Navigation – Plan du site

Huit années de gestion travailliste des relations raciales (1997-2005) : vers une autonomisation du modèle multiculturel britannique ?

Vincent Latour
p. 205-217

Résumé

Depuis l'arrivée au pouvoir des travaillistes, et, singulièrement depuis les attentats du 11 septembre, l'atlantisme de la Grande-Bretagne et le soutien indéfectible apporté par Tony Blair au Président Bush dans sa « guerre contre le terrorisme » semblent avoir été concomitants à une profonde réflexion sur le multiculturalisme britannique (retour en force de la notion d'intégration, mise en place d'une citizenship education, directement inspirée de l'éducation civique française, remise en cause de la Commission for Racial Equality etc.).

Cet article tente de déchiffrer les réponses apportées par le gouvernement Blair à une situation à de nombreux égards exceptionnelle (attentats du 7 juillet 2005, émeutes raciales d’octobre 2005 à Birmingham). Il tente de démêler la part d’idéologie et de pragmatisme dans ce changement de cap, que d’aucuns qualifient de révolution idéologique, et d’évaluer le poids réel ou supposé du « modèle américain » dans cette évolution.

Haut de page

Texte intégral

1En Grande-Bretagne, les dix-huit années de règne conservateur furent marquées, notamment dans la décennie 1980-1990, par l’idéologie de la nouvelle droite, qui s’opposait aux fondements même du modèle multiculturel britannique, caractérisé depuis les années 60 par une législation ad'hoc, des politiques urbaines et des mesures d'Egalité des chances.

2L’idéologie de la nouvelle droite, aux relents nationalistes, xénophobes et racistes, fut abondamment relayée dans la presse conservatrice, notamment populaire, alors très perméable à ces thèses. Malgré le louable effort d’ouverture d’un John Major sur ces questions entre 1990 et 1997, l’élection de Tony Blair laissait augurer de lendemains plus fastes pour des minorités qui avaient massivement concouru à porter les néotravaillistes au pouvoir. Cette article propose d’analyser l’évolution récente, que d’aucuns qualifient de spectaculaire, du New Labour sur les questions liées à l’immigration et à la gestion de la pluralité ethnique, culturelle et religieuse de la population du Royaume-Uni.

3Tout d’abord, je m’efforcerai, grâce à une exploration sémantique, d’expliciter le positionnement de la Grande-Bretagne entre les deux modèles politico-sociétaux que sont « le modèle américain » et le « social-libéralisme ». Ce travail définitoire me permettra de montrer comment les relations raciales, domaine qui échappe a priori au marché, s’articulent (ou non) avec la philosophie de la troisième voie. Je montrerai ensuite que la troisième voie est, par définition, porteuse des fondements idéologiques de l’évolution récente, même si cette dernière peut s’expliquer par une réponse pragmatique dictée par une conjoncture très particulière. Dans un dernier temps, enfin, je m’interrogerai sur l’autonomisation éventuelle du modèle multiculturel britannique et sur les dangers qu’engendre l’évolution actuelle.

La Grande-Bretagne entre deux modèles américains

Le modèle reagano-thatchérien

4Il semble exister une dichotomie entre « modèle américain » et « social libéralisme », la définition en creux contenue dans le thème suggérant que cette deuxième orientation n’est pas d’inspiration étasunienne. Il convient tout d’abord de préciser ce que recouvrent ces deux expressions, avant d’envisager leur impact sur le mode de gestion multiculturel britannique.

  • 1  Social Justice. Strategies for National Renewal, rapport de la Commission sur la justice sociale, (...)

5Le « modèle américain » auquel le thème de nos travaux semble se référer est de type néo-libéral, c’est à dire, caractérisé par la déréglementation. Pour les défenseurs de cette formule, dans un monde idéal, des entrepreneurs dynamiques, affranchis des contraintes des lois sociales et du code du travail, contribueraient à faire émerger de nouvelles activités et de nouveaux marchés. Ce système a pour corollaires la quête perpétuelle de la diminution des coûts, la rentabilité immédiate, la réduction des dépenses et des services publics1. Ce modèle correspond grosso modo aux politiques socio-économiques mises en place dans les années 1980 de part et d’autre de l’Atlantique par Margaret Thatcher et Ronald Reagan.

