Navigation – Plan du site

Et si Tony Blair était travailliste ?

Géraldine Castel
p. 115-131

Résumé

La question des origines et de la nature du projet des "nouveaux travaillistes" est un des thèmes de débat les plus répandus en matière de politique britannique contemporaine.
Est il réellement novateur ? Le résultat d'une mutation du Thatchérisme ? La variante britannique d'une "pensée unique" dénoncée dès 1995 par Ignacio Ramonet, le rédacteur en chef du Monde diplomatique ? Le modèle d'une "3ème voie", source d'inspiration potentielle au niveau européen ?
Telles sont les principales hypothèses formulées à l'aube d'un troisième mandat de l'équipe du New Labour. Celle d'une potentielle filiation entre ces derniers et la tradition travailliste britannique est depuis longtemps passée de mode. N'a-t-elle pourtant pas été écartée trop rapidement ? N'existe-t-il aucun élément pouvant témoigner d'une continuité entre "Old" et "New" Labour ? En d'autres termes, et si Tony Blair était travailliste ?

Haut de page

Texte intégral

Et si Tony Blair était travailliste ?

1La définition de l'identité du "nouveau travaillisme" a fait l'objet de nombreux débats depuis l'apparition de Tony Blair sur la scène politique nationale, et le demeure encore aujourd'hui comme en témoignent les différentes contributions au présent ouvrage. Les qualificatifs de "social-démocrate", de "post-fordiste" ou encore de "néo-libéral" ont été employés, parmi d'autres. L'influence d'Adam Smith, des démocrates américains ou de Margaret Thatcher a été évoquée. Toutefois, si ce travail de définition a été largement approfondi, l'hypothèse d'une filiation entre le projet du New Labour et la tradition travailliste a été très tôt écartée, à la fois au sein du parti lui même, mais aussi par de nombreux observateurs extérieurs.

  • 1  Note that New Labour is attacking me, not my ideas. , The Guardian, 2 juin 2001

2Les accusations de trahison portées à l'encontre de Tony Blair et de ses collaborateurs ont été récurrentes depuis sa prise de pouvoir interne en 1994. Roy Hattersley, ancien membre de l'exécutif travailliste s'exprimant aujourd'hui dans les colonnes du Guardian n'hésite pas, en 2001, à employer à leur sujet le terme d'apostasie1, terme désignant l'abandon (du grec apostasis) par une autorité religieuse de la foi commune. Dans le milieu syndical, les condamnations sont, là aussi, récurrentes. En juillet 2003, Bob Crow, secrétaire général du syndicat de cheminots RMT, annonçait dans le Mirror que son organisation avait décidé de réduire massivement son soutien financier au parti car la majorité de ses membres estimaient que les gouvernements successifs de Tony Blair avaient trahi la cause travailliste. Bobby Law, représentant des employés du métro londonien exprima une opinion similaire. (Why do we pay for Tory Blair ? Mirror. July 2nd, 2003). Dave Prentis, le secrétaire général d'Unison, soutient quant à lui officiellement la politique de Tony Blair, mais lors du congrès annuel de ce syndicat en 2004, deux branches, celles du Somerset et de Lambeth, ont appelé le dirigeant travailliste à la démission. La même année, le syndicat des pompiers (Fire Brigade Union) s'est lui-aussi désaffilié du parti.

3Des accusations du même ordre émanent également du groupe parlementaire, voire de l'exécutif national comme en témoignent les démissions de Peter Kilfoyle ou de Clare Short.

4En outre, les opposants à Blair s'organisent au-delà de la sphère syndicale et strictement parlementaire. Un mouvement ironiquement baptisé "Labour Representation Committee" a ainsi été formé en juillet 2004 afin de réunir les membres du parti désireux de bâtir une alternative au projet des "nouveaux travaillistes". Les intervenants lors de sa première réunion comprenaient des syndicalistes comme Mick Rix, l'ancien dirigeant d'ASLEF, mais aussi Tony Benn, Michael Meacher, l'ancien ministre de l'environnement, et des députés comme John McDonnell ou Alice Mahon. Ces derniers affichent une volonté extrêmement marquée de revenir aux fondements éthiques du parti qu'ils jugent menacés par l'action des "nouveaux travaillistes."

5Les remises en question de la filiation travailliste du projet porté par Tony Blair et ses collaborateurs ont par ailleurs depuis été reprises et étoffées dans la sphère académique. Néanmoins, l'adoption d'une perspective historique sur ce point souligne la nécessité de prudence quant à ce type de jugements. En effet, les accusations de trahison telles que celles dont Tony Blair fait aujourd'hui l'objet sont un phénomène récurrent dans l'histoire du parti dans la mesure où tous ses dirigeants emblématiques y ont été soumis de façon plus ou moins continue au cours de leurs mandats respectifs, de Ramsay MacDonald à Harold Wilson. Même Clement Attlee, pourtant souvent utilisé par les critiques contemporains de Blair comme référence, s'est vu menacé à plusieurs reprises par des mouvements contestataires internes. Ainsi, Donald Bruce, secrétaire d'Aneurin Bevan, déclarait en 1974 à propos de la période de pouvoir d'Attlee près de vingt ans auparavant :

