Navigation – Plan du site

Entre libéralisme, social-démocratie et intégration européenne : un modèle écossais ?

Gilles Leydier
p. 235-251

Résumé

Par rapport à une « norme » britannique, les questions du mode de régulation sociétale et de la pénétration des influences idéologiques extérieures se posent de façon particulière en Écosse, en raison de la spécificité identitaire de cette dernière, et de son positionnement géopolitique propre au sein de l’espace européen. Dans le cadre de cet article, on s’attachera à définir les contours du modèle national écossais, tant au plan économique et social que dans sa dimension politique et identitaire. On s’interrogera ensuite sur l’évolution de ce modèle depuis 1997, date qui correspond à la fois à l’arrivée au pouvoir du New Labour à Londres et à l’avènement d’une Ecosse issue de la dévolution et politiquement plus autonome. L’hypothèse d’ensemble est que l’Écosse constitue à l’heure actuelle moins un contre-modèle qu’une variante d’inspiration plus traditionnellement social-démocrate du modèle social-libéral mis en œuvre à Londres. D’autre part, l’émergence d’un projet alternatif du type entrepreneurial porté par le SNP est interprétée comme le signe à la fois des limites actuelles du modèle écossais, et d’une dynamique de différenciation à l’intérieur du paradigme britannique correspondant à une nouvelle phase du processus de dévolution.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Au sein de l’ensemble britannique, l’Écosse occupe une place à part. Ayant développé une identité nationale propre autour d’institutions spécifiques (dans les domaines administratif, éducatif, juridique, religieux ou culturel notamment), l’Écosse a aussi bénéficié d’une certaine autonomie politique qui s’est sensiblement renforcée depuis la mise en place récente de la dévolution institutionnelle. Conscients de leur trajectoire propre et de leurs différences sociétales au sein du Royaume-Uni, les Écossais le sont aussi vis-à-vis de la position géostratégique qu’ils occupent dans l’espace européen, en raison par exemple de leur plus grande dépendance vis-à-vis de l’aide financière de l’Union européenne, ou de leur proximité culturelle et géographique avec des voisins tels que l’Irlande ou les pays scandinaves.

2Pour toutes ces raisons, la question du mode de régulation sociale et du positionnement de l’opinion et des dirigeants politiques entre les différents modèles en vigueur en Europe et dans le monde occidental se pose de façon originale en Écosse par rapport à la « norme » britannique.

3Dans le cadre de cet article, il s’agira dans un premier temps de cerner les contours du modèle écossais, tant au plan économique et social que dans sa dimension politique et identitaire. On s’interrogera ensuite sur l’évolution de ce modèle sur la période qui nous intéresse plus particulièrement, à savoir depuis 1997, date qui correspond à la fois à l’arrivée au pouvoir du New Labour au plan britannique et à l’avènement d’une « nouvelle » Écosse issue de la dévolution. Enfin on analysera les interrogations et critiques que suscite en Écosse même ce modèle, et comment les limites de ce dernier suscitent des propositions alternatives et l’ébauche de contre-modèles.

Le modèle écossais

Une économie « sous performante » qui diverge de plus en plus de la moyenne britannique

4 Au plan économique, l’Écosse se distingue aujourd’hui de la moyenne britannique par de nombreux traits. Ainsi si l’on considère la structure de l’économie, force est de constater l’importance plus grande en Écosse du secteur public, de l’agriculture et du secteur industriel notamment, et par contraste l’importance moins grande des services.

  • 1  Le SNP -avec d’autres économistes- avance les chiffres suivants : entre 1979 et 2004, la croissanc (...)
  • 2  Entre 1991 et 2000, l’emploi a augmenté de 11,2 % -et l’emploi à plein temps de 3 %- en Écosse con (...)
  • 3  Hormis de façon tout à fait exceptionnelle en 1992 et 1993 où le taux de chômage écossais a été co (...)
  • 4  Le taux d’accès à l’enseignement supérieur d’une classe d’âge est actuellement d’environ 50 % en É (...)

5Surtout si les performances de l’économie britannique sont actuellement souvent vantées dans le concert international, celles concernant l’Écosse sont par contre moins reluisantes, au point que celle-ci apparaît sous certains aspects comme « the sick man of Britain » : le taux de croissance annuel de l’économie écossaise est en moyenne sur les vingt-cinq dernières années inférieur d’un demi point à celui du Royaume-Uni1 ; la création d’emplois y est historiquement moins dynamique et fait aujourd’hui une part plus importante au temps partiel et à la précarité2, et le chômage est traditionnellement plus élevé en Écosse que dans le Sud de la Grande-Bretagne3 alors que sa population y est en moyenne plus diplômée et a plus accès à l’enseignement supérieur4.

  • 5  Ajoutons que les salaires étaient en 2002 en moyenne plus faibles de 2.000 livres par an en Écosse (...)

6Globalement la compétitivité de l’économie écossaise est aujourd’hui considérée comme l’une des plus faibles des régions britanniques (seuls Galles et l’Irlande du Nord font moins bien) : le taux de création d’entreprises y est un des plus bas (correspondant à 85 % de la moyenne britannique), et le taux de faillite d’entreprises est le plus élevé du Royaume-Uni ; l’économie de la connaissance est en retard par rapport à la moyenne britannique, et les dépenses des entreprises écossaises consacrées à la recherche et au développement (R & D) représentent proportionnellement environ la moitié de celles des firmes anglaises5.

  • 6  Voir sur ce point Lindsay Paterson, Frank Bechofer & David McCrone, Living in Scotland, Edinburgh (...)

7A ces difficultés s’ajoute pour l’Écosse un réel problème démographique. En effet non seulement l’Écosse connaît actuellement un vieillissement de sa population supérieur à la moyenne européenne, mais elle est aussi affectée par une stagnation démographique inédite parmi les petits pays européens comparables, et les projections actuelles laissent entrevoir une tendance à la dépopulation pour les années à venir, en contradiction sur ce point également avec l’évolution attendue en Angleterre6.