6La part de l’héritage thatchérien dans l’idéologie composite du New Labour est indiscutable. L’insistance de Tony Blair pour obtenir, contre l’avis initial de la majorité de son parti, l’abrogation de la Clause 4 dès son accession à la tête du parti travailliste est, à cet égard, assez éloquente. Blair a bâti ses réformes de troisième voie sur le socle des réformes opérées par les Conservateurs, ce qui lui a valu les surnoms de Thatcher Lite ou bien encore Tory Blair.

L’influence de Bill Clinton et des New Democrats

  • 2  Ibid.

7Qu’en est-il du Social-libéralisme ? Ce mot désigne une synthèse entre social-démocratie et libéralisme économique. Bien qu’apparenté au modèle social-démocrate continental, dont il partage de nombreuses préoccupations, le social libéralisme s’en distingue, car les socio-libéraux perçoivent la social-démocratie traditionnelle comme « niveleuse » et « pessimiste », alors que le social-libéralisme, toujours selon ses défenseurs, serait typique d’ « un pays qui investit »2 , « the social investment state », comme l’appelle Anthony Giddens.

  • 3  Le Corre, P. - Tony Blair, les rendez-vous manqués, Paris : Autrement-Frontières, 2004) 34.

8En France, et, dans une moindre mesure, en Grande-Bretagne, le social-libéralisme conserve des connotations péjoratives, du moins pour la gauche traditionnelle, extrême ou altermondialiste. Au sein du PS, personne ou presque (à l’exception de Jean-Marie Bockel, sénateur-maire PS de Mulhouse) n’ose s’en réclamer ouvertement. Outre-manche, les néotravaillistes eux-mêmes, Blair en tête, préfèrent parler de « troisième voie » ou de « renouveau » de la social-démocratie (cf. Giddens, The Renewal of Social Democracy), probablement pour ne pas entretenir la confusion avec le néolibéralisme thatchérien. Néanmoins, ce terme est désormais usité en sciences politiques pour désigner une orientation politique à part entière. Cette reconnaissance est notamment passée par le manifeste de la troisième voie et du nouveau centre, (Die Neue Mitte – The Third Way) rédigé et signé par Tony Blair et Gerhard Schröder en juin 1999 dans une perspective de rénovation de la gauche européenne. Le message central était éminemment socio-libéral (« Le rôle essentiel joué par les marchés doit être enrichi par l’action politique, et non entravé par celle ci. ») et fait irrésistiblement penser à « l’économie mondiale à visage humain » que Bill Clinton appelait de ses vœux à la même époque.3

9Anthony Giddens peut légitimement faire figure de théoricien de la troisième voie et du social-libéralisme (et, accessoirement, d’éminence grise de Tony Blair). De même, il ne fait guère de doute que la troisième voie et l’idéologie social-libérale qu’elle véhicule ont trouvé un écho certain en Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, et, dans une bien moindre mesure, en France. Pour autant, peut-on la présenter comme une orientation politique vraiment européenne ? La réponse est non, si l’on garde à l’esprit l’influence considérable de Bill Clinton et des New Democrats sur Tony Blair et sa garde rapprochée (Peter Mandelson, Alastair Campbell ou Will Hutton) avant et après les élections législatives de 1997, comme le montre Philippe Le Corre :

  • 4  Le Corre, 31.