  • 2  Interviews about the 1945 Election, P. Young & W. Harrington. Labour Party Archives, 1974 (p2)

These men… these men… They never understood what was happening. […] Attlee was an efficient administrator. […] But If Nye had been leader of the party, we would never have lost the elan of 1945, never become tired. He would have opened up fresh horizons. Attlee neutered the party, castrated it.2

6Il semble donc pertinent, une dizaine d'années après l'arrivée de Tony Blair à la tête de la formation travailliste, de revenir sur les origines de cette réticence, largement répandue, à placer les "nouveaux travaillistes" dans la lignée de leurs prédécesseurs au sein du parti, afin de proposer un certain nombre de pistes de réflexion dans la perspective d"une réévaluation de cette parenté.

Les origines

7Si la fidélité de Tony Blair et de ses collaborateurs à la tradition travailliste est depuis plus d'une décennie remise en doute, la rhétorique adoptée par ces-derniers en porte sans nul doute partiellement la responsabilité. En effet, l'appellation même de "New Labour" n'est qu'un exemple parmi d'autres du discours de renouveau et de modernisation choisi par les "nouveaux travaillistes". L'accent fut résolument mis sur l'avenir, s'accompagnant d'une volonté plus ou moins revendiquée, selon l'auditoire, de marquer une distance significative avec le passé, comme Blair le fait ici lors d'un discours destiné aux membres de la confédération de l'industrie britannique (CBI) en novembre 1997 :

  • 3  Blair, T. - Prime Minister's Speech to the CBI Conference. . 11 novembre 1997. Site internet de Do (...)

For countries to succeed today, their political leaders must liberate themselves from the old ideologies that plunged the 20th Century into such strife and folly.3

8Cette volonté de rompre avec le passé fut donc largement interprétée comme s'appliquant également à la tradition travailliste, une interprétation que Tony Blair et ses proches ne démentirent qu'en partie, et souvent de façon relativement ambiguë, préférant axer leur rhétorique sur une association systématique des concepts de modernisation et de progrès, tandis que passé et considérations obsolètes devenaient interchangeables. Cette dernière tendance apparaît ainsi clairement dans cet extrait d'un discours prononcé par Tony Blair en 2000 et intitulé "Speech on the Government's Agenda for the Future" :

  • 4  Blair, T. - Speech on the Government's Agenda for the Future. . 8 février 2001. Downing Street Sit (...)

There will be no dogma of the past, no ideological barriers, no hangovers from either the post-war Labour settlement or the Thatcherism of the 80s and 90s, that will stop us getting the right answers that meet our ideals and help improve the lives of the vast majority of the British people.4

9Le lien ici établi entre "dogma", "barriers" ou encore "hangover" d'une part et "past" d'autre part est tout à fait représentatif de cette démarche, et bien que la rhétorique de modernisation des "nouveaux travaillistes" ait connu son apogée dans les premières années du mandat de Blair, celle-ci a également trouvé sa place dans le discours du New Labour depuis, comme en témoigne le slogan choisi pour l'élection de 2005 : « Britain. Forward not back »5. Au-delà du champ strictement rhétorique, la volonté des "nouveaux travaillistes" de marquer une rupture avec le passé est aussi visible sur le plan politique, comme l'illustre le concept de 3ème voie, le rapprochement avec les Libéraux au cours du premier mandat de Blair, ou encore la visite très symbolique de Margaret Thatcher à Downing Street au lendemain de la victoire de 1997. Des mesures phares telle que l'indépendance accordée à la Banque d'Angleterre témoignent d'une démarche similaire dans la sphère économique, ce que confirme Gordon Brown en 1999 lors du congrès du parti :

  • 6  Brown, G. – "Conference Speech." The Guardian 27 septembre 1999.

So in the years ahead, we will always be vigilant about stability, our Labour Government will never take risks with inflation. I will never let the deficit get out of control. We will not spend money we have not earned. Our years of responsibility in Government have only just begun.6

10Ce sentiment de rupture assumée entre le New Labour et la tradition du parti travailliste fut également renforcé par le détournement de thèmes de campagnes longtemps monopolisés par les conservateurs, tels que la rigueur économique, mentionnée à l'instant, la lutte contre la criminalité, ou encore la fierté nationale. D'autre part, cette distance entre mouvement contemporain et travaillisme historique fut concrétisée par un rejet récurrent des symboles associés à cette tradition au sein du parti. La modification de la Clause IV en est un des exemples les plus frappants.

11Ces divers points font apparaître la démarche des "nouveaux travaillistes" vis à vis de la tradition du parti auquel ils appartiennent. Il s'agissait ainsi d'une part de définir cette tradition, comme Mandelson le fait ici :

  • 7  Mandelson, P. - The Blair Revolution Revisited,  London : Politico's Publishing. 2002, p18.

