Navigation – Plan du site

Tony Blair, « digne héritier » du post-fordisme ?

Frédéric Falzon
p. 99-114

Résumé

Cet article vise à explorer les points de convergence théoriques et organisationnels entre les courants néo-gramsciens et post-fordistes, issus du parti communiste britannique, et le nouveau travaillisme. Son objectif est de déterminer si la grille analytique post-fordiste permet de comprendre comment le projet New Labour a pu acquérir une assise quasiment hégémonique à gauche ; mais aussi d’établir si le gouvernement Blair pourrait être qualifié de « post-fordiste ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le titre de cet article est évidemment inspiré de la formule utilisée par Keith Dixon dans son ouv (...)

1Cet article tentera d’envisager le « phénomène Blair » dans une perspective post-fordiste et de déterminer si son gouvernement peut-être qualifié de « post-fordiste ».1

2Il convient de souligner dès à présent la difficulté méthodologique de cette articulation. Comme nombre de théories inspirées du marxisme, le « post-fordisme » possède un caractère dual. Il est à la fois instrument analytique, en tant que théorie sociologique, et objet d’analyse, en tant qu’outil de transformation sociale. Le concept post-fordiste pourrait-il néanmoins nous aider à expliquer la longévité et le caractère hégémonique de ce que l’on a appelé le « nouveau » travaillisme, dont la continuité a été une nouvelle fois confirmée par les dernières élections législatives de 2005 ?

  • 2  Steve Ludlam utilise d’ailleurs le terme : “The invention of New Labour”. (Ludlam. “The Making of (...)

3Parmi nombre d’autres explications, l’ascendance du New Labour émanerait de sa capacité à s’inventer en tant que sujet inédit dans l’histoire des partis de gouvernement sociaux-démocrates2. Cet amalgame singulier procèderait d’une fusion réussie entre un parti ouvrier réformiste de masse - le parti travailliste - et les paradigmes dominants du nouveau capitalisme de marché, libéralisé et désindustrialisé. Le New Labour aurait donc accompli l’intégration simultanée des deux grands blocs de transformation du vingtième siècle. En réconciliant agency et exigency, il auraitévité les écueils du Old Labour et de la Nouvelle Droite.

4Au coeur de la longue marche du Labour vers la « modernisation » et l’éligibilité, nous souhaitons pointer une incongruité historique trop souvent ignorée mais qui a contribué à la formation et à la victoire du blairisme, particulièrement sur sa gauche. Il s’agit de la rencontre, à partir du milieu des années 1980, entre les théories post-fordistes et les cercles politiques et idéologiques dominants du parti travailliste.

  • 3  Antonio Gramsci (Sardaigne, 1891 - Rome, 1937).
  • 4  Hall ; Jacques. New Times, 1989. 11.
  • 5  Miliband qualifie par ailleurs le courant néo-gramscien au sens large de « nouveau révisionnisme » (...)

5En Grande-Bretagne, les théories post-fordistes en tant que telles ont été développées à partir de 1975 par l’aile néo-gramscienne du Communist Party of Great Britain (CPGB). Ce courant était né de la réappropriation des concepts de lutte hégémonique intrasystémique développés par le célèbre théoricien et dirigeant marxiste italien Antonio Gramsci3. Stuart Hall, qui a été un compagnon de route du parti communiste britannique, fût à l’origine de la tendance néo-gramscienne dès le début des années 1970, qui évoluera vers le post-fordisme à la fin des années 1980. En ce qui concerne le post-fordisme, Stuart Hall et Martin Jacques indiquent qu’il ne constitue pas une école ou une ligne4, mais plutôt un débat ouvert. Ralph Miliband préfère d’ailleurs l’appeler « a spectrum of thought »5.

6Il nous faut dépasser cette polymorphie pour donner en préambule une définition très rapide du terme « post-fordisme » au risque d’alourdir notre introduction : Les post-fordistes analysent la crise du mode de production capitaliste comme une faillite du modèle fordiste établi en Grande-Bretagne après la seconde guerre mondiale. Le fordisme est une application de la taylorisation à la production géante, il allie homogénéité, standardisation et massification, tant dans le domaine de la production que dans celui, combiné, de la consommation. Le fordisme, propulseur historique du capitalisme nord-américain, permettait notamment de réaliser des économies massives en terme d’échelle mais aurait manifesté dès 1973 les limites inquiétantes de sa capacité de croissance et de productivité. Face à la crise du fordisme, une nouvelle organisation du procès de production se serait développée. L’introduction de machines à forte valeur technologique et de systèmes informatisés, remplacerait progressivement les lourdes machines-outils. La production en deviendrait plus flexible, moins centralisée, réorganisant la main d’oeuvre par l’accroissement de l’élasticité, de la technicité et de la qualification du travail.

7Selon les post-fordistes, ces transformations des normes de la production et de la consommation affecteraient radicalement le marché du travail, les modes de vie, et les représentations politiques et culturelles dans l’ensemble de la société, tant au niveau national qu’international.