Tous ont été plus ou moins soumis à l’influence des New Democrats de Bill Clinton et de son conseiller Dick Morris, qui avait imaginé, lors de la campagne présidentielle américaine, le principe de « centre actif » […] Lors de la convention démocrate de 1996, on lança la notion de « nouveau progressisme », destinée à répondre aux changements fondamentaux issus de l’industrialisation et de l’urbanisme contemporains. Un New Deal était suggéré, appelant à une collaboration plus intense entre Etat, syndicats, entreprises et monde associatif. 4

  • 5  Giddens A. -, The Third Way. The Renewal of Social Democracy, London : The Polity Press, 1998, 117

10Pendant les premières années du gouvernement Blair, les néo-travaillistes se sont largement inspirés des idées des New Democrats, dont on retrouve l’influence évidente dans le welfare-to-work et le New Deal, dans le rôle central que Blair entend donner à la société civile, ou, encore, dans la notion de « marché au service du social », la « Société-Providence » se substituant progressivement à l’Etat-Providence, comme l’indique très clairement Anthony Giddens : « In place of the welfare state we should put the social investment state, operating in the context of a positive welfare society. »5. Au final, donc, le positionnement idéologique de la Grande-Bretagne de Tony Blair est certes composite, mais l’influence américaine y est omniprésente. En forçant le trait, on pourrait paraphraser le thème du colloque et dire que la Grande-Bretagne se trouve « entre modèle américain et …modèle américain. »

11A priori, l’impact du marché sur les relations raciales ou le multiculturalisme ne devrait pas être des plus évidents, car ces deux domaines sont théoriquement moins soumis au marché que d’autres (emploi, santé, transports etc.). Néanmoins, dans la logique de la troisième voie, ils en sont tributaires, et, souvent, en pâtissent. A cet égard, le désengagement de l’Etat du milieu associatif, notamment ethnique est des plus significatifs. Le gouvernement central et les autorités locales poussent les associations sur la voie de la professionnalisation, en les incitant à facturer leurs services. Cette orientation, elle aussi d'inspiration néo-libérale étasunienne, fut prise à la fin des années Thatcher, avec l’adoption du NHS & Community Care Act (1990) ; elle s’est poursuivie sous John Major et s’est accélérée depuis l’arrivée au pouvoir de Tony Blair.

12En effet, il résulte de cette réforme une concurrence acharnée entre les différentes structures associatives pour l’obtention des modestes subsides résiduels, ce qui ne contribue en rien à donner de la cohésion à un milieu très fragmenté par ailleurs. Ainsi, à Bristol, afin de gagner une certaine visibilité et de devenir des interlocuteurs privilégiés de l’autorité locale, les associations communautaires quittent leur quartier d’origine et délaissent des usagers souvent fragilisés pour s’installer à Easton, inner city où sont concentrées la plupart des structures communautaires. Leur départ a parfois des conséquences graves, comme, par exemple, pour certaines femmes pakistanaises victimes de violence conjugale. Sur les 51 associations communautaires indo-pakistanaises que j’ai recensées à Bristol, 31 sont désormais installées à Easton, alors que moins de 20 % des Indo-Pakistanais de la ville habitent ce quartier. A Bristol, l’effet pervers de cette professionnalisation est l’isolement des plus vulnérables des quelque 5.000 Indo-Pakistanais éparpillés dans les trente-trois autres cantons (wards) de la ville.

13L’omniprésence du modèle américain en Grande-Bretagne ne fait donc guère de doute, avec le poids de l’héritage reagano-thatchérien d’une part et l’influence des New Democrats d’autre part. Les relations raciales, on l’a vu, n’échappent pas au marché : elles le subissent et, dans une certaine mesure, y participent. Le libéralisme, thatchérien ou « social », accentue les tensions intercommunautaires, que, paradoxalement, le gouvernement tente de résorber au nom de la community cohesion.

Les gouvernements Blair et le multiculturalisme : entre rupture et continuité

Une révolution culturelle ( ?)

  • 6  D’Hellencourt, B. - « L’enjeu racial désamorcé ? », Revue Française de Civilisation Britannique – (...)
  • 7  Blair T., « La troisième voie : une politique nouvelle pour le nouveau siècle », dans Anthony Gidd (...)