L’acuité de la question sociale

8 Au-delà des aspects démographiques, les problèmes sociaux se posent en Écosse de façon souvent plus aigue qu’en moyenne britannique, avec une concentration des situations les plus dramatiques et des pires indicateurs de multiple deprivation (crise du logement, pauvreté, malnutrition, échec scolaire, chômage, ravages de la drogue notamment) dans certains quartiers de Glasgow.

  • 7  Ibid.

9La population écossaise se caractérise notamment par son très mauvais état sanitaire : ainsi par exemple l’espérance de vie des femmes est la plus faible d’Europe, et le taux de mortalité féminine liée aux maladies cardio-vasculaires ou aux cancers du poumon est le plus élevé au monde. Pour les hommes, l’espérance de vie –qui va jusqu’à diminuer actuellement dans certains quartiers de Glasgow East End- est la deuxième plus mauvaise d’Europe, et le taux de mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires ou aux cancers du poumon est le plus élevé d’Europe7.

Le rôle de la puissance publique

10 Historiquement, le niveau de dépenses publiques par habitant est plus élevé en Écosse : celle-ci est avantagée par la formule Barnett qui lui attribue une part du budget britannique supérieur à son poids démographique au sein de l’Union. Cela permet un investissement par habitant dans les services publics décentralisés supérieur de 20 à 25 % par rapport à la moyenne britannique. Ainsi en 2000 le Journal de Newcastle remarquait qu’entre deux écoles secondaires comparables de chaque côté de la frontière anglo-écossaise, le ratio enseignant/élève était de 1 pour 13, et le celui du nombre d’ordinateurs/élève de 1 pour 5 à Duns dans les Borders, contre respectivement 1/18 et 1/13 à Alnwick dans le Norhumberland. De même les dépenses de santé par habitant étaient de 945 livres par année fiscale dans les Borders contre 692 dans le Northumberland.

11Cette situation favorable pour l’Écosse est la contrepartie de sa situation géopolitique au sein de la Grande Bretagne : elle tire avantage non seulement de sa position périphérique, avec notamment ses vastes territoires excentrés des Highlands à aménager et ses communautés isolées à soutenir, mais aussi du poids politique de l’Écosse, membre fondateur de l’Union et bastion travailliste depuis plusieurs décennies et dont l’apport est souvent décisif pour la constitution de majorités Labour à Westminster.

  • 8  Kenneth Gibb, “At the margins of devolution ? Fiscal autonomy, housing policy and housing benefit” (...)
  • 9  Les taux de ménages possédant aucune, une ou au moins deux voitures sont respectivement de 39 %, 4 (...)

12La dépendance plus grande des Écossais vis-à-vis du secteur public dans leur vie de tous les jours se manifeste aussi bien sur le marché du travail -l’emploi public représente actuellement 21, 6 % du PNB contre 18,3 % en Angleterre- que dans l’accès au logement -le pourcentage de locataires de HLM dans l’habitat est de 25 % en Écosse contre 14 % en Angleterre8- ou dans le secteur des transports, le taux de voitures individuelles par ménage étant nettement plus faible en Écosse que dans le Sud de la Grande-Bretagne9.

Le « mythe égalitaire » toujours vivace

  • 10  Christian Civardi, « Mythe égalitaire et identité nationale », in L’Écosse contemporaine, Revue Fr (...)

13 On sait que les fondements de l’identité écossaise ne sont ni linguistiques, ethniques ou religieux mais sociétaux. Cette dernière s’appuie non seulement sur une histoire et des institutions spécifiques, mais aussi sur des valeurs partagées, qui apparaissent globalement plus grégaires, solidaires, méritocratiques, environnementalistes et pacifistes que dans le sud de l’Angleterre. Les deux décennies d’administration conservatrice (1979-1997) ont eu comme conséquence majeure de faire prendre conscience aux Écossais de leur scotticité : en associant thatchérisme à nationalisme anglais et Angleterre à inégalités, elles ont ainsi contribué à redonner vie au mythe égalitaire10.

  • 11  Sondages ICM / BBC Scotland, avril 2005.

14Ce dernier s’exprime aujourd’hui à travers un attachement plus marqué de l’opinion écossaise à la fonction interventionniste et redistributrice de la puissance publique et au rôle de l’impôt. On se rappelle qu’à l’occasion du référendum de 1999 sur la dévolution, la deuxième question, qui accordait au nouveau Parlement écossais la possibilité d’augmenter la fiscalité sur les revenus, a recueilli près des deux tiers des suffrages exprimés. Plus récemment au cours de la dernière campagne législative de mai 2005, 76 % des Écossais se déclaraient prêts à payer plus d’impôts afin de financer les secteurs de la santé et de l’éducation, contre 19 % de l’opinion favorables à une baisse de la fiscalité. D’autre part les deux priorités de l’électorat écossais étaient l’augmentation des impôts afin d’accroître les dépenses d’éducation et de santé, puis la hausse du montant retraites (quand bien même cela entraînerait une hausse de la fiscalité)11.

  • 12  A la question “Quelle est la cause principale de la pauvreté ? », 32 % des Écossais (contre 21 % d (...)

15Affichant une culture civique, une croyance dans l’action publique et un attachement au rôle du contrat plus marqués que dans d’autres parties de la Grande-Bretagne, les Écossais témoignent aussi d’une attitude face à la pauvreté et la « question sociale » plus indulgente et généreuse qu’en Angleterre. Ainsi interrogée sur les causes de la pauvreté, l’opinion écossaise, plus que son homologue anglaise, mettra en avant comme cause principale l’injustice de la société plutôt que la malchance, la paresse ou l’absence de volonté des individus12.

