Navigation – Plan du site

Données statistiques et modèle social : comparaison entre la Grande-Bretagne et la France

Joël Pailhé
p. 87-97

Résumé

La production et la diffusion des données statistiques dépend des appareils statistiques nationaux, ce qui rend les comparaisons difficiles. Les exemples britanniques et français se caractérisent par une tradition historiquement accumulée, faisant apparaître leurs priorités spécifiques, à travers l’étude de l’élaboration de la catégorie de profession et des catégories socioprofessionnelles en France, et de la prise en compte de la dimension ethnique dans le recensement au Royaume-Uni.

Haut de page

Texte intégral

1Les statistiques doivent être clairement distinguées de la statistique. Cette dernière est une branche des mathématiques, consistant, dans sa partie dite descriptive, à mesurer les distributions d’objets. Elle est largement utilisée comme outil dans les sciences humaines et sociales. Par contre, les statistiques ne relèvent pas des sciences exactes. Elles consistent à fournir au public des indications chiffrées provenant d’enquêtes, de recensements, de sondages, indications pouvant comporter des erreurs dans la collecte de l’information, ou être l’objet de manipulations, pour « gonfler les chiffres » et donner satisfaction au donneur d’ordre. Bref, on peut affirmer, avec de nombreux exemples à l’appui, que les statistiques sont fausses, mais pas que la statistique soit fausse. La statistique serait inutile si précisément les statistiques étaient exactes, car précisément, c’est par les moyens de la statistique (probabilités, intervalle de confiance dans les sondages etc.) que peuvent être corrigées les incertitudes et les erreurs des données statistiques. La langue anglaise, elle aussi, établit une distinction entre Statistics (la statistique), et Statistical, (statistiques), notamment dans l’expression Statistical Data (données statistiques).

2L’utilisation du singulier désigne aussi l’institution chargée de la production de données. La statistique française est personnifiée par l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques). On ne dit pas Institut des statistiques, de même que l’on ne dit pas Ministère des économies et de la finance ! En Grande-Bretagne, l’homologue de l’INSEE (National Statistics) est publié par HMSO (Her Majesty’s Stationery Office, l’équivalent de nôtre Imprimerie nationale). La production et la diffusion des données statistiques est une affaire d’État, sans que celui-ci détienne, bien entendu, le monopole de l’information statistique qui se déploie dans le secteur public comme dans le secteur privé. La question de la possibilité de comparer des données statistiques d’un pays à l’autre vient immédiatement à l’esprit. Même la façon de compter le nombre d’habitants sur la base du recensement présente de grandes différences. Ainsi en France, la population légale (qui sert de base à environ 200 textes législatifs) comprend des personnes comptées deux fois (en fonction de leur résidence habituelle et de leur présence physique au moment du recensement, par exemple une personne hospitalisée ou un élève en internat) en plus des habitants des logements de la commune considérée. Il en découle que la population totale de la France n’est pas la somme de la population légale de ses 36.000 communes. Tout travail sur la population française doit donc reposer sur la catégorie de population sans doubles comptes. Au niveau européen, les données publiées par Eurostat proviennent des États membres, ce qui, dans bien des cas, rend les comparaisons internationales difficiles, des systèmes de péréquation existant cependant, par exemple pour le PIB.. La question se complique lorsque sont considérés des pays de système économique et social différent. On citera pour mémoire le travail effectué en 1970 sur la productivité comparée entre la France et la Tchécoslovaquie selon les branches industrielles, qui a nécessité une totale remise à plat des catégories utilisée dans les deux pays pour tenter une harmonisation (Mairesse J., Kux J., Dreschler L. ,1970). Quel rapport existe entre la production des données statistiques et l’État ? Une statistique est-elle sous la dépendance du politique, et plus globalement d’un modèle social ? On tentera d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions, en prenant pour appui les cas de la France et de la Grande-Bretagne, qui possèdent à la fois des traits communs et des différences significatives dans la production et la diffusion des données statistiques économiques et sociales.