14L’alternance de 1997 confirma le poids des minorités ethniques dans la vie politique britannique, ainsi que leur soutien massif au Labour devenu New Labour.6 D’emblée, le nouveau gouvernement montra son attachement indiscutable aux valeurs, certes quelque peu abstraites, voire vagues, d’ « égalité », « égalité des chances pour tous », même si dans ce qui allait devenir la marque de l’éthique (et de la rhétorique) blairistes, ces concepts étaient liés à deux autres valeurs essentielles plutôt occultées jusqu’alors, « responsabilité » et « communauté ».7.

15Deux mois après les élections, le 31 juillet 1997, le gouvernement Blair demanda, par la voix de son ministre de l’Intérieur, l’ouverture d’une enquête parlementaire sur la mort du jeune Stephen Lawrence, adolescent noir mort en 1993 suite à une agression à caractère manifestement raciste, que la police avait refusé de reconnaître, et qui n’avait pas particulièrement ému les conservateurs :

To inquire into the matters arising from the death of Stephen Lawrence on 22 April 1993 to date, in order particularly to identify the lessons to be learned for the investigation and prosecution of racially motivated crimes.8

16Cette enquête, confiée à une commission dirigée par William MacPherson, conclut, dans un rapport rendu public en février 1999, à la persistance du racisme institutionnel en Grande-Bretagne, notamment au sein de la police. Le rapport et ses conclusions, constituèrent, sans nul doute, « l’affaire phare » du premier mandat de Tony Blair en matière de relations raciales. Elle mit en évidence les limites d’un mode de gestion fondé sur les restrictions migratoires et la protection des minorités présentes sur le sol britannique (« the dual interventionist strategy »).

  • 9  Cantle T. - The End of Parallel Lives ? The Report of the Community Cohesion Panel, London : HMSO, (...)

17Pendant le premier mandat des travaillistes, le mot "intégration" était à manipuler avec beaucoup de précaution, comme je l’ai appris à mes dépens lors de mes enquêtes de terrain à Bristol. Il existait alors, particulièrement chez les partisans d’un multiculturalisme à tout crin, une confusion entre « intégration » et « assimilation », surtout lorsqu’un Français abordait ce sujet. L’année 2001 marqua un vrai tournant pour la question du droit d’asile, de l’immigration et, plus généralement, des relations raciales et du multiculturalisme. 2001 correspondit à la fois à la reconduction des néo-travaillistes de T. Blair et chronologiquement, aux émeutes « raciales » du nord de l’Angleterre et des Midlands et, surtout, aux attentats du 11 septembre, qui furent quasiment perçus comme des événements intérieurs. Cette concomitance explique, en partie, le revirement que l’on a pu observer depuis cette période, mais dont l’amorce fut peut être la polémique suscitée par la publication des Versets Sataniques de Salman Rushdie en 1989. Dès le début de la législature, David Blunkett, le truculent ministre de l’intérieur, réhabilita la notion d'intégration dans le débat politique et sociétal britannique. Le gouvernement semble, depuis quatre ans, appréhender les questions liées à la pluralité de la société d'une manière beaucoup moins différenciée que dans le passé. Cela est notamment visible dans sa volonté de fusionner la Commission pour l'Egalité Raciale (CRE) avec d'autres instances de lutte contre la discrimination afin de former une Commission pour l'Egalité et les Droits de l'Homme (Commission for Equality and Human Rights). Cette réforme, à laquelle s'oppose la CRE, n'est qu'un aspect de la détermination du gouvernement de promouvoir la community cohesion, ainsi que la notion de common citizenship, comme le recommandait en juillet 2004 le rapport The End of Parallel Lives ? rédigé par la commission Cantle9.