16En résumé, la société écossaise témoigne encore aujourd’hui d’un attachement à une forme d’égalitarisme collectiviste, alors que la base socio-économique de ce dernier (les grandes concentrations nées de la Révolution industrielle) a disparu. En termes de structure sociales, l’Écosse est en effet globalement alignée sur la moyenne britannique et la classification socio-économique de la population fait apparaître un « embourgeoisement », une progression des catégories intermédiaires et supérieures comparables à la situation en Angleterre.

  • 13  Ibid., p. 99

17Si l’Écosse ne peut plus être objectivement décrite aujourd’hui comme working class, elle continue cependant de se percevoir majoritairement comme telle. Dans toutes les catégories professionnelles, le sentiment d’identification à la classe ouvrière est majoritaire et, plus étonnant encore, il a progressé depuis 1979 au sein des catégories les plus aisées de la population13.

Un consensus politique « social-démocrate »

  • 14  Voir notamment A. Brown, David McCrone, Lindsay Paterson & Paula Surridge, The Scottish Electorate(...)

18 Le fait que l’identité middle class soit aujourd’hui largement suspecte en Écosse aux yeux d’une grande majorité de la population explique la faiblesse électorale du parti conservateur, dont la perte d’influence est aujourd’hui particulièrement évidente auprès des catégories intermédiaires et supérieures14. C’est ce déclin structurel du parti conservateur depuis une trentaine d’années qui, tout autant que la propre force de ses réseaux locaux, explique la domination d’ensemble des travaillistes sur la scène politique écossaise. L’attachement des Écossais à des valeurs que l’on peut qualifier de social-démocrates se traduit par la présence plus visible qu’en Angleterre des Verts et de l’extrême gauche, et par la convergence des principaux partis (Travaillistes, Scottish National Party, Libéraux-démocrates) autour d’un consensus progressiste de centre-gauche, marqué par un attachement à la universal public provision of social welfare - permettant d’inclure tout les individus sans distinction dans une citoyenneté commune-et à la public responsability for economic and social development, soulignant le rôle de la puissance publique en matière de croissance économique comme de justice sociale.

Une inscription différente dans l’espace européen

19 Si l’économie écossaise est largement ouverte sur les investissements étrangers –notamment américains et asiatiques- elle n’est pas forcément plus intégrée dans l’économie européenne que le Royaume-Uni dans son ensemble. Ainsi la part du PNB constituée par le commerce des biens et de services avec les autres pays membres de l’UE –formée par le total des importations et des exportations- est de l’ordre de 50 % pour l’Écosse comme pour la moyenne britannique.

20Par contre il existe un « agenda » écossais spécifique de l’Angleterre vis-à-vis de l’UE, en raison de l’importance pour l’Écosse des questions liées à la politique de la pêche, à la réforme de la PAC (les agriculteurs sont proportionnellement plus nombreux et de condition plus modeste qu’en Angleterre), ou à la protection de l’environnement (en raison de l’impact des politiques européennes sur la pollution produite par l’industrie écossaise, des problèmes de pluie acide et de la volonté de protéger la nature sauvage pour le tourisme). Il faut aussi relever l’importance pour l’Écosse des fonds structurels européens. En 2000 la plus grande partie du territoire écossais était couverte par des aides européennes, au titre soit de l’assistance économique aux zones rurales en retard de développement, de la reconversion de zones d’industrielles en déclin, ou de l’aide financière aux infrastructures et aux équipements de proximité.

  • 15  L’Écosse est notamment membre de l’Association des régions européennes dotées de pouvoir législati (...)

21Parallèlement, et cela s’est renforcé avec la dévolution et le retour d’Édimbourg comme une véritable capitale politique, l’Écosse regarde aujourd’hui de plus en plus comme source d’inspiration vers les petits États européens proches (tels l’Irlande, le Danemark ou la Suède), tout en jouant aussi au sein de l’UE la carte d’une euro-région participant aux actions transrégionales et tissant des liens économiques ou culturels avec des sous-ensembles régionaux à l’identité forte, tels la Catalogne ou la Bavière15.

  • 16  Par exemple, un sondage ICM de 2001 donnait les résultats suivants : 28 % des Écossais interrogés (...)

22L’inscription de l’Écosse dans l’espace européen est donc forcément différente de celle du Sud de la Grande-Bretagne, même si l’europhilie de l’opinion ne doit pas être surévaluée16. Ainsi par rapport aux grands enjeux actuels (intégration de l’union monétaire et adoption de l’euro, approbation de la constitution européenne, élargissement de l’UE), il n’y a pas de différence extrêmement sensible en Écosse par rapport à l’attitude de l’opinion anglaise. Par contre l’euroscepticisme est beaucoup moins visible et virulent en Écosse qu’en Angleterre, ce qui est à rapprocher de la faiblesse générale du parti conservateur, perçu comme un parti anglais, donc étranger.

23Au final, le modèle écossais présente des différences sensibles avec la norme britannique et sur de nombreux aspects (croissance et priorités économiques, enjeux démographiques et sociaux, valeurs idéologiques et références identitaires, comportement électoral, relation à l’Europe), les dernières années ont été caractérisées plus par un accroissement de la divergence que par une tendance au rapprochement entre l’Écosse et la Grande-Bretagne dans son ensemble.

Le modèle écossais et le New Labour depuis 1997

24 Comment l’Écosse a-t-elle réagi à l’arrivée au pouvoir du New Labour de Tony Blair et s’est-elle adaptée à la nouvelle offre politique majoritaire en Grande-Bretagne depuis 1997 ? Après deux décennies où le compromis sociétal s’était réalisé autour de la défense territoriale contre les attaques du thatchérisme et de l’idéologie néolibérale (mobilisation contre la poll tax, pour la défense du Welfare State et des industries traditionnelles notamment) d’une part, et de la volonté de changement institutionnel (illustré en pratique par la convention constitutionnelle, à la fois transpartisane et ouverte sur la société civile) d’autre part, comment se manifeste aujourd’hui le mode de régulation sociale ?