Une longue histoire parallèle

3La France et la Grande-Bretagne disposent d’appareils statistiques d’une grande qualité, issus d’une tradition historiquement accumulée, avec des conséquences directes sur les avancées scientifiques dans les sciences de l’homme et de la société. L’acte de naissance de la démographie peut être daté de 1662, avec l’ouvrage de John Graunt, Natural and Polictical Observations Mentioned in a Following Index, and Made upon the Bills of Mortality, With Reference to the Government, Religion, Trade, Growth, Air, Diseases and the Several Changes of the Said City. Dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, de nombreux travaux empiriques s’appuient sur la collecte de données et leur traitement, à vrai dire simplifié. John Sainclair réalise entre 1791 et 1799 une volumineuse enquête (21 tomes) sur les ressources de l’Écosse, paroisse par paroisse (The Statistical Account of Scotland). Et, bien entendu, Malthus a utilisé, au besoin en les manipulant pour les faire parler selon son désir, les données de son temps. Le premier Census de la population date de 1801, exactement comme en France, bien qu’il ne s’agisse que d’un dénombrement, très éloigné de la sophistication progressive des rubriques des recensements tout au long du XXème siècle. À partir de 1830 en Grande-Bretagne, la demande sociale favorise l’explosion de la production de données par des travaux personnels concernant des synthèses localisées sur l’économie et la société britanniques, au niveau associatif, par la mise sur pied de sociétés d’études statistiques, au niveau étatique enfin, par le développement de services publics chargés de rassembler l’information nécessaire à un État moderne. En 1862-1833 est créé un Département de Statistique au Board of Trade, dont la direction est confiée à G. R. Porter, beau-frère de Ricardo. Le champ des statistiques publiques concerne la population, l’assistance (réforme de la Poor Law en 1834), l’économie, les chemins de fer, la santé publique. Parallèlement, des sociétés savantes se constituent orientées vers l’enquête statistique. Leur activité connaît un ralentissement au milieu du XIXème siècle pour connaître une nouvelle vigueur à partir de 1880, avec en particulier les travaux de Charles Booth concernant la société londonienne (classements professionnels, revenus, pauvreté). En retour, les travaux concernant la collecte des données posent de nouvelles questions à l’analyse statistique. Ainsi, Francis Galton, mathématicien et biologiste, met au point les notions de corrélation et de régression, Karl Pearson établit le coefficient de corrélation ainsi que le test du X2. Ces avancées ne vont pas sans dérapages. L’amalgame entre statistique, biologie et darwinisme social aboutit chez Galton rejoint par Pearson à des théories sur l’eugénisme. Une constante demeure dans le parcours de la statistique britannique : « une insistance permanente sur la méthode empirique d’investigation, une préférence pour l’observation sociale, (…) ; un passage progressif de la description à l’analyse mathématique ; un glissement d’une conception morale vers une conception positiviste, mais un perpétuel biais middle-class et une perpétuelle intrusion de l’idéologie, celle-ci mêlant les rigueurs du libéralisme orthodoxe et de l’éthique puritaine au souci de la réforme et de la philanthropie, dans la mesure où la statistique a toujours été conçue comme un instrument d’action autant que comme un outil d’investigation scientifique. » (Bédarida, 1987, p. 505). Ce rappel ne conduit pas cependant à établir un déterminisme historique. Il permet de nuancer fortement l’idée d’une préoccupation exclusivement économique de la production des statistiques en Grande-Bretagne. La dimension sociale est constamment présente, en liaison avec les questions posées par le développement de la société britannique de la Révolution industrielle : nouvelles classes, nouveaux problèmes, comme ceux de la pauvreté, des maladies, qui quittent le domaine des situations singulières par leur effet de masse, études se poursuivant durant tout le XXème siècle (Atkinson, 1969, Oppenheim et Harker, 1996, Oppenheim, 1998).