18Le gouvernement a brisé un autre tabou avec le projet de carte d'identité biométrique, qui deviendrait obligatoire à compter de 2007. Après sa réélection, en mai dernier, Tony Blair a réaffirmé sa volonté de faire aboutir ce projet, que les attentats et tentative d’attentats de juillet dernier, quasi-concomitants au début de son troisième mandat, semblent avoir encore davantage légitimisé. Le Premier ministre a récemment multiplié les prises de position sur le multiculturalisme. Tout d’abord, lors d’une conférence de presse, le 5 août dernier, il a clairement indiqué que la notion d’intégration devait revêtir un caractère central dans la redéfinition nécessaire du multiculturalisme :

  • 10  “Tony Blair, PM's Press Conference” , 5 août 2005, www.bbc.co.uk

I never know, although I use the term [multiculturalism] myself occasionally, quite what people mean when they talk about multiculturalism. If they mean people living in their separate cultures and never integrating at any point together, I think that's actually certainly not what I mean by the word and I don't think it's what most people would regard as sensible. […].10

19Au cours de la même conférence, il a également insisté sur l’adaptation nécessaire des immigrés ou réfugiés politiques au « mode de vie britannique » :

  • 11  Ibid

[…] we are very proud of the British way of life […] But I'm sorry, people can't come here and abuse our good nature and our tolerance.They can't come here and start inciting our young people in our communities to take up violence against British people here, and if they do that, they're going to go back. […]If people want to come here as refugees fleeing persecution, or as people seeking a different or better way of life, they come here and they play by our rules and our way of life. If they don't then they are going to have to go because they are threatening people in our country and that's not right either. The way to protect our way of life is to respond very clearly to that clear view of the British people, that yes we have responded to the 7th July attacks by saying that we want to keep our country together […]11

20Plus récemment, lors de la congrès annuel du parti travailliste à Brighton, Tony Blair a réitéré cette primauté du British way of life :

Muslims, like all of us, abhor terrorism. Like all of us, are its victims. It is, as ever, only fringe fanatics we face. But we need to make it clear. When people come to our country, they have and should have the full rights we believe in. There should be no second-class citizens in Britain. But citizenship comes with a duty : to give loyalty to our nation, its values and our way of lif

21Le vocabulaire choisi par Tony Blair (la récurrence de « our way of life » notamment) n’est pas tout à fait sans évoquer les discours nationalistes de la vieille et de la nouvelle droites des années 70-80, où la logique du « us Vs them » prévalait. Nombre de conservateurs soutiennent officiellement, ou à demi mots, les nouvelles orientations prises par le gouvernement.

22De même, certains membres éminents de la gauche non-gouvernementale, ou du moins, para-gouvernementale sont également très critiques du multiculturalisme. L’exemple le plus frappant est probablement Trevor Philips, président de la CRE, pourtant menacée de disparition. Depuis l’an dernier, à de très nombreuses reprises, il a pris position contre le multiculturalisme et pour l'intégration, comme lors d’une conférence donnée à Manchester le 22 septembre dernier :

  • 12  Phillips T., “Lecture organized by the Manchester Council for Community Relations at Manchester To (...)

The fact is that we are a society which, almost without noticing it, is becoming more divided by race and religion. We are becoming more unequal by ethnicity. If we allow this to continue, we could end up in 2048, a hundred years on from the Windrush, living in a Britain of passively co-existing ethnic and religious communities, eyeing each other uneasily over the fences of our differences.This is not only or even principally about Muslims. But the aftermath of 7/7 forces us to assess where we are. And here is where I think we are : we are sleepwalking our way to segregation. We are becoming strangers to each other, and we are leaving communities to be marooned outside the mainstream. 12

23La détérioration des relations raciales, alliée à l’existence d’une menace terroriste diffuse depuis 2001 mais devenue tragiquement réelle en 2005, semblent a priori valider l’hypothèse d’un changement de cap sur la question du multiculturalisme auquel souscrit, toutes sensibilités politiques confondues, une grande partie de l’opinion. Néanmoins, il semble possible si ce n’est d’invalider, du moins, de modérer, ce point de vue, en se penchant de plus près sur l’idéologie de la troisième voie.