 […] The old left saw its job as to represent trade unions, pressure groups and the "working class".7

12Pour ensuite se placer visiblement à distance de cette tradition ainsi définie. Blair écrivait en 1998 :

  • 8  Blair, T. The Third Way : New Politics for a New Century,  London : Fabian Society, 1998, p2. (Fab (...)

The Left is not returning to the old politics of isolation, nationalisation, bureaucracy and "tax and spend".8

13Toutefois, une analyse plus approfondie de cette définition révèle que les "nouveaux travaillistes" ne font en fait que parodier la tradition travailliste pour mieux s'en écarter. Les références faites de façon épisodique par Blair ou Brown à une vision plus authentique de l'histoire de leur propre parti semble conforter cette hypothèse d'une définition stéréotypée adoptée, non pas par ignorance, mais dans un but stratégique précis. La rhétorique de rupture adoptée, de même que la distance mise par les "nouveaux travaillistes" vis à vis de cette définition quasi-caricaturée du travaillisme ne sont donc pas, en tant que telles, révélatrices d'une opposition dans les faits entre pratique contemporaine et positionnements historiques. De plus, l'utilisation d'une rhétorique de nouveauté n'est pas nécessairement un signe de trahison au sein du parti travailliste puisque, là encore, la plupart des prédécesseurs de Blair y ont eu recours, de Keir Hardie à Harold Wilson, sans oublier Attlee au lendemain de la seconde guerre mondiale.

14Cependant, il apparaît clairement que l'approche choisie par les "nouveaux travaillistes" pour répondre à des considérations essentiellement tactiques n'est pas sans danger. Certes, il aurait pu leur être dommageable de revendiquer dans un premier temps une proximité trop nette avec la tradition d'un parti encore trop souvent associé aux excès des années 80 pour une partie de l'opinion publique. Néanmoins, il semblerait aujourd'hui que cette distance cultivée pour des raisons stratégiques ait contribué à légitimer le droit des adversaires de Blair à se présenter comme détenteurs de la seule vérité travailliste et à l'en exclure. Car après avoir caricaturé les caractéristiques historiques du parti pour mieux s'en distinguer, il est difficile maintenant aux "nouveaux travaillistes" de revendiquer une appartenance à une tradition travailliste plus large, plus complexe, et pourtant plus authentique.

Au-delà des stéréotypes

15Il semble donc capital, lorsque la question de la parenté de Tony Blair avec l'histoire travailliste est soulevée, d'être au clair sur la définition du travaillisme sur laquelle une telle analyse repose, afin que celle-ci n'en soit pas une version inexacte ou tout au moins tronquée, qu'il s'agisse de celle qu'il donne lui même à des fins stratégiques ou encore de celle utilisée par ses adversaires.

16Car, comme nous venons de le souligner, la distance établie par Blair et ses proches sur le plan rhétorique avec la tradition travailliste contribue à conférer le monopole de cette tradition à ses opposants, ce qui est sur le fond tout à fait discutable. Lorsque l'identité travailliste est abordée dans toute sa complexité, il apparaît très nettement qu'elle n'a pas forcément pour clés de voûtes les positionnements les plus visibles de ces rivaux. Les quelques exemples suivants, nécessairement trop brefs, sont toutefois représentatifs de ce phénomène.

17Une des critiques les plus récurrentes formulée à l'encontre des "nouveaux travaillistes" porte sur leur rapport à la classe ouvrière. Les opposants à Blair, notamment ceux issus de la sphère syndicale auxquels il a été fait référence précédemment, considèrent ainsi que la formation travailliste fut fondée par et pour la classe ouvrière. Pourtant, en pratique, la dimension nationale du parti, et notamment le lien avec les classes moyennes, ont fait partie intégrante de ses positionnements, à la fois stratégiques et idéologiques, dès ses premières années. Les réalités électorales tout au long du 20ème siècle sont une des raisons primordiales de ce choix. En effet, le parti travailliste n'a jamais disposé, depuis sa création, du monopole du vote ouvrier, loin s'en faut. Jusqu'à la victoire d'Attlee en 1945, seuls deux gouvernements travaillistes avaient été élus, et par la suite, Harold MacMillan ou Margaret Thatcher parvinrent à séduire une majorité de cet électorat. Le remarquable ouvrage de Robert McKenzie et Allan Silver intitulé Angels in Marble : Working Class Conservatives in Urban England (Heinemann, Londres, 1968) est particulièrement révélateur sur ce point.

  • 9  Godfrey, E.(Lord).- The Life of James Ramsay MacDonald, London : Collins Publishers, 1939 (p66)

18D'autre part, les références contemporaines à "la" classe ouvrière semblent reposer sur la vision d'une entité unique et homogène, ce qui est tout aussi illusoire au début du 21ème siècle qu'à l'époque de la création du parti, ce que Lord Elton met en avant en 1939 lorsqu'il décrit "the cavernous social gulf between a bricklayer and a bricklayer's labourer".9

  • 10  Webb, S. - The New Constitution of the Labour Party, Labour Party, in News Series, n° 1, London, 1 (...)