4En France, c’est l’inscription des baptêmes, des mariages et des décès dans les registres paroissiaux qui est à l’origine de la production de données statistiques. L’évêque de Nantes, Henri le Barbu, promulgue en 1406 la première ordonnance prescrivant au clergé la tenue de registres de baptêmes et de sépultures (la finalité de l’opération est d’empêcher les mariages illicites entre parents proches). En 1539, l’ordonnance de Villers-Cotterêts étend la tenue de registres paroissiaux à tout le royaume, En 1772, l’abbé Terray, contrôleur général des finances, enjoint aux intendants d’établir des totalisations annuelles de ces trois événements de la vie des hommes, point de départ de la plus ancienne statistique nationale, celle du mouvement de la population. Lui succède la production de données sur les prix des produits agricoles et industriels, puis sur les condamnations criminelles, avant que Necker crée un bureau dirigé par Dupont de Nemours chargé de « recueillir des renseignements sur la production nationale, le travail et tous les faits économiques pouvant éclairer le Gouvernement ». Après la Révolution, où des initiatives diverses sont demeurées sans suite, Lucien Bonaparte crée un Bureau de statistique, qui organise le premier recensement de la population en 1801 et une série d’enquêtes sur les départements nouvellement constitués, sans qu’il soit procédé à des agrégations nationales. Cet organisme a été supprimé par son frère Napoléon 1er en 1812. Comme en Grande-Bretagne, une véritable mode statistique est présente dans la France de la Restauration., avec pour points d’observation privilégiés le dénombrement de la population, le recrutement des conscrits, la justice, aussi bien criminelle que civile et commerciale, l’enseignement primaire, l’hygiène publique (sous l’impulsion de Louis-René Villermé). Adolphe Thiers crée en 1839 la Statistique générale de la France (SGF) en 1833, qui consacre la centralisation statistique. La SGF dure un siècle, ayant pour objectif de coordonner les activités statistiques des diverses administrations. Pas si anecdotique que cela, le différend entre Alexandre Moreau De Jonnès (1778-1880) qui dirige le Bureau de la statistique générale de la France et les médecins hygiénistes, à propos de ses conclusions sur une enquête concernant une épidémie de choléra au Moyen-Orient, explique le peu de place accordé aux données sur la santé publique et l’épidémiologie dans l’appareil statistique français, à l’opposé de la situation britannique. Le rythme quinquennal des recensements, rompu en 1871, 1916, 1941, pour des raisons évidentes, ponctue le travail visible de la SGF, sans être son activité unique, bien entendu. L’Office du travail, crée en 1891, s’appuie sur un recrutement de personnes dotées d’une solide formation mathématique. Un certain Alfred Sauvy y entre en 1922. Enfin, avant la création de l’INSEE en 1946, la SGF se replie en zone libre, sous le nom de Service National des Statistiques, permettant des actions de résistance, mais aussi, sous l’impulsion de René Carmille, mort à Dachau le 25 janvier 1945, de poser les questions d’ordre éthique concernant les fichiers d’identification, qui prendront plus tard, avec le développement de l’informatique, une dimension nouvelle (Champsaur, 1996). Depuis 1946, l’INSEE a eu pour priorité l’analyse économique : Études et conjoncture est la revue-phare de l’INSEE, assurant une relation forte avec les nécessités de la planification à la française, avant de connaître un tournant, lentement négocié à partir du début de la décennie 70, avec la montée en puissance des données sociales (ménages, familles, immigration, éducation, logement etc.).

5L’histoire parallèle fait donc apparaître les points de convergence, comme le primat de l’économique, mais aussi les spécificités nationales, par exemple le retard de l’appareil statistique français dans le domaine de la pauvreté ou de la santé. Autre différence notable : en Grande-Bretagne, l’essor de la production et de la diffusion des statistiques a reposé sur des travaux individuels ou associatifs, tandis qu’en France, l’impulsion est venue par le haut (l’administration royale), sans que soient négligées les nombreuses études empiriques d’érudits locaux, laïcs ou religieux, qui ont apporté une contribution importante au patrimoine de la diffusion d’informations sur la base de la collecte de données.

Deux exemples de singularités nationales

6Seront examinés ici deux cas de production de données françaises et britanniques mettant en évidence des spécificités nationales dans des domaines sociaux particulièrement sensibles : les données ethniques et les professions et catégories socioprofessionnelles.