8Cet article tentera d’examiner en quoi la vision politique tirée du post-fordisme a influencé très progressivement le réalignement de la gauche face à Thatcher. Il s’intéressera ensuite à la manière dont ces théories ont pu être utilisées par les cercles modernisateurs du parti travailliste, de Neil Kinnock jusqu’à Anthony Blair. La dernière partie appréciera en quoi il est possible d’analyser le gouvernement travailliste en place comme un gouvernement de type post-fordiste.

Le courant post-fordiste dans le repositionnement de la gauche face à Thatcher

La gauche, tout d’abord sûre d’elle, est déboussolée face à Thatcher

9Des années 1980 à 1983, l’opposition à Margaret Thatcher est divisée entre gauche de classe et social-centrisme. Mais les frères ennemis se réconcilient sur deux points. Premièrement un optimisme sans faille dans la marche de l’histoire, leur intimant que le vent (re)tournerait bientôt dans le sens du mouvement progressiste, et deuxièmement le refus catégorique de considérer que la gauche puisse avoir de quelconque leçon à tirer du thatchérisme. Dans les rangs anti-conservateurs, une voix discordante mais discrète se fait néanmoins entendre depuis 1978, il s’agit du courant néo-gramscien. Issu du parti communiste, ce courant est néanmoins désireux d’éviter l’écueil du marxisme « réductionniste » et « classiste ».

10Ainsi les néo-gramsciens cherchent à sonder la tectonique sous-jacente du thatchérisme pour y déceler les raisons de la défaite du mouvement ouvrier face aux conservateurs. Avant les élections législatives de 1983 ces thèses sont encore sacrilèges. Or ces élections confirment la poussée de Thatcher dans l’électorat ouvrier traditionnel, alors que le parti travailliste, doté de son programme la plus à gauche depuis 1945, y enregistre son plus mauvais score historique.

Le tournant de 1983 et la pertinence retrouvée des thèses néo-gramsciennes

  • 6  “The young country”, Speech at Labour party conference, Brighton, 3 October 1995. (Blair. New Brit (...)
  • 7  Smith. “The Labour party in opposition”. The Changing Labour Party. 7.

11La question, crûment posée, est donc celle de l’inadéquation entre les organes politiques et syndicaux de la classe ouvrière et une société de classe en pleine mutation. Tony Blair déclarait lui aussi à propos de la défaite de 1983 : « For me it was a watershed(…) We were separated from the very people we said we represented. We called them “our people” while forgetting who they were.” 6Martin J. Smith ajoute que cette victoire écrasante du conservatisme confirmait que le consensus d’après-guerre était mort pour de bon.7

  • 8  Hobsbawm. “The Forward March of Labour Halted”, The Forward March of Labour Halted. 1981. 1-19.

12Dans la gauche déboussolée, les thèses de l’historien eurocommuniste Eric Hobsbawm agissent comme un révélateur. Elles sont exposées pour la première fois en 1978 dans son texte « The Forward March of Labour Halted »8. Hobsbawm y attribue le virage à droite de la société britannique au déclin historique du prolétariat industriel et de sa conscience de classe face à la mutation technologique du mode de production.

  • 9  Hall aura à se justifier pendant longtemps de ce néologisme passé à la postérité, mais qui aurait (...)
  • 10  Il constituerait ce que la terminologie gramscienne appelle un « bloc historique » dominant, où la (...)

13Stuart Hall, en 1978, analysait déjà l’effet Thatcher comme le résultat d’une « crise organique » sans précédent, celle du keynésianisme fordiste, et non pas d’une crise de cycle court. Le « thatchérisme » -c’est à Hall que l’on doit l’« isme »9 – serait la réponse de la classe dominante à cette crise. Un Centaure gouvernemental destiné à provoquer le passage au néo-libéralisme par l’application d’un « populisme autoritaire » conjuguant force et consentement, conservatisme et modernité, libre marché et Etat fort.10

  • 11  Hall. “The Crisis of Labourism” The Future of the Left, 1984. 23.
  • 12  C’est ainsi que l’on a pu accuser les néo-gramsciens d’avoir anticipé le revirement « pragmatique  (...)

14Dans ce bouleversement « époqual », la gauche se trouverait confrontée à un ennemi exceptionnel. En conséquence les forces progressistes devaient non pas esquiver le « défi de la droite » mais y faire face en révolutionnant leur mode de pensée. Stuart Hall prévient dès 1984 : « Without a major revival, there can be no realistic possibility of another Labour government in this decade. » 11Il appelait la gauche à opposer au thatchérisme une contre-hégémonie, un nouveau bloc historique, dont la prise du pouvoir réel resterait le test majeur. Dans les cercles dirigeants du parti travailliste, cet impératif de conquête du pouvoir ne resterait pas lettre morte.12

Les post-fordistes dans la « modernisation » travailliste

Kinnock, les néo-gramsciens et la Policy Review

  • 13  Il rajoute que la crise du « bennisme » et les défaites ouvrières ont précipité cette recompositio (...)