19La nécessité de s'adresser à un public plus large que la seule classe ouvrière, interprétée comme essentiellement manuelle et industrielle, fut donc concomitante à la fondation du mouvement. La célèbre Clause IV de la constitution travailliste ne se fixe-t-elle pas l'objectif suivant : « To secure for the workers by hand or brain the full fruits of their industry10 ».Aux raisons électorales s'ajoutent également des considérations éthiques relatives à la vision organique de l'action sociale chère aux pionniers et reprise depuis par la plupart des dirigeants du parti.

20Celle-ci repose en effet sur l'interrelation constante entre action individuelle et intérêt commun, à égalité des différents participants. Sur ce point, les travaillistes anglais sont donc à rapprocher des socialistes français, comme l'illustre cette citation de Jaurès en 1908 :

  • 11  Congrès SFIO de Toulouse. Jean Jaurès. 1908

Comme socialiste, je ne sépare pas l'affranchissement ouvrier de la culture humaine. L'avènement du socialisme sera l'accession de toute la classe ouvrière à la civilisation humaine la plus haute et l'accession de la civilisation humaine d'aujourd'hui à une forme infiniment supérieure pour une immense majorité de citoyens.11

21Cette question du rapport entretenu par le parti travailliste avec la classe ouvrière confirme donc que les accusations portées à l'encontre des "nouveaux travaillistes" quant à leur supposée trahison de la tradition de leur parti peuvent être fondées sur une représentation de cette tradition qui n'est pas fidèle à la richesse des positionnements adoptés tout au cours de son histoire.

22Le thème de l'action publique en est un exemple supplémentaire. Les propositions en termes de partenariat public/privé dans le domaine de l'éducation ou de la santé (cf concordat signé en 2000 avec les hôpitaux indépendants, ou encore le programme électoral de 2001) ont été le sujet de vives controverses, et là encore, interprétées comme signe de trahison de la part des "nouveaux travaillistes", l'intervention de l'état étant largement perçue comme emblématique de l'engagement travailliste historique. Ainsi, la définition que l'Encyclopedia Britannica donne du parti est la suivante :

  • 12  Labour Party, Ultimate Reference Suite Dvd. Encyclopedia Britannica, 2004

Labour Party: British political party whose historic links with trade unions have led it to promote an active role for the state in the creation of economic prosperity and in the provision of social services.12

23Cette perception est pourtant loin d'être une évidence dans les faits, dans la mesure où l'action publique est envisagée, pour les pionniers du travaillisme mais aussi pour les membres du gouvernement de 1945, dans une perspective strictement utilitariste. Ainsi, pour Keir Hardie, dès 1896 :

  • 13  Keir Hardie, Labour Leader, 12 Décembre 1896

I am a socialist because socialism means fraternity founded on justice, and the fact that in order to secure this it is necessary to transfer land and capital from private to public ownership is a mere incident in the crusade.13

24Mais aussi selon Herbert Morrison près de cinquante ans plus tard :

  • 14  To the Staff Side of the Civil Service National Whitley Council at a Conference on "Manpower". Her (...)

Our State is not an impersonal superior State which has a right to do things to us. It is simply an expression of ourselves as a group of human beings trying to do things together in a fair and orderly manner.14

25La vision organique mentionnée précédemment impliquait en effet une égalité des différents partenaires au sein de l'ensemble, l'état n'occupant pas de position dominante, et le recours à l'intervention publique ne dépendant que de son utilité. La "trahison" reprochée aux "nouveaux travaillistes" sur ce point n'est donc, là non plus, pas aussi évidente qu'il pourrait paraître au premier abord puisqu'elle a pour référent une définition biaisée de son identité d'origine.

26Il en va de même en ce qui concerne les critiques formulées à propos de l'importance accordée par Tony Blair et son équipe à la gestion de l'image, associée au terme devenu péjoratif de "spin". Peter Mandelson, un des lieutenants de Blair en matière de communication après avoir été celui de Neil Kinnock dans les années 80, reconnaît a posteriori un certain nombre de maladresses à ce sujet, comme ici, lors d'une interview accordée à Andrew Marr en 2002 :

Andrew Marr: Can I take you onto another aspect in all of this which is language? Because clearly one of the things - let me put to you a theory anyway. In the Major years, splits, divisions, gaffes, were a real problem both for the Government and indeed for the Opposition, at times. And avoiding endless split stories became very, very important to yourself and to other people trying to, to kind of shape the political debate. As a result of that a whole generation of politicians grew up or came to prominence who didn't really speak human. They sort of sounded a bit like clones, they all said the same thing.

Peter Mandelson : It's as if they are reciting a catechism ?

Andrew Marr : Exactly and whatever question they were asked, they would say the same thing, they had a message to get out...