La prise en compte de la variable ethnique

7Les services de l’OPCS (Office of Population Censuses and Surveys) ont introduit lors du recensement de 1991, sur la base de l’auto-déclaration, des données sur l’origine ethnique de la population. Notons qu’à la différence des pays anglo-saxons où de telles données existent (Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), le Royaume-Uni n’est pas un pays ayant connu une immigration à grande échelle. Il s’apparenterait plutôt à la situation française, celle d’un ancien pays colonisateur. C’est à partir de la fin des années 60 que les hommes politiques britanniques ont cherché à obtenir des informations sur le nombre de personnes issues du « Nouveau Commonwealth ». Aux Etats-Unis, les catégories utilisées dans les formulaires (American Indian, Alaska Native, Asian, Black, African-American, Native Hawaiian, other Pacific Islander, Hispanic, Latino) font l’objet d’une auto-déclaration, et non d’une « hétéro-identification » faite par les services du recensement avant les années 60. C’est d’ailleurs à partir de la fin des années 60 que les hommes politiques britanniques ont cherché à obtenir des informations sur le nombre de personnes issues du « Nouveau Commonwealth », afin de combattre les affirmations alarmistes d’extrémistes qui dénonçaient « l’envahissement du pays par des hordes d’étrangers ». Ainsi, le Labour Force Survey (LFS) réalise-t-il son enquête annuelle depuis 1973 sur la base d’informations sur la nationalité, le lieu de naissance des résidents, et leur appartenance ethnique (Blancs, Antillais ou Guyanais, Indiens, Pakistanais, Bangladais, Chinois, Africain, Arabe, origine mixte, autres). Les informations reposant sur un échantillon représentatif de 60.000 foyers (soit environ 150.000 personnes), s’avèrent moins fiables qu’un recensement (de 80 à 85 % de réponses au niveau national, mais seulement 67 % à Londres). De nombreuses enquêtes montrent la sensibilité de la Grande-Bretagne à la prise en compte de données ethniques, par le biais souvent de la mention du pays de naissance (enquêtes du Ministère de la Santé et de la Sécurité Sociale, DHSS). Au recensement de 1991, après de nombreux débats, a été introduite la catégorie d’ethnic group, caractérisée par auto-déclaration : White, Black-Caribbean, Black-African, Black Other, Indian, Pakistani, Bangladeshi, Chinese, Any other ethnic group. On note que sont amalgamées des catégories faisant référence à la couleur de la peau et d’autres fondées sur des nationalités légalement reconnues. La catégorie Indiens est à elle seule d’une très grande variété religieuse et linguistique (Lassalle, 1998, p. 621). Les distinctions ont d’ailleurs été affinées pour le recensement de 2001. Et cela dans le but d’obtenir les meilleures informations pour estimer les besoins sociaux. Enfin, notons que les communautés religieuses les plus importantes ont milité pour l’inclusion d’une question religieuse pour le recensement de 2001.

8L’exemple britannique est-il inconcevable en France ? On ne reviendra pas sur les débats provoqués en France par la construction de la catégorie de personnes issues de l’immigration, pour en rester aux recensements. La France présente quelques entorses au principe de non-collecte de données ethniques. Sans remonter aux premiers recensements effectués aux Antilles et à la Réunion, ou en Guyane, où les recensements de 1954 et 1961 distinguent une population « primitive », répartie en « Indiens » et « Noirs », ceux de 1989 et 1996 en Nouvelle-Calédonie distinguaient les Européens, les Mélanésiens, les Indonésiens, Vietnamiens, Wallisiens, autres Asiatiques, Autres (Rallu, 1998, p. 604). La question reste ouverte.