« New Labour », « New » Scotland

25 L’arrivée au pouvoir du parti travailliste rebaptisé « New Labour », porteur d’un socialisme « modernisé » et des politiques de la « troisième voie » -et pour lequel les Écossais avaient majoritairement voté- a coïncidé en Écosse avec la mise en route des institutions décentralisées, d’une « nouvelle » Écosse. La dévolution a d’ailleurs constitué le chantier initial du gouvernement britannique issu des élections de mai 1997, et la réforme majeure, d’inspiration plus libérale que socialiste d’ailleurs, du premier mandat de Tony Blair.

26Les nouvelles institutions décentralisées mises en place en 1999 (Parlement, gouvernement, First Minister) ont eu pour effet de « repolitiser » la société écossaise. Elles ont offert une scène politique où des débats de société - sur l’homosexualité ou le sectarisme religieux par exemple- ont pu s’exprimer au grand jour, ainsi qu’un cadre institutionnel pour la mise en place de politiques spécifiquement écossaises dans les domaines dévolus, comme l’éducation, la santé, les transports ou le développement économique.

27Contrairement à la situation qui prévaut à Londres, où la politique est clairement impulsée par le Premier Ministre et ses proches collaborateurs, le Parlement écossais, où toutes les sensibilités de l’opinion sont représentées, a pu jouer un rôle d’impulsion dans l’élaboration des politiques décentralisées et constituer un véritable contre-pouvoir face à un exécutif moins présidentialisé qu’au niveau britannique.

  • 17  Cf. G. Leydier, « Les années Blair en Écosse », communication au colloque international « Les anné (...)

28Les nouvelles institutions écossaises ont affiché le souci d’être moins formelles et plus accessibles qu’à Westminster, et de travailler de façon relativement consensuelle, un objectif rendu nécessaire par le choix du mode de scrutin –mixte- qui a débouché sur un Parlement sans majorité absolue. C’est sous l’effet de la pression exercée par les autres composantes du parlement écossais sur le parti travailliste local que des compromis transpartisans ont pu être trouvés, notamment sur certaines des mesures phares décidées par les nouvelles institutions, telles l’exonération des droits universitaires, la prise en charge à domicile gratuite des personnes âgées, ou la réforme du mode de scrutin aux élections locales17.

29Ainsi dans le programme de gouvernement signé par les deux partenaires de la coalition en 1999 (travaillistes et libéraux-démocrates), il était prévu de revoir le financement des études universitaires. Cela déboucha sur le rapport Cubie (2000), recommandant l’abolition des droits. La coalition proposa alors une variante négociée entre travaillistes et libéraux-démocrates, qui supprimerait les droits et les remplacerait par un impôt de moindre importance payé par l’étudiant après ses études. Les travaillistes ne voulaient pas s’engager sur ce sujet, mais tous les partis écossais au Parlement écossais s’opposèrent aux tuition fees et menacèrent de se joindre sur ce point aux libéraux-démocrates –favorables à l’abolition- si les travaillistes ne ratifiaient pas l’accord négocié. De même sur la question du personal care for the elderly, les autres formations politiques du parlement écossais firent pression sur les travaillistes pour mettre en application les recommandations du rapport Sutherland, malgré les réserves initiales du chef de l’exécutif écossais, le travailliste Henry McLeish. Il en fut de même pour l’adoption du scrutin proportionnel aux élections locales (2004), sur lequel les autres partis représentés à Holyrood forcèrent la main aux travaillistes écossais.

L’adaptation du New Labour à la donne écossaise

  • 18  Cf. Ross Burnside & Arthur Midwinter, « The 2004 Spending Review in Scotland », Scottish Affairs n (...)
  • 19  Cf. Phil Cooke, “Devolution and Innovation : the Financing of Economic Development in the UK’s Dev (...)

30 Sur le fond, les trois priorités budgétaires constantes des institutions écossaises depuis 1999 ont été les transports, puis la santé et l’éducation18. Tout comme en Angleterre au même moment mais dès 1999, l’investissement dans les services publics a été très important, contribuant à augmenter la part de l’administration publique dans l’emploi total. Ainsi entre 1998 et 2002 si l’Écosse a perdu 39 000 emplois industriels, elle a gagné grâce à la dévolution 55 000 emplois publics, ces derniers représentant en 2003 près de 30 % du total (contre 25 % en moyenne britannique)19.

31Par rapport à la norme britannique, la différence écossaise s’est traduite par la mise en place d’orientations propres à la situation locale (réforme de la propriété terrienne, abolition du système de tenure féodale, création de parcs nationaux par exemple), ou de réformes allant plus vite (la chasse à courre a été rapidement interdite) ou plus loin (la loi sur la liberté de l’information, d’orientation plus libérale) que celles introduites à Westminster.

  • 20  La Confederation of Scotland’s Elderly a été ainsi très active au moment des débats autour de l’ai (...)
  • 21  Le Homelessness etc. Scotland Act (2003) prévoit d’ici 2012 le droit au relogement pour toute pers (...)