Peter Mandelson : I'll tell you why that was. I'll tell you why that though, because when we were in Opposition, after years of division, years of amateurishness and years of gaffes, by the Labour Party, we placed great emphasis on unity, disciplined communication, getting a message across about ourselves, […]. Now, the result of that was Ministers, or Shadow Ministers and spokespeople for our party, I think felt that, you know, they were sort of going into studios... […] They were going into interviews rather sort of clenched stomachs, thinking that you know the, the Peter Mandelson, or the Alistair Campbell or who ever it was, was listening to this and if they made one mistake or put one word out of turn, or whatever, they would either, you know, be bonked on the head, or worse never asked to go or represent the party again on the TV or radio. And I think that a slight over-neurosis set in. […]15

  • 16  Boorstin, D. - The Image, or, what appened to the American dream, London : Weidenfeld and Nicolson (...)

27Malgré ces excès, toutefois, la relation qu'entretiennent les "nouveaux travaillistes" avec leur propre représentation ne diffère pas profondément de celle de leurs prédécesseurs au sein du parti. En effet, comme nous l'avons souligné, les conservateurs mirent en place très tôt des campagnes relativement élaborées destinées à séduire l'électorat ouvrier, et ne serait-ce que pour pouvoir rivaliser avec leurs adversaires, les travaillistes s'intéressèrent dès leur première années sur la scène politique aux questions de communication. Un département chargé de la publicité fut ainsi crée en 1917 et le parti fit appel à des professionnels de ce secteur lors des élections locales de 1937 sous la houlette d'Herbert Morrison. Les statistiques et les sondages firent par ailleurs leur apparition dans l'appareil stratégique du mouvement dès les années 50. D'autre part, Daniel Boorstin16 utilisait déjà, en 1962, le terme "pseudo-événement" pour évoquer la propension des médias et des hommes politiques à monter en épingle des faits ou incidents au potentiel informatif minime à des fins tactiques.

28Mais outre ces considérations électorales, certaines spécificités du mouvement travailliste eurent comme conséquence la nécessité d'une gestion rigoureuse et approfondie de son image. Ainsi, la position d'outsider du parti jusqu'à la seconde guerre mondiale, mais aussi le besoin impératif de concilier des intérêts variés tant sur le plan interne que national, ou encore la volonté pédagogique des pionniers se traduisirent par une attention particulière portée aux questions de représentation. La manipulation de l'image en général, ainsi que le recours à des déclarations ambiguës, ou encore à des définitions destinées à servir des objectifs stratégiques en particulier, ne sont donc en aucun cas le monopole du New Labour dans l'histoire travailliste. Une dimension qui est par ailleurs capitale lorsqu'il s'agit justement de déterminer la nature de l'identité travailliste.

29Ce dernier point, de même que les exemples cités précédemment, rappellent donc que toute évaluation de l'appartenance de Blair et de son équipe à la tradition travailliste se doit d'être précédée d'une définition préalable de cette identité. La chose n'est bien sûr pas aisée car le débat est complexe et souvent subjectif. Pour Geoffrey Foote, le terme "labourism" reflète la priorité essentiellement syndicale du mouvement :

  • 17  Foote, G. - The Labour Party's Political Thought : a History,  Basingstoke : Macmillan Press, 1997 (...)

To understand the fundamental ideological boundaries of the Labour Party's thought, it is necessary to look behind the socialist face worn by the party for much of its history to see this labourism, free of the clutter of any political doctrine other than pure and simple trade union politics.17

Ralph Milliband (Parliamentary Socialism : a Study in the Politics of Labour. Merlin Press. Londres. 1973) l'utilise lui aussi pour remettre en question le socialisme du mouvement dans une perspective quasi-péjorative.

30Pourtant, une analyse approfondie des fondements théoriques du parti au cours de son histoire dément la réduction de l'identité travailliste à des considérations pragmatiques ou à une définition par défaut, et révèle à l'inverse des caractéristiques propres dont notamment la capacité de ses principaux dirigeants à agencer la multiplicité de ses composantes en un projet commun, complexe et polymorphe, à mille lieues des visions monolithiques mentionnées précédemment. Car l'identité travailliste ne se limite pas aux prises de position des membres les plus visibles du parti au cours de son histoire, mais constitue une réalité à la fois composite et singulière fondée sur une série d'éléments récurrents, souvent distincts de ceux qui apparaissent le plus fréquemment sur le devant de la scène. Il convient donc de distinguer visibilité d'une part et représentativité de parti et de sa tradition dans leur diversité d'autre part. Ceci n'implique pas de considérer comme marginaux les positionnements non-majoritaires car ils sont essentiels à l'élan créatif du parti, mais il apparaît capital de ne pas non plus leur accorder une importance disproportionnée dans la définition de l'identité travailliste.

31Car une fois celle-ci analysée dans toute sa richesse, au-delà de visions partielles ou stéréotypées, une parenté indéniable peut être mise à jour entre le projet du New Labour et ceux des dirigeants travaillistes précédents, qui, malgré les limites du fonctionnement du parti au cours de son histoire sur le plan de la démocratie interne, demeurent néanmoins les plus représentatifs de la tradition travailliste dans sa globalité. Sur les aspects auxquels il a été fait référence, ainsi que sur bien d'autres qu'il a été nécessaire de mettre de coté, Blair est en tous cas tout aussi travailliste que MacDonald, Hardie, Attlee ou Wilson.