L’exception française des professions et catégories socioprofessionnelles

9Le classement de la population en France, dont les données issues des recensements irriguent les multiples enquêtes par sondage, est issue de la « nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles » (PCS), qui a succédé en 1982 à l’ancienne nomenclature des « catégories socio-professionnelles » (CSP). L’établissement des CSP résulte en définitive d’une demande sociale historiquement datée, celle de la Libération, dans laquelle on veut, ici et là, voir l’origine du « modèle social français ». La classification proposée à l’initiative de Jacques Porte s’appuie sur une méthodologie fondée sur les rapports sociaux, la proximité des groupes en nombre restreint, mais comportant des fractions détaillées permettant de construire d’autres groupes (par exemple les ouvriers de type artisanal et les ouvriers de type industriel, selon la taille de l’établissement) les critères de définition n’étant pas cumulatifs : nombre de salariés pour distinguer les industriels et les artisans, diplôme pour distinguer les cadres supérieurs des cadres moyens, poste de travail pour distinguer les ouvriers des employés, et non sur une stratification sociale (les tranches de revenus). La nomenclature des CSP puis des PCS (Professions et Catégories Socioprofessionnelles) est assortie de modifications, en liaison avec les changements dans la société française, comme la « disparition » des personnels de service, classés pour la plupart dans la catégorie des employés, ainsi que les personnels subalternes de la police et de l’armée, et la prise en compte directe des « chômeurs n’ayant jamais travaillé » qui introduit le chômage dans la population, ce qui constitue une nouveauté dans le dispositif du recensement français, qui considérait, en creux, le chômage comme la différence entre la population active et la population ayant un emploi. La prochaine réforme doit prendre en compte les métiers de l’informatique et des TIC. En définitive, l’usage généralisé de la grille des professions et catégories socioprofessionnelles a rencontré le consensus en France, même au moment où les débats sur les classes sociales étaient particulièrement vifs, notamment dans les années 70, sur les contenus de la classe ouvrière, de la petite-bourgeoisie, des cadres et des classes moyennes. Comme l’avait fait remarquer Jacques Porte, « inventeur » du terme, un peu lourd en vérité, de catégories socioprofessionnelles, au lieu de catégories sociales, « Si nous avions choisi ce mot {catégories sociales }, nous aurions été critiqués par tout le monde. La gauche aurait estimé que ce n’était pas de vraies classes sociales, et la droite aurait crié au contraire que c’étaient des classes sociales. Tandis qu’avec “socioprofessionnel“, personne n’a rien dit » (Cité par Desrosières et Thévenot, 1988, p. 91). Notons enfin que la classification de la population en professions et catégories socioprofessionnelles ne concerne pas seulement la population active, par la prise en compte des retraités (anciens actifs), des personnes non actives d’âge actif, des enfants et jeunes, scolarisés ou non. La grille socioprofessionnelle concerne donc l’ensemble de la population française. Les non-actifs ne sont pas exclus du dispositif social national.

10La classification de la population selon la grille des PCS n’a pas d’équivalent dans le monde. En Grande-Bretagne, la classification en SEG (Socio-Economic Group) propose d’identifier 18 catégories, regroupées en 6 groupes : Professionals, employers and managers, Intermediate non-manual workers, Junior non-manual workers, Skilled manual workers, Semi-skilled manual workers, Unskilled manual workers. Elle révèle, entre autres, l’attention portée à la qualification sans que soit établi le rapport avec la situation et la position sociale (British Social Attitudes, 1995, p. 163). À la différence méthodologique s’ajoute le fait que la classification britannique concerne exclusivement la population active ayant un emploi. À cela s’ajoute la quasi-impossibilité de traduire correctement les catégories définies. Le mot cadre, qui dans la classification française comprend des personnes n’exerçant pas de fonction d’encadrement (par exemple dans la fonction publique comme les professeurs, ou les métiers de l’information et de la communication) est intraduisible en anglais, comme en allemand. Réciproquement, les termes de professional, qui inclut les professions libérales et les ingénieurs, ou celui de manager dans lequel sont rangés les dirigeants d’entreprises, n’ont pas d’équivalent français.

11De même, et cela constitue un point de débat politique et idéologique, les données sur le chômage en Grande-Bretagne et en France sont issues de sources de nature différente. L’INSEE rappelle qu’il n’existe pas de source statistique qui permette le calcul direct du taux de chômage, la production des données s’appuyant sur les chiffres fournis par l’ANPE (demandes d’emploi en fin de mois) et de l’enquête- emploi, sur la base des critères du BIT, reposant sur un échantillon qu’il juge insuffisant (150.000 individus), ce qui nécessite des révisions concernant la correction des effectifs, ce qui alimente les discussions et les controverses. En Grande-Bretagne, les données issues des enquêtes reposent sur une conception plus restrictive que celle de l’ANPE, après la réforme de 1984. Cela ne suffit pas pour dénier toute valeur comparative à ces données, mais au contraire, cela rend nécessaires les analyses concernant la structure des populations concernées (âge, sexe, durée du chômage, reprise d’activité, passage vers l’ensemble des non-actifs), les comparaisons s’effectuant dans l’analyse des variables internes, et non sur les données globales. Là se situe le domaine d’études comparées d’une grande fécondité scientifique, laissant au commentaire des chiffres lourds au commentaire médiatique.