32Surtout sur certains enjeux importants, les choix politiques des nouvelles institutions décentralisées ont logiquement pris en compte la dimension redistributrice, égalitariste et sociale propre à l’éthique écossaise. Ainsi les deux mesures les plus symboliques, l’exonération des droits pour les étudiants écossais inscrits dans les universités écossaises et la prise en charge médicale gratuite des personnes âgées à domicile, s’inscrivent parfaitement dans ce consensus politique social-démocrate à l’écossaise, en même temps qu’elles reflètent les particularismes identitaires locaux (en raison du poids des étudiants et des personnes âgées dans la société écossaise20). Sur ce même registre, il faut aussi citer les investissements massifs dans les projets liés aux transports publics (avec le développement du réseau ferroviaire et de tramways ou l’instauration de la gratuité des transports pour les retraités et les handicapés), le plan de financement pluriannuel pour l’amélioration des conditions de travail et de rémunération des enseignants et des praticiens de santé, ainsi que la politique volontariste d’aide aux sans-abri, qui a valu en 2003 la reconnaissance de l’action de l’exécutif écossais par les organisations non gouvernementales internationales21.

Les Travaillistes écossais et le New Labour

  • 22  Ainsi par exemple Tony Blair est venu vanter les réformes engagées au sein du NHS anglais devant l (...)

33 Certaines des mesures appliquées en Écosse ont suscité de vifs débats entre les dirigeants du New Labour au pouvoir –et largement majoritaires- à Londres et les responsables travaillistes écossais, aux affaires –mais minoritaires- à Édimbourg. Tony Blair et Gordon Brown ont à plusieurs reprises critiqué certaines dépenses des institutions écossaises au nom de l’orthodoxie budgétaire, ou pointé la lenteur des améliorations du fonctionnement du système de santé écossais depuis 1999, par comparaison avec la situation anglaise22. Le secrétaire d’État chargé de l’Écosse a lui aussi publiquement et à plusieurs reprises exhorté le First Minister écossais à mettre de l’ordre dans la gestion du service de santé écossais.

34De fait la relation entre Londres et Édimbourg est compliquée et parfois ambiguë. Le numéro deux travailliste et tête pensante du New Labour, Gordon Brown, est très influent en Écosse où il est considéré comme ce que la classe politique écossaise peut produire de meilleur. En plus de Brown, le gouvernement New Labour compte de nombreux élus écossais, et la majorité travailliste à Westminster s’appuie souvent sur sa représentation écossaise (et galloise) pour faire passer ses orientations. On a vu ainsi la situation paradoxale de politiques refusées en Écosse par l’exécutif écossais -dominé par les travaillistes- être proposées à Londres par des députés travaillistes écossais et votées grâce au soutien des députés écossais. Ainsi les droits universitaires variables ont été adoptés pour l’Angleterre grâce aux voix des députés travaillistes écossais, tandis que les foundation hospitals étaient présentés à la chambre des Communes par le ministre écossais John Reid. D’un autre côté, pour les travaillistes écossais, la position est parfois difficile à tenir, car il s’agit de montrer à l’opinion écossaise qu’il peut prendre quelques distances avec la position du Labour londonien sans toutefois pouvoir contester cette dernière de façon explicite.

  • 23  Les délais d’attente pour des interventions en milieu hospitalier ont baissé en Écosse moins qu’en (...)

35 Ainsi sur certains thèmes économiques et sociaux les travaillistes écossais ont affiché depuis 1997 des options légèrement différentes de la ligne officielle du New Labour. En matière de santé, ils sont ainsi globalement hostiles aux foundation hospitals et à l’autonomie des médecins généralistes. En Angleterre le gouvernement travailliste a introduit au sein du NHS à la fois des mécanismes de marché et de concurrence interne, une gestion décentralisée aux mains des primary care trusts ainsi que des objectifs de résultats ambitieux (targets) fixés de façon autoritaire et centralisée et permettant de responsabiliser les services, récompensant les bons et punissant les mauvais. En Écosse par contre la politique de l’exécutif écossais a rejeté l’approche basée sur les marchés internes au profit d’un partenariat avec les professionnels de santé au sein de quinze health boards, et a été beaucoup moins obnubilé par la fixation de targets ou la réduction chiffrée des délais et des listes d’attente23. Elle a aussi choisi de concentrer ses efforts sur trois axes de santé prioritaires et consensuels correspondant aux causes de mortalité majeures en Écosse –à savoir la lutte contre le cancer, les maladies cardiaques et les attaques cérébrales- tout en sensibilisant l’opinion sur les méfaits de l’alcool, du tabac et d’une mauvaise alimentation et sur la prévention des maladies par une meilleur hygiène de vie.

  • 24  Eberhard Bort, « Annals of the Parish : the Year at Holyrood 2004-05, Scottish Affairs n° 53, 2005 (...)

36En matière éducative, les travaillistes écossais sont opposés à l’idée de droits universitaires variables et à la gestion des établissements scolaires par des groupes privés (bien que ces derniers puissent compléter le financement public), et réticents sur l’idée d’accorder une réelle autonomie aux chefs d’établissement scolaires. Ils sont hostiles à l’idée d’accorder aux écoles publiques la possibilité de sélectionner leurs élèves, tout en étant favorables à la création de « centres d’excellence »24.

37En matière sociale, le means testing et les politiques sociales basées sur le ciblage de certaines catégories de populations n’est guère populaire chez les travaillistes écossais, restés fidèles à la conception universaliste et gratuite des prestations. Ces derniers sont dans l’ensemble plus réservés que le gouvernement New Labour sur la question de la liberté de choix (en matière éducative pour les parents, ou en matière de santé pour les patients) et sur la Private Finance Initiative. Les partenariats Public/Privé ont été logiquement moins encouragés et développés en Ecosse que dans le reste de la Grande-Bretagne.

38 Au final, il nous semble que les politiques mises en place en Écosse depuis 1999, sous l’impulsion des travaillistes écossais, eux-mêmes soumis à la pression démocratique des autres formations partisanes et notamment des libéraux-démocrates, ne constituent pas véritablement un contre-modèle à la norme britannique. Ces choix politiques dessinent plutôt les contours d’une variante social-démocrate du modèle social-libéral (ou libéral-social) mis en œuvre à Londres. Il s’agit d’un point d’équilibre, dans le contexte d’une autonomie relative, entre les aspirations de la société écossaise –exprimées au Parlement écossais- et les contraintes imposées par l’appartenance de l’Écosse au paradigme britannique.