Pistes de réévaluation

32Une fois ce point précisé, il apparaît toutefois que Blair se distingue de la tradition travailliste sur certains points, qui ne sont pas nécessairement les plus perceptibles mais qui sont néanmoins capitaux. Il n'est ainsi pas anodin que les premières accusations de trahison aient eu pour origine le parti lui-même. Car en effet, c'est bien sur le plan interne qu'une réelle distance a vu le jour entre la pratique des "nouveaux travaillistes" et celle de leurs prédécesseurs les plus emblématiques.

33Le traitement relativement cavalier d'un certain nombre de mythes identitaires auquel il a été fait référence en est une manifestation. La poursuite du processus de centralisation du pouvoir amorcée par Neil Kinnock en est une autre, tout à fait fondamentale. Ainsi, une confusion entre impératif d'unité et uniformisation des points de vue est nettement perceptible chez les "nouveaux travaillistes", ce qui marque une réelle rupture avec la tradition du mouvement, comme en témoigne cette citation de Tony Benn extraite du "débat sur le futur de la gauche" et datant de 1980 :

  • 18  "The Debate on the future of the left". Tony Benn. Central Hall, Westminster, 11 mars 1980 in The (...)

What we offer is unity of action plus diversity of thought - a pluralism within a democratic movement.18

34Un positionnement identique à celui des pionniers du parti, comme ici, Attlee en 1945, s'exprimant à propos de la situation internationale du moment :

  • 19  Attlee, C. - Speech to Congress, novembre 1945, in Purpose and Policy : selected Speeches,  London (...)

It is essential, if we are to build up a peaceful world, that we should have the widest toleration, recognising that our aim is not uniformity, but unity in diversity. It would be a dull world if we were all alike. I hope to see a world as orderly as a well-run town, with citizens diverse in character but co-operating for the common good.19

35Ce type d'approche est généralement absent de la pratique de Tony Blair et de son équipe, tout au moins sur le plan interne. L'évolution du congrès annuel du parti en est une illustration flagrante, l'expulsion d'un membre lors de l'édition 2005 pour avoir interpellé Jack Straw lors de son intervention n'en étant que l'expression la plus récente.

36Préserver des espaces de débat authentique au sein du parti tout en conservant le pouvoir de décision ultime avait été le choix des dirigeants précédents, de MacDonald à Wilson.

37La situation a manifestement évolué sur ce plan-là, une évolution qui n'est pas sans son lot de conséquences dommageables pour les "nouveaux travaillistes". D'une part, le sentiment de participation interne s'est indéniablement affaibli, ce qui suscite aujourd'hui de réelles interrogations quant au soutien dont dispose le projet du New Labour au sein du mouvement travailliste, ainsi que sur la capacité de la hiérarchie actuelle à tirer profit de la richesse théorique issue de l'expérience de ses membres. D'autre part, le contraste manifeste entre rhétorique de démocratisation et limitation des possibilités de débat en pratique met en péril la crédibilité du discours des "nouveaux travaillistes", non seulement sur ce point, mais aussi de façon plus générale, en nourrissant notamment les polémiques sur la question du "spin".

38Enfin, une des répercussions les plus préoccupantes de ce processus de centralisation du pouvoir et d'uniformisation des points de vue réside dans les modifications qu'il implique sur le plan de la démarche créative du parti. En effet, fédérer la multitude de courants divers en un projet commun et cohérent représentait un travail colossal pour les dirigeants travaillistes précédents, souvent proche de l'équilibrisme, voire de la duplicité. Toutefois, la richesse et la singularité du parti en dépendaient, de même que la dimension polymorphique du mouvement sur laquelle reposait une grande partie de son potentiel d'attraction, sur le plan interne ainsi qu'au niveau électoral. Cet exercice périlleux assurait ainsi aux projets travaillistes les plus porteurs un caractère hétérogène lui même vecteur de leur relatif équilibre théorique, de la cohérence de l'ensemble ainsi que d'un certain potentiel de réactivité en cas de difficulté. Les "nouveaux travaillistes" ont donc choisi, dans ce domaine-là une voie différente. Notons cependant qu'ils ne sont pas à l'origine d'une telle évolution au sein du parti travailliste dans la mesure où l'essentiel des mesures allant à l'encontre de la pluralité initiale du mouvement est antérieur à 1994. Ils n'ont cependant pas opté pour une modification de cette tendance alors que la situation interne avait elle-même évolué.