Du multiculturalisme et de la Troisième Voie

24Le manifeste travailliste de 1997, Because Britain Deserves Better, mettait essentiellement l’accent sur l’amélioration et la restructuration des services publics (éducation, santé), le passage de 250.000 jeunes chômeurs de l’assistance à l’emploi, ou encore, la décentralisation. La question des minorités et de l’immigration, relativement absente de la campagne, n’apparaissait pas directement dans les dix points mis en exergue par le candidat Tony Blair.

25Lors du congrès travailliste d’octobre 1997, soit cinq mois après l’alternance, le discours de clôture de nouveau Premier ministre réitéra certes sa détermination à combattre la discrimination, mais révéla sa circonspection vis à vis des mesures différenciées en matière d’Equal Opportunity, perçues, au mieux, comme un mal nécessaire : 

  • 13  Crowley, 36.

Nous ne pouvons pas éclairer le monde si tous les talents n’ont pas l’occasion de briller. Pas un seul juge noir dans toutes les juridictions supérieures ; pas de noir dans l’armée au-dessus du grade de colonel. Pas d’Asiatique non plus. Les classes dirigeantes n’ont pas de quoi se vanter. Pas plus que le parlement britannique, qui compte peu d’élus noirs ou travaillistes. Je suis contre la discrimination positive. Mais il n’est pas mauvais d’avoir à l’esprit l’ampleur de la discrimination négative. (…) Une nation d’ouverture et de tolérance. 13

26Ce qui ressort du projet blairiste est une approche globale (« holistic approach ») des fléaux qui affectent le Royaume Uni. Reposant sur la croissance économique, cette approche s’articule autour de quelques notions simples, voire, simplistes : société civile forte, dépassement du déterminisme ou du fatalisme social, importance de la famille, nouveau contrat social fondé sur la réciprocité des droits et devoirs etc. L’« égalité des chances pour tous », telle que Tony Blair la définit en 1998 dans The Third Way, New politics for the New Century, est indexée sur la croissance économique. Cette nouvelle appréhension de l’Equal Opportunity confirme ainsi l’idée que le marché doit être au service non seulement du social, mais aussi de l’égalité, ce qui rend les mesures anti-discriminatoires destinées aux minorités ethniques obsolètes. La question de l’égalité des minorités n’est pas séparée de celle des autres groupes « vulnérables » de la société. Cette approche trouve une illustration particulièrement frappante dans l’exclusion des minorités ethniques en tant que cible spécifique du New Deal depuis l’entrée en vigueur de ce programme, en 1999. Lors de la discussion du projet de loi aux Communes, en 1998, Andrew Smith, alors ministre du travail, assurait déjà : « Ethnic minorities will, of course, have the same entitlements as anyone else to all aspects of the New Deal” 14, annonçant ainsi, un an avant l’entrée en vigueur du programme, que les populations issues de l’immigration n’en constitueraient pas une cible particulière, en dépit de leurs besoins spécifiques et de l’engagement du gouvernement à systématiser le recours à l’ethnic monitoring, ce qui n’était guère révolutionnaire en soi. L’approche de Tony Blair s’inspire une nouvelle fois largement des idées d’Anthony Giddens, comme le montre le passage suivant, extrait de The Third Way.The Renewal of Social Democracy :

  • 15  Giddens, 133.

The aim of multiculturalist policies is entirely laudable – to counter the exploitation of oppressed groups. But this cannot be done without the support of the broad national community, or without a sense of social justice that must stretch beyond the claims and grievances of any specific group.15

27L’analyse de l’ idéologie de la troisième voie permet donc de relativiser l’ampleur de la rupture entre le premier et le deuxième mandats de Tony Blair sur la question du multiculturalisme. Certes, le revirement des politiques multiculturelles britanniques, au sujet duquel un consensus semble se dégager, peut s’expliquer en partie par une réponse pragmatique apportée par l’équipe Blair à une situation de crise. Néanmoins, certains principes et idées inhérents au projet du New Labour et à l’idéologie de la troisième voie, ont été amplifiés du fait des émeutes de l’été 2001 et, plus récemment, d’octobre 2005 dans le quartier de Lozells à Birmingham, des attentats de Londres, sans oublier la tragédie du 11 septembre 2001.