Des modèles alternatifs ?

39 Cette adaptation du modèle dominant en Grande-Bretagne à la spécificité identitaire et socio-économique locale suscite aujourd’hui en Écosse plusieurs types de critiques, débouchant sur des modèles alternatifs

  • 25  Le pourcentage de personnes favorables à une baisse de l‘impôt sur le revenu en Écosse est à rappr (...)

40 Le premier type de critiques émane du parti conservateur écossais. Celui-ci s’oppose de façon frontale aux autres formations politiques écossaises en étant favorable à la baisse des impôts, une revendication qui -on l’a vu- est peu populaire en Écosse25. A côté de cela, sur de nombreux sujets qui relèvent de la compétence de Holyrood, les conservateurs écossais sont aujourd’hui paradoxalement alignés sur le New Labour londonien : favorables notamment aux foundation hospitals, aux collèges spécialisés, au choix parental en matière éducative et à celui des patients en matière médicale, ils donnent l’impression de réfuter l’exceptionnalité du modèle identitaire écossais et, se situant à l’extérieur du consensus politique dominant, ils sont difficilement audibles auprès de l’opinion.

41 Un deuxième type de critiques, à l’opposé, attaque les politiques menées en Écosse sur leur gauche. Montrant du doigt l’acuité des problèmes sociaux, ces critiques reprochent aux travaillistes écossais leur frilosité en la matière et leur trop grande proximité idéologique avec les dirigeants londoniens du New Labour, dont ils dénoncent la dérive centriste et libérale. Avec des variantes, les libéraux-démocrates, le SNP, les Verts et l’extrême gauche écossaise se rejoignent ainsi pour proposer un modèle plus franchement social-démocrate, d’inspiration keynésienne. Le SNP, les Libéraux-démocrates et le Scottish Socialist Party se retrouvent notamment pour souhaiter l’augmentation sensible de l’impôt et de la dépense publique. Dans le même ordre d’idées, les libéraux-démocrates proposent désormais la gratuité des examens dentaires et oculaires pour la population, et l’aide gratuite aux personnes dépendantes, et le SNP pour sa part souhaite une revalorisation importante des retraites par les pouvoirs publics en même temps qu’il s’oppose par principe aux public private partnerships et à l’irruption du secteur privé dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

  • 26  A plusieurs reprises et notamment en période électorale, on a pu noter une attitude et des discour (...)

42Par ailleurs ces critiques se veulent plus ouvertes et tolérantes sur les enjeux de société, et reprochent aux dirigeants travaillistes écossais l’alignement de leur discours en matière de valeurs ou de maintien de l’ordre sur la ligne jugée trop moralisante et musclée prônée à Londres26.

43Enfin ce modèle alternatif met plus en avant la dimension écologiste et environnementaliste, et prend le contre-pied des positions travaillistes à l’échelle britannique sur deux sujets importants, mais qui ne sont pas de la compétence des institutions décentralisées : la politique nucléaire, à laquelle les Libéraux-démocrates, le SNP, les Verts et l’extrême gauche sont opposés, et la politique étrangère, que les partis d’opposition écossais souhaitent plus pacifiste et moins alignée sur la politique américaine (cf. les critiques conjointes du SNP, des Libéraux-démocrates et du SSP au moment de l’engagement militaire britannique en Irak, ou l’hostilité du SNP à l’intervention britannique au Kosovo en 1999).

Le modèle entrepreneurial du SNP

44 Si le parti nationaliste écossais joue le jeu des nouvelles institutions décentralisées et apporte sa voix aux critiques qui souhaitent un renforcement des prestations sociales et de l’investissement public, il se singularise cependant depuis trois ans par un programme économique de rupture.

45Prenant comme point de départ le retard structurel de l’Écosse en matière de croissance, d’investissement et d’emplois, le SNP, tout en affichant des ambitions sociales généreuses in fine, défend désormais un modèle économique franchement libéral, qui met l’accent sur la productivité et la compétitivité des entreprises, le développement des nouvelles technologies, la recherche de produits innovants, le dynamisme à l’exportation et l’accueil des investissements étrangers. Souhaitant renverser radicalement la tendance ancienne qui fait de l’Écosse une économie plus administrée et moins dynamique que d’autres régions britanniques, le SNP fixe comme objectif à moyen terme de faire de l’Écosse l’économie la plus compétitive du Royaume-Uni, par référence à la situation de la Catalogne en Espagne, de la Lombardie en Italie ou de la Bavière en Allemagne.

  • 27  Le SNP propose de baisser la corporation tax à 20 %, afin d’obtenir pour l’Écosse un avantage écon (...)

46Le cœur de ce modèle d’économie ouverte et concurrentielle prôné aujourd’hui par le SNP est l’objectif de réduction massive des charges pour les entreprises afin de les attirer en Écosse. Si d’autres régions européennes sont citées comme exemples de réussite, la référence ultime pour le SNP n’en est pas moins l’évolution économique récente des petits États proches et notamment de l’Irlande ; c’est sur le modèle du voisin irlandais que le SNP propose un régime fiscal très favorable aux entreprises par le biais de la diminution radicale à la fois de l’impôt sur les sociétés et de la taxe professionnelle, en même temps qu’une politique d’accueil des investissements étrangers agressive, susceptible de développer l’emploi et d’attirer les salariés qualifiés27.

  • 28  Le SNP propose notamment le principe de la green card afin d’attirer en Écosse la main d’œuvre étr (...)