39Ceci dit, l'observateur extérieur tentant de déterminer la parenté du New Labour avec la tradition travailliste se retrouve face à un paradoxe. Car en dépit d'un processus créatif nettement distinct de celui adopté précédemment au sein du parti, le résultat présente de nombreux points communs entre "nouveau travaillisme" et travaillisme historique. Ceci est vrai du lien à la classe ouvrière, de la conception de l'action publique ou encore de la gestion de l'image que nous avons évoqués ci-dessus, mais aussi, par exemple, de l'accent mis sur l'action communautaire et le volontarisme individuel, de la nécessité de réduction des inégalités ou encore de la volonté didactique inhérente au projet du New Labour.

40Ce projet contemporain comprend donc de nombreux éléments issus de la tradition du parti, mais souvent agencés de manière différente, dissociés de concepts ou de pratiques jusque là liés, selon des priorités ou une hiérarchie ponctuellement distincte. Ce qui implique la plus grande prudence vis à vis des accusations de trahison mentionnées précédemment et rend nécessaire une conclusion extrêmement nuancée concernant la question de la filiation travailliste de Tony Blair. Car en terme de mesures individuelles, le New Labour se place indéniablement dans la lignée historique du parti travailliste, tandis qu'en terme de vision globale, une certaine ambiguïté demeure.

41La présence de nombreux ingrédients travaillistes dans les choix et la pratique des "nouveaux travaillistes" permet donc de rétablir une parenté entre le New Labour et la tradition du parti, ou tout au moins, de relativiser les accusations de trahison portées à l'encontre de Blair. Toutefois, le résultat est à la fois familier mais aussi indéniablement singulier, en raison notamment des apports théoriques extérieurs auxquels il a été fait référence en introduction, bien que ceux-ci s'incorporent davantage à une vision plus complexe qu'ils ne l'orientent de façon déterminante, s'ajoutant à d'autres afin de produire un résultat unique, tant sur le plan géographique qu'historique, ce qui était d'ailleurs déjà le cas des expériences d'Hardie ou de MacDonald, ou encore pour Attlee.

Conclusion

42L'analyse ci-dessus démontre donc la nécessité de prudence lorsque est abordée la question de la parenté des "nouveaux travaillistes" vis à vis des positionnements et des pratiques adoptées précédemment au sein du mouvement qui est le leur. En effet, elle met en relief plusieurs aspects déterminants généralement occultés par la plupart des critiques de Tony Blair et notamment par ceux qui se trouvent à l'origine des accusations de trahison le concernant. La nécessité de prendre en considération la dimension stratégique inhérente à la démarche du New Labour, mais aussi, ne l'oublions pas, de la plupart des dirigeants travaillistes précédents, en est un qui conduit également à s'interroger sur la représentation de la tradition travailliste sur laquelle ces accusations sont basées. Car si les réserves à propos du caractère monophonique du projet des "nouveaux travaillistes" semblent fondées, il convient de ne pas y opposer une vision tout aussi uniforme à mille lieues de la complexité de l'identité travailliste au cours du siècle.

43Celle-ci s'est en effet construite grâce à un processus de débat récurrent entre les différents composants de la mosaïque travailliste et si tous peuvent légitimement revendiquer avoir apporté leur contribution à cette construction, aucun n'en a toutefois le monopole. De ces fragments qui composent l'identité du parti, les "nouveaux travaillistes" ont repris un nombre non négligeable, notamment ceux que MacDonald, Attlee ou Wilson avaient en commun puisqu'ils étaient les plus flexibles, les plus susceptibles de répondre aux nécessités d'un monde en changement mais dont les problèmes majeurs ont traversé les décennies. Et s'il est périlleux de tenter de quantifier l'appartenance à une lignée politique, quelle qu'elle soit, il est cependant clair que la simplicité des accusations de trahison portées à l'encontre de Blair et de son équipe masquent une réalité bien plus complexe. Elles contribuent également à minimiser un succès électoral inégalé ainsi qu'un bilan gouvernemental, à l'aube d'un troisième mandat qui, malgré ses limites, rivalise avec ceux des prédécesseurs travaillistes de Blair.

44Une évaluation approfondie des périodes de pouvoir de ces-derniers pourrait d'ailleurs être à l'origine d'une évaluation semblable à celle qui vient d'être faîte, oscillant entre fidélité et singularité. Et la citation ci-dessous, relative à un autre supposé traître célèbre de l'histoire travailliste, semble en tous cas tout aussi adaptée à la situation contemporaine qu'elle l'était au début du siècle :

  • 20  Mowat, CL. - "Ramsay MacDonald and the Labour Party". in Essays in Labour History / eds. Asa Brigg (...)

For if the Labour Party condemns MacDonald, it condemns itself for having chosen and retained him as leader.20

Haut de page

Bibliographie

Anonyme. – Définition Labour Party ; Ultimate Reference Suite Dvd, in Encyclopedia Britannica, 2004

Attle, C. - Speech to Congress. in Purpose and Policy : selected Speeches,  London : Hutchinson, 1947

Benn, T. - "The Debate on the future of the left" in The Crisis and Future of the Left ; ed. by Peter Hein, London : Pluto, 1980

Blair, T. - Speech on the Government's Agenda for the Future ; 8 février 2001, Site internet de Downing Street, http://www.number-10.gov.uk

Blair, T. - Prime Minister's Speech to the CBI Conference, 11 novembre 1997. Site internet de Downing Street. http://www.number-10.gov.uk

Blair, T. - The Third Way : New Politics for a New Century, London : Fabian Society, (Fabian Pamphlet, n° 588), 1998

Boorstin, D. - The image or, What happened to the American Dream, London : Weidenfeld and Nicolson, 1961

Brown, Gordon. - "Conference Speech” in :The Guardian, 27 septembre 1999.

