) et italien (Berlusconi), ceux de certains anciens pays communistes d’Europe de l’Est et surtout, après 2001, avec le nouveau président républicain G.W. Bush. En faisant de la 3e Voie un véritable projet mondial, comme le constatera l’ancien Président Clinton lors du congrès travailliste de 2002, Blair vise plusieurs buts : faire du Royaume-Uni l’inspirateur de la rénovation européenne39 bâtie sur l’élargissement (réalisé en 2004) et une intégration sélective des politiques communautaires préservant les « lignes rouges » fixées par Londres40, le pont entre l’Europe et les Etats- Unis41, le vecteur d’une politique mondiale établie sur le respect des valeurs, la paix et le développement durable42. Cela passe par plusieurs stratégies, les unes contractuelles et pacifiques comme les Traités d’Amsterdam et de Nice, le protocole de Kyoto ou les diverses coopérations internationales promues par l’ONU, l’OMC ou le G8. Mais cela passe aussi par des actes militaires destinés à montrer la détermination du Royaume-Uni : guerres du Kosovo en 1999, d’Afghanistan en 2001 et d’Irak en 2003, participation au maintien de la paix dans les Balkans, en Afrique et, bien entendu, en Irak. Toute cette palette d’actions a plusieurs buts politico-électoralistes. D’abord pour la Grande-Bretagne elle-même : conforter la stature internationale du Premier Ministre, peser sur les scrutins britanniques, locaux, européens (2004) voire nationaux (2005), préparer de nouvelles expériences électorales (référendum sur le projet constitutionnel, initialement prévu pour 2006 ; référendum, éventuel, sur l’euro43). Mais le projet blairiste ne se limite pas au seul Royaume-Uni : il s’agit aussi d’influencer le processus électoral d’autres pays et d’en récupérer le bénéfice, qu’il s’agisse de votes internes à des partis de la gauche démocratique (cf. les Congrès du PS français de Dijon en 2003 ou du Mans en 2005) ou de scrutins nationaux (présidentielles françaises de 2002, référendums espagnols, français, néerlandais de 2005, élections législatives d’Espagne, de Norvège, de RFA, de Pologne de 2004 et 2005, etc.). Et même si les résultats ne sont pas toujours satisfaisants pour lui (cf. le scrutin européen de 2004 qui ne donne au Labour que 19 élus sur 78 ou les résultats des élections françaises ou allemandes), Blair peut toujours user de stratégies de rechange : s’entendre avec les nouveaux élus (G.W.Bush en 2001 par ex.), défendre sa vision de l’Europe (tant annoncé en 2005, le plan B…pourrait bien être le plan Blair !), condamner pour passéisme les vaincus44 ou encore porter l’offensive en montrant qu’il n’y a pas d’alternative, à gauche comme à droite, à sa 3e Voie, comme il l’a fait le 11 Juillet 2003 lors du sommet de Londres sur la gouvernance progressiste devant 12 chefs d’Etat et de gouvernement sud-américains, canadien, néo-zélandais et européens. Son propre succès électoral de 2005, qui lui donne une possibilité d’initiative théorique jusqu’en 2010, devrait lui permettre de développer encore cette stratégie de l’enveloppement tous azimuts.

23La dimension internationale de la 3e Voir a donc permis de montrer aux Britanniques qu’ils avaient eu raison de voter New Labour en 1997 et de les inciter à le faire en continu. Elle a eu pour but de donner à Blair le supplément de légitimité qui lui manquait sur certaines questions-clefs pour mieux convaincre son électorat de la justesse de ses propres choix, notamment sur l’Europe et la guerre d’Irak. Elle a eu aussi pour rôle de le soutenir dans ses campagnes électorales aussi bien au sein de son propre parti que dans les scrutins locaux et nationaux. Elle lui donne la dimension de leader européen et international à laquelle il aspire et qui apparaît comme le complément indispensable de stature de Premier Ministre tout en laissant à son successeur – G. Brown ?- un outil pédagogique qui aura fait ses preuves sans avoir épuisé ses potentialités.

  • 45 Giddens, A. (dir.). -: The progressive manifesto, new ideas for the centre-left, Cambridge: Polity, (...)