47Parallèlement, le SNP propose une autre rupture radicale en matière démographique. Afin de renverser la tendance actuelle à la dépopulation de l’Écosse, le parti nationaliste revendique, sur la base d’une citoyenneté basé sur le droit du sol, une politique d’accueil des étrangers volontariste, ainsi qu’un appel sélectif à l’immigration économique, avec sur ce thème des références revendiquées aux modèles québécois, australien et surtout nord-américain28.

48 Le discours actuel du SNP en matière économique prend acte de la globalisation et de la mise en concurrence des différents territoires à l’échelle européenne et mondiale pour attirer les investissements internationaux. Il pousse à son terme cette logique en faisant de l’Écosse le rival de l’Angleterre et des autres territoires britanniques dans la compétition économique planétaire.

  • 29  Cf. M.Keating, J. Loughlin & K. Deschower, Culture, Institutions and Economic Development, A Study (...)

49La promotion de ce modèle entrepreneurial peut s’expliquer par la proximité de la plupart des dirigeants nationalistes avec les milieux d’affaires, et par la volonté de présenter une offre politique originale et novatrice sur la scène écossaise. Il s’inscrit cependant dans une tendance actuelle commune à de nombreux niveaux de gouvernement infra-étatiques au sein de l’Union européenne, et qui voit quelque peu délaissée les questions du social welfare pour celles de la promotion du développement économique et de l’entrepreneurialism29. L’Écosse n’échappe pas à ce phénomène qui voit, une fois passée la période d’installation des nouvelles institutions décentralisées, la priorité accordée au développement économique et à la création d’emplois et à la croissance, en même temps que la dévolution met de plus en plus en évidence la spécificité de l’agenda économique écossais par rapport au reste de la Grande-Bretagne.

  • 30  A l’occasion des la présentation des projets de loi lors de l’ouverture de la nouvelle session du (...)
  • 31  Voir notamment le discours de Jack McConnell, First Minister écossais, au dernier congrès du parti (...)

50L’exécutif écossais dominé par les travaillistes n’est pas non plus insensible à cette évolution et à l’aiguillon politique du parti nationaliste. Il vient récemment de proposer la baisse de la taxe professionnelle au niveau du reste de la Grande-Bretagne30, et affiche désormais la croissance comme objectif numéro un pour l’Écosse et comme slogan mobilisateur « creating a Scotland of opportunity and ambition »31.

Haut de page

Bibliographie

Brown, A., McCrone, D., Paterson L., Surridge, P., The Scottish Electorate, Macmillan, Basingstoke & London, 1999.

Hassan, G., Warhurst, C. (eds.), A different Future, A Moderniser’s Guide to Scotland, Centre for Scottish Public Policy/ The Big Issue in Scotland, Edinburgh and Glasgow,1999.

Hassan, G., Warhurst, C. (eds.), Anatomy of the new Scotland, Power, Influence and Change, Mainstream, Edinburgh and London, 2002

Harvie, C., Mending Scotland, Argyll, 2004.

Keating, M., The Government of Scotland, Public Policy Making after Devolution, University of Edinburgh, 2005.

Keating, M., McEwan, N. (eds.), Devolution and Public Policy, Regional and Federal Studies, vol. 15, n° 4, Frank Cass, London, 2005.

Leruez, J., L’Ecosse, vielle nation, jeune État, Armeline, Crozon, 2000.

Leydier, G., La question écossaise, Presses Universitaires de Rennes, 1998.

MacInnes, J., McCrone, D. (eds.), Stateless Nations in the 21st Century, Scottish Affairs, Edinburgh, 2001.

Paterson, L., Bechhofer, F., McCrone, D., Living in Scotland : Social and Economic Changes since 1980, Edinburgh University Press, 2004.

Taylor, B., The Scottish Parliament, Polygon, Edinburgh, 1999.

Haut de page

Notes

1  Le SNP -avec d’autres économistes- avance les chiffres suivants : entre 1979 et 2004, la croissance économique annuelle a été en moyenne de 1,8 % pour l’Écosse, de 2,3 % pour le Royaume-Uni, de 2,9 % pour les pays de l’OCDE, de 3,1 % pour les petits pays de l’UE et de 5,2 % pour l’Irlande.

2  Entre 1991 et 2000, l’emploi a augmenté de 11,2 % -et l’emploi à plein temps de 3 %- en Écosse contre 16,5 % -et 10 % pour l’emploi à temps plein- en moyenne britannique. Avec le taux de création d’emplois britannique, l’Écosse compterait aujourd’hui 30.000 emplois supplémentaires.

3  Hormis de façon tout à fait exceptionnelle en 1992 et 1993 où le taux de chômage écossais a été comparable au taux britannique, au cours des 30 dernières années le taux de chômage écossais a toujours été supérieur d’au moins 1 point –et parfois de plus de 3 points- à celui de la Grande-Bretagne.

4  Le taux d’accès à l’enseignement supérieur d’une classe d’âge est actuellement d’environ 50 % en Écosse contre un tiers en Angleterre.

5  Ajoutons que les salaires étaient en 2002 en moyenne plus faibles de 2.000 livres par an en Écosse qu’en Angleterre. Sur la spécificité économique de l’Écosse, voir notamment les numéros spéciaux de la revue Scottish Affairs sur l’autonomie fiscale (n° 41, 2002) et l’euro (n° 45, 2003).

6  Voir sur ce point Lindsay Paterson, Frank Bechofer & David McCrone, Living in Scotland, Edinburgh University Press, Edinburgh 2004.

7  Ibid.

8  Kenneth Gibb, “At the margins of devolution ? Fiscal autonomy, housing policy and housing benefit”, Scottish Affairs n° 48, University of Edinburgh, 2004, p. 133.

9  Les taux de ménages possédant aucune, une ou au moins deux voitures sont respectivement de 39 %, 41 % et 19 % en Écosse, contre 27 %, 45 % et 28 % en Angleterre.