Elton, G. (Lord). - The Life of James Ramsay MacDonald, London : Collins Publishers,1939

Foote, G. - The Labour Party's Political Thought : a History, Basingstoke : Macmillan Press, 1997

Hardie, K. - Labour Leader, 12 Décembre 1896

Hattersley, R. - "Note that New Labour is attacking me, not my ideas", in The Guardian, 2 juin 2001

Jaurès, J. - Discours au congrès SFIO de Toulouse, 1908

Labour Party. - Britain : Forward not Back, 2005, http://www.labour.org.uk/conference2004

Mandelson, P. - The Blair Revolution Revisited, London : Politico's Publishing, 2002

Marr, A. – "Peter Mandelson on the UK Media", Interview BBC4, 9 avril 2002, http://www.bbc.co.uk/bbINour/talkshow/features/mandelson-transcript.shtml

Morrisson, H. - To the Staff Side of the Civil Service National Whitley Council at a Conference on "Manpower", in The Peaceful Revolution : Speeches by The Rt. Hon. Herbert Morrison, Londres : Allen & Unwin, 1949

Mowat, CL. - Ramsay MacDonald and the Labour Party Essays in Labour History,in Memory of G.D.H. Cole / ed. by Asa Briggs and John Saville,. London : Macmillan, 1960

Webb, S. - The New Constitution of the Labour Party, London : Labour Party, 1918

Young, P ; Harrington, W. - Interviews about the 1945 Election, Labour Party Archives, 1974 (Non publié)

Haut de page

Notes

1  Note that New Labour is attacking me, not my ideas. , The Guardian, 2 juin 2001

2  Interviews about the 1945 Election, P. Young & W. Harrington. Labour Party Archives, 1974 (p2)

3  Blair, T. - Prime Minister's Speech to the CBI Conference. . 11 novembre 1997. Site internet de Downing Street. http://www. number-10.gov.uk

4  Blair, T. - Speech on the Government's Agenda for the Future. . 8 février 2001. Downing Street Site. http://www.number-10.gov.uk

5  Britain : Forward not Back. 2005, Labour Party, http://www.labour.org.uk/conference2004

6  Brown, G. – "Conference Speech." The Guardian 27 septembre 1999.

7  Mandelson, P. - The Blair Revolution Revisited,  London : Politico's Publishing. 2002, p18.

8  Blair, T. The Third Way : New Politics for a New Century,  London : Fabian Society, 1998, p2. (Fabian Pamphlet n° 588)

9  Godfrey, E.(Lord).- The Life of James Ramsay MacDonald, London : Collins Publishers, 1939 (p66)

10  Webb, S. - The New Constitution of the Labour Party, Labour Party, in News Series, n° 1, London, 1918

11  Congrès SFIO de Toulouse. Jean Jaurès. 1908

12  Labour Party, Ultimate Reference Suite Dvd. Encyclopedia Britannica, 2004

13  Keir Hardie, Labour Leader, 12 Décembre 1896

14  To the Staff Side of the Civil Service National Whitley Council at a Conference on "Manpower". Herbert Morrison. 6 juin 1947 in The Peaceful Revolution : Speeches by The Rt. Hon. Herbert Morrison. Allen & Unwin, 1949

15  "Peter Mandelson on the UK Media". Interview by Andrew Marr, BBC4, 9 Avril 2002. http://www.bbc.co.uk/bbINour/talkshow/features/mandelson-transcript.shtml

16  Boorstin, D. - The Image, or, what appened to the American dream, London : Weidenfeld and Nicolson. 1961

17  Foote, G. - The Labour Party's Political Thought : a History,  Basingstoke : Macmillan Press, 1997 (p.5)

18  "The Debate on the future of the left". Tony Benn. Central Hall, Westminster, 11 mars 1980 in The Crisis and Future of the Left. Peter Hein Ed. Pluto Press. 1980

19  Attlee, C. - Speech to Congress, novembre 1945, in Purpose and Policy : selected Speeches,  London : Hutchinson & Co. 1947 (p.150)

20  Mowat, CL. - "Ramsay MacDonald and the Labour Party". in Essays in Labour History / eds. Asa Briggs and John Saville eds, London : Macmillan, 1960

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Castel, « Et si Tony Blair était travailliste ? », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 115-131.

Référence électronique

Géraldine Castel, « Et si Tony Blair était travailliste ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/521 ; DOI : 10.4000/osb.521

Haut de page

Auteur

Géraldine Castel

Professeur agrégé d'anglais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org