24En effet la 3e voie, par son parcours subliminal et en perpétuelle construction, permet d’intégrer les multiples perspectives qui, aujourd’hui, s’ouvrent non seulement devant les sociaux-démocrates mais aussi les partis de centre droit : le modèle d’économie libérale et de société modernisée, le rôle de l’Etat Providence, les impératifs écologiques45. Si par certains biais la 3e Voie peut s’apparenter à une rhétorique incantatoire, voire à un alibi récurrent, elle se révèle aussi non pas comme une doctrine arrêtée mais comme un outil indispensable de transformation de la société.

25Puisqu’en démocratie ce projet passe par le suffrage universel, la 3e Voie a servi de scansion, de scrutin en scrutin, à un projet blairiste beaucoup plus construit et volontariste qu’on ne l’imagine. Référent sans partage sur la scène britannique, référent incontournable sur la scène internationale, la 3e Voie, parce qu’elle est à la fois dialectique et adaptable, représente aujourd’hui la principale force idéologique de la démocratie mondialisée. N’est-elle que blairiste, l’avenir le dira, en Grande-Bretagne comme ailleurs.

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point les principaux textes de T.Blair lui même : Change and national renewal, London : Labour Party, 1994 ; New Britain, my vision of a young country, London : Fourth estate, 1996 ; Leading the way, London, IPPR,1998 ; The Third Way, new politics for the new century, London : Fabian Society, 1998 ; Le Royaume-Uni, plus fort en Europe grâce à la 3e Voie, Paris, Notes de la Fondation St Simon, n° 13, Août 1999 ; (avec A.Giddens) La 3e Voie, le renouveau de la social-démocratie, Paris : Seuil, 2002. Rappelons aussi qu’en 1938, H.Macmilan, futur Premier Ministre conservateur, avait popularisé un concept voisin de la 3e Voie, la « Middle Way ».

2 Marlière, P. - La 3e Voie dans l’impasse, Paris : Syllepse, 2003 ; Mougel, F.C. - Tony Blair, le New Labour et la 3e Voie ou comment conquérir le pouvoir en Grande-Bretagne et en Europe, Paris : RFCB, Vol 11, n° 3, Février 2002, pp 78-94 ; Pouvoirs (revue) : Le Royaume-Uni de Tony Blair, n° 93, Paris, Seuil, 2000 ; Témoins (revue) : New Labour.. Old England ?, n° 24, Paris, Mai-Juin 2001 ; Whitton,T. (dir.). - Pouvoirs n° 93, Le Royaume-Uni de Tony Blair, Paris : Seuil, 2000

3 Sur le parcours du New Labour, voir Mougel, F.C. - Le Royaume-Uni : les années Blair, Paris : La Documentation française, Octobre 2005

4 NEC: Democratic socialist aims and values, London, Labour Party, 1988; Labour Party: Meet the challenge, make the change, Labour Party Manifesto, London, 1992 

5 Le texte de 1918 exigeait « que soit assurée aux travailleurs manuels et intellectuels la jouissance totale du produit de leur travail et la répartition la plus équitable possible de ce travail sur la base de la propriété collective des moyens de production, de distribution et d’échange et du meilleur système possible de gestion et de contrôle par le peuple des secteurs industriels et de service ». Le texte de 1995 affirme : « le parti travailliste est un parti démocrate-socialiste qui croit que par nos efforts communs, nous obtiendrons plus qu’individuellement afin de fournir à chacun les moyens de réaliser ses vraies possibilités et à tous une communauté dans laquelle le pouvoir, la richesse et les chances sont entre les mains de la majorité et non d’un petit nombre, où nos droits reflètent nos devoirs, et où nous vivons ensemble librement dans un esprit de solidarité, de tolérance et de respect, par le biais d’une économie dynamique servant l’intérêt général, dans laquelle l’initiative du marché et la rigueur de la compétitivité s’unissent aux forces du partenariat et de la coopération pour produire la richesse nécessaire à la nation et à chacun sa chance de réussir avec un secteur privé florissant et des services publics de qualité.. une société juste.. une démocratie ouverte… un environnement sain ».