15La « défaite des mineurs » en 1985 va rétrécir brutalement l’espoir de changement au seul domaine électoral, mais sans un rapprochement entre droite et gauche, le parti travailliste resterait condamné à l’opposition. Tel semblait être tout cas l’opinion d’Eric Hobsbawm, qui allait fournir un argument « de gauche » au réalignement. Face au juggernaut thatchérien, il prônait la création d’un « front populaire » reflétant la diversité du nouveau salariat et dont les travaillistes, droite et gauche comprises, seraient mathématiquement la force majoritaire. Alex Callinicos, théoricien du Socialist Workers Party, confirme que Marxism Today a été « au centre du processus de réalignement (vers le centre) de la gauche travailliste sous Kinnock ».13

  • 14  Voir pour l’anecdote Panitch et Heys. The End of Parliamentary Socialism : From New Left to New La (...)

16Dès sa campagne pour la direction du parti, Neil Kinnock semble avoir flirté avec les théories et les penseurs néo-gramsciens, allant jusqu’à citer le théoricien italien dans ses discours - mais aussi Lénine –à propos du concept d’hégémonie.14 La défaite des travaillistes en 1987 allait donner à ce rapprochement idéologique une nouvelle magnitude, à travers la mise en place de la Policy Review de 1987 à 1990. Mais pour les néo-gramsciens, la passerelle allait s’avérer plus glissante que prévu. En effet la Policy Review va pousser l’hyperbole modernisatrice et adaptatrice jusqu’à la reconnaissance partielle de l’économie de marché et le remplacement de la notion de nationalisation par une « appropriation sociale » limitée à certains secteurs majeurs de l’économie nationale.

New Times, New Labour et Troisième Voie

17Ce quiproquo entre les théories néo-gramsciennes et la réalité de leur application éventuelle dans le parti allait se poursuivre dans les années 1980 et 1990. Tony Blair et les « modernisateurs », une fois élus à la direction du parti, entendaient poursuivre là où la Policy Review n’avait su aller.

  • 15  Pour un bilan autobiographique de l’activité de Geoff Mulgan dans les arcanes du pouvoir, on pourr (...)

18En parallèle aux développements internes du parti travailliste, la vision proprement post-fordiste de Marxism Today s’était affirmée à la fin des années 1980 avec le développement de la tendance « New Times ». Son équipe de rédaction était emmenée par Stuart Hall et Martin Jacques, rédacteur en chef de Marxism Today depuis 1977. Les débats organisés par le magazine aboutiront à l’adoption du Manifesto for the New Times comme programme officiel de campagne du CPGB en Juin 1989, ratifié par son comité exécutif après révision interne. Parmi les rédacteurs de New Times, deux en particulier, Charles Leadbeater et Geoff Mulgan, ont des trajectoires emblématiques. Ils auront la particularité d’emprunter directement le chemin sinueux menant de la nébuleuse New Times jusqu’aux hautes sphères du New Labour dans les années 1990. En effet Mulgan sera directeur de campagne de Gordon Brown jusqu’en 1992, puis chef de la section politique du premier ministre.15 Leadbeater, qui rejoint le New Labour à la même période, deviendra l’un des « gourous » économiques de Blair. Il travaillera en collaboration avec Peter Mandelson, et écrira le livre blanc du gouvernement sur la compétitivité et l’économie de la connaissance en décembre 1998. Il est aujourd’hui conseiller pour le Department of Trade and Industry. Enfin en 1993, Martin Jacques et Geoff Mulgan, rejoints par Leadbeater, créeront le think-tank Demos. Ce laboratoire idéologique est considéré à l’heure actuelle comme l’un des principaux pourvoyeurs d’idées du gouvernement Blair.

  • 16  Rustin. “The Politics of Post-Fordism : or, The Trouble with New Times.” , New Left Review, I/175. (...)
  • 17  Giddens. The Third way and its critics, 2000. 28.

19Mais bien que révélateurs, ces cas de transhumance restent relativement isolés, tant l’influence de New Times fut bien plus souterraine. Selon Michael Rustin, dans les années 1989-90 : “‘New Times’ (wa)s offered implicitly to Labour’s policy review process as an unofficial theoretical framework”.16On y retrouve en tout cas des positions qui ne seront réellement acceptées dans le parti que dans les années 1990 à 1994 par l’entremise des théoriciens de la Troisième Voie.Selon l’aveu même d’Anthony Giddens : « The objective of third way politics, (…), is to carry through the political implications of New Times.”17

20De nombreux éléments de congruence idéologique, parfois spectaculaires, sont en effet dignes d’être notés. Les conceptions New Times et celles de la Troisième Voie ont pour point commun d’avoir théorisé la fin de la démarcation entre droite et gauche, et l’érosion du concept de classe. Elles ont enregistré les conséquences de la résorption industrielle et de la transition vers un nouveau paradigme systémique : un déplacement des lignes de tension sociales qui rendrait obsolètes les concepts classiques de masse et de parti.