28Ma conclusion tentera de montrer si, au-delà de l’emprise objective du ou des modèles américains sur la Grande-Bretagne de Tony Blair, il existe une chance de voir émerger un modèle multiculturel vraiment britannique.

L’émergence d’un modèle multiculturel vraiment britannique ?

29Sous l’effet de l’influence néolibérale décrite plus haut, une industrie des relations raciales a émergé. Les usagers des associations communautaires sont devenus des clients ; les bénévoles, des salariés qui essaient, coûte que coûte, de pérenniser leurs emplois ; les associations, des PME qui publient un bilan à la fin de chaque exercice. Cette évolution, dans laquelle les néotravaillistes, au pouvoir depuis plus de huit ans, ont autant de responsabilité que les néolibéraux thatchériens qui l’ont initiée, génère un paradoxe de taille. En effet, elle va à l’encontre de « société civile vigoureuse » que Tony Blair appelle de ses vœux depuis son premier mandat, car elle est néfaste à la cohésion de communautés déjà très divisées. Par ailleurs, l’emprise d’un autre modèle américain, en matière de politique étrangère, illustré par le soutien inconditionnel apporté par Tony Blair à l’Amérique de George W. Bush dans sa guerre contre le terrorisme, semble affecter le mode de gestion britannique de la pluralité culturelle et religieuse.

  • 16  Cette loi stipule que les écoles ont pour obligation de communiquer les noms d’enfants de demandeu (...)
  • 17  Travis, A. - “Don't try to push us around, lord chief justice tells Labour”, Wednesday October 12, (...)

30Ce soutien prouve que la Grande-Bretagne néo-travailliste a du mal à s’affranchir non seulement de la special relationship, mais également de l’influence du modèle néo-libéral, voire néo-conservateur, américain, et de la vision unipolaire du monde dont il est porteur. En effet, certains aspects de la redéfinition profonde entreprise par la Grande-Bretagne en matière d’immigration et de droit d’asile, telle la section 129 du Nationality, Immigration and Asylum Act (2002)16,ou, très récemment, les nouvelles lois anti-terroristes, contre lesquelles le Lord Chief Justice s’est prononcé17, ne sont pas tout à fait sans évoquer les excès du Patriot Act américain.

31Toutefois, l’influence américaine, ne constitue pas la seule source d’inspiration des néo-travaillistes, qui sont allés chercher certaines idées (comme l’instruction civique), de l’autre côté de la Manche. En fait, s’inspirer d’expériences étrangères est typique de pays qui cherchent à s’adapter à une situation nouvelle, à relever des défis dictés par un contexte exceptionnel. On a ainsi vu (re)surgir récemment dans le débat politique français les questions de la discrimination positive ou du droit de vote des étrangers lors des élections municipales. La création du Conseil Consultatif du Culte Musulman ou l’annonce en grande pompe, de la nomination d’un « préfet musulman » elles bien réelles, semblent lorgner vers un mode de gestion jusqu’ici associé au multiculturalisme anglo-saxon.

32De toutes ces influences finira sans doute par émerger un modèle multiculturel certes remanié, mais, de par son pragmatisme, profondément britannique. Tony Blair, a toujours donné la priorité à « ce qui marche ». Il tente de réhabiliter une intégration à l’anglaise qui ne marche visiblement plus. Son principal ennemi, dans cette entreprise ambitieuse, sera une vision potentiellement manichéenne du monde, empruntée, comme beaucoup d’autres choses, au « modèle américain ». Elle pourrait le conduire à développer une vision trop frileuse, voire paranoïaque, du pluralisme culturel, à l’encontre des valeurs que la Grande-Bretagne a défendues jusqu’à présent.