6 Shaw, E.- The Labour Party since 1979, crisis and transformation, London : Routledge, 1994

7 Blair, T. - New Britain, opus cité p. 13

8 ibid. pp 30-1

9 ibid, pp 30-1

10 Mandelson, P; Liddle, R. -: The Blair revolution, can New Labour deliver? London: Faber & Faber, 1996; Drivers, S; Martell, L. - New Labour, politics after thatcherism, Cambridge: Polity Press, 1998

11 cf. le postulat développé dans le discours de T. Blair à la Chambre de commerce anglo-américaine de New York en 1996: « The solutions of neither the old left nor the new right will do. We need a radical centre in modern polittics and today’s Labour Party –New Labour- is a party of the centre as well as the centre-left » cité in New Britain, ouv cité p. 38

12 Labour Party, New Labour because Britain deserves better, Labour Party, 1997, p. 4

13 ibd pp 1 et 39. Les dix thèmes proposés s’énoncent ainsi: « make education our number one priority, promote personal prosperity for all, help create successful and profitable businesses, get the unempoyed from welfare to work, save the NHS, be tough on crime and the causes of crime, strengthen family life, help you get more out of life, clean up politics, give Britain leadership in Europe ». Quant aux cinq promesses, elles se déclinent ainsi: « cut class sizes, fast-track punishment for persistent young offenders, cut NHS waiting list, get 250000 under-25 year-olds off benefit and into work, no rise in income tax rates »

14 Sur l’ensemble de la période voir: Coates, D. - Prolonged Labour, the slow birth of New Labour Britain, London: Palgrave/Macmillan, 2005

15 Seldon, A. (dir.). - The Blair effect, the Blair government 1997-2001, London: Little Brown, 2001

16 cf Le Monde, 30 Septembre 1999 p 3 De la même manière A.Giddens affirmait dans le New Statesman, en 1998, lors du premier anniversaire de la victoire électorale travailliste : « La 3e Voie représente un nouveau mouvement du centre. Tout en acceptant la valeur socialiste essentielle de justice sociale, elle rejette la notion de politique de classe, cherchant un soutien à travers les différentes classes. Elle est contre l’autoritarisme et la xénophobie. D’un autre côté, elle n’est pas libertaire. La liberté individuelle dépend de ressources collectives et implique la justice sociale. Le gouvernement n’est pas, comme le disent les néo-libéraux, l’ennemi de la liberté ; au contraire un bon gouvernement est essentiel pour son développement et son épanouissement »

17 Le Monde 30 Septembre 1999, p 3

18 Les Echos, 25 Mars 1998, p 6 voir aussi Marlière, P. – « Le blairisme, un thatchérisme à visage humain ? » in Les Temps Modernes, n° 601, Paris, novembre 1998

19 Le Monde, 21 Août 1998, p 2

20 Ambitions for Britain, ouv cité, pp 3-5

21 ibid p 3

22 C’est déjà ce qu’annonçait A.Giddens en 1998 : « l’objectif de la 3e Voie est d’aider les citoyens à travers les principales révolutions de notre temps, la mondialisation, les transformations de nos vies personnelles et de nos rapports avec la nature. La politique de la 3e Voie doit adopter une attitude positive vis à vis de la mondialisation … » ( Le Monde, 6 Octobre 1998, p. 1)

23 Sur toute cette période voir Seldon, A. - Blair, London: Free Press, 2004; Stephens, P. - Tony Blair, the making of a world leader, London: Viking Press, 2004

24 Article au Monde, le 8 Novembre 2003

25 Mandelson, P. - The Blair revolution revisited, London: Politico’s, 2002

26 Le Monde , 11 Février 2003, pp 1 et 17

27 Ibid, p 17

28 Pour une justification anticipée voir : Mandelson, P. - « Notre révolution en marche » in Le Monde, 21 Septembre 2000

29 Britain forward not back, Labour Party manifesto, 2005, préface de T. Blair, p. 5

30 Ibid. Ces neuf engagements restent classiques: « economy: rising prosperity in an opportulity society; education: more children making the grade; crime and security: safe communities, secure borders; our NHS: free for all, personal to each; older people: secure today, prepared for the future; families: choice and support at work and at home; international policy: a stronger countryin a secure, sustainable and just world; democracy: power, citizens empowered ».