  • 18  Blair. New Britain. 106.
  • 19  Ibid. 100-101.

21Les penseurs New Times voient dans la crise du fordisme l’opportunité pour la gauche d’une élimination des tendances hiérarchisantes, paternalistes et déstructurantes du modèle fordiste. Tony Blair, dès 1995, affirmait lui aussi que la Grande-Bretagne vivait une seconde révolution industrielle. Pour répondre à ce défi il fallait que la Grande-Bretagne devienne « the electronic workshop of the world »18. Mais Blair ajoutait que le plein épanouissement des nouvelles technologies excluait tout téléguidage par l’Etat à la manière du Old Labour. Ce dernier requerrait au contraire la création d’un cadre de libre compétition économique.19 Il est intéressant de constater ici en quoi le déterminisme technique et historique qui était l’apanage du « marxisme » d’inspiration stalinienne, peut se retrouver dans les théories néo-travaillistes pour justifier l’extension et l’approfondissement de la libre concurrence.

  • 20  Hall ; Jacques. New Times. 16.
  • 21  Murray. “Fordism and Post-Fordism”, ibid. 41.

22Autre point de convergence entre post-fordisme et blairisme, l’idée que l’Etat-Providence de type keynésien vénéré par la vieille social-démocratie a été enterré aux côtés du fordisme.20 Par ailleurs le marxisme de type léniniste se serait lui aussi fourvoyé en faisant de l’industrie soviétique une caricature du fordisme. Robbin Murray, écrit dans New Times que « Lenin embraced Taylor and the stopwatch »21.

  • 22  Coriat. L’atelier et le chronomètre : Essai sur le taylorisme. 162.
  • 23  Mort, Frank. “The politics of consumption”, New Times, 160-172. 160.

23Selon New Times, le sujet « prolétaire-producteur » - l’« ouvrier-masse »de Benjamin Coriat22 - était en phase d’érosion avancée, et les conflits autour de la production perdaient leur centralité. Le nouvel ancrage des luttes sociales modernes serait donc les questions de consommation. Selon New Times, la gauche devait cesser de mépriser ces questions et développer ce que Frank Mort appelle « the politics of consumption »23.

  • 24  Leadbeater. “Power to the Person”, ibid. 146.

24Dans le domaine, Charles Leadbeater va pousser la politisation de la consommation jusqu’à ses limites. Ainsi, il ne semble pas froisser ses camarades de Marxism Today lorsqu’il yécrit en Octobre 1988 : « The Left has to acknowledge the obvious ; the market, competition, can be useful economic tools to deliver consumer choice.”24L’économie de marché serait donc un facteur incontournable d’accroissement du pouvoir des citoyens d’élargissement de leur liberté de choix. Dans une société post-fordiste, elle apporterait à ces consommateurs-citoyens des droits démocratiques nouveaux, tels que l’allégement du temps de travail.Leadbeater rajoute que ces droits nouveaux doivent être garantis par des responsabilités nouvelles en matière de flexibilité du travail. Ainsi, Leadbeater estime que le demandeur d’emploi doit « pouvoir accepter des offres raisonnables d’emploi et de formation. »La dialectique des droits et des responsabilités et la nécessité de la flexibilité du travail mise en place par le programme « Welfare to Work » n’est donc pas née de Gordon Brown. On sera peut-être surpris de la voir développée dix ans plus tôt dans les pages de l’organe théorique du parti communiste britannique.

  • 25  Held. “The Decline of the Nation-State”, New Times. 191-204.
    Marquand. “The irresistible tide of Eu (...)

25Sur d’autres questions nodales comme celles de la mondialisation et l’Europe, New Times a anticipé les positions développées par le New Labour, court-circuitant les théories de la gauche radicale. David Held et David Marquand participent à New Times en 1989. Ils y développent l’idée selon laquelle il est inutile de s’opposer à l’internationalisation des échanges et à l’intégration européenne. La gauche se doit au contraire de les orienter dans un sens compatible avec l’intérêt des mouvements sociaux européens et mondiaux qui restent à construire. En ce sens, ils s’éloignent de ce qu’ils appellent le chauvinisme et l’euro-réticence de Thatcher mais surtout de l’euroscepticisme de la gauche des années 1970 et 80.25

  • 26  Blair. ‘Forging a New Agenda’, Marxism Today, 1991. 33-34.

26De manière cataphorique, on peut dire que l’illustration la plus efficace des interférences entre New Labour et New Times reste la participation directe de Tony Blair au magazine Marxism Today en septembre et octobre 1991. Il y établit les grandes lignes du futur programme du parti travailliste, et critique le collectivisme étatique qui continue selon lui de le dominer.26

Le New Labour au gouvernement, « wrong » post-fordism ?

  • 27  Interview dans Arena Journal n° 8 (1997), citée par Alan Finlaysson. (Finlaysson. Making Sense of (...)