Haut de page

Bibliographie

Blair, T. - “Keynote speech to the Labour Party's 2005 conference”, 27 septembre 2005

Blair, T. - “Prime Minister's Press Conference” , 5 août 2005

Blair, T. – « La troisième voie : une politique nouvelle pour le nouveau siècle », inAnthony Giddens, La troisième voie : le renouveau de la social-démocratie, Paris : Le Seuil, 2002

Cantle, T. - The End of Parallel Lives ? the Report of the Community Cohesion Panel, London : HMSO, July 2004

Crowley, J. - Tony Blair, le nouveau travaillisme et la troisième voie, « problèmes politiques et sociaux », Paris : La documentation française, 1999

Giddens, A. - The Third Way. The Renewal of Social Democracy, London : The Polity

Hellencourt, B. (de) - « L’enjeu racial désamorcé ? », Revue Française de Civilisation Britannique – vol. IX, N° 3, Paris : CRECIB - Presses de la Sorbonne Nouvelle, novembre 1997

Le Corre, P. - Tony Blair, les rendez-vous manqués, Paris : Autrement-Frontières, 2004

Phillips, T. - “Lecture organized by the Manchester Council for Community Relations at Manchester Town Hall”, jeudi 22 septembre 2005

Travis, T. - “Don't try to push us around, lord chief justice tells Labour”, Wednesday October 12, 2005, The Guardian

British Broadcasting Corporation: www.bbc.co.uk

Commission for Racial Equality : www.cre.gov.co.uk

Parlement britannique : www.publications.parliament.uk

Stationary Office: http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk

Haut de page

Notes

1  Social Justice. Strategies for National Renewal, rapport de la Commission sur la justice sociale, (London,Vintage, 1994) pp-11-13 (extraits) cité dans John Crowley, Tony Blair, le nouveau travaillisme et la troisième voie, « problèmes politiques et sociaux », (Paris, La documentation française, 1999) 19.

2  Ibid.

3  Le Corre, P. - Tony Blair, les rendez-vous manqués, Paris : Autrement-Frontières, 2004) 34.

4  Le Corre, 31.

5  Giddens A. -, The Third Way. The Renewal of Social Democracy, London : The Polity Press, 1998, 117.

6  D’Hellencourt, B. - « L’enjeu racial désamorcé ? », Revue Française de Civilisation Britannique – vol. IX, N° 3, Paris : CRECIB - Presses de la Sorbonne Nouvelle, novembre 1997, 153.

7  Blair T., « La troisième voie : une politique nouvelle pour le nouveau siècle », dans Anthony Giddens & Tony Blair, La troisième voie : le renouveau de la social-démocratie, Paris : Le Seuil, 2002, 229.

8  www.publications.parliament.uk/pa/cm199899/cmhansrd/vo990224/debtext/90224-21.htm

9  Cantle T. - The End of Parallel Lives ? The Report of the Community Cohesion Panel, London : HMSO, July 2004

10  “Tony Blair, PM's Press Conference” , 5 août 2005, www.bbc.co.uk

11  Ibid

12  Phillips T., “Lecture organized by the Manchester Council for Community Relations at Manchester Town Hall”, jeudi 22 septembre 2005, www.cre.gov.co.uk

13  Crowley, 36.

14  http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm199798/cmhansrd/vo980611/de…

15  Giddens, 133.

16  Cette loi stipule que les écoles ont pour obligation de communiquer les noms d’enfants de demandeurs d’asiles aux services de l’immigration, ainsi que l’adresse des parents.

17  Travis, A. - “Don't try to push us around, lord chief justice tells Labour”, Wednesday October 12, 2005, The Guardian.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Latour, « Huit années de gestion travailliste des relations raciales (1997-2005) : vers une autonomisation du modèle multiculturel britannique ? », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 205-217.

Référence électronique

Vincent Latour, « Huit années de gestion travailliste des relations raciales (1997-2005) : vers une autonomisation du modèle multiculturel britannique ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/559 ; DOI : 10.4000/osb.559

Haut de page

Auteur

Vincent Latour

Maître de Conférences à l'université de Toulouse le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org