10  Christian Civardi, « Mythe égalitaire et identité nationale », in L’Écosse contemporaine, Revue Française de civilisation britannique, IX, 2, 1997, pp. 59/72.

11  Sondages ICM / BBC Scotland, avril 2005.

12  A la question “Quelle est la cause principale de la pauvreté ? », 32 % des Écossais (contre 21 % des Britanniques) répondent l’injustice de la société, et 29 % (contre 38 %) la malchance, la paresse ou l’absence de volonté. Cf. Living in Scotland, 2004, opus cité, p. 62

13  Ibid., p. 99

14  Voir notamment A. Brown, David McCrone, Lindsay Paterson & Paula Surridge, The Scottish Electorate , Macmillan, Basingstoke & London, 1999.

15  L’Écosse est notamment membre de l’Association des régions européennes dotées de pouvoir législatif (Regleg) dont le 5ème conférence annuelle s’est tenu à Édimbourg en novembre 2004.

16  Par exemple, un sondage ICM de 2001 donnait les résultats suivants : 28 % des Écossais interrogés étaient favorables à l’intégration de l’Europe monétaire et l’adoption de l’euro, contre 56 % qui étaient opposés. Les catégories les plus favorables étaient les hommes (33 %), les jeunes (32 %) les classes moyennes (35 %) et les électeurs travaillistes et libéraux-démocrates (38 %). Scottish Affairs n° 37, 2001, p. 33.

17  Cf. G. Leydier, « Les années Blair en Écosse », communication au colloque international « Les années Blair », Université de Provence, 2001.

18  Cf. Ross Burnside & Arthur Midwinter, « The 2004 Spending Review in Scotland », Scottish Affairs n° 50, 2005, pp. 51/70.

19  Cf. Phil Cooke, “Devolution and Innovation : the Financing of Economic Development in the UK’s Devolved Administrations”, Scottish Affairs n° 50, 2005, pp. 39-50.

20  La Confederation of Scotland’s Elderly a été ainsi très active au moment des débats autour de l’aide à domicile des personnes âgées, organisant notamment une marche de protestation en septembre 2000.

21  Le Homelessness etc. Scotland Act (2003) prévoit d’ici 2012 le droit au relogement pour toute personne se trouvant sur le territoire écossais, à l’exception des demandeurs d’asile en attente d’une décision leur accordant le statut de réfugié. Cf. Robina Googlad, « Scottish Homelessness Policy : Advancing social Justice », Scottish Affairs n° 50, 2005, pp. 86-105.

22  Ainsi par exemple Tony Blair est venu vanter les réformes engagées au sein du NHS anglais devant la conférence écossaise du parti travailliste en mars 2005, critiquant par là même les options choisies en Écosse. Cf Tony Blair, « It’s a fight for the future of Britain », Speech to the Labour Party’s Scottish Conference, Dundee, 04/03/2005.

23  Les délais d’attente pour des interventions en milieu hospitalier ont baissé en Écosse moins qu’en Angleterre depuis 1997, et pendant la campagne législative de 2005, l’objectif affiché à l’horizon 2008 était un délai d’attente –entre la visite chez médecin généraliste et l’opération- de 18 semaines dans le manifeste travailliste anglais, mais de 36 semaines dans le manifeste travailliste écossais.

24  Eberhard Bort, « Annals of the Parish : the Year at Holyrood 2004-05, Scottish Affairs n° 53, 2005, p. 137.

25  Le pourcentage de personnes favorables à une baisse de l‘impôt sur le revenu en Écosse est à rapprocher du score électoral du parti conservateur, soit dans une fourchette comprise entre 15 % et 20 %.

26  A plusieurs reprises et notamment en période électorale, on a pu noter une attitude et des discours très fermes du leader travailliste écossais Jack McConnell contre les comportements délinquants et antisociaux et la « ned culture ». Les propositions du First Minister écossais visant à imposer le couvre-feu pour les mineurs ou menaçant d’emprisonner les parents de mineurs délinquants ont mis en porte-à-faux les alliés libéraux-démocrates au sein du gouvernement, tout en étant électoralement payantes pour les travaillistes écossais dans les fiefs électoraux. Cf. Eberhard Bort & Christopher Harvie “After the Albatros : A New Start for the Scottish Parliament ? », Scottish Affairs n° 50, 2005 p. 31.

27  Le SNP propose de baisser la corporation tax à 20 %, afin d’obtenir pour l’Écosse un avantage économique substantiel par rapport au Royaume-Uni (où le taux est de 30 %) ; l’impôt sur les sociétés est actuellement de 12,5 % en Irlande. D’autre part le SNP propose de baisse le business rate en dessous du niveau pratiqué en Angleterre(actuellement la taxe professionnelle est environ 10 % plus élevée en Écosse qu’en Angleterre et au pays de Galles).

28  Le SNP propose notamment le principe de la green card afin d’attirer en Écosse la main d’œuvre étrangère qualifiée.

29  Cf. M.Keating, J. Loughlin & K. Deschower, Culture, Institutions and Economic Development, A Study of Eight European Regions, Cheltenham, Edward Elgar, 2003.

30  A l’occasion des la présentation des projets de loi lors de l’ouverture de la nouvelle session du Parlement écossais le 9/09/05.

31  Voir notamment le discours de Jack McConnell, First Minister écossais, au dernier congrès du parti travailliste britannique (26/09/2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Leydier, « Entre libéralisme, social-démocratie et intégration européenne : un modèle écossais ? », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 235-251.

Référence électronique

Gilles Leydier, « Entre libéralisme, social-démocratie et intégration européenne : un modèle écossais ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/572 ; DOI : 10.4000/osb.572

Haut de page

Auteur

Gilles Leydier

Professeur de civilisation britannique à l'université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org