27Stuart Hall, en 1997, indiquait avec dépit qu’il « ressentait une responsabilité particulière dans le phénomène Blair »27. Peut-on alors pousser la provocation jusqu’à affirmer « les gramsciens en rêvaient, Tony Blair l’a fait », ou estimer que le gouvernement Blair est de type post-fordiste ?

28En surface, il est indéniable que Tony Blair, répondant aux vœux – alors pieux - des penseurs de Marxism Today, a « tiré les leçons du thatchérisme », au point même d’en accepter une partie de l’héritage. New Times critiquait le fordisme et l’industrialisme de la gauche. Le gouvernement Blair n’a pas cherché à raviver les cendres manufacturières mais a voulu au contraire baser sa politique d’innovation économique et de compétitivité sur la technologie et la connaissance. Semblant répondre aux souhaits des néo-gramsciens, le gouvernement Blair a fondé une véritable contre-hégémonie, un nouveau bloc historique contre la Droite, qui la maintient éloignée des rives du pouvoir depuis plus d’une décennie. Enregistrant le déclin historique de l’Etat-Nation, Blair a déconcentré les pouvoirs constitutionnels par sa politique de devolution. En poussant à la proximité entre Etat et citoyen, il a proposé un nouvel individualisme communautaire basé sur la dialectique des droits et des responsabilités. Il a poursuivi la politique de flexibilité du marché de l’emploi et conditionné ce dernier aux vicissitudes de la « spécialisation flexible ». Enfin, Tony Blair a refondé l’appareil d’Etat selon des critères post-keynésiens et des politiques basées sur l’offre, et non plus principalement sur la demande.

  • 28 Jessop.« From Thatcherism to New Labour : Neo-Liberalism, Workfarism, and Labour Market Regulation” (...)
  • 29  Ibid. 12.
  • 30  Blair. Press conference. London, 24 April 1997.

29Pour le sociologue Bob Jessop, les gouvernements Blair et de Thatcher sont tous deux de type néo-libéral et ils cherchent tous deux à répondre au exigences du nouveau système de production post-fordiste.28 Mais Jessop différencie le post-fordisme blairiste de son prédécesseur thatchérien selon deux critères essentiels. Premièrement, le gouvernement Blair a établi un Workfare State d’unification (ou de réunification) nationale.29 Dès avril 1997, à la veille de son élection, Tony Blair assurait en effet que la Grande-Bretagne redeviendrait « One nation under New Labour”.30Il s’est donc démarqué de la politique polarisatrice de Thatcher, celle des « deux nations » dénoncée par Stuart Hall. Deuxièmement, à l’inverse de la politique thatchérienne, le modèle étatique néo-travailliste vise à mettre en place un post-fordisme en positif, reposant non pas sur la désindustrialisation, mais sur une stratégie de construction économique alternative.

30Jessop estime que cette politique institutionnelle est de type schumpétérien car elle est basée sur l’innovation et la prospective. Elle est aussi post-industrielle car sa dynamique s’appuie sur le capital humain, les savoirs, l’information, les technologies de la communication et les services. Il considère que la stratégie d’accumulation néo-libérale de Thatcher, fondée sur la libéralisation, la dérégulation, la re-marchandisation de l’économie et, ajoutons-nous, sur l’« épuration » des forces productives, provoquait une exacerbation des tensions sociales qui risquait de la démolir. Dans ce cadre, on peut dire que le thatchérisme avait alors révélé les limites de ses capacités hégémoniques. Pour que le régime d’accumulation capitaliste néo-libéral puisse être maintenu et passe à un stade économiquement et technologiquement supérieur, il devait donc être géré par un nouveau mode social de régulation. Cet ordre social devait être plus cohésif et inclusif, tout en étant dominé par des impératifs de croissance économique et de développement technologique. Cette réconciliation du libéralisme économique, de la cohésion sociale et du progrès techno-structurel apparaît précisément être l’un des fondements de la Troisième Voie et du gouvernement Blair.

  • 31  Giddens, Where now for New Labour. 33.

31En ce qui concerne les éléments à vocation socialement « inclusive » du gouvernement Blair, on pourrait mentionner son insistance sur l’éducation, ainsi que sa politique de partenariat entre patronat et syndicats. On pourrait également citer la lutte contre l’exclusion sociale, contre le chômage, l’illettrisme et la pauvreté, ainsi que les politiques destinées à construire un parachute social pour amortir les dégâts du libre marché. Ces valeurs cohésives mais adaptées au néo-capitalisme ne furent pas endogènes au parti travailliste mais provinrent d’apports théoriques extérieurs. Cet apport s’est effectué au début des années 1990, à une époque où, pour paraphraser Anthony Giddens, « Labour was casting for an effective ideological position ».31

  • 32  Jessop.op. cit. 2003. 4. Will Hutton affirmait déjà en 1996 que seul le Labour était assez populai (...)