31 Ibid p. 9: « So now I fight my last election as Leader of my party and Prime Minister of our country. My call is a passionnate one: let’s together make irreversible the positive changes that are happening in our country. Let’s make the values of social justice and a fair deal for all the governing ideal of our country not just for some time but for all time. People freed from barriers of class, building a better future for themselves and for the country. Self interest and national interest together ».

32 cf Financial Times, 18 Mai 2005, p. 7

33 Cette interaction est soulignée par Blair lui même dans l’article « renouveler la 3e Voie » de 2003, déjà cité

34 Cité in Le Monde 2 Octobre 1997. Blair ajoutera : « je veux que le XXI ème siècle soit celui des radicaux ».

35 Cette perspective anime déjà les six principes d’une « diplomatie éthique » définis par le Ministre des Affaires Etrangères Robin Cook dès 1997. Ils seront repris et développés par T. Blair dans son ouvrage « The Third Way, a new policy for a new century » en 1998.

36 Blair T. : New Britain, ouv. cité p. 7

37 Cf. Le Monde 21-22 Novembre 1999, p. 2

38 Article in Le Monde, 23 Février 2000 p. 15

39 Cf. la déclaration de T. Blair au Congrès de Brighton de 1997, citée dans Le Monde du 2 Octobre 1997 : « c’est notre destin d’être à nouveau un leader en Europe : l’Europe a besoin de nous car nous avons une vision, celle de l’Europe du peuple fondée sur le libre-échange, l’emploi et la justice sociale et la démocratie face à celle de l’Europe des bureaucrates ».

40 Cf. le Livre Blanc du 9 Septembre 2003 qui rejette toute communautarisation de la fiscalité, de la défense, de la politique extérieure et exige l’unanimité en matière de réformes sociales, de procédure criminelle, de droit du travail et de ressources budgétaires.

41 Cf. la déclaration de Blair : « il n’y a pas pour nous de choix entre l’Europe et l’Amérique. La Grande Bretagne est importante aujourd’hui auprès de l’Amérique parce qu’elle est importante en Europe », citée dans Le Monde, 30 Septembre 1999, p. 3

42 Le projet est notamment développé dans les programmes électoraux de 2001 et 2005.

43 Le référendum sur le traité constitutionnel annoncé par T. Blair en Avril 2004 a été suspendu le 6 Juin 2005 au lendemain des votes négatifs de la France et des Pays Bas. Quant au projet de référendum sur l’euro, il a été successivement repoussé depuis 1997 et n’est pas encore programmé, les critères politico-économiques définis par le Chancelier de l’Echiquier, Gordon Brown, pour l’adhésion n’étant pas satisfaits.

44 Outre les controverses sur la 3e Voie , réfutées par A. Giddens (The Third Way and its critics, Cambridge, Polity 2000, The global Third Way debate, Cambridge, Polity 2001), voir aussi les nombreux articles de D. Mac Shane sur la nécessité de moderniser la social-démocratie européenne, le dernier en date du 8 Juillet 2005 dans Le Monde, p. 17

45 Giddens, A. (dir.). -: The progressive manifesto, new ideas for the centre-left, Cambridge: Polity, 2003. Voir aussi de Blair, T. ; Giddens, A. - La Troisième Voie, le renouveau de la social-démocratie, Paris : Seuil, 2002. On retrouve ces formes de solidarité idéologique dans le concept de « nouvelle Europe » évoqué lors de la Guerre d’Irak de 2003. En 2005, certains voient dans l’appel à une « nouvelle équité », lancé par les néo-trravaillistes anglais comme par les socio-démocrates scandinaves, l’amorce d’une 4e Voie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Charles Mougel, « La Troisième Voie dans le débat électoral britannique (1997-2005) », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 71-86.

Référence électronique

François-Charles Mougel, « La Troisième Voie dans le débat électoral britannique (1997-2005) », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://osb.revues.org/499 ; DOI : 10.4000/osb.499

Haut de page

Auteur

François-Charles Mougel

Professeur d'histoire contemporaine à l'Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org