12Ce regard croisé franco-britannique fait apparaître les points de convergence, issus de l’histoire, mais aussi la permanence d’identités dans les priorités de la production et de l’information statistiques, car les données statistiques contribuent à la mise en forme du monde social. Les différences reflètent à la fois les priorités du moment dans les deux pays et les inerties du service public de production et de diffusion, par exemple le retard français dans la production de données sur la pauvreté et sur la santé, ainsi que la manière de prendre en considération le « facteur genre » dans l’exposé des données. L’INSEE a cependant comblé une grande partie de son retard par des publications spécifiques sur les femmes. De plus, il convient de prendre une certaine distance vis-à-vis de d’une totale subordination de l’appareil statistique à l’appareil d’État. Les débats sur l’indice des prix de détail en France (et surtout son instrumentalisation dans le domaine des politiques salariales, par exemple dans les négociations entre syndicats et ministères pour la Fonction publique) ont animé l’INSEE dans la décennie 1970, tout comme la question de l’introduction de la dimension ethnique dans la population, à l’INSEE et à l’INED. À travers les débats et les combats menés à l’intérieur de l’appareil statistique, se trouve posée la question de la pertinence de la catégorie de modèle social, produit par la construction d’une identité nationale et de la dynamique des rapports sociaux, le terme de modèle entraînant la possibilité de reproduction, dans son sens habituel, mais qui se caractérise par l’affirmation de singularités dans les exposés médiatiques. On peut proposer que la production des données est plus révélatrice d’identités nationales que de véritables modèles sociaux nationaux, car le terme même de modèle social renvoie à une évolution historiquement constituée, entraînant des remodelages des catégories utilisées en fonction des nécessités du moment.

13Les données statistiques françaises et britanniques, en définitive, se présentent comme une manifestation du maillage social des ensembles territoriaux. Ce terme désigne la mise en place de catégories statistiques organisant par leur élaboration et leur diffusion les investigations sur la structure sociale des ensembles territoriaux nationaux selon un moule préétabli sur lequel travaillent de multiples formes de productions des données, à commencer par les enquêtes par sondages sur échantillons représentatifs de la population. Elles entraînent le risque de l’artefact, entraînant le chercheur à une attitude de type positiviste, réduisant le réel au mesurable. En France comme dans le Royaume-Uni, les catégories utilisées dans la production des données statistiques ne peuvent être réduite à un simple écho des préoccupations du pouvoir en place pour servir ses intérêts. Elles plongent leurs racines dans l’histoire des deux pays.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson, A. B. - Poverty in Britain and the Reform of social Security, Cambridge: University Press, 1969.

Champsaur P. (dir). - 50 ans d’INSEE ou la conquête du chiffre, INSEE, 1996.

Desrosières, A. ; Thévenot L., Les catégories socioprofessionnelles, Paris : La Découverte, 1988.

Jowell, R. & al. (eds). - British Social Attitudes, the 11th report,Social and Community Planning Research, Cambridge : Dartmouth Publising Company, 1994.

Lassalle, D. - La généralisation progressive du recueil de statistiques ethniques au Royaume-Uni, in Population, n° 3, 1998, pp. 609-630.

Mairesse, J. ; Kux, J. ; Dreschler, L. - Comparaison des niveaux de productivité du travail entre la France et la Tchécoslovaquie pour l’industrie entre 1962 et 1967, in Études d’économie industrielle, INSEE, 1970, pp. 3-59.

National Statistics, Social Trends,n° 31 ; London : HMSO, 2001.

Oppenheim, C. ; Harker L. - Poverty. The facts, Child Poverty Action Group, 1996.

Oppenheim, C. (dir). ; An Inclusive society.Strategy for Tackling Poverty, Institute for Public Policy Research, 1998.

Pour une histoire de la statistique, Tome 1/Contributions, INSEE/Economica, 1987.

Pour une histoire de la statistique, Tome 2/Matériaux (Joëlle Affichard, ed.), INSEE/Economica, 1987.

Rallu J. L. - Les catégories statistiques utilisées dans les DOM-TOM depuis le début de la présence française, in Population, n° 3, 1998, pp. 589-608.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Pailhé, « Données statistiques et modèle social : comparaison entre la Grande-Bretagne et la France », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 87-97.

Référence électronique

Joël Pailhé, « Données statistiques et modèle social : comparaison entre la Grande-Bretagne et la France », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/506 ; DOI : 10.4000/osb.506

Haut de page

Auteur

Joël Pailhé

Professeur de géographie à l'université de Bordeaux 3 Michel de Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org