32Avec le recul historique, on peut évaluer les critères qui ont pu conditionner l’intégration de ces théories nouvelles au « casting » néo-travailliste, dont le scénario était, rappelons-le, éminemment « gouvernemental ». Si elles voulaient avoir une chance de convaincre la base sociale populaire et radicalisée du parti, ces théories « inclusives » devaient nécessairement provenir de la gauche. Mais elles devaient entretenir une perspective gouvernementale et parlementaire relativement classique, ce qui excluait les théories ouvertement révolutionnaires. De plus, ces théories devaient être assez flexibles et ouvertes idéologiquement pour pouvoir se conglomérer au centre et se muer en pratiques gouvernementales. Enfin, elles devaient projeter une vision progressiste voire idéaliste, mais avant tout surdéterminée, du futur technologique. Pour la majeure partie d’entre elles, les théories post-fordistes développées dans les pages de Marxism Today correspondaient à ces critères.32

Conclusion

33Avant de nous risquer à une conclusion, il est indispensable de rappeler que l’idéologie de la Troisième Voie est une hydre multicéphale. Les idées post-fordistes ne sont que l’une de ses têtes, mais elles sont indispensables à l’existence de la créature mythique.

34S’il existe plusieurs explications à la rencontre entre la doctrine de la Troisième Voie et celles de New Times, il n’est pas insensé de considérer que la conviction simple et sincère puisse être l’une d’entre elles ! Mais la conviction, comme chacun sait, naît souvent de la nécessité et c’est précisément le caractère « nécessaire » de la rencontre qui intéresse notre analyse. Ainsi il est indéniable que les théories New Times ont pu séduire les stratèges du New Labour précisément parce qu’elles se sont révélées opportunes à divers moments dans le processus constitutif du nouveau travaillisme en tant qu’idéologie et organisation politique.

35Mais l’utilité des idées post-fordistes pour le New Labour résidait avant tout dans les formes de déterminisme économique et technologique qu’elles contiennent et qui sont un héritage déformé du marxisme. Pour le New Labour, elles étaient cohérentes avec la nécessité de subordonner les structures politiques et sociales aux besoins du mode de production désindustrialisé et du régime libéral d’accumulation.

36Le pedigree marxiste de New Times a précisément fourni une explication de gauche à l’acceptation du libéralisme que ni le révisionnisme Croslandien ni les courants extérieurs au mouvement ouvrier n’auraient pu procurer. Elles ont par ailleurs contribué à la constitution d’un modèle inclusif. Bien qu’inspiré par la gauche marxiste, ce modèle était malgré tout acceptable pour la social-démocratie centriste car il transcendait le concept de lutte de classes tout en projetant un avenir post-keynésien.

37L’intérêt d’une compréhension post-fordiste du phénomène New Labour est en tout cas qu’elle permet de rendre sa complexité au Prince de Machiavel ! Grâce à elle, le blairisme n’apparaît plus exclusivement comme le fruit de l’habileté individuelle ou d’une cabbale politicienne, mais se révèle être l’expression plus profonde d’une exigence historique correspondant aux intérêts d’une formation sociale donnée en une phase socio-économique particulière. Les échecs de ses opposants ne feraient alors que confirmer leur incapacité à se faire l’expression de tendances sociales semblables ou opposées.

38Faute d’avoir su proposer une « troisième voie » face au keynésianisme et au néo-libéralisme, une alternative face à Thatcher puis Blair, les intellectuels New Times semblent donc avoir été victimes de la véracité de leur théorie. Il y avait effectivement un projet hégémonique derrière le thatchérisme, comme il y en a un derrière le blairisme, mais, à leur grand désarroi, ce dernier passait par l’absorption des idées post-fordistes par le centre de la social-démocratie.

  • 33  Ce numéro posthume de Marxism Today, illustrant sa couverture par un gros plan du visage de Tony B (...)

39Les néo-gramsciens, en décembre 1998, en furent donc réduits à ressusciter Marxism Today, sept ans après avoir brutalement arrêté sa publication, pour clamer que le gouvernement travailliste leur avait (mal) volé leur post-fordisme.33

40Les post-fordistes auront en tout cas du mal à réfuter l’amer constat de leur camarade Martin Jacques, ancien rédacteur en chef de Marxism Today, à la veille des élections législatives de 2005 : A défaut d’une véritable solution à gauche, indiquait-il, Tony Blair demeurait « the only show in town ».34

Haut de page

Bibliographie

Andrews, G. - Endgames and New Times, The Final Years of British Communism 1964-1991, London: Lawrence and Wishart, 2004

Blair, T. - ‘Forging a New Agenda’, in : Marxism Today, Sept.1991 ; 33-34

Blair, T. - New Britain : My Vision of a Young Country. Boulder : Westview Press, 2004

Blair, T. - Press conference, London, 24 April 1997

Callinicos, A. - “The Politics of Marxism Today” , in International Socialism, 29, 2, 1985 ; 128–168

Coriat, B. - L’atelier et le chronomètre : essai sur le taylorisme, le fordisme et la production de masse, Paris : Christian Bourgeois, 1994

Dixon, K. - Un digne héritier : Blair et le thatchérisme. Paris : Raisons d’agir, 2000

Finlaysson, A. - Making Sense of New Labour, London : Lawrence and Wishart, 2003

Giddens, A. - The Third Way and its Critics, Cambridge : Polity Press, 2000

Giddens, A. - Where Now for New Labour ?,Cambridge :Polity Press, 2002

Hall, S. - “The Crisis of Labourism”, in : The Future of the Left / ed. by James Curran. Cambridge : Polity Press, 1984 ; 23-36

Held, D. - “The Decline of the Nation-State”, in : New Times : the Changing Face of Politics in the 1990s. / ed. by Stuart Hall and Martin Jacques, London : Lawrence and Wishart, 1989 ; 191-204.

Hobsbawm, E. - “The Forward March of Labour Halted”, in :The Forward March of Labour Halted /ed. by Martin Jacques and Francis Mulhern, London : Verso and New Left Books, 1981 ; 1-19.

Hutton, W. - The State We’re In. London : Vintage, 1996.

Jacques, M. ; Hall, S. (eds). - Marxism Today “Wrong”. Nov. Dec 1998.

Jacques, M. - “The only show in town” in : The Guardian, 20 Nov. 2004. http://www.guardian.co.uk/comment/story/0,,1355532,00.htm

Jessop, B. - “From Thatcherism to New Labour : Neo-Liberalism, Workfarism, and Labour Market Regulation”, Lancaster : Department of Sociology, Lancaster University, 2003 http://www.lancs.ac.uk/fss/socidogy/papers/jessop-from-thatcherism-to-new-labour.pdf

Jessop ; Bonnett ; Bromley ; Ling. - “Thatcherism and the Politics of Hegemony : a Reply to Stuart Hall”, in New Left Review I/153, Sept-Oct 1985 ; 87–101

Jessop, B. - “The transition to post-Fordism and the Schumpeterian Workfare State”, Towards a Post-Fordist Welfare State / eds Roger Burrows and Brian, Loader, London : Routledge, 1994 ; 13-37

Leadbeater, C. - “Power to the Person”, New Times : the Changing Face of Politics in the 1990s. / ed. by Stuart Hall and Martin Jacques, London : Lawrence and Wishart, 1989 ; 137-159

Ludlam, S. - “The Making of New Labour”, in New Labour in Government / Eds Steve Ludlam and Martin J. Smith ; Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2000 ; 1-31

Marquand, D. - “The irresistible tide of Europeanisation”, in New Times : the Changing Face of Politics in the 1990s. / ed. by Stuart Hall and Martin Jacques, London : Lawrence and Wishart, 1989 ; 205-221

Miliband, R. - “The New Revisionism in Britain”, in New Left Review I/150, March-April 1985, 5–26

Mulgan, G. - « Lessons of power », Prospect, vol 110, May 2005 ; 24-29

Murray, R. - “Fordism and Post-Fordism”, New Times : the Changing Face of Politics in the 1990s. / ed. by Stuart Hall and Martin Jacques, London : Lawrence and Wishart, 1989 ; 38-53

Panitch, L. ; Heys, C. - The End of Parliamentary Socialism : from New Left to New Labour. London : Verso, 2nd ed., 2001

Raven, C. - « Tony's disgruntled cheerleader », New Statesman, vol. 11, 526 ; 24

Rustin, M. - “The Politics of Post-Fordism : or, The Trouble with New Times.”, New Left Review, I/175, May-June 1989 ; 54-77

Smith, M.J. - “The Labour Party in opposition”, in The Changing Labour Party / eds Smith, J. Martin ; Smith and Joanna Spear, London : Routledge, 1992 ; 3-12

Haut de page

Notes

1  Le titre de cet article est évidemment inspiré de la formule utilisée par Keith Dixon dans son ouvrage Un digne héritier : Blair et le thatchérisme. (Dixon. 2000)

2  Steve Ludlam utilise d’ailleurs le terme : “The invention of New Labour”. (Ludlam. “The Making of New Labour”, New Labour in Government, 2000. 3)

3  Antonio Gramsci (Sardaigne, 1891 - Rome, 1937).

4  Hall ; Jacques. New Times, 1989. 11.

5  Miliband qualifie par ailleurs le courant néo-gramscien au sens large de « nouveau révisionnisme », ce qui sous sa plume n’est pas un compliment. (Miliband. “The New Revisionism in Britain”, New Left Review I/150. 6).

6  “The young country”, Speech at Labour party conference, Brighton, 3 October 1995. (Blair. New Britain : My vision of a young country. 62.)

7  Smith. “The Labour party in opposition”. The Changing Labour Party. 7.

8  Hobsbawm. “The Forward March of Labour Halted”, The Forward March of Labour Halted. 1981. 1-19.

9  Hall aura à se justifier pendant longtemps de ce néologisme passé à la postérité, mais qui aurait légitimé le règne de Thatcher.

10  Il constituerait ce que la terminologie gramscienne appelle un « bloc historique » dominant, où la classe dirigeante cherche à maintenir son hégémonie non par la dictature brute mais par le consentement, en procédant à l’intégration d’intérêts de classe divers et à l’agrégation des ressentiments populaires.

11  Hall. “The Crisis of Labourism” The Future of the Left, 1984. 23.

12  C’est ainsi que l’on a pu accuser les néo-gramsciens d’avoir anticipé le revirement « pragmatique » et électoraliste du New Labour.
Il faut par ailleurs préciser que la vision « hégémoniste » n’est pas acceptée par la majorité de la gauche, ni par l’ensemble des post-fordistes et surtout de la gauche marxiste. Ainsi Bob Jessop et al. ont réfuté que Thatcher soit à proprement parler “hégémonique”, même s’ils reconnaissent que : « (Thatcher’s objective) is to restructure the British economy as part of a re-invigorated, post-Fordist international capitalism. » (Jessop et al. « Thatcherism and the Politics of Hegemony : a Reply to Stuart Hall”. New Left Review I/153. 97)

13  Il rajoute que la crise du « bennisme » et les défaites ouvrières ont précipité cette recomposition. (Callinicos.“The Politics of Marxism Today”, International Socialism 2(29). 1985. 156.)

14  Voir pour l’anecdote Panitch et Heys. The End of Parliamentary Socialism : From New Left to New Labour, 2001, 210.
De plus, Marxism Today, ainsi qu’un bonne partie de la gauche, a soutenu Kinnock dans l’espoir que celui-ci réaliserait la fusion du travaillisme et des nouvelles formes d’activisme, et ranimerait l’application de l’Alternative Economic Strategy élaborée en 1981.

15  Pour un bilan autobiographique de l’activité de Geoff Mulgan dans les arcanes du pouvoir, on pourra lire son reportage dans le magazine Prospect de mai 2005. (Mulgan. « Lessons of power ». Prospect, vol 110, May 2005. 24-29.)

16  Rustin. “The Politics of Post-Fordism : or, The Trouble with New Times.” , New Left Review, I/175. 67.

17  Giddens. The Third way and its critics, 2000. 28.

18  Blair. New Britain. 106.

19  Ibid. 100-101.

20  Hall ; Jacques. New Times. 16.

21  Murray. “Fordism and Post-Fordism”, ibid. 41.

22  Coriat. L’atelier et le chronomètre : Essai sur le taylorisme. 162.

23  Mort, Frank. “The politics of consumption”, New Times, 160-172. 160.

24  Leadbeater. “Power to the Person”, ibid. 146.

25  Held. “The Decline of the Nation-State”, New Times. 191-204.
Marquand. “The irresistible tide of Europeanisation”, Ibid.205-221.

26  Blair. ‘Forging a New Agenda’, Marxism Today, 1991. 33-34.

27  Interview dans Arena Journal n° 8 (1997), citée par Alan Finlaysson. (Finlaysson. Making Sense of New Labour, 2003. 117). Charlotte Raven enfonce le couteau dans la plaie : “Marxism Today sowed the seeds of Blairism, it is now feeling guilty”. (Raven. « Tony's disgruntled cheerleader », New Statesman. vol. 11, Iss. 526. 24.)

28 Jessop.« From Thatcherism to New Labour : Neo-Liberalism, Workfarism, and Labour Market Regulation”. 2003. 6. Pour une différentiation plus complète entre Keynesian Welfare State et Schumpeterian Workfare State on peut lire Jessop. “The transition to post-Fordism and the Schumpeterian Workfare State”, Towards a Post-Fordist Welfare State, 1994. 13-37.

29  Ibid. 12.

30  Blair. Press conference. London, 24 April 1997.

31  Giddens, Where now for New Labour. 33.

32  Jessop.op. cit. 2003. 4. Will Hutton affirmait déjà en 1996 que seul le Labour était assez populaire pour poursuivre la politique sociale dure des conservateurs, tout en continuant à croire (et à faire croire, rajouterons-nous) à l’intégration sociale. (Hutton. The State We’re In. 6).

33  Ce numéro posthume de Marxism Today, illustrant sa couverture par un gros plan du visage de Tony Blair souligné d’un large « Wrong », est resté un classique. (Jacques, Martin ; Hall, Stuart (eds). Marxism Today “Wrong”. Nov. Dec 1998.)

34  Jacques, Martin. “The only show in town”. 20 Nov. 2004. The Guardian, 27-28. http://www.guardian.co.uk/comment/story/0,,1355532,00.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Falzon, « Tony Blair, « digne héritier » du post-fordisme ? », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 99-114.

Référence électronique

Frédéric Falzon, « Tony Blair, « digne héritier » du post-fordisme ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://osb.revues.org/516 ; DOI : 10.4000/osb.516

Haut de page

Auteur

Frédéric Falzon

Professeur certifié d'